DAESCH ET LA PYRAMIDE DE MASLOW
Charles Sannat

Share Button

Avant de vous parler des attentats qui risquent d’endeuiller notre pays prochainement, avec en fond la crainte sourde d’un “hyper-attentat” chimique, je vais faire une petite digression sur cette histoire de pyramide dite “de Maslow”.

Vous allez très vite comprendre le rapport entre l’un et l’autre, et ce qui nous préoccupe tous ici.

C’est en 1970, dans la deuxième édition de son ouvrage Motivation and Personality, qu’apparaît l’exposé le plus complet de la théorie de la motivation de Maslow, à savoir la hiérarchie des besoins.

Recherchant ce qui se cache derrière ces motivations, il met à jour cinq (groupes de) besoins fondamentaux :

  1. besoins physiologiques ;
  2. besoins de sécurité ;
  3. besoins d’appartenance et d’amour ;
  4. besoins d’estime ;
  5. besoins d’accomplissement de soi.

Cette taxinomie des besoins est, selon Maslow, universelle. En effet, le caractère particulier d’une motivation a pour origine les nombreux déterminismes tels que la culture, le milieu social ou l’éducation. Ainsi une personne peut satisfaire son estime en étant reconnue comme un bon chasseur par ses pairs et une autre en possédant du pouvoir. En conclusion, derrière chaque motivation ou chaque objet de désir se cache un besoin fondamental.

Maslow découvrit par la suite que les besoins s’inscrivaient dans le cadre d’une hiérarchie. Tous les besoins sont continuellement présents, mais certains se font plus sentir que d’autres à un moment donné.

Pyramide de Maslow

Comme vous pouvez le voir sur cette image de la pyramide de Maslow, après avoir été nourri, votre second besoin immédiat est très logiquement celui de sécurité.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les idées de liberté, de démocratie, ou encore de droit, ne pèsent pas bien lourd lorsque les gamelles sont vides ou que la sécurité n’est plus assurée.

Dans nos sociétés complexes, il est évident que la sécurité est la condition sine qua non au bon fonctionnement de notre système économique. Sans sécurité, le système économique ne peut plus s’épanouir et matérialiser son potentiel de croissance.

Les attentats et les guerres que nous menons ont un coût évident. Ce coût psychologique, financier, humain, a bien oblitéré notre croissance. Ce n’est vraisemblablement, hélas, que le début d’un processus qui devrait s’aggraver, et si l’on en croit la dernière livraison du Telegraph de Londres, il y a de quoi nourrir les plus grandes inquiétudes.

Daech prépare une nouvelle vague d’attentats en Europe

Selon le journal The Telegraph, qui cite un représentant des forces antiterroristes kurdes, Lahur Talabany, le chef de l’État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, serait toujours en vie et préparerait de nouvelles attaques terroristes visant les pays européens en guise de vengeance pour les défaites subies en Irak et en Syrie.

D’après le Telegraph, al-Baghdadi se cache probablement dans le désert à la frontière entre la Syrie et l’Irak et envisage de lancer une vague d’attentats en Europe destinée à revigorer le moral des terroristes de l’État Islamique afin de démontrer que le groupe djihadiste est toujours capable de « mener la guerre contre l’Occident ».

D’après le Renseignement, c’est une vague d’attentats sans précédent qui se prépare, et le dernier démantèlement fortuit d’un laboratoire de fabrication d’explosif en région parisienne montre bien que nous sommes assis sur une poudrière.

Les hyper-attentats seront dévastateurs pour la croissance économique (aussi)

La stratégie de la montée des tensions entre les communautés qui désormais tiraillent les pays européens a pour objectif de semer le chaos dans nos sociétés très complexes donc par nature très fragiles.

Aucun groupe terroriste ne pourra mettre à genou un pays comme la France ou le Royaume-Uni en termes de pertes humaines même si cela est évidemment dramatique.

L’objectif poursuivi est celui de la déstabilisation des relations entre les communautés afin d’aboutir à un climat de terreur tel, que la société civile, dans son ensemble, se trouve paralysée ou très fortement ralentie dans son fonctionnement, sans oublier les coûts exorbitants des besoins en sécurité qu’exige la menace permanente qui pèse sur chacune de nos activités.

Peu d’attentats nous coûtent en réalité très cher. Ils nous obligent à déployer des troupes, à surveiller nos lieux sensibles, etc.

La stratégie de l’État Islamique est donc aussi profondément militaire que sociale ou encore économique, et nous sommes particulièrement vulnérables.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles Sannat
www.insolentiae.com



 

Share Button
 

Laisser un commentaire