LA TERRIBLE ET CRIMINELLE « BÉVUE » DE MÉLENCHON
(Christian Leblanc)

Mélenchon a un compte à régler avec la France.

Son père, receveur des postes, et sa mère, institutrice en Algérie, sont mutés à Tanger au Maroc, où Jean Luc voit le jour en 1951. 
Son enfance marocaine l’a marqué pour toute sa vie.

Ce fut une enfance heureuse : le climat, les copains insouciants et joueurs, et puis le fait que sans être un enfant gâté il ne manquait jamais de rien… avec leurs modestes salaires français, ses parents, faisant là-bas, figure de gens aisés.

Puis, c’est le retour en France… 1962. Il a 11 ans. Normandie, puis Jura. Le choc est d’une violence inouïe. Il fait froid, les gens sont tristes, parfois xénophobes, le niveau de vie chute. Il lui arrive de pleurer à chaudes larmes son Maroc natal.

C’est vrai, le Français n’est pas accueillant. On se demande même comment la France peut encore avoir des touristes.

Mais c’est comme ça. Le Français est bougon, râleur, n’ouvre pas sa porte à tout le monde et pour un “oui” ou pour un “non” vous crache vos 4 vérités au visage. Ça le soulage, ça lui fait du bien… 2 ou 3 jours après, il a tout oublié, mais il est comme ça, le Français…

Il ne partage pas non plus, ou peu. Il est comme un chien qui, quand il a un os, le protège farouchement toutes dents dehors.

C’est vrai, il n’est pas marrant le Français.

Alors Jean-Luc rêve, fantasme, et au fil du temps son Maghreb natal va devenir le pays des merveilles et sa population une population d’élite.

Il s’engage en politique, se met à haïr plus ou moins ouvertement les Européens et finit par rendre public le projet qui le hante depuis toujours : “maghrébiser l’Europe”.

Pour lui  l’Europe n’a pas d’avenir si elle ne fusionne pas avec le Maghreb. Il ne cesse de le dire en toutes circonstances.

Là est sa terrible « bévue ».

Son rêve d’enfant de retour à l’Éden perdu, s’est transformé en : faire venir l’Éden en Europe.
Folie que tout ça… folie qui lui fait tant de bien, mais folie qui nous fera tant de mal.

Parce que voilà… Jean Luc a oublié une chose, une toute petite chose, mais qui change tout : SON ENFANCE A ÉTÉ MERVEILLEUSE PARCE QU’IL ÉTAIT FRANÇAIS EN TERRE MAROCAINE.

S’il avait été Marocain en terre marocaine… pauvre gosse… quelle torture… quelle vie de merdeIl n’aurait plus eu qu’un but : PARTIR ! Partir ailleurs, vers le nord, n’importe où et tout faire pour s’intégrer.

Le Maghrébin est « partageux » nous dit-il… mais c’est normal Jean Luc… quand on n’a rien on partage tout, en espérant la même attitude en retour.

Le Maghrébin est fier de lui et fier des siens. Mais le Français n’est pas moins fier Jean Luc… pas moins…

Quand il s’agit de protéger sa famille, ses proches et son pays, le voilà qui prend son fusil et qui file droit à la mort s’il le faut pour faire un rempart de son corps.

Ils furent des millions et des millions tout au long de l’Histoire à mourir pour protéger ce territoire que l’on appelle “La France” et auquel ils tiennent plus que tout.

Ils furent des millions et des millions à mourir outre-mer pour que fleurisse ici ou là un petit bout de leur pays chéri, ils furent des millions et des millions pour que son père, sa mère, lui-même et d’autres puissent avoir cette qualité de vie qu’il regrette encore amèrement.

Il oublie une chose, notre gentil Jean-Luc : sans la France, pas d’enfance heureuse… sans la France pas de Maroc merveilleux, pas d’Algérie merveilleuse, pas de Tunisie merveilleuse. Sans la France et sans l’Europe, le Maghreb n’est rien, rien qu’un grouillis humain archaïque, inévolutif, crasseux et peu sûr…

Ouvre les yeux Jean-Luc, ouvre les yeux !… tu n’as plus 11 ans !

Cela fait presque 2 siècles que le Maghreb ne parvient toujours pas à décoller du Moyen-Âge malgré l’aide permanente et colossale que la France et l’Europe lui apportent.

Ce que tu veux faire Jean Luc est monstrueux et criminel !

Tu règles tes comptes avec une France qui a gâché ton enfance. Mais c’est faux Jean Luc, c’est faux !

C’est l’inverse.

C’est la France qui t’a offert ces belles années, c’est elle, et surtout pas les Maghrébins qui, dans leur haine du colon, t’ont obligé à partir.

La France n’a jamais été responsable de ton malheur, et, bien au contraire, c’est ELLE, et elle seule qui t’a offert ces 11 années lumineuses.

Et pour la remercier, tu ne trouves rien de mieux que de vouloir la maghrébiser.

Mais c’est fou, c’est dément, c’est à se taper la tête contre les murs. Ce sont les populations qui font les pays et pas l’inverse !

Sans les Français et l’Europe, le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et toute l’Afrique du Nord ne seraient que des fœtus mort-nés rongés par la vermine.

Et tu veux déverser ces populations chez nous Jean Luc… mais tu es fou !

La rancune t’aveugle.

Tu n’as plus 11 ans Jean Luc, tu en as 66.

Ouvre les yeux Jean Luc, ouvre les yeux ! C’est dur à admettre mais c’est ainsi : même s’il y a des exceptions ici ou là, ces populations sont, dans l’ensemble nulles, tandis que les populations européennes, même s’il y a des exceptions ici ou là, dans l’ensemble, sont excellentes : honnêtes, travailleuses, ingénieuses, créatives, entreprenantes, talentueuses, géniales, généreuses, philanthropes, et il y a très peu de voyous génétiques en leur sein.

Un peu de bon sens, un peu de réalisme, un peu de lucidité Jean-Luc ! C’est comme ça… c’est la vie… il suffit de regarder et de voir !

Il n’y a pas que les Maghrébins qui ont droit à l’amour-propre, à la fierté, à la dignité et au respect  Jean-Luc…

Il y a aussi nous, “NOUS”, les Européens… et Dieu sait si nous le méritons, ce respect… ce respect que TU NOUS DOIS ET QUE TU NOUS REFUSES !

Ce que tu nous prépares est insensé.

Transformer l’Europe en un second Maghreb… un second Maghreb bien pire que l’actuel, car il n’aura plus l’Europe pour lui tenir la tête hors de l’eau… mais c’est monstrueux !

C’est un piège affectif dans lequel risquent de tomber nombre de braves gens de chez nous.

Ce n’est pas honnête Jean Luc. C’est CRIMINEL !

Christian Leblanc


 

SAINTE RITA, PATRONNE DES CAUSES PERDUES, PRIEZ POUR CE PAUVRE MONSIEUR HOLLANDE (par l’Imprécateur)

Alma

Le nouveau zouave du Pont de l’Alma

Sainte de l’impossible, avocate des causes désespérées, Sainte Rita de Cascia est beaucoup invoquée ces temps-ci à l’Elysée. On y aurait même érigé un petit autel où l’on maintient allumées à longueur de journée et de nuit des bougies bénites…
Si, si, je vous assure !

C’est que tout va mal pour François le Joufflu : climat social, sécurité intérieure, international, sondages… même en sport c’est la Bérézina. Avez-vous suivi Roland Garros ? Gâché par trop de pluie, mais aussi des parties médiocres sans panache ni imagination, des joueurs dont les quatre meilleurs (toujours les mêmes depuis des années) se sont blessés, Une fin qui s’annonce lamentable et ne parlons pas des joueurs français, toujours égaux à eux-mêmes dans l’échec.

Un sondage publié le 2 juin par iTELE donne Hollande à 11 % et Valls à  % 14 % d’opinions favorables, score le plus bas depuis leur entrée en fonction. Du socle socialiste chiffré à environ 20 % de l’électorat, seul le tiers, soit 7 % de l’électorat global, souhaite que le président se présente en 2017. Hollande compte sur une victoire française à l’Euro pour redorer son blason, mais avec le climat insurrectionnel que la CGT entretient, la menace terroriste et les polémiques qui se développent déjà autour de l’équipe de France, c’est mal parti.

Le patron de la CGT arrose le succès des grèves et compte bien perturber sérieusement l’Euro

C’est le rêve français que je veux réenchanter », claironnait Hollande, bizarre vainqueur de la primaire socialiste en 2011. « Je mesure la tâche qui m’attend, elle est lourde, elle est grave. » Ô combien ! « Réenchanter le rêve français ». « Superbe ambition. Superbe formule. Mais, pour le malheur des Français, superbe fiasco » (Yannick Chauvin, Boulevard Voltaire).
Pour le CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, en collaboration avec le CNRS qui lui donne un vernis de compétence scientifique, on frôle même la mort clinique du socialisme en France.

Oh, il survivra. Comme le communisme. Il y a toujours quelques nostalgiques pour assurer la survie des vieilleries. Le marxisme survivra car il est, comme pour le Coran, interdit de douter de sa perfection divine. Son héraut, Mélenchon, compte bien profiter du naufrage socialiste pour relancer l’extrême gauche en 2017 qui devrait, toujours selon les sondages, faire un meilleur score que le PS !

L’islam aussi, peut-être, qui a maintenant son parti politique de musulmans, « modérés », cela va de soi comme l’a prédit Houellebecq (Soumission). C’est l’Union des Démocrates Musulmans de France, UDMF. Elle obtient pour le moment des résultats électoraux locaux inférieurs à 5 % pris au PS et à la gauche, mais progresse à chaque élection partielle dans les banlieues et envisage sérieusement un candidat à la présidentielle.

Les discours réjouissants des élus de gauche sur l’amélioration de l’emploi ne font plus illusion, 86 % des Français pensent que les chiffres sont truqués et en général la déception est patente :
« Avez-vous confiance, beaucoup ou complètement, dans : les partis politiques (non à 88 %), les médias (non à 76 %), les syndicats (non à 73 %), la justice (non à 56 %), mais l’armée (oui à 81 %), comme la police (oui à 75 %).

1915825_1875083426051539_7862210739182667259_n111

Les statistiques, ça se bricole. Il y a même un spécialiste pour ça !

Les Français n’ont pratiquement aucune confiance dans les statistiques que le pouvoir leur sert, notamment sur le chômage, la délinquance et l’immigration ; pour ces trois sujets, la défiance est supérieure à 71 %« .

L’illusionniste qui règne à l’Elysée ne fait plus illusion, mais il n’est pas le seul. Les Français on perdu confiance dans les partis politiques de droite comme de gauche et considèrent la politique avec méfiance et, pour un tiers d’entre eux, avec dégoût.

Il y a plusieurs causes à cela. Sur les plus de 500.000 élus du pays, environ 50.000, du président aux maires des grandes villes et chefs des grandes administrations, affichent un train de vie incompatible avec la détresse économique et sociale de nombre de leurs concitoyens qui estiment à 76 % qu’ils sont trop nombreux, coûtent très chers et sont corrompus. Ce que confirme une étude internationale (Transparency International) sur la corruption du secteur public : la France est au 29ème rang. Comment est-ce possible ?

Plus de deux tiers des 175 pays figurant dans l’Indice de perceptions de la corruption obtiennent une note inférieure à 50, sur une échelle allant de 0 (secteur public perçu comme extrêmement corrompu) à 100 (secteur public perçu comme extrêmement intègre). Le Danemark arrive en tête du classement avec une note de 92 sur 100, tandis que la Corée du Nord et la Somalie ferment la marche, avec une note de 8 sur 100 seulement. Les pays obtenant une note élevée disposent toujours d’une administration transparente permettant aux citoyens de demander des comptes à leurs responsables et, comme au Danemark où les citoyens sont satisfaits de leur classe politique, les déclarations de patrimoine et de revenus des élus sont sérieusement contrôlées, ce qui n’est pas le cas en France où deux ministres socialistes du Budget (Cahuzac, Macron) se sont fait prendre la main dans le sac et où la déclaration patrimoniale du président lui-même est fortement soupçonnée de sous-évaluation. Une mauvaise note dénote un recours systématique à des pots-de-vin, l’absence de sanctions en cas de corruption et une inéquation entre les activités de l’administration et les besoins de la population. Cahuzac et Thévenoud (qui « oubliait » de déclarer ses revenus) sont-ils sévèrement sanctionnés ? La réponse explique en partie la 29ème place de la France qui en 2010 était au 26ème rang.

« L’Indice de perceptions de la corruption montre que les abus de pouvoir des responsables politiques et des hauts fonctionnaires entravent la croissance économique », affirme José Ugaz, président de Transparency International. Et de cela, les Français sont bien conscients. Au Danemark, en Norvège, en Suisse, en Allemagne et bien d’autres pays, les élus et les plus hauts fonctionnaires ont des rémunérations, des retraites, des indemnités de chômage, des avantages en nature inférieurs à ceux de leurs homologues français, et ces pays sont mieux gérés et en croissance avec un faible chômage. Ceci n’explique-t-il pas cela ?

De plus, un majorité de 58 % des Français considère l’islam comme une menace, ont compris que le droit du sol ne fabrique pas automatiquement des Français et que le multiculturalisme ne fait pas le « vivre ensemble », lui-même de qualité très inférieure à la bonne vieille cohabitation pacifique entre ethnies et religions que connaissait la France (et de nombreux pays arabes) avant que des apprentis sorciers ne veuillent changer son peuple, son identité, sa religion et réécrire son histoire à leur sauce totalitaire. « Le modèle multiculturel a été imposé en Europe par des gens plus ou moins hostiles à l’identité traditionnelle de leurs pays respectifs. Ce qu’ils ont présenté comme un accueil aux nouveaux réfugiés était… le rejet de leurs propre héritage… ceux qui ont résidé ont été dénoncés comme racistes et xénophobes, une façon de les exclure du débat. » (Roger Scruton -intellectuel britannique- Le Figaro).

Erdogan

En Europe, il n’y a plus qu’Angela Merkel pour faire la loi et elle impose un traité ahurissant de naïveté avec la Turquie du dictateur mégalomane Erdogan pour faire entrer cent millions de Turcs en Europe. Ce n’est pas Hollande avec son incompétence, son inculture dramatique et son manque d’autorité qui va y changer quoi que ce soit.

« Ce sondage donne raison à Valérie Trierweiler : il y a la caste des dirigeants d’un côté, oligarchie prétentieuse, pontifiante, squatteuse de palais nationaux, de prébendes, de places au soleil, de plateaux de télévision, parfois malhonnête et grassement payée pour le résultat désastreux que l’on lit ; et, de l’autre côté, les sans-dents, les humbles, les Français, en somme, qui subissent et voient, effarés, s’ouvrir le gouffre sous leurs pas, hébétés de l’incompétence bouffie de ceux qui devraient montrer le chemin de l’avenir et n’agissent que pour eux-mêmes. Et ils ont le culot d’en redemander ! Le « réenchanteur du rêve français » ne gouverne plus un pédalo : il a trouvé refuge dans la cabane en planches disjointes de Madame Irma, la voyante, en attendant 2017 » (Yannick Chauvin, Boulevard Voltaire).

L’Imprécateur

Bannière 2016

 

DENONCER L’ISLAMOPHOBIE ? LE DERNIER AVATAR DU NAZISME ! (par l’Imprécateur)

Doit-on se sentir coupable de considérer l’islam avec circonspection et esprit critique ? L’ayant étudié, lu le Coran et de nombreux hadiths, fait des recherches sur la vie de Mahomet le prophète, peut-on en conclure qu’il y a incontestablement dans l’islam des aspects dangereux non seulement de façon anecdotique mais dans les fondements de la doctrine ?

Associer islam et nazisme fait monter la gauche aux rideaux, et pourtant les preuves historiques abondent, relayées par des preuves actuelles, qui démontrent un lien fort et constant entre les deux idéologies.

islam_et_nazisme_turquiemein-kampf_version_arabe_adolf-hitler

Manifestation islamiste en Turquie                                             Le top des ventes !

De nombreuses déclarations de Hitler montrent son admiration pour l’islam, la plus connue étant « Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, la face du monde eût changé. Puisque le monde était déjà voué à l’influence judaïque… il eût beaucoup mieux valu que le mahométisme triomphât. Cette religion récompense l’héroïsme, elle promet aux guerriers les joies du septième ciel… Animés par un tel esprit, les Germains eussent conquis le monde. C’est le christianisme qui les en a empêchés »
(Hitler, 28 août 1942, Libres propos sur la guerre et la paix recueillis sur l’ordre de Martin Bormann, vol. 2, 1954, p.297)

Hitler est allé plus loin : il a recruté des musulmans pour constituer deux légions de waffen SS, la division Handschar (Sabre) et la 13ème division de montagne, formées de  « musul-germains de race supérieure« . « Chers camarades… le national-socialisme partage la vision du monde de l’islam à maints égards : les points communs sont les suivants…  » (Grand mufti al Husseini). Les SS musulmans se battaient encore dans Berlin alors que les soviétiques hissaient le drapeau rouge sur le Reichtag.

En France même, il y eut une Brigade nord-africaine musulmane, créée par Joseph Darnan, et rattachée à la Milice pour tuer du juif et lutter contre la résistance.

L’origine du mot « islamophobie » est inconnue. La définition du terme a varié au cours du temps, il y a des divergences quant à son origine et son impropriété sémantique a été critiquée. On l’a attribué à des mollahs iraniens qui l’auraient utilisé en 1979 pour faire condamner les femmes qui refusaient de porter le voile et leurs opposants politiques, mais le terme n’existe ni en persan, ni en arabe. De plus, le mot a été utilisé dans un ouvrage français sur l’islam paru en 1910 qui notait la peur (phobie) que suscite l’islam partout en Europe en raison de son passé extrêmement agressif et sanglant depuis son origine au VIème siècle.

Ce qui est certain, c’est que le terme « islamophobie » réapparait en 2001 après le 11 septembre, Tariq Ramadan l’utilise dans une tribune parue dans Le Monde le 21 décembre : « Existe-t-il un antisémitisme islamique ? « . Ensuite, de plus en plus fréquemment après chaque attentat, Madrid, Londres, etc. toujours revendiqués aux noms de l’islam et d’Allah. Or il est apparu rapidement que ce sont les Frères Musulmans, association musulmane terroriste à laquelle appartient Tariq Ramadan, qui poussaient à l’utiliser pour stigmatiser ceux qui accusaient l’islam d’être le mobile des attentats.

Tariq Ramadan a apporté au MRAP (1) le concept de « lutte contre l’islamophobie » pour faire condamner les critiques de l’islam en France. Caroline Fourest confirme dans « Tirs croisés » : « le mot “islamophobie” a été pensé par les islamistes pour piéger le débat et détourner l’antiracisme au profit de leur lutte contre le blasphème« . Ils afirmaient qu’accuser l’islam c’est accuser les musulmans, donc accuser l’islam est raciste puisque les musulmans sont majoritairement d’origine maghrébine ou arabe, et du coup l’islamophobie devrait tomber sous le coup des lois réprimant le racisme.

Ce détournement de sens faisant de la religion une race a plu à la gauche qui y a trouvé prétexte à accuser la droite de racisme en soutenant que la critique de l’islam signe le racisme. Il est dommage et surprenant que certains élus et des juges, en particulier ceux du Syndicat de la Magistrature, soient eux aussi tombés dans le piège tendu par les fondamentalistes islamistes.

Les dictionnaires Robert et Larousse, contaminés, se sont entendus pour définir « islamophobie » comme « hostilité envers l’islam, les musulmans » bien que le suffixe « phobie » désigne la peur et non l’hostilité. Et cela bien que le Haut conseil à l’intégration se soit prononcé à ce sujet en 2003 lorsqu’il a rappelé unanimement que :

1, En République, la critique de la religion, comme de toutes les convictions, est libre.
2, Elle est constitutionnellement garantie et fait partie de la liberté d’opinion et d’expression.
3, Elle ne saurait être assimilée au racisme et à la xénophobie.

Les meilleurs intellectuels peuvent toujours dénoncer cette double escroquerie intellectuelle : craindre ou critiquer une religion n’est pas haïr ses adeptes et être croyant n’est pas une race. Rien n’y fait, même le législateur est tombé dans le piège des Frères Musulmans (loi Taubira) « pour ne pas faire porter aux jeunes des cités le poids des erreurs de leurs aînés » !

Bien que la critique des religions soit un acte de laïcité reconnu par la Constitution et que la majorité des musulmans ne soit pas arabe et maghrébine, mais perse, turcophone et asiatique (Indonésiens, Malais, Ouighours…), rien n’y fait !
« Le terme d’islamophobie n’exprime rien d’autre que le dégoût et le rejet de l’islam en tant que religion, en tant que système de pensée totalisant. L’islamophobie c’est le rejet de l’islam, pas le rejet des musulmans ni le rejet des arabes ou des maghrébins…
Les athées qui se reconnaissent dans l’opposition radicale aux religions sont vivement encouragés à se déclarer publiquement islamophobes afin de créer un mouvement courageux de contestation de cette religion qui ne vaut pas mieux que les autres »
(atheisme.org).

Il existe en France, et plus généralement dans le monde occidental, une longue tradition de critique de la religion. Cette tradition se retrouve dans des formes variées, allant de la simple critique philosophique ou sociologique jusqu’à des formes très militantes de lutte contre toute forme de religion, héritières des grands débats qui depuis Voltaire ont structuré la gauche française au début du XXème siècle. Faut-il voir dans la défense et illustration de l’islam, que pratique maintenant avec la plus grande énergie la gauche française, le reniement de l’une de ses valeurs fondamentales, un reniement de plus après qu’elle ait abandonné la défense des ouvriers, des pauvres et des opprimés à l’extrême droite ?
La gauche est incontestablement devenue cléricale et bigote, défendant avec fureur les imams les plus fondamentalistes et l’islam au nom de l’antiracisme !

Mais en réalité, l’accusation d’islamophobie est avant tout une forme de censure visant sous couvert de respect à faire taire toute critique d’une religion bien spécifique et des activités terroristes qu’elle génère chez certains de ses croyants.
Une religion dont la philosophie, qu’Hitler trouvait compatible avec le nazisme dans sa haine des juifs et d’Israël, est surtout (comme son nom même l’indique) une soumission des femmes aux hommes et du peuple à l’élite.

images

« L’islam n’est pas une religion de paix, c’est une théorie politique de conquête qui cherche à dominer par tous les moyens« . Ayan Hirsi Ali, musulmane somalienne, excisée, violée, mariée de force, réfugiée en Hollande, députée, expulsée, fait l’objet d’une fatwa de meurtre, protection refusée par la France, réfugiée aux Etats-Unis.
Cela convient à notre gauche française dévoyée de ses idéaux d’origine.

Critiquer l’islam est pourtant légitime tant que les intellectuels de l’islam n’auront pas séparé l’islam religieux des sourates dites « de la Mecque » des sourates politiques et guerrières dites « de Médine » qui poussent au meurtre des « mécréants », qu’ils soient chrétiens, juifs, hindouistes ou musulmans non sunnites wahhabites ou salafistes. L’objection des fondamentalistes est que le Coran étant la parole d’Allah est intouchable et à plus forte raison insécable. Si l’on ne peut le relire, c’est donc un cul-de-sac. Et si le Coran est intouchable, si le rêve de l’islam « modéré » est inaccessible, si la production de djihadistes par les mosquées salafistes et wahhabites ne peut être enrayée, comment faire pour assurer la sécurité des Français ?

Ce que revendiquent les fondamentalistes comme Tariq Ramadan, que la gauche invite à la légère dans des réunions cautionnées par la communiste Clémentine Autain (qui fut deuxième sur la poste de Barto-léone aux régionales) et le gauchiste Jean-Luc Mélenchon, défendus par la LDH (2), c’est de mettre leur conception totalitaire de l’islam à l’abri de la critique, en s’appuyant notamment sur la lutte contre le blasphème et le racisme.

Il faut, de leur côté, que les islamophobes complètent leur démonstration de « l’islam est dangereux » en expliquant pourquoi vouloir et exiger de pratiquer les lois de sa religion particulière en violant celles de la République ne peut être toléré en France tant qu’elle est régie par des lois républicaines.

1 – MRAP = Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, 2 – LDH = Ligue des Droits de l’Homme

L’Imprécateur

4b66ee7b-23a7-4c14-b0a7-c6adcced33b4

 

LE TROTSKISME AUSSI, C’EST UNE « CHANCE POUR LA FRANCE » ? (par Maurice D.)

Les liens qui unissent l’extrême gauche, la franc-maçonnerie et le parti socialiste ne sont pas faciles à démêler.

Pourtant il existe un fil d’Ariane qui les relie beaucoup plus étroitement qu’on ne l’imagine : le TROTSKISME.

Tout simplement parce que les trotskistes ont une méthode efficace de parasitage, « l’entrisme », qui consiste à devenir crypto-socialiste, crypto-franc-maçon, crypto-musulman, crypto-syndicaliste*, etc. Des taupes en quelque sorte, pour entrer dans les organisations et en prendre le contrôle de l’intérieur. Il leur a permis de placer leurs pions jusque dans la tête de chacune de ces institutions, moins pour les contrôler, que pour les détruire ou les orienter dans le sens qu’il souhaite conformément à sa doctrine, ce qu’il réussit à merveille sans que les parasités s’en doutent, et cela dure depuis plus d’un siècle. Un vrai cancer, lent mais efficace.

Lev Davidovitch Bronstein, était l’enfant d’une riche famille de propriétaires terriens du Sud de l’Ukraine russe, protégés du tsar, possédant des domestiques et des esclaves chrétiens !

220px-Leon_Trotsky_parents_house_in_Kherson_city,_Ukraine02
La maison de naissance de Leon Trotski, mal entretenue, mais toujours habitée

Son père, riche mais illettré ayant besoin d’un comptable envoya Lev (Léon) faire des études à l’école protestante d’Odessa où il devint membre du Parti Social-démocrate de Russie. Il y prit « le blaze » (dans le jargon trotskiste) de « Léon Trotski » quand l’antisémitisme des bolcheviks commença à se manifester au grand jour par des assassinats, des exterminations et des déportations.

Avec Lénine rencontré à Londres en 1900, il a été le grand organisateur de la Révolution d’octobre, puis a créé l’Armée Rouge et poussé le régime bolchevik à la pratique quotidienne de la terreur, à la manière de Robespierre.

Devenu opposant de gauche à Staline dont il connaissait le passé d’assassin-voleur et surtout d’agent salarié de l’Okrana, la police politique du tsar, il a du fuir l’URSS en 1929, abandonnant ses deux femmes car il était bigame. Il a fini par se réfugier au Mexique en 1940, où il a été assassiné sur ordre de Staline avec la même méthode que Staline utilisait quand il n’était qu’une jeune mafieux géorgien chef d’une bande de tueurs-racketeurs : un piolet emballé dans un vêtement, le plus souvent un veston.

Pendant son exil, il a organisé des réseaux très structurés en cellules d’une dizaine de membres ne se connaissant pas les unes les autres, le chef de cellule étant le seul à connaître le niveau supérieur, et ainsi jusqu’à la tête.

En France, le trotskisme s’est vraiment structuré après la Quatrième Internationale de 1938 avec Fred Zeller, franc-maçon du Grand Orient de France dont il est devenu le Grand Maître en 1971. Zeller appartenait à la loge La Libre Pensée, créée en 1905, une loge socialiste de gauche, et même bolchevique dans les années 20.

Les-deux-qui-font-interdire-les-crèches1-500x333
Ces deux cocos sont membres de la Libre pensée (écriteau sur la porte).
Ce sont eux qui animent et organisent actuellement le mouvement pour
l’éradication d’Eric Zemmour.

Zeller avait été le secrétaire de Trotski et membre des Jeunesses Socialistes Révolutionnaires où il forma Pierre Boussel-Grinberg, un juif dont le blaze était « Pierre Lambert ». Il a créé le mouvement trotskiste-lambertiste dont Lionel Jospin (blaze : « Michel »), est membre, ainsi que Jean-Christophe Cambadélis à qui vous ferez plaisir en l’appelant en public par son blaze « Kostas ».

Jospin a été formé par Boris Fraenkel, lui-même l’ayant été par Wilhelm Reich, deux autres juifs. Jean-Claude Mailly de F.O. a été formé directement par Lambert.

Pierre Lambert a créé en 1965 l’Organisation Communiste Internationaliste, qui a évolué en Parti Communiste Internationaliste, puis en Parti des Travailleurs dont une filiale existe toujours en Nouvelle-Calédonie avec un milliardaire canaque à sa tête…

images
Milliardaire, homme politique, syndicaliste, patron d’entreprises d’acconage et de transport maritime, ami de José Bové et de Besancenot

…puis en Parti Ouvrier Indépendant, puis en Nouveau Parti Anticapitaliste, via la Ligue Communiste Révolutionnaire d’Alain Krivine, qui a formé son gendre Besancenot, LCR étant issue, elle aussi du trotskisme. Aujourd’hui, c’est Daniel Gluckstein dont je vous laisse deviner l’origine religieuse qui dirige le trotskisme en France.

article_CPS.HYE78.160108134524.photo00.photo.default-512x363
Pierre Lambert

daniel-gluckstein-congrc3a8s

Daniel Gluckstein

Lambert s’était spécialisé dans l’entrisme des organisations syndicales. Dès 1945, avec des fonds de la CIA qu’il avait convaincue de sa capacité à détruire le Parti Communiste Français (à l’époque largement financé par le KGB via la Banque de l’Europe du Nord), il a poussé la CGT à la scission, qui s’est produite en 1947 avec la création de CGT-FO.

Puis FO s’est séparée de la CGT, Lambert passant à la seconde phase du plan : détruire – en l’asséchant – un PCF devenu « bourgeois » par son alliance électorale avec le PS. La CIA finançait FO et les trotskistes par l’entremise de la mafia italo-américaine qui contrôlait la très puissante et très riche American Federation of Labour.

En fait, dans l’organisation internationale trotskiste qui contrôle la franc-maçonnerie et le PS, on pourrait rajouter les syndicats, les mafias et la branche gauchiste du sionisme international.

L’antisoviétisme était avant la guerre de 39-45 le moteur de l’action trotskiste. Depuis, c’est l’anticommunisme qui les motive. De 1939 à 1941, le Parti Communiste étant l’allié des nazis, les trotskistes ont été dans une forme de résistance passive et pacifiste assez curieuse, incarnée par Louis Jospin, le père de Lionel.

Mais après la rupture du pacte germano-soviétique, ils ont repris la lutte contre l’URSS stalinienne en devenant ultra-collaborationnistes avec le Mouvement Social Révolutionnaire des deux Eugène, Deloncle et Schueller, travaillant avec la police de Vichy, dénonçant aux nazis les militants communistes entrés dans la Résistance et autres joyeusetés.

Après la guerre ils se sont consacrés à F.O et au noyautage des organismes sociaux, notamment la Sécurité Sociale, et des organisations étudiantes comme l’UNEF.

Dans les années 1950, Pierre Lambert a entrepris le noyautage du PS en y faisant entrer l’ultra sectaire Lionel Jospin, à la grande joie de Mitterrand qui se réjouissait d’avoir converti, croyait-il, ce membre de l’Organisation Communiste Internationaliste.

Les instructions de Lambert à Jospin étaient de couler le PC en se servant de Mitterrand et du PS, puis, ensuite, le PS, « parti bourgeois ».

La première partie du plan a été réussie, la seconde un peu moins, Jospin ayant pris goût au pouvoir, à la fortune (volée aux Français par l’impôt) et aux privilèges que le PS apporte à ses dirigeants.

Dans les films où la mafia tient un rôle important, il y a toujours une scène d’enterrement d’un parrain où les services de police envoient des espions car ils savent que tous les dirigeants de la mafia seront présents.
Les enterrements de Pierre Lambert mort le 16 janvier 2008, et Marc Blondel, mort le 16 mars 2014 ont donné lieu à ce genre de scène.

Etaient présents à celui de Lambert : Jean-Claude Mailly actuellement à la tête de FO, qui signe son trotskisme de ses petites lunettes rondes à la Trotski, André Bergeron et Marc Blondel, mais aussi Jean-Luc Mélenchon, lui aussi « entrismé » au PS en venant directement de l’Organisation Communiste Internationaliste de Lambert. Lionel Jospin avait préféré s’abstenir mais pas le chanteur Francis Lalanne !
La Libre Pensée et le Grand Orient de France étaient également représentés.

À celui de Blondel, il y eut évidemment son successeur à FO Jean-Claude Mailly pour recevoir les condoléances de tous les couillons qui se croient hors de portée des tentacules de la pieuvre trotskiste.
Jean-Marc Ayrault, qui était encore à Matignon pour quelques jours, salua « cette grande figure du monde syndical et social français« .
Michel Sapin, à l’époque ministre du Travail, et Martine Aubry déclarèrent leur admiration pour l’homme et le syndicaliste.
Même François Fillon se fendit de quelques mots, parlant d’un « homme authentique, à la fois impérieux et jovial« .
Quant à François Hollande, il ne pouvait pas faire moins, citant « l’un des grands acteurs du syndicalisme français » et un « homme de principes et de valeurs qui croyait en la République sociale » (les citations sont tirées du Point).

La Libre Pensée sortit une de ces condoléances typiques du verbiage et de la pensée ampoulés des francs-maçons : « La Fédération nationale de la Libre Pensée a appris la triste nouvelle : notre Président Marc Blondel est décédé, il est passé à l’Orient éternel« .

Unknown

Disons quand même que le secrétaire général de FO Marc Blondel, en public avec des bretelles prolos et une écharpe rouge à la Christophe Barbier (dont les racines trotskistes me paraissent évidentes), menait grand train de vie, ne fumait que des Cohibas à 35 € pièce et roulait avec son chauffeur, son secrétaire et son garde du corps, en 607 de fonction non déclarée au fisc, aimablement financée par les contribuables parisiens via la Mairie de Paris.

Encore un abus de bien social sur lequel il pourrait être intéressant d’ouvrir une enquête fiscale, non ?

C’est au trotskisme international et à ses auxiliaires, le Grand Orient de France et La Libre Pensée, que l’on doit l’actuelle vague d’athéisme militant furieusement anti-catho. Ils espèrent détruire l’Eglise catholique en se servant de l’islam qu’ils ont commencé à noyauter en y faisant de l’entrisme comme ils ont toujours su le faire.

Cela dit, en guerre permanente entre eux, les communistes de la CGT et les trotskistes de FO savent se retrouver quand il s’agit de saboter les reformes entreprises par la droite, que ce soit celle de la Sécu que voulait Juppé ou celles que tenta Sarkozy, mais aussi celles du « gros bourge » (son blaze chez les trotskistes) Hollande.

Hollande étant un incapable au mains liées par la franc-maçonnerie et la French & American Foundation, il faudra attendre le prochain président pour entamer de vraies réformes de fond. Ce ne sera possible qu’après avoir réformé le statut syndical pour asphyxier juridiquement et financièrement CGT et FO et permettre l’émergence et le financement de nouveaux syndicats réellement soucieux de l’amélioration du sort des ouvriers et des employés : suppression du 1 %-CGT sur les factures EDF ; arrêt du financement des syndicats par la Formation professionnelle, les organismes sociaux et les ministères ; arrêt des subventions, financement autorisé seulement par les cotisations en les exonérant de taxes et cotisations sociales et en en autorisant leur déduction totale de l’impôt sur le revenu.

Exiger aussi que les dirigeants des syndicats démissionnent de la fonction publique, tous les dirigeants actuels étant payés comme des fonctionnaires par l’argent des contribuables.

Le trotskisme cessera d’être un organisme international tentaculaire dès qu’il cessera d’être irrigué par l’argent des impôts, il redeviendra alors la petite secte marxiste qu’il n’aurait jamais du cesser d’être.

« Trotskiste un jour, trotskiste toujours« , ont l’habitude de dire les connaisseurs de ce milieu très mafieux auquel appartiennent beaucoup de dirigeants de la gauche, de Besancenot à Cambadelis en passant par Mélenchon. Les trotskistes se recrutent surtout à l’Education nationale, elle aussi à réformer de fond en comble.

Cela dit, tout ne va pas bien dans la secte trotskiste : pour les vieux militants laïcards l’islam est plus dangereux que le catholicisme qui a perdu beaucoup de son influence sur la société. Les trotskistes islamophiles (Besancenot par exemple) ont trouvé pour le moment le moyen de les neutraliser avec la menace d’accusation d’islamophobie.

Et l’émergence en France d’une société musulmane ouvertement antiféministe et raciste qui envisage sans arrière-pensées l’extermination de « cent à deux cent millions » de personnes aussi bien chiites qu’occidentaux pour assurer le califat de Lisbonne à Delhi ne rassure ni les vraies féministes (dont j’exclue Najat Belkacem, les Femen et Caroline Fourest), ni les humanistes du mouvement trotskiste.

Un bon résumé en a été fait en 2011 par Henri Blaquières, chef de la délégation trotskiste du Lot-et-Garonne : « Il est très difficile de faire entendre sa voix au niveau national. Nous nous sommes hérissés, entre autres, sur une prise de position concernant le port du voile intégral. Sur le journal national de la Fédération, il est écrit que la loi sur le voile intégral est raciste et xénophobe. Les féministes sautent au plafond quand ils entendent ça« .

Marc Blondel en personne dut se déplacer… « pour annoncer la création d’une nouvelle fédération départementale, loyaliste celle-là, obéissant aveuglément à la direction et s’alignant sur la ligne trotsko-socialo-maçonnique en place prêchant ouvertement un “multiculturalisme” systématique. Car la direction de La Libre Pensée, acquise aux manœuvres du PSF en tant qu’un de ses réseaux, est devenue très sensible aux charmes du monothéisme, pourvu qu’il vienne des banlieues » (Tyler Durden, alias Boris Le Lay, Breizh atao, « journal de l’état national breton » sic !).

Mais Blondel ne trouva dans le Lot-et-Garonne que cinq personnes d’accord pour être des godillots loyalistes, un peu court pour une fédération départementale !

L’islam sera-t-il finalement le ferment diviseur du trotskisme ?

* crypto vient du grec kruptos, caché

Maurice D.

cropped-minurne-300x78.png