LA FRANCE CONTRE LA “GUERRE SAINTE” ISLAMIQUE (par le Pasteur François Celier)

Après avoir souffert la « sale guerre » de 14-18, puis la « der des der » de 39-45, la France découvre la « guerre sainte » islamiste de 2015 à 2022 pour le moins.

guerre-sainte-Islam

Vue par le peuple citoyen « d’en-bas », il semble que sa défense militaro-policière présente dans des lieux sensibles et aux franges de ses quartiers « perdus » (toujours pas reconquis), hésite à nommer et détruire les racines religieuses jihadistes infiltrées par milliers sur son sol. Par méconnaissance de la dimension métaphysique qui les anime, elle est décontenancée et par là-même inadaptée à contre-attaquer son terrorisme mortifère.

Dès lors, le peuple citoyen d’en-bas appréhende un clash majeur, sanglant et hautement emblématique qui s’abattra sur le pays, d’un jour à l’autre. En fait, la politique de Défense nationale ne comprend pas le mobile profond de la guerre de religion qui va l’embraser à feu et à sang, de même que les 27 autres pays européens, et la civilisation occidentale gréco-judéo-chrétienne du monde libre.

C’est pourquoi il conviendrait de revenir à la source du schisme conflictuel de Jacob/Israël et d’Ismaël-le-Guerrier, fils de la postérité d’Abraham, dont nous subissons jusqu’à nos jours les conséquences. Depuis l’aube métaphysique de la conscience du Bien et du Mal, l’observation des rapports humains des grands ensembles démographiques, montrent  qu’une fracture abyssale sépare deux types de populations sur les plans culturels et religieux.

La vision du planétarium des temps anciens révèle qu’une onde de choc, d’éthique déontologique, se propage dans l’espèce humaine, responsable sans recours de sa liberté d’être et de son libre arbitre.

Dans notre espace-temps contemporain, d’une part, plus de 2 milliards de croyants d’obédience judéo-chrétienne, auxquels s’adjoignent près de 2 milliards de confessions religieuses « autres » (bouddhiste, hindouiste, etc.) ; de même que près de 2 milliards de personnes laïques et agnostiques − forcément impliquées − sont d’autre part alarmés par la volonté coranique d’un milliard 300 millions de musulmans, fédérés dans une Oumma politico-religieuse omnisciente.

De bon ou mauvais gré, ces croyants en Allah et son prophète sont solidaires de cette entité transfrontalière qui les abrite, sachant qu’un cimeterre leur trancherait le cou s’ils envisageaient de l’apostasier.

À l’aube de notre 21ème siècle, le regain de l’Oumma islamique bénéficia opportunément de combler les vides religieux et géopolitiques des deux dernières guerres mondiales. Cette élévation en puissance lui permet de revendiquer haut et fort une souveraineté théologique totalitaire, sous l’égide d’un Califat mondial médiéval.

Ce dernier, doté d’un mode opératoire fondé sur le coran, la charria et le bras armé de cohortes islamistes, proclame son déploiement dans toutes les nations mécréantes, afin de les soumettre à la gloire de leur Dieu. En quatorze siècles, cette ambition politico-théologique s’est accomplie dans 57 pays, par ruse diplomatique, phagocytage graduel ou violence de ses batailles, son esclavagisme et ses attentats jihadistes.

De nos jours, cette déclaration de « guerre sainte » semble être l’eschatologie de son ultime assaut, recommandée par son inamovible « livre saint », et la caution juridique des lois moyenâgeuses de la charria. Or, depuis le mal-nommé « Printemps Arabe », d’incessants conflits religieux et ethniques, d’ampleur croissante, furent déclenchés depuis le 11 septembre 2001 contre la civilisation occidentale.

En fait, ils révèlent que l’épicentre des évènements qui adviennent se situent au-delà d’une impensable rationalité. D’après les Ecritures bibliques des prophètes hébreux, ces derniers présagent un déluge de feu qui se focalisera spécialement sur la capitale israélienne avec son « kotel », vestige du mur Occidental du Temple juif, témoin gênant de la souveraineté du Créateur, l’Éternel « JE SUIS ».

Édifiée en « Sion », qui signifie signe ou repère pour l’humanité, Jérusalem (Yerushalayim) cité du roi David, représente depuis ses origines un vertige obsessionnel géopolitique. Sa renaissance providentielle en 1948 donne plus que jamais le tournis à la majorité des 197 membres de l’auto suffisante ONU.

La plupart des pays qu’elle représente sont décontenancés par l’impact que  représente en terme de prestige, l’insignifiante capitale du roi David, en regard de la puissance de leurs propres cités, d’ambition babylonienne par leurs « gratte-ciels » (dont le prochain aura mille mètres de hauteur) qui symbolisent pour leurs bâtisseurs, la rébellion du genre humain contre son Créateur.

Les Présidents des 197 capitales onusiennes subodorent que la renaissance de la cité de David remettra en question leur prédominance, ce qui provoque en eux un rejet mâtiné de haine envers la « Jérusalem céleste », dont ils appréhendent la venue dans leur contemporanéité.

Dès lors, selon les Écritures, il est vraisemblable qu’à l’aube du XXIème siècle, Jérusalem soit une « pierre pesante pour les nations ».

Comme un pôle magnétique de vérité sur une face, et de frustration destructrice à son revers. Ainsi, cette modeste cité prénommée « la demeure de Ha’shem » (Dieu), continue de troubler le sommeil des Puissants de ce monde, notamment des élites du Nouvel Ordre Mondial tout autant que la mystique aberrante d’un Califat islamique planétaire.

Sultans, Imams et Ayatollahs constituent le deuxième versant de l’abyssale « fracture » du genre humain. Aspirant à prendre une  « pôle position » théologique, ils revendiquent leur prééminence à partir d’une sombre « Kaaba » noire, sise dans l’enceinte de la Mecque arabo-persique. Or, ce serait depuis ce lieu d’antériorité obscure que se répand le souffle méphitique de l’appel à la « guerre sainte » des peuples Arabes-Perses-Turcs-Asiatiques-Africains et autres, contre un monde mécréant. Parmi ce dernier, vivent et prospèrent deux milliards 200 millions de croyants d’obédience biblique, radicalement réfractaires et antagonistes.

Ils constituent une civilisation différente par sa culture gréco-celte-romaine et israélo-chrétienne.

Néanmoins, il s’avère que dans cette civilisation occidentale riche et opulente, seul un faible pourcentage de ses populations paraît apte à combattre cette « guerre sainte islamique » qui leur a été déclaré par force d’attentats d’une horreur sanguinaire, dans le but d’apeurer les esprits.

L’ensemble de la civilisation gréco-judéo-chrétienne est engluée dans la lourdeur des appareils d’États démocratiques, d’une liberté culturelle permissive sans frein ni garde-fous, de droit-de-l’homme dévoyés, de pouvoirs politiques focalisés sur de sordides complots électoralistes, d’une Justice laxiste due à des magistrats défaillants, de Fonctionnaires Publics corporatistes, de Corps Enseignants aux pédagogies destructrices, d’Institutions a-variées, d’une Défense nationale démunie de moyens adaptées et des forces de l’ordre bâillonnées.

L’ensemble des corps sociaux sont sous l’emprise de mensonges orwelliens, avalisés par de fourbes autorités et des médias complices. 

L’Europe engrossée de 28 pays associés s’estime supérieure, par l’accumulation des richesses historiques de ses membres et de son poids démographique. Elle refuse d’entendre qu’elle est déjà vaincue par ses combinaisons douteuses, sa litanie de décrets moulinés par ses Commissaires grassement appointés, ravis de régir et diviser pour mieux dominer, sans l’aval des peuples-citoyens plus ou moins anesthésiés.

En réalité, l’Europe s’est laissée berner et envahir par plus de 50 millions de musulmans immigrés, légaux ou clandestins, dont l’esprit, la culture et l’esprit de domination sont antinomiques à la sienne. 

S’agissant des 66 millions de Français, alanguis par trop de déceptions des États de l’Union, de menteries accumulées sur quatre décennies, d’addiction au consumérisme, de déchristianisation par une théologique de laïcité anti-dieu et a-morale. Les Français citadins comme de terroirs, sont déboussolés, égarés et alarmés. Ils paraissent peu enclins à affronter un Islam conquérant, qui méprise la mort de surcroît.

De plus, en distillant goutte à goutte l’omniprésence de la peur, en créant des chaos propices à leurs tactiques de guerre, les jihadistes parviennent à sidérer les autochtones qui, sans guide ni boussole, pourraient capituler, par accablement fataliste.

Or, dans cette guerre ethnique française qui s’organise sur son sol et ses îles, quelques centaines de milliers de citoyens patriotes se lèvent dans le but d’agir, déterminés qu’ils sont à démystifier les leurres du « vivre ensemble » avec un Islam de « paix et tolérance » trompeur qui lui sont bassinés jour et nuit.

Ce grand nombre de Français dispersés et désorganisés veut entrer en résistance active, à oser la dissidence administrative, préfectorale et, s’il le fallait, à contourner des forces de l’ordre qui s’y opposeraient injustement. De même sont-ils déterminés à vilipender et neutraliser des édiles corrompus, des maires cramponnés à leurs écharpes, des banquiers avides de dollars, des administrateurs soudoyés et des affairistes sans vergogne.

Il en est de même des Politiques, Parlementaires, Sénateurs et hauts fonctionnaires, dénués de scrupule, d’éthique et d’honneur. Certains patriotes commencent même à répertorier ceux qui ne voient que profits et discrètes collaborations avec l’ennemi.

Face à ces innombrables âmes indignes, des milliers de concitoyens, qui aiment la France, sont prêts à s’enrôler comme conscrits dans une « Armée de l’Ombre » (nda: selon un scénario imaginable) pour reconquérir par guérillas contre-offensives, les quartiers, villes et territoires « perdus » de la République. Il est sûr qu’à l’heure actuelle, une partie de la population française exaspérée est prête à des débordements incontrôlables (1).

Aussi, pour éviter la probabilité d’une guerre civile, l’intervention d’une « Armée de l’Ombre » adaptée aux situations les plus menaçantes, serait de mise.

Par son invisibilité, sa non-officialité, ses interventions fluides et rapides, analogues aux résistances historiques, cette armée parallèle constituerait un appui souple et efficace. Assistée par un Service de Renseignements imperméables, elle s’avérerait très utile pour les unités militaires d’élites, freinées qu’elles sont par la lenteur administrative des chaînes de commandements hiérarchiques, qui se neutralisent parfois, et des aléas politiques qui amènent des lourdeur interventionnistes.

Parmi ceux qui se lèvent déjà, certains généraux et chefs militaires aguerris des forces de commandement peuvent s’inspirer de héros d’autrefois, tels Charles Martel ou Jehanne d’Arc, dont le mythique « anneau » vient d’être acquis au Puy-du-fou, par Philippe de Villiers.

S’y ajouteraient un grand nombre d’hommes d’honneur, de courage et de droiture de cœur. Toutes ces compétences en vigilance active, réveilleraient assurément l’esprit patriotique de la France.

Avec un noyau initial d’hommes de guerre et d’experts en stratégies et, par ondes concentriques des milliers d’hommes et femmes volontaires, agissants en maints domaines, constitueraient pour cette « Armée de l’Ombre » un faisceau de valeurs exemplaires.

La tâche de son État-major, gardé et abrité, consisterait à organiser plusieurs niveaux d’interventions; avoir des transmissions cryptées et recruter des entraîneurs de terrain à la guérilla active.

En quelques mois, de nombreuses « Compagnies de l’Ombre » serraient aptes aux opérations coups de poing, répondant coup pour coup aux attentats jihadistes.

Des dizaines de cadres, assermentés par une Charte incontournable, prendraient en charge des centaines de conscrits volontaires et frères d’armes, en les priant au passage de « laisser au vestiaire » leurs partis politiques, afin qu’ils n’aient à l’esprit que la volonté de libérer la France. Par ailleurs, l’objectif sera d’anticiper et contrecarrer les jihadistes, leurs mandataires et leurs sources de financements. Cela nécessitera d’ajuster les effectifs recrutés et formés dans les villes-clefs et les territoires névralgiques, de même que dans les îles et la francophonie.

Bien qu’elle ne soit encore qu’une « Armée de l’Ombre » en devenir, son schéma doit penser à coordonner ses contacts et savoir saisir les opportunités qui se présenteraient.

Sa première feuille de route consisterait à jauger l’état des lieux et démasquer ceux qui seraient susceptibles de pactiser avec l’ennemi.

Dans le même temps, rectifier les désinformations médiatiques ; réarmer moralement les cadres dirigeants les plus honnêtes ; remettre à niveau l’armement des forces militaires et civiles ; repérer des groupes d’individus gauchistes et musulmans qui s’y sont embusqués ; démanteler les réseaux de passeurs d’émigrants; exhorter au rehaussement éthique du pays ; colmater les failles sécuritaires; surveiller l’embrigadement de détenus dans les prisons ; priver de la manne financière le parasitisme et les nuisances associatives qui dévoient la jeunesse estudiantine et enfin, rétablir la peine capitale pour les jihadistes, qui par ailleurs, sont de fervents adeptes de la mort.

Ces chantiers de grande nécessité devraient être mis en application durant les 100 premiers jours du quinquennat de 2017. Ils représentent la réalité d’un Salut Public National, sous peine de le voir s’effondrer, ce qui entraînerait aussi la chute de plusieurs nations de l’UE.

Concernant la régénération de l’autorité gouvernementale, sa prochaine équipe dirigeante ne devrait plus se référer aux « us et coutumes » des anciennes législatures, mais s’adapter à un monde en crise aigüe d’identité et de sécurité. Et pour cela, innover sans cesse, avec un esprit de salubrité publique en fonctions des aléas politiques et des offensives islamistes.

Les hommes et femmes qui vont composer cette Armée de l’Ombre s’appliqueront à restaurer l’image défigurée de la France et oser faire un audit du désastre économique dans laquelle se trouve la France: chômage, faillites, fuites des talents, braderie du patrimoine, endettement colossal.

Le but de « l’Armée de l’Ombre » serait de rétablir les valeurs de ses racines judéo-chrétiennes et du sens réel des mots: « oui c’est oui », « honneur », « sens du devoir », « famille », « amour de son pays », etc.

Autrement dit de réinvestir l’Histoire de la France dans son entièreté.

Par subreptice mondialisme culturel, elle a été gravement déstructurée, pour qu’advienne un « changement de population et de civilisation ».

La nouvelle équipe doit ramener la France à sa juste position dans le concert des nations, en tenant compte que l’Europe (2) devra rejeter ses lubies mégalomanes, ses mésalliances suspectes, sa juteuse bureaucratie interne et ses égarements de technocrates insensés. De même, elle devra rejeter « ad patres » l’entrée de la Turquie dans sa bergerie, inviter cordialement la Russie à venir dialoguer à Bruxelles, cesser de s’arrimer à une OTAN dépassée et enfin, ne plus fantasmer, pieds et poings liés, pour un ténébreux Mondialisme. Il n’est pas trop tard ! Que les hommes et femmes de foi en l’Éternel prient comme Jehanne d’Arc, pour que la France retrouve ses esprits, ses droits et son honneur.

Célier François - pasteur

© François Celier pour Europe Israël News 25.04.2016

  1. Une révolte citoyenne gronde dans de nombreuses régions de France. Cette colère les amènent à s’interroger sur la manière de s’unir pour renverser, s’il le faut, une gouvernance qui se délite à ses yeux. Ils aspirent à réveiller la volonté du plus grand nombre à combattre l’intrusion d’une civilisation étrangère et incompatible, qui veut les soumettre par des actes barbaresques d’une violence sanguinaire inouïe.
  1. « Le Seigneur te frappera de vertige et de cécité, et de perturbation morale; et tu iras tâtonnant en plein midi comme fait l’aveugle dans les ténèbres, tu ne mèneras pas à bonne fin tes entreprises, tu seras opprimé et spolié incessamment sans trouver un défenseur. »  (La Bible. Deut. 28: 28-29)
 

JUPPÉ : ARROGANCE ET AUTISME (billet du président de l’ASAF)

Nous avons souvent publié sur Minurne des communiqués de l’ASAF (Association de Soutien à l’Armée Française).
À Sciences Po, le 25 avril, Alain Juppé s’est fait remarquer par ses propos inacceptables concernant le Général Soubelet, provoquant − entre autres − de nombreuses réactions d’officiers généraux.
Nous publions ici celle de l’ASAF, qui a été initialement publiée sur le site officiel de cette association.
En cette période de violence terroriste islamique et de confirmation de menaces sérieuses sur la sécurité intérieure de la France, Minurne observe avec intérêt et bienveillance les prises de position courageuses de chefs militaires et de leurs institutions représentatives, refusant de se taire au motif d’un prétendu “devoir de réserve” qui voudrait leur interdire de faire profiter le pays de leurs expériences stratégiques et politiques au sens noble de ce dernier terme. Surtout quand ceux qui nous gouvernent − ou qui se proposent de gouverner − plutôt que traiter des vrais problèmes de la France, semblent se polariser sur la chasse aux “dissidents”, soutenus en cela par les dirigeants non élus de l’Union Européenne qui pérorent, décident et réglementent quotidiennement avec dogmatisme et idéologie contre les intérêts supérieurs de la Nation de l’Union.

Marc Le Stahler

Bannière 2016

Les propos tenus le 25 avril devant des étudiants de l’IEP de Bordeaux par monsieur Juppé au sujet du Général de corps d’armée Bertrand Soubelet sont parfaitement incongrus et incompréhensibles au regard des responsabilités qui lui ont été confiées dans le passé et de celles auxquelles il aspire pour l’avenir proche.

« Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça s’en va. »

Non, monsieur Juppé, un officier général n’est pas un ministre qui passe d’un ministère à un autre souvent sans connaître grand-chose aux matières qu’il est amené à y traiter.
Un officier général, en situation de responsabilité, possède une compétence indiscutable et indispensable pour permettre aux dirigeants politiques (Président, ministres et élus) de prendre les meilleures décisions en toute connaissance de cause. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le général Soubelet a été auditionné !

Les militaires, y compris ceux qui appartiennent au haut commandement, ont donc le devoir de s’exprimer devant les élus et les Français avec la plus grande franchise. Refuser les analyses et les propositions de ceux qui possèdent la connaissance précise des réalités, c’est faire preuve d’un autisme qui explique sans aucun doute bien des problèmes que la France rencontre sans les traiter au fond parce que ses dirigeants ne savent pas écouter et donc comprendre et décider avec intelligence.

Dire d’autre part que « Les militaires ont le droit de penser mais il y a des limites à ne pas dépasser » est non seulement inconvenant mais proprement scandaleux. C’est la marque d’une suffisance voire d’une arrogance détestables souvent attachées d’ailleurs à l’image que les Français ont de l’auteur de cette sentence. Qu’aurait dit monsieur Juppé si l’on avait appris que le général Soubelet avait caché la vérité à la représentation nationale ? Aurait-il félicité ce général d’avoir menti par omission ?

En écoutant ces propos, on comprend bien pourquoi les Français disent ne plus avoir confiance en une classe politique autiste.

Ils souhaitent maintenant des chefs francs et clairvoyants, courageux et animés du seul souci de servir l’intérêt général.

En considérant les militaires comme de simples exécutants muets, monsieur Juppé exprime en fait sa volonté de voir une caste politicienne conserver le pouvoir et ses prérogatives, en faisant taire les Français qui veulent ardemment sortir la France de l’impasse dans laquelle elle se trouve.

Monsieur Juppé, en ce centième anniversaire de la bataille de Verdun, l’Histoire nous rappelle qu’on ne conduit pas la France à la victoire et au succès contre les Français ou sans eux. Cela est d’autant plus vrai quand on aspire à devenir le chef des armées et qu’on se permet de faire de la démagogie sur le dos des soldats français.

Henri PINARD-LEGRY
Officier général (2S)

HPL

 

FAMILLE : CERTAINS TÉNORS DU FN SE TROMPENT D’ADVERSAIRES (par Fabien Bouglé)

Certains adoptent une posture particulièrement répulsive vis-à-vis des défenseurs du mariage et de la famille traditionnelle.

par Fabien Bouglé
Conseiller municipal de Versailles − Groupe d’opposition “Versailles Familles Avenir”

Philippot

Certains ténors du Front National adoptent une posture particulièrement répulsive vis-à-vis des défenseurs du mariage et de la famille traditionnelle.
Les propos de Florian Philippot, qui estime que la question de la famille est aussi importante que la culture du bonzaï ou insulte le Salon Beige, laisse à penser que Marine Le Pen et son bras droit n’ont absolument rien compris à la force du mouvement de La Manifs Pour Tous, et ceci même si c’est aujourd’hui la seule formation à promettre l’abrogation de la loi Taubira. Le Front National – qui est aujourd’hui le premier parti du vote des « mariés homosexuels » selon le CEVIPOF – a-t-il renoncé à celui des familles traditionnelles ?

Comment un parti qui espère diriger la France se laisse aller au pitoyable rejet d’un électorat aussi précieux que les familles. Le refus de considérer le courant conservateur au sein du FN part d’un calcul politique erroné : en rejetant médiatiquement La Manif Pour Tous (qui serait un vote perdu, selon Marine Le Pen), le FN gagnerait des voix à gauche. C’est la même erreur qui a fait perdre Nicolas Sarkozy en 2012. En suivant la ligne gauchiste de NKM, il a perdu toute crédibilité vis-à-vis de son réservoir de voix à droite. Il a corrigé le tir vers la fin de la campagne, mais son revirement fut trop tardif.

C’est un tort considérable que de ne pas voir que la société tout entière se droitise, et ceci même si les médias cherchent encore à camoufler ce phénomène. Marine Le Pen et son acolyte tombent dans leur piège, alors que l’élection présidentielle est celle du rassemblement de courants parfois très différents. La victoire ne peut exister sans alliance nationale, qui ne peut exister sans acceptation de différences de vision. Il est illusoire de croire que l’on peut gagner seul !

On soulignera l’énorme fossé existant entre les deux dirigeants et les élus de base du FN ovationnant Marion Maréchal-Le Pen, plus conservatrice et en phase avec les aspirations populaires. Par ailleurs, défendre les Français contre l’invasion des immigrés clandestins passe nécessairement, et également, par une politique familiale et nataliste forte, tout comme défendre la souveraineté passe par la prise en compte des familles comme cellules de base de la société.

Il est vrai que les cadres coordonnant La Manif Pour Tous n’ont pas été particulièrement accueillants vis-à-vis des élus FN et on ne peut être que sidéré par la trahison du mouvement Sens Commun des Républicains, dont les élus votent pour les subventions LGBT et le Planning familial au conseil régional des Pays de la Loire et dont l’une des dirigeantes, Madeleine Bazin de Jessey, contestait dans Figaro Vox « la laïcité à géométrie variable » en mettant sur un même plan les crèches de Noël installées par certaines municipalités et les festivités du ramadan organisées par la mairie de Paris, occultant ainsi la primauté culturelle judéo-chrétienne de la France.

Mais une chose est certaine : les millions de manifestants de La Manif Pour Tous et les 500.000 familles qui se sont fait spolier leurs allocations familiales feront le Président élu en 2017.

C’est serait un tort pour Marine le Pen comme pour Nicolas Sarkozy ou François Fillon de considérer ce vote comme anecdotique. Lors des régionales, là où les candidats ont soutenu une ligne LMPT, comme Laurent Wauquiez, le résultat a été excellent. À l’inverse de Valérie Pécresse, qui doit son seul salut à l’énorme erreur politique de Claude Bartolone. De même, Marion Maréchal-Le Pen a obtenu un énorme score en région PACA alors même qu’elle avait promis la suppression des subventions aux Plannings familiaux.

Cet article de Fabien Bouglé est paru le 26 avril sur le site Boulevard Voltaire

 

POURQUOI JE SOUTIENS BORIS LE LAY, CONDAMNÉ PAR LES SOCIALISTES À 2 ANS DE PRISON ? (par Nicolas Kirkitadze)

L’article original est paru le 25 avril sur Riposte Laïque

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. »
(Voltaire)

Bannière 2016

BorisLeLayBoris Le Lay, militant et blogueur ultranationaliste breton est dans le viseur du gouvernement socialiste. Son casier judiciaire, déjà très chargé, s’alourdit de jour en jour. En mai 2015, il était condamné à six mois de prison pour avoir dit qu’« il n’y a pas de Celtes noirs » à propos de Yannick Martin, un Français de couleur jouant dans un bagad breton. Dans un article écrit sur son blog, il avait remis en cause la partialité de la vice-procureur de Quimper, Mme Fatou Mano en déclarant : « comme le prénom du procureur précité le laisse paraître, c’est bien une Africaine qui a été chargée de mener la charge contre le Breton que je suis. »

Ces mots lui ont valu une peine de 2 ans de prison ferme, pour « provocation à la haine raciale ».

Je ne partage pas le quart des idées de M. Le Lay, qui verrait bien sa Bretagne natale devenir indépendante ; je n’ai que peu de points d’accords avec quelqu’un dont la vision politique se borne à la seule couleur de peau. Qu’y a-t-il de mal à ce qu’un Noir joue de la musique bretonne ? C’est même une pratique à encourager, car elle cimente l’assimilation de la personne dans une communauté ethnoculturelle qui n’est pas sienne par nature, mais qu’il a choisi et qu’il chérit. Je n’oublie pas non plus certains propos outranciers de M. Le Lay sur le Général De Gaulle et le défunt Charles Pasqua, qualifiés par lui d’« ennemis du peuple breton ».

Pour autant, doit-on le faire taire ? Si oui, pourquoi ? Au nom de quelle légitimité morale ? N’a-t-il pas le droit de militer pour l’indépendance de sa région natale et de ne pas aimer la sacro-sainte République ni les «valeurs » de celle-ci ? Va-t-on lui interdire d’avoir sa vision politique, si polémique soit-elle, et même si elle n’est pas la nôtre ? Ma réponse est «non » ; celle du gouvernement, vous la connaissez…

Si le gaulliste que je suis ne peut que réprouver le la vision ethnoraciale de M. Le Lay, la frénésie enragée du gouvernement socialiste visant à faire taire toute opinion divergente est encore plus réprouvable. Eh oui, il est loin le temps des amendes et des peines avec sursis. Si en 2016, on vous déclare coupable de penser différemment, gare à vos oreilles! Car c’est un aller simple pour la taule.

Pour une fois que la justice se montre sévère, il faut que ce soit contre les patriotes…

Aujourd’hui, un mandat d’arrêt est lancé contre Boris Le Lay ; qui peut nous garantir que demain, ce ne sera pas le tour d’un autre journaliste, intellectuel ou simple citoyen lambda dont la pensée aura eu le tort de déplaire aux gardiens de la morale républicaine ? « 43ème » : c’est la place qu’occupe la France dans un classement mondial portant sur la liberté d’expression. Où sont les Charlie’s ?

Cette condamnation crée un précédent historique. Ce n’est pas la première fois qu’on condamne pour des mots dans le pays des Droits de l’Homme. Bien de journalistes et d’intellectuels en tous genres ont eu affaire à la justice pour avoir « offensé » telle ou telle catégorie de la population par un mot trop discriminant, trop agressif, trop méchant, trop caca, etc.

Mais ces personnes n’avaient écopé que d’amendes ou de peines de prison avec sursis (sauf les historiens « révisionnistes » dont bon nombre ont passé plus d’un hiver dans les geôles républicaines, mais leur cas est singulier). Même le sulfureux Dieudonné n’a pas passé un jour de sa vie en prison. La condamnation de M. Le Lay est donc bel et bien un pas de plus franchi dans l’avènement de la pensée unique et la répression des opinions divergentes.

Nicolas%20Kirkitadze-164

Nicolas Kirkitadze

 

Français de cœur, Nicolas Kirkitadze est étudiant en Histoire.

 

RÉSISTANCE !
« RÉSEAUX RÉMORA »
(par Luc Sommeyre)


http://www.remora-europe.eu/

site Internet « grand public »

Par 228 voix contre 32 à l’Assemblée Nationale, l’État d’Urgence sur le territoire a été prorogé (pour la 5ème fois) jusqu’au 15 juillet 2017.

Avertissement

logo_vigipirate_unePour faire face aux menaces terroristes grandissantes, l’État a mis en place un numéro vert : le 197 dit « alerte attentat ».
Personne n’ignore que la perpétration d’attentats multiples et coordonnés envisagée par Daesch engendrerait un tel chaos que toutes nos Forces (Armée, Gendarmerie, Police) seraient amenées à intervenir partout et en même temps sur le territoire national.
Personne n’ignore non plus qu’en 10 ans, la France a perdu 80.000 hommes dont la mission était d’assurer la sécurité de notre population.
Devant la désespérance prévisible de nos Soldats, de nos Gendarmes et de nos Policiers, de ne pouvoir répondre en tous lieux à ce vraisemblable état de crise sans précédent avec toute l’efficacité qu’ils souhaiteraient faute de moyens suffisants, la mobilisation de la Société Civile toute entière aux côtés des Forces de l’Ordre est une impérieuse opération-citoyenne.

Le plan Vigipirate renforcé 2016 vient d’être publié. Vous pouvez le consulter en cliquant sur ce lien.


TABLE DES MATIÈRES

FINALITÉ. 1
CORPUS. 2
LE RÔLE D’UNE CELLULE. 2
DES 100 ET DES 1.000. 3
ORGANISATION CLOISONNÉE. 4
PROTECTION DES RÉSISTANTS ET DE LEURS PROCHES. 4
OUVRAGES DE RÉFÉRENCE. 4
LE « TOUR DES POPOTES ». 5

FINALITÉ

Constituer partout en France au sein de la Société Civile des Cellules aptes et disposées à apporter leur connaissance parfaite du terrain et leur soutien aux unités de l’Armée, de la Gendarmerie et de la Police qui pourraient être amenées à intervenir hors de leurs bases naturelles en cas d’événements graves perturbant le fonctionnement de la société (attentats multiples et coordonnés, troubles locaux de type guérilla urbaine, etc.).

Le nom de l’Opération fait allusion à ce petit poisson de 30 à 40 cm qui n’est pas un poisson d’attaque mais se colle par ventouse à un requin qui, lui, est un combattant redoutable. Disons que le Rémora guidera le requin vers sa cible et lui évitera les embûches. En biotique, ça n’est pas tout à fait exact, mais l’allusion est claire.

Imaginez un instant qu’à l’occasion de troubles civils graves, une unité du 27ème bataillon de Chasseurs Alpins basé à Annecy soit déployée à Marmande dans le Lot-et-Garonne où toutes les structures locales se trouvent désorganisées. Certes, nos soldats seront munis de cartes et renseignements locaux sur la région où ils auront à intervenir. Mais ils ne se retrouveront pas sur leur terrain de jeux naturel. Il leur manquera le « ressenti humain » de la population, l’actualisation du renseignement opérationnel (voir plus bas LE RÔLE D’UNE CELLULE, point 2) que seules les Cellules Rémora enracinées seront en mesure de leur fournir pour leur éviter les pièges et accommoder leur stationnement au mieux. Le Rémora se collera sous le requin, lui évitera les pièges, l’aidera à localiser les cibles en lui fournissant l’aide logistique civile, et surtout – c’est très important au plan du moral – lui apportera la marque de la SOLIDARITÉ DE LA NATION TOUTE ENTIÈRE.

Les Cellules Rémora n’interviendront jamais directement sauf sur réquisition. Elles agiront dans le RESPECT ABSOLU DE LA LOI RÉPUBLICAINE. Les particularismes attachés à l’État d’Urgence actuellement en vigueur seront pris en considération.

image-ppt

CORPUS

« Rémora » est un nom générique. Ce n’est pas une association. Ni carte de membre, ni cotisation.

Les Cellules se composent à l’idéal de 4 à 7 personnes au maximum. Elles travaillent exclusivement sur un plan local. Il est bon et utile de s’informer de ce qui se passe dans le monde en général et en France en particulier, mais cette forme moderne de la Résistance se concentrera dans le périmètre restreint du domicile ou de l’habitation sans en déborder. Avant d’entreprendre des travaux de voirie, il faut « balayer devant sa porte ».

Aucune restriction confessionnelle ni politique hormis l’adhésion au Patriotisme et l’attachement aux valeurs de notre civilisation : le Droit Naturel. Hommes, femmes, jeunes, personnes âgées : chacun a sa place en apportant son expérience personnelle et sa bonne volonté. Une femme ou un homme âgé, même handicapé, pourra effectuer un travail capital, notamment dans le domaine du Rens (le renseignement). Son action contribuera à la victoire tout autant que celle d’un homme jeune ayant servi dans les Forces Spéciales. Ils ne feront pas le même travail mais seront complémentaires et solidaires sous la protection symbolique et magique de Jeanne d’Arc.

Aucune restriction de nationalité non plus. Il est de nombreux Étrangers qui vivent en France de façon parfaitement intégrée, qui aiment notre Pays comme leur seconde patrie, et qui nous apporteront le plus honnêtement du monde toute leur aide à défendre nos Terres, où ils vivent en paix.

Qualités requises : calme − discrétion − détermination.

Qui “dirige” une Cellule ? – En théorie personne. En pratique, un « chef » se dégage naturellement de tout groupe uni. C’est une constante universelle. Il n’y a aucune hiérarchie au sens classique du mot. Toutes et tous sont égaux face à la Contrerévolution que nous menons, pour reprendre le terme dont  le Colonel Pierre Château-Jobert désignait le Patriotisme. Pour lui, Révolution = subversion. Aujourd’hui, Révolution = propagation de la Charia.

LE RÔLE D’UNE CELLULE

Tout savoir dans le cadre du périmètre qui lui est affecté. TOUT.

  1. La Cellule devra CONNAÎTRE SON SECTEUR DANS SES MOINDRES RECOINS, découvrir et recenser s’il y a lieu :
    1. L’emplacement des stocks de nourriture et d’eau potable (notamment les réservoirs) ainsi que la manière dont ils sont sécurisés et approvisionnés ;
    2. L’emplacement des transformateurs électriques et autres sources d’approvisionnement énergétique (gaz et carburants) ainsi que la manière dont ils sont sécurisés et alimentés ;
    3. Identifier les lieux de soin et leur importance, localiser les emplacements du matériel médical et des produits pharmaceutiques (hôpitaux, infirmeries, médecins, centres de Protection civile, pompiers, etc.) ;
    4. Évaluer l’importance des garages et ateliers pour l’entretien et la réparation éventuelle de matériels roulants, et déterminer leurs capacités ;
    5. Savoir les caches, les caves, souterrains, raccourcis, voies d’accès et/ou de repli – ceci en zone urbaine comme en milieu rural ;
    6. Identifier les immeubles dont les toits ou certaines particularités architecturales pourraient servir de base pour ralentir, blesser ou tuer des membres des Forces de l’Ordre en intervention ;
    7. Localiser les centres de réunion des individus qui se déclarent ouvertement ennemis de notre Patrie, comme les mosquées salafistes aujourd’hui, déterminer les heures de fréquentation et le nombre de participants ainsi que les lieux de parking (il est inutile de chercher des lieux de rassemblement nazis : il n’y en n’a pas – mais s’il y s’en découvrait un, il conviendrait de pratiquer de la même manière) ;
    8. Et toute particularité locale comme autoroutes et voies rapides, rivières, forêts, mares, marécages, etc. (il est inutile de chercher des déserts sablonneux : il n’y en n’a pas – mais s’il y s’en découvrait un, il conviendrait de pratiquer de la même manière) ;
    9. Dresser une carte aussi claire que possible de tout ce que dit plus haut sur papier : l’Internet peut faire défaut et l’électricité peut venir à manquer.
  2. La Cellule aura essentiellement un rôle de RENSEIGNEMENT OPÉRATIONNEL :
    1. Elle dénombrera et identifiera les personnes physiques qui manifestent une hostilité ouverte ou larvée à l’encontre de notre Pays et des nôtres ;
    2. Elle prêtera aussi une attention particulière à celles ou ceux qui s’en rendent complices ouvertement ou par fournitures de moyens ou assistance.

Pour tous les membres des cellules et leurs amis : pensez dès aujourd’hui à constituer des réserves d’eau potable et de nourriture, de médicaments au besoin et de carburant pour une durée de trois mois au moins. L’achat d’un congélateur et d’un générateur électrique n’est pas une vaine dépense.

DES 100 ET DES 1.000

Nous avons aujourd’hui très largement dépassé plusieurs centaines de femmes et d’hommes répartis sur l’ensemble du territoire national et en Europe. Certaines et certains se sentent un peu “isolés” de prime abord. Qu’à cela ne tienne. Elles et ils sont les graines semées sur nos Terres, qui ont déjà commencé leur germination. Ils identifient rapidement autour d’eux « ceux qui vont bien » pour constituer une ou plusieurs Cellules géographiquement proches du domicile de chacun. Parfois, le vent emporte au loin une graine qui va pousser sur une terre lointaine, à des lieues de l’endroit où elle a pris naissance. On voit déjà fleurir l’arbre là où on l’attendait pas. Je pense particulièrement aux régions “Centre” et “Auvergne” où l’on semble encore dormir du sommeil du juste. Attention aux réveils en fanfare !

100 personnes de bonne volonté, à la tête bien faite et bien pleine : voilà le ferment indispensable. Nous l’avons depuis longtemps. Les Cellules Rémora qui ont été correctement constituées, qui travaillent avec sérieux et discrétion dans leurs périmètres respectifs avec leurs alliances et interconnexions, nous rendent à l’évidence : aujourd’hui, nous tenons le Pays. Le chiffre de 1.000 a été atteint et de très loin dépassé. Nous nous employons maintenant à matérialiser l’organisation et les relations en étoile qui permettront la coordination nationale entre les diverses Organisations patriotes, qui échangent déjà avec d’autres Patriotes allemands, belges, italiens, suisses, anglais, espagnols pour ne citer que les Nations limitrophes et amies.

À l’idéal, si une Cellule est constituée et animée par des personnes qui ont une expérience “de terrain” et dont les activités sont ou ont été directement en rapport avec le maintien de l’ordre opérationnel (Armée, Gendarmerie, Police Nationale, Police Municipale, Douanes et aussi Militaires et Paramilitaires ayant servi à l’étranger, etc.) elle se développera plus vite et l’efficacité de ses actions s’en trouvera renforcée. Mais ceci n’est pas une condition sine qua non.

ORGANISATION CLOISONNÉE

Aucun organigramme ne sera publié. Pour la sécurité évidente des Rémoriens, sans patauger dans les fantasmes aujourd’hui puérils de la “clandestinité”, le plus grande DISCRÉTION est impérative. Les membres ne connaîtront en tant que tels que ceux de leur Cellule propre. Les Cellules n’auront aucun rapport direct les unes avec les autres. Pour exemple : Châteauroux compte déjà plusieurs Cellules. Les membres de la Cellule « A » ignorent qui fait partie de la Cellule « X » puisqu’ils ignorent même que d’autres travaillent à Châteauroux. Les secteurs géographiques sont limitativement et soigneusement tracés.

Cette précaution élémentaire réduira à néant la nocivité des « taupes » qui ne manqueront pas de tenter de s’y infiltrer. Attention : on ne joue plus…

Chaque Cellule possède son organisation et ses codes de communication propres. Cela présente l’avantage de ne pas créer de schéma applicable à l’ensemble. Comme pour les “taupes”, les “hackers” auront bien du souci à se faire pour dresser notre cartographie. Là aussi, pour les sujets sensibles, je vous invite prestement à remplacer vos téléphones portables et autres ordinateurs par des moyens de communication moins conventionnels…

 NOS SYSTÈMES DE COMMUNICATION.

Les communications Internet internes ne se font plus qu’au travers de la messagerie suisse cryptée ProtonMail (cliquer sur le lien). Pour les communications SMS, audio et vidéo, nous utilisons l’application israélienne Viber, également cryptée.

Un site Internet “grand public” sera ouvert le 11 décembre 2016 à l’adresse suivante : www.remora-europe.info.

Un site Intranet “restreint” à consultation exclusive de nos Cadres et des Personnalités autorisées (sous adresses ProtonMail exclusivement) sera ouvert en version β (test) vers la mi-janvier et en version définitive en février 2017.

Tous nos systèmes de communication − entre autres − sont assorties de FT (Fiches Techniques) en Français sous format .pdf téléchargeables sur notre Intranet qui sera mis en place en février 2017. Une assistance téléphonique sera mise à disposition pour résoudre les cas de difficulté majeure.

PROTECTION DES RÉSISTANTS ET DE LEURS PROCHES

Pourquoi se cacher si l’on n’a rien à se reprocher ? – La question sera posée, mais elle est sans fondement. Il est évident que des éléments ennemis pourraient s’en prendre physiquement aux Patriotes qui, pionniers au sein de Rémora ou d’une autre Organisation de la Résistance, d’un futur Mouvement populaire généralisé en cas de conflit civil, symboliseront à leurs yeux le fer de lance de la Résistance. D’où mon slogan lancé sous forme de boutade : « Il vaut mieux passer pour un con que pour une cible ».

La DISCRÉTION LA PLUS ABSOLUE est IMPÉRATIVE : « Rémora ? – Connais pas ! »

Pour cette raison, je vous invite une fois de plus à relire attentivement le document RÉSISTANCE déjà publié sur ce site. Les conseils et invites qui y sont portés sont sans doute incomplets. Certains les jugeront maladroits. Mais ils constituent la base sommaire de la prudence élémentaire.

Voisins VigilantsJ’insiste aussi sur Les Voisins Vigilants, association apolitique à laquelle je vous invite vivement à adhérer. C’est gratuit. Vous y ferez la connaissance de personnes inconnues de vous jusqu’alors et vous vous rapprocherez de la Police ou de la Gendarmerie selon la zone de votre Cellule. Tout en demeurant particulièrement discret quant à la Résistance en général et à Rémora en particulier, vous y identifierez immanquablement des personnes qui peu à peu vont grossir nos rangs.

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE ABSOLUE

***** Colonel Pierre Château-Jobert

Château-Jobert PierreColonel Château-Jobert (1912-2005)

***** Colonel Roger Trinquier

Colonel TRINQUIERColonel Trinquier (1908-1986)

***** STRATEDIPLO

cseptieme-scenariocliquez sur l’image ci-dessus


 

LE « TOUR DES POPOTES »

Après avoir effectué près de 13.000 km sur les routes de notre beau Pays cette année, j’éprouve une grande joie : la mayonnaise prend admirablement pour user d’un langage vulgaire mais explicite. Je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont accueilli chez eux avec la chaleur fraternelle des camarades de combat, organisant des réunions de sensibilisation de personnes amies, conscientes des dangers qui nous menacent. Je n’ai pas pu déférer encore à de nombreuses invitations qui m’ont été adressées avec gentillesse, notamment en Alsace, Lorraine, dans les Ardennes, les Alpes, en Auvergne, ce que je regrette amèrement. Ne bénéficiant d’aucun soutien financier, mes moyens personnels ne me le permettent pas pour l’heure.

Je l’ai dit et je le répète : la déflagration civile généralisée en France se produira possiblement en mars 2017, à la suite des désordres sanglants qui surviendront en Algérie après l’annonce officielle de la vacance de la Présidence. Le FIS (Front Islamique du Salut) réclamera légitimement le pouvoir qui lui a été confisqué par le Coup d’État militaire du 11 janvier 1992. S’en suivra un véritable tsunami migratoire vers la France où nous pouvons estimer jusqu’à 20% d’agitateurs-terroristes d’une part financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar, d’autre part réarmés et instruits en Algérie par Daesch depuis juillet 2016.

C’est ce moment précis que l’État Islamique (qu’a priori on n’appelle pas « État Islamiste » que je sache) choisira pour perpétrer sur notre Sol une série d’attentats meurtriers dits en étoile pour tester la capacité de réaction de notre Armée et de nos Forces de l’Ordre. Les Services français (DGSE/DGSI) déploient des efforts considérables pour les empêcher avec souvent des succès retentissants, comme ce fut le cas dernièrement par l’arrestation de commandos à Strasbourg et à Marseille. Mais nos spécialistes du Rens savent pertinemment que, si on tend un filet au travers d’une rivière, de petits poissons finissent toujours par passer au travers des mailles. Et grossissent…

Aujourd’hui plus que jamais, notre slogan « soutenez votre Armée, votre Gendarmerie, votre Police » prend tout son sens.

Nous n’appelons pas ces sinistres évènements de nos vœux, bien au contraire. Mais se préparer « au pire » ne provoque pas l’évènement. De même quand un Citoyen s’arme, ça n’en fait pas pour autant un criminel !

Mais attention… le Système reproche toujours à ceux qui annoncent les évènements de les avoir causés. Nous aurons donc à nous garder des foudres de nos Élites présumées

Bon courage !

Je vous prie de recevoir et d’accepter mes salutations les plus amicales et patriotiques.

LS
[email protected]

NB : « Minurne-Résistance » est un site hébergé en Suisse.


POUR DES RAISONS ÉVIDENTES DE CONFIDENTIALITÉ, LES COMMENTAIRES À CETTE PUBLICATION SONT FERMÉS.

Pour autant, nos Camarades et Amis qui ont pris des initiatives et œuvrent à niveau décisionnaire pour la cohésion et la coordination de nos Organisations sont les bienvenus à nous faire parvenir leur sentiment. Nous publierons leurs textes s’ils le souhaitent, en prenant en considération leurs impératifs personnels.


 

 

RACKET, CORRUPTION, NUISANCES : LA MASCARADE SYNDICALE (par l’Imprécateur)

Le président a reculé sur de nombreuses réformes pourtant entreprises à minima.
Les deux seules que la plupart des citoyens sont capables de citer sont le mariage des homos et la hausse des impôts sur « les riches » – lesquels, au fil des années, sont devenus tout le monde excepté les élus politiques toujours partiellement exonérés d’impôts.
Il  a oublié beaucoup d’autres réformes annoncées dans son programme.
D’autres son indispensables et urgentes, mais il ne faut pas compter sur un président ou un gouvernement de gauche pour les lancer. L’une d’elles est la réforme du statut syndical.

La propension des syndicats à ne défendre que les intérêts de leurs membres, tempérée par l’obligation d’extension du « droit acquis » à toute la profession ou à la nation, et à oublier les chômeurs est bien connue. Il leur arrive aussi de revendiquer des « droits » totalement ahurissants comme vient de le montrer le 20 avril dernier l’USTKE (Union des Syndicats des Travailleurs Kanaks Exploités) inspiré par ses mentors la CGT et l’ex Parti des Travailleurs (1). Ce syndicat avait déjà obtenu un droit d’embauche prioritaire des Français nés dans le territoire de la Nouvelle Calédonie sur les Français nés en Métropole (une revendication qui existe en Corse aussi). Il vient de faire très fort.

Il demande aujourd’hui que soit instaurée l’obligation pour l’employeur d’embaucher les enfants d’un salarié « local » en cas de décès ou de retraite d’un salarié de l’entreprise !

1droit

Tout le monde connaît des cas, à vrai dire exceptionnels, où l’employeur, satisfait du travail du père, embauche le fils ou la fille en espérant que les qualités du père sont dans les gènes de son enfant. Cela permet au syndicat d’invoquer « un acquis social… certes, il n’est pas écrit, mais… devenu une pratique… une coutume…« .
Ah, évidemment, s’il s’agit d’une coutume ! Mais, pas bête, le syndicat s’appuie sur le fait que, dans l’entreprise où il lance le mouvement, le patron s’appelle Patrick Lafleur, neveu du leader politique calédonien Jacques Lafleur. Et que le neveu ayant hérité de la direction de l’entreprise créée par le père Jean Lafleur et l’oncle Jacques, il n’y a aucune raison pour que les employés n’héritent pas de l’emploi de leur géniteur (trice). Il joue aussi sur le fait que l’entreprise ayant parfois embauché des enfants de salariés, cela crée un « droit acquis« . Droit effectivement acquis en France depuis longtemps, au Moyen-Âge, quand les nobles embauchaient systématiquement les enfants de leurs sujets.

Le président fondateur du syndicat, Louis Kotra Uregei, aujourd’hui en semi-retraite, est devenu très riche. On le dit milliardaire grâce à son sens des affaires et au syndicalisme. Il verrait bien la présidence du syndicat reprise par l’un des ses enfants. Certains élus de gauche qui soutiennent la revendication syndicale aussi.

Cela dit, si l’on invoque les « coutumes », il faut rappeler que l’une d’elles est bien connue : c’est le soutien accordé par certains délégués syndicaux à des candidates à un poste ou à des filles ou femmes de salariés après qu’elles soient passées par la promotion canapé.
On pourrait donc demander aussi la légalisation du droit de cuissage en faveur des délégués syndicaux (DS), comme il est pratiqué, tous les DS vous citeront des cas, par certains patrons.
Pourquoi pas, au point de déliquescence où sont tombés les syndicats ?

Les syndicats ont partout dans le monde obtenu des avancées sociales incontestables. Mais ils portent en eux les germes de leur échec final. Se sclérosant au fil des ans, ils deviennent riches, très riches, prenez seulement comme exemple le nombre de châteaux qu’ils ont acquis en France et gèrent avec des fonds publics puisqu’ils sont déclarés « centres de formation professionnelle » et donc subventionnés. Même si, comme celui où logeait Arlette Laguiller à Presles (Val d’Oise) « propriété de Lutte Ouvrière au milieu d’un magnifique parc boisé » (description de Mediapart qui l’a visité), ils servent plus de centre de vacances et d’état-major politique que de centre de formation.

fete_2013_lo

Les syndicats ont perdu la légitimité qu’ils avaient par le nombre de leurs adhérents et n’en gardent des miettes que par les élections syndicales.

Il est parfaitement anormal que le gouvernement et le patronat négocient des accords avec des gens qui ne représentent que 7 % des salariés et que ces accords soient ensuite obligatoires pour les 93 % qui refusent le syndicalisme à la française ou l’apprécient si peu qu’ils refusent de cotiser à quelque syndicat que ce soit.

Il est parfaitement anormal que les syndicats soient financés à 70 ou 75 % par l’Etat de façon directe ou indirecte, comme la CGT qui perçoit plus de 500 millions d’euros chaque année, prélevés sur nos factures d’électricité, quand elle reçoit déjà de nos impôts le plus gros de son colossal budget.

D’autant que les comptes de syndicats sont très opaques, certains allant même jusqu’à les faire traiter par des cabinets comptables à l’étranger ! Dans la plupart des autres pays, les syndicats sont financés à au moins 80 % par les cotisations des travailleurs, mais parfois de façon obligatoire, la cotisation étant automatiquement et obligatoirement prélevée sur le salaire. Mais il est juste que les salariés financent leurs syndicats. Ce n’est pas le cas en France où les syndicalistes sont dans les faits des fonctionnaires, avec tout ce que cela implique de méconnaissance des difficultés et du fonctionnement des entreprises privées, ce qui explique qu’il n’y ait que 2 % de syndiqués dans ces entreprises.

Sans oublier les bâtiments, bureaux et les milliers de fonctionnaires payés par l’impôt, qui sont mis par l’Etat gratuitement au service des syndicats, à temps plein le plus souvent, sous couvert de « détachement horaire », ce qui crée autant d’emplois fictifs créés par les ministères, les administrations et certaines mairies comme celle de Paris.

Sans oublier non plus les bénéfices considérables (plus de 30 milliards d’€, chiffre donné par V.A. du 28-01-2016), qu’ils retirent de leur participation à la gestion paritaire de l’assurance chômage, des caisses de retraite et de la sécurité sociale : indemnités diverses, voyages à l’étranger (de préférence tropical), voitures de fonctions de luxe, secrétariats, primes extravagantes, etc.

Ce dysfonctionnement majeur du syndicalisme français ne serait qu’un moindre mal si les syndicats étaient utiles, en facilitant le fonctionnement de la société, comme en Allemagne, et en aidant, par exemple, à la résorption du chômage et au moins en ne fabricant pas des chômeurs. Ils sont malheureusement plus nuisibles qu’utiles, raison pour laquelle les Français n’ont pas confiance dans les syndicats et s’en méfient.
Trop d’entreprises ont fermé, dans l’industrie notamment, tuées par le jusqu’auboutisme idéologique imbécile de délégués de la CGT.

Ne jetons pas la pierre à tous les délégués syndicaux dont beaucoup se dévouent au bien de leurs camarades de travail. Mais dans les directions syndicales, on trouve beaucoup trop de politiciens communistes, trotskistes et socialistes déguisés qui n’ont pris la voie syndicale que pour mieux détruire la société industrielle et commerçante sous prétexte de créer l’ouvrier nouveau brandissant la faucille et le marteau des affiches marxistes d’autrefois.

Le grand intérêt qu’ils trouvent à faire de la politique par le syndicalisme, c’est la sécurité absolue qu’ils ont pour leurs emplois et leurs confortables revenus, même en cas de malversations financières avérées.

Cela ne se passe pas qu’en France. Les syndicats liés aux politiciens véreux ont ruiné le Vénézuéla, pays autrefois le plus riche d’Amérique du Sud. Aujourd’hui les Vénézuéliens doivent supporter une situation de quasi famine et des coupures d’électricité aléatoires au minimum 4 heures par jour.
En 2010 Hugo Chavez avait pris conscience de la nocivité des syndicats, qui se défendaient en prétextant une sécheresse, et interdit les coupures d’électricité en expliquant : « ce gouvernement doit être capable de reconnaître les erreurs commises et de les corriger« . Car c’était bien le laxisme du gouvernement envers les syndicats qui a provoqué la catastrophe.

En France, les syndicats ne sont plus des organisations occupées à protéger les travailleurs, mais des entreprises prospères parce que très rentables et exonérées d’impôts. « Des usines à cash d’une rentabilité diabolique » affirme Eric Brunet dans Valeurs Actuelles. Même s’ils ne représentaient plus que 1 ou 2 % des travailleurs, n’ayant plus pour cotisants que leurs propres membres délégués et représentants syndicaux, ils continueraient à percevoir des centaines de millions d’euros.
Le « dialogue social » tant vanté par le gouvernement est en réalité, en France, le dialogue d’un racketteur, le syndicalisme et de ses victimes, entreprises, salariés et contribuables, comme en témoignent les rapports de la Cour des Comptes sur le syndicalisme.

1 – Le Parti des travailleurs, d’inspiration trotskiste lambertiste et OCI, l’Organisation Communiste Internationale, a eu deux leaders connus, Daniel Gluktsein, son créateur et chef en 1991, et Gérard Schivardi qui fut candidat à la présidence de la République et obtint 0,34 % des voix. Il a été dissous en 1998 mais ses thèses sociales ont été largement reprises par Olivier Besancenot dans le Nouveau Parti Anticapitaliste et par José Bové, les deux ont été les conseillers de l’USTKE en Nouvelle-Calédonie

L’Imprécateur.

Bannière 2016

 

UNION EUROPÉENNE – TURQUIE : LA RÉVOLTE DES PEUPLES EUROPÉENS, SEULE VOIE DE SALUT POUR L’EUROPE ? (Général Antoine Martinez)

Combien de temps encore les citoyens européens vont-ils supporter, non seulement l’aveuglement et l’irresponsabilité des dirigeants de l’Union européenne dans la gestion de la crise migratoire, et notamment leur incapacité à protéger les frontières extérieures qui nous conduit à des lendemains douloureux, mais également leur arrogance et leur mépris à l’égard des peuples européens dont l’avis ne compte pas s’agissant de l’adhésion future de la Turquie à l’UE ?

L’éditorial du 07 décembre dernier  » Chronique d’un désastre annoncé « , publié après la signature, le 29 novembre 2015, d’un marché de dupes entre le Président du Conseil européen et le Premier ministre turc relançant les négociations d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, tentait de montrer que ce pays ne peut pas être admis au sein de l’Union européenne pour des raisons évidentes découlant de sa géographie, de son histoire et de sa culture. Il y était démontré, en outre, que devant les dangers que fait peser l’invasion migratoire en cours sur la sécurité et sur l’identité des peuples européens, la Turquie ne peut pas être considérée comme un partenaire ou un allié dans la gestion de cette crise majeure en raison de son attitude plus qu’ambiguë à l’égard de l’État islamique et de son rôle non seulement passif mais actif sur les flux migratoires en Mer Égée et sur la route des Balkans.

Rappelons l’essentiel de l’argumentation présentée dans l’éditorial du 07 décembre dernier.

La Turquie ne doit pas être admise au sein de l’UE, même si sa candidature a pu être acceptée de façon irresponsable lors du Conseil européen d’Helsinki, le 11 décembre 1999, et des négociations engagées depuis. Il s’agit d’une question de bon sens qui en fait une question de principe. En effet, la première des conditions à remplir pour un pays candidat est d’être un pays européen. Or, géographiquement la Turquie s’étend sur ce que, depuis l’Antiquité, les géographes ont dénommé “ l’Asie Mineure ”. Le nier c’est refuser d’accepter la réalité et s’exposer à des erreurs de jugement qui peuvent conduire à des fautes politiques dont les conséquences ne sont pas mesurables immédiatement. La géographie disqualifie donc la Turquie comme futur membre de l’UE qui aurait, de fait, une frontière commune avec la Syrie, l’Irak, l’Iran. C’est simplement insensé. Elle discrédite également ceux qui ont accepté sa candidature et qui continuent de la soutenir.
Par ailleurs, sur le plan historique, les relations entre l’Europe et la Turquie au fil des siècles ont été plus que complexes et difficiles. La bataille de Lépante (1571), le siège de Vienne (1683), le refoulement des Turcs des Balkans aux XVIIIème et XIXème siècles sont bien la marque d’un antagonisme profond dans la relation Europe-Turquie. Cet antagonisme a d’ailleurs posé depuis longtemps à l’Europe la question de son identité et a été un élément important dans l’émergence d’une conscience européenne. Enfin, culturellement la Turquie appartient à une civilisation différente par ses valeurs de celle de l’Europe chrétienne issue de l’Antiquité gréco-romaine. Là aussi la géographie y a laissé son empreinte car tout sépare un espace, européen, façonné par l’héritage judéo-chrétien qui a su dissocier le spirituel du temporel d’un autre espace, moyen-oriental, modelé par l’islam. Il faut donc accepter l’évidence: ni géographiquement, ni historiquement, ni culturellement la Turquie n’est un pays européen.

Ensuite, dans la crise actuelle des flux migratoires massifs qui submergent depuis plus d’un an l’Europe après avoir provoqué l’éclatement de Schengen et mis en évidence l’incompétence et la passivité criminelles des dirigeants de l’Union européenne, la Turquie ne peut pas être considérée comme un partenaire pour résoudre un problème majeur qui résulte précisément d’une action délibérée et mûrement réfléchie de sa part. Il faut bien comprendre que la Turquie – pays allié militaire au sein de l’OTAN, pays laïc depuis près d’un siècle par la volonté d’un homme, Atatürk, imprégné des principes de 1789, nourri par les auteurs des Lumières et par Napoléon, qui imposa par la force «  l’européanisation «  de son pays – n’a plus rien de commun avec celle de M. Erdogan et des islamistes au pouvoir aujourd’hui qui rêvent de la renaissance de l’empire ottoman et du califat.
Il faut rappeler que dès le début des révolutions survenues dans le monde arabo-musulman avec le
«  printemps arabe «  la Turquie, ainsi que l’Arabie saoudite et le Qatar ont soutenu activement les djihadistes notamment d’Al-Nosra, Ahrar-al-Sham, Ghouraba-al-Sham et Fatah-al-Islam avec pour objectif le renversement du régime laïc du président Bachar el Assad contribuant, de ce fait, au développement de la guerre civile sur le territoire de la Syrie. La Turquie est donc responsable, pour partie, comme tous ceux qui soutiennent les djihadistes, des 250 000 morts attribués au seul président syrien ainsi que de l’exode du peuple syrien vers le Liban, la Jordanie et la Turquie, et depuis plusieurs mois vers l’Europe.
On peut même affirmer que l’invasion migratoire que subit l’Europe depuis plusieurs mois a été favorisée par la Turquie.

Enfin, la Turquie n’est pas un allié dans la lutte contre l’État islamique. En effet, elle s’est engagée, avec d’autres, depuis l’émergence du «  printemps arabe « , dans un combat visant à faire tomber le régime syrien, régime laïc ce qui est insupportable pour des musulmans, notamment d’obédience sunnite. Alors, les dirigeants turcs participent non seulement indirectement mais directement au soutien des différentes factions islamistes et djihadistes et de l’État islamique. La situation géographique de la Turquie en a fait un passage géostratégique exploité par ses dirigeants pour le transfert des djihadistes venus des pays d’Europe et d’Asie.
Par ailleurs, des livraisons et des ventes d’armes ont lieu ainsi que des soins sanitaires prodigués aux djihadistes blessés dans des hôpitaux en échange de pétrole. D’ailleurs, des journalistes turcs d’opposition ont été récemment inculpés pour avoir dévoilé et publié des articles sur ces livraisons d’armes par les services secrets turcs.
En outre, des membres des forces spéciales turques sont engagés dans la partie nord de la Syrie en soutien de factions djihadistes turkmènes. La Turquie fait croire qu’elle participe à la lutte contre l’État islamique alors que dans cette guerre ses seuls objectifs sont le renversement du régime syrien actuel et l’affaiblissement, voire la neutralisation des milices kurdes qui se battent contre les djihadistes et qui sont considérées comme un danger sur le plan politique pour l’État turc.

Il a paru utile d’adresser cet éditorial du 07 décembre au Président de la Commission européenne, M. JUNCKER, accompagné d’un message lui faisant part de l’incompréhension, pour un citoyen européen ayant servi sous l’uniforme et soucieux des intérêts de l’Europe, du manque de lucidité et de clairvoyance des dirigeants de l’Union européenne qui mènent l’Europe au désastre et rappelant que les peuples des pays membres ont pourtant leur mot à dire sur leur avenir.
Envoyé le 30 décembre 2015, ce courrier recevait une réponse le 29 janvier dernier.
Un extrait de cette correspondance mérite d’être présenté ci-après car elle révèle, s’il en était besoin, le décalage énorme qui existe entre les inquiétudes des citoyens qui souhaitent être consultés sur des sujets concernant leur avenir et les objectifs poursuivis par les dirigeants européens sourds, aveugles et qui, manifestement, vivent dans un autre monde.

 » … Je vous remercie pour votre courriel du 30 décembre 2015 adressé au Président de la Commission européenne, dans lequel vous partagez vos idées sur les relations entre l’Europe et la Turquie. M. Juncker m’a demandé de vous répondre.

Nous vous sommes reconnaissants de l’information fournie par votre correspondance et nous prenons note de vos préoccupations. J’aimerais aussi attirer votre attention sur notre dernière « stratégie d’élargissement de l’UE et ses considérations sur la Turquie, disponible sous le lien suivant :

http://ec.europa.eu/enlargement/pdf/kev documents/2015/20151110 strategy paper fr.pdf.

Le rapport souligne que « la politique d’élargissement de l’UE est un investissement dans la paix, la sécurité et la stabilité en Europe » qui « offre aux pays aspirant à l’adhésion une possibilité réelle à la fois de réaliser des progrès considérables dans leur marche vers l’UE au cours de la période à venir et de tirer parti des avantages d’une intégration plus étroite avant même d’adhérer à l’UE ». Par la suite le rapport souligne que « les derniers élargissements aux pays d’Europe centrale et orientale ont apporté de nombreuses opportunités » et dans cet esprit nous continuons à travailler sur la continuation de ce projet porteur avec « les pays des Balkans occidentaux et la Turquie »… « 

Chacun le constatera : la stratégie des dirigeants de l’Union européenne refuse de tenir compte d’un critère pourtant essentiel, à savoir la géographie. L’Europe et l’Asie mineure, c’est donc pour eux la même chose. Que l’Union européenne ait, si la Turquie y est admise, une frontière avec la Syrie, l’Irak et l’Iran ne dérange pas ces dirigeants. Après tout, on pourrait même dans quelques années proposer à ces pays  de rejoindre à leur tour l’Union européenne puisque la stratégie adoptée par cette dernière repose sur un besoin d’investir dans la paix et chacun sait qu’il y a urgence en matière de paix dans cette région du monde.
Ce n’est pas sérieux. On prend les citoyens européens pour des imbéciles.
Les dirigeants de l’Union européenne considèrent, en outre, que les citoyens n’ont pas à s’exprimer, et surtout qu’ils ne doivent pas s’exprimer, car ils pourraient désapprouver leur stratégie, même si elle est contraire aux intérêts des peuples européens. D’ailleurs, les dernières lignes de cet extrait de correspondance confirment bien l’obstination, l’entêtement des dirigeants de l’Union européenne dans leur projet d’accueillir la Turquie au sein de l’Europe : « 
 …et dans cet esprit, nous continuons à travailler sur la continuation de ce projet porteur avec …la Turquie «  ! Les arguments de l’éditorial contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne qui mériteraient d’être analysés sont ainsi ignorés et balayés par une simple affirmation : la Turquie doit devenir membre de l’Union européenne. Circulez, il n’y a rien à voir !

Alors, face à l’absence de vision, face à l’incapacité à définir un projet politique mobilisateur et à protéger les citoyens européens, face au refus de l’évidence de la part des dirigeants de cette Union européenne à la dérive et au silence de nos propres gouvernants, il revient à présent aux peuples européens, et donc au peuple français, de se réveiller et de se manifester. Il faut être lucide car deux possibilités – pas trois – se  présentent dorénavant aux peuples européens : la résignation, c’est à dire la soumission au diktat de ces technocrates qui conduisent les nations européennes à leur perte, ou la révolte.
Cette dernière semble devoir être la seule voie pour le salut de l’Europe.
                       

Le 20 avril 2016

Général (2s) Antoine MARTINEZ

000 Général Martinez 000 general-antoine-martinez

Editions Amalthée – 238 pages – n° ISBN 978 2 310 01314 7  –  19,80 €
site internet : www.editions-amalthee.com

 

 

2016 : POURQUOI RÉSISTER ? (par Luc Sommeyre)

Bien Chers Lecteurs et Amis,
Victime de plusieurs cyberattaques paralysantes continues depuis plus d’un mois, j’ai pris un retard considérable dans le tour de France “Rémora” que je me propose d’effectuer pour rencontrer celles et ceux d’entre vous qui ont très aimablement accepté de me recevoir et/ou de me rencontrer. Sans être encore complètement restauré aujourd’hui, mais presque opérationnel, mon système informatique était jusqu’alors inutilisable à plus de 90%.
La plupart des messages que vous m’avez adressés ne me sont pas parvenus, à telle enseigne que certains ont pu croire à une désaffection vulgaire de ma part. Il n’en n’est rien. Je prie celles et ceux, nombreux, à qui je n’ai pas répondu – et pour cause ! – de bien vouloir m’en excuser.
Aussi seriez-vous aimable de m’écrire pour le moment à mon adresse Internet “personnelle” [email protected] en copie de tout message envoyé à [email protected]. Merci.
Les attaques informatiques, c’est comme les migrants : on finit toujours par s’en débarrasser !
LS



OPÉRATION RÉMORA sera développée sur Radio Courtoisie [1] le vendredi 27 mai de 12:00 à 13:30 – rediffusions à 16:00 et à minuit le même jour. Podcast téléchargeable sur le site de Radio Courtoisie la semaine suivante.



Aujourd’hui

L’Algérie est au bord de l’effondrement économique. Les jours du gouvernement du Président Bouteflika – lui-même fort malade, comme l’a fort élégamment” montré Manuel Valls sur son compte Twitter – sont comptés. Sa chute imminente est prévisible avant la fin de l’été. Contrairement aux déclarations tactiquement optimistes de l’actuel gouvernement américain [2] (pyromane-pompier du bassin méditerranéen) la situation en Tunisie n’est pas stabilisée. Les avancées de l’État Islamique en Libye où la situation est catastrophique, ont débordé la frontière. En Algérie, les cellules dormantes du FIS [3] ont été réveillées par la nébuleuse islamo-terroriste (Daesch, AQMI, Boko Haram, etc.) dirigée par Riyad, l’allié indéfectible des Américains depuis le Pacte du Quincy (voir LA RÉSISTANCE EN 2016 – les acteurs en présence). Au Maroc, la situation économique va fortement ralentir en 2016 ce qui renforcera les positions des islamistes, de plus en plus virulents et organisés. Même les USA commencent à reconsidérer leurs positions marocaines.

LE MAGHREB TOUT ENTIER EST AU BORD DE L’EXPLOSION.

Conséquence immédiate ? – Un afflux phénoménal de nouveaux « réfugiés » que l’on pourra compter par plusieurs de dizaines de milliers chaque mois voire chaque semaine pour les premiers temps, débarquera en France. Le Camp des Saints où Jean Raspail tançait déjà les prélats vendus à l’ennemi [4], sera le décor de notre quotidien.

IslamL’État Islamique nous a déjà averti de l’envoi de « 500.000 combattants d’Allah » qui débarqueront principalement sur les côtes d’Italie et de France. N’ayez crainte : ils seront tous accueillis par nos actuels gouvernements et toute la classe bobo-décadente comme des « réfugiés pauvres-et-dans-la-détresse » [5] sans distinction aucune. Ce prochain tsunami migratoire sera bien plus important encore que tout ce que nous avons subi ces derniers temps « en provenance de Syrie ». Voir : L’INVASION PROGRAMMÉE du Général Martinez et INVASION EN COURS : LA STRATÉGIE ISLAMISTE de Maurice D.

La chute prochaine du gouvernement algérien sera l’élément déclenchant de troubles graves et coordonnés d’une rare violence programmés par Riyad à l’échelon de l’Europe sous l’œil attendri et hypocrito-compatissant de Washington. En d’autre temps, on appelait ça une « guerre civile ». Mais le Système qui a choisi d’exterminer nos Peuples par asphyxie lente, expert ès-déformation sémantique, trouvera sûrement une appellation moins alarmante. Toujours est-il que le résultat sera le même.


Les fantasmes

Des Patriotes sincères, outragés depuis longtemps par les crimes abominables de plus en plus nombreux commis par les islamo-terroristes et leurs alliés ethno-déracinés, parlent de « prendre les armes » ou bien de « prendre le maquis » pour tenter de face à cette guerre civile désormais prévisible. Si le réflexe est honorable, la démarche n’en n’est pas moins utopique. Prendre le maquis en 1941 était un jeu d’enfant par rapport aux conditions environnementales de 2016. L’évolution technologique dans les domaines de l’écoute téléphonique, de la surveillance Internet, de la géolocalisation, de la reconnaissance faciale et vocale et de bien d’autres encore – sans compter les taupes infiltrées – auraient tôt fait de jeter bas toute tentative de Résistance classique. Rangez donc vos vieilles pétoires et même les fusils d’assaut les plus sophistiqués que chevauchent les chimères de certains. Vous allez vous faire mal ! Dans tous les cas de figure, ceux qui voudraient jouer les Superman seraient identifiés à la vitesse de l’éclair et neutralisés par les forces du Système en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire. Ils subiraient au mieux le désagrément des geôles de notre chère ripoublique (ce qui est grave pour eux) mais surtout feraient défaut à la Résistance Moderne (ce qui est grave pour nous).

D’où le slogan de l’Opération Rémora lancé sous forme de boutade : « Il vaut mieux passer pour un con que pour une cible ».


Que faire ?

1ère option : pour sauver sa peau, fuir à l’étranger

Cette conclusion n’est pas sotte. Mais tous les lâches n’ont pas les moyens de fuir. Pour tempérer mon dépit, j’admets que certains d’entre nous agiront hors nos frontières plus efficacement que s’ils demeuraient emmurés dans la citadelle France.

  • Dans les années 1790, de nombreux nobles qui n’étaient pas pour autant des affameurs du Peuple comme le braillaient Danton et Robespierre avant que leurs propres troupes ne leurs coupassent le cou, ont choisi de s’abriter avec les leurs hors de nos frontières pour combattre les effets pervers de la Terreur.
  • En 1940, de nombreux Français ont rallié les côtes anglaises pour former les Forces Françaises Libres.

Bref, la tactique de la « prise de recul » est une option. Mais d’évidence, celle-ci n’est pas souhaitable pour tous non plus qu’à la portée de la multitude.

2nde option : pour sauver sa peau, résister

Le Français d’origine gauloise est individualiste voire égoïste. C’est une des constantes de nos Peuples qui, tous ensemble, forment la France moderne.

Aujourd’hui anesthésié au goutte-à-goutte de la bienpensance télévisée par le Propagandastaffel [6] du Système, tant qu’on ne touche pas au RSA, à la Sécurité Sociale, aux allocations familiales, à la Française des Jeux et au réservoir de sa voiture pour aller en week-end, le Français, amorphe, ne bougera pas.

Mais la mémoire d’un Peuple est un palimpseste [7]. Si ses qualités intrinsèques se sont largement estompées, elles n’ont pas disparu pour autant. Vu l’évolution de la situation économico-financière et l’inévitable prochaine explosion de la bulle monétaire, les restrictions drastiques qui s’en suivront vont mettre à mal le RSA, la Sécurité Sociale, les allocations familiales, la Française des Jeux et le réservoir de la voiture. Et là, réapparaîtra l’âme originelle de notre Peuple, dépouillée de ces épluchures de la modernité. Conscient de cette vraisemblance, le Système joue contre la montre et tente de mettre le Français hors d’état de [lui] nuire avant qu’il sorte de la « salle de réveil ».

Aujourd’hui, le Français résiste à l’envie de résister.

Demain, il résistera tout court.

De gré ou de force. Et pourquoi n’aura-t-il pas le choix ? − Parce que l’ennemi ne le lui laissera pas. Jetez donc un coup d’œil à l’image qui, plus haut, illustre cet article. Et ne pensez pas une seconde qu’il s’agisse d’un montage.


Ou plutôt si, il a le choix. Je suis trop rapide en raisonnement. Deux autres voies sont ouvertes :

  1. Vous pouvez vous convertir. C’est simple et rapide. Il faut et il suffit de prononcer (devant un imam et deux témoins musulmans de préférence) la phrase suivante : « أشهد أن لا إله إلا الله وأشهد أن محمد رسول الله ». N’oubliez pas de lire de droite à gauche. Ah… vous ne lisez ni ne parlez Arabe ? Pas grave. Apprenez simplement le prononcé phonétique, ça fera l’affaire : « Achhadou an lâ ilâha illallâhou wa achhadou anna mouhammadan rasoûloullâh ». Vous voulez la traduction ? − Vous êtes exigeant ! Bon… en tant que futur-nouveau converti, je vous la donne quand même : « J’atteste qu’il n’y a pas de divinité excepté Dieu, et j’atteste que Mahomet est le Messager de Dieu. » Ça n’est quand même pas bien compliqué ! Faites donc un petit effort… En islam, on ne vous demande pas de comprendre, mais de vous soumettre. C’est simple, non ? N’oubliez pas qu’الإسلام (islam) veut simplement dire « soumission ». La circoncision pour les hommes ou l’excision pour les femmes n’est qu’une formalité sans importance : on vous fera ça en quelques minutes. Même sous anesthésie puisque vous vous montrez coopératif ! Après, la vie est belle. Vous aurez simplement à renier vos origines, à cracher sur l’ignoble histoire de France, ses arts et sa littérature décadente que vous méprisez désormais bien sincèrement, à revêtir une djellaba informe en vous couvrant la tête d’une serpillère, à détruire vos photos de famille et vos disques, cd-roms et autres supports d’une musique infâme désagréable aux oreilles d’Allah et reposer votre âme dans la fraîche quiétude de la mosquée la plus proche cinq fois par jour avec en prime un petit verre peinturluré de thé à la menthe. Que demandez-vous de plus ? N’oubliez pas quand même de payer la زَكَاة (zakât) au calife du coin. That’s it!
  2. Les plus combattifs pourront aussi survivre dans une société complètement islamisée en prenant le statut de ذمّي (dhimmi). Là, c’est un peu moins confortable mais on n’a rien sans rien. Vous n’aurez pas à vous convertir pour autant que vous vous déclariez officiellement chrétien ou juif : les gens du Livre ou اهل الكتاب (ahl al-kitâb). Bon, d’accord, ça commande de serrer un peu les fesses, mais en faisant bien attention à ne pas offenser les Barbus, c’est jouable. Le dhimmi est un citoyen de seconde zone toléré par les islamistes. En gros, un soumis aux soumis. Brillante position ! Il ne paye pas la zakât au calife local mais le جزية (djizîa), impôt moins noble mais un peu plus lourd. Pas grave. Là, vous pourrez encore subsister. Avec l’aide d’Allah.

Ah oui, j’oubliais… Dans les deux cas de figure, préparez-vous à marier votre fille dès l’âge de sa première co… (suis-je bête !) dès l’âge nubile, au gros poussah embabouché affalé dans un coin, chassant les mouches qui font festin dans sa barbe des restes de loukoums et de dattes.

Alors… tenté ?

Très confidentiellement (pour ceux qui auraient quelques doutes) ça ne serait pas ma tasse de thé. Même à la menthe. Mais ça n’engage que moi, et vous n’êtes pas obligé de faire vôtres mes réserves.


Le problème pour les gens comme moi (et peut-être comme vous, qui sait ?) consiste à déterminer la façon la plus rationnelle et efficace de résister au doux rêve des armées pacifiques du calife et de ses alliés bienveillants.

C’est ce que nous aborderons dans un document qui sera publié ultérieurement.

LS



[1] Modulation de Fréquence (Paris : 95,6 MHz – Caen : 100,6 MHz – Chartres : 104,5 MHz – Cherbourg : 87,8 MHz – Le Havre : 101,1 MHz – Le Mans : 98,8 MHz). Satellite (France – Europe de l’Ouest – Afrique du Nord) : en clair sur les bouquets satellite Canalsat (canal 526) et TNT SAT. On peut aussi l’obtenir sur Canalsat en page 3 de la « mosaïque des radios » disponible sur le canal 179. Internet : pour le monde entier sur www.radiocourtoisie.fr.

[2] Il est intéressant d’observer que, depuis l’après-Kennedy, tous les gouvernements américains dirigés en alternance par “Les Démocrates” et “Les Républicains” ont œuvré pour « Le Système du Nouvel Ordre Mondial ». Entendez par là la conception thalassocratique UNIPOLAIRE du mondialisme (lequel « mondialisme » n’est pas une doctrine – comme se gargarise souvent une classe politique de benêts qui a oublié qu’en Français les mots ont un sens – mais la simple contraction de l’espace-temps résultant des progrès de la technologie dans les transports et les communications ; nous ne le rappellerons jamais assez).
Depuis des décennies, chez nous, la Gauche comme la Droite ont, en parfaite coordination, effectué le même travail. Ça n’est pas le fait du hasard qu’un certain parti ait adopté aujourd’hui la dénomination “Les Républicains” (où sévit notamment Alain Juppé, caution de l’UOIF dirigée par son ami Tarek Obrou, recteur de la mosquée de Bordeaux − rappelons que l’UOIF est l’ambassade “officielle” en France de l’organisation « Frères Musulmans » qui inspire tous les mouvements islamo-terroristes de par le monde − laquelle UOIF est devenue par coup de baguette magique de l’establishment… politiquement correcte) et brandisse une fois de plus le cri de guerre des illusionnistes : « ça va changer ! »
Il en va de même dans tous les pays d’Europe – Grande Bretagne comprise – où règne un bipartisme de fait. La prétendue alternance en laquelle la population (les électeurs pataugeant dans nos pseudo-démocraties à l’image de l’âne de Buridan mort de soif et de faim entre un seau d’eau et un sac d’avoine, ne se décidant pas s’il devait commencer par se désaltérer ou par se nourrir) croit pouvoir espérer un quelconque changement, est entrée dans les mœurs. En réalité, cette prétendue alternance est l’habit d’arlequin que portent les laquais de la Grande Finance internationale – concentrée à la Réserve Fédérale américaine et sa succursale la Banque Centrale Européenne – qui manipule adroitement des marionnettes pour servir ses intérêts exclusifs.
Seules l’élection providentielle de Donald Trump outre-Atlantique et l’accession au pouvoir des Droites Nationales en Europe en général et en France en particulier peuvent changer la face du Monde. À l’est, grâce aux Dieux, Vladimir veille !

Vladimir

ВЛАДИМИР

« Populisme » n’est pas un gros mot ! C’est tout simplement le courant qui consiste à vouloir gérer l’intérêt des Peuples avant celui des banques. Cette évidence (palpable et ressentie par toutes les classes populaires) a fait tomber en lambeaux le déguisement des ersatz trotskistes qui sévissent à l’Élysée et à Matignon et d’une extrême-gauche nihiliste et ethno-suicidaire, donc trotskiste elle aussi, valet de chambre aux ordres du Système déguisé en sparring-partner de la Gauche classique et en avocat du Diable. Tiens ! Le revoilà, celui-là…

[3] Front Islamique du Salut.

[4] UN APARTÉ SUR L’ÉGLISE DE ROME, QUAND MÊME… Le Pape François revient de l’île de Lesbos. Passons sur les jeux de mots spécieux que cette destination a pu susciter. Comme le disait récemment Marion Maréchal-Le Pen « À titre individuel, qu’il montre de la compassion à l’égard des pauvres ou des réfugiés de guerre ça ne me dérange pas. » Moi non plus. Mais MMLP a fort pertinemment évoqué les réfugiés “de guerre”.
« Nous sommes tous des migrants ! » clama le Pape dans un appel du pied encore plus violent que le « Ich bin ein Berliner ! » de John Kennedy le 26 juin 1963 dans une ville encerclée par les forces soviétiques. Le Vatican empiète – une fois de plus – sur le terrain de la politique pure en s’ingérant dans les affaires internes des États. Le Pape a choisi son camp sous les acclamations jubilatoires du Nouvel Ordre Mondial. À Washington, on a sabré le Champagne ! Peut-être… « peut-être ! » la banque Ambrosiano était-elle plus liée qu’on a voulu le dire à la Réserve Fédérale…
Si vous ne pensez pas, vous Européens, vous Français, que l’immigration massive (réfugiés de guerre, réfugiés économiques et islamistes confondus, tout le monde il est beau, tout le monde il est bienvenu !) est un grand pas en avant pour l’humanité, vous risqueriez d’être en opposition avec les directives de l’Église ! Ces microbulles papales embarrassent sans doute quelques consciences et pourraient faire passer certains chrétiens de bonne foi (toujours sans jeu de mots) dans le camp ennemi. À quand l’appel du Pape François aux martyrs qui peuplèrent l’arène des cirques romains ? – Ça vient, rassurez-vous : l’État Islamique appelle déjà ses terroristes « les lions du califat » ! Faut bien leur donner à dévorer à ces brav’ bêtes, pas vrai ?
En France – fille aînée de l’Église, paraît-il – le Pape François Ier a trouvé un ambassadeur de choix en la personne de Michel Dubost, évêque… d’Évry ! Cette ville me dit quelque chose, pas vous ? Et notre « brave » évêque de vallser allègrement avec le Maire de sa ville épiscopale au rythme des derboukas des hordes migratoires dans une chorégraphie barbuzarde dirigée par Abou Bakr al-Baghdadi. De là à ce que Dubost suggère à la Curie de prononcer l’excommunication des adhérents du Front National et de tous les Patriotes, il n’y a pas loin. Prenez garde aussi que sa ceinture violette ne soit pas explosive. La ceinture pourpre du cardinal Barbarin-le-Lyonnais (“Primat des Gaules” s’il vous plaît !) est encore plus dangereuse…
Que l’Église de Rome fasse montre de commisération à l’endroit des véritables « réfugiés » est noble et louable. C’est notre devoir d’homme, à tous. Mais aujourd’hui, pourtant bien informée des dessous de l’opération en cours, elle a décidé d’ouvrir les portes de nos cités pour donner notre Civilisation en pâture aux hordes de migrants sans distinction aucune.
De vous à moi, je ne regrette pas d’avoir apostasié après Vatican II.

[5] A priori, on veut croire que les futurs réfugiés seront passés au crible des logiciels de reconnaissance faciale testés ces jours-ci par « Paris Aéroport », nouvelle dénomination d’ADP. Mais même si de tels logiciels sont fiables, évidemment informé, l’ennemi usera de méthodes différentes pour infiltrer ses agents qui, en outre, ne sont pas tous répertoriés, de loin s’en faut… Bien sûr est-il évident que le chiffre de 500.000 djihadistes envoyés en mission sur notre territoire est très exagéré par la propagande islamiste. Les contrôles aux frontières en arrêteront quelques-uns, mais ce qui est certain, c’est que le nombre de terroristes opérationnels sur notre sol va s’accroître de façon exponentielle.

[6] Mot allemand signifiant « escadron de propagande ». Service chargé par les autorités allemandes de la propagande et du contrôle de la presse pendant l’Occupation.

[7] Du Grec παλίμψηστος (< palimpsèstos >) désignant un parchemin écrit puis gratté ou effacé pour recevoir ensuite une nouvelle écriture, un peu comme une ardoise-magique ou un disque-dur.


LS
[email protected]
[email protected]


 

PENDANT QU’HOLLANDE PÉRORE, VALLS « FABRIQUE » DES FRANÇAIS (par l’Imprécateur)

La prestation télévisée du président sortant, mais pas encore sorti, en a laissé plus d’un perplexe. Combatif pour quelques uns, assiégé pour la majorité de ceux qui l’ont écouté, il a tenté avec le culot monstre dont il est coutumier de faire oublier la série d’échecs qui ont marqué son quinquennat. Même dans ses reculades il est mauvais. En lâchant la loi sur le travail en rase campagne, il a sérieusement mécontenté le patronat sans pour autant calmer les lycéens et les syndicats qui les manipulent.

images

Le journal espagnol El Pais écrit : « Conscient d’être le président le moins populaire de la Ve République, contesté dans la rue et au sein de son propre parti, François Hollande a entrepris jeudi une offensive pour expliquer sa stratégie aux Français à un an des élections présidentielles qui augurent un désastre pour la gauche au pouvoir… Il n’a évoqué aucune erreur qu’il aurait pu faire… il n’a proposé aucune idée neuve« .

Il ne changera donc rien à sa politique. Ses explications sont toujours aussi incompréhensibles et, comme l’écrit le journal suisse Le Temps, il parait uniquement préoccupé à « durer en attendant de pouvoir, ou non, se porter candidat : tel semblait hier le mot d’ordre du locataire de l’Elysée, sans convaincre qu’il avait les moyens, ou l’ambition, de faire plus que de calmer le jeu.« 

Microsoft PowerPointSchermSnapz001Microsoft PowerPointSchermSnapz002

38 000 chômeurs de longue durée supplémentaires (catégorie A) en février 2016 !

Le site américain Politico souligne le manque de stature présidentielle de Hollande. Il perd beaucoup de temps à tenter de faire croire qu’il se comporte en président responsable alors qu’il choisit systématiquement les plus mauvais de ses copains et amis pour en faire des ministres, manque totalement d’imagination et du vrai courage nécessaire pour affronter une réalité, celle de l’effondrement de la France, dont il est grandement responsable.

Pendant ce temps-là, le 27 janvier dernier, monsieur le Premier ministre franco-espagnol Manuel Valls a publié sous sa signature, au Journal Officiel de la République Française, le décret de francisation d’une longue liste de plus de 1200 noms de personnes, plus trois. Les trois en question font l’objet de l’article 2 du décret, il s’agit de deux jeunes filles de 13 et seize ans et d’une femme, toutes trois allemandes, « libérées de leur allégeance française« , autrement dit elles n’ont plus la nationalité française, soit qu’elles l’aient demandé, soit qu’elles en aient été privées. La raison n’en est pas dite.

Les autres, tous les autres, cités dans l’article premier, sont soit naturalisés français, soit réintégrés dans la nationalité française qu’ils avaient perdue, soit sont des enfants qui l’acquièrent par leurs parents (droit du sol), soit enfin – mais ce sont des exceptions rares – ont demandé à franciser leur nom.

D’où viennent-ils ?
Lisez… cette liste est pour le moins explicite !

http://www.minurne.org/wp-content/uploads/2016/04/journal-officiel-lois-et-decrets.pdf

41 pages, plus de 1 200 noms exotiques !
Le Grand Remplacement dans sa splendeur !

Les Européens et les Asiatiques se comptent sur les doigts de la main. Plus surprenant, les Syriens que l’on pourrait s’attendre à trouver en nombre important ne représentent aussi qu’un effectif très faible.

La grande majorité provient de pays qui ne sont ni en guerre ni réellement pauvres, la plupart sont d’anciennes colonies tombées dans la médiocrité économique et la dictature après le départ du colonisateur, du fait de régimes politiques revendiquant leur socialisme, comme l’Algérie.

La nationalité française ils l’obtiennent ou la retrouvent gratuitement, ce qui est rare. Il faut bien chercher pour trouver des pays qui donnent leur nationalité, presque tous la font payer et parfois très cher. Si vous en doutez voyez sur internet. Mais la France est riche, ses finances publiques sont excédentaires, elle est bien gérée et n’a aucune dette comme tout le monde le sait ! Elle peut donc accueillir tous les étrangers gratuitement et payer pour les garder.

Beaucoup de pays ne donnent pas leur nationalité, même contre finances, et s’il est possible de l’acquérir, les conditions exigées sont difficiles à remplir, même dans des pays réputés accueillants comme le Canada ou l’Australie. Enfin beaucoup de pays ne tolèrent pas la double nationalité.

Les paons qui nous gouvernent ne s’en vantent pas et la presse subventionnée par l’Etat ne vous le dira pas, mais la réputation internationale de la France s’est terriblement dégradée depuis 2012. La nationalité française est considérée de plus en plus comme une « nationalité poubelle » et de plus en plus de pays qui, eux, sont bien gérés, notamment en Asie, considèrent la France comme un pays pauvre.

Il arrive même qu’il soit prudent de se dire Belge ou Suisse plutôt que Français en raison de l’exécrable politique étrangère conduite par Laurent Fabius ces dernières années, ou de la réputation de la France socialiste comme marchand d’armes, ou encore comme fauteur de guerres et de génocides, au Rwanda par exemple.

Un exemple personnel, il m’est arrivé, à Bahreïn il y a quelques temps, de me tirer d’affaire en montrant un billet de 100 francs suisses à des policiers incapables de lire mon passeport dont ils contestaient la validité (à 2 h du matin, pas d’interprète).

topic3_img0001

Plus étonnant, il arrive, notamment en Amérique du Sud et en Asie du Sud-Est, de rencontrer des gens, mal informés c’est certain, qui vous font part de leur étonnement de voir que vous êtes français et blanc. Ils sont persuadés que la France est majoritairement peuplée de Noirs et d’Arabes. Aucune honte à cela, hormis le constat que la France est devenue une république bananière.
Socialiste mais bananière.

L’Imprécateur

Bannière 2016

 

J’AI L’IMPRESSION QU’EN TRES HAUT LIEU, ON A DECIDE DE SE « PAYER » PIERRE CASSEN (par Christine Tasin)

A ceux qui seraient tentés de considérer comme une simple péripétie cette nouvelle et flagrante violation des droits d’un homme, dont la seule faute est qu’il dérange la tyrannie au pouvoir, je tiens à rappeler cette observation pertinente de Martin Niemöller (que vous pouvez retrouver dans le dictionnaire des citations de Minurne) :

« Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’’ai rien dit, je n’’étais pas communiste.
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’’ai rien dit, je n’’étais pas syndicaliste.
Quand ils sont venus chercher les juifs, je n’’ai rien dit, je n’’étais pas juif.
Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’’ai rien dit, je n’’étais pas catholique.
Quand ils sont venus chercher les francs-maçons, je n’’ai rien dit, je n’’étais pas franc-maçon.
Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

Marc Le Stahler

Bannière 2016

Pierre Cassen vient de faire l’objet d’une perquisition en son domicile.
Christine Tasin a pu le joindre, et mener cette interview, qu’elle vient de nous faire parvenir.

tasin cassen

Pierre Cassen et Christine Tasin

Riposte Laïque : Tu viens donc d’être l’objet d’une perquisition en ton domicile. As-tu été surpris ?

Pierre Cassen : Même quand on se prépare à de telles éventualités, on a quand même toujours du mal à accepter de voir sa maison perquisitionnée, comme si on était un vulgaire malfrat. Bien que les policiers se soient montrés courtois, ma situation, ce soir, est que je n’ai plus d’ordinateur, ni de téléphone portable, avec naturellement ce que cela implique, dans mon quotidien. Je n’ai pas l’habitude de tourner autour du pot, ce matin, quand l’officier de police m’a annoncé, à l’issue de mon nième interrogatoire, qu’ils allaient perquisitionner chez moi, à près de deux heures de Paris, je n’ai pu m’empêcher de dire : « C’est scandaleux », et j’ai dû faire preuve de beaucoup de contrôle pour ne pas en dire davantage… Je considère qu’une personne comme moi, qui mène la bataille des idées, n’aurait jamais dû être traîné devant un tribunal, avec mon ami Pascal Hilout, ni être harcelé comme je le suis par le Parquet depuis plusieurs années. Je dois en être à une dizaine d’interrogatoires par des policiers, à qui je dis tout le temps que je ne suis plus responsable du site depuis 2012. Mais j’ai l’impression qu’en haut lieu, je dirais même en très haut lieu, on veut se payer Pierre Cassen par tous les moyens.

Riposte Laïque : Mais avais-tu senti des signes annonciateurs de cette nouvelle étape ?

Pierre Cassen : Oui, à deux reprises. Il y a plusieurs mois, le responsable de la Brigade pour la Répression de la Délinquance à la Personne (de l’enfumage pour ne pas dire la police de la presse) m’avait fait savoir qu’il avait comme consigne de la part du Parquet d’enquêter de manière soutenue pour prouver que je demeurais le véritable chef de Riposte Laïque, bien qu’une décision du tribunal de Versailles, datée de mars 2013, ait confirmé qu’à présent, ce sont les Suisses qui ont la main sur le site. Les socialistes sont pour toutes les délocalisations… sauf celle de Riposte Laïque (humour). D’autre part, il y a environ quinze jours, alors que j’étais à plusieurs centaines de kilomètres de mon domicile, j’ai reçu, à ma grande surprise, un coup de téléphone de policiers, m’informant qu’ils étaient devant chez moi. Je n’ai pu que leur faire savoir qu’ils auraient du me téléphoner avant, cela aurait évité un déplacement inutile. Alors, disons que je m’attendais un peu à un mauvais coup de la sorte, surtout dans le contexte où les juges viennent de condamner Caroline Alamachère à 10.000 euros d’amende et de dommages et intérêts, sans parler du verdict inique de la 17e Chambre, qui a osé sanctionner Alain Jean-Mairet (faudrait savoir, si on condamne notre directeur suisse, on ne peut pas en même temps dire que c’est Pierre Cassen le vrai chef !) à 8.000 euros d’amende et de dommages et intérêts. Enorme ! La France socialiste, police de la pensée du monde, condamne un Suisse qui, sur un site helvétique, a publié le texte d’un Tunisien ! Donc on sentait bien qu’il y avait, de la part du pouvoir et de ses exécutants, la volonté d’accélérer l’offensive.

Riposte Laïque : Mais on te reproche quoi, exactement ?

Pierre Cassen : Ils paraissent avoir du mal à accepter l’idée que cela soient des Suisses qui sont responsables de notre site, en toute légalité, et pas des Français. Ils semblent regretter le temps où ils pouvaient faire condamner Pierre Cassen, comme responsable du site, à des amendes exorbitantes, voire même réclamer de la prison avec sursis, rien de moins ! Au-delà de cette affaire de responsabilité de RL, ils me suspectent à présent d’avoir été l’homme qui aurait appuyé sur le bouton d’un tweet montrant Anne Hidalgo lécher une babouche musulmane, le jour où elle commémorait le ramadan à la mairie de Paris, ce qui n’est pas très laïque. Il paraît que cela est très grave, et que cela s’appelle « injure publique à une personne exerçant une autorité publique ». A noter que le maire de Paris, grande cheftaine de l’opération « Je suis Charlie », qui a osé faire de cet hebdo un citoyen d’honneur de la Ville de Paris, a également déposé plainte contre la dessinatrice Ri7, auteur du dessin originel. Ce régime, au lieu de mettre toutes les forces du pays contre les disciples de Merah, persécute donc les résistants à la barbarie qui s’annonce. Toute l’imposture de cette gauche se retrouve dans ces deux plaintes grotesques, ainsi que dans toutes celles qui ont suivi. Ces gens là se comportent comme les derniers staliniens d’Europe de l’ouest.

Riposte Laïque : Es-tu inquiet, suite à cette perquisition, des conséquences de ce que les policiers pourraient trouver sur tes ordinateur et téléphone ?

Pierre Cassen : Je voulais d’abord dire à nos lecteurs ce que cela provoque, en soi, de se voir barboter des affaires aussi précieuses. C’est comme si on se permettait de vous voler votre journal intime. Il y a comme une sorte de viol. Mon ordinateur, comme mon téléphone, sont des objets précieux, où sont conservées des choses très personnelles, qui n’appartiennent qu’à moi et à ceux que j’aime. Je trouve intolérable que quelqu’un comme moi puisse voir des personnes que je ne connais pas avoir accès à mes dossiers personnels. Après, on verra bien si ce qu’ils trouvent dans mes affaires leur donne la possibilité de me mettre en examen, ce dont certains rêvent. J’avoue avoir assez confiance, et en plus, l’adversité me galvanise, mais avec de tels dirigeants politiques, je m’attends à tous les coups tordus. Donc, j’étais déjà déterminé à dire tout le bien que je pensais des socialistes avant cette perquisition (lire mes articles sur Razzy Hammadi hier, et ce jour sur Manuel Valls sur Boulevard Voltaire), inutile de vous dire qu’après une telle journée, ma détermination est décuplée. Je n’ai jamais supporté des modèles de société totalitaires, et je trouve qu’on s’en rapproche de plus en plus dangereusement.

Riposte Laïque : As-tu peur pour ton avenir ? 

Pierre Cassen : La peur n’évite pas le danger. De quoi parles-tu ? Les socialistes et leurs obligés ne m’inquiètent absolument pas, malgré leur capacité de nuisance et leurs pulsions totalitaires. Dans un an, ils ne seront plus aux affaires, alors que Riposte Laïque sera toujours présent, et fêtera ses dix ans d’existence. D’ici là, Cazeneuve nous aura fait quatre procès . Hidalgo deux, et Bergé un… Eh bien, on réclamera une amnistie générale pour tous les délits d’opinion quand on se sera débarrassé de ces haineux. Je fais confiance à nos amis rédacteurs pour ridiculiser comme ils le méritent ces tristes sires, et retourner ce procès contre ceux qui les intentent. Ma sécurité ? Quand on a choisi le type de militantisme qui est le mien, et le tien, on ne se cache pas derrière son petit doigt, on se sait un peu plus exposé que le Français moyen. Je vis avec. Mais ce sont des Français moyens qui sont morts au Bataclan, et des Belges moyens qui sont morts à Bruxelles. J’ai davantage peur pour ceux que j’aime, et qui sont bien plus jeunes que moi. C’est d’ailleurs pour cela que je milite, partout où je le peux, contre l’islamisation de notre pays, pour convaincre mes amis que la seule réponse est l’éradication de l’islam sur le territoire français et la remigration massive de tous ceux qui veulent nous imposer la charia en France. Je n’ai pas l’ombre d’un doute, depuis plus de dix ans que je milite pour cela, nous avons raison, et ce combat est vital pour l’avenir de notre pays, de ses valeurs et de sa civilisation. Et si cela nous vaut encore des procès, eh bien, on fera face !

Riposte Laïque : Tu veux ajouter quelque chose ?

Pierre Cassen : Je suis très fier du combat que nous menons depuis plus de dix ans, ensemble et avec d’autres patriotes. Très fier de ce qu’est devenu Riposte Laïque, d’avoir impulsé ce journal cinq années durant, et d’avoir su passer la main, tout en continuant à travailler avec mes amis. Je prends ces plaintes à répétition, et cette perquisition, comme un hommage, qui prouve que nous tapons juste, et que nous faisons mal à ceux qui trahissent la France. Longue vie à Riposte Laïque, et que mes copains continuent à s’occuper tous les jours des islamo-collabos!

Une dernière chose, que les amis qui m’ont laissé leur téléphone lors des trois derniers mois me le renvoient, ou l’envoient à Christine, cela peut servir…

Propos recueillis par Christine Tasin