ON NE VA PAS SE MENTIR
(Philippe Henri / VPF)

(Article publié sur le site Volontaires Pour la France le 13/2/2017)

Nous sommes face à face. Vous et nous. A nouveau. Encore. Cette fois, c’est pour une arrestation qui s’est mal passée. Mais ça aurait pu être n’importe quoi d’autre car tout prétexte est bon. Devant nos postes de télévision, nous vous voyons. A l’écoute de nos radios, nous vous entendons. Aux balcons de nos immeubles, nous vous observons. Rien de nouveau sous le soleil, apparemment.

Sauf que les réseaux sociaux sont apparus, et avec eux les séquences vidéos prises sur le fait, les captations de son discrètes, les photos qu’on n’aurait jamais vu avant. Malgré la complaisance des médias, vous n’êtes plus cachés. Nous vous savons ; nous vous identifions, nous vous connaissons. Il est temps de vous le dire : clairement, nous vous détestons.

On va se parler franchement. Une petite fois. Peut-être la dernière avant le grand embrasement. Avec un langage simple pour que vous saisissiez. On va vous parler comme on ne l’a pas encore fait. On va vous dire sans détour ce que personne n’a osé affirmer. Parce qu’on en a marre de vous. On a été vraiment sympas. Au vu du résultat, on va s’arrêter là. Sentez-vous visés ; vous êtes tous concernés. Les petits gars, nous n’aimons pas vos tenues.

Nous n’aimons pas vos doudounes, vos joggings sur le mollet, vos capuches sur le nez, pas plus que les djellabas et les burkas. Nous n’aimons pas votre gestuelle, vos mouvements de bras revendicatifs, ce truc que vous faites sans cesse, index et pouces tendus. Nous n’aimons pas les langues que vous parlez. Nous n’aimons pas les barbes que vous portez. Nous détestons l’islam, ses préceptes ineptes et les horreurs qu’il porte en germes. Nous détestons les minarets et ne voulons pas voir de mosquées. Nous n’aimons pas vos musiques, vos tags ni vos dégradations.

Nous nous passerions bien de vos « cultures » et vos pseudo-traditions. Dans nos rues les voitures roulent, on ne les bloque pas pour s’agenouiller. Chez nous, il y a des abattoirs, on n’égorge pas sur le parquet. On ne se hèle pas en public, on n’attaque pas les policiers. Nous n’aimons pas votre sans gêne, votre absence de savoir vivre et votre grossièreté. Ici, on travaille pour vivre et on ne mise pas sur les allocs. On ne siffle pas les filles, on ne les traite pas de catins. Nos cages d’escalier servent à monter, pas en tournante à violer.

Chez nous on ne crame pas les voitures, on ne détruit pas le mobilier. Nous ne supportons plus vos insultes, ni vos revendications. Nous ne supportons plus de vous voir terroriser les gens en bandes, ni de vous entendre brailler derrière les caméras de télé. Nous abhorrons vos accents tout comme votre argot déplaisant. Nous ne tolérons plus votre violence, nous ne tolérons plus votre malhonnêteté. Nous en avons marre des vols, des viols et des agressions. Marre de vous : parasites, fainéants, tricheurs. On en a marre des babouches, des burkinis et autres bizarreries. Par votre faute nos femmes et nos fils craignent de prendre les transports.

Par votre faute une mini jupe deviendrait presque un motif de viol. Par votre faute on n’installe plus de crèche dans nos mairies. Par votre faute nos enfants ne mangent plus de porc à la cantine. Vous nous coûtez un argent fou et n’apportez que des ennuis en retour. Nous sommes las de vos trafics, las que nos policiers risquent leurs vies à cause de vous. Dans nos écoles vous mettez la pagaille. Dans nos collèges, vous abaissez le niveau. Dans nos lycées vous instaurez racket, brimades et insécurité. Dans nos vies quotidiennes, vous n’apportez que le mal ; jusqu’en politique où pour avoir vos voix, les politiques bradent le futur de notre Nation. Les gars, nous n’avons rien en commun et disons le clairement, nous ne voulons plus de vous.

On ne veut plus vous voir ; on ne veut plus vous entendre ; on ne veut plus vous savoir ici. On ne vous excusera plus. On ne fermera plus les yeux. On ne vous laissera plus faire. Ne brandissez pas vos cartes d’identité : le papier ne fait pas le français.

Nous savons depuis longtemps que vous ne nous aimez pas et il est clair nous vous détestons, comme tout ce que vous représentez. Il n’y a pas de place pour vous ici. Alors comprenez le bien : de gré ou de force, il va falloir dégager.

Pour les patriotes français,

Philippe Henri

APPEL AUX LECTEURS, PATRIOTES ET AMIS DE MINURNE – RESISTANCE !

Depuis sa fermeture illégale par Valls en décembre 2014, Minurne est hébergé et géré en Suisse par Alain Jean-Mairet, qui assure bénévolement tous les frais de gestion et de diffusion.
Aujourd’hui, pour poursuivre et développer son action de réinformation, Minurne a besoin de vous.
Pour nous aider, vous pouvez effectuer un virement sur le compte suisse Paypal d’Alain Jean-Mairet en cliquant simplement sur le lien ci-dessous.
https://www.paypal.me/ajmch
Merci d’avance ! Et merci aux dizaines de contributeurs qui ont déja répondu à cet appel !

 

FÉVRIER SERA “ROUGE-SANG” (par Luc Sommeyre)


L’année 2015 fut marquée par deux opérations militaires ennemies :

  • 7 et 8 janvier (Charlie-Hebdo, Paris – assassinat d’une policière municipale, Montrouge – prise d’otages sanglante à l’Hyper-Cacher, Vincennes) ;
  • 13 novembre (Stade de France, St-Denis – assaut du Bataclan et fusillades mortelles à proximité, Paris).

La presse du Système (« La Voix du Minotaure ») et sa vassale servile (l’Opinion Publique) parlent d’actes de terrorisme islamique et s’en émeuvent légitimement, aux accents d’une marche funèbre jouée par l’orchestre gouvernemental. Et oublient… « Avec le temps, va, tout s’en va » aurait chanté Léo Ferré.

Pourtant, l’analyse ou plutôt « le ressenti » sonne faux. Présenter les soldats de l’islam comme des terroristes amoindri l’impact et peu ou prou et rassure la population. « Ce sont des faits isolés ! On en viendra à-bout… » entend-on ci et là.

La situation est beaucoup plus grave et préoccupante.

Quand j’écris que les actions des islamistes armés sur notre sol ne sont pas des actes de terrorisme, j’entends par là qu’il ne s’agit pas de terrorisme « pur et simple » comme nous l’avons connu à certaines époques de notre histoire, pouvant avoir des implications mafieuses. En l’occurrence, ce sont plutôt des actions militaires précises visant à répandre la terreur dans la population-cible. Ce « terrorisme-là » est stratégique, ordonné et programmé. C’est à mon avis bien plus inquiétant. C’est pourquoi je tiens à souligner la nuance.

Les états-majors des unités militaires « État Islamique » (Daesh) et « AQPA » (Al-Qæda en Péninsule Arabique) ont pourtant sonné le clairon et multiplié les communiqués de propagande de guerre pour bien faire comprendre aux Occidentaux que le conflit armé est ouvert. Pourquoi ? – Pour terroriser les populations et affaiblir leurs réactions.

Eh bien non ! Pourtant bien informés, nos gouvernants à la solde du MEDEF et de la Grande Finance internationale s’évertuent toujours et sans cesse à parler de terrorisme, espérant à tort (tout en serrant les fesses) que les Françaises et les Français ne RÉSISTERONT pas. Or une population unie RÉSISTE À UNE ARMÉE ENNEMIE. Le fantasme des plus pervers d’entre eux est illustré par l’image ci-dessous : que le Grand Remplacement de Renaud Camus commence !

Exode

Encore a-t-on conscience que les femmes et les enfants ne sont pas habiles à servir une mitrailleuse lourde ! EUX étaient de véritables réfugiés.

À l’évidence, certains le sont aussi parmi ceux qui confluent aujourd’hui vers l’Europe.

Mais pas tous…

Migrants

À entendre beugler les bestiaux de la photo de gauche, « ces messieurs » fuiraient les exactions islamistes dans leur pays prétendument d’origine, mais fuiraient surtout l’envie de résister à ce qu’ils prétendent les avoir fait décamper, préférant (pardonnez je vous prie cette vulgarité qui ne m’est pas coutumière) préférant, donc, « passer pour des Sans-Couille que pour des Sans-Culotte ». Ceux d’entre eux qui ne seraient pas des “infiltrés” de la photo de droite préfèrent agresser et violer des femmes et des jeunes filles ou massacrer des enfants et des vieillards au sein de la population ennemie : NOUS !

Et il se trouve encore des ordures pour excuser leurs abjections chez les plus infâmes de nos politicards…

Deux choses manquent à ces bâtards pour devenir des Hommes : le sens de l’Honneur et le Courage (en face-à-face). Et les “Français-collabos” n’ont rien à leur envier !

QU’ILS Y RESTENT, DANS LEURS PAYS, OU QU’ON LES Y RENVOIE !

Ce cri de colère quotidienne irrépressible clamé, ayons pleine conscience que « Patriotisme » n’est pas un gros-mot.

Honneur Espoir


Je m’emporte souvent contre la “Résistance Numérique”, ajoutant quand même un bémol quant à la Réinformation et les relais tous azimuts que chacun doit y apporter. Je tente parfois d’y contribuer − assez maladroitement, je vous l’accorde − et rend hommage à mes collègues et amis de Minurne, de Résistance Républicaine, Riposte Laïque, La Ligue du Midi, L’Observatoire du Mensonge, Synthèse Nationale et tant d’autres qui le font avec plus d’adresse et de subtilité que moi.

Si j’ai évoqué in limine les coups de main des commandos islamiques de 2015, c’est pour vous rappeler que ces opérations sanglantes ne furent qu’un avertissement. De ça, tout le monde en a conscience. Par contre, ce que nombre d’entre vous ignore, c’est que les prochaines attaques relégueront le Bataclan au niveau de l’exercice à balles réelles.

À quoi doit-on donc se préparer ?

  • Une multiplication simultanée des “Bataclan” à l’échelon national ? − Très peu probable. Les services de police et de l’armée ont effectué (et poursuivent jour après jour avec succès) un travail colossal de démantèlement des réseaux, saisi des quantités impressionnantes d’armes de guerre et d’explosif et neutralisé grand nombre d’animaux nuisibles (malheureusement pas comme il faudrait dirait un ami Russe). Mais les “Escadrons de la Mort” sont mal vus par notre législation. Et pourtant… Passons.
  • L’explosion gigantesque d’un bateau de migrants dans un port français après avoir débarqué leur cargaison humaine ? − Je n’y crois pas non plus.

Alors quoi ? − La poursuite de l’action des loups solitaires « sans rapport direct avec l’État Islamique » dira notre ministre de l’Intérieur. Les chantres de la bienpensance continueront à présenter ce bétail humanoïde comme de “pauvres déséquilibrés victimes de la discrimination” bien sûr. À ça, oui, on peut s’y attendre.

Un lancer de grenades quadrillées dans une foule ? − Possible.

C’est tout ? − Pas vraiment.

Je reprends tout simplement le titre “De source bien informée” un attentat NBC est envisagé en Europe (cf. RÉSISTANCE p.3, document que j’invite vivement tous nos amis à bien relire en entier et pas en diagonale).

  • Bilan prévisible : 500 morts au minimum.
  • Quand ? − Février 2016 ou fort peu après selon la logistique de l’ennemi.
  • Où ? − station de métro importante, grande surface… un endroit clos.

Les Dieux fassent que ce présage ne se réalise pas. Je ne veux à aucun prix jouer les Cassandre, mais dans ce même document RÉSISTANCE (publié deux semaines avant l’attentat du Bataclan) j’avais prévu entre 100 et 150 morts de façon imminente. Je ne souhaite pas que mes dons de “sourcier” me fassent ressentir les vibrations de la mort mais… je les ressens quand même.

Malheureusement, des analyses de sources recoupées, parfaitement objectives celles-là, corroborent cette appréhension extrasensorielle.

LS
luc.sommeyre@minurne.org

Bannière 2016


 

PAROLES DE FLIC (rapportées par Luc Sommeyre)

 

J’ai hésité avant de mettre ce texte en ligne. J’ai hésité parce que le Grand Public, certains lecteurs, vont croire être fondés à faire la part des choses. Ils auraient tort. Le “journal de bord” ci-dessous nous a été transmis par un collègue des CRS en poste à Calais aux abords de la plus officielle des “zones de non-droit” que notre gouvernement tolère et ne se résout pas à nettoyer. Nous n’en n’examinerons pas ici les motifs profonds.

Ancien flic moi-même, j’ai toujours conservé de la sympathie pour mes collègues. Aujourd’hui, je les plains. Je les plains mais je les envie. Et je les envie parce que, seuls, presque seuls encore (pour le moment) ils se battent contre un ennemi haineux qui nous a déclaré la guerre. Les migrants sont les effets. N’oublions pas les causes pour autant…

Régugiés bienvenue
Je pense qu’il faut, d’urgence, donner la fessée à cul nu en place publique à tous ces bobos criminogènes, bien à l’abri dans leur confort petit-bourgeois !

Attention MINURNE a décidé de donner la parole aux Policiers, aux Gendarmes et aux Militaires (sans oublier les Pompiers et les Urgentistes) qui veulent faire savoir au Peuple de France ce qui se passe réellement SUR LE TERRAIN. Parce que les militaires comme les flics ou les pompiers sont avant tout des Français comme vous et moi et parce qu’ils se battent au quotidien pour notre survie, trop souvent dans l’indifférence générale.

.. Messages à envoyer à minurne@gmail.com

Ne pensez surtout pas que nous puissions nous laisser abuser par des propos mensongers ou tendancieux : nous avons les moyens de vérifier nos sources.
Nous ne publierons que des documents authentiques tout en préservant évidemment le strict anonymat de leurs auteurs.

Ce journal de bord relate le quotidien des missions dont sont chargées nos CRS. Il ne s’agit nullement d’un texte d’anticipation mais de la narration sur le vif du début de la guerre civile qui a commencé sur notre sol. Pour le moment, cette guerre civile est contenue dans le périmètre de « La Jungle » à Calais. Comme nous le prévoyons, attendez-vous à ce qu’elle se propage dès que sera donné le signal de l’assaut général. Un assaut minutieusement préparé contre la France. Contre notre civilisation. Contre vous.

Dans le texte ci-dessous, j’ai surligné en jaune un phénomène nouveau : l’appui de la Société Civile aux Forces de l’Ordre. Ce thème d’une importance extrême sera développé, expliqué et commenté dans nos colonnes sous le titre Opération Rémora” (à paraître début février).

L’année 2016 sera celle de tous les dangers.

LS

PS : j’ajoute ci-dessous une réflexion hors-texte mais émanant du même auteur ; il ne s’agit pas d’un commentaire de ma part.

« Au rassemblement, on nous demande une fois de plus de ne pas dire ce qui se passe ici aux gens que l’on connaît. IL FAUT CACHER LA VÉRITÉ comme l’argent qui leur est donné chaque jour, les 3 repas/jour offerts, la nourriture distribuée directement au camp, les vêtements souvent neufs, le fait qu’il aient tous, je dis bien TOUS, des Smartphones dernière génération (ceux que l’on ne peut pas se payer en travaillant) les soins gratuits à outrance − d’ailleurs je plains les pompiers du coin − le fait qu’ils détruisent une partie de la nourriture qui leur est offerte car ils n’ont pas ce qu’ils ont commandé… »


111
Très bonne analyse de Nicolas Dupont-Aignan
Cliquez sur l’image ci-dessus pour visionner la vidéo (01:53)


Une honte de les garder sur notre sol !

La matinée à été longue. Très longue. Le manque de repos sur cette mission commence à se faire sentir. Enchaînement incessant des services à différents horaires… De jour comme de nuit. Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’il neige… Enfin… Nous ressentons du dégoût à ne pouvoir faire du travail de police, grandir, ici et là, dans des conditions dangereuses. Nous sommes là et las.

calais_5En surveillance sur une bande d’arrêt d’urgence pendant six heures (endroit où l’on dit que la durée de vie est calculée statistiquement à moins de quinze minutes) constatant, impuissants, que les routiers de tous les Pays empruntant cette voie, se moquent de nous, policiers présents… Ils débouchent sur ces voies rapides sans prendre gare aux véhicules déjà sur cet axe, à toute allure, nous rasent sans ralentir, s’engagent devant nos yeux sans respecter les règles de sécurité, les règles de priorité ni le code de la route… Nous sommes frôlés par ces semi-remorques lancés à plus de 90 km/h, ce qui rajoute au mauvais temps, une dimension surréaliste. En d’autres endroits, nous jouons les « cônes de Lübeck », ces fameux cônes en plastique orange aux bandes blanches réfléchissantes, qui servent à matérialiser un accident, un danger ou des travaux, posés devant des trous dans le grillage qui coûte une fortune. À chaque trou bouché ou pas, un ou deux policiers restent là, sous les caprices des éléments et du temps, à attendre une potentielle attaque !

Calais barrièresLes migrants viendront. Un sas de sécurité a été installé, des barrières gigantesques de 4 ou 5 mètres de haut, distantes en parallèle d’un mètre cinquante sur plus de 35 kilomètres… J’en suis loin, je pense. Chaque jour, ils cassent en différents endroits, là où nous ne sommes pas ! Les réparations elles aussi coûtent une fortune.

Levés à 04:30 du matin, nous arrivons à l’heure du repas.

13:20 ― Nous n’avons vu personne. Pas un migrant sur notre point. Le temps de se restaurer, de reprendre la direction de notre hébergement, déchargement de l’armement collectif et douche sans traîner.

15:15 ― Dans 8 heures, nous reprenons le service. La nuit prochaine, nous travaillons. Ce soir, ce sera une prise de service à 23:30 pour terminer (en théorie) à 07:00 du matin…

Arrive l’heure de reprendre le service. Les mines sont fatiguées. Le bonjour jovial, reste marqué d’une fatigue flagrante qui se lit de plus en plus sur les visages, comme une écriture. Au rassemblement, la température de la journée est donnée : quelques grenades lancées, beaucoup d’activité sur les voies rapides, mais plus encore en soirée. En fond sonore, une radio embarquée dans l’un des véhicules-recueil est active : « sur le point Golf-Alfa-2, ils sont au contact. Ils lancent des barres de fer et des pierres. Un de chez nous est touché légèrement. Avons utilisé une dizaine de grenades MP7 [1]. » […] « 2 poids-lourds accidentés à cause de blocs de béton sur les voies rapides. Les avons dégagés. Demande renfort de 2 véhicules ». Pendant ce temps, nous est rappelé le cadre de l’utilisation du lanceur de balles de défense. Le lanceur de 40 est une arme de défense intermédiaire dotée d’un viseur point rouge non projeté. Il lance des balles de caoutchouc et touche à plus de 50 mètres. Malgré tout, son utilisation est très réglementée et contraignante. Il nous est rappelé également que dans le cadre de notre travail, il est autorisé aux gens de nous prendre en photo !

Les « NO BORDER » [2] incitent les migrants à nous tendre des embuscades (bien qu’ils n’aient pas besoin de conseil pour le faire) pour prendre des photos et des vidéos pour dénoncer des failles” dans notre manière d’intervenir ou des images pour nous mettre en cause. Mais surtout, ils espèrent faire un maximum de blessés dans nos rangs.

Le chargement de l’armement collectif se fait au cul du camion-armurerie. Des blagounettes sont lancées ici et là pour faire oublier que nous serions mieux dans un lit bien chaud, dans nos foyers et non sous ce crachin permanent qui nous recouvre petit à petit… Femmes et enfants ou parents, pour beaucoup, sont la pensée du moment, mais seront relégués au second plan dans une minute ou deux. Les rôles de chacun dans le VR [3] sont distribués. « Qui est habilité LBD [4] ? » – « Moi » répond Julien. Comme les autres, je prends un LBD. Moi, je dis : « Perso, je prends en compte le lanceur Cougar [5] ». Il lance des grenades au coup par coup mais avec de l’habileté, il se manie très bien et se recharge vite. Son bruit détonnant ressemble à celui d’un mortier. – « OK » lance le chef de bord. « Qui veut des grenades à main ? » Elles sont réparties dans les gilets tactiques (qui n’ont de tactique que le nom) censés nous protéger de coups éventuels, absorber des chocs, mais aussi permettre le transport de matériel supplémentaire. La répartition des grenades et conteneurs lacrymo faite, je m’emploie à mettre le gilet de grenades pour le lanceur Cougar. Il est lourd. Il contient des grenades avec un dispositif de retardement [6] pour les lancer à 50 mètres, d’autres à 100 mètres. La fermeture est cassée. Sur les ondes, on apprend que les effectifs que nous allons relever sont pris à partie en de nombreux endroits. Il va falloir faire vite.

Les jambières sont mises, les casques vont se visser sur nos têtes rapidement… Le LBD et le Cougar sont alimentés d’une cartouche chacun, prêts à être utilisés au besoin. À la radio, la station directrice ne sait plus où donner de la tête. Il faut des renforts partout, sur presque tous les points. Ordre nous est donné, bien que nous soyons en dynamique cette nuit, de renforcer ponctuellement un point situé juste derrière le camp des migrants : « la Jungle ».

calais_violences_nuit00:15 ― À notre arrivée, l’atmosphère est tendue. Le bleu des gyrophares inonde la nuit et se reflète sur nos visages à moitié protégés. Les consignes sont prises. Nous voilà seuls. Deux VR montés de cinq hommes chacun, casque sur la tête. À nos côtés, une vingtaine de personnes viennent à notre rencontre. Certains sont en treillis camouflé, bonnet ou cagoule noire. Ce sont les hommes et les femmes du collectif « Les Calaisiens en Colère » [7]. Ils tentent de protéger leurs biens, mais donnent aussi de bonnes informations sur les événements passés ou à venir, sans Calaisiens en colèreavoir peur, le cas échéant, de combattre aux côtés des Forces de l’Ordre ! La semaine avant notre arrivée, « Les Calaisiens en Colère » ont apporté une aide considérable aux collègues présents. Assaillis de tous côtés, les policiers ont utilisé toutes leurs grenades et se sont retrouvés face à des migrants armés de couteaux et barres de fer. N’écoutant que leur courage, « Les Calaisiens en Colère » sont venus se battre au coude à coude aux côtés des Forces de l’Ordre qui, bien qu’ayant informé la hiérarchie qu’elles n’avaient plus de moyens intermédiaires pour contenir les assauts répétés, ont reçu l’ordre de rester sur place.

Ça bouge sur un petit chemin plongé dans le noir complet, longeant la voie rapide. Nous intervenons pour dégager des amas de barres de fer, de blocs de béton et je ne sais encore quels autres projectiles de fortune entassés et abandonnés par un groupe de migrants qui voulaient les lancer sur les voies de circulation.

01:20 ― La situation est calme pour nous. Les pompiers interviennent dans le camp, escortés par une de nos patrouilles (5 hommes) pour secourir un individu blessé par arme blanche.

02:00 ― Au loin, des silhouettes traversent la petite route sur laquelle nous sommes implantés en direction d’habitations civiles. Ici et là, sur les ondes radio, on entend signaler des vagues de migrants de 40 ou 50 individus.

02:30 ― Les riverains et amis du Collectif quittent les lieux. Nous sommes plongés dans le calme de la nuit, avec un éclairage faible.

02:45 ― Sur les ondes et partout alentours, on entend hurler que de nombreux camions sont arrêtés, assaillis par des vagues de 50 migrants, dont certains accidentés sur la voie rapide. À pied en courant, nous venons prêter main forte à l’effectif originaire de l’information ; dessous, une multitude de véhicules immobilisés, presque au contact les uns des autres qui, miraculeusement, ne se sont pas percutés les uns les autres.

Pareil à des gremlins, de « petits démons noirs » surgissent de toutes parts des fourrés.Ils prennent d’assaut les cabines de poids lourds, armés de barres de fer.

Calais - les migrants attaquent
Déchaînement de violence
Cliquez sur l’image ci-dessus pour visionner la vidéo (12:48)

La Sécurité retirée, du haut du pont, quatre salves de 3 Cougars (soit 12 grenades) arrivent à mettre en fuite les assaillants qui se trouvent à 80 mètres. Nous arrivons, malgré l’excitation collective, à ne toucher aucun camion avec nos projectiles ! Une fois les assaillants repoussés par des effectifs venus en renfort sur la voie rapide, le déblai des gravas peut commencer.

À notre tour, nous arrivons à bord du véhicule venu nous récupérer sur ce qui ressemble à une « zone de guerre », zigzaguant entre les véhicules arrêtés et des débris de toutes sortes. Sur les ondes, ordre nous est donné de remonter Fuck the policesur le même axe pour prêter main forte aux collègues qui se trouvent en niveau bas de grenades, à quelque 300 mètres plus haut. À leur hauteur, nous sautons de notre véhicule encore en marche car nous constatons qu’un effectif se trouve contre la rambarde de sécurité. Des projectiles arrivent à les atteindre. Les objets sont jetés depuis une zone boisée sans que l’on puisse distinguer les individus… Seuls des cris venant des fourrés dans des dialectes inconnus. Parfois un NIQUE LA POLICE ou FUCK THE POLICE se mêle aux ALLAH AKHBAR ! et à leur slogan favori : VIVE DAESH !

Calais_2

M. Bernard Cazeneuve s’adressant à des réfugiés… « syriens » peut-être (?)

David, l’un de ceux que nous sommes venus appuyer par le tir, braque son faisceau lumineux et me demande d’envoyer une MP7 (lacrymo) dans la direction d’où il pense que partent les lancers. Avec 3 tirs de Cougar, j’arrive enfin à saturer l’endroit et à mettre en fuite le petit groupe de perturbateurs. Le vent nous est favorable. On en profite, mais les effets psychologiques ne sont pas négligeables non plus. Juste au dessus, 300 mètres plus loin, un groupe de 20 à 30 individus virulents, armés de barres de fer, prennent le temps de jeter des panneaux de signalisation, des poteaux métalliques arrachés plus loin et des poubelles par dizaines au milieu de la voie rapide. Nous progressons avec un effectif de la section 3 : 2 Cougars et 2 agents munis de conteneurs lacrymo. La progression se fait sous la protection de tirs Cougar. Les migrants ripostent avec des objets métalliques qui s’écrasent à nos pieds en formant des étincelles et rajoutant des décibels au vacarme environnant. Certains sont presque au contact. Visage barbu pour les uns, imberbe pour les autres, âge moyen de 20 à 30 ans. Robustes. Regards pleins de haine. Des yeux à la flamme meurtrière nous font face.

Il faut prendre cette partie haute. Mais l’endroit d’où viennent les pierres nous est caché par la végétation qui les protège. Avec le Cougar, le tir devient tendu pour tenter de pénétrer l’épaisse végétation. Effet immédiat : ça les fait reculer et descendre jusqu’à l’entrée du camp. Pendant que je m’occupe de cette partie, les autres, derrière moi, protègent mes arrières et mon latéral.

calais_9La place devenue nôtre. Je me mets en protection avec le Cougar, le temps que les collègues sortent les nombreux débris accumulés. En bas, une centaine d’individus (pour beaucoup masqués) vocifèrent, tendent les poings en notre direction et des barres de fer de plus de 1,50 m. D’autres se sont regroupés sous le pont, juste en-dessous de nous. Une bonne cinquantaine, qui attendent en guet-apens et ramassent de nombreux projectiles. Un petit groupe de 5 individus rejoint les autres en courant, leur tendent les mains et se séparent à droite et à gauche du camp.

L’évacuation des gravats n’étant pas terminée, je reste sur le point fort, ce qui semble leur poser un problème quand tout à coup, venant de droite à l’entrée du camp, des projectiles sont lancés vers nous pendant que d’autres assaillants tentent de se rapprocher. Une vraie stratégie de guérilla. J’effectue un premier tir en cloche. Mais la MP7 avec un DPR 100 mètres (dispositif de retardement) – il ne me reste plus que ça dans le gilet – tombe juste derrière eux. Le vent ne m’étant pas favorable, je décide de tirer en direction des pieds à 10 mètres devant ceux qui arrivent au contact. Le tir parfaitement exécuté, repousse les assaillants. Rechargé rapidement, j’utilise une seconde fois le Cougar contre le groupe dont les projectiles arrivent jusqu’à nous. Je réussis à l’aide du rebond sur un baraquement visé, à atteindre ma cible avant que les plots de lacrymo ne soient expulsés hors du corps de la grenade. Un des individus tente de la saisir. Trop tard. Boum !

Au passage, protégeant un groupe de chez nous venu en soutien sous le pont pour couper l’assaut des migrants en leur direction, je tire une grenade qui arrive droit sur un homme en train de jeter des pierres sur l’effectif d’en bas, le percutant vers le visage. Le carton rouge étant brandi, ce dernier regagne les vestiaires sans demander son reste.

La situation est maîtrisée sur le point maintenant tenu par d’autres effectifs de chez nous.

Nous sommes requis par notre station directrice qui nous envoie en renfort d’un équipage de l’autre côté du camp, endroit où nous avons commencé à grenader en début de soirée. Sur les lieux, nous effectuons encore des tirs sporadiques de MP7 sur des migrants qui nous arrivent dessus en courant et en hurlant.

06:50 ― La nuit se termine. Nous sommes relevés. Esprit calme. Une nuit comme on aimerait passer plus souvent… (!)

La vacation suivante se révélera être beaucoup moins valorisante. Le véhicule est posé sur un rond-point donnant vue sur 2 entrées du port, avec 2 effectifs au sol de 19:30 à 02:00 du matin. Un vent d’au moins 120 km/h et une pluie battante n’épargnent même pas le dessous du pont juste à côté. En tout et pour tout, un seul migrant est venu tenter sa chance sur notre point pendant que de l’autre côté de la ville, des grenades tombent à foison.

J’en passe… C’est trop long.

Je suis fatigué.


DERNIÈRE MINUTE (06/01/2015) : https://policeetrealites.wordpress.com/2016/01/05/calais-nouveaux-affrontements-entre-migrants-et-crs-sur-la-rocade-portuaire/


TOUTE DERNIÈRE MINUTE (07/01/2015) :

http://www.nordlittoral.fr/faits-divers/migrants-l-intrigant-journal-de-bord-d-un-crs-de-calais-ia0b0n273221 


[1] Type de lance-grenades utilisé par les Forces de l’Ordre.
[2] Réseaux anarcho-libertaires transnationaux investis dans les luttes pour la liberté de circulation et l’abolition des frontières, contre les politiques de contrôle de l’immigration. Apparition : 1999.
[3] Véhicules-Recueil.
[4] Lanceur de Balles de Défense (arme sublétale ou incapacitante, plus connue sous le nom de « Flash-Ball », marque commercialisée par Verney-Carron).
[5] Lance-grenade simple action de cal. 56 mm / portée : 50, 100 ou 200 mètres / poids : 3,7 kg.
[6] Le DPR (Dispositif de Propulsion à Retard, réglé en fonction de la longueur du lancement de la grenade).
[7] Voir la page Facebook des « Calaisiens en Colère » : https://www.facebook.com/Les-Calaisiens-en-Col%C3%A8re-479803612168266/


 

NOUS PARLONS BEAUCOUP – NOUS ÉCRIVONS BEAUCOUP – ET APRÈS ? (par Luc Sommeyre)


Cliquez sur les liens pour accéder au site concerné.

Cliquez sur les images pour les agrandir.


La semaine dernière j’écrivais en marge d’un billet, que je regrettais amèrement n’avoir pu mener à terme l’expérience des COMITÉS DE VIGILANCE DE LA RÉPUBLIQUE (cliquer sur cet autre lien par exemple, pour ceux de nos amis qui n’auraient pas été informés).

Au risque de me répéter, l’image figurait la France éternelle.

Il n’est pas question pour moi de tenter l’aventure à nouveau. Seul, je n’en n’ai pas les moyens. Seul, je n’en n’ai pas davantage les capacités intellectuelles, sachant que LA FORCE D’UN GROUPE EST PLUS PUISSANTE QUE LA SOMME DES ÉNERGIES QUI LE COMPOSENT. Et de loin !

Que faisons-nous aujourd’hui ? – On gesticule !

Les « coupables-au-sommet » qui ont provoqué puis favorisé l’installation de la 5ème Colonne islamo-terroriste sur notre sol sont connus. Dénoncer en continu ces traîtres politicards véreux est certes un acte d’information ou plutôt de contre-propagande indispensable pour faire écho à « La Voix du Minotaure » : les médias autorisés par le Système. Certains politiques nocifs excellent dans le double-langage et tiennent aux Français un discours rassurant et patriotique tout en faisant appliquer à Bruxelles une politique diamétralement opposée. Il n’est qu’à considérer les votes des députés du groupe européïste « Les Républicains » pour le constater à l’évidence. Eu égard à la destruction continue de nos défenses immunitaires depuis 40 ans, il est sain de maintenir la pression.

De l’utilité de la ré-information

Nous observons que :

De l’insuffisance de la ré-information

Bientôt, “La Voix du Minotaure” (les médias du Système pour ceux qui ne seraient pas accoutumés à mon vocabulaire) ne suffira plus à calmer les esprits ni à contenir les foules. L’anesthésie ne produira plus d’effet. Les violences commises par des agitateurs-migrants se multiplient en Europe de l’Est et en Allemagne. Évidemment La Voix du Minotaure, occupée à accuser la Russie de frapper les « alliés de l’Occident » en Syrie (faut l’faire, quand même, non ?!) se tait. Mais pour combien de temps ? Grâce à ce cerveau global que constituent tous les médias parallèles de ré-information diffusant sur l’Internet, grâce à la Résistance numérique, grâce à vous, l’information (la vraie) se répand comme une traînée de poudre, ce qui inquiète beaucoup les européïstes vassaux des lobbies de Washington. Les journalistes de l’APJ (Association de la Presse Judiciaire) viennent d’ailleurs de saisir la Cour Européenne des Droits de l’Homme d’un recours contre la fameuse Loi sur le Renseignement promulguée par notre cher Hollandais. Voir l’article publié par le journal… Le Monde : une première ! Les allusions vociférantes du Vallseur et de ses laquais contre les réticences du Front National à l’endroit de cette loi liberticide témoignent de leur peur panique de voir leur Minotaure aphone. Oui, Marine Le Pen et les députés français au Parlement européen ont raison d’alerter l’Opinion publique.

Péril en la demeure

Nombre d’entre nous estiment qu’une fois les alertes clamées ou écrites, chacun a « fait son devoir ». Et rentrent chez eux pour regarder un film ou vaquer à des occupations ludiques ou familiales. On appelle ça la RÉSISTANCE NUMÉRIQUE.

D’évidence, cette “Résistance numérique” est un élément utile à la diffusion de la ré-information. Mais elle est très insuffisante. C’est un peu comme si un armurier avait perdu la clé de la chambre forte contenant les armes et les munitions.

Attentat de grande envergure programmé en France (source sûre)

Pendant ce temps, les cellules terroristes en place sur notre territoire, elles, ne chôment pas. Parmi elles, des agents dormants soigneusement sélectionnés ont repéré depuis des mois plusieurs lieux propices au prochain attentat sanglant que notre Pays aura à subir et continuent à les surveiller discrètement. Attendez-vous à un drame qui fera de 100 à 200 morts sur le sol français. Où ? – Mystère. Bien sûr la DGSI, la DGSE, la DPSD et tous les autres Services de Police et de l’Armée concernés sont sur les dents. Mais sachant que les régimes qui se sont succédé depuis des décennies ont effectué des coupes sombres dans l’Armée et dans la Police, les effectifs sont largement insuffisants. À des Policiers qui avaient en charge la protection des Tribunaux en Seine-Saint-Denis, leur hiérarchie interdisait même de manger le midi pour maintenir des forces opérationnelles suffisantes ! Cet état de délabrement calamiteux de nos Forces de l’Ordre crée un climat surréaliste qui entame leur cohésion et préjudicient grandement à leur efficacité et à leur moral. Les islamistes, eux, en ont conscience et ne se privent pas de les provoquer, cherchant l’incident tout en sachant qu’on leur interdira de réagir.

A priori, les islamo-terroristes ne vont pas frapper 003un centre surprotégé comme la Tour Eiffel ou les Champs Élysées. Encore que… Peut-être une station de métro à Paris ou à Marseille mais plus probablement un Centre commercial de banlieue ou de province un jour d’affluence, là où on ne les attend pas. Et pourquoi ne les y attendons-nous pas ? – Parce que nous sommes en MANQUE D’EFFECTIFS (− 80.000 en 10 ans : merci Sarkozy, merci Hollande) et que les vigiles des supermarchés n’ont ni la compétence ni la formation pour y parer.

À cela peut-on ajouter le projet (connu “de source bien informée”) de l’État003 Islamique (Daesch pour les intimes) de commettre en Europe un attentat NBC (NUCLÉAIRE – BIOLOGIQUE – CHIMIQUE) au moyen de mini-bombes nucléaires dites sales ou d’engins explosifs ou d’épandage bactériologiques contenant des souches de sarin, d’anthrax ou de variole, acquises lors d’un trafic d’armes au Pakistan où des islamistes tchétchènes pourraient être impliqués. Cet attentat NBC ferait un nombre incalculable de victimes. Vous pensez que je délire ? – J’aimerais que vous ayez raison.

Demain, la guerre civile ?

004Que les benêts et les bobos bienpensants, les écolos rougeo-verdâtres et tous les applaventristes de la classe politicarde continuent à prêcher en novlangue le vivre ensemble et l’accueil de tous et parmi eux, de leurs futurs assassins, croyant (à tort) que leur veulerie leur servira de bouclier !

Grand bien leur fasse.

Lors d’un naufrage, même ceux qui ne savent pas nager sautent à l’eau, pouvant être secourus par des compagnons d’infortune plus habiles. Dans un incendie, beaucoup se jettent dans le vide, même s’ils ne savent pas voler ! Là bien sûr, leurs chances de survie sont minces…

Nous l’avons vu : les Forces de l’Ordre n’auront pas les effectifs suffisants pour protéger toute la population si les heures sombres qui s’avancent à grand pas débouchent sur une GUERRE CIVILE dont l’éventualité n’est pas à exclure. PIRE ENCORE : au début de cette très plausible guerre civile, l’Armée et la Police recevront l’ordre de contenir le Peuple en révolte et d’écraser la Résistance. Comme dans Le Camp des Saints ! Comme sous l’Occupation.

Considérez surtout que cette vidéo a été tournée AVANT L’INVASION MASSIVE DONT NOUS NE PERCEVONS PAS ENCORE TOUT À FAIT LES PREMIERS EFFETS…

La RÉSISTANCE : mode d’emploi.

Protection individuelle & Groupes d’auto-défense

resistance

N’oubliez pas que la Libération a suivi l’Occupation.

Rappelez-vous aussi Jeanne d’Arc qui délivra Orléans quand tout était perdu. Philippe de Villiers l’a merveilleusement mis en scène dans son admirable livre Le Roman de Jeanne d’Arc.

L’Espoir, c’est le rideau de théâtre de notre futur. Il finit toujours par se lever dans le Soleil du combat.

Dans leur très grande majorité, les Policiers et les Militaires que nous côtoyons au quotidien ressentent cet immense malaise qui consiste à recevoir parfois des ordres contraires à leur éthique et à la morale. À mots couverts on évoque de plus en plus les Baïonnettes intelligentes. Dès que l’on s’apercevra que le Droit combat ostensiblement la Justice, la statue monumentale du Système s’effondrera.

Il nous faudra alors gérer la période transitoire. Nous y sommes presque.

Sans doute ne sommes-nous pas en mesure de nous protéger efficacement contre les futurs attentats évoqués plus haut.

LA PEUR N’ÉVITE PAS LE DANGER.

  • Vous n’êtes ni agressif ni va-t-en-guerre. Vous détestez les armes et la violence. Vous êtes pacifiste. Bien !
  • Vous êtes la prochaine cible. Dommage !

Quant à moi, n’en déplaise à BHL et à sa clique sataniste, si je suis poussé dans mes derniers retranchements, JE PRÉFÉRERAIS FAIRE LE BOUCHER QUE LE VEAU.

J’évoque régulièrement le livre prophétique de Jean Raspail : Le Camp des Saints, peinture des temps présents. En suite logique, je vous recommande aussi vivement la lecture d’un petit roman agréable à lire, de 150 pages : Le Retour des Gueux − Le Réveil des Lions, de Claude Perrin. C’est l’histoire du futur proche de nombre d’entre nous.

Agir vite mais sans précipitation

1/ Protection individuelle et familiale

Toute préparation à affronter une situation dangereuse − c’est précisément le cas − doit s’opérer calmement sans hâte excessive. Si le danger ne se matérialise pas, l’homme (ou la femme bien entendu) en tirera d’immenses bénéfices personnels quant à sa santé et à son équilibre psychique et nerveux. C’est donc tout bénéfice

Posséder et détenir une arme en toute légalité

Toute personne âgée de plus de 18 ans jouissant de ses droits civiques et présentant un Casier judiciaire vierge est admise à s’inscrire à un Club de Tir agréé par la FFT (Fédération Française de Tir). Il n’y a pas de limite d’âge. Le tir sportif est un sport parfaitement honorable, apportant maîtrise de soi et du geste, et désinhibition. Il n’encourage nullement une agressivité quelconque, bien au contraire. Il vous suffit de taper sur les Pages Jaunes « Club de Tir » et de localiser votre FFTrecherche sur le code postal de votre domicile pour en obtenir les coordonnées du Club le plus proche. Une visite un weekend par exemple ne vous coûtera rien ; vous y rencontrerez généralement des gens fort sympathiques. L’obtention de la licence de tir sportif est soumise à un simple examen médical par le médecin de votre choix et au règlement d’une cotisation bien sûr, généralement très abordable. Sous certaines conditions d’assiduité, après avis du Club auquel vous aurez adhéré, vous serez ensuite autorisé à acquérir une arme en toute légalité que vous pourrez conserver à votre domicile (arme non-approvisionnée et rangée dans une armoire forte scellée au mur). Évidemment, l’autorisation de détention ne doit pas être confondue avec le port d’arme qui est strictement interdit par la loi hormis pour les personnes appartenant à des catégories socioprofessionnelles limitativement énumérées.

La pratique du tir sportif ne fait pas du tireur un braqueur ou un voyou. Les braqueurs et les voyous ne pratiquent pas le tir sportif.

L’obtention du Permis de Chasse en milieu rural est également un moyen de détenir une arme puissante chez soi en toute légalité.

Et ça n’est pas le fait d’être armé qui fera de vous un criminel !

Je vous recommande de visionner cette vidéo, réalisée par un Américain francophone sur la DÉFENSE DE VOTRE DOMICILE. C’est une approche tout à fait réaliste et sage de l’autodéfense adaptée… (excusez-moi) aux non-professionnels. D’autres vidéos sont accessibles à la fin.

Pratique des arts martiaux et du sport en général

Les jeunes et moins jeunes doivent entretenir leur forme physique au mieux de leur temps libre. Le trekking notamment, ou grande randonnée (si possible en groupe) favorisera leur endurance et développera leur sens de la combativité en harmonie avec la nature. Mens sana in corpore sano (Juvénal, 10ème Satyre) : « un esprit sain dans un corps sain ».

Le Survivalisme

Pour les plus déterminés (je devrais dire « pour les plus conscients » et pour les plus aptes physiquement) d’entre nous, la pratique du survivalisme augmentera considérablement la puissance de la Résistance et nos chances de succès.

N’oublions pas qu’en cas de guerre civile ou de troubles majeurs, les approvisionnements en hydrocarbures, en énergies diverses et en alimentation seront très sévèrement compromis. Dès les premiers troubles graves à l’ordre public, faites des PROVISIONS pour parer à vos besoins élémentaires à court et moyen termes.

Vous trouverez sur ce site canadien francophone des liens intéressants et sérieux vers ce qui vous intéresse en tout premier lieu.

Bien…

2/ Groupes de vigilance et de protection

Il n’est pas question de former des « milices armées » aussi folkloriques que dangereuses dans tous les sens du terme, comme l’avaient fantasmé certains cow-boys des CVR en 2012. Mais rien ne vous empêche de vous rapprocher d’organisations comme les Voisins Vigilants dans un premier temps. Vous y rencontrerez sans aucun doute des personnes que vous ne fréquentez pas d’habitude, mais animées des mêmes préoccupations que vous.

Progressivement, de façon empirique mais rapide, des coordinateurs expérimentés s’identifieront d’eux mêmes. Dans tous les groupes humains, sans qu’on puisse fixer de règles précises, un chef se dégage naturellement. CE N’EST PAS DE LUI QUE VIENT « L’IDÉE », MAIS C’EST LUI QUI VIENT DE « L’IDÉE ». Je reprends là les thèses d’une lucidité stupéfiante exposées par Howard Bloom dans Le Principe de Lucifer (tome I) et Le Cerveau Global (tome II), ouvrages qui, si vous les lisez, vous marqueront le cerveau au fer rouge. De vous à moi, ce sont les livres que je considère comme les plus importants que j’ai lus dans ma vie. Et j’en ai lu plusieurs…

Pour en terminer…

Tout le verbiage de radoteur que je viens de vous livrer tient dans le schéma ci-dessous. On prendra bien garde qu’à l’idéal, la phase N° 1 se trouve en bas, sous l’iceberg.

iceberg1

Dès que des événements graves se déclencheront, des Unités de la Police et de l’Armée loyales à la France se manifesteront. Les Groupes de Protection locaux se placeront alors sous leur autorité pour accroître leur efficacité dans la reconquête de notre Patrie.

Avant de courir, il faut apprendre à marcher…

⇒ RECOMMANDATIONS IMPORTANTES EN CLIQUANT SUR CE LIEN

Je vous souhaite une merveilleuse soirée.

Luc Sommeyre

SIGNATURE 2015


COMPLÉMENT D’INFORMATION PAR MME BÉATRICE BONTEMPS que nous remercions bien chaleureusement.

Concernant le SURVIVALISME, blog de Pierre Templar : http://survivreauchaos.blogspot.fr/ [excellent en effet – LS].

SÉCURITÉ DE LA COM INTERNET : on peut télécharger « L’informatique : se défendre et attaquer – version 3.0-juin 2015 » : https://www.infokiosques.net/IMG/pdf/InformatiqueSeDefendreEtAttaquer-120pA5-fil.pdf (site gauchiste bien informé).


NOUS INVITONS VIVEMENT NOS AMIS LECTEURS QUI SOUHAITENT EXPOSER LEURS IDÉES DE FAÇON COHÉRENTE À NOUS ADRESSER LEURS TEXTES : minurne@gmail.com. NOUS NE SOMMES PAS UN COMITÉ DE CENSURE. Si certains propos nous semblent excessifs ou manifestement erronés, nous établirons un dialogue avec le Rédacteur avant publication.