L’INDÉPENDANCE DE LA CATALOGNE : UNE UTOPIE GAUCHISTE
(L’Imprécateur)

La Catalogne, ce sont 6% du territoire espagnol, 16% de la population, 19% du PIB, 21% des impôts payés mais 11% seulement des investissements publics. Les Catalans voient dans ces chiffres, nous dit la presse, une profonde injustice et le signe du mépris des Espagnols, d’où leur révolte. L’argument n’est pas le bon, car les Catalans ne sont pas stupides au point de ne pas comprendre qu’étant en moyenne un peu plus riches que les autres habitants de l’Espagne, il est juste qu’ils aient à payer un peu plus d’impôts.

L’Ile-de-France pourrait en dire autant. Pourquoi, après tout, les Franciliens paient-ils pour la Corse, la Corrèze, Mayotte ou les Antilles ? Cela s’appelle « solidarité nationale ». Les Catalans peuvent le comprendre. La vérité est ailleurs et ne plait pas à tout ce qui est européen, à plus forte raison, comme Macron, mondialiste : les Catalans ont une forte identité culturelle, pour ne pas dire ethnique, et un nationalisme aigu. La question est de savoir si ce nationalisme est justifié.

La Catalogne, comme la Corse, n’a jamais été indépendante. Elle a été romaine, puis wisigothe quand en 415 Barcelone fut déclarée capitale du royaume wisigoth. Musulmane (Al Andalus) pendant près d’un siècle, jusqu’à ce que les troupes franques de Charlemagne chassent les colons arabo-musulmans, puis carolingienne, donc française. Ce sont des Wisigoths francisés qui en se partageant l’empire carolingien l’ont créée.

Armes de Guilfred-le-Chevelu, premier Comte de Barcelone. On reconnait le drapeau catalan sur son écu.

Le 11 septembre 878, le Concile de Troyes a attribué la partie espagnole de la Catalogne au wisigoth Guilfred-le-Velu, le faisant Comte de Barcelone. Il est devenu par la suite Roi d’Aragon. La partie française allant grosso modo d’Andorre à Nîmes, a été attribuée à d’autres nobles, ainsi que Valence et les Baléares.

On voit que la Catalogne, identifiée en réalité non par son histoire mais par son hérédité, sa culture et le parler Oc est beaucoup plus vaste que la seule « Cataluña » espagnole qui revendique aujourd’hui son indépendance. Et cela inquiète les dirigeants européens. Si la Catalogne espagnole devenait indépendante, les autres régions de France et d’Europe parlant le catalan (en Principauté d’Andorre la langue officielle est le catalan) demanderaient-elles leur rattachement à Cataluña ? Déjà, « Catalunya Nord » a obtenu une première forme de reconnaissance officielle le 10 décembre 2007 quand a été approuvée une « Charte en Faveur du Catalan » qui déclare en préambule que « la langue catalane, née il y a plus de mille ans, constitue un des piliers de notre identité, du patrimoine et de la richesse du département des Pyrénées-Orientales ».

Andorre est très satisfaite de son statut actuel partagé entre l’Espagne et la France.  Elle lui donne une réelle indépendance de fait, et je ne pense pas que le Roussillon (de Perpignan à Nîmes) envisage de quitter la France, même si l’on y trouve quelques mouvements nationalistes catalans.

Le violent mouvement indépendantiste actuel a été relancé en 2003 par la coalition de gauche PSC-ERC-ICV. « Partit des Socialistes de Catalunya », « Esquerra Republicana de Catalunya » (Gauche républicaine), « Iniciativa per Catalunya Verde » (Initiative pour une Catalogne verte, ex parti communiste PSUC). Ce qui explique sans doute l’adoration sans borne que lui portent nos médias nationaux qui, il faut en convenir, on réussit une remarquable manœuvre médiatique en faisant mousser l’émotion avec les « violences policières » en réalité beaucoup moins violentes qu’ils ne les présentent. Ils ont beaucoup de réticences à faire témoigner des Catalans pourtant majoritaires, favorables au maintien dans la nation espagnole. Il est clair qu’il y a eu dans la presse européenne, et notamment française, des tentatives de manipulation de l’opinion par les images d’affrontements.

Car, il faut le savoir, si toutes les consultations et « referendums » organisés par les partis indépendantistes de gauche ont obtenu des scores allant de 85 à 95% de « oc » (oui en catalan), aucune consultation électorale catalane ouverte à tous ne leur a donné la majorité, même s’ils l’ont frôlée une fois, le 27 septembre 2015, où ils ont obtenu un succès mitigé avec les 47,8% des votants grâce à une assez forte abstention de la droite. Un succès à la Macron qui leur a permis de placer leurs hommes politiques à la tête du gouvernement local.

La force déployée par le gouvernement Rajoy avec l’approbation écrasante de la presse et de la population espagnole est donc parfaitement légitime et les gouvernement européens l’approuvent (même Macron a envoyé un message de soutien à Rajoy), surtout ceux des pays de l’Est européen qui savent à quoi s’en tenir sur le caractère nocif pour les peuples du socialisme et du communisme.

Une indépendance de Cataluña pourrait entrainer de sérieux troubles en Europe pouvant aboutir à son implosion. En effet, plusieurs régions manifestent des velléités indépendantistes qui pourraient y trouver un prétexte à relancer des actions violentes. Oublions les indépendances passées, scission Suède-Norvège, Moldavie, Tchékie-Slovaquie, Slovénie, Ukraine, Kosovo, etc. Sans oublier cependant que celle du Kosovo a été voulue et organisée par les États-Unis et l’OTAN pour déstabiliser la Serbie et créer un état albano-maffieux mais surtout musulman au cœur de l’Europe. On constate que la presse de ces régions est plutôt favorable à l’indépendance catalane. La Pravda slovaque, dont il est inutile de dire qu’elle est très à gauche, écrit : « Il ne serait pas moral de critiquer l’aspiration d’un autre peuple à l’accomplissement de ses droits souverains ».

Voyons les velléités d’indépendances actuelles

Irlande du Nord et Écosse: « Soyons clairs : si la Catalogne et l’Écosse partent, cela donnera un nouveau souffle aux sentiments nationalistes en Irlande du Nord  » − Belfast Newsletter.

Mais aussi Flandre, Lombardie, Venise, Pays de Galles, Pays Basque, Corse, « Communauté valencienne », région de Murcie (comarque murcienne de el Carche), Alghero en Sardaigne où la langue officielle est le catalan, Baléares, etc. Où « pour le moment », les indépendances sont en sourdine ou quasiment éteintes comme en Bretagne ou en Alsace germanophone.

L’hebdomadaire Slovène Mladina trouve même qu’il y a quelque chose de pervers dans le fait que l’Union Européenne ait favorisé l’indépendance du Kosovo qui n’avait pas tous les atouts que possède la Catalogne : « Cela signifie-t-il que la communauté internationale doit attendre qu’une guerre éclate en Catalogne pour réagir ? »

Pour le moment elle attend de voir comment va réagir le gouvernement espagnol à la dernière provocation du leader indépendantiste Carles Puigdemont qui annonce une « déclaration d’indépendance dans les prochains jours ». Il est peu probable que le premier ministre Rajoy cède. Il a l’ensemble de la presse espagnole derrière lui et environ 80% des Espagnols. El Mundo écrit “il n’est plus temps de contenir l’insurrection ni d’envoyer d’aimables invitations au dialogue face à un groupe de dirigeants putschistes qui, sans aucun doute, vont maintenir leur volonté séditieuse dans les prochains jours. […] Le gouvernement ne peut plus perdre une minute, et sa main ne doit pas trembler au moment de faire face, avec la loi de son côté, à la félonie de l’indépendantisme. »

Plus rassurant pour lui, il a la quasi totalité des dirigeants européens pour le soutenir. Surtout, il sait que la majorité du peuple catalan ne veut pas de l’indépendance, comme en a témoigné récemment l’accueil enthousiaste qu’il a réservé au Roi Felipe de Bourbon, et à la Reine Letizia son épouse, à Barcelone après l’attentat récent. De même que la majorité des partis politiques catalans, même ceux de gauche, comme le Parti des Socialistes de Catalogne (PSC) qui a changé d’avis depuis 2003, Citoyens-Parti de la Citoyenneté (C’S) et le Parti de libération nationale (PLN). Quant à l’Europe, elle ne peut pas cautionner ce qui ressemble fort à un coup d’état indépendantiste dans un pays où la Constitution démocratique prévoit une procédure pour négocier une évolution du statut des provinces.

L’Imprécateur



 

Laisser un commentaire