LE XXIème SIÈCLE, OU LA DÉFAITE DE L’INTELLIGENCE
(Alexis Céron)

Le XXIème siècle consacre officiellement la défaite de l’intelligence : le syllogisme l’emporte sur le raisonnement et le slogan sur la pensée.

Cet article de L’Obs en est la plus parfaite démonstration.

Point de départ : deux photos sur le compte Facebook d’une sénatrice FN montrant côte à côte deux photos, l’une prise à Paris au XXIe siècle et l’autre en 1940.

Capture d’écran du Facebook de Claudine Kauffmann

À peine compare-t-on deux situations, que les MAPCIF (Maîtres À Penser Comme Il Faut) sautent à pieds joints sur une interprétation biaisée du fait des mots qui déforment le message initial.

La comparaison avec l’Occupation est évidente, et elle est est loin d’être inappropriée : occupation physique, multiplication des attitudes dominatrices de gens reconnaissables et parlant une langue étrangère, soumission des autorités à la loi de l’occupant, législation de circonstance, milices, censure, collabos…

Bref, quelque chose qui évoque les heures « les plus sombres de notre histoire » comme disent les bêlants répétant ce que disent les rugissants quoique, pour être franc, les heures La Fayette, Philippe-Égalité, Condorcet, Robespierre et consorts (pour piocher quelques noms au hasard) n’étaient pas tristes non plus côté « les heures les plus sombres de notre histoire ». Mais, bêlation oblige, ayant été baptisées « heures de lumières », la police de la pensée doit s’assurer que l’on s’extasie devant ces grands moments de fierté nationale que fut « l’after » du serment du Jeu de Paume.

Là où commence le travail des faussaires c’est dans le glissement de la situation aux mots. Rappelons que l’Occupation, c’est le constat d’une présence pour le moins lourde de conséquences de très nombreux Allemands en France et que le nazisme est un problème interne à l’Allemagne. Certes les Allemands sont aujourd’hui nos meilleurs amis, mais quand on réécrit l’histoire avec les armées nazies, les troupes nazies, les mégastructures nazies comme le font régulièrement les chaînes « Planète + » et « Nat Geo », c’est de la falsification crétinisante pure malgré la qualité documentaire servie par ailleurs.

L’Obs (contraction de « L’Obsédé ») voit des nazis partout. Le FN, c’est des nazis et quand la dame Kauffmann − sénatrice FN − ose souligner le caractère un peu voyant de l’occupation migratoire de la France, voire le dénoncer, cela revient pour L’Obs à traiter les « nombreux venus » de nazis. Pas même d’Allemands. Car, toujours dans le camouflage verbal ambiant, ce ne sont pas les Allemands qui ont emmerdé le monde de 1938 et 1945, ce sont les nazis. Des extraterrestres apatrides, ces nazis provenant d’une planète au nom inconnu mais revendiquant haut et fort un nationalisme, une nationalité et une nation (ainsi qu’un peuple et un chef) !

Quant à L’Obs, sa filiation intellectuelle avec l’excellent Dr Goebbels n’a évidemment rien à voir avec les nazis, naturellement.

Il faut cependant souligner que la comparaison avec les nazis est idiote. C’est du reste L’Obs qui la fait sous couvert de relater une « polémique » qu’en réalité il travaille à déclencher : d’une part parce que le mot nazi est inapproprié pour ce qui est de l’occupation ALLEMANDE et d’autre part parce que l’occupation « nazie » en question a été de relativement courte durée : au bout de cinq ans, non seulement c’était terminé, mais tous ceux qui étaient soupçonnés de fricoter avec l’occupant ont eu de sérieux ennuis.

Rien de tel aujourd’hui, au contraire. Tout cela a même un petit air de station thermale (on hésite entre Vichy et Évian). Et pour ce qui est de la durée, personne ne peut raisonnablement penser que les choses redeviendront ce qu’elles étaient… avant.

Enfin, tout le monde sait que les nazis étaient radicalement antisémites. Peut-être L’Obs ne tardera-t-il pas à accuser la dame Kauffmann de négationnisme, car rien ne permet de soupçonner quoique ce soit de tels chez les « nombreux venus ». Les gens comme ça, ça ose tout. Comme les nazis, du reste.

Évidemment, si la sénatrice Kauffmann a voulu dire que la France était partie pour en prendre pour mille ans, L’Obs aurait peut-être quelque bonne raison d’écrire ce qu’il écrit, mais ceci est une autre histoire. La juxtaposition des deux photos voulait dire quelque chose que L’Obs a compris sans pouvoir le traduire autrement qu’à travers sa pauvreté de vocabulaire habituelle.

Petit conseil à ceux qui ont le sentiment que la France est occupée : mieux vaut dire qu’on se croirait pendant la guerre de Cent ans. Comme ça personne n’accusera personne de comparer les migrants aux nazis. L’Obs écrira alors qu’on compare les migrants aux Anglais et tout le monde sera tranquille. Mais attention, pour mettre le feu aux poudres, L’Obs serait tout à fait capable d’écrire qu’on a traité les migrants de cochons d’Anglais. Et là, ce serait le début d’une sorte d’Anschluss, car jamais « l’État Islamique » ne permettrait qu’on dise une chose pareille !

Alexis Céron



 

Laisser un commentaire