LA CENSURE D’ÉTAT AU SECOURS DU TERRORISME ISLAMIQUE !
(L’Imprécateur)

Le 27 septembre, un groupe de députés Les Républicains mené par Mme Kuster a déposé à la Présidence de l’Assemblée Nationale une proposition de loi qui vient s’ajouter à la déjà longue liste des restrictions apportées à nos libertés depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Il s’agit de « interdire (ça commence mal) la diffusion du nom de famille et des images des terroristes dans les médias« .

Si l’on se lance dans la course à qui masquera le mieux la vérité aux Français, il faut aller plus loin encore et interdire carrément toute allusion ou diffusions d’information sur les crimes, assassinats, mitraillages, plastiquages, attaques au camion ou à la voiture, égorgements, viols, décapitations ou attentats de masse commis par des terroristes ; faire taire le procureur Molins, interner les familles des victimes et leurs avocats qui évoqueraient le sujet et punir sévèrement ceux qui signalent avoir vu des bouteilles de gaz ou un homme armé au comportement suspect. En un mot, créer rapidement un Ministère de la Vérité (Orwell) qui filtrera soigneusement toute information pour ne diffuser que la vérité officielle avec Claude Askolovitch à sa tête.

Quel scandale !

Pour ceux qui n’écoutent pas La Matinale de France-Inter, sachez que le Sieur Askolovitch y tient la revue de presse.

Surnommé dans les couloirs de Radio France « le Justicier du PAF » par les uns, « le Censeur » par les autres et « Torquemada » ou « Askapolovitch » par quelques-uns (de droite donc cultivés), il a transformé sa revue de presse en éditorial quotidien consacré à la défense et illustration de l’extrême gauche islamolâtre. Pour le « journaliste » Askolovitch, toute pensée critique au sujet de l’Islam ou des migrations, toute information sur le terrorisme, toute pensée sur le sujet, est par nature pensée de droite radicale, information xénophobe, facho.

J’ai mis le mot journaliste entre guillemets parce que, bien que diplômé de l’école de journalisme gauchiste CFJ, Askolovitch n’est qu’à 5% journaliste et à 95% idéologue néo-stalinien.

Le 2 octobre dernier, l’actualité c’est l’égorgement et l’éventration de deux jeunes filles dans la gare Saint-Charles de Marseille. Mais Askolovitch axe sa revue de presse sur le procès de Mohamed Merah, assassin d’enfants d’une école juive et d’un militaire musulman. Claude Askolovitch insiste sur le fait que les parents du malheureux soldat viendront « témoigner de l’Islam paisible au procès ». Une façon de ne pas oublier d’indiquer où sont les ennemis véritables, par exemple ces islamophobes qui mettent de l’huile sur le feu. D’ailleurs, il n’y a pas procès autour de l’islam, parvient à placer Asko, mais « procès du salafisme ». Suit l’attentat de Marseille. Askolovitch est choqué que la vie reprenne son fil à peine les deux jeunes femmes tuées, que la presse parle de football ou des trains en retard. Mais nous n’apprendrons rien sur le plus important (l’auteur des deux crimes) de la bouche du chroniqueur, qui omet de parler des « Allahou akbar » que tous les témoins des deux meurtres ont entendu, et qui parvient à ne jamais prononcer l’un de ces mots interdits : Islam ou islamisme. Par contre, il ponctue ses propos avec le mot « résister », à La Une de La Provence du jour, « résister à la peur, résister à la polémique ».

L’islam et l’islamisme comme raison première pour laquelle un terroriste sort un couteau et égorge innocents, il ne les voit pas, n’en parle pas.

Le voilà rejoint dans le déni par des députés Les Républicains. Ils se demandent si la diffusion de ces informations ne risque pas « d’octroyer à l’assassin une gloire posthume auprès de personnes radicalisées et en quête de modèles ». Ils s’interrogent sur l’intérêt que cela représente pour le public…

 129 morts et 354 blessés au Bataclan, ça n’intéresse personne ?

… ainsi que sur la surexposition de l’auteur de l’attentat par rapport aux victimes.

Citant le juge antiterroriste David Benichou, Mme Kuster estime que « les médias sont l’oxygène du terrorisme ». Ainsi, pour éviter que la télévision et la presse ne demeurent une « caisse de résonance de la barbarie », la député souhaite rendre les terroristes anonymes, « sans pour autant entraver le travail d’investigation des journalistes ».

L’Observatoire du Journalisme (OJIM.fr) souligne pourtant que « Il existe déjà, à l’heure actuelle, quelques limites. En juillet 2016, le CSA avait préconisé une vigilance particulière dans le traitement des sujets relatifs à la personnalité ou au parcours des auteurs de ces actes ». Dans le droit aussi, la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse sanctionne la diffusion d’informations permettant l’identification de certains individus, comme un mineur suicidé ou ayant quitté ses parents, ou encore de photographies montrant une personne menottée ou entravée n’ayant pas fait l’objet d’un jugement de condamnation ».

De plus, tout le monde peut constater que la presse et le procureur Molins lui-même ne donnent pas le nom des assassins ou seulement une initiale et, sous prétexte de ne pas faire de discrimination, transforment le nom à consonance maghrébine ou africaine en nom ou prénom bien européen, transforment le meurtre en accident de circulation, crime de déséquilibré mental, de « loup solitaire », banal accident de braquage ou toute autre excuse mensongère, jusqu’à ce que la vérité éclate.

En attendant, cela permet à des gens comme la députée-Obono de prétendre qu’il n’y pas plus d’actes terroristes commis en France par des musulmans que par des adeptes d’autres religions, par des gens issus de l’immigration que par des Français « de souche ».

Reste à savoir si la démarche de Mme Kuster et de ses camarades part réellement d’une volonté de ne pas glorifier les jihadistes… ou si le politiquement correct y est pour quelque chose.

Le plus surprenant est que le député de l’Oise Olivier Dassaut ait signé ce projet de loi. S’il est voté, il devra censurer ses propres journaux (groupe Le Figaro). Y aurait-il un lien avec le fait que l’essentiel de ses revenus (de 4 à 6 millions par an) provient de dividendes d’actifs industriels du groupe Dassault et que la réforme de l’ISF voulue par Emmanuel Macron les sort de l’ISF… Vous voyez ?

À son honneur, il faut préciser qu’il est le seul député à reverser intégralement la totalité de ses revenus bruts d’élu (154.440 €) à ses collaborateurs. Ce n’est pas le très riche Mélenchon à gauche (moins que Dassault quand même) ou le très chiche Collard à droite qui ferait cela !

L’Imprécateur



 

 

DES MUSULMANS ASSASSINENT A PARIS ET C’EST LE BLOG DE CHRISTINE TASIN QUI EST FERME !

Il y a presqu’un an, Minurne.fr était arbitrairement fermé par la police de Valls, sans décision de justice et sans même aucun avertissement.
En quelques jours, nous avons pû reparaître à partir de la Suisse, avec l’aide précieuse de notre ami Alain Jean Mairet, et grâce à Christine Tasin qui n’a eu de cesse de nous aider à nous relever.
Comme elle aujourd’hui, nous avons alors perdu une partie de nos archives. Comme elle nous avons vu passer sur nos têtes le boulet de la censure, de l’état socialiste fascisant, de la menace permanente qui pèse sur la liberté d’expression, laquelle ne s’entend plus désormais que limitée à la doxa officielle.
Comme nous, bien entendu, Christine fera face et elle se redressera, la rage au coeur, mais fièrement et résolument.
S’il est une femme qui mérite en France le nom de « RESISTANTE » en ces temps de guerre, c’est bien Christine, qui fut aussi la première à donner à Minurne une aide décisive il y a quelques 5 ans. Elle qui n’hésite pas à braver un état tout-puissant et vendu à l’ennemi. Elle qui dénonce, inlassablement, les dérives criminelles de l’islamisation, qu’un gouvernement dhimmi encourage par sa lâcheté et son sens naturel de la collaboration. Elle qui assume procès politique après procès politique avec une détermination grandissante. Elle, femme de gauche par le coeur qui se moque bien des accusations imbéciles de fascisme qu’elle supporte à longueur de temps.
Par solidarité, par amitié aussi, nous publions ci-dessous le post de Christine. Soyez nombreux à l’assurer de votre soutien : Christine tient en ses mains un morceau de la Patrie. C’est avec elle, avec des hommes et des femmes de sa trempe, que nous sauverons un jour notre pays de tous les malheurs qui se sont abattus sur lui, suscités par des dirigeants de rencontre, intéressés, corrompus, méprisant sans vergogne la France, son histoire, sa culture et essentiellement mus par leurs petits intérêts personnels.
Christine, les patriotes sont avec toi.

Marc Le Stahler

4b66ee7b-23a7-4c14-b0a7-c6adcced33b4

 

 

 

separation

 

Christine

Depuis quatre jours, à l’adresse christinetasin.over-blog.fr,   mes lecteurs ont la surprise de trouver un message d’erreur 404 « la page que vous avez demandée n’a pas été trouvée »

J’ai multiplié les courriels aux différentes adresses d’over-blog que j’ai pu trouver, en vain.

J’en déduis que, pour une raison inconnue, over-blog a supprimé mon blog personnel, ouvert il y a près de 9 ans.

Faut-il y voir un rapport avec les attentats du 13 novembre dernier ? Certains ont-ils pris le mors aux dents de constater que je persistais -et persiste toujours- à accuser l’islam ? Certaines plaintes ont-elles été plus efficaces que les précédentes ? Parce que, bien évidemment  il y en a eu des dénonciations calomnieuses ! Mais cela n’avait jamais été pris au sérieux par les responsables d’over-blog…

Les propriétaires ont changé en 2014. Over-blog, racheté par le groupe Webedia,  est devenu une machine à gagner des sous. Ils proposent deux formules, la gratuité avec des blogs infestés de publicité, et une offre premium, payante, dont les abonnés sont les seuls à être considérés, à avoir le droit d’appeler pour signaler un problème.

Je n’ai pas pris la peine de passer au stade premium dans la mesure où je me consacre à Résistance républicaine et à son site, me contentant de mettre en double sur mon blog les articles publiés sur RR, pour mes plus vieux lecteurs persistant à rester sur over-blog. Il y en avait encore quelques milliers chaque jour, j’ignore  s’ils auront l’idée de venir sur Résistance républicaine dorénavant…

Cette disparition pose trois problèmes.

Le premier c’est que cela puisse arriver, sans prévenir, sans explication… du fait d’over-blog ?  ? Du fait d’un juge comme ce fut le cas pour Minurne il y a un an  ou Révolte en Europe l’été dernier ? Nul ne le sait puisque je n’ai reçu aucune notification officielle.

Le second c’est que je perds, de fait, 9 années d’archives, ce qui n’est pas très grave pour les dernières années puisque j’en possède le double sur RR, mais entre 2007 et 2012 j’ai écrit essentiellement sur mon blog, postant seulement quelques articles de temps à autre sur Résistance républicaine ou Riposte laïque... Il m’arrivait régulièrement d’utiliser ces archives qui représentent un travail et une source d’informations considérables en renvoyant mes lecteurs à d’anciens articles… Cela ne sera plus possible…

Le troisième c’est que, plus que jamais, la critique de l’islam est interdite et  criminalisée au moment où les faits, terribles, cruels et révoltants montrent à quel point nous avons raison de tirer la sonnette d’alarme.

Ainsi avance Anastasie en la France hollandesque.

Quelques jours après les attentats qui montrent à quel point le combat que nous menons est juste et justifié, les islamophiles-islamolâtres-collabos de notre gouvernement, de facebook ou des medias sont à l’oeuvre… Ils n’ont rien compris, ils ne comprendront rien, à nous de continuer d’informer et d’ouvrir les yeux  sans nous décourager.  Par tous les moyens possibles.

Et puis, en 40, il n’y avait ni Internet ni les smarphones, mais ils ont réussi à communiquer… On les aura !

Christine Tasin

 

ERIC ZEMMOUR : APPEL AU LYNCHAGE (par Dominique Sopo et 60 censeurs)

Cette lettre, cosignée par Dominique Sopo, président de SOS Racisme et une soixantaine de censeurs dont nous publions la liste (de « bons Français », comme leurs prédécesseurs se nommaient eux-mêmes pendant l’Occupation pour justifier les lettres de dénonciations de juifs) a été adressée AU CSA.
Nous soumettons ce courrier à nos lecteurs pour qu’ils comprennent – et fassent comprendre autour d’eux – les inquiétantes dérives comportementales de ceux qui se disent (et sont même souvent subventionnés pour celà) les « plus ardents défenseurs des libertés publiques » !
Libertés publiques à géométrie variable, puisqu’elles ne s’appliquent plus quand il s’agit de personnes ne pensant pas « comme il faut », c’est à dire comme eux !
On commence par fermer des blogs de réinformation, puis on fait taire des « polémistes »… Sommes nous encore en démocratie ?
La réponse est contenue dans la question !

Marc Le Stahler

cropped-minurne-300x78.png


Monsieur le Président,

Nous vous écrivons cette lettre collective afin de porter à votre attention une requête.
Les missions du CSA incluent notamment le respect que ne soient pas diffusés des messages de haine dans les médias audiovisuels (1).

Or, nous constatons comme téléspectateurs ou/et auditeurs qu’aujourd’hui en France un personnage à l’idéologie ouvertement raciste et anti-égalitaire peut répandre ses thèses dans un grand nombre de médias audiovisuels sans que cela ne semble émouvoir outre mesure.

Ce personnage, c’est M. Eric Zemmour. Après s’être présenté comme un analyste impertinent de la société française, ce personnage a évolué vers la délivrance de plus en plus affirmée de paroles de stigmatisation envers les immigrés et leurs enfants, avec une mention toute particulière pour les musulmans. Ces propos lui valurent d’ailleurs d’être condamné par la justice de notre pays en 2011 pour incitation à la discrimination raciale.

Ces derniers mois auront vu ce même personnage bénéficier d’une exceptionnelle promotion radiophonique et télévisuelle d’un ouvrage dont les thèses consistaient à imputer les maux de notre pays aux immigrés, à leurs enfants, aux homosexuels et aux femmes.

Enfin, et même si cela n’a pas été exprimé sur des ondes françaises, ce même personnage, à l’occasion d’une interview donnée le 29 octobre de cette année au quotidien italien Le Corriere della Serra, a tenu des propos relayés dans les médias français, laissant très clairement penser qu’il était favorable à l’expulsion de plusieurs millions de personnes en raison de leur appartenance religieuse (en l’occurrence, l’appartenance à la religion musulmane, dont découleraient des comportements d’oppression et de sédition).

Nous précisons en outre ce qui ne vous aura sans doute pas échappé, à savoir que le fait d’être musulman semble chez Eric Zemmour se révéler incompatible avec la qualité de Français.

La très large exposition médiatique de ce personnage est déjà en soi inquiétante tant elle permet de propager des idées qui visent de plus en plus clairement à susciter la haine de nos concitoyens envers une partie de la population. Mais elle l’est encore un peu plus au regard de la position particulière qu’il occupe dans plusieurs médias dont il peut se prévaloir de la légitimité en tant que collaborateur régulier.

C’est pourquoi nous vous demandons d’user de vos prérogatives afin de faire cesser cette diffusion de la haine sur les médias français.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions, Monsieur le Président, de recevoir nos salutations distinguées.

  1. Les interventions du CSA dans la lutte contre le racisme et l’antisémitisme dans les médias audiovisuels nationaux sont principalement fondées sur la loi n°86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication et sur la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse.
  2. La loi du 30 septembre 1986 permet au Conseil de fonder ses décisions principalement sur l’incitation à la haine et le respect de la dignité humaine. Certaines dispositions de la loi du 29 juillet 1981 instaurent une protection particulière à l’égard des personnes et groupes de personnes visés en raison de leur origine, leur ethnie, leur nation, leur race ou leur religion, ce qui permet au Conseil d’élargir les fondements juridiques de ses décisions.
  3. Le dernier alinéa de l’article 15 de la loi du 30 septembre 1986 dispose que le Conseil veille également « à ce que les programmes des services de radiodiffusion sonore et de télévision ne contiennent aucune incitation à la haine ou à la violence pour des raisons de race, de sexe, de mœurs, de religion ou de nationalité ».

Signataires :
Dominique SOPO, Président de SOS Racisme
Amirouche LAÏDI, Président du Club Averroès
Sacha REINGEWIRTZ, président de l’UEJF
Ghaleb BENCHEIKH, spécialiste de l’Islam
Pierre BERGE, entrepreneur
Josiane BALASKO, comédienne
Michel BOUJENAH, humoriste
Slim BEN ACHOUR, avocat au barreau de Paris
José PENTROSCOPE, président du Cifordom
Serge ROMANA, président du CM98
Benjamin ABTAN, Président de l’EGAM-Le mouvement antiraciste européen
Naïma CHARAÏ, présidente de l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale (ACSé)
Mohamed SIFAOUI, écrivain et réalisateur
Louis-George TIN, président du CRAN
Zoïa GUSCHLBAUER, présidente de la FIDL, le syndicat lycéen
Mehdi Thomas ALLAL, responsable du pôle anti-discriminations de la fondation Terra Nova
Abdelhak KACHOURI, vice-président de la région Ile-de-France
Nacer KETTANE, président de Beur FM
Yvan ATTAL, comédien
Jean BENGUIGUI, comédien
Hamid CHRIET, éditorialiste
Mehdi MAHAMMEDI-BOUZINA, membre du comité de direction de Cartes sur Table
Jean-Luc RICHARD, maître de conférences à l’Université Rennes II
Virginie MARTIN, politologue, présidente du Think Tank Different
Thomas RAYNAL, ancien journaliste dans la presse culturelle
Baki YOUSSOUFOU, fondateur de We sign it
Ibrahim SOREL, président de BDM TV
Bariza KIARI, sénatrice de Paris
Sihem SOUID, chroniqueuse
Saïd HAMMOUCHE, président de Mozaïk RH
Nadège ABOMANGOLI, conseillère régionale d’Ile-de-France
Valérie OSOUF, réalisatrice
Marc CHEB SUN, directeur de publication de « D’ici et d’ailleurs »
Alexis BACHELAY, député des Hauts-de-Seine
Yannick WEZET-JOHN NAMBO, producteur
David GAKUNZI, président du Paris Global Forum
Willian LEDAY, conseiller municipal, membre du bureau de Terra Nova
Leïla AICHI, sénatrice de Paris
Stéphane JUGNOT, statisticien-économiste à l’Insee
Muriel JASMIN, présidente du Comité Femme Fer
Razzy HAMMADI, député de Seine-Saint-Denis
Marie RAYNAL, citoyenne engagée
Claude ROSSIGNOL, citoyen engagé
Pierre HENRY, directeur Général de France Terre d’Asile
Mélite JASMIN, présidente de l’association mazzacca -afro-Caraïbeenne (M.A.C.)
David Sar AUERBACH CHIFFRIN, président de la Fédération Total Respect (Tjenbé Rèd)
Séta PAPAZIAN, présidente du collectif VAN (Vigilance Arménienne contre le Négationnisme)
Yohann ROSZEWITCH, président de SOS Homophobie
Carole DA SILVA, présidente de l’Afip
Thierno CAMARA, secrétaire Général du Forim
Nabbie SOUMAH, anthropologue
Nader ALAMI, journaliste
Karime ADENIS, réalisateur
Jean RAYMOND, journaliste
Abderrahim BOURKIA, sociologue
Helen MORA, attachée de presse
Michel NOLL, producteur
François DURPAIRE, historien
Bernard SCHALSCHA, membre du comité de rédaction de La Règle du Jeu