FAIRE LA GUERRE, C’EST S’ENGAGER POUR LA GAGNER (par l’Imprécateur)

hollande-waner

Tout a été dit sur la brutalité des bombardements russes et syriens sur Alep, « deuxième ville de Syrie » et ses « plus de deux cent mille habitants » selon nos journalistes. Des bombardements qui viseraient spécifiquement « le plus grand hôpital d’Alep« , les civils et les enfants. Mais jamais bien sûr les égorgeurs, les mitrailleurs et les assassins du « groupe état islamique » et d’Al Qaïda et de ses filiales, ces fameux amis de la France (dixit Fabius), « qui font du bon boulot« .

Rien n’est dit sur les bombardements « alliés » sur Mossoul dont 90% sont assurés par les F16 américains, 5% par les Rafale français et encore 5% par les « autres » dont on ne dit jamais qui ils sont : Saoudiens ? Allemands ? Belges peut-être ? Eux ne pratiquent, c’est bien connu, que des frappes « chirurgicales » : un snipper sur un toit sans casser une seule tuile, un chef djihadiste assis à son bureau sans même déranger ses papiers, mais ce ne sont que les Russes qui buttent leurs ennemis « jusque dans les chiottes« .

Les Syriens et les Russes font une guerre sale, nous dit-on, pleine de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité. Nous, on fait une guerre propre, on bombarde avec des fleurs pour les adultes et des marshmallows halal pour les petits enfants. C’est d’ailleurs parce qu’ils sont submergés par les fleurs et les marshmallows halal que les habitants de Mossoul gênés par l’odeur des chrysanthèmes et malades de trop de sucreries fuient la ville et se font récupérer par les Peshmergas kurdes. Des braves petits gars qui font au sol le sale boulot que les Américains, les Français et les Autres ne veulent pas faire pour ne pas avoir de sang sur les mains et de tâches sur leurs beaux uniformes.

Comment ? Quand les peshmergas trouvent un djihadiste d’EI parmi les réfugiés, ils les lui couperaient et les lui feraient bouffer crues pour le faire parler avant de lui trancher la gorge ? Tsss, tsss, médisances et ragots de la presse réactionnaire lepéniste d’extrême droite. Les peshmergas que l’on voit sur les infos de la télé sont propres, avec des uniformes bien repassés, des moustaches noires cirées et taillées au poil près comme celle d’Hercule Poirot. Quand ils exigent d’un réfugié homme ou femme fuyant Mossoul qu’il se mette à poil dans la lumière crue d’un projecteur pour s’assurer qu’il ne transporte pas d’arme ou d’explosifs sur lui (ou elle), c’est avec des mots choisis et des excuses, tous les correspondants de guerre des alliés des américains vous le diront.

Pourquoi l’armée syrienne et les Russes avec leurs avions en l’air et leurs spetsnazs au sol mènent-ils une sale guerre sur Alep, ses hôpitaux, ses enfants, ses femmes enceintes et ses vieillards ? Peut-être parce qu’ils ne sont pas, comme les politiciens et journalistes français et américains, atteints du syndrome de Stockholm qui fait que l’on en vient à aimer ses ennemis, même quand ils viennent vous massacrer dans les rues et les salles de spectacle d’Orlando, de Paris et de Nice ?

Même, s’ils ont un passeport français, quand ils rentrent de Syrie ou d’Irak les mains encore tâchées du sang du mécréant qu’on leur a fait égorger en guise de test d’entrée dans l’armée des volontaires de l’Etat islamique ?
Ben oui, on est humanistes nous. En plus, on leur donne le RSA pour qu’ils aient un peu d’argent de poche, on les soigne, on les habille de neuf, on leur donne de la bonne cuisine halal.

Parce que nous, contrairement aux Russes et aux Syriens, on ne fait pas la guerre, on se bat avec les Droits de l’Homme, mais pas ceux du citoyen. En France, c’est bien connu, le citoyen est franchouillard, raciste migrantophobe, réactionnaire, islamophobe, mariniste et bleu comme la ligne bien connue des Vosges. Donc, plus de Droits des l’Homme et du Citoyen, fini le citoyen, ne restent que les Droits l’Homme, avec deux majuscule de gauche, cela va de soi. Seul l’homme de gauche mérite de vivre dans le luxe, les subventions et les aides sociales, le citoyen doit se contenter des impôts, des amendes et des médicaments non remboursés.

rif_aleppo2-svg

Le rose est tenu par les forces gouvernementales, le vert par EI et/ou AlQaïda et ses filiales locales comme Al Nosra. Le gouvernement récupère la poche djihadiste « rebelle » .

Mais Alep, qu’est-ce que c’est ? En vrai, pas l’image qu’en donnent les medias. C’est une ville de 2,5 millions d’habitants dont plus de 2 millions vivent à peu près tranquilles sous la protection de l’armée syrienne légale.
Ils seraient plus tranquilles encore s’il n’y avait pas à l’Est de la ville un quartier d’un peu plus de deux cents mille habitants, occupé et torturé par la racaille islamiste et djihadiste d’Al Qaïda-Al Nosra et d’éléments d’EI qui cohabitent tant bien que mal et plutôt mal que bien.

Tous ces islamistes vivent sur l’habitant qui subit donc la double peine : les bombardements de ceux qui veulent libérer la Syrie des islamistes pour en refaire l’Etat laïc et paisible qu’elle était il y a dix ans, et les exactions meurtrières des islamistes. Ces derniers, pour l’exemple, égorgent de temps en temps dans Alep-Est un habitant soupçonné de trahison et veulent, eux, que la Syrie reste un califat. Islamique, ottoman ou sunnite, peu importe puisqu’une seconde guerre intra-arabe encore plus cruelle que l’actuelle règlera le problème une fois celle-ci terminée si le djihad remporte finalement la victoire. Dans ce cas, elle restera un califat et adieu la démocratie et la laïcité du régime Assad. Le califat que souhaite l’Occident décérébré à qui les soi-disant « printemps arabes » n’ont pas suffit pour comprendre qui est son seul et vrai ennemi : l’islam sunnite, salafiste et wahabite en pleine conquête de l’Europe, avec en pointe une arme humanitaire très efficace, les migrants qu’Erdogan appelle « nos soldats« .

safarischermsnapz001

Russes et Syriens font la guerre, la vraie, pas la guerre molasse à la Hollande avec des tracts préalablement parachutés pour dire aux habitants et aux ennemis « écartez-vous des cibles, nos F16 et nos Rafales arriveront dans une heure ».
Ça c’est humaniste ! Mais ça n’a jamais fait fuir un ennemi, tous les généraux vous le diront ; enfin, ceux qui ne sont pas encore déchus.
Russes et Syriens veulent terminer la guerre le plus vite possible, car seule l’occupation du terrain par le vainqueur permet de négocier la paix ensuite.

Alors ils regrettent le bombardement de l’hôpital du quartier Est, c’est sûr, mais ce n’est pas le plus important de la ville comme le prétendent nos journalistes depuis leur bureau du XVème arrondissement de Paris, c’est un hôpital de quartier. Les dommages collatéraux sur des hôpitaux et des civils, Russes et Syriens ne sont pas les seuls à en commettre, demandez aux Américains en Afghanistan et en Irak, et jadis sur la Serbie et sur l’Allemagne.

Quand ils lâchaient un tapis de bombes au phosphore sur Dresde, une bombe nucléaire sur Hiroshima, ils ont pensé aux hôpitaux et aux deux ou trois cents mille civils qu’ils ont massacrés à chaque fois ?
Non, ils pensaient « nous devons gagner la guerre le plus vite possible pour la terminer et négocier ou imposer la paix ».
C’est ce qu’il faudrait faire. C’est ce que nous devrions faire, Américains, Français et Autres, en Syrie et en Irak.
C’est ce que nous faisons mal, parce qu’avec mollesse, à Mossoul où l’on voit bien qu’un siège tenu par les peshmergas commence.

C’est ce que font les Russes.

L’Imprécateur

Bannière 2016

MOURIR À NICE (par Luc Sommeyre)

MOURIR A NICE

Aux côtés de la LIGUE DU MIDI, nous participerons demain mardi 19 juillet aux deux rassemblements organisés en Languedoc :

  • AIGUES-MORTES (Gard) − Monument aux Morts (hors les remparts, à 150 mètres de la Tour de Constance) à 17:00
  • MONTPELLIER (Hérault) − Arc de Triomphe (entre le Peyrou et le Palais de Justice) à 22:00

Ces rassemblements ne seront pas des MARCHES BLANCHES. Nous n’allumerons pas de BOUGIES. Nous ne nous répandrons pas en jérémiades aussi vulgaires que larmoyantes, comme ces politicards qui, de Gauche comme de Droite − tous depuis 40 ans − prônent le « vivre ensemble » avec la dextérité des imams (de nationalité étrangère pour la plupart) qui prêchent le Djihad et le massacre des Peuples d’Europe.

« Entendez-vous dans nos campagnes
« Mugir ces féroces soldats ?
« Ils viennent sont venus jusque dans vos bras,
« Égorger vos fils, vos compagnes !

Alors ? On attend… “quoi” ?

« AUX ARMES, CITOYENS !
« FORMEZ VOS BATAILLONS !
« Marchons, marchons…
« Qu’un sang impur
« Abreuve nos sillons ! »

L’heure est venue. Que les Françaises et les Français prennent leur destin en main sous peine de mort.

Titre Rémora[lien vers le synopsis de l’OP]


La LIGUE DU MIDI soutenue par Minurne-Résistance, le Parti Nationaliste Français, Résistance Républicaine, Riposte Laïque, et tous les Français et amis de la France dignes de ce nom,

DÉNONCE la complicité de fait du gouvernement socialiste.

EXIGE

  • La peine de mort pour les auteurs des tueries de masse et leurs complices.
  • La création de Camps de Rétention avec incarcération immédiate des djihadistes classés « S » et des djihadistes au retour de Syrie, d’Irak, de Libye ou d’ailleurs, bien connus des services du Ministère de l’Intérieur et/ou du Ministère de la Défense.
  • L’arrestation des imams étrangers prêcheurs du Djihad avec expulsion immédiate et sans procès.
  • La fermeture immédiate de toutes les mosquées salafistes.
  • La suppression de la double-nationalité pour les ressortissants extra-européens, ministres compris.
  • La création d’une Garde Nationale armée.

 

VALENCE, OU LE DJIHAD EN ACTION (par Luc Sommeyre)

Valence - mosquée

Je reprends un commentaire publié par le journal Le Monde en son édition électronique de ce jour. On y lit textuellement : « Dans le cadre d’une perquisition au domicile de l’agresseur à Bron, aux portes de Lyon, des “images de propagande djihadiste” avaient été retrouvées sur son ordinateur, mais celles-ci “peuvent être tout à fait trouvées par n’importe qui sur Internet”, a précisé le procureur. “Sans antécédents pénaux” et « inconnu des services de renseignement”, l’homme aurait agi “manifestement en solitaire” et n’avait pas jusqu’à présent de “lien particulier” avec une mouvance islamique, a précisé le parquet. »

Par ailleurs, ce même article rapporte : « Devant le juge, le jeune homme a été “en retrait” par rapport à ses déclarations initiales, affirmant n’avoir voulu que “renverser” les militaires. Lors de sa première audition, l’agresseur “n’a pas contesté […] sa volonté de renverser les militaires, de les agresser, de les tuer peut-être aussi”, comme il l’avait déclaré dès vendredi lors de sa prise en charge par les secouristes. »

De là à ce que le procureur de la République considère ce « djihadiste autoproclamé » comme atteint de troubles mentaux… En effet, voici ce qu’a déclaré le procureur au micro de France-Info: « Il a été considéré que les éléments n’étaient pas suffisants pour rattacher à un éventuel réseau terroriste parce que c’est manifestement quelqu’un qui a agi en solitaire et sans lien particulier avec une mouvance de cet ordre-là. […] Quant à ses motivations, elles sont assez peu explicables. […] Alors, il y a eu un certain nombre d’interrogations sur sa santé mentale, je ne vous le cache pas. »

On croit rêver !

Or le djihadiste autoproclamé de Valence n’a fait que suivre les consignes très claires d’Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de l’État Islamique : « Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munition, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle, ou n’importe lequel de ses alliés. Écrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le. »

À Valence, la consigne a été appliquée. À qui voudrait-on faire croire qu’il s’agit d’un “acte isolé” ?

L’État Islamique a déclaré la guerre à l’Occident. Et en temps de guerre, on ne met pas les terroristes en prison : ON LES FUSILLE.


Et pendant ce temps-là…

Valence - manif contre islamophobie
Valence − manifestation contre l’islamophobie en juillet 2014

Y aura-t-il autant de bobo-benêts pour manifester leur soutien à nos Militaires et à nos Policiers blessés ou tués en service commandé ?

Peuple de France, OUVRE LES YEUX !

LS
luc.sommeyre@minurne.org
Twitter : @l_sommeyre

Bannière 2016


AL-NOSRA, LE CURIEUX « ALLIÉ » DE MM. HOLLANDE ET FABIUS (par l’Imprécateur)

Mais qui est Al-Nosra, l’allié que Fabius et Hollande ont choisi pour la France dans sa lutte pour tuer Bachar el-Assad et faire un « printemps arabe » syrien, c’est-à-dire donner le pouvoir aux islamistes locaux ?

Jabhat an-Nuṣrah li-Ahl ash-Shām, appelé en Europe Al-Nosra, signifie « Front pour la victoire des Gens du Sham« . Le Sham, c’est la région qui borde la Méditerranée orientale et correspond en gros à l’ancien Levant : Syrie, Liban, Palestine et Israël. C’est un groupe armé de musulmans sunnites-salafistes qui mène le djihad pour reconquérir la région et en chasser, ou en exterminer, toutes les autres composantes religieuses qui refuseraient la soumission à leur islam rigoriste. Il est affilié depuis son origine à Al-Qaïda. Il a une base arrière au Liban, mais son implantation principale se trouve dans le Nord-Ouest syrien avec les villes d’Alep et Homs. Depuis novembre 2013, il a pris le nom de Al-Qaïda fi Biladu ash-Sham, « al-Qaïda au pays du Sham » qui inclut en plus du Levant le Sud de la Turquie, ce qui ne plait pas du tout à Erdogan !

Grâce à l’appui en argent et en armes de la France et des États-Unis, il est devenu l’un des plus importants groupes rebelles et terroristes de la guerre civile. Cet appui, il l’a obtenu en faisant croire à Obama et Hollande, fraîchement arrivés au pouvoir en 2012 en toute ignorance du Moyen-Orient et de l’islam, qu’il représentait une opposition islamique modérée à Bachar el-Assad, « bourreau de son peuple« , ce qui est aussi exact que les arguments avancés pour tuer Saddam Hussein accusé de détenir des « armes de destruction massive » et Muhammad Kadhafi accusé de vouloir faire « un bain de sang  à Benghazi« . Dans les deux cas, il y avait eu au départ la CIA et Al-Qaïda pour financer et armer les rebelles.

al Nosra drapeau

images-1

Le drapeau d’Al-Nosra-Al-Qaïda en haut, est souvent confondu dans les photos de djihadistes présentées par la presse avec celui de l’Etat Islamique reconnaissable à son cercle blanc.

Al-Nosra a commencé à se constituer en force armée et politique peu après l’amnistie accordée en janvier 2011 par Bachar El-Assad à la quasi-totalité des djihadistes syriens à qui il avait infligé peu avant une sévère correction. Bachar, arrivé au pouvoir en 2000, était encore un peu naïf à la manière socialiste (il est socialiste en tant que chef du parti socialiste syrien, le Baas), et croyait, comme Valls avec les terroristes français de retour de Syrie, que pardonner aux intégristes qui avaient tenté de le renverser lui vaudrait la reconnaissance des sunnites syriens devenus majoritaires dans ce pays du vivre-ensemble laïc multiconfessionnel et multiethnique. La loi du Talion n’étant pas un euphémisme chez les sunnites, nombre des amnistiés rêvaient d’une vengeance féroce et ils en trouvèrent l’opportunité avec la venue à mi-juin 2011 d’une équipe de l’Etat Islamique en Irak qui leur proposa argent, hommes et armes. Ils se mirent d’accord et furent rejoints par des vétérans syriens qui s’étaient battus en Irak sous la bannière de l’E.I.I. qui était alors une filiale d’Al-Qaïda en Irak, financée par nos alliés et amis l’Arabie Saoudite et le Qatar.

Pour faire simple : l’Arabie Saoudite, islam sunnite de rite intégriste wahhabite, engendre Al Qaïda, qui après son succès du 11 septembre 2001 engendre Etat Islamique en Irak. E.I.I, qui conquiert le Nord de l’Irak. Pour conquérir la Syrie, E.I.I. engendre Al Nosra, islam sunnite et salafiste. Vous suivez ? Mais une fois la Syrie partiellement conquise et E.I.I. rebaptisé État Islamique en Irak et en Syrie (ISIL, acronyme arabe « Da’esh »), abrégé en État Islamique, E.I. parce qu’il se voit conquérir le monde, Al Nosrah préfère son grand-père Al Quaïda à son père E.I.

C’est à dire que, après avoir été provisoirement l’allié de son papa l’État Islamique d’Irak, au point que la fusion des deux groupes terroristes avait été annoncée, Al-Nosra s’en sépara pour redevenir, en 2013, la filiale locale syrienne de son grand-père, Al-Qaïda. À l’ONU, depuis 2014, Al-Nosra est sur la liste de la résolution 1267 des organisations terroristes rattachées à Al-Qaïda. Cela n’émeut pas le moins du monde Hollande et Fabius qui voient toujours Al-Nosra comme un bande de copains « qui font du bon boulot » (dixit Fabius). Avec une telle ignorance des réalités et un tel aveuglement, ils ne faut pas être surpris qu’ils se soient laissé rouler avec autant de facilité par ces gentils musulmans qui mitraillent, égorgent et gazent avec modération, et ne découvrent qu’aujourd’hui 10 500 djihadistes potentiellement dangereux dans les 20 000 fiches des services français de renseignement.

Parenthèse pour dénoncer un fantasme très répandu à gauche où l’on dit que le salafisme n’est pas du tout le sabre de l’islam mais une ascèse, une discipline de l’esprit visant à la perfection islamique. À C dans l’air, récemment, Roland Cayrol, dit La Voix de son maître en raison de son évidente allégeance à Hollande, soutenait encore que c’était une erreur de croire le salafisme dangereux. Le recteur de la mosquée de Bordeaux, Tarek Obrouk, peut soutenir le contraire, et à C dans l’air, Mohamed Sifaoui réclamer l’expulsion des imams salafistes et la fermeture de leurs mosquées en raison de leur extrême dangerosité, rien n’y fait, il y a encore des gens de gauche pour croire que le salafisme serait un islam « modéré ». On ne peut pas forcer à boire un âne qui n’a pas soif !

Pour l’islam soufi, que l’on ne connaît en France (et encore !) que par les derviches tourneurs, le djihad est uniquement une ascèse. Ils sont pacifistes, accueillent volontiers chrétiens et juifs et participent, s’ils y sont invités, à des messes ou au shabbat. images-2

Le plus connus des soufis sont ceux de l’orde mevlevi. Ils tournent sur eux-mêmes en musique jusqu’à atteindre une sorte de transe et d’extase, le « samâ », qui signifie « l’écoute », celle des deux « shayhs », des maîtres spirituels. L’un est le pendant du pape, mais il forme son successeurs de son vivant, il y en a donc toujours deux. En 2007, ils ont tenu à rencontrer le pape Jean-Paul II.

Pour l’islam chiite (Iran principalement) 10 % des musulmans dans le monde, il y a deux formes de djihad : le djihad guerrier qui recommande l’extermination de ceux qui offensent Allah, ils l’appellent « petit djihad » avec un certain mépris, mais peuvent le pratiquer si nécessaire, et le « grand djihad » qui est ascétique, mais avec moins de rigueur et de profondeur que le djihad soufi.

Pour l’islam sunnite, le djihad ascétique n’est pas absent mais il n’est que très peu pratiqué, le seul vrai djihad est le djihad guerrier violent, le salafisme.

Le problème, c’est qu’en France nous avons 95 % de sunnites (80 % dans le monde) et très peu de chiites, essentiellement des Marocains, qu’ils soient alaouites comme le roi Hassan II, hanbalites ou malékites. C’est pourquoi, de la Somalie (milices salafistes Al Shabaab) à l’Algérie (Groupes Islamistes Armés), de la Syrie (E.I., Al Qaïda et Al Nosra) à la France (salafisme diffus) le djihad salafiste est à plus de 95 % violent.

Mais revenons à notre « allié » Al Nosra. En mars 2013, le Los Angeles Times révèle que, selon le Département d’État, il est impossible de distinguer le Front Al-Nosra d’Al-Qaïda. Furieux, Le Monde, le quotidien du PS, bondit : « plusieurs témoignages recueillis dans le nord de la Syrie laissent penser que Jabhat Al-Nosra est un groupe très majoritairement syrien, autour de 80 %, sans lien organique avec Al Qaïda« . Comme disait Michel Charasse « si l’on veut ignorer ce qui se passe réellement dans le monde, il faut lire Le Monde« . Mathieu Guidère, professeur d’islamologie réputé, bondit à son tour pour contredire Le Monde en déclarant en avril 2013 que les djihadistes étrangers sont « désormais majoritaires aux deux tiers par rapport aux Syriens » au sein d’Al-Nosra. Il ajoute que ces étrangers ont modifié la mission initiale du Front al-Nosra, qui était de faire tomber le régime alaouite de Bachar el Assad, accusé par les sunnites de massacrer les musulmans salafistes, autrefois très minoritaires en Syrie, mais que le gouvernement socialiste français appelle « le peuple syrien« . Ce qu’ils veulent maintenant, c’est renverser El Assad pour prendre le pouvoir et instaurer la charia dans ce pays encore laïc, multiconfessionnel et multiethnique dans les parties de la Syrie toujours contrôlées par le pouvoir légal de Bachar, les seules où l’on trouve encore des chrétiens, des druzes, des chiites, des coptes, des araméens, etc.

Abou Bakr al-Baghdadi, le calife d’E.I. a révélé (9 avril 2013) le parrainage du Front Al-Nosra par son organisation, caché jusqu’ici « pour des raisons stratégiques et de sécurité » selon lui, et déclaré que c’est lui qui avait choisi le chef actuel d’Al-Nosra. Et c’est là que ledit chef, Al-Joulani, le trahit et annonce rallier Al-Qaïda ! En représailles, Al-Baghdadi organise des attentats multiples et meurtriers à Alep et Homs, qui tuent des milliers de civils et que l’on attribue à l’époque à Bachar El-Assad. En France, les pieds nickelés acceptent sans vérification cette version. En même temps, Al-Joulani rallie aussi le groupe Jayish al islam et intègre avec lui le Front islamique qui a des ramifications internationales et ferraille contre tout ce qui n’est pas musulman sunnite intégriste.

Le 30 mai 2013, les autorités turques annoncent l’arrestation de 12 terroristes d’Al-Nosra en possession de grosses quantités de gaz sarin qu’ils faisaient entrer en Syrie. La presse française et le Quai d’Orsay, toujours aussi bien informés, annoncent que Bachar El-Assad va bombarder son peuple au gaz ! Les SR français auraient pu dire la vérité, mais il faut savoir qu’il est très dangereux pour une carrière de fonctionnaire de dire des choses qui pourraient désillusionner Hollande, Valls, Fabius et la presse romancière de gauche. Quant à la presse, encore plus servile, elle a ramené des « preuves » données par Al-Qaïda, notamment à deux journalistes de Paris-Match. Ce n’est que récemment que des « rebelles » à Bachar El-Assad ont été pris en flagrant délit d’utilisation d’armes chimiques

En novembre 2013, Al-Qaïda annonce qu’Al-Nosra est bien la seule organisation terroriste qui représente Al-Qaïda en Syrie. D’où l’actuelle partie de billard à trois bandes principales : l’armée nationale syrienne de Bachar el Assad – Al-Qaïda-Al-Nosra – l’Etat islamique, chacun se battant contre les deux autres. À ces trois -là, il faut ajouter quelques efflorescences marginales telles que les Turkmènes antikurdes, les Kurdes anti-E.I., le Hezbollah anti-Al Qaïda, les Peshmergas iraniens anti-sunnites, les brigades Jund al-Aqsa, Jaish al-Sunna, Liwa al-Haqq, Ajnad al-Sham et Faynad dal-Sham qui sont anti-tout-le-monde mais se laissent acheter par le plus offrant, sans oublier les soi-disant « modérés » comme le mouvement Hazm, et l’Armée Syrienne Libre-anti Bachar qui revendent les armes que leur donne la France à Al-Qaïda ou à l’E.I. suivant la meilleure offre… On trouve les djihadistes français en Syrie principalement chez E.I. et Al-Nosra.

images

Bref, on comprend que les intellects non formés à appréhender, comprendre et analyser des situations complexes soient perdus et, comme Fabius et Hollande, se promènent là-dedans comme « Oui-Oui chez les terroristes« .  Des Syriens déguisés en moutons modérés leur avaient dit que Bachar était le grand méchant loup, ils l’ont cru. Ont-ils compris avec le 13 novembre qu’ils se sont fait rouler ? C’est l’énigme dont nous connaitrons la solution dans les prochaines semaines, si Hollande tient ses promesses de féroce implacablitude.

L’Imprécateur

4b66ee7b-23a7-4c14-b0a7-c6adcced33b4

IMPUNITÉ POUR LES FOUS (DU DJIHAD) par Stratediplo

Bonne nouvelle : si vous souhaitez être classé « pénalement irresponsable » après avoir occis votre belle-mère : avouez immédiatement votre crime.

  • Dites posément et calmement que vous l’avez commis pour obéir à une divinité qui vous a ordonné l’assassinat des gens d’apparence mécréante.
  • Ajoutez (vous n’avez pas besoin de témoin) que vous avez récité une courte prière à ladite divinité avant d’agir.
  • Ne prenez pas la peine de déranger votre avocat : vous ne passerez pas en jugement, car le Ministère Public lui-même (c’est-à-dire l’État ou plus exactement « la république » qui a mis fin à l’indépendance de la Justice il y a 225 ans en nommant, fonctionnarisant et gérant la carrière des magistrats) demandera au magistrat instructeur de vous déclarer pénalement irresponsable.

L’Instruction, devinant l’intervention de l’État en votre faveur, prenant conscience que votre irresponsabilité pénale est plus importante que la sécurité publique, vous enverra au service psychiatrique le plus proche. Ensuite, vous n’aurez aucune difficulté à convaincre le psychiatre de l’intégrité ou la récupération de votre santé mentale, critère suffisant à votre libération définitive.

Prenez soin cependant de démontrer votre irresponsabilité pénale en vous accoutrant en padamalgam. Si vous enfiliez une robe jaune safran, la république risquerait de reconnaître officieusement l’existence de votre divinité, et donc de ne pas vous déclarer pris de folie passagère.

En cas d’hésitation du magistrat, pensez bien à citer la jurisprudence de la décision de la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Paris en 13date du 5 novembre 2015 dans l’affaire Alexandre Dhaussy. Attention aux termes cependant : il s’agit d’une décision prise au niveau de l’Instruction, non pas d’un arrêt de la Cour d’Appel. En effet, selon le principe français établissant la force jurisprudentielle, un Tribunal ou une Cour qui souhaiterait décider dans un sens différent de la jurisprudence établie (un seul cas suffit à l’établir) aurait besoin d’arguments plus sérieux pour argumenter une décision contraire à la jurisprudence.

Converti à l’Islam à l’âge de 17 ans, Alexandre Dhaussy est issu d’une famille catholique. Le 25 mai 2013, le jeune homme, alors âgé de 24 ans, avait planté un couteau dans la nuque de l’un des trois militaires en patrouille dans le hall du RER qu quartier de La Défense, à l’ouest de Paris. Avant cela, il s’était agenouillé dans un coin pour faire une prière. Puis avait bondi sur sa victime, pour l’attaquer par derrière. (L’Express)

003

cliquez sur l’image ci-dessus pour entendre son avocat − commis d’office − commenter la décision du magistrat instructeur (00:21)

Un expert psychiatre avait très doctement déclaré que « les psychotiques se saisissent de l’air du temps pour alimenter leurs délires mystiques » ce qui exclue toute responsabilité pénale, donc la comparution devant la Cour d’assises.

13

PS : si vous choisissez pour cible une belle-mère connue pour ne pas être mécréante au sens des critères padamalgamiens (une belle-mère qui fait Hare Krishna cinq fois par jour en se prosternant vers Louxor) il devrait être cependant plus difficile d’établir que vous étiez sain d’esprit.

Stratediplo


LA FRANCE : PAYS DE REVE POUR LES DJIHADISTES, LE GOUVERNEMENT COMPLICE (l’Imprécateur)

Il est infiniment plus agréable et moins risqué d’être terroriste, islamiste, djihadiste ou salafiste en France que dans les pays musulmans ! Cela malgré les froncements de sourcils, les coups de menton mussoliniens et les déclarations péremptoires de notre premier ministre franco-espagnol (ou hispano-français, ça dépend des jours), parfois relayé par Bernard Cazeneuve.

Florilège…

« Nous fermerons des mosquées s’il le faut« ,

« Nous dissoudrons des associations suspectes de sympathies ou de complicités avec l’islamisme radical et djihadiste, notamment celles qui font appel à la violence« ,

« Le ministre de l’intérieur agit et agira« ,

« Nous nous attaquerons aux commerces qui financent le terrorisme« ,

« Outre les poursuites judiciaires nous procèderons : à des expulsions du territoire, à des déchéances de nationalité française, à des interdictions d’entrée et de sortie du territoire, à des blocages de sites internet, à des suppressions de prestations sociales« .

manuel-valls-enerve

Après que la France ait eu son premier martyr décapité et la publicité qu’en a fait l’Etat Islamiste grâce un « selfie » envoyée en Syrie par le meurtrier que sa femme, ses voisins et l’imam de sa mosquée ont tous décrit comme « un bon musulman », on est en droit de poser la question : « Si les mesures annoncées par le premier ministre avaient été mises en œuvre par le ministre de l’Intérieur et celui de la Justice, ce drame aurait-il eu lieu ? »

« Nous fermerons des mosquées s’il le faut« .
Les mosquées à fermer sont identifiées : mosquées salafistes et mosquées tabligh, il en aurait 89 en France. Une seule a-t-elle été fermée ? Non, alors il faut croire qu’il n’y a pas de danger puisqu’il ne le fallait pas.
Par contre, en Tunisie, après l’attentat de la plage, 80 mosquées salafistes ont été immédiatement fermées et leurs imams remplacés.

Les associations complices de l’islamisme radical ont-elles été dissoutes ?
Pas une seule, et de plus elles continuent à toucher des subventions de l’État. Certaines continuent à répandre sur les réseaux sociaux le mensonge selon lequel le salafisme ne présente aucun danger alors même que deux musulmans courageux, le journaliste historien Mohamed Sifaoui et le président de « Fils de France » Kamel Bechikh (aussitôt accusé par l’officine de pub-socialo Rue 89 d’être membre du FN), disent tous deux que le salafisme est dangereux par essence, chaque salafiste étant ipso facto potentiellement dangereux.

« Le salafisme désigne un mouvement, principalement sunnite, qui prône un retour à l’Islam comme il était pratiqué à l’époque du Prophète Mahomet… pratiques conservatrices ou extrémistes, au niveau religieux mais aussi social… Cette mouvance reste néanmoins violente et refuse de limiter son action religieuse à la prédication, mais place le djihad armé comme son activité principale… Les chiffres du Ministère de l’Intérieur français montrent que ses adeptes sont environ 15 000… Entre 100 et 300 salafistes considérés comme violents sont suivis par les autorités françaises » (Geolinks)

Tiens ! Le ministère de monsieur Cazeneuve tient donc des statistiques sur les musulmans ? Faut-il être satisfaits de ce que « entre 100 et 300 » sur 15 000 sont suivis quand on constate comment le tueur salafiste de l’Isère était suivi ?

« Le ministre de l’Intérieur agit et agira« .
On l’a vu à l’œuvre, et le message qu’on retiendra est qu’il n’a aucune intention de sévir contre les dérives de l’islam, puisque, pour lui, le djihad est légitime !

Pièce jointe copie 3

« Nous nous attaquerons aux commerces qui financent le terrorisme« .
Lesquels ?
Il faut dire les noms pour que les citoyens les boycottent tout de suite et, les privant ainsi de chiffre d’affaires, les contraignent à arrêter leurs financements du terrorisme. Mais le gouvernement les connaît-il seulement ?

Des expulsions du territoire ?
On n’en n’a pas vu.

Des déchéances de nationalité ?
Pas plus.

Des interdictions d’entrée et de sortie du territoire ?
Qui le croira quand un député socialiste, Sébastien Pietrasanta, considère que les djihadistes sont des victimes du système et qu’il est nécessaire de les prendre en charge, de les réinsérer, en ouvrant notamment des centres de déradicalisation, c’est-à-dire que les djihadistes soient pris en charge par l’État, donc avec l’argent public, afin d’être rééduqués. Ce naïf croit-il qu’un djihadiste est rééducable ?

Blocages de sites internet.
Ah ! Là oui, le gouvernement agit en faisant fermer les sites et inculper les personnes qui dénoncent le danger islamiste, salafiste et djihadiste.

Suppression des prestations sociales ?
Quand la femme de Merah ou celle de Coulibaly ont continué pendant des mois à toucher leurs allocations, cette dernière se les faisant expédier en Syrie ?

Pendant ce temps-là, le très cher ami de François Hollande, Abdelaziz Bouteflika, faisait prononcer 42 condamnations à mort par les tribunaux algériens contre des assassins djihadistes et salafistes auteurs de meurtres, d’enlèvements et d’attentats meurtriers sur des civils et des éléments de l’Armée Nationale Populaire.
26 condamnés à mort le 27 février dernier, 16 le 30 mai.
Ils n’ont pas eu de chance, s’ils avaient été en France, avec les lois Taubira ils auraient eu droit à des cellules confortables, à la visite de femmes et enfants dont le séjour en France eut été pris en charge par l’État, et à des remises de peine qui leur auraient garanti d’être en liberté pour recommencer leurs crimes dans quelques années.

Nos gouvernants comprennent-ils seulement qu’ils accélèrent l’émergence d’un mouvement révolutionnaire que l’armée, pour le moment divisée sur le sujet, la gendarmerie et les CRS épuisés laisseront se manifester ?
N’est-ce pas la vraie raison pour laquelle certaines unités de l’Armée, les chars notamment, ont été interdits de défilé du 14 juillet ? Car la DCRI (ex-RG) le sait, la colère gronde, des stratèges en guerre civile préparent des actions urbaines contre des sites politiques comme les ministères, et quand ce genre d’actions démarre il est très difficile pour un gouvernement de les arrêter sauf à baisser son slip et à accepter toutes les revendications.

Les gens, beaucoup de gens, y compris une grande partie des Français musulmans, sont excédés du comportement imbécile de trop de ministres et de hauts fonctionnaires de toute évidence incapables de remplir les missions qui sont les leurs. Excédés du comportement radical de certains musulmans, pas tous loin de là, mais ce sont ceux que l’on voit se faire remarquer par des accoutrements provocateurs, djellabas et burkas, ceux qui réclament des menus halal dans les cantines, des salles de prière dans les entreprises et des médecins femmes dans le hôpitaux pour y soigner leurs femmes toujours enceintes. Surtout quand ils affichent ouvertement leur haine de la France et de ses valeurs laïques et républicaines, surtout quand certains, 3 000 quand même selon les dernières estimations, vont faire la guerre en Syrie ou en Libye pour devenir des terroristes aguerris et revenir tuer des Français innocents. L’Etat les accueille à bras ouverts quand ils reviennent en leur redonnant leur RSA si par hasard il leur avait été supprimé.

Que font les pouvoirs publics ? Rien ou pas grand-chose, en tout cas rien de suffisant pour les empêcher de proliférer tant qu’ils sont encore minoritaires. Dans les quartiers dits « sensibles » où la police et les services sociaux ne pénètrent qu’à l’occasion de la visite d’une grosse huile politique, les prédicateurs djihadistes et salafistes se multiplient, prennent les mosquées et réclament d’être salariés par l’État !

Les gens en ont ras-le-bol et dans « les gens », il faut inclure cette majorité des Français musulmans qui se sont intégrés, travaillent, n’affichent pas avec agressivité leur islam, ne demandent qu’à vivre en paix dans ce pays qui les a accueillis et leur permet de vivre bien mieux que dans leurs pays d’origine du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne.

Le premier ministre pense qu’il pourra démontrer que l’islam est compatible avec la République et la laïcité.

sous-toutes-ses-formes

Mais, observez bien la situation mondiale : les démocraties authentiques se situent dans des territoires traditionnellement chrétiens par leur civilisation et laïcs par leurs valeurs républicaines. Parce que « il faut rendre à César ce qui est à César » et parce que « le royaume du Christ n’est pas de ce monde« .

Dans l’islam, c’est l’inverse, l’État doit être soumis à la charia, la loi d’Allah, et toute la Terre a vocation à devenir Dar el Islam (دار الإسلام) ou « Terre de la soumission à dieu ». Le christianisme aboutit à des États de droit (où la morale précède le droit et ne découle pas de l’application aveugle d’articles de loi), l’islam à des théocraties. En gros, on assiste à un affrontement entre une loi d’amour et la loi du talion. Ainsi, à moins de changer radicalement de paradigme, l’islam ne sera jamais compatible avec la laïcité, la démocratie et la plupart des valeurs républicaines. Quand on écoute les déclarations de Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, et surtout ce qu’il ne dit jamais, on en est rapidement convaincu.

Toutefois, il faut reconnaître que Dalil Boubakeur est un homme honnête, ou tout au moins très habile. Quand une phrase de lui, tirée de son contexte, a fait croire qu’il demandait que des églises peu utilisées soient transformées en mosquées, messieurs Cazeneuve et Joffrin, le premier étant le maître et l’autre la voix de son maître, se sont aussitôt mis à caresser dans le sens du poil : « voilà une idée qu’elle est bonne » se sont exclamés ces deux christianophobes collabos de l’islamisme et du djihadisme.

CJf9I1BUwAEgHQY

Dalil Boubakeur a aussitôt rectifié en affirmant qu’il n’en était pas question et qu’on avait abusé d’un extrait d’une phrase qui n’avait pas du tout ce sens. (*)

L’Imprécateur

(*) Ainsi, on peut constater, comme le montre l’Imprécateur, que le tropisme collaborationniste de nos dirigeants est si fort qu’ils ont même une propension à détourner des phrases de dirigeants musulmans à notre détriment et au profit de l’ennemi ! Ce qui est quand même un comble, et fort peu rassurant sur leur volonté réelle de protéger et défendre leurs compatriotes.

MLS

minurne-300x78

VIE SEXUELLE AU DJIHAD : UN DELICAT BONHEUR ! (par Maurice D.)

Céline, l’écrivain diabolisé du Voyage au bout de la nuit, disait que Charles Martel n’avait « rien vu« . Un million d’africains attendent sur les côtes Sud de la Méditerranée de venir vivre chez nous. Il y a déjà plus de 50 millions de musulmans en Europe selon les statisticiens et démographes européens, qui ne sont pas comme les nôtres astreints par l’interdiction des statistiques ethniques et communautaires, il en prévoient cent millions pour 2050. Mais dormez tranquilles braves gens, notre caste politique nous assure que tout se passe bien, « l’immigration n’est pas plus importante aujourd’hui qu’il y a cinquante ans« , disaient les intervenants (tous clairement de gauche) d’Yves Calvi à C dans l’air il y a quelques jours.

images-1

Comment peuvent-ils l’affirmer puisque les compter est en France passible des tribunaux, demandez à Robert Ménard. Mais dans d’autres pays européens, on compte, et notamment en Italie où l’on constate que de 17 000 par an en 1970 les « migrants » sont passés à 170 000 en 2014 et que depuis quelques semaines on tend vers les 350 000, voire plus si le mouvement continue à s’amplifier comme le calife Al Baghdadi l’a annoncé.

Les Français, les Européens, ont eux les yeux ouverts et commencent à s’en inquiéter. Ils ont peur, mais ils ne se révolteront que lorsqu’ils auront vraiment mal, et ils auront bientôt mal. Nos gouvernants tolèrent, favorisent même pour un grand nombre cette immigration, pensant qu’avec sa fertilité, sa religion d’amour et de paix et sa civilisation merveilleuse elle va régénérer la vieille Europe. Pourtant, ce qu’apportent les migrants, ils l’ont déjà sous les yeux : incivilités, refus de s’intégrer, d’apprendre la langue du pays qui les accueille, violence urbaine, exigences sociales et financières, polygamie, mariages forcés, excision et autres pratiques bafouant les droits de l’Homme que l’administration entérine faute de volonté politique pour les interdire et les combattre.

433737Immigration3

L’extrême violence que l’on voit autour de l’Europe, au Sud de la Méditerranée, aux portes de la Turquie, nous inquiète mais ne nous affole pas encore. La grande majorité des Français croient de bonne foi quelle s’arrêtera à nos portes, que les gouvernements feront le nécessaire pour empêcher qu’elle n’entre dans nos pays.

Mais ils ne feront rien ! Qu’ont-ils fait pour empêcher la prise de Palmyre sur les pierres de laquelle ils versent des larmes de crocodile ? Rien ! Où étaient les Rafale les F 16 et les hélicoptères d’assaut de la prétendue coalition ? Il fallait laisser Palmyre, ses ruines du patrimoine mondial de l’Humanité, ses champs pétroliers et gaziers à l’E.I. qui va se charger de régler son compte à Bachar el-Assad. El-assad, c’est la priorité des priorités. Et la population de Palmyre ? Quoi, vous parlez de quoi là ? On s’en fout à Washington et à l’Elysée ! Ils vont être torturés, égorgés, mitraillés par paquets de 50, chargés à la pelleteuse dans des camions à ordures et jetés dans des charniers ? Les femmes et les petites filles vont être violées, mises en esclavage sexuel, excisées de force si elles ne l’étaient pas déjà, leurs bébés écrasée à coups de pierre pour faire la place à d’autres bébés, issus des copulations bestiales des djihadistes, qui seront de bons petits musulmans sunnites à qui l’on apprendra le Coran et à égorger dès la maternelle, puis à utiliser kalachnikovs et produits incendiaires dès 7 ou 8 ans ? Et alors ? On s’en fout ! Palmyre était restée fidèle à Bachar ? Ils n’ont qu’à crever ces sales arabes qui n’ont pas compris que le progrès c’est le califat sataniquement islamique d’E.I.

On est comme ça à la Maison blanche, à l’Elysée et au Quai d’Orsay, on a ses amis, les sunnites wahabites et salutistes d’Arabie et du Qatar, antisémites qui tuent, égorgent, pendent, crucifient, excisent, violent, mettent en esclavage mais sont très riches de pétrole et de gaz, et ses ennemis, les dictateurs, oui c’est vrai, des dictateurs, mais laïcs, souvent socialistes, qui font cohabiter races et religions sous une poigne de fer mais amènent ainsi les peuples au vivre ensemble que l’on glorifie chez nous en Europe et en France où grâce à la politique sociale Valls-Cazeneuve il se dégrade à grande vitesse. À ces dictateurs, il faut prendre leur gaz et leur pétrole s’ils en ont. Parce que ceux qui n’en ont pas, comme en Erythrée, où la population fuit le régime musulman et sa terreur, inutile d’aller y intervenir, il n’y a rien à récupérer vous diront Obama, Hollande et Fabius.

Les djihadistes d’E.I. et d’Al Qaïda (les amis de Fabius qui trouve qu’ils « font du bon boulot« ) ont besoin de femmes. C’est normal, à la vitesse où ils les tuent après s’en être servis, ce qui est normal aussi puisque ce ne sont que des Yézidies, des Alaouites, des Chrétiennes, des Kurdes, des Sunnites, mais Syriennes et assadistes, que le Coran autorise à mettre en esclavage et à tuer puisqu’elles ne sont pas plus humaines que les chèvres et les chamelles dans lesquelles les djihadistes, comme le faisait le prophète dans sa jeunesse autrefois, assouvissent leurs glandes. C’est juste et légitime puisque c’est écrit dans le Coran. Donc ils font appel à la générosité internationale.

L’Europe, et surtout la France, y répond en laissant partir des jeunes femmes vers la Syrie, via la Turquie ou l’Algérie. Elles sont de plus en plus nombreuses, plusieurs centaines selon l’International Centre for the Study of Radicalisation basé à Londres. Quand elles quittent la France, les plus maladroites sont arrêtées et mises en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste« , mais selon les ONG présentes à la frontière turco-syrienne, des dizaines arrivent quand même de France. L’État islamique a autant besoin de reproductrices que d’hommes pour construire sa nouvelle société musulmane dans la seule vraie foi, comme le prétend sa propagande. Les plus diplômées sont très recherchées car E.I. manque de cadres pour son administration, les moins diplômées sont mères porteuses ou prostituées aux djihadistes. Ce que la propagande islamiste appelle « participer à un rêve collectif romantique en exprimant le rejet de la société occidentale décadente« . On peut douter que leur rêve était vraiment de se faire sauter dix fois par jour ou plus par des mecs sales et brutaux, mais cela se fait dans la légalité la plus stricte, conformément à la charia.

Car, sachez-le, chez les musulmans on ne rigole pas avec la morale, comme chez suppôts du de Satan que sont les occidentaux de gauche. Pas de coucheries, pas de baise en état d’ivresse ou de shoot, pas d’homosexualité, tout ça est puni de lapidation ou pendaison. À l’entrée du bordel musulman, car il faut bien appeler les choses par leur nom, il y a une « salle des mariages » où les filles, voilées cela va de soi, attendent les maris. Ceux-ci choisissent en posant des questions à l’imam, un imam de service marie le couple, le mari paie à l’imam le coût de la cérémonie dont le montant varie en fonction de l’âge de la fille, les plus jeunes, dès six ou sept ans, et les plus blondes étant les plus recherchées.

A displaced family from the minority Yazidi sect, fleeing the violence in the Iraqi town of Sinjar, waits for food while resting at the Iraqi-Syrian border crossing in Fishkhabour, Dohuk province August 13, 2014. REUTERS/Youssef Boudlal (IRAQ - Tags: CIVIL UNREST POLITICS) - RTR42BTM

A displaced family from the minority Yazidi sect, fleeing the violence in the Iraqi town of Sinjar,  August 13, 2014. REUTERS/Youssef Boudlal (IRAQ – Tags: CIVIL UNREST POLITICS) – RTR42BTM

Si elles son capturées, la fillette blonde vaudra au marché aux esclaves puis éventuellement au bordel musulman si l’acheteur en décide ainsi, près du double du prix de sa mère.

Le mari rentre dans un cagibi sans lavabo, juste une paillasse où il consomme le mariage sans attendre, sans douceur, sans préliminaires et sans précaution, car si la fille est enceinte, c’est tant mieux, une bonne pondeuse doit pouvoir donner 10 ou 12 marmots à l’islam « vrai ». Une demi-heure après le couple ressort, le même imam le divorce et la fille se rassied sur le banc en attendant le mari suivant.

Cela s’appelle le djihad-al-nikah (pas besoin de traduction) et contrairement à ce qu’affirment certains ulémas, ce n’est pas écrit noir sur blanc dans le Coran. C’est une invention récente des milieux fondamentalistes saoudiens qui, en 2013, ont émis une fatwa édictant que les femmes peuvent participer à l’effort de guerre avec leurs fesses et leur ventre dans des « mariages temporaires » d’une heure. Quand elle est malade ou usée, la fille plusieurs milliers de fois mariée et divorcée est jetée à la rue ou elle mendiera, ou bien abattue comme une vieille vache de réforme.

Ce n’est évidemment pas la description de cette vie réelle qui est faite aux candidates au djihad dans la propagande des sites comme ask.fm où on leur décrit une vie de femme épanouie au bras d’un mari prévenant et bien membré, pas comme ces occidentaux émasculés par l’apostasie, le vice et l’alcool, où elles rempliront une mission humanitaire exaltante. Et si leur mari, un homme courageux et pieux, tombe en martyr, elles seront des héroïnes de l’islam, seront envoyées au paradis d’Allah où re-virginisées elles seront à nouveau en groupes de 72, à la disposition des combattants de l’islam. À partir de ce premier site qui les a accrochées et fait rêver, elles sont orientées sur un site internet privé qui vérifie leur motivation et leur donne les indications pratiques pour effectuer le voyage vers Cythère, et éventuellement de l’argent. Mais dans ce dernier cas, elles doivent s’attendre à ce que l’investissement d’E.I. soit rentabilisé par le passage au bordel dans la salle des mariages.

À la différence du Hezbollah qui donne une vraie place aux femmes combattantes, E.I. recherche avant tout des reproductrices. Il y aurait même une école pour apprendre aux futures épouses à être de bonnes épouses musulmanes, toujours voilées, mais sans culotte, une invention occidentale répugnante, car le djihadiste n’a pas de temps à perdre en frivolités. Pour faciliter la prostitution musulmane, la fatwa a étendu le prétexte de la guerre au pèlerinage à La Mecque, et même aux voyages d’affaires et au tourisme. Ainsi le bon musulman qui nique reste partout hors du péché.

Les armées occidentales ont aussi leurs bordels objectent les autorités de l’islam. C’est vrai, mais la copulation ne s’y fait pas sous prétexte religieux et sans le consentement des filles qui, au moins, sont payées, alors que dans le bordel islamique, elles sont tout juste nourries et logées, et battues si elles manquent de docilité, ce qui, il est vrai, existe aussi avec les maquereaux occidentaux, surtout quand ils sont hongrois, bulgares ou arabes.

Les premiers témoignages des filles ainsi prostituées sont venus de Tunisiennes rentrant au pays, la Tunisie étant le premier pays où E.I. a recruté du cheptel féminin. Celles-là peuvent s’estimer chanceuses en comparaison des femmes considérées comme du butin de guerre par les djihadises, Yézidies, chrétiennes, chiites, alaouites, sunnites non salafistes, car là le Coran prévoit leur sort : elles sont à la disposition du djihadiste qui les a capturées, qui peut après les avoir violées les vendre ou les tuer, même en public, la police ne lui dira rien. De nombreux témoignages assurent que celles qui résistent sont exécutées sur place.

Maurice D.

minurne-300x78

LUNEL, NID DE DJIHADISTES (par Maurice D.)

On parle beaucoup de Lunel ces jours-ci, petite ville de moins de 30 000 habitants située à une trentaine de kilomètres à l’Est de Montpellier, en raison de plusieurs opérations de police qui y ont eu lieu pour y arrêter des djihadistes. C’est que, comme le titre « 20 minutes« , un quotidien européen gratuit d’information générale (27 janv.), il faut se poser la question : Lunel, nid de djihadistes ?

Unknown

Il y aurait déjà une vingtaine de jeunes partis en Syrie, d’autres, qui viennent d’être arrêtés par le RAID s’apprêtaient à le faire, six sont déjà morts, bref la police pense qu’il y une ou plusieurs filières islamiques dans ce gros village. William Molinié, un journaliste de 20 minutes qui a enquêté, estime qu’il y a à Lunel 42 fois plus de djihadistes que dans la moyenne française, ce qui est peut-être excessif puisqu’il prend comme base de calcul le chiffre de 1 200 djihadistes français présumés, alors que le premier ministre l’estimait récemment à 3 000. Peu importe que ce soit vingt fois ou quarante fois plus, le fait est qu’il y en a beaucoup plus, au moins en apparence. Parce que sachant que dans certains collèges de France un tiers des élèves a manifesté son accord avec les tueurs de Charlie-Hebdo, il est à craindre que, sans être des djihadistes déclarés, beaucoup de ces très jeunes soient des djihadistes potentiels et que ce soient des régions entières de France qui soient des nids de djihadistes.

Le Point a lui aussi enquêté à Lunel et appris que trois des cinq djihadistes recherchés par le RAID lors de sa dernière opération seraient déjà en Syrie : « D’après nos informations, il s’agit de Hamza M, un étudiant d’origine tunisienne dont le frère Houssamedine et son épouse Maeva ont rejoint la Syrie en février 2014. Ils seraient dans les rangs de l’État islamique à Raqqa.

Jaouad S. a lui aussi été interpellé, il est soupçonné de financer la filière de Lunel. Depuis plus d’un an, il envoie de l’argent par Western Union à ses compatriotes sur la route du djihad. Il faisait notamment parvenir de l’argent à Abdellilah H., un ancien militaire français qui se présente comme ex-membre des commandos et spécialisé en armes à feu. Il avait déclaré être un sniper pour Daech à son entourage basé dans l’Hérault. » (1)

On voit tout de suite que ces « présumés » djihadistes ne sont pas des Pescalunes (Pêcheurs de lune), nom des Lunellois de souche qui sont eux d’origine occitane. Les Pescalunes sont lassés, dit-on, d’entendre dire partout que leur ville est un repère de djihadistes. On ne peut pas leur reprocher d’abriter une importante population d’immigrés qui trouvent sur place le climat méditerranéen qui leur convient. Ils n’y sont pour rien, s’il y a responsabilité, il faut la rechercher beaucoup plus haut chez ceux qui depuis quarante ans ont ouvert les portes de l’immigration incontrôlée en prétendant que ce serait « une chance pour la France ».

Il y a quand même des responsabilités locales si la photo ci-dessous, vue sur internet, du panneau d’entrée de la ville est sans doute un photomontage :

photo 1

Mais même si cette photo n’est pas authentique, il y a des faits qui eux, le sont. Qui, au conseil municipal a autorisé et probablement cofinancé la mosquée ? La mosquée Al-Baraka est une mosquée d’obédience tabligh (2) « spécialisée » dans la réislamisation des jeunes que le préfet de l’Hérault, début janvier, a jugée « préoccupante en raison d’un risque d’emprise fondamentaliste« . C’est beau la langue de bois, ça vous emballe les réalités d’un doux cocon ouaté mais on est contents de savoir que le préfet est quand même un peu préoccupé par la situation !

mosquee-lunel-7

Pas d’argent pour restaurer l’église, mais pour la mosquée pas de problème, il y a une  bibliothèque sur la gauche de la salle de prière et la clim, c’est donc un centre culturel 

Si un seul imam est capable de générer 20 terroristes, et ce chiffre ne concerne que ceux qui sont connus et repérés, combien en France de mosquées et d’imams toxiques forment-ils des jeunes dont les parents se félicitent qu’ils soient si pieux… jusqu’à leur départ pour la Syrie, l’Irak ou le Yémen ? À quand un contrôle strict des activités des mosquées et qui ne serait pas confié aux autorités musulmanes de France tenues par l’omerta sur l’islam ?

Parce qu’ils sont gentils les petits, les voisins interrogés pendant l’opération de police de Lunel l’ont dit « Saïd, c’est quelqu’un de bien. Il travaille. À ma connaissance, il n’avait pas de problème avec la justice. Il tenait un bar à chicha à Lunel« , déclare un voisin quand un autre dit qu’il n’a jamais remarqué quoi que ce soit d’anormal. D’ailleurs les Lunellois étaient « médusés » d’appendre qu’il y avait des terroristes parmi eux, dit Le Point, ce qui montre que la taqÿia (dissimulation) fonctionne à plein. Par exemple : « l’ex-président de l’Union des musulmans de Lunel, Lahoucine Goumri, avait refusé de condamner leurs départs avant de revenir sur ses propos. Son successeur, Rachid Belhaj, a voulu calmer le jeu. Après les attentats parisiens, la mosquée de la ville est revenue dans le giron de l’ensemble des mosquées du département et a participé au message unique de paix envoyé à la communauté musulmane, lors de l’office du vendredi, par une vingtaine d’imams héraultais. » Toujours dissimuler pour protéger le mythe d’un islam « de France » modéré.

« La question est posée. Et depuis plusieurs mois. Y a-t-il un problème à Lunel ? » interroge 20 minutes qui cite le maire DVD : « Les Lunellois vivent à juste titre comme un profond sentiment d’injustice le fait que leur ville soit ainsi stigmatisée. Je veux le dire à nouveau avec force: Lunel est une ville agréable à vivre dans laquelle la cohésion et la tranquillité sociale sont une réalité concrète, au quotidien, sur l’ensemble de la commune« . Ainsi, « tout va très bien madame la marquise… », le vivre-ensemble tourne rond, l’intégration des immigrés et descendants d’immigrés à la population souchienne des pescalunes est impeccable. Quel bonheur de vivre à Lunel !

Unknown-1

 Les « machins à capuche » sont maintenant surveillés

« …Mais cependant, il faut que l’on vous dise… (Ray Ventura) » il y a un petit problème : l’opposition socialiste au conseil municipal raconte « Quand on a appris les premières morts en octobre, il y a eu un silence de la part de la mairie et des institutions religieuses, parce que des deux côtés ils ont eu peur d’être stigmatisés. Peur que l’on pointe du doigt Lunel comme une ville de djihadistes et peur que l’on fasse l’amalgame avec la communauté musulmane« . Surtout pas d’amalgame, c’est vrai ça. Six morts, pffff ! Une paille.

Laoucine Goumri a dit au Midi-Libre : « La mosquée n’a rien à voir avec tous ces départs. Ce sont des départs individuels. Ils n’ont jamais contacté l’imam ou la mosquée. Les musulmans qui viennent à la mosquée sont des Lunellois et il n’y a aucun souci à Lunel… C’est leur choix. Je n’ai pas à les juger. Seul Dieu les jugera. Si on doit condamner quelque chose, il faut condamner ce qui est condamnable. Pourquoi condamner ces jeunes qui sont partis au nom d’une injustice en Syrie et pas ces Français qui sont partis et ont tué des bébés palestiniens avec Tsahal l’été dernier ? Pourquoi est-ce qu’une mosquée condamnerait, alors que les autres religions ne le font pas ?« .

Voilà un élément de réponse intéressant : les musulmans « modérés » ne condamnent pas le djihad « parce qu’il combat l’injustice et parce que les autres religions ne condamnent pas leurs membres catholiques, protestants, juifs, bouddhistes, francs-maçons, athées, adventistes…qui partent en Israël s’engager dans Tsahal pour tuer des bébés palestiniens ».

Ce n’est pas comme cela que les Français voient les choses, Philippe M., tweete : « coup de filet à Lunel l’état doit être impitoyable avec les djihadistes qui sèment la mort dans nos villes et nos quartiers« . Il est là le sentiment général, et le problème n’est pas qu’à Lunel, déjà des opérations de police ont été menées dans des villages voisins, Aimargues, Cossiogoules… qui montrent que le cancer a des métastases.

Mais comme l’État au nom du « padamalgame » ne veut pas dire les choses et leur nom, il faudra encore bien des morts avant que l’on attaque la mal à sa source : l’idéologie de l’islam dont Al-Sisi (il n’est pas le seul) demande aux ulémas qu’il s’en saisissent pour la réformer.

Maurice D.

- MINURNE

(1) La police a découvert que les jeunes djihadistes de Lunel se financent très facilement en demandant des prêts à la consommation, avec une préférence pour Cetelem. Pourquoi Cetelem ? À cause du petit bonhomme vert de sa publicité, vert comme l’islam !

(2) Le « tabligh » et un mouvement musulman missionnaire, né en Inde par réaction à l’hindouisme, très actif en Europe depuis les années 60 et en France depuis 1980 où il contrôle une cinquantaine de mosquées. À priori, il n’était pas politisé, beaucoup moins en tout cas que le mouvement concurrent des « ikwanes » (Frères musulmans en Egypte), et ne vise que la transmission d’une pratique musulmane fondamentaliste aux jeunes « dé-islamisés » des seconde et troisième générations d’immigrés qu’il veut ré-islamiser. Le markaze (centre islamique) de Saint Denis (93) est le Q.G. de la jama’a tabligh dans toute la France. Au départ plutôt neutre et opposé à l’action violente, comme le soufisme, il a vite été noyauté par des imams « entristes » sur le modèle trotskiste, venus d’Al Qaïda et maintenant E.I., qui y ont vu un vivier de jeunes combattants facilement impressionnables et convertibles au djihad, et de filles à livrer aux djihadistes du Moyen-Orient. En Allemagne, le tabligh est classé « secte islamique fondamentaliste extrémiste », mais pas en France. C’est pourquoi le maire socialiste du XIIIème arrondissement de Paris n’a pas pu intervenir pour empêcher sous les fenêtres de la Mairie une distribution gratuite de corans par le tabligh qui recrutait sous le nom de LIS.

PHOacb38a60-a579-11e4-8be0-8768124f959a-805x453

Association LIS  22 janvier, 16:16 · بسم الله الرحمن الرحيم

ÉVÈNEMENT: le projet LIS! inaugure son 1er stand ce samedi à Paris. MashaALLAH!!

Les missionnaires tabligh refusent de porter des vêtements occidentaux et ne portent que la robe blanche et la barbe (quand il fait froid sous leur parka, comme sur la photo), ils emburkanent les filles et sont souvent très antisémites. En 2012, Manuel Valls a fait expulser le fondateur du mouvement en France. Un de moins, mais il en reste des centaines et les imams des cinquante mosquées tabligh sont connus (dont celle que fréquentaient les frères Kouachi et que Boubakeur prétend « modérée »), mais, s’il vous plait, pas d’amalgame, tant qu’ils n’est pas prouvé qu’ils ont tué ou fait tuer quelqu’un, ils sont considérés comme « modérés ». Qu’on se le dise sous peine d’être traité d’islamophobe.

Nota : je vous donne les noms arabes (ikwanes, markaze, etc.) pour que le jour où votre fiston de 15 ans vous dira « papa, ce soir on va au markaze avec les copains », vous ne pensiez pas innocemment qu’ils vont dans un café faire une partie de billard électrique !

 

11 JANVIER : AVANT OU APRÈS, QUELLES DIFFÉRENCES ? (par Maurice D.)

Il paraît qu’il y aura « un AVANT et un APRÈS 11 janvier 2015 » (M.Valls).
Voyons !
Le crime qui a provoqué le sursaut de la France s’est passé les 7 et 9 janvier.
Le 11 n’est qu’un épiphénomène consécutif.
Mais voyons quand même.

Avant, le 5 août 2014, il y a moins de 6 mois, B. Cazeneuve disait « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad« . S’il le répétait aujourd’hui il tomberait sous le coup de la loi (si elle est votée !) et encourrait jusqu’à 7 ans de prison, comme les directeurs de magasins Carrefour et la FNAC qui vendaient des livres faisant la promotion du djihad.

image010

Avant, Vincent Peillon, pour notre bonheur enfin disparu des écrans médiatiques, avait asséné à l’université de Neuchâtel, en Suisse, l’ineptie suivante montrant qu’il n’a jamais lu le coran ou le moindre hadith : « le catholicisme est incompatible avec la liberté, contrairement à l’islam« .
S’il se convertit un jour par lâcheté et opportunisme avec tous les universitaires, comme le prévoit Houellebecq, il apprendra qu’islam signifie « soumission » et que renier l’islam est passible de la peine de mort. Ce n’est pas le cas dans la chrétienté qu’il est permis de critiquer et de quitter.

image002

Avant, le 16 décembre, le journaliste socialiste (un pléonasme) de L’Obs Bruno Roger-Petit a écrit : « Oui, il y aura un jour, avant la fin de ce siècle, un président de la République française dont le prénom sera Mohamed, ou Ahmed, ou Norredine, c’est une perspective formidable« . Félicitons-le d’abord de donner raison à Houellebecq, et conseillons-lui de quitter L’Obs, journal de la bobocratie friquée, pour Charlie Hebdo, journal critiquable mais où l’on prend des risques en caricaturant l’islam au lieu de lui lécher les babouches.

image009

Avant, il y a le grand délateur, Edwy Plenel, qui a dit « c’est une immense chance pour la France d’être le premier pays musulman d’Europe« . Lui aussi lèche toujours l’islam dans le sens du poil et devrait faire un stage d’apprentissage du courage à Charlie ou à Valeurs Actuelles, un hebdo encore plus courageux que Charlie, et surtout beaucoup mieux écrit, gardé jour et nuit par la police.

image011

Avant, revenons pour terminer « l’avant » à Cazeneuve, ministre des Cultes qui, tout aussi ignorant de l’histoire de France que Peillon l’est de l’islam, a déclaré : « Évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une lecture historique frelatée… qui a rendu la France peu à peu nauséeuse« .

Si la tradition chrétienne de la France qui a porté la liberté de penser, l’égalité des femmes avec les hommes, des pauvres avec les riches et la fraternité avec l’injonction divine de s’aimer les uns les autres lui donne la nausée, pourquoi ne quitte-t-il pas la France pour l’Arabie, Singapour ou les Iles Vierges ? Ce n’est pas nous qui le forçons à rester.
Un type qui a déclaré que « si je n’avais pas été ministre j’aurais été manifester à Barbès » à hurler avec les islamo-fascistes « Mort aux Juifs » a-t-il sa place en France ? Qu’il aille donc profiter de ses rentes de haut fonctionnaire sous les cocotiers.
Le conseiller financier de Hollande détenteur de comptes « légaux » aux Iles Caïman lui donnera des adresses, il s’y connaît en offshore.
Et si les Iles Caïman c’est un peu voyant, son associé n°1, Xi Shu, lui donnera de bonnes adresses aux Iles Vierges ou bien le n°2, Jacques Rougeaux, le conseillera pour se domicilier fiscalement à Hong Kong ou Singapour.
C’est qu’il en a de bons copains, Hollande, je ne parle pas de Macron de chez Rothschild ou de Laurence Boone de la banque Merrill Lynch, ses deux autres proches conseillers financiers, mais de Jean-Jacques Augier qui a racheté à Pierre Bergé le journal des pédérastes, Têtu.

Ça, c’était avant, mais après ? Après, il y a ceux à qui profite le drame.

2601-dessin-V

Mix et Remix: À qui profite le drame ?

Contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire, la plupart des Français qui ont manifesté le 11 janvier ne l’ont pas fait pour Charlie-Hebdo, bien que la presse dûment sermonnée n’ait montré que des gens portant le badge « Je suis Charlie« , mais contre l’islam meurtrier, comme il l’a toujours été depuis quatorze siècles, assassinant en France des journalistes, des policiers et des Juifs .

Après, les Français ne veulent pas que leurs rues, leurs villes, la France deviennent le champ de bataille où l’islam radical s’affrontera aux chrétiens, aux juifs et aux musulmans qui ne seront pas sunnites fondamentalistes.

Parce que, quoi qu’ils en disent, à l’exception du pape François qui reconnaît l’existence d’un djihadisme musulman planétaire et parle d’une « troisième guerre mondiale livrée par morceaux« , une autre façon de parler de la guerre « multipolaire » ou « hors limites » que j’ai mentionnée dans un précédent article, et à l’autre exception du président égyptien Al-Sisi pour qui placer la frontière entre musulmans modérés et fondamentalistes est une erreur parce qu’il faut la placer entre l’islam religieux et l’islam idéologique, politique et militaire, le djihad, cinquième pilier de l’islam, et l’islamisme SONT aussi l’islam.

Et cet islam-là, qui s’est manifesté bruyamment et violemment ces dernies jours dans tous les pays musulmans du Maroc à l’Afghanistan, en passant par les banlieues, les écoles  françaises et par le Niger « allié » où dix chrétiens ont été massacrés et une cinquantaine d’églises brûlées pour Charlie, cet islam-là a désigné la France comme son ennemie et espère bien lui faire payer cher son engagement contre l’islam, car c’est ainsi qu’ils le voient, du Mali à l’Irak où Chirac avait eu l’intelligence de ne pas nous impliquer en supplétifs de Bush, ce que l’ignorant Fabius a fait.

Après, notre élite qui ayant « fait » deux ou trois grandes écoles se croit cultivée et compétente et pense avoir obtenu un brevet d’intelligence (ce qui n’a rien à voir avec l’instruction), va-t-elle maintenant comprendre qu’il ne suffit pas de dire que nos djihadistes « français » sont des « terroristes », mais qu’il faut les reconnaître comme nos ennemis, guerriers d’un islam qui veut venger – il ne s’en cache pas – ses échecs militaires historiques à Poitiers, Vienne et Cordoue ?

L’avenir nous le dira, mais je n’y crois guère. Le naturel reviendra vite au galop chez tous les politicards du royaume de France.

Après, il y a aussi le grand appel au respect de la liberté d’expression et d’opinion aussitôt contredit par Valls (inculper Dieudonné) et les associations relais du ministère de l’Intérieur qui continuent à harceler Zemmour, Houellebecq et Tesson. Puis dans les discussions pour, toujours sous couvert de liberté, dire ce qui « définit les limites du langage et de la pensée, décide du digne, de l’indigne et du tabou » (Éric Branca, V.A.).

Après, en même temps, et sans le moindre scrupule moral, l’Elysée mobilisait à son seul profit l’émotion légitime qui submergeait le pays, rameutait sous sa coupe l’opposition de droite tétanisée sous prétexte « d’unité nationale » et tous, de Bayrou à Sarkozy sont tombés dans le panneau, Marine Le Pen n’y ayant échappé que grâce à Hollande qui lui a interdit de participer à l’unité nationale républicaine où elle avait pourtant sa place.

Après, va-t-on enfin s’interroger sur ce qui se passe dans les mosquées françaises où des imams appellent en arabe au djihad et poussent de jeunes garçons désœuvrés à aller égorger les infidèles en Syrie et les filles à les rejoindre pour être les filles à soldats de l’islam ?

Après, va-t-on prendre conscience et arrêter de dire que « l’islam est compatible avec la République » alors que les plus hautes autorités religieuses de l’islam disent qu’il y a incompatibilité entre l’islam et l’a démocratie, entre l’islam et la laïcité, entre l’islam et la liberté, entre l’islam et l’égalité hommes-femmes, entre l’islam et les non-musulmans, entre l’islam et l’homosexualité, entre l’islam et la monogamie, entre l’islam et l’éducation des filles, entre l’islam et la liberté d’expression… parce que le prophète en a décidé ainsi ?

L’islam tel qu’il est actuellement est une théocratie à la fois religieuse, politique, sociale et militaire, il est forcément incompatible avec une République laïque, issue de la philosophie des Lumières et de la Révolution, il n’y a pas besoin d’avoir deux neurones pour le comprendre.

Recevant il y a quelques jours David Cameron, Barack Obama a souligné l’incapacité de la France à assimiler les musulmans, même ceux « de France ». La raison en est claire : nos élites, recrutées non en fonction de leur capacité à réfléchir, mais en fonction de leurs diplômes et de leur capacité à reproduire le système en psalmodiant « les sourates de la culture officielle » (Camille Pascal), dans un pays où les musulmans modérés font alliance avec le Parti socialise pour faire barrage au Front National.
Cela « rappelle avec cruauté que le suffrage universel peut, un jour, comme dans l’Allemagne de 1933, voter contre la démocratie » (Camille Pascal, V.A. du 22-01)

Maurice D.

- MINURNE