ABSTENTION PIÈGE À MACRON !
(Luc Sommeyre)

Ceci n’est pas un appel désespéré, non. Et de loin s’en faut ! Chacun est conscient du réveil des français.

Malgré le matraquage hallucinant opéré par le « Propagandastaffel » du Systemgesellschaft mondialiste, les françaises et les français ouvrent les yeux chaque jour un peu plus sur les dangers mortels que représenterait l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République.

L’associé-Rothschild a été très clair :

  • La sécurité dans les villes et les campagnes ? – Pour quoi faire ? Laissons donc les Black-Blocks, les No-Border, les Zadistes, les Djihadistes et autres malfaisants s’en occuper. Ils « s’expriment » déjà comme on l’a pu voir ces derniers jours dans les rues de Paris, de Nantes et d’ailleurs.
  • Les emplois pour les français dits « de souche » ? – On verra plus tard ! S’il en reste… Mais priorité aux Chances pour la France”. Et Macron nous promet un pays de plus en plus “chanceux” !
  • La culture française ? – Y’en n’a plus ! Même sur « l’île » de Guyane.
  • L’Histoire de France ? – Oubliée ! “On” a déjà trouvé une remplaçante à Najat Vallaud-Belkacem.
  • La protection de la famille ? – Finie ! Comme dit l’autre, deux-hommes-et-un-enfant, deux-femmes-et-un-enfant, c’est une famille à part entière !
  • La coopération intelligente avec les pays du Maghreb et d’Afrique Noire ? – On s’en fiche ! Ce qu’il faut, c’est importer des chômeurs subventionnés et les tordre pour le plus grand profit et plaisir de l’économie des marchés et du Grand Capital comme aurait dit Georges Marchais.
  • Les partis politiques que rejettent les français ? – De droite comme de gauche, ils ont TOUS rejoint le camp de l’ennemi (mis à part Mélenchon qui tente de préserver son futur). Pour preuve est-il entouré de toute la classe politicarde ringarde, de Robert Hue à Alain Madelin… On n’est jamais trop aidé !
  • La liberté de culte pour les chrétiens et les juifs ? – Si les Frères Musulmans le veulent bien (mais ils ne le veulent pas).

NE VOUS ABSTENEZ PAS Manifestez clairement votre attachement à la France, quelles que soient vos inclinations politiques personnelles.
Et… NE VOTEZ PAS BLANC (même si vous l’êtes).

Vous pouvez être parfois en désaccord avec certains points du programme de Marine Le Pen. Vous pouvez avoir peur de l’abandon progressif de l’euro (qui est déjà entré en agonie) ou de la sortie de l’Union Européenne (dont les technocrates − que vous n’avez pas élus − dictent nos lois sous forme de diktats…) La désinformation lancinante et mensongère du Système vous a fait prendre des vessies pour des lanternes.

En tout état de cause, vous n’êtes pas obligés d’adhérer au Front National ni à Debout La France pour participer à l’effort de reconstruction de notre pays. Mais de là à confondre patriotes et fascistes… il y a une crevasse béante dans laquelle vous n’êtes pas obligés de vous précipiter comme les moutons de Panurge.

J’ai quitté, personnellement, le FN voici deux ans, pour des désaccords mineurs dus principalement à certaines antipathies personnelles. Personne n’est parfait. Moi encore moins qu’un autre sans doute.

Le dimanche 7 mai, c’est donc sans le moindre état d’âme et en pleine conscience et adhésion que je voterai Marine Le Pen pour que la France se relève de ses maux et prospère au sortir des nuages sombres qu’ont amassé depuis des décennies nos gouvernements successifs.

J’ai dit.

Luc Sommeyre


Cet article (comme tous ceux que nous publions) n’engage que son auteur.



 

LES JUIFS DE FRANCE VOTENT MARINE LE PEN
(Laurent Allouche)

Après avoir appelé les français de confession juive à voter contre Marine Le Pen pour le 2ème tour, le CRIF ainsi que le « Grand Rabbin » de France Haïm Korcia nous ont malheureusement démontré une fois de plus leur loyauté complice envers le Système au dépend des intérêts sécuritaires et vitaux de leurs coreligionnaires, pourtant frappés dans leurs chairs à plusieurs reprises ces dernières années. En effet, après avoir été mis en place par ses amis du PS − et tout autant par ceux de l’UMP − Haïm Korcia dit « Grand Rabbin » de France, se permet d’intervenir dans une élection hautement décisive pour l’avenir de la France et de ses concitoyens de toutes confessions.

Nous, Français Juifs pratiquants ou non, vivant en France, refusons avec la plus grande énergie ces manipulations qui ne correspondent en rien aux souhaits exprimés par bon nombre de nos coreligionnaires. 

Aujourd’hui le Front National représenté par Marine Le Pen, est le seul parti politique Français ayant pris la mesure de la menace réelle que représente cet islam radical sur la communauté nationale, juive ou non.

Par ailleurs, la mondialisation sans limite préconisée par Emmanuel Macron effacerait l’histoire et l’identité des nations et des peuples ainsi que toute notion de « famille », ce qui est contraire aux préceptes de la Torah comme à l’idéologie juive.

Face au danger que représenterait l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la république française le dimanche 7 mai, à la manipulation éhontée et régulière des médias et à la demande de mon ami Luc Sommeyre, rédacteur du journal Minurne-Résistance et fondateur des Réseaux Rémora, j’ai décidé de vous adresser cette mise au point afin d’éclairer les lecteurs sur le souhait réel des Juifs de France dans leur immense majorité compte tenu des menaces grandissantes sur nos sociétés occidentales, rappelant ainsi qu’Israël et la France mènent le même combat : celui pour la liberté.

Laurent Allouche
Franco-Israélien
gideonsword@protonmail.com


Cet article est de libre reproduction sous réserve d’apposer la mention :
© Minurne-Résistance


 

LA BANQUE ROTHSCHILD PORTÉE À L’ÉLYSÉE
PAR 20 % DES FRANÇAIS
(L’Imprécateur)

« La grande mosquée de Paris a appelé le 24 avril les musulmans à voter “massivement” pour le candidat MACRON au second tour de l’élection présidentielle ». Cette annonce est parfaitement insultante pour la démocratie et le peuple français. Imaginez le tollé que susciterait une annonce similaire de l’archevêché de Paris : « L’archevêché a appelé le 24 avril les chrétiens à voter “massivement” pour le candidat MARINE LE PEN au second tour de l’élection présidentielle » ! Le président, les ministres, toute la gauche, la presse hurlerait au non respect de la loi de 1905, à la laïcité bafouée, à la France piétinée.

Rien de plus normal pourtant. Le candidat Macron appelle à l’immigration musulmane, à l’édification de mosquées, à les financer, il veut plus d’indulgence pour les auteurs de crimes djihadistes, il maintient des relations plus qu’amicales, presqu’incestueuses, avec les émirs milliardaires du golfe et le dictateur Erdoğan.

Les musulmans vont voter pour lui. Comme la gauche internationale anti-française, raciste, anti-blancs, acculturée, dé-identifiée, qui appelle de ses vœux un califat islamo-socialiste mondialisé comme celui que décrit l’écrivain algérien Boualem Sansal dans 2084, dont Macron est le porte parole assumé.

Le candidat de la finance mondialisée et des banques les a enchanté. Avez-vous vu les mails de félicitations de Rothschild, Lazard, Morgan-Stanley, Goldman Sachs, George Soros et Juncker ; et le bond du CAC 40, de toutes les bourses mondiales et de l’euro ? Ils ne regrettent pas d’avoir misé pour financer la campagne de Macron, leur pognon a été bien placé, il va même pouvoir couler encore plus vers leurs comptes dans les paradis peu ou pas fiscalisés.

Macron se prétend “patriote” ! Un patriote assurant que « la culture française n’existe pas » et que l’ensemble des Français nés en Algérie seraient des criminels contre l’humanité, les Bretons des illettrés et les Guyanais des îliens. Cela dit, il n’a pas précisé de quel pays il serait patriote, car il est un patriote du monde et spécifiquement du monde anglo-saxon qu’il vénère. C’est pourquoi il a été porté par le renfort de la quasi-totalité de la presse occidentale. Il se trouve de plus défendu par l’ensemble de l’appareil politico-médiatique des milliardaires français. Assez logique, pour le candidat d’une France ubérisée, dans laquelle les chômeurs n’auraient vocation à n’être que prestataires de services, taillables et corvéables à merci.

L’une des dernières déclarations d’Emmanuel Hollande avant le scrutin est sans doute l’une des clés de son succès. Au lendemain de l’attentat des Champs-Élysées, il avoue au micro de RTL : « Je ne vais pas inventer un programme antiterroriste dans la nuit. »… « Mettre les fichés S en prison n’a aucun sens ». Que lui importe que des citoyens français meurent puisqu’il y a des immigrés pour les remplacer. Emmanuel propose diverses activités ludiques pour lutter contre le terrorisme : « D’abord renforcer les moyens du renseignement territorial… » On laisse les fichés S gambader dans la nature avec leurs explosifs, leurs Kalachnikov et leurs poignards et, ensuite, on joue au chat et à la souris avec eux qui sont, pour Macron de bons français car : « La déchéance de nationalité, c’est faire preuve de démagogie »,

En clair (car il faut toujours procéder à une traduction en français normal du charabia bobo-macronien) : nous continuerons à laisser le ver entrer dans le fruit et, plutôt que l’extraire sans ménagement, nous allons créer une bureaucratie solidement fonctionnarisée qui tentera de déterminer de quel côté il se trouve. Bref, Macron n’a aucunement l’intention de lutter contre le terrorisme en France.

Avec Macron à la présidence, puisque le sondagiers sont d’accord pour dire que mathématiquement Marine Le Pen ne peut pas dépasser 32 à 35% des voix au second tour, la France « majoritairement de droite », comme on nous l’a sans cesse seriné, se retrouve flouée, frustrée, violée ! Bravo les milliardaires, quasiment tous de gauche contrairement à ce qu’affirme un mail que m’a adressé Mediapart (« L’Imprécateur, vous exagérez… »), qui détiennent en France la quasi totalité des journaux, des chaînes de télévision et des instituts de sondages, vous avez placé votre candidat. Et bravo à Hollande qui a organisé la manœuvre en torpillant Fillon un mois avant le premier tour et à la Commission européenne qui a affaibli Marine Le Pen avec une manœuvre similaire sur ses attachés parlementaires.

Sarkozy avait fêté son élection au Fouquet’s, toute la presse le lui a reproché. Macron a fêté la sienne dès le premier tour à La Coupole, restau bling-bling et chicos de la gauche française, à peine moins cher que la  Closerie des Lilas, et toute la presse s’attendrit. Il n’y a pas de justice sociale en France quand la gauche est en jeu. Elle a tous les droits. Et qui dit que ce n’est pas la Banque Rothschild qui a payé la monstrueuse addition, elle qui a toujours été dans les coulisses de l’Élysée avec au moins un conseiller directeur ou adjoint de cabinet (deux en permanence sous Hollande − j’ai les noms) et qui accède enfin à la direction de la France avec son ancien employé et membre du conseil d’administration de Rothschild-finance à la présidence.

Le deuxième tour de cette élection verra s’affronter Macron et Marine Le Pen. Macron arrive en tête avec 24,01% des suffrages exprimés (à peine 18% des inscrits), MLP avec 21,30% (à peine 16% des inscrits). Autrement dit, 76% des Français ayant voté n’ont pas voulu de Macron, 79% n’ont pas voulu de MLP, vraiment pas de quoi pavoiser ! Fillon a déclaré qu’il en portait la responsabilité. C’est chevaleresque, mais faux. La responsabilité est d’abord à l’état-major des Républicains qui l’a soutenu du bout des lèvres et, comme Wauquiez, se précipitent aujourd’hui à la gamelle des énarques en annonçant haut et fort leur ralliement au margoulin clone de Hollande.

Marine Le Pen n’est pas ma tasse de thé, trop psycho-rigide par son refus permanent de composer pour attirer les autres droites qui l’aurait volontiers rejointe, trop mal conseillée par le Philippot qui lui a concocté un programme économique très voisin de celui de Mélenchon, et pourtant je vais voter pour elle pour les raisons suivantes.

Cinq années de hollandisme en plus avec les hausses d’impôts que cela va impliquer, et surtout les pertes de libertés, m’est insupportable.

De deux maux il faut savoir choisir le moindre et cette patriote républicaine et française est moins dangereuse que le faux-nez de la finance mondiale pro-islamiste.

En votant pour elle, on affaiblit le danger Macron. S’il n’a qu’une faible majorité de voix face à Marine au second tour, si (encore mieux) il n’a pas de majorité aux Législatives, il ne pourra pas gouverner facilement et imposer ses pseudo-réformes françicides.

Le 7 mai, j’irai voter pour Marine Le Pen même si je suis contre beaucoup de ses propositions parce qu’elles sont irréalisables et/ou trop coûteuses. Et je n’aime pas la clique gaucho-philippotine. Mais Marine sera néanmoins le candidat le plus proche de mes valeurs et de l’idée que je me fais de la France. N’est-ce pas ce qui m’a fait dans le passé soutenir Sarko puis Fillon ? Ils ont échoué, elle échouera aussi, nous le savons tous, mais je souhaite, sans la soutenir autrement que par un vote de circonstance anti-Macron et un vote de colère envers Les Républicains qui appellent à voter pour cet ennemi de la France, que son score soit le plus haut possible. Et si par miracle elle gagnait, tant mieux, mais je resterai l’imprécateur qui critiquera son programme.

Voyez-vous #LePionMacron, le pion de Hollande avec toute sa troupe de dégénérés, de Robert Hue du PCF à Alain Madelin l’ultra-libéral, agir d’une manière intelligente et honnête ? Moi  non. Cliquez sur l’image ci-dessous !

L’Imprécateur


Très important

Vidéo suggérée avec pertinence par « LePatriote111 »
[cliquez sur l’image pour la visionner − 40:50]




 

 

SENS COMMUN : IDIOTS-UTILES DES « FRÈRES MUSULMANS »
(Robert Langlois)

En politique, c’est comme dans les systèmes d’équation : il vient un moment où tout se simplifie. Nous y sommes. L’équation du vote de SENS COMMUN pour Fillon est résolue. Elle s’est simplifiée toute seule.

Résultat

Fillon, le candidat supporté (hissé au cric à la primaire de la droite) par SENS COMMUN a donné la même consigne de vote que l’« Union Nationale des Musulmans de France » (ex-UOIF). Les deux ont appelé à voter Macron pour faire barrage à Marine Le Pen…

Voilà, c’est tout simple. Telle est la réduction ultime à laquelle a conduit l’engagement de certains apprentis sorciers dans cette campagne.

Bravo, bravo et encore bravo. Amis catholiques, vous pourrez donc remercier les irresponsables qui vous ont fourrés, et nous tous avec, dans cette nasse.

Car si vous écoutez le champion que vous a choisi SENS COMMUN, vous allez appliquer la consigne qui complet le mieux à Tarik Ramadan et aux Frères Musulmans, celle qui va détruire les dernières défenses qui nous restent et leur ouvrir le pays.

Car Tarik Ramadan, les Frères Musulmans et l’UOIF savent exactement comment conquérir la France. Eux, ce sont des politiques de très haut niveau. Eux, avancent sans effort dans l’espace politique que leur livrent depuis des décennies les sociaux libéraux coalisés et, en cette occasion historique exceptionnelle, les idiots utiles de SENS COMMUN. Eux, savent que Macron est leur meilleur candidat, celui qui va faire le vide devant eux.

Avec le concours de Fillon, Macron a de très grandes chances d’être élu. Alors voici en vrac ce qui nous attendra.

Immigration

Macron l’a promis : accélération immédiate, création d’une « autoroute entre Alger et Paris ». On va devoir se pousser, faire de la place. Il va falloir faire beaucoup de place pour faire rentrer tout le monde. Car Macron veut du monde, beaucoup de monde, beaucoup de nouveaux consommateurs pour relancer la croissance que lui réclament les marchés.

Culture, identité

La messe est dite. Pour Macron il n’y a pas de culture française, pas d’art français, pas de français de souche, pas de France du tout. Rien. Avec lui, notre bien le plus précieux, notre patrie que nous ont léguée nos ancêtres finira de disparaître. Toutes les traces seront effacées : à l’école, dans les médias, dans les dictionnaires, dans les livres d’histoire, dans les musées, sur les monuments. Partout. Une nouvelle narrative sera définitivement imposée : ce seront les autres qui auront fait la France, mais surtout pas les français. C’est ce que l’on apprendra à nos enfants.

Frontières 

Plus de frontières nationales, le pays sera encore plus ouvert qu’il ne l’est.

Souveraineté nationale

Fini. Plus rien. Tout sera délocalisé.

Sécurité

Poursuite de la politique de laxisme absolu menée depuis des décennies par l’UMPS et validée par le Grand Turc. Plus aucun européen ne pourra se promener dans la rue ni nulle part sans risquer de se faire égorger, écraser, violer. Open bar à la délinquance et au pillage privé. On ne sera plus protégés nulle part. En revanche, tolérance zéro si vous êtes Blanc, hétérosexuel et si vous payez des impôts. Zonzon au moindre dérapage !

Lois sociétales

Macron va s’en occuper : GPA, gender, fin de vie, transgénisme, transhumanisme, tout va aller très. Très vite. Tout pour les minorités sexuelles, ethniques, religieuses. Tout contre la tradition, le droit naturel, la famille. La prime sera donnée à tout ce qui n’est pas la France. Seul l’islam sera protégé. Il sera interdit d’émettre la moindre critique à son encontre sous peine de très sévère répression.

École

Vous avez aimé Najat Vallaud-Belkacem ? Vous allez adorer celui ou celle que Macron choisira pour la remplacer.

Liberté d’opinion, liberté d’expression

Pénalisation des délits d’opinion, plus aucune liberté d’expression en dehors de la doxa imposée, sauf pour les musulmans qui, eux, auront toute liberté de tout dire et tout faire sans aucune entrave.

Économies, patrimoine

Macron va s’en occuper aussi. Il va ruiner la classe moyenne pour financer la consommation des immigrés qu’il compte faire rentrer massivement dans le pays pour relancer la croissance et grossir les profits des sociétés transnationales. Tout est prêt. Ça va aller très vite. On n’aura même plus le temps de réagir ou de mettre quoi que ce soit à l’abri. Pour les distraits qui n’ont pas pris leurs précautions, c’est cuit. Les autres, les instruits, les initiés, ceux qui savent, ont déjà tout tiré au sec. Eux, ne risquent plus rien. Seule la classe moyenne se retrouve les doigts coincés dans la tapette. La matière taxable est captive. Trop tard pour en sortir.

Patrimoine industriel de la France et biens nationaux

Tout ce qu’il nous reste va être mis à l’encan. Tout va être bradé. Les marchés vont se ruer. Tout va être liquidé à vil prix pour satisfaire les commanditaires de Macron, qui l’ont fabriqué et propulsé là pour qu’il leur renvoie leur retour sur investissement.

Droit du travail acquis sociaux

Dérégulation finale. Alignement sur les pays les moins-disant au plan social. 50 milliards de CICE n’ont pas suffi. Il leur faut plus. Encore plus. Tout va y passer. Des millions de chômeurs et de nouveaux pauvres. Pas une famille de la classe moyenne de souche n’y échappera. Dans toutes ces familles, il y aura des drames et des chutes brutales au plus bas de l’échelle sociale.

Retraites

Ça va faire très mal. Nombre de retraités vont rejoindre la très grande pauvreté. Ceux à qui il reste du patrimoine seront maintenus le nez au ras-de-l’eau et devront tout liquider pour survivre.

Protection sociale

Vous devrez liquider votre patrimoine pour financer vos dépenses de santé, complémenter votre retraite ou financer les dépenses liées à votre fin de vie ou à l’éducation de vos enfants.

Voilà chers amis, voilà exactement ce qui nous attend.

La responsabilité historique des apprentis sorciers de SENS COMMUN est colossale. Non seulement ils sont commis un faute morale impardonnable en soutenant envers et contre tout un escroc avéré pour défendre des valeurs morales ; mais ils ont commis une erreur politique fondamentale en donnant la préférence au programme ultra-libéral de cet escroc. Un programme dont ils ont pensé qu’ils préserveraient mieux leurs intérêts de classe que celui de la seule candidate patriote qui prônait la sortie de l’euro.

Médiocre petit calcul. Pour sauver leurs petits avoirs bourgeois, les cancres criminels de SENS COMMUN ont sacrifié une chance historique, sans doute la dernière, de trouver une solution par la voie électorale à des problèmes autrement plus importants qui sont ceux de la souveraineté et de l’identité de la France. Après Macron il n’en restera rien. Plus rien du tout. Pas davantage du patrimoine des électeurs de SENS COMMUN d’ailleurs.

L’avenir se profile de façon simpliste. Macron sera élu et il aura une majorité pour gouverner (là, c’est quand même moins sûr – vive la IVème !).

En appelant à voter Macron, Fillon a tiré une balle dans le pied de tous les candidats LR aux Législatives. On voit mal en effet pourquoi après avoir voté Macron les électeurs n’accompagneraient pas sa victoire en lui donnant une majorité. Franchement qui voterait LR aux Législatives après avoir voté Macron à la Présidentielle ? Qui voudrait être dans le camp des battus ?

Macron et ses commanditaires savent que le temps leur est compté avant le collapsus final du système et son effondrement dans le chaos. Par conséquent, ils accélèreront la réalisation de leur programme à marche forcée pour lever les derniers plis tant qu’ils en auront encore le temps.

Une fois élu, tout va donc aller très vite.

Alors les apprentis-sorciers de SENS COMMUN verront le ciel leur tomber sur la tête. Non seulement tout ce qu’ils abhorrent au plan sociétal se parachèvera, mais leur patrimoine servira de combustible à la politique migratoire voulue par la ploutocratie mondialiste.

La tiédeur hypocrite de SENS COMMUN : ça n’est pas du bleu pâle, du blanc et du rose qu’il nous faut. C’est du BLEU DE FRANCE, du BLANC et du ROUGE SANG !

Enfin l’euro s’effondrera car il ne sert plus à rien à l’Allemagne et que les erreurs de conceptions qu’il porte finiront par en précipiter la chute.

Alors, amis catholiques, de grâce atterrissez et sortez de ce faux pas.

Rejoignez le camp des Patriotes souverainistes, comptez-vous avec nous. Plus le score de Marine Le Pen sera élevé, plus nous aurons de courage et de forces pour affronter les terribles échéances historiques qui nous attendent et qui ne se joueront pas dans les urnes.

Tout le monde l’aura compris, je suis un catholique totalement dépité. Non seulement j’ai vu l’Église fossoyer la religion, mais je vois maintenant les apprentis sorciers de SENS COMMUN fourvoyer les fidèles aux côtés des « Frères Musulmans ».

Mais est-ce vraiment une erreur de leur part ou bien une manœuvre diabolique ?

Dernière minute

On apprend que SENS COMMUN aurait appelé à ne pas voter Macron sans pour autant appeler à voter pour Marine Le Pen.

Demi-mesure, minable pas-de-clerc qui confirme bien le manque de hauteur de vue et l’hypocrisie sournoise de leurs équipes dirigeantes. Après avoir appelé à voter pour un escroc dont les chances étaient nulles, les voilà qui se dégagent piteusement en empruntant la petite porte de derrière.

Triste équipe dirigeante qui après avoir baissé la tête pour faire de petits calculs au ras du sol, n’a pas vu arriver le TGV qui va leur renter dans le fondement.

Pauvres catholiques dont le poids politique pourrait être énorme mais qui se retrouvent stérilisés par des dirigeants politiques irresponsables et irrésolus.

Amis catholiques, dégagez-vous de SENS COMMUN, replacez les valeurs dans le bon ordre, ne faites pas la courte échelle aux musulmans fanatiques. Retrouvez la place qui est la vôtre dans le camp des patriotes.

Robert Langlois


Cet article ne vise nullement les électrices et électeurs dont nous estimons qu’ils ont été abusés, mais uniquement les dirigeants de SENS COMMUN qui les ont hypocritement fourvoyés.


 


 

LETTRE À MME LA PRÉSIDENTE DU FRONT NATIONAL (par Jean-Marie Le Pen)

JMLP

Madame la Présidente,

Me plaçant exclusivement sur le terrain politique, mais n’ayant plus de contacts, ni avec vous, ni avec les dirigeants du Front National, je vous adresse cette lettre ouverte pour vous faire connaître mon point de vue.

Exclu comme adhérent, je demeure, nonobstant votre dernier recours en cassation contre les procès que vous avez perdus, en particulier celui du « Congrès postal », Président d’honneur du Front National que j’ai fondé il y a quarante-quatre ans, et que j’ai dirigé jusqu’en 2011 avec le soutien et la participation de dizaines de milliers de militants dont les efforts et les sacrifices ont permis la pérennité d’une formation aujourd’hui au premier rang de la politique française.

C’est sous de fallacieux prétextes (interviews à RMC et Rivarol) que j’ai été exclu du Front National ainsi que de votre groupe parlementaire au Parlement Européen où je siège pourtant depuis trente-deux ans. Le complot, puisqu’il s’agissait d’une manœuvre secrète, conçu depuis le congrès de Lyon, à l’initiative, ou, en tout cas, avec le soutien des ambitieux du Carré.

Personne ne peut nier que cet épisode extraordinaire a causé dans le mouvement un malaise profond.

Certains militants sont partis, d’autres ont été épurés, qui avaient fait connaître leur désapprobation publiquement. Le moral de l’appareil en demeure profondément affecté.

Or, si l’on considère que seul le Front National peut, en provoquant un sursaut salvateur aux élections présidentielle et législatives de 2017, arracher notre pays au désastre qui s’annonce, il est indispensable qu’il soit réuni.

La rupture, que certains proclamaient comme totale et définitive, n’a pas atteint son objectif, si celui-ci était la « dédiabolisation ».

Jean-Marie, écarté ! Voici Marine en première ligne : votre retrait stratégique de l’espace médiatique risque d’être irréversible, je le note en passant.

Plus que de ma personne – encore que ! – l’exclusion s’est voulue celle de la ligne politique que j’avais incarnée naguère : une ligne droite, non d’extrême droite, mais d’extrême droiture, fidèle à ses principes et à ses objectifs nationaux. Chargé des péchés de ladite extrême droite, j’ai été, comme dans l’Ancien Testament, chassé dans le désert. Morte la bête, effacés les péchés !

Ce fût une mauvaise action, et, plus grave, une mauvaise affaire.

Une mauvaise action, parce qu’injuste et blessante, elle sous-entendait une accusation d’antisémitisme politiquement invalidante, jusqu’alors lancée par les ennemis du FN, mais désormais consolidée puisque reprise depuis nos propres rangs. Victime de cette infamie diffamatoire, en dépit des blessures intimes, et plaçant la France et les Français d’abord, je dirai à l’instar du Roi Henri IV : « La violente amour que je leur porte m’a rendu plus facile le pardon ».

Mauvaise action, ce fût aussi une mauvaise affaire… En effet, le sursaut de la France ne peut être espéré que de la victoire préalable du candidat national, et celle-ci exige une unité sans faille du Front National, fer de lance de la nécessaire majorité patriotique. Or, à l’image du vase brisé de Sully Prudhomme, la fêlure peut devenir brisure.

J’avais espéré que « le séminaire » marquerait une évolution vers l’unité. Las ! La montagne accouchait d’une souris, et quelques rats s’essayaient au grignotage : l’un voulait supprimer le nom Front National, l’autre le défilé du 1er mai…

La force d’un mouvement politique se mesure lors des élections. Les dernières régionales ont placé le Front en tête des formations françaises, avec six millions huit cent mille voix. Mais cette force est surtout constituée par le nombre, la qualité et l’organisation des militants.

C’est sur eux qu’il faut prendre appui dans les circonstances décisives. La démocratie comporte des faiblesses, mais aussi des avantages réels. Il n’y a au FN que deux échelons démocratiques parce qu’élus par le Congrès :

  • La présidence, chef de l’exécutif.
  • Le Comité Central, composé de 120 membres, dont 100 élus, et 20 nommés par la présidence, véritable parlement du FN. Il doit être statutairement réuni une fois par an ; il ne l’a pas été en 2015 ! J’en demande aujourd’hui expressément la réunion avant les vacances de l’été 2016, avec à l’ordre du jour la question de mon exclusion, l’unité d’action, la stratégie électorale en 2017.

Gagner la bataille de 2017 est un impératif catégorique. La victoire sera une gageure, un de ces miracles qui ont permis au long de l’Histoire la pérennité de la France.

Il faut refermer au plus tôt la faille ouverte, qui, déjà, suscite les ambitions chez de potentiels candidats qui, par leur seule présence, menaceraient vos chances de figurer au second tour.

J’ai le sentiment d’avoir au long de cette année tout fait pour aider à l’unité. Cette lettre est un dernier effort avant qu’il ne soit définitivement trop tard. Par exemple, l’un des nombreux organismes que j’ai fondés, « Cotelec », a aidé par ses prêts les candidats aux élections régionales. J’avais appelé au succès de tous ces candidats, même ceux qui s’étaient compromis dans mon exclusion, montrant ainsi clairement que je mettais l’intérêt de la France et du Front National au-dessus de ma propre et légitime sensibilité.

Des demandes pressantes me conduisent à organiser, si possible à l’intérieur, ou en parallèle avec le Front National, un rassemblement des volontés patriotiques fidèles à la ligne politique d’un changement décisif.

Si notre démarche n’aboutit pas, conscients des terribles dangers qui menacent notre patrie, nous ne baisserons pas les bras, et agirons alors et à regret en dehors du Front National.

Nous espérons de tout cœur que le bon sens, celui du bien commun, l’emportera, et que votre candidature, renforcée par les forces patriotiques en leur totalité, arrachera la victoire.

Jean-Marie LE PEN
Président d’honneur du Front National