LES DERNIERS JOURS DU SOCIALISME
(L’Imprécateur)

Le cirque médiatique actuel est très occupé à sonner la charge contre les deux chefs de l’opposition, François Fillon et Marine Le Pen. La socialosphère agonisante se raccroche avec l’énergie du désespoir au système mondialiste lui-même en crise. Les médias en oublient d’examiner et critiquer les programmes de gouvernement des candidats pour aider les électeurs à choisir le mieux capable de sauver la France mourante de trop d’impôts et de la colonisation étrangère et culturelle en cours.

Il est vrai que le candidat du système, Emmanuel Macron, a été le premier à dire que la France a déjà perdu sa culture et son identité, et que le programme n’a aucune importance. Celui qu’il vient de présenter n’a donc aucune importance, d’autant que de toute façon il ne l’appliquera pas. Pas besoin de programme, sur son bureau tous les matins il trouve  les notes sans en-tête (“draft notes” en globish, sa langue), préparées par ses mentors Jacques Attali et Alain Minc, les deux marionnettistes qui entendent diriger la France pour le compte du Système.

Rappelons que le pouvoir politico-médiatique dominant, “le Système”, n’est ni de gauche ni de droite (comme Macron), mais seulement hors-sol, et surtout inféodé à un pouvoir financiaro-mondialiste autrement plus puissant. Et que les journalistes si souvent critiqués, sont plus victimes de l’autocensure intériorisée – leur cerveau lavé par des années passées dans des écoles de journalisme acquises au marxisme et au mondialisme – que de la censure à l’ancienne.

Cela dit, le système n’est pas nouveau.

Il remonte aux “Lumières”, Diderot, Voltaire, Rousseau… Jugeant la monarchie usée par le pouvoir, ils voulurent lui substituer le gouvernement des élites intellectuelles et philosophiques en lieu et place de l’élite noble dont la valeur première était l’Honneur. L’Honneur pour lequel cette noblesse était capable de mourir fut remplacé par l’idéologie. On eut la Terreur et le génocide vendéen. Le Peuple, que l’ancienne noblesse respectait, fut remplacé par « le peuple (qui) doit obéir puisque l’élite est la Raison », comme disait le tyran Robespierre.

Le premier génocide républicain commis par l’élite voltairienne et rousseauiste mondialisée.

Marx s’inscrit dans cette lignée et, dès 1852, dénonce l’utilisation de la classe ouvrière et des pauvres par la nouvelle élite qui les méprise mais veut le pouvoir et l’argent qui va avec *.

Ces pauvres, il les décrit longuement : « des roués ruinés n’ayant ni ressources ni origine connues… les rebuts et laissés pour compte de toutes les classes sociales… » etc. Il leur donne un nom : le lumpenproletariat.

L’élite a besoin d’un “lumpenproletariat” (en français sous-prolétariat) pour tenir le peuple par la peur et s’enrichir du travail du prolétariat : c’est le fondement du socialisme.

Aujourd’hui, on retrouve ce sous-prolétariat modernisé dans nos banlieues avec leurs petits voyous violents qui pourrissent la vie des gens, affichent des casiers judiciaires longs comme le bras, désorganisent des établissements scolaires, saccagent des établissements publics et le matériel urbain, agressent médecins et infirmières, professeurs, policiers et pompiers et sont instantanément transformés en victimes par la gauche si la force publique essaie de remettre un peu d’ordre.

La banlieue sous-prolétarisée est le bras armé du socialisme.

C’est pourquoi le président sortant va au chevet des Théo et autres Adama Traoré pour les soutenir, pour leur dire de ne pas craindre la police et les juges qui ont des ordres, pour les encourager à continuer à faire peur aux braves gens, ceux qui ont l’argent que les socialistes convoitent et qu’ils leur prennent par l’impôt.

Il s’ensuit un véritable pourrissement de quartiers entiers que l’on baptise de jolis noms comme “zones sensibles”, où les gens honnêtes qui y résident encore (parce que devenus pauvres du fait du socialisme, ils n’ont plus les moyens de les fuir), rasent les murs, saluent bas les dealers qui font la loi dans leurs immeubles, conseillent à leurs filles de se voiler et de ne pas sortir seules, vont à la boucherie halal (la seule autorisée) et finissent par respecter, parce qu’ils n’ont pas le choix, d’autres lois que celles de la République : celles de voyous et des imams salafistes.

Dans leurs quartiers privilégiés, connectés, surveillés par des sociétés privés et, s’ils ont le statut politique ou fonctionnarisé qui le leur permet, par les forces de polices **, les membres de la nouvelle noblesse dominante se servent du sous-prolétariat dont ils ont besoin : bonnes, chauffeurs, gardes du corps, nounous, vendeuses…

Ce sous-prolétariat est souvent composé de fonctionnaires *** mais, s’ils ne le sont pas, sont payés au lance-pierres ou au noir. Ils sont rarement maghrébins, car le bobo sait le maghrébin dangereux s’il est islamisé. Ils sont plutôt haïtiens, asiatiques, philippins, subsahariens chrétiens. Quand l’un d’eux se fait agresser, l’une d’elles violer, ni le bobo ni sa presse ne bronchent. Il a fallu que les chinois de la capitale défilent dans les rues pour que la presse découvre qu’ils sont rackettés en quittant leurs magasins et leurs femmes et filles régulièrement agressées et violées par des voyous des banlieues.

Par contre, si c’est un maghrébin, aussitôt présumé “musulman”, qui est un peu bousculé par les policiers qui tentaient de l’arrêter, tout le gratin politique et journalistique grimpe aux rideaux et sonne le tocsin, accuse la police avant d’avoir les preuves et fait trainer la vérité pendant des jours avant de finalement révéler que le gars était fiché,condamné ou recherché, violent et en train de tabasser  consciencieusement un policier à terre quand il a pu être finalement maitrisé.

Comme dans le cas du fameux Théo, petite crapule à laquelle la Justice reprochait (au passé, la plainte a évidemment été enterrée depuis que le président est allé le réconforter) seulement 680.000 euros de détournement de fonds publics !

L’élite − ou ceux qui prétendent l’incarner − utilise le sous-prolétariat pour se maintenir au pouvoir. Le peuple les révulse. Ils le méprisent, mais passent leur temps à chercher des prolétaires pour justifier leur gauchisme, augmenter leur richesse, vendre leur progressisme. S’ils sont artistes ils s’habillent “crade” pour faire peuple. S’ils sont politiques, ils vont à leur chevet quand la police ou un bourgeois les a frappés en se défendant et mettent leur justice à leur service. Quitte, ensuite, à décorer pour les consoler quelques agents ou militaires en leur disant qu’ils font un boulot magnifique, que la justice du syndicat de la Magistrature est belle et indépendante du pouvoir, et que la France a besoin d’eux.

Parce que, quand même, le sous-prolétariat acculturé et violent, ultra-gauchiste ou islamisé, c’est bien. C’est même “utile” pour scandaliser et terroriser les Français. Mais seulement tant qu’il reste dans les quartiers qu’on lui assigne : place de la République, Barbès ou Aulnay-sous-bois.

La presse de gauche (un pléonasme) a pour mission d’endormir le peuple, les cochons de payants, et leur raconte à longueur d’articles, d’émissions et de séries télévisées subventionnées que ce sont les psychopathes et les tueurs qui sont aujourd’hui les sauveurs de l’humanité perdue par trop d’argent et son manque de respect pour l’écologie et la néo-élite. « Les Français n’aiment pas leur police, c’est une tradition culturelle, on le sait depuis François Villon en passant par Georges Brassens et Renaud ».

C’est en jouant sur ce réflexe que le pouvoir socialiste monte en épingle des affaires comme celle du “viol” de Théo, en veillant à ce que les preuves de l’innocence des policiers ne sortent que le plus tard possible dans la presse (Le Point), après le rapport de l’IGPN disant qu’il n’y a pas eu viol, en veillant pendant ce temps à mettre le plus possible d’huile sur le feu avec le soutien de juges membres du Syndicat de la Magistrature que l’on a vus manifester contre la police avec les voyous.

L’Imprécateur

* Karl Marx 1852 : 18 brumaire de Louis-Napoléon
** Il existe dans plusieurs grandes villes, notamment à Paris, des rues barrées par la police, où l’on ne peut pas garer sa voiture, où il faut prouver son identité et avoir un motif valable pour y pénétrer parce qu’un notable politique y habite. Celui là ne les quitte qu’en voiture avec chauffeur et garde du corps, alors les quartiers dits “sensibles”, qu’il évite autant que faire se peut, il n’en a rien à foutre.
*** On connait les fonctionnaires gardes du corps, porte-parapluie, chauffeurs, etc. On connaît moins, par exemple, les fonctionnaires-nounous qui accompagnent les épouses et enfants des préfets résidents outre-mer dans leur voyages en avion pour des trajets comme Papeete-Paris, Cayenne-Paris, Nouméa-Paris ou Pointe-à-Pitre-Paris. Au total, ce sont des dizaines de milliers de fonctionnaires qui ne font que cela. Pour quelle utilité républicaine ?

 

 

 

2 réflexions au sujet de « LES DERNIERS JOURS DU SOCIALISME
(L’Imprécateur)
 »

  1. En octobre 2017 , en Russie il fêterons les 100 ans de la révolution socialiste /bolchevique de 1917 par contre nous en France ,le 3 avril 2017 nous fêterons la fin d’un cauchemar, grâce à la disparition su parti socialiste et de ses acolytes.
    Bonne soirée .

     
  2. Je n’en suis pas si sûr car malgré les échecs systématiques de l’idéologie marxiste depuis 1917 on trouve encore en 2017 des programmes politiques fondés sur l’étatisme et la lutte des classes ainsi que des électeurs pour croire que les boulets de l’état sur les entreprises ne conduisent pas à leur disparition et à celle des emplois qui vont avec !
    Certes la confusion est entretenue par les marxistes entre les libéralismes, celui mondialiste de l’internationale socialiste, et celui de la libération des entreprises sans le cosmopolitisme

     

Laisser un commentaire