UN GOUVERNEMENT D’OPPORTUNISTES ET D’IDÉOLOGUES
(Jacques Myard)

COMMUNIQUÉ DE JACQUES MYARD, DÉPUTE DES YVELINES


La composition du gouvernement Macron / Philippe est l’illustration de l’incohérence et des contradictions inhérentes à la ligne politique du Président de la République.

En dehors de quelques ministres républicains comme Jean-Yves Le Drian et Gérard Collomb dont les qualités sont reconnues, ce gouvernement est un gouvernement d’opportunistes et d’idéologues !

Le ralliement d’Édouard Philippe, de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin est à inscrire dans l’ambition forcenée des intéressés qui ne pensent qu’à leur carrière, en étant prêts à toutes les trahisons, à tous les reniements ! C’est sans doute là la nouvelle morale politique voulue par le Président.Ce n’est pas la mienne!

Un seul point positif, on y verra plus clair au sein des Républicains, enfin sans eux !

Quant au camp des idéologues, on y trouve surtout des tenants de l’eurobéatitude, la nouvelle religion, ils détiennent la vérité et sont prêts à changer le peuple qui a l’insolence de ne pas voter comme ils l’ont décidé selon le fameux adage de Brecht !

Un point particulier pour Sylvie Goulard qui me confiait dans notre parcours commun au ministère des Affaires étrangères « Je ne me sens pas française » et c’est cette personne qui est placée au ministère de la Défense rebaptisé ministère des Armées, ça promet !!!

Quant au sieur Bayrou, le poussin du jour, bien connu pour son immobilisme lorsqu’il fut ministre de l’Éducation nationale , on est rassuré d’avance sur la fermeté qu’il va mettre en œuvre au ministère de la justice pour combattre la délinquance!

Ce gouvernement formé de personnalités aussi disparates et en complète opposition nous réserve un concert de couacs. C’est une certitude !


 

12 réflexions au sujet de « UN GOUVERNEMENT D’OPPORTUNISTES ET D’IDÉOLOGUES
(Jacques Myard)
 »

  1. Un hors sujet qui me semble est passé inaperçu .
    Les pouvoirs publics, qui redoutaient, en cas de victoire du Front national, des manifestations violentes, avaient imaginé un scénario politique totalement inédit. Révélations.
    Le plan n’a jamais été écrit noir sur blanc, mais tout était fin prêt. Son déroulé était si précisément envisagé qu’une poignée de membres du gouvernement, de directeurs de cabinet et de très hauts responsables de l’Etat peuvent encore le décrire de tête, étape par étape. Ce plan, qui pourrait s’intituler « Protéger la République », a été construit de façon informelle alors que la candidate du Front national grimpait dans les sondages et que des remontées d’informations faisaient craindre des troubles majeurs à l’ordre public si elle était élue. Un des hommes mis au courant de ce projet commente anonymement :
    « C’était une fusée à plusieurs étages. La philosophie, et la priorité impérative, c’était de maintenir la paix civile en respectant totalement nos règles constitutionnelles. »
    Pour en donner les détails, « l’Obs » a recoupé les éléments auprès de trois sources, au sein du gouvernement sortant et d’institutions de l’Etat.

     
    • Le pays au bord du chaos
      Les stratèges qui ont conçu ce plan B anticipent qu’au lendemain de la victoire du Front national le pays risque de se retrouver au bord du chaos. Etat de sidération, manifestations républicaines, mais surtout violences extrêmes, notamment de la part de l’ultra-gauche. A l’appui de ce raisonnement, plusieurs documents, dont une note confidentielle rédigée par les services de renseignement en collaboration avec la Direction centrale de la Sécurité publique (DCSP). Déjà révélée par « le Parisien », elle souligne que « toutes les directions départementales de la sécurité publique (DDSP) sans exception ont fait part de leurs craintes » :
      « Des mouvements d’extrême gauche, plus ou moins implantés, chercheront sans nul doute à organiser des manifestations dont certaines pourraient entraîner des troubles sérieux. »
      Selon nos informations, le vendredi 21 avril, à deux jours du premier tour, un appel a même été lancé dans tous les départements pour demander aux chefs de la police un inventaire de leurs équipements de maintien de l’ordre et un point sur leur mobilisation.
      La pression s’accentuera le 5 mai. Alors même que le second tour n’est pas encore passé, une note de la DCSP remonte jusqu’à l’exécutif : « les violences pyrotechniques sont en augmentation », avec des jets de feux d’artifice prévus initialement pour la sécurité, des chandelles de calibre 100 mm,

       
      • Dans cette configuration, une passation de pouvoir aurait bien été organisée le 14 mai à l’Elysée entre François Hollande et Marine Le Pen, mais Bernard Cazeneuve serait donc resté à Matignon. Le suffrage universel aurait été respecté, même si la nouvelle présidente se serait vu imposer une cohabitation forcée. Pendant combien de temps ? Environ un mois, jusqu’aux élections législatives, programmées les 11 et 18 juin. Dans cet intervalle, conjecture un responsable de l’Etat, « le pays aurait été à l’arrêt. Le gouvernement n’aurait eu qu’une seule priorité : assurer la sécurité de l’Etat ». Les hypothèses s’arrêtent ici. Certes, Marine Le Pen aurait pu être tentée de dissoudre l’Assemblée ou de réclamer des « pouvoirs exceptionnels », mais le calendrier ne lui aurait pas permis de faire autre chose que d’attendre les législatives. Nous aurions donc pu vivre une parenthèse totalement inédite dans l’histoire de la République.(…)
        Dans les couloirs du pouvoir, où les hommes férus de citations sont légion, un conseiller se borne à rappeler, sibyllin, que la phrase « Gouverner, c’est prévoir » est suivie d’une autre : « Ne rien prévoir, c’est ne pas gouverner. »
        Nouvel Obs
        Merci à valdorf
        http://www.islamisme.fr/le-plan-secret-pour-proteger-la-republique-si-le-pen-avait-ete-elue-cazeneuve-lui-aurait-ete-impose-comme-premier-ministre/
        http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-gouvernement-avait-il-un-plan-secret-en-cas-d-election-de-marine-le-pen_1909379.html

         
      • Oui le Patriote, c’est effectivement ce que à quoi l’on pouvait s’attendre dans un pays où la démocratie est bafouée et où l’on a inventé L’ARRESTATION PRÉVENTIVE ( mise en application pour la première fois à la manif pour tous ).
        Cependant, la responsabilité en incombe encore une fois à la Gauche ( à ce ramassis de M…e .
        Toujours est il que ce n’est pas en baissant notre froc que nous résoudrons ce problème… Bien au contraire il ne fera que s’aggraver.
        Ce n’est pas à une minorité d’imposer sa Loi !

        « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

         
      • j’ajouterai que ladite « ARRESTATION PRÉVENTIVE » si elle existe doit être appliquée dans les deux sens !

         
  2. J’avoue M. MYARD que j’ai, moi aussi, un peu de mal à vous « classer ».

    Certes vous avez eu des positions courageuses (Europe, le refus de la guerre en Irak, le non au traité de Lisbonne, notre indépendance nationale, la Famille, etc…).

    Mais pourquoi, diable, dire que le peuple n’a pas à savoir ce qui est fait de l’argent public (votre réserve parlementaire) ?

    Que faites vous dans un parti dont le nom même « Les Républicains » montre à quel point est présent, la main sur le coeur, le besoin « maladif » de copier les USA ?
    N’est ce pas paradoxal alors que vous êtes soucieux de notre indépendance nationale ?

     
  3. Merci de ne pas « louper » les exactions Macronesques et les dérives de ses élus de la république qui ne sauront jamais la direction à prendre. A la loupe, regardons comment Macron qui se targue de scruter la qualité intrinsèque de ses ministres, alors qu’il est propriétaire d’une offshore;;;; crée en 2013… Faites ce que je vous demande, ne faites pas ce que je vous dit de faire, nous montre le chemin à ne pas prendre , si nous ne voulons pas faire du Hollandisme. Il en prend le chemin , et ne sait comment faire, lui qui n’a jamais dirigé , sauf la finance « sans risque » au travers dune Famille qui est le pilier de la Franc maçonnerie Mondiale et de Bilberberg.Elle est belle la répoublic macronesque.

     
    • Il est dommage que les français n’aient pas compris ça avant l’élection de Macron, maintenant il a le pouvoir (toujours comprendre « ils ») de manœuvrer pour limiter l’impact des législatives.

       
      • MACRON ?
        A mon avis, l’expression que Napoléon 1er avait utilisée en parlant de Talleyrand lui va à merveille.
         » De la M…e dans un bas de soie » !

         
      • J’emploie souvent « ils » en parlant de Macron car il est seulement le sous fifre que les membres « supérieurs » _pour éviter de les nommer_ ont réussi à mettre à la plus haute instance du pays, au nez et à la barbe des français. C’est malheureux à dire mais c’est un coup de maitre.
        Pas seulement Macron, c’est la politique dans son ensemble qui est devenue cette bauge merdique d’où les gens valables auront du mal à émerger.

         
  4. Et lui Jacques Myard, dans quelle catégorie se classe-t-il ?
    Les cons utiles ?
    http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/18/quand-gerard-collomb-desormais-ministre-de-linterieur-rendait-hommage-au-posterieur-de-theo/
    Quant au boulet Le Drian , il pourrait penser à nous rembourser les Mistral
    sans parler des ventes mirifiques des rafales…..
    Pathétique.
    Ces gens préfèrent vendre le patrimoine français aux pédophiles du Qatar et d’Arabie.

     
  5. Les paramètres de choix du Gt Macron (de ses mentors plus exactement) sont les mêmes que toujours et non décidés en fonction des besoins du pays.
    1/ Déjà le souci de parité, afin d’éviter les problèmes que l’on sait.
    2/ Celui de diviser les partis qui pourraient s’avérer dangereux pour la continuité voulue par ceux qui ont mis en place le pion Macron (je ne parle pas des électeurs qui se sont toujours laissés enfumer).
    3/ La récompense ..méritée? de ceux qui ont aidé à enfumer le bon peuple.
    4/ Le placement de famille, copains et utilités, ce qui s’est toujours fait au fil des gouvernements.
    Le seul paramètre indispensable à la gestion du pays , qui est de choisir AVANT TOUT des gens capables pour le faire, est absent de cette liste, comme de L’ENA et de SCIENCES PO, écoles d’état initiées dans le but de « gérer » des esclaves.
    Ce qui montre bien que le but poursuivi par l’establishment français n’est _ et n’a jamais été_ en priorité le bien du peuple, ce qui est tout le contraire d’une démocratie.

     

Laisser un commentaire