CHOMAGE ET INDECENCE (par Jacques Sapir)

Jacques Sapir est un économiste français, auteur, notamment, de l’ouvrage « Faut-il sortir de l’euro ? ».
Il revient sur l’information, abondamment commentée par les médias – qui n’ont une fois de plus rien vérifié – sur cette « éclaircie » du mois de janvier annonçant une baisse du nombre de chômeurs.
Or, à y regarder d’un peu plus près, ce n’est QUE la catégorie A (celle des demandeurs d’emploi plein temps) qui a baissé, alors que toutes les autres ont au contraire augmenté, de sorte que le nombre total des demandeurs d’emploi est passé en un mois de 5,216 millions à 5,232 millions.
Et encore, rappelons le, ce chiffre astronomique ne tient pas compte du chômage dans les DOM-TOM ! Ces départements ne seraient-ils déjà plus dans la république ou pense-t’on en haut lieu que le chômage est une donnée naturelle outre-mer ?

Enfin, très bizarrement, les 5 000 « radiations » supplémentaires opérées en janvier sont arrivées à point nommé pour « arrranger » les données de la catégorie A.
La trahison, le mensonge, la triche, le mépris… Ce régime ressemble de plus en plus à un système totalitaire…
« Les heures les plus sombres de notre histoire », qu’ils disaient !

MLS 

(l’article ci-dessous est paru sur Russeurope le carnet de Jacques Sapir)


25 février 2015

Les ministres se sont précipités pour se féliciter ce mercredi 25 févier, des chiffres de janvier du « chômage ». Le concert d’autosatisfaction entendu a cette occasion a été réellement indécent. D’autant plus que, quand on lit la note de la DARES dont sont tirés ces chiffres[1], on s’aperçoit immédiatement qu’ils sont loin, très loin, d’être aussi favorable qu’on veut bien le prétendre.

Des chiffres et des mots

La satisfaction des politiques qui nous gouvernent vient de ce que la catégorie « A » des demandeurs d’emplois s’est réduite de 19100 personnes (-0,5%). Mais, les deux autres catégories qui couvrent des demandeurs d’emplois travaillant à temps partiel ont augmenté, en particulier la catégorie « C » (+ 35 000 personnes). Ainsi, le chiffre des demandeurs d’emplois faisant acte positif de recherche d’emploi s’est en réalité accru en janvier passant de 5,216 millions à 5,232 millions. Nous sommes donc loin, très loin d’une diminution des chiffres de demandeurs d’emplois.

000 - Chômage

On note par ailleurs que le nombre de bénéficiaires du RSA-socle (en catégorie A) a augmenté de 21 800 de décembre 2014 à janvier et que les radiations pour différents motifs (cessation d’inscription et radiations administratives) ont progressé en un mois de plus de 5000 personnes. Le bilan apparaît donc comme nettement moins brillant que ce qui est proclamé. Ce constat est renforcé quand on regarde les catégories en cause. Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits depuis plus d’un an à Pôle emploi s’est accru de décembre à janvier de 16000 personnes.

Enfin, il faut rappeler que les chiffres de la DARES ne correspondent pas au chômage mais aux demandeurs d’emplois. Il serait grand temps que l’on cesse de confondre l’un et l’autre, et jouer de cette confusion est indigne de notre personnel politique.

Une réalité massive.

La réalité qui se dégage de l’analyse des documents de la DARES est donc celle d’une hausse
continue du chômage. C’est une réalité massive que les différentes arguties des ministres ne peuvent hélas masquer. Le chômage de masse est une réalité dans la France actuelle. Ce n’est nullement un phénomène passager ni accidentel. C’est le produit des politiques menées depuis plusieurs années et renforcées par les dernières mesures décidées pour plaire à la Commission Européenne.

[1] DARES-Indicateurs, DEMANDEURS D’EMPLOI INSCRITS ET OFFRES COLLECTÉES PAR PÔLE EMPLOI EN JANVIER 2015, février 2015, n°15.

0 0 votes
Évaluation de l'article
22 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank