LE TRÈS INQUIÉTANT MONSIEUR MACRON
(Jean Goychman)


« Je suis le fruit d’une effraction »
(Emmanuel Macron)

Décidément, notre « président par effraction » comme il se définit lui-même, paraît avoir une vision singulière de l’Europe et surtout des pays européens. On sent confusément qu’il n’a plus de temps à perdre ni d’énergie à gâcher à expliquer aux crétins congénitaux que nous sommes tout l’intérêt que représente pour nous sa vision de l’Europe, qui ne peut être que supranationale et fédéraliste.

 

Finies les palabres, aux actes !

S’adressant à ceux qu’il appelle « les progressistes », Emmanuel Macron s’est lancé dans une violente diatribe à l’encontre des pays qui « ne veulent pas plus d’Europe » Dans une intervention sur la radio Europe 1, il a déclaré (sans toutefois citer ceux auxquels il s’adressait) :

« Ceux qui expliquent : moi […] j’aime l’Europe quand elle me donne de l’argent, quand elle permet la prospérité à mon peuple, quand elle permet à mes travailleurs d’aller mieux gagner leur vie dans des pays voisins. Mais, chez moi, pas un seul migrant, pas un seul réfugié. »

Eh bien, ces pays-là, d’après Monsieur Macron, ne devraient plus toucher de subsides de Bruxelles.

Ce qui est assez drôle, c’est que pour lancer la campagne de ceux qu’il appelle « les progressistes » et « les démocrates » (dont il entend à l’évidence prendre la tête) il n’hésite pas à imposer aux peuples ce qui a, pour reprendre une expression du regretté Michel Audiard, « un vague cousinage avec un chantage ». Soit, vous acceptez les migrants et on casque, soit vous les refusez et vous perdez le pognon. Curieuse campagne qui s’annonce sous de tels auspices.

 

Emmanuel Macron contrôlerait-il l’Union Européenne ?

On ne comprend pas très bien sa stratégie.

D’un côté, il semble prôner « plus d’Europe » mais de l’autre, il est prêt à en faire partir les pays qui ne lui obéiraient pas. À l’heure où tout le monde semble critiquer l’autoritarisme technocratique de Bruxelles, y compris parmi les plus conciliants acquis de longue date à une vision intégrée et fédéraliste, les propos d’Emmanuel Macron ne vont pas rester sans réaction.

Je fais partie de ceux qui pensaient – sans doute naïvement – qu’un des moyens le plus efficaces pour rétablir la démocratie souvent absente des décisions bruxelloises, était de demander leur avis aux gens sur les sujets importants. Il me semblait que l’accueil des migrants en faisait partie.

Et c’est là où se joue la grande tartufferie.

Pensez-donc ! Demander leurs avis à tous ces égoïstes, ces gueux, bref, à tous ceux dont il est question un peu plus haut qui aiment l’Europe qui donne les sous… – Jamais !

On remarque également qu’Emmanuel Macron est, comme dans la célèbre réplique du film On ira tous au paradis [1] un peu « tout seul dans son petit costume »…

Car ses soutiens européens se font très discrets.

Le manichéisme dont il fait preuve en dénonçant le nationalisme sous toutes ses formes ne risque-t-il pas de le mettre dans une sorte de « corner » ?

Car les nations existent, qu’il le veuille ou non, et cela paraît compliqué d’expliquer qu’elles ne doivent plus exister. Jusqu’à présent, personne n’était allé aussi loin dans cette globalisation universelle qu’il appelle (sans toutefois le définir) le « multilatéralisme ».

 

De la réalité des nations

En 1946, l’ONU a été créée. L’ONU (Organisation des Nations Unies), dans sa charte fondatrice, a fait figurer le caractère intangible des souverainetés nationales. Or, la souveraineté, par définition, ne peut se partager. Elle ne peut que s’exercer et un pays qui refuserait de l’exercer perdrait indéniablement son caractère de nation. De Gaulle disait, en parlant de la « supranationalité » c’est à dire quelque chose qui engloberait plusieurs nations, que c’était une absurdité. Le monde tel qu’il est aujourd’hui (et tel qu’il restera encore un certain temps) ne fait référence, dès lors qu’il s’agit des rapports entre les nations, qu’aux échanges « internationaux ». Emmanuel Macron sort lui-même d’une école appelée l’ENA, qui est bien une école de la nation, et pas d’une autre entité. Alors, on peut toujours répéter ad nauseam que « le nationalisme, c’est la guerre », cela n’y changera rien.

Comment faire une nation sans nationalisme ?

Cette entourloupette du multilatéralisme – terme dont le sens reste ignoré pour l’immense majorité d’entre nous – n’est qu’un artifice destiné à faire croire que les nations pourraient continuer à exister en ayant perdu leur souveraineté.

Ceci ne peut se concevoir.

 

Le discours de l’ONU de septembre 2018

Quelques jours plus tard, Emmanuel Macron se posait en adversaire résolu d’un monde qui redonnait aux nations toute leur place. Donald Trump, convaincu le l’incontournable réalité des nations, rappelait que les États-Unis d’Amérique s’étaient bâtis sur la « doctrine Monroe » et que lui-même entendait s’en inspirer pour sa politique internationale.

Il savait très bien qu’en attaquant sous cet angle très « nationaliste et protectionniste à la fois », il allait provoquer une vive réaction d’Emmanuel Macron. Et cela n’a pas raté. S’écartant probablement de son texte initial, le président français, employant le pronom « nous », comme s’il incarnait à lui seul toute l’opposition « libérale et multilatérale », a quelque peu perdu la mesure de son propos, qui aurait normalement dû rester plus « feutré » que cette charge offensive dont il nous a gratifié.

Car enfin, le doute est quand même permis. Nous avons deux visions du monde totalement différentes ; pour résumer, une conception « trumpienne » du « chacun pour soi et Dieu pour tous » et une autre, « macronienne », dans laquelle une autorité supérieure doit régir le monde afin d’éviter « la loi du plus fort ». Le problème est qu’il ne définit pas ce que sera cette « Autorité » à laquelle devrait être soumise toute l’humanité.

Il évoque donc volontairement des sujets « supranationaux », comme la misère ou le réchauffement climatique. Cela rappelle étrangement le document écrit par Simon Linett (« un plan Rothschild pour un gouvernement mondial ») en 2008 avant la Conférence de Copenhague. Comme par hasard, Emmanuel Macron a reçu dès le lendemain, le prix du « Champion de la Terre » attribué par l’ONU !

Un autre temps fort de ce discours fut lorsqu’il prononça la phrase qui se veut définitive :

« Ne signons plus d’accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l’accord de Paris. »

Là encore, il emploie la première personne du pluriel.

« Qui » donc veut-il embarquer dans cette galère ? Car si on décode un peu, cela ne peut que se traduire par « ne signons plus d’accords commerciaux avec les États-Unis »… Est-ce un tant soit peu envisageable ? Ce type de décision, avant d’être annoncée, doit être longuement mûrie et ne saurait être prise à l’emporte-pièce, surtout devant les Nations Unies réunies en Assemblée Générale. Là encore, qui va en décider ? Emmanuel Macron tout seul ou bien a-t-il d’ores et déjà l’assurance que ses partenaires européens (pour ne parler que d’eux) le suivront ?

N’y a-t-il pas de quoi s’inquiéter un peu ?

 

Jean Goychman
27/09/2018

 

[1] Film de Yves Robert (1976) avec Jean Rochefort, Claude Brasseur, Guy Bedos, Victor Lanoux et Marthe Villalonga.


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
14 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dissident
Dissident
30 septembre 2018 19 h 16 min

Inquiétant micron ?
Croyez-vous ?
Avez-vous vu cette photo de la Guadeloupe ?

https://reseaulibre.org/site/2018/09/30/macron-nique-la-france/

Luc Sommeyre
30 septembre 2018 21 h 11 min
Répondre à  Dissident

En première analyse, la (les) photo(s) ne semble(nt) pas être un montage.

le gaulois
le gaulois
5 octobre 2018 20 h 07 min
Répondre à  Luc Sommeyre

Il serait plus long de donner la liste des conneries faites par Microbe que les bienfaits qu’il a pu faire depuis sa naissance.
Je le compare à Rédouane. Qu’a-t-il bien pu faire de bien ? Durant toute leur vie on peut chercher longtemps. Enfin bref, je pense que l’on a mieux à faire que de chercher le Bon dans chacun de ces 2 êtres.
Si Dieu nous avait permis de ne pas connaitre ces 2 genres de choses gluantes, notre vie été aurait bien meilleure. Croyez-moi, car les 2 volent dans notre poche en tout mépris de l’Être humain.

necas
1 octobre 2018 2 h 03 min
Répondre à  Dissident

Il devient de plus en plus barje ! Il se fait prendre en photos avec des mecs qui font des fuck off avec le doigt !!!! Doigt dirigé envers notre pays ?! Ce Macron joue la prostituée, par un grand besoin de voix pour les Européennes et Municipales !!! Pitoyable ! Aux USA, en Angleterre, en Australie ou en Suède, ce type serait destitué pour irrespect de la fonction de Président ! Une Honte ce type ! Les flics french apprécieront et les naïfs qui ont voté Macron au 2ème tour ! Ah ! J’allais oublier ! 700 migrants ont… Lire la suite »

le gaulois
le gaulois
5 octobre 2018 20 h 18 min
Répondre à  necas

Il va chercher la merde. Là, il y est presque. Un président français devrait aller voir des retraités et des paysans manger du saucisson et boire un verre de rouge, et ne pas aller voir des repris de justice qu’il sermonne comme des enfants de 2 ans. « C’est pas bien ce que tu as fait, tu fais pleurer ta maman ! Tu me promets que tu ne recommenceras pas, hein ? » Mais on est où ? Chez Guignol ! Pas mal le montage mais je n’ai pas vu les fils de nylon qui tenaient la marionnette du Microbe !! Par… Lire la suite »

necas
5 octobre 2018 8 h 30 min
Répondre à  Dissident

Il n’en peut plus, le Macron, pour la récup de points dans les sondages ! Tout est bon pour faire le tapin ! Aujourd’hui, il refait le tapin aux funérailles d’Aznavour pour se refaire mousser et re-grappiller des points de sondages, alors que la famille du Charles ne voulait pas de fastes ! Ce Macron est de plus en plus pitoyable ! Il faut à tout prix qu’il ouvre sa gu. à tort et à travers, et surtout, baratiner avec de beaux discours poétiques dont il est le spécialiste! De plus, valider le comportement d’un exilé fiscal en Suisse et… Lire la suite »

hathoriti
hathoriti
28 septembre 2018 20 h 17 min

Luc Sommeyre, je vous suis complètement ! Je suis chrétienne, mais j’aime et j’admire le paganisme, surtout le nôtre, celui de NOS traditions , des celtes, gaulois et autres scandinaves et germains ! Je trouve qu’il y a davantage de morale dans la religion égyptienne (antique !) dans les mythologies grecque ou scandinave que dans l’A.T. ! Et les hommes de ces époques n’étaient pas encore infectés par le fric, ce pouvoir malsain généré par des gens malsains ! Et de toute façon, dans la Grande Tradition, les marchands ont toujours été au bas de l’échelle et méprisés ! Oui,… Lire la suite »

Luc Sommeyre
29 septembre 2018 8 h 35 min
Répondre à  hathoriti

@ hathoriti

C’est gentil… Disons surtout (pour battre en brèche les sottes idées reçues comme couleuvres avalées) que le Paganisme n’a rien à voir avec l’athéisme. Apostat de l’Église de Rome, Païen de l’Ancienne Tradition, m’intéressant un peu à l’ésotérisme et au mysticisme, je considère le Christ comme un OVNI. Ceci écrit sans la moindre ironie, s’entend. Disons que je puis me considérer comme « pagano-christique ». Le Paraclet m’interpelle beaucoup…

Luc Sommeyre
27 septembre 2018 20 h 49 min

Je pense… (puisqu’il m’est demandé « ce que j’en pense » !) que M. Macron a tout simplement RATÉ SA MISSION. Et ça n’est pas sa faute ! La MISSION confiée à Emmanuel Macron par le Pouvoir des Marchands (Rothschild & Co.), mission pour laquelle il a été « fait » président de la France, était de consacrer la Fédération d’Europe dans une optique strictement mondialiste (ou « globaliste » comme disent les anglo-saxons). LÀ S’ARRÊTAIT SA MISSION. Les manœuvres entreprises depuis de longs mois consistaient à institutionnaliser un MINISTRE DES FINANCES EUROPÉENNES. Emmanuel Macron en fut empêché par le… Lire la suite »

le gaulois
le gaulois
5 octobre 2018 20 h 22 min
Répondre à  Luc Sommeyre

on ne dit pas ? çà n’est pas de sa faute ? mdr

Luc Sommeyre
5 octobre 2018 21 h 04 min
Répondre à  le gaulois

Disons que je préfère « ça n’est pas sa faute ». Mais à chacun son lexique…

TYPHOON
TYPHOON
27 septembre 2018 14 h 33 min

Le futur est la mondialisation et la marchandisation de tout et tous. Tout se vend, s’achète, se négocie, à commencer par les êtres humains. Le vote, base de la démocratie, est de moins en moins pris en compte par la caste dirigeante de la planète. Dormez tranquille, les « merdias » veillent et instruisent le bon peuple anesthésié par des diffusions de plus en plus abrutissantes. A quand un sursaut national et général?

Luc Sommeyre
27 septembre 2018 20 h 02 min
Répondre à  TYPHOON

Moi qui suis Païen (donc Croyant), je dois avouer que j’éprouve un certain plaisir à rappeler à mes amis Chrétiens que « Jésus a chassé les marchands du Temple »
Ne faites-vous donc pas un rapprochement avec l’actuelle dictature du Pouvoir des Marchands ?

le gaulois
le gaulois
5 octobre 2018 20 h 41 min
Répondre à  TYPHOON

Marchand… humm… Tout se vend ? Bof… pas du tout persuadé !! Depuis 8 mois je n’arrive plus à rien, je ne vend plus rien. Mes chaudières polonaises moins chères mais de meilleures qualité que les chaudières autrichiennes ne se vendent plus. Bof… pas grave. Les Français préfèrent me payer le RSA à rester chez moi plutôt que de m’acheter une chaudière qui leur permettrait d’économiser 30.000 € sur 20 ans par rapport à leurs chaudières à fioul qui puent. Alors Plan B je vais postuler pour une emploi de technicien. Avec 25 ans d’expérience, j’aurai mes chances !! Eh… Lire la suite »

blank