OUI, LE CABINET NOIR EXISTE !
(L’Imprécateur)

Fillon a mis sur la place publique ce qui n’est plus un secret pour personne : le pouvoir socialiste utilise l’appareil d’État pour détruire ses adversaires politiques. Revoilà posée la question du “Cabinet Noir de l’Élysée” dont Hollande et  la Gauche nient l’existence.

Des “cabinets noirs”, beaucoup de gouvernements républicains en ont eu. Après tout, le renseignement sur l’état de la nation et les dangers intérieurs et extérieurs fait partie de la mission du ministre de l’Intérieur et il y a des services dédiés à cette activité. Le cabinet noir, lui, est toujours secret, c’est-à-dire qu’il n’apparaît pas dans l’organigramme ni le budget de l’Élysée ou du ministère de l’Intérieur qui est l’endroit le plus logique pour le domicilier. Il doit être secret parce qu’il traite les sujets “hors-la-loi”, tels que protéger les secrets personnels du Président. Chez Mitterrand, c’était François de Grossouvre * qui avait la mission de protéger l’anonymat des maitresses, et Christian Prouteau celui de sa fille Mazarine. On le sait parce que François de Grossouvre a été suicidé, ce qui a provoqué une enquête, confidentielle cela va de soi, et Prouteau a été jugé en 2005 avec une douzaine de ceux qui travaillaient avec lui dont sept ont été condamnés.

François de Grossouvre devait suivre Mitterrand partout.

Avec François Hollande, c’est pire. Il se sert du cabinet noir non seulement pour protéger ses maitresses, mais aussi pour attaquer ceux qu’il considère comme ses ennemis, dans l’opposition comme dans son propre parti. Finie la présomption d’innocence, fini le secret de l’instruction, fini le respect de la vie privée, finis les droits de la défense, fini le secret professionnel de l’avocat de la défense, finie l’indépendance de la Justice… Tout est espionné, écouté, filmé, analysé et disséqué par les agents du cabinet noir de l’Élysée. Rien d’officiel bien entendu, personne ou presque n’est payé par l’Élysée qui souvent ne fait que mettre des bureaux et du matériel à leur disposition. Ils sont une centaine, dit-on, et sont détachés de ministères comme la Justice (magistrats) ou l’Intérieur (policiers), de l’Armée (hackers, informaticiens), ou d’autres administrations. Ils n’ont pas de service officiel avec un chef et celui-ci n’est pas Hollande directement, mais Jean-Pierre Jouyet, ce qui apparut quand il s’impliqua personnellement pour piéger Fillon dans un restaurant proche de l’Élysée en laissant “fuiter” à la presse que Fillon lui avait demandé d’accélérer les enquêtes sur les affaires supposées concernant Sarkozy pour tuer politiquement celui-ci, ce que Fillon nia mais en fut le dommage collatéral.

Ce cabinet noir monte des affaires de toutes pièces et savoir si Fillon ou Le Pen, ou même Bruno Le Roux, sont coupables ou non de supposés délits commis dans un cadre parfaitement légal n’a guère d’importance. La seule question qui se pose vraiment est de savoir à qui profite le crime. Le pouvoir socialiste a transformé la presse en Inquisition médiévale (ou stalinienne) où peu importe que le présumé-coupable le soit ou non, l’important est qu’il avoue et signe des aveux. Mais l’inquisition médiatique n’arrive plus à cacher la main de la Gauche derrière ce lynchage.

Alors, y a-t-il un cabinet noir de l’Élysée ? Bien sûr, n’en déplaise à la journaliste (de Gauche mais excellente par ailleurs) Sophie Coignard qui fréquente beaucoup l’Élysée et affirmait à C dans l’Air ne l’avoir jamais trouvé. Évidemment.

Comme certaines planètes extra-galactiques sont découvertes par l’analyse des perturbations d’orbites ou l’ombre qu’elles provoquent sur leur étoile, l’existence du cabinet noir de l’Élysée se déduit de l’avalanche inédite d’ennuis qui s’abat sur les opposants. Tout cela est trop articulé, trop cadencé, pour ne pas être orchestré. Et pour orchestrer, il faut quelqu’un à la baguette, Jouyet le Secrétaire Général de la Présidence, mais avec un exécutant efficace, le colonel Bio-Farina. Pour l’avocat de Castelnau (il fut mis en examen dans l’affaire de l’ex-président de PACA Jean-Noël Guérini), « Tout au long de son mandat, François Hollande a passé son temps à abîmer les institutions et saper l’autorité de l’État. À croire qu’il a décidé de complètement les détruire. C’est une situation grosse de dangers. L’opération Macron est une tentative avérée de continuer comme si de rien n’était. Dire que le télévangéliste est l’héritier en tout point de l’actuel président de la république est une évidence. Mais les méthodes utilisées pour le faire advenir [à la Présidence] à base de violations des libertés publiques et des principes républicains… [sont dangereuses pour la République] ».

Pas vraiment classés à Droite, trois journalistes, Didier Hassoux du Canard Enchaîné, Christophe Labbé qui a rejoint le palmipède il y a quelques mois après avoir été au Point pendant de longues années, et Olivia Recasens qui a quitté l’hebdomadaire il y a quelques semaines, ont publié une enquête nourrie aux meilleures sources. Ils racontent comment le chef de l’État se serait servi du cabinet noir pour discréditer ses concurrents à la Présidentielle de 2017. Élection à laquelle il se préparait à concourir en duel face à Nicolas Sarkozy, avant de se prendre les pieds dans le tapis et de finalement disparaître du jeu. Leur livre (Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d’un quinquennat) prouve et même aggrave les charges pesant contre l’Élysée révélées en octobre 2013 par Valeurs Actuelles. Il faut être logique, si la Gauche dit que les enquêteurs du Canard sont excellents quand ils accablent Fillon, elle ne peut pas dire qu’ils sont mauvais quand ils enquêtent sur les crimes de Hollande, Jouyet et leur cabinet noir.

François Hollande a utilisé le ministère de l’Intérieur et ses outils de surveillance et de collecte d’informations pour servir (sans succès) un intérêt politique : sa réélection et maintenant l’élection de Macron. Il utilise aussi la presse, n’hésitant pas à faire fuiter opportunément des informations compromettantes sur ses opposants jusque dans son propre camp, comme ce fut le cas manifestement contre Manuel Valls. L’espionnage politique au sommet de l’État semble être devenu une pratique courante, tout comme les nominations au sein de l’appareil judiciaire : la procureur Houlette, le juge Tournaire, pour pouvoir mener et contrôler en permanence  les affaires politico-financières du moment. À lire les trois auteurs, les écoutes téléphoniques et la diffusion de leurs transcriptions sur des “blancs” (notes sans en-tête ni signature remises à des journalistes “amis”) se sont généralisées. La production de ces notes blanches sur la vie privée de concurrents et sur les affaires judiciaires touchant à la politique a explosé depuis 2012. Méthodiquement, chaque adversaire politique fait l’objet d’un traitement individuel avec une utilisation systématique de leviers variés : campagnes de presse, divulgations de procédures judiciaires, révélations et menaces sur la vie privée de candidats potentiels à la présidentielle. Les auteurs du livre l’affirment : « Derrière ces ennuis à répétition qui ciblent les principaux rivaux du Président sortant, difficile de ne pas voir la patte de Hollande. »

Dans l’Élysée off , Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, en 2016, confirmaient : « Oui, il y a bien un cabinet noir à l’Élysée. » Les informations collectées transitent par Jean-Pierre Jouyet, le Secrétaire Général de l’Élysée, qui les « distille ensuite au Président de la République ». Le système ne veut pas de candidat de droite à la présidentielle. Qu’il se soit appelé Sarkozy ou maintenant Fillon ou Marine Le Pen.

Fillon « a affaire aux mêmes juges [du Syndicat de la Magistrature] que Nicolas Sarkozy : Serge Tournaire, Aude Buresi ; au même service d’enquête, l’OCLCIFF (Office Central de Lutte contre la Corruption et les Infractions Financières et Fiscales) ; au même parquet, le PNF ; les journalistes qui bénéficient de la violation du secret de l’instruction pour publier leurs scoops sont aussi précisément les mêmes. La technique des “poupées russes” ou des “filets dérivants” se révèle d’une efficacité redoutable : une affaire permet d’en ouvrir une autre, et ainsi de suite. Diaboliquement efficace pour convaincre l’opinion publique de la culpabilité d’un homme politique. Mais aussi, de moins en moins discrète, c’est l’objet de cette enquête : montrer comment, depuis le sommet de l’État, sont orchestrées les cabales politiques, judiciaires et médiatiques ». 

Le Cabinet Noir de Hollande est une structure clandestine, aux ramifications complexes. Il utilise beaucoup Tracfin (le service de renseignement financier de Bercy), ministère piloté durant tout le quinquennat par Michel Sapin, un ami de quarante ans du Président. Là, cent-vingt fonctionnaires sont habilités à fourrer leur nez dans les comptes en banque de n’importe qui. Chaque semaine, le patron de Tracfin prend le chemin de l’Élysée pour assister, avec les directeurs des six autres services secrets, à la réunion organisée par le coordinateur du renseignement. Afin d’allumer la mèche d’une affaire politico-financière, il suffit que Tracfin pêche au bon endroit, remonte dans ses filets une infraction et la transmette officiellement à la justice ou la laisse fuiter à un journaliste. « Sur l’opportunité d’ouvrir une information judiciaire, des consignes sont données… mais oralement », précise un magistrat. Chaque fois, ce sont les mêmes juges d’instruction qui sont désignés pour les affaires qui intéressent le Château. Ils sont moins de cinq (dont Tournaire), dont on retrouve le nom dans tous les dossiers qui concernent Sarkozy, Fillon et Marine Le Pen. Des habitués de la méthode des poupées russes.

Mais il n’y a pas de cabinet noir, affirme l’Élysée…

L’Imprécateur

* Grand copain de jeunesse de Mitterrand à l’Action Française, François Durand de Grossouvre était fils de banquier (Banque de Salonique et Sté Générale de Beyrouth), il trouvait chaque soir une fille pour Mitterrand. Il les draguait avec sa très belle voiture, souvent de jeunes journalistes. De Grossouvre avait connu Maurras, Bousquet et Darnand, mais aussi Pierre Mendès-France à qui il présenta Mitterrand à la fin 1944. Membre du Service d’Ordre Légionnaire (SOL) de Darnand à Vichy, il réussit une fois passé dans la résistance en fin 1943 à faire croire que s’il avait fait partie du SOL, c’était pour l’infiltrer ! Après la guerre, il devint propriétaire de la Générale Sucrière et obtint la licence de fabrication Coca-Cola. Il créa L’Express avec Françoise Giroud et Jean-Jacques Servan-Schreiber. Il finançait les campagnes de Mitterrand et fut le parrain de Mazarine. En 1981 il fut nommé conseiller spécial de Mitterrand responsable des chasses présidentielles, ce qui lui permettait effectivement de chasser filles et politiques à gagner à la cause de Mitterrand. Le 7 avril 1994 vers 19:30, il est trouvé mort dans son bureau voisin de celui de Mitterrand d’une balle dans la tête du 357 mg que lui avait offert Mitterrand. Pas d’enquête balistique ! Le rapport d’autopsie précise que le corps présentait « une luxation  de l’épaule gauche et une ecchymose à la face » mais la version suicide n’est pas remise en cause par l’Élysée. Or Grossouvre était un excellent tireur et connaisseur en armes expérimenté. Un tel homme ne se luxe pas l’épaule en tirant. Le capitaine Barril (Guerres secrètes à l’Élysée) soutient la thèse de l’assassinat déguisé en suicide : des éléments étayent cette version :

  • l’absence d’enquête sérieuse, notamment auprès des personnes présentes ce soir-là à l’Élysée ;
  • la disparition de la totalité de ses notes au Président de la République, de nombreuses autres archives et surtout du manuscrit de « souvenirs » que François de Grossouvre rédigeait ;
  • la luxation de l’épaule gauche de la victime, découverte lors de l’autopsie, qui pourrait être due au fait qu’il aurait été maintenu de force lors du « suicide » ;
  • la dégradation continue des relations entre la victime et François Mitterrand rapportée par des familiers ;
  • des remarques de François de Grossouvre vers la fin de sa vie affirmant qu’il se sentait menacé : « ils vont me tuer… » ;
  • les suicides en série : Pierre Bérégovoy, le capitaine Pierre-Yves Guézou (chef des écoutes au cabinet noir de l’Élysée) ;
  • les pressions, menaces et mises en examen des enfants de Grossouvre qui effectuaient des recherches sur la mort de leur père.


 

 

LA RÉSISTANCE NUMÉRIQUE OU « VOS GUEULES, LES MOUETTES ! »
(Luc Sommeyre)

COUP DE GUEULE

Au début, j’ai observé celles et ceux qui se prennent pour des « lanceurs d’alerte ». Je leur ai même trouvé quelque intérêt pour réveiller les consciences

Au bout d’un moment, recevant des cascades d’inepties, j’ai ironisé sur cette « Résistance numérique » qui consiste à passer son temps devant le clavier d’un ordinateur à relayer des informations sur tout, n’importe quoi et son contraire – “informations” souvent obsolètes ou fantaisistes – à des listes d’adresses interminables dont les titulaires n’ont que faire ou qui les renvoient eux-mêmes à des personnes (souvent inconnues) sans même en prendre connaissance.

Aujourd’hui, les chantres de cette Résistance numérique commencent… à me les briser menu comme aurait dit Audiard.

Fiers de leur dur labeur ils s’endorment le soir bercés par le fantasme du devoir accompli. Faisant fi des précautions les plus élémentaires à prendre sur l’Internet, ils désignent comme cibles des Patriotes sincères qu’ils “tracent” et identifient par la logorrhée de leur diarrhée verbale comme les fientes d’oiseaux marins bien connus. Ceignant leur front de lauriers en papier, ils brandissent des épées de bois, pensent être les pivots de la Résistance locale – voire nationale ! – et prétendent commander à « leurs troupes ». Et parfois même… “aux Militaires” (sic) dont ils jugent les actions ou le comportement.

Cette réflexion s’adresse aussi (et même surtout) aux « grandes prêtresses » de ce passe-temps ridicule, stérile et dangereux.

Que les enfants aillent jouer sous le préau de la maternelle, mais que les cris de leurs jeux ne dérangent pas les grandes personnes (qui, elles, ont tous les moyens à leur disposition pour s’informer de ce qui les intéresse).

Je vous engage vivement, si vous êtes “infecté” par un tel « psoriasis numérique » à prier ces expéditeurs inconscients de retirer votre adresse de leurs listes de distribution.

Au moins, ça vous f’ra des vacances !

Luc Sommeyre


 

COMMENT FONCTIONNE LA TRAITE DES MIGRANTS (par l’Imprécateur)

En lisant les informations ce matin, « il est cinq heures, Paris s’éveille » on y apprend que de nombreux “jeunes” migrants sont déjà retournés à Calais, avec toujours cet espoir fou de gagner le paradis anglais. La quasi-totalité d’entre eux sont des clandestins qui ont délibérément violé les lois françaises mais sont toujours en France. Peu importe, ils ne seront pas appréhendés et sanctionnés par un renvoi définitif dans leur pays d’origine, les “humanitaires” y veillent. C’est leur pain quotidien aux humanitaires. Ou plutôt, la viande humaine qui assure leurs revenus et leurs salaires payés par les impôts des Français. De plus, Cazeneuve y tient, lui aussi. C’est son brevet de socialisme et d’islamisme, les deux idéologies dans lesquelles il baigne depuis sa tendre enfance de rejeton de “Pieds Noirs (…) militants marxistes et de gauche” (Wikipedia). Il leur trouve toutes les excuses : « ils viennent d’un pays en guerre, ils veulent rejoindre leur famille, ils n’ont pas de travail, pas de logement décent, pas d’avenir, etc. Il serait inhumain de les renvoyer chez eux ! » (J.L. Burtscher)

Tout cela est faux. Seuls quelques uns viennent de pays réellement en guerre comme la Syrie ou la Libye. La plupart viennent de pays où il est difficile de vivre c’est vrai, mais où les gens courageux restent et se battent pour améliorer leur situation. Des pays potentiellement riches ou très riches, mais dirigés par des cliques corrompues, des dictateurs sanguinaires comme Mugabe (Zimbabwe) ou Afewerki (Érythrée). Ces deux-là se disant d’ailleurs socialistes. Une démographie galopante totalement hors de contrôle et l’économie en ruine y produisent un chômage de masse. Il y sévit des guerres civiles larvées, toutes, sans exception, causées par l’islam intégriste. Des passeurs-esclavagistes leur ont fait miroiter le paradis européen où le travail et les filles sont faciles, où même il est possible de vivre sans rien faire de la charité de l’État dont le montant est bien supérieur à celui d’un salaire africain ou arabe.

Il veulent rejoindre leur famille ? − Oh que non ! Au mieux ils veulent la faire venir en Europe, continent en crise économique peuplé de mécréants et d’infidèles, mais c’est quand même mieux que l’Arabie Saoudite ou le Qatar, pays riches qui manquent de travailleurs mais où l’on risque le fouet et l’esclavage. Au pire femmes et enfants sont déjà entre les mains des marchands d’esclaves que sont la plupart des bandes d’islamo-terroristes également trafiquants de drogue et d’armes qui sévissent dans leurs pays d’origine. Mais elles leur ont prêté l’argent nécessaire pour payer les passeurs dans  leur migration, que, s’il en reste, ils leur reprendront de toute façon au dernier moment, à l’embarquement sur le canot ou la barque qui les amènera dans les mains de FRONTEX et des associations humanitaires, dernier maillon de la chaîne de la traite moderne avant l’entrée au paradis européen.

Ils n’ont pas de travail ? − Les statistiques du Bureau International du Travail montrent que 80% n’en cherchent pas quand ils sont arrivés en Europe. Pas de logement décent ? − Ils les obtiennent en priorité sur nos SDF européens. Pas d’avenir ? − C’est leur choix d’être venus en toute connaissance de cause dans une Europe que ses dirigeants disent en guerre contre le terrorisme.

Coïncidence ou non, il y a aussi ce matin un mail, envoyé par l’un de mes correspondants lecteur de Minurne. C’est un article de l’excellent Jean-Louis Burtscher. Il écrit de nombreux articles sur les bienfaits de “l’islam religion d’amour et de paix” dans Riposte laïque. C’est une plaisanterie, Jean-Louis Burtscher, écrit au contraire des articles très bien documentés sur la triste réalité de “l’islam assassin”. Son article confirme l’article publié par Minurne sur les associations soi-disant humanitaires qui vivent du trafic de migrants et encaissent d’énormes subventions des ministères collaborateurs du Grand Remplacement.

Le voici. Il mérite d’être largement diffusé.

Clandestins : une machine bien huilée qui tourne à plein régime… 

Je me suis toujours demandé comment les téléphones pouvaient continuer à fonctionner dans un pays à moitié détruit, sur une barque, etc. Comment sont payés les abonnements ? Où les téléphones sont-ils branchés après un séjour en mer de plusieurs jours sans prise électrique à bord ? Comment les caméras  des journalistes sont là, et au bon moment, et cela en pleine mer ? − Voici l’explication. Voilà comment ça marche… au pays de Tintin dit « Casevide ».

Le coup du téléphone satellitaire bien rôdé. Miraculeux, même !

En déployant mon journal quotidien ce matin, mon attention fut attirée par une grande photo montrant des naufragés clandestins voguant sur un canot pneumatique. Banal, me direz-vous, on ne parle plus que de ça. Je décide donc de tourner la page. Mais c’est à ce moment que la légende incrustée dans la photo m’interpelle : « en pleine mer, ils appellent Strasbourg ».

Plus loin, l’article est explicite : des migrants en détresse peuvent composer un numéro d’appel téléphonique (+33 4 86 51 71 61) dont le destinataire est le bureau strasbourgeois de l’Association des Travailleurs Maghrébins de France. Là, un correspondant décroche, demande la position du bateau, le nombre de personnes à bord, s’il y a des blessés, etc.  

Son collègue transfère le message aux garde-côtes de FRONTEX, organisme européen de surveillance des frontières de l’Europe  pour que le bateau soit secouru le plus rapidement possible et ensuite pour s’assurer que les garde-côtes se portent bien au secours des migrants en difficulté. 

Ces appels au secours sont planifiés bien à l’avance par le collectif « Watch the Med » qui distribue aux candidats à l’émigration des cartons comportant le N° de téléphone et l’intitulé du collectif.

C’est écrit en Anglais, Arabe, Français et Persan. Au verso, il est précisé que s’ils n’étaient pas rapidement secourus, le collectif ferait pression sur les médias et les politiques. Il y a aussi des contacts au Maroc et en Tunisie où les cartons sont distribués sur place. On en distribue même à Calais, Vintimille et autres lieux en Europe.

Vous pourrez faire remarquer qu’ils sauvent des vies humaines. Vous n’allez pas nous faire croire que ces gens ne connaissent pas les risques encourus. Ils viennent peut être du fin fond de la Somalie mais ils regardent aussi les informations télévisées et savent exactement ce qui les attend. Et puis, on parle surtout de ceux qui sont en détresse (forcément, quand on monte à 200 sur un bateau prévu pour 20…) mais combien d’entre eux passent sans trop d’en’ombre, sauf dans la dernière ligne droite. 

Car le truc est bien connu désormais : on provoque une avarie de moteur et on appelle le numéro de Strasbourg par téléphone satellitaire. Facile ! Les garde-côtes embarquent tout le monde et une heure plus tard tous les passagers mettent les pieds dans une Europe où ils seront inexpulsables. Comme ils n’ont effectué aucune formalité pour obtenir une autorisation de séjour, de migrants, ils sont passés au stade de clandestins.

Ainsi donc, sous couvert d’une action humanitaire, un collectif ayant pignon sur rue en France et relayé par l’Association des Travailleurs Maghrébins de Strasbourg organise l’immigration clandestine en Europe et par conséquent dans notre pays sans que cela n’émeuve personne. Ainsi donc, ce collectif et cette association sont un maillon de la grande chaîne des passeurs que notre ministre de l’Intérieur promet à moult reprises de sanctionner avec la plus grande sévérité.

Allô Cazeneuve ! Où es-tu ? Tu ne vois rien ? Tu n’entends rien ? Il est vrai que tu n’en finis pas de serrer les mains aux clandestins qui violent les lois de la République. Et comme il en arrive tous les jours, je crois bien que tu vas finir par attraper des ampoules. Je sais bien que tu espères que beaucoup d’entre eux demanderont l’asile en France et que le meilleur moyen d’en attirer le plus possible est de fermer les yeux sur l’immigration clandestine et de choyer les associations qui la soutiennent et l’organisent.

Nous en avons eu la preuve, c’est en première page de nos journaux qui n’ont pas compris qu’ils venaient involontairement de jouer un mauvais tour à la « bienpensance ».

Jean-Louis Burtscher

L’Imprécateur


 

LE SOCIALISME ET JUPPÉ FONT LE LIT DE L’ISLAM RIGORISTE (par L’Imprécateur)

Dans son roman d’anticipation « 1984 » publié en 1949, Georges Orwell décrit un monde où le communisme très puissant des années 1945 (25% en France) a évolué en socialisme policier et totalitaire incarné par la figure de Big Brother. Depuis 1981, la France a pris ce chemin. Les socialistes voulant une société où les libertés sont rognées petit à petit pour créer une société de surveillance dont nous ne sommes plus loin, dominée par le prêt-à-penser du « politiquement correct » dont la presse mainstream, c’est-à-dire qui canalise le courant dominant du marxisme, est le pourvoyeur.

Dans un autre roman d’anticipation, « Soumission », Houellebecq décrit la prise du pouvoir en France par l’islamisme, un islamisme redevenu soft par la soumission volontaire des élites françaises à l’islam, comme le communisme brutal d’Orwell s’est adouci en socialisme soft, mais un islam tout aussi totalitaire et privatif des libertés par l’imposition progressive des lois de la charia. (1)

Dans un troisième roman d’anticipation, « 2084 », Boualem Sansal décrit un monde islamisé, où le Big Brother, qui s’appelle ATI, contrôle étroitement la vie de chacun par l’administration et la police islamiques. Dans 1984 comme dans 2084, la prise du pouvoir totalitaire a été faite après une guerre nucléaire, celle dont le risque existait en 1949 avec la guerre froide USA-URSS menée par l’OTAN, celle qui revient actuellement entre les États-Unis et la Russie, celle relancée le Prix Nobel de la paix Obama et sa Secrétaire d’État Hillary Clinton, et menée elle aussi par l’OTAN.

Nous approchons d’une prise de pouvoir mondial et totalitaire, sans trop nous en rendre compte. Vous, les lecteurs de Minurne, Français de souche, Riposte Laïque, Résistance Républicaine et autres blogs de ré-information en avez sans doute conscience, mais pas le « nous » que désigne l’ensemble des Français.

Savent-ils, par exemple, que le Centre de formation des imams salafistes pour l’Europe, se trouve à Château-Chinon dans la Nièvre où il exerce sous le nom d’IESH, Institut Européen des Sciences Humaines ?Subventionné par l’Éducation Nationale cela va de soi !
Et ce depuis 1992, le terrain de 11 hectares qu’il occupe lui ayant été donné pour 1€ symbolique par Mitterrand ?
Savent-ils que, sur ce terrain donné, une mosquée de 750 places a été très vite construite avec la bénédiction des autorités françaises ? Pour un « Institut Européen de Sciences humaines », c’est curieux, non ?
Savent-ils qu’il a déjà trois filiales, l’IESH de Paris et deux autres en Angleterre ? (2)

%d8%af%d9%88%d8%b1%d8%a9-%d9%81%d9%8a-%d8%a7%d9%84%d8%a2%d8%ac%d8%b1%d9%88%d9%851%d9%8a%d8%a9

431000beneficiaires_des_activites_de_predication_de_la_ligue_islamique_mondiale_au_court_des_deux_derniers_mois

Savent-ils que le Bureau Officiel de la Ligue Islamiste Mondiale (BOLIM) se trouve à Mantes-la-Jolie en région parisienne où il occupe 3.000 m2 de bureaux financés par l’Arabie Saoudite ? Savent-ils qu’il a déjà un bureau à Paris, 17 rue Cler, à équidistance de l’École Militaire, de Ministère des Affaires Étrangères et des Invalides ?
Savent-ils qu’il a financé plus de 7.000 mosquées intégristes dans le monde sous financement saoudien ?
Savent-ils que son programme officiel prévoit d’empêcher toute intégration des musulmans à la société occidentale, l’enseignement du salafisme wahabite le plus rigoriste, la destruction de l’islam chiite, l’instauration de la charia sur l’Europe puis le monde en commençant par la France et l’Angleterre ?
Savent-ils que BOLIM se vante d’avoir converti 431.000 musulmans français au salafisme ? Savent-ils que tout cela s’est fait en parfait accord avec les autorités socialistes françaises ? (3)

Selon l’Institut d’Études de l’Islam et des Sociétés du Monde Musulman (IISMM-EHESS, Paris), le BOLIM est  la matrice de l’islam radical pour les musulmans vivant en Occident. Le salafisme leur est imposé progressivement comme l’orthodoxie à partir de laquelle le musulman européen doit aujourd’hui juger sa pratique religieuse. Cela se fait depuis les librairies islamiques implantées en Europe et où sont diffusés les écrits des théologiens salafistes saoudiens jusqu’aux tenues vestimentaires « ultra-orthodoxes », importées directement de la péninsule Arabique (jilbâbniqâbqamîs) ou d’ailleurs (burka, burkini), en passant par les chaînes satellitaires islamiques d’obédience salafiste.

En une vingtaine d’années, l’Arabie Saoudite est devenue le principal centre de diffusion du salafisme, du djihadisme et du terrorisme islamique. Elle y aurait déjà consacré, selon les services de renseignement américains, allemands et israéliens, environ 55 milliards d’euros (65 milliards de dollars). Et la France héberge tout ça sans broncher. Mieux, elle y aide par des baux de longue durée à taux ultra-réduits, des dons de terrains pour 1€ symbolique, des subventions à la construction de centres « culturels », en réalité des centres cultuels, les mosquées et leurs écoles coraniques, des allocations diverses, voire des légions d’honneur offertes à des Frères Musulmans comme Tarek Obrouk à Bordeaux

Le salafisme est avant tout marqué par la volonté de purger la pratique religieuse de ses particularités locales et des « innovations » qui auraient altéré l’islam originel au fil des siècles. Ce retour à l’islam des origines s’opère sur la base d’une lecture littéraliste des versets coraniques et de la tradition prophétique. Donc, des 67 versets qui incitent au meurtre des Juifs et des mécréants chrétiens ou autres non musulmans, sans oublier les prescriptions juridiques de la charia sur la crucifixion, la lapidation, l’amputation ou la décapitation.
Or, 40% des jeunes musulmans et 27% de tous les musulmans de France se disent d’accord avec le salafisme qui a déjà une centaine de mosquées actives et très peu surveillées.

Charles Pasqua avait peut-être bien des défauts, mais il avait une qualité certaine : son courage physique (« le petit Charles » fut chef d’un groupe de résistants dont Mitterrand fut membre avant de créer son propre groupe) et politique.
Il avait déclaré un jour « Comme je ne suis pas énarque, j’ai la chance d’avoir un peu de bon sens… Quand l’ambassadeur d’Arabie saoudite m’a demandé l’autorisation de financer la construction d’une mosquée, je lui ai répondu d’accord, mais autorisez la construction d’une église en Arabie… C’est non ? Alors pas de mosquée ».

Il y aura dans quelques jours la primaire de la droite, premier tour de la présidentielle de mai 2017. Le vainqueur de cette primaire de la droite affrontera, sauf surprise de dernière minute, Marine Le Pen au second tour de la Présidentielle.

Chers lecteurs de Minurne, votez pour le candidat de droite de votre choix à l’exception d’un seul, Alain Péju.

cw1w6xvxaamnni0

Le pourvoyeur de l’islam salafiste en France

juppe-2-800x660

Alain Péju, le seul des 7 candidats condamné à deux reprises par la justice et privé de ses droits civiques pendant un an. Un psychorigide qui dit n’avoir jamais changé et n’avoir aucune intention de changer. Tout aussi radical-socialiste que l’était Chirac et qui, comme lui, finira par rallier Hollande, si ce n’est déjà fait puisqu’il votera Hollande dans le cas probable où Marine Le Pen aura à affronter un autre « de droite » que lui (4)

Soit il incarne la droite socialo-centriste en 2017, ce qu’il considère comme son droit depuis que le Club Le Siècle le souhaite comme président, soit il fera tout pour que Hollande soit réélu.

Or, à Minurne − nous le disons depuis longtemps − l’important et que la France soit présidée par la VRAIE DROITE, quelle qu’elle soit, et que le socialisme dégage enfin pour donner à la France l’espoir d’un redressement.

1 – Au Canada, l’autorisation de tribunaux islamistes jugeant selon la charia a été arrêtée in-extrémisme, mais la théorie pro-islamiste des « accommodements raisonnables » y est toujours d’actualité. Une théorie que défend le pro-islamiste ami du Frère musulman Tarek Obrouk Alain « Péju » qui lui a offert la légion d’honneur et l’opportunité de construire l’une des plus grandes mosquées d’Europe à Bordeaux.

2 – Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_europ%C3%A9en_des_sciences_humaines

3 – BOLIM : Siret 30983452100044, code NAF 9491Z, typologie de l’établissement : Siège, effectif du personnel : 1 à 2 salariés (sic !).
Très vraisemblable, dans 3.000 m2 de bureaux ! Qu’en pensent l’Inspection du travail et la Sécu ?

4 – Je me permets d’ajouter à cet article de l’Imprécateur une anecdote significative et inquiétante : en 2015, lors d’un échange avec Michel Onfray sur Canal +, Juppé reconnaissait n’avoir pas lu le Coran ! Lebrun, président de la République en 1939, n’avait, lui non plus, pas lu Mein Kampf et pensait qu’Hitler était « un chancelier comme un autre ». On a vu ce qu’il en est advenu !

Juppé sera-t-il le Président de la Débâcle ? (MLS)

L’Imprécateur

banniere_2016_570

 

TRUMP DID IT !
UN SÉISME MONDIAL !
(par Marc Le Stahler)

trump-3

Ainsi donc, ils se sont tous “trumpés” !

Un tsunami mondial vient de se produire, l’impensable a eu lieu : le peuple américain a décidé, en toute souveraineté, contre l’avis de l’ensemble des médias et de l’“Establishment”, sans se laisser influencer ni manipuler par les instituts de sondage, d’envoyer à la Maison Blanche un homme que tout le Système avait allègrement brocardé, vilipendé, méprisé, ridiculisé depuis qu’il s’était lancé dans la course à la présidence.

En parlant avec ses tripes, milliardaire ayant dépensé 2 fois moins d’argent que Clinton, avec un look de cow-boy mal dégrossi mais en s’exprimant simplement et sans faux-fuyant, inconnu du monde politique il y a un an, Donald Trump a déjoué tous les chausse-trappes des Primaires, éliminant irrésistiblement tous ses concurrents, pour se hisser à la présidence des États Unis contre la candidate officielle du Système qui était supposée devenir « la 1ère femme présidente des USA »… comme si un tel slogan pouvait être en soi un programme de gouvernement !

C’est la classe moyenne, mais aussi la classe ouvrière qui a voté Trump. C’est le désespoir et la rage du peuple qui se sont exprimés, concrétisant le rejet du socialisme à la Obama, du lobby écologiste, et un retour aux valeurs nationales et patriotes.

Plus d’un tiers des Américains ne croient plus en leur avenir, ni au plan politique, ni au plan économique, ne se reconnaissant plus dans ce cloaque, bien loin de la “Nouvelle Frontière” dont Kennedy avait impulsé l’espérance il y a plus d’un demi-siècle.

Le message de Trump est d’ailleurs assez proche de la harangue que JFK avait lancée au peuple américain en 1960 : « Don’t ask what your country can do for you, ask what you can do for your country ! » (1)

C’est aussi en réaction à ce qui se passe dans le monde et notamment en Europe que les Américains ont choisi leur route.

« Make America great again ! » − « America is back ! ».  (2)

Le mur du Mexique n’aura peut-être même pas besoin d’être construit, car le flux migratoire va ralentir, se tarir, voire peut-être même s’inverser. C’est un énorme “fuck-off” qui est lancé comme un message à tous ceux qui, dans le monde, veulent profiter de la prospérité de l’Occident tout en le haïssant, bénéficier des “droits de l’homme” sans en respecter la moindre ligne ni les “devoirs” concomitants.

La France et l’Europe ne manqueront pas de bénéficier aussi de ce reflux naturel qui sera sans doute hélas accompagné de violences islamistes en réaction. L’état d’urgence n’est pas près d’être levé… Mais le peuple, oui !

Un homme qui reconnaît lui-même « ne rien savoir du fonctionnement et de la marche de l’État » va présider pendant 4 ans aux destinées de la première puissance mondiale. C’est le rejet de la classe politique toute entière, de l’“énarchie” mondialiste qui vient de se fissurer avant de s’écrouler d’un bloc. La fin de la pensée unique. Enfin !

Trump a 73 jours pour constituer son équipe avant de prendre ses fonctions le 20 janvier. Il y aura de bonnes surprises… Giuliani, par exemple, l’ancien maire de New-York en septembre 2001, qui a fait régner l’ordre sur Big Apple en y réduisant drastiquement la délinquance et la criminalité, et qu’on annonce comme futur Attorney General (Ministre de la Justice).

Contrairement à tous ceux qui croient encore représenter la France, et qui n’ont pas eu la prudence et la décence du devoir de réserve pendant − et après − cette campagne (3), on souhaite au 45ème Président élu bonne chance, et on forme le vœu qu’en mai 2017 notre pays sache lui aussi choisir, loin du diktat des médias, des instituts sondagiers et de la doxa dominante, la personnalité qui saura le sortir de la fange dans laquelle Hollande l’aura conduit.

trump-2

Après le Brexit (acte I) − l’élection de Trump (acte II)…
acte III : Paris en mai 2017 ?

Amie de toujours des États Unis d’Amérique, la France patriote salue le 45ème Président des États Unis et lui souhaite bonne chance pour la paix, la prospérité et le triomphe de la démocratie réelle.

——-

(1) ne te demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande-toi ce que tu peux faire pour lui

(2) redonnons sa puissance à l’Amérique, l’Amérique est de retour

(3) et notamment Gérard Araud, ambassadeur de France à Washington se permettant de  twitter que la victoire de Trump est l’effondrement d’un monde…
Il doit être révoqué.

ambassadeur

Marc Le Stahler

banniere_2016_570

 

LE SUICIDE DE HOLLANDE ET LA MORT PROGRAMMEE DU PARTI SOCIALISTE (par l’Imprécateur)

Hollande, "ravi de la crèche", après s'être tiré une balle dans le pied

Hollande, « ravi de la crèche », après s’être tiré une balle dans le pied

Avec ses « confidences » à deux journalistes du Monde, Davet et Lhomme, François Hollande n’a pas fait que  montrer une fois de plus  sa « stupidité » (le journal espagnol El Confidencial)…

Il ne s’est pas seulement « suicidé politiquement » comme le dit de manière quasiment unanime la presse européenne : « Le président de la République a entamé la dernière œuvre de sa vie politique : son autodestruction méthodique…

Un suicide politique en règle ! » ajoute Emmanuel Beretta dans Le Point du 13 octobre…

En réalité, il a poignardé toute la gauche politique française, puisqu’il a compris qu’il ne fera pas de second mandat et ne pourra donc pas terminer l’œuvre commencée par Mitterrand : rénover de fond en comble le très archaïque Parti socialiste actuel.

mailschermsnapz001

Pour le quotidien russe en ligne Vzgliad le livre “présente au monde un tout autre visage du président de la France : non pas l’euro-socialiste progressiste et politiquement correct qui se bat pour la liberté des minorités opprimées, mais un petit bourgeois ordinaire bardé de la panoplie complète des stéréotypes xénophobes et racistes”. (en référence à la phrase de Hollande disant dans ses confidences qu’il y a trop de migrants en France).

Malek Boutih avait vu juste quand, en 2013, il avait déclaré « François Hollande, c’est un homme de droite. À la fin de son quinquennat, il finira haï par tous. Comme au PS « . Homme de droite, non, mais « homme de droite » entre guillemets, oui. A la manière Mitterrand, un autre « homme de droite », et même d’extrême droite, qui a su se servir de la stupidité congénitale du Parti Socialiste et de la naïveté d’une majorité de Français (qui ne connaissent pas plus la réalité criminelle historique du socialisme que celle de l’islam), pour arriver au pouvoir et s’y maintenir jusqu’aux dernières semaines de sa vie après avoir pendant plus de quarante ans fait l’éloge de « valeurs de la gauche » auxquelles il ne croyait pas un seul instant.

Manuel Valls, que l’on a vu dépité et meurtri pendant son séjour à Casablanca, dit maintenant de Hollande « Il va falloir s’en débarrasser « . Et Jean-Christophe Cambadélis passe ses journées à tenter de replâtrer un Parti Socialiste largué par l’Histoire que Hollande, dans le livre de Davet et Lhomme, appelle à détruire et à dépasser.
Comme une majorité de Français aujourd’hui, Hollande a compris que le socialisme c’est fini en tant qu’idéologie politique, il ne restera que « le social », valeur universelle. Or, la droite sait aussi bien que la gauche être « sociale », comme le montrent les programmes de ses candidats, de Juppé à Marine Le Pen. Excepté que lorsque c’est la droite qui se montre proche du peuple et « sociale », la gauche (meurtrie que Sarkozy ait osé appeler son programme « La cause du peuple« ) appelle cela du « populisme ».

Hollande voudrait rebaptiser le PS « Parti du Progrès ». « On peut y mettre des écolos. C’est facile à comprendre : vous êtes pour le progrès ? Oui. Le progrès social, humain « , dit Hollande à Davet et Lhomme ahuris. Hormis le fait que les écolos ne sont en rien progressistes mais au contraire furieusement rétrogrades, il y a de quoi ! Ahuris comme Emmanuel Berretta du Point après que Hollande, au moment ou sortait le livre de ses confidences, ait déclaré à L’Obs « je suis prêt« . « Oui, il est prêt : il a mis son dernier masque, celui d’Hannibal Lecter, un serial killer dont la dernière victime n’est autre que lui-même. François Hollande tient des personnages de David Lynch : triple fond, mystérieux derrière sa bonhomie, tueur politique à sang froid, égotique dissimulé qui ravage tout sur son passage dans une certaine bonne humeur. « Mul-Hollande drive », quand, à la fin du film, les personnages sont tout petits, petits…« 

Logiquement, la gauche ne sera plus à la présidentielle le problème de la France. La droite, toutes composantes réunies, y est largement majoritaire avec près de 70 % des Français qui sont aujourd’hui le peuple de France, comme il y eut pendant une très courte période de l’histoire un peuple de gauche. Ce peuple français mériterait un chef à sa hauteur. L’élection présidentielle peut-elle le lui apporter ? La prudence, pour ne pas dire la méfiance, s’impose.

D’abord parce que le grand corps agonisant de la gauche bouge encore. Elle a pour elle le plus grand nombre des médias à la tête desquels elle a placé ses hommes, qu’elle finance avec les impôts transformés en subventions, et auxquels le chef de l’Etat socialiste a consacré, dit-on, le tiers du temps de son mandat présidentiel autour d’assiettes de charcuterie et de bonnes bouteilles. Heureusement, les Français n’ont plus confiance dans la presse et lui préfèrent internet où tout est dit, le meilleur comme le pire, mais qui est devenu ce fait même le seul média démocratique, le seul (avec Valeurs Actuelles) où l’on puisse se forger une opinion qui ne doive rien au prêt-à-penser officiel des rues de Solferino et Saint-Honoré.

Ensuite, il reste quelques personnalités à peu près honnêtes et intelligentes à gauche, bien que des trois paramètres qui feraient le bon élu socialiste (intelligence, honnêteté et socialisme), il ne soit jamais possible d’en réunir plus de deux : socialiste et honnête, mais pas intelligent ; socialiste et intelligent mais pas honnête ; honnête et intelligent mais pas socialiste. Un homme comme Macron pourrait faire partie de la troisième catégorie, puisqu’il est intelligent et que jusqu’à preuve du contraire il n’est soupçonné par la justice d’aucune malhonnêteté. Il dit lui-même ne pas être socialiste et cependant de gauche, ce qui confirme le théorème initial. Bref, Macron pourrait faire gagner la gauche en faisant perdre le socialisme.

À droite, c’est plus compliqué. Il y a sept candidats au premier des quatre tours de la présidentielle, et un ou deux autres pourraient surgir quand le second tour aura sélectionné le candidat imposé aux Français, que ce soit Juppé ou Sarkozy. Le premier débat, qui fut en réalité une succession de monologues minutés entre les sept prétendants, n’a rien apporté. On en est ressorti sans bien comprendre qui voulait quoi et à quel degré, seulement qu’ils sont tous contre le chômage et pour le progrès, contre la gauche et pour la justice sociale, etc. Ce n’est pas cela que les Français attendaient et le candidat chouchou des sondages et de la gauche, Alain Juppé, ne s’en est pas mieux sorti que les autres. Sarkozy non plus d’ailleurs, piégé par la « softitude » de ce pseudo-débat strictement réglementé en monologues alternatifs, ce qui ne convient ni à son énergie ni à sa combativité.

Ce que les Français espéraient était que les candidats abordent le fond des sujets qui les inquiètent, discutent moins des moyens techniques de rétablir la sécurité et le plein emploi que de ceux permettant d’éradiquer les causes de l’insécurité et du chômage, la principale étant les deux cent mille musulmans chômeurs potentiels ou plus qui entrent chaque année plus ou moins illégalement en France. Ce débat là a été soigneusement évité.

Le plus « à droite » semble être Jean-Frédéric Poisson. Ce n’est pas le débat qui nous l’a appris mais ses déclarations précédentes. C’est notamment le seul décidé à supprimer la loi Taubira, le seul qui ne considère pas le FN comme infréquentable même s’il dit ne pas partager toutes ses idées. Les trois qui sont incontestablement gaucho-compatibles sont Juppé, Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet qui se prétendent de droite comme Macron se dit de gauche, mais on sent trop la posture et pas assez la conviction.

D’ailleurs, que certains candidats – supposés de droite – fassent appel aux électeurs de gauche pour battre le président de leur propre parti, élu démocratiquement par 2/3 des adhérents est tout de même un peu fort de café ! « Comme Juppé, Fillon invite les électeurs de gauche à voter à la primaire. François Fillon accueille à bras ouverts tous les électeurs (de gauche) qui souhaitent voter à la primaire de la droite » (Le Figaro).

Juppé, de plus, est islamophile, « Les Français sont hystériques avec l’islam« , dit-il. Juppé souhaite-t-il que Paris devienne comme Londres ?

L’avance qu’il a actuellement sur Sarkozy dans les sondages est largement due (84 % selon un sondage spécifique) à la frange des gens qui, déçus par Hollande et la gauche, se disent aujourd’hui de droite et voteront à droite, mais ont gardé le cœur à gauche et voient en Juppé une sorte de président d’attente en attendant une hypothétique reconstruction de la gauche.

Un récent article paru sur Boulevard Voltaire fait part d’une position originale. Elle semble se développer au sein du FN. Il faut, dit cet article, aller voter à la primaire de la droite pour faire passer Sarkozy comme candidat officiel de la droite à l’issue du second tour de la primaire.

En effet, si Juppé est choisi, il y aura à la présidentielle en 2017 un second tour Juppé contre Marine Le Pen où Juppé est certain de l’emporter grâce à l’appoint des voix de gauche qui lui sont d’ores et déjà acquises. Marine est mathématiquement battue d’avance.

En revanche, si c’est un duel Sarkozy contre Marine, la grande partie de la gauche et une partie de la droite viscéralement anti-Sarko pourraient très probablement rejoindre le camp de l’abstention. Dans ce cas, Marine aurait au moins une chance d’être élue à la présidence. Tout cela mérite réflexion.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

 

 

ISLAMERIES EN TOUS GENRES (par l’Imprécateur)

La Cour constitutionnelle turque s’est prononcée en juillet en faveur du retrait d’une disposition du code pénal qui caractérise tout acte sexuel avec un enfant de moins de 15 ans comme un « abus sexuel« . La Suède ayant critiqué cette nouvelle avancée du pouvoir du tyran et Frère musulman Erdogan vers un retour à l’islam rigoriste qui autorise les relations sexuelles avec des fillettes, la Turquie affiche en représailles sur le bandeau d’information situé dans la salle de départs de l’aéroport Atatürk à Istanbul, en turc et en anglais :

« Avertissement aux voyageurs !
Saviez-vous que la Suède a le taux de viol le plus élevé du monde ?
« .

C’est vrai, mais c’est récent. Et la faute à qui ?

À Paris, la bataille avec l’islam n’est pas diplomatique mais juridique. La Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam, filiale de la Grande mosquée de Paris, avait obtenu en 2013 un bail emphytéotique de la Mairie de Paris, en contravention avec la loi de 1905 sur la laïcité.
Un parisien a porté plainte aux motifs suivants : « le bail signé pour 1 euro par la Mairie est une subvention déguisée pour l’exercice d’un culte ; la nature cultuelle de la Société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam a été délibérément dissimulée aux élus du Conseil de Paris ; le coût des travaux est supporté par les impôts locaux des Parisiens, mais l’édifice construit ne reviendra pas à la ville de Paris à l’expiration du bail ; le prix de vente (moins de 2.2 millions d’euros) d’un immeuble destiné à l’opération est  anormalement bas et cache une subvention déguisée ; l’ensemble de l’opération est entouré d’opacité : les documents concernant les dépenses, leur affectation, les aspects financiers, l’évaluation de France Domaine, ont été cachés aux élus membres du Conseil de Paris ; le principe de séparation des cultes et de l’État a été violé ; le code général des collectivités territoriales sur la neutralité confessionnelle n’a pas été respecté« .

safarischermsnapz004

La somme totale donnée au nouveau lieu de culte mahométan par madame Hidalgo a été évaluée à 14 millions d’euros. Le Tribunal administratif avait en 2014 autorisé la donation, mais la Cour d’appel l’a annulée en 2015 :

Remercions Dreuz info (6 octobre 2016) d’avoir retrouvé cette décision de Justice à laquelle la presse n’a donné à l’époque aucun écho, de peur sans doute que d’autres donations cachées faites par des mairies à des mosquées ou des écoles islamiques sous couvert de culture ne donnent lieu à des procès. À moins que ce ne soit par peur de la colère de la mairesse de Paris car, la presse étant majoritairement à gauche, on doute que ce soit la peur de stigmatiser les élus de l’opposition à la Mairie qui n’ont pas fait leur travail jusqu’au bout : aller eux-mêmes au tribunal pour faire condamner la maire si généreuse avec l’argent des parisiens.

Le nombre des naturalisations par décret en 2016 pourrait dépasser de 45% celui de 2015. Les heureux élus (environ 100 000) sont très majoritairement originaires du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Simple coïncidence à l’approche des élections ? … Il va encore falloir construire des mosquées.

Alain Juppé trouve les Français (« Je les emmerde!.. S’ils se font chier avec moi, qu’ils aillent voir ailleurs« ) « hystériques » à propos de l’islam.

juppe-musulman-islam-muzz

Les Français seraient hystériques ? Mauvaise analyse, stigmatisante pour les Français qui font au contraire preuve d’une grande retenue si l’on considère ce qu’ils doivent subir en tant que peuple colonisé de la part des envahisseurs mahométans. Outre deux cent trente victimes du terrorisme islamique en dix-huit mois, il y a l’insupportable affirmation de leur supériorité ethnique et morale et leur volonté affirmée de nous imposer leurs mœurs vestimentaires, culinaires et misogynes. Et maintenant il y a la peur qu’ils inspirent à nos élus. Ceux-ci  leur cèdent tout, comme terrains et argent pour leurs mosquées. Et aussi la peur de nos entreprises publiques, SNCF, CAF et RATP, qui mentent sur leurs affiches en affirmant que les resquilleurs et fraudeurs qui sévissent majoritairement dans les banlieues islamisées sont uniquement des blondes et des ouvriers. Comme le demande Gilbert Collard, « Faut-il s’appeler Jennifer et être blanche pour frauder ?« . C’est un cas de racisme avéré auquel ni SOS Racisme, ni la Ligue des Droits de l’Homme, ni la LICRA ne trouvent rien à redire puisqu’eux aussi ont choisi le camp mahométan contre la France.

ratp-2 ratp

Illustrations-type du fraudeur lambda, comme peuvent en attester les usagers…

J’évoquais il y a quelques jours les trucages photographiques et contextuels de la presse pour inculquer aux Français repentance, honte et soumission à l’islam : Aylan Kurdi ; naufragés musulmans migrants se noyant qui sont en réalité des acteurs barbotant dans cinquante centimètres d’eau, etc. Un nouvel exemple : Une chaine de télévision australienne est venue jusqu’à la plage de Villeneuve-Loubet pour montrer comment de jeunes musulmanes enburkinées sont victimes du racisme des Français, « hystériques« , comme dit Juppé. Dans le reportage, les filles souriantes provoquent délibérément les baigneurs qui finissent par leur demander de s’en aller. Un « politologue » (?), en tout cas présenté comme tel, Dominique Moïsi, et effectivement ça se sent, explique aux téléspectateurs australiens combien cette « discrimination vestimentaire » franchouillarde et raciste est odieuse.

Un journal australien a révélé le bidonnage complet du reportage : actrices payées pour jouer le rôle des jeunes musulmanes victimes des Français racistes, soi-disant politologue payé pour lire un texte pré-rédigé. Large reprise du reportage truqué par la presse française, renchérissement dans l’indignation sélective, mais aucune excuse ensuite pour être tombé dans le piège tendu par les journalistes australiens pro-islamistes. Tout cela ne sent pas bon.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

 

LE GAG DU SIÈCLE : HOLLANDE HOMME D’ETAT DE L’ANNÉE ! (par l’Imprécateur)

hollande

Il semble que le rabbin Arthur Scheier fume trop. Comment la fondation qu’il a créée et dirige en même temps que la synagogue de East park à New York a-t-elle pu proposer à l’ONU notre Pépère national comme Homme d’Etat de l’année 2015 ? Il parait qu’il aurait bien œuvré pour « la paix, la tolérance et la résolution des conflits ethniques « . Comment ? Un type qui a déclenché 7 guerres en quatre ans dont quatre en Afrique et deux au Proche-Orient ? Soit, pas des grosses guerres, rarement plus de 3000 hommes à chaque fois, excepté en France même où ils sont plus de dix mille à jouer les cibles vivantes dans nos rues, regardant bien à droite et à gauche si aucun djihadiste modéré ne va pas se jeter sur eux pour les égorger. Ils craignent, les pauvres, puisqu’ils n’ont ni le droit de « provoquer » en arrêtant un suspect, ni celui d’intervenir, comme on l’a vu en novembre 2015 au Bataclan. Ce n’est pas la guerre annoncée par le président et le premier ministre qu’ils font, mais la drôle de guerre. Comme en 1939.

Hollande n’est donc pas un homme de paix.

Est-il tolérant ? Pour les LGBT, aucun doute. Il les a encore reçus récemment à l’Elysée pour leur promettre qu’après le mariage des lesbiennes et des homos et la PMA étendue, c’est le commerce du corps des femmes et des enfants qu’il va faire passer dans la loi, autrement dit, la légalisation de l’esclavage. Vous êtes homo et misogyne, gouine et angrogyne, vous haïssez le sexe opposé au point de refuser tout contact physique avec lui, comme les Klu Klux Klan d’autrefois qui ne pouvaient pas toucher un Noir ou un Indien ? Pas de problème, c’est Pépère qui vous le dit, allez acheter un femme chez un commerçant indien ou autre, pourquoi pas chez Daech, ils soldent des minettes de 9 ou 10 ans pour 1 500 euros sur internet depuis quelques mois. Vous demandez qu’elle soit inséminée comme la première vache venue et neuf mois après, on vous livre le bébé pour le prix d’une petite voiture.

Elle est pas belle la vie grâce à Pépère ?

Pour le reste des Français, il est nettement moins tolérant. Et même carrément intolérant avec ceux qui critiquent sa géniale politique économique qui fait rigoler le monde entier, ceux qui râlent contre sa politique sociale et migratoire du tout pour les étrangers, rien pour les Français, ceux qui se révoltent contre la colonisation de son propre pays qu’il organise sciemment. Sans oublier une intolérance eczémateuse à la réinformation politique qui oblige les patriotes à publier leurs articles depuis la Belgique, la Suisse ou la Russie comme autrefois d’autres allaient en Angleterre parler à la radio de Londres.

Hollande n’est pas tolérant.

A-t-il résolu des conflits ethniques ? Non, on dirait même qu’il les attise ! Il fait tuer des Arabes en Afrique et au Moyen-Orient et inversement laisse tuer des Français en France par des terroristes, arabes pour la plupart, africains pour quelques uns,. Heureusement que les Français sont globalement tolérants, laïcs, xénophiles et pacifistes, même les Corses que la gauche accuse de racisme, sinon la France serait plongée dans une guerre raciale à connotation religieuse depuis des mois déjà. Mais ce n’est pas le cas, les Français sont patients et se disent qu’il n’y a plus que quelques mois à attendre pour dégager toute la caillera gauchiste. En France, il n’y a guère que la gauche, modèle Besancenot modifié Mélenchon, pour rêver d’une révolution bien sanglante.c

Hollande crée des conflits ethniques.

Belliqueux, intolérant et créateur de troubles ethniques, la paix, la tolérance et la résolution de conflits ethniques ne sont donc pas la vraie raison de ce prix immérité d’Homme d’Etat de l’année.

La fondation du rabbin Scheier, Appeal of conscience, a-t-elle quelque chose à gagner d’autre que la notoriété que cela lui donne ? Peut-être. Ses généreux donateurs sont les riches familles juives du quartier chic de New York, où le rabbin a judicieusement choisi d’avoir sa synagogue, et la majorité de ces riches familles font leur beurre dans le commerce bio et équitable. Financièrement, ce prix du meilleur homme d’Etat ne rapporte rien d’autre qu’un capital de sympathie. C’est appréciable et cela vaut certainement des dons et des suvbentions supplémentaires à la fondation, mais pas de quoi justifier le choix d’un gugusse comme Hollande qui peine à dépasser les 13 % d’opinions favorables dans son propre pays.
Il y a donc autre chose.

Dans le passé récent, Scheier a donné son prix d’Homme de l’année à Sarkozy qui alla avec les Américains mettre une pagaille sanglante et islamiste en Libye. On ne voit pas dans ce cas-là non plus où sont la paix, la tolérance et la résolution de conflits ethniques ! Pas plus d’ailleurs que lorsqu’Hitler en 1938 fut consacré lui aussi par le Times « homme d’Etat de l’année », ce qui montre que ceux qui choisissent l’Homme d’Etat de l’année ont le goût aussi sûr que le jury du prix Nobel quand il choisit le tueur Yasser Arafat ou le chef de l’armée américaine Barak Obama.

On a peut-être une explication quand on sait que le rabbin Scheier est un bon copain de Bill Clinton, soutien d’Hillary Clinton dans sa campagne présidentielle. Il est reconnaissant à François Hollande du soutien que sa presse, Le Monde, Libé, L’Obs… apporte à la candidate démocrate et des tombereaux d’ordures qu’elle déverse son concurrent républicain. Un service qui vaut un petit renvoi d’ascenseur : offrir la tribune de l’ONU au candidat socialiste français.

Il a ainsi eu l’occasion de faire le paon. Mais les patriotes de ce pays savent que le type qui nous dit en guerre mais ne prend aucune mesure efficace sous prétexte que le lobby droitdel’hommiste pourrait froncer des sourcils, qui a de ce fait 238 morts de Français en 18 mois sur la conscience, et qui plafonne à 12% dans les sondages tellement les Français sont fatigués de ses discours sirupeux et somnifères, de son interventionnisme permanent, du mépris qu’il affiche pour ses ministres et pour les « sans-dents », cet homme là n’a jamais été et ne sera jamais un homme d’Etat.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

 

ÉLECTIONS AMÉRICAINES : DE DEUX MAUX IL FAUT CHOISIR LE MOINDRE (par L’Imprécateur)

Curieuse campagne présidentielle que celle qui propose, pour diriger le pays le plus puissant du monde, deux candidats dont l’un fait, pour le moment, plus campagne pour lui-même et pour sa société immobilière que pour les Américains, et l’autre est la marionnette malade de groupes financiers discrets mais surpuissants. On a là un exemple typique de ce que donne cette création antidémocratique américaine que sont les primaires dont le seul résultat évident est de priver le peuple du choix du meilleur candidat parmi tous ceux qui se présenteraient au premier tour, pour le remplacer par le choix oligopolistique des seuls candidats désignés par leurs partis.

Ceux-ci n’ont aucun intérêt à présenter le meilleur d’entre eux, mais de préférence celui qui garantira la survie du parti par l’obligation dans laquelle il se trouvera de placer à tous les postes rentables ceux qui l’auront soutenu et ceux qui pourraient lui nuire, sans le moindre souci des besoins et de l’intérêt du pays. On en a la démonstration avec l’élection de Hollande, le plus médiocre des candidats à la primaire socialiste de 2012, et ses deux gouvernements truffés d’incapables. Hollande le reconnaît lui-même dans Conversations privées avec le président.

Il faut toujours se méfier du (ou de la) médiocre placé au poste suprême par des gens qui croient pouvoir manipuler jusqu’au terme de son mandat la marionnette mise en place par leurs soins.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Adolf Hitler, président du Parti Socialiste Allemand SDAP

En 1919 le soldat Adolf Hitler est considéré par tous comme un minable, mais il se fait remarquer pour son élocution aisée : il parle fort et clair, a un véritable don pour expliquer simplement les choses compliquées. Il est alors communiste et porte le brassard rouge dans un soviet de soldats en Bavière (1). L’Etat major de l’armée l’utilise pour infiltrer le Parti Socialiste Allemand SDAP dont, sous prétexte de mieux le contrôler, Hitler deviendra rapidement l’un des chefs, puis, dès 1923, le transformera en Parti national-socialiste NSDAP. En 1920 il est remarqué par de hautes personnalités toutes membres de la Société de Thulé, « centre névralgique du socialisme magique et du nazisme naissant » (2). La Société de Thulé, c’est le Bilderberg de l’époque, toujours à la recherche de jeunes prometteurs pour en faire des dirigeants. Il y a le général Karl Haushoffer, « le maître secret de la société » (selon Rudolf Hess, qui fut son assistant), il assura la formation politique de Hitler et envoya Hess dicter Mein Kampf à Hitler quand celui-ci fut emprisonné après un coup d’Etat manqué ; Dietrich Eckart, journaliste et directeur du Munchener Beobaster qui écrivit et diffusa les Protocoles des Sages de Sion, et entreprit la formation spirituelle d’Adolf ; Anton Dexler, président du Parti socialiste allemand.

Quand il mourut en 1923, Eckart voyant son entourage sceptique sur les capacités de Hitler leur dit : « Suivez Hitler, il dansera, mais c’est moi qui ai écrit la musique » (Eckart, Le bolchevisme de Moïse à Lénine). Mais avant, il avait écrit dans son journal « Tout en haut, nous avons besoin d’un homme… Le mieux serait un ouvrier qui sache parler. Il n’est pas nécessaire qu’il y comprenne grand-chose, car la politique est la chose la plus bête du monde. Pour moi, un vrai singe vaut beaucoup mieux qu’une dizaine de professeurs titrés et savants » et il publia le nom de l’heureux élu : Adolf Hitler. Il ne fallut pas longtemps au « singe » pour échapper à ses créateurs.

Hollande n’est pas Hitler mais se comporte en dictateur socialiste. Il est le vrai chef du gouvernement, pas un ministre ne prend une décision sans en référer préalablement à l’Elysée, pas un n’ouvre la bouche sans citer plusieurs fois « le président Hollande ». Clinton n’est pas Hitler, mais a toutes les capacités et le tempérament pour le devenir. Trump n’est pas Hitler et ne peut le devenir car s’il est un nationaliste américain, il n’est absolument pas socialiste, or les deux ingrédients sont indispensables pour faire un Hitler.

Aujourd’hui, certains disent que Trump ne sera pas élu parce que trop rustre, d’autres qu’il sera élu mais démissionnera pour laisser son vice-président gouverner à sa place. Mais Trump parle fort, clair et il explique les problèmes des Etats-Unis de façon très compréhensible pour tous ; il a aussi autour de lui des gens compétents pour lui souffler les bonnes réponses. Ne le tuez pas trop vite, vous pourriez être surpris.

Hillary Clinton traine derrière elle plusieurs casseroles judiciaires peu reluisantes, elle est notamment soupçonnée de corruption (3), mais elle n’est pas la seule : Juppé a eu une lourde condamnation qui l’incita à s’exiler au Canada, Hollande est fortement soupçonné de déclarations fiscales minorées, Sarkozy est marqué par plusieurs mises en examen, dont il est sorti blanchi mais que l’Elysée s’acharne à transformer en feuilleton…

Clinton est surtout accusée de relations politiques et financières très louches avec plusieurs pays arabes qui l’auraient incitée à pousser Obama à armer et financer les islamistes d’Al Nosra (filiale d’Al Qaïda) et le groupe qaïdaiste irakien Al Zarkaoui, dont le chef était alors un certain Abou Bakrh Al Baghdadi, sous prétexte qu’il fallait encourager ces « modérés », comme disait l’ineffable et incompétent Fabius, à se débarrasse d’Assad l’alaouite pour éviter une révolution sunnite en Syrie. Grave erreur politique et stratégique, Al Baghdadi en ayant profité pour créer son Etat Islamique.

SafariSchermSnapz006

Il y a plus inquiétant encore : le Mossad israélien a eu connaissance du dossier pourtant ultra confidentiel d’Hillary à l’hôpital presbytérien de New York qui l’a soignée pour un « traumatisme crânien résultant d’une mauvaise chute« . Celui-ci aurait provoqué en Accident Vasculaire Cérébral que nient farouchement les communicants de Clinton. Cet AVC explique les crises de toux interminables, les malaises à répétition, les crises hystériques de fou rire, les tics, les pertes d’équilibre, les mouvements incontrôlés de la tête, les colères exagérées qui terrorisent l’entourage d’Hillary. De plus des lésions rougeâtres sur sa langue, nettement visibles, font penser à une maladie que seul un diagnostic officiel permettrait de nommer : cancer, tuberculose, syphilis, autre tumeur bénigne. Mais sur son état de santé réel, c’est le black out officiel.

SafariSchermSnapz008

Hillary avait jusqu’ici un soutien sans failles en la personne d’une musulmane américaine d’origine indo-pakistanaise très diplômée et qui travaillait avec elle depuis quelques années, ayant été notamment son directeur de cabinet quand Hillary était Secrétaire d’Etat dans le premier gouvernement Clinton, Huma Abedin. Huma Abedin, c’est la Najat Vallaud Belkacem de Clinton, celle qui colorait sa candidature. Mais celle-ci vient de démissionner, son mari, Anthony Weiner, élu démocrate à la Chambre des Représentants, dont Huma veut se séparer, étant accusé d’être un multirécidiviste du « sexting » (4).

images

D’Huma Abedin Hillary dit qu’elle pourrait être sa deuxième fille et envisage de la prendre comme directrice de son Cabinet si elle était élue présidente. Cela inquiète beaucoup d’Américains qui soupçonnent Huma Abedin d’être l’inspiratrice des prises de position d’Hillary très favorables à l’immigration musulmane aux Etats-Unis et en Europe. Huma Abedin est également soupçonnée d’avoir des liens avec l’Arabie Saoudite, du même ordre que ceux que Najat Vallaud Belkacem entretient avec le Maroc. Or il est à craindre qu’Hillary la fasse revenir auprès d’elle une fois le divorce prononcé et l’affaire du sexting oubliée par les médias américains.

Et puis, Hillary est la marionnette des sociétés trilatéralistes, c’est à dire des plus grosses sociétés et fortunes financières du monde. Mais c’est un possible « Daesh gate » qui menace le plus fortement Hillary. Il y apparaîtra que Hillary Clinton a, entre autres, sciemment armé les groupes terroristes proches de l’État islamique et d’Al-Qaïda au Proche-Orient comme en Europe. La presse américaine commence aussi à se préoccuper des liens de l’énigmatique Huma Abedin avec les Frères musulmans (6). Abedin est provisoirement mise sur la touche par le vice sexuel de son mari et la procédure de divorce qui en résulte, mais Hillary envisage toujours d’en faire son chef de cabinet. Or, Abedin a été élevée en Arabie saoudite, a participé avec Hillary à des négociations secrètes avec les autorités saoudiennes, émirati et qataries, connait tout des financements islamo-politiques de la fondation Clinton et sa mère professe la charia dans le Journal of Muslim Minority Affairs auquel Huma a elle-même collaboré.

Le tandem Hillary-Huma à la Maison Blanche, ce serait Iblis (7) lui-même prenant le pouvoir à Washington.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

1 : Communistes et socialistes font tout pour effacer de l’Histoire ce passage de la vie de Hitler militant communiste puis président du Parti socialiste des Travailleurs Allemands. Wikipedia mentionne  la création du parti national-socialiste nazi mais l’avance à 1920 au lieu de 1923, « oubliant » qu’il était de 1920 à 1923 Parti Socialiste tout court ! Il faut oublier que, comme disait Staline, Hitler était « le meilleur des socialistes« , à cette époque là au moins, il reprit d’ailleurs l’expression un peu plus tard quand il reçut à Moscou Mussolini, qu’il qualifia lui aussi de « meilleur des socialistes ». Quoi qu’on y fasse, dans Nationalsozialismus, abrégé en nazisme,  il y a toujours socialisme !

2 : La jeunesse d’Adolf ou la genèse du nazisme, Maurice D., 2002

3 : Peter Schweitzer, dans son livre Clinton Cash, décrit comment la Fondation Clinton dissimule sous de minuscules activités caritatives le financement de la campagne d’Hillary, achète des soutiens, vend des « services » et fait l’immense fortune des Clinton. AP (Associated Press) vient de produire une enquête décrivant une troublante symbiose entre la fondation Clinton et le Secrétariat d’État (Affaires Étrangères) américain. Des journaux comme Washington Post, Boston Globe et quelques autres s’inquiètent des contreparties secrètes aux « dons » arabes qui inondent la Fondation Clinton

4 : Sexting : envoi de SMS à contenu sexuel explicite.

5 : Selon la presse russe, Svobodnaya pressa, du 20 août, ce qui signifie que Poutine aussi pense que Clinton est très dangereuse

6 : Notamment The Hill, un website très lu à la Maison Blanche et par les politiciens américains, comme Minurne l’est par l’Elysée et les ministères français

7 : Iblis, le Satan islamiste.

 

BAISSE DU CHOMAGE ? ARNAQUE ET BIDOUILLAGES ! (par l’Imprécateur)

Vaste campagne de désinformation d’été pour faire croire aux Français qu’il y a eu une baisse du chômage au second trimestre et que la courbe est inversée. Donc, Hollande pourra légitimement présenter sa candidature à l’élection présidentielle. Toute la presse aux ordres de l’Elysée a entonné le chant de victoire du président et de son gouvernement sur le thème : soyez heureux braves moutons-crétins, le travail est de retour, soyez optimistes, le bonheur socialiste arrive comme on vous l’avait promis, votez pour que ça continue, votez Hollande qui sinon va dépérir d’ennui et peut-être même maigrir.

Francois-Hollande-a-inaugure-un-hotel-de-luxe-en-Correze_exact540x405_l


Photo récente prise à Tulle lors de l’inauguration  d’un nouvel hôtel

La vérité est toute autre si l’on en croit le Journal Du Net (JDN), Agora vox et Businessbourse :

« En France métropolitaine, le nombre d’inscrits de catégories A, B et C augmente par rapport à juin (+0,1%), à 5 442 100 chômeurs fin juillet 2016 (5 739 800 Dom Inclus).
Toutes catégories confondues (A, B, C, D et E), le nombre de demandeurs d’emploi
 s’élève à 6 182 300 en France métropolitaine (6 513 900 pour la France entière), en hausse de 0,2% sur un mois (+12 700 inscrits) et de 1,6% sur un an (+97 400)« .

Pourtant, la catégorie A, mais elle seule, aurait connu une amélioration en juillet : – 0,5 %, Fabuleux ! Et tous de broder sur ces merveilleux « -0,5 % » dont la pérennité est loin d’être assurée puisque la croissance a été nulle au second trimestre et que cela aura un effet négatif sur l’emploi dans les mois à venir.

« L’embellie tant espérée par le gouvernement est finalement arrivée. Après une hausse de 0,2% en juin, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, a reculé de 0,5% sur un mois, à 3 506 600 en juillet, selon les chiffres dévoilés par la Dares et Pôle emploi ce mercredi 24 août pour la France métropolitaine, soit 19 100 chômeurs en moins. Un chiffre en baisse de 1,2% sur un an, ce qui représente 44 100 demandeurs d’emploi en moins« .

BIENVENUES RADIATIONS !

Bravo, mais à quel prix ?
Celui – entre autres – des radiations et des défauts d’actualisation !

Janvier 312 100 demandeurs d’emploi radiés,
Février 314 200,
Mars 323 400,
Avril 337 700,
Mai 339 400,
Juin 340 200,
Juillet 326 100.

Les causes sont multiples qui vont d’un rendez-vous raté ou d’un formulaire non rempli à une mise en formation.

Ces 2,3 millions de radiés sont à compter dans les 4,5 millions d’« invisibles », qui n’entrent pas dans les statistiques, de nombreux chômeurs désespérés ou résignés ne se faisant même plus enregistrer.

Ainsi ce sont 6 513 900 chômeurs à temps plein ou travailleurs occasionnels dans une population de 66 millions d’habitants (estimation INSEE 2016), ce qui fait 9,9 % de la population si l’on oublie les 4,5 millions non comptés officiellement.

Si on les compte, le chômage réel hors statistique officielle est de 16,6 %
.

Ce qui compte pour les communicants de Hollande, ce n’est jamais la vérité mais ce qui peut être cru par les naïfs qui imaginent encore que la presse ou les émissions de télé sont là pour les informer, comme le confirme une note de l’Elysée, révélée par Le Canard enchainé, qui demande à Pôle emploi et a l’INSEE de faire leurs calculs de manière à ce que le seuil des 10 % de chômeurs ne soit pas dépassé.
Une belle arnaque présidentielle !

Si l’on ajoute aux chômeurs, comptabilisés ou non, les plus de 10 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté, on constate que la France s’enfonce dans la misère comme l’ont historiquement toujours fait tous les pays à économie socialiste, ce qui les oblige un jour ou l’autre, pour sauver la peau de leurs élus socialistes, à revenir à l’économie de marché libre et au capitalisme libéral. Macron a été recruté pour amorcer ce virage, la loi Valls El Kohmry devait le concrétiser, mais la mayonnaise ne prend pas. Tant que le nombre des créations d’emplois restera à la moitié de ce qu’il était en 2011, il n’y a aucune possibilité de voir la courbe du chômage s’inverser.

UnknownAppSchermSnapz001

Le livre que deux journalistes ont commis sur la base d’une série d’entretiens avec Hollande est révélateur de la fainéantise et de l’incompétence de celui-ci. Il confirme aussi que l’important pour le président, n’est pas de dire la vérité et de prendre les mesures adéquates pour relever la situation catastrophique de l’emploi, de la sécurité, de l’économie, de l’armée et de l’enseignement, mais de « faire croire » que tout va de mieux en mieux, d’abord grâce à son travail et à celui de l’équipe gouvernementale : « Le plus important, c’est d’imposer l’idée que l’on se défonce du matin au soir pour les Français« , dit-il.

Mais le bilan est lourd : la dépense publique continue à augmenter plus vite que la richesse nationale qui patine, la dette de l’Etat continue à croitre, comme le chômage réel, l’imposition et la taxation globales , l’éducation nationale est sinistrée, la santé publique s’enfonce dans le rouge, l’élite continue à fuir le pays, les migrants musulmans à affluer, la corruption du service public et des élus à enfler comme le signale Transparency International.

france-apaisée2

Vous devriez vous sentir en sécurité dans dune France apaisée, c’était une promesse de Hollande. Vous sentez-vous en sécurité ?

Mais Hollande ne pense qu’à une chose : se faire réélire et pour cela se montrer, parler, stigmatiser ses ministres auxquels il impute la cause de son échec, et vendre du vent au Français dans des discours sans idées, sans vision à long terme, sans charisme, sans talent et sans élégance. Montebourg et Mélenchon n’ont aucune peine à se trouver devant lui dans les sondages, non pour ce qu’ils disent, mais parce qu’ils savent accrocher l’attention.

C’est d’ailleurs une autre instruction donnée par l’Elysée à la presse : oublier les sondages qui le donnent en-dessous de 10 %, comme celui du 15 juillet dernier par Ipsos (5 %). « Si j’arrive à faire passer l’idée que ça va mieux, ça ira encore mieux« , dit-il aux deux journalistes. Toujours cette obsession de tromper pour faire croire que… « Il faut croire au hasard« , ajoute-t-il, en donnant l’ordre de truquer les statistiques pour faire croire que « tout va mieux« .

Et il refuse d’assumer son échec, tout est de la faute des autres et de la malchance « Je n’ai pas eu de bol« . En réalité, ce n’est pas le « bol » qui lui manque mais l’intelligence et le courage de parler vrai et d’agir efficacement. Ce n’est qu’un rusé magouilleur.

Hollande-courbe-chomage1

Il incarne « Le vide, la vacuité, la médiocrité, la boule de cristal » comme le décrit fort justement la blogueuse Nanouche, et il chouchoute la presse. Il la subventionne grassement et lui accorde 30 à 40 % de son temps, plus qu’à ses ministres, afin qu’elle « améliore son image« . Et la presse docile vante son immense compétence, son indulgence pour les imbéciles de Français qui ne comprennent pas son immense talent, sa bienveillance pour les pauvres et les immigrés. Elle répercute, en les amplifiant, ses mensonges. Il faut « faire passer l’idée » qu’il a réussi ! D’où cette prétendue diminution du chômage qui n’est qu’un leurre : en réalité ce sont + 7 500 demandeurs d’emploi en juillet, toutes catégories confondues. Et encore, grâce au subterfuge du doublement à marche forcée des entrées en formation, y compris sur des dispositifs menant à l’impasse. Pour aller plus vite encore, Pôle Emploi a même confié à des officines privées la relance téléphonique des demandeurs d’emploi pour leur proposer des formations, même à ceux qui ne sont pas demandeurs !

Il faut « faire croire », « passer des idées ». Pour cela ses communicants et la presse ont reçu des instructions : 50 % pour vanter les mérites de Hollande, 25 % pour critiquer ses compétiteurs à gauche (tous nuls cela va de soi), 25 % pour critiquer Sarkozy. Il est convaincu que Marine est en train de couler, plombée par le boulet Philippot et que c’est Sarkozy qu’il aura à affronter au second tour. Peu probable, ce sera plus vraisemblablement Sarkozy contre Marine, quoi qu’en pense Hollande.

Mais il faut être prudents tenaces, et rappeler sans cesse son échec et son incompétence.

Au pire, s’il doit renoncer parce que le chômage aura recommencé à grimper au quatrième trimestre et qu’il est toujours derrière Montebourg et Mélenchon, il annoncera son retrait en prononçant ses vœux de nouvel an, trop tard pour que Montebourg ou Mélenchon puissent remonter leur handicap, de manière à ce que la droite gagne pour punir cette gauche qui l’aura trahi.

« La République a reculé, la France s’est abîmée dans l’immobilisme et la chienlit s’est installée en se généralisant. Dévastation, massacres et ravages, voilà ce qu’a produit le socialisme en bientôt cinq ans. Pas besoin d’avoir un QI de 180 pour s’en rendre compte !

 » écrit la blogueuse Nanouche dans Boulevard Voltaire.

L’Imprécateur

banniere_2016_570