À GAUCHE, LA VIOLENCE ET LA HAINE SE BANALISENT
(L’Imprécateur)


Il ne s’agit pas ici de revenir sur ce qui est connu et dénoncé sur les réseaux sociaux : une attaque au couteau par jour visant le plus souvent le cou conformément à la prescription du Coran « Les infidèles, frappez-les au cou » (Coran 47-4) ; en moyenne 968 autres agressions quotidiennes, sur les biens, violences sexuelles, etc., ce qui ne représenterait, selon la police – une police très lucide et fatiguée d’être bridée – que 20 à 25% du nombre réel d’agressions quotidiennes, parce que « on ne porte pas plainte pour un crachat ou une insulte sexiste ou raciste ».

Personne ne l’ignore. La majorité des agressions au couteau sont le fait de musulmans « radicalisés », les vols et les agressions sexuelles pouvant se terminer par un viol sont majoritairement le fait des migrants. Gérard Collomb a levé un tabou en dénonçant ces « quartiers entiers » qui sont devenus des terres étrangères au cœur de la République. Martine Aubry a dit comment infirmières, sages-femmes, médecins, pompiers, aides sociales, agents de l’EDF ou des eaux, police, etc., sont interdits d’accès et attaqués s’ils y pénètrent et Aubry réclame des CRS.

 

La gauche perd et devient hystérique

La gauche devient hystérique dès que l’on entre dans les détails et suggère des mesures comme celle qui furent mises ces dernières années en œuvre à Montpellier ou Perpignan où des quartiers furent bouclés et nettoyés de leurs dealers au grand soulagement des habitants et des voisins. « Islamophobie », « xénophobie »… on a tout entendu de cette gauche qui n’habite que les beaux quartiers et très rarement dans les cités depuis qu’elle a trahi et lâché le peuple des employés et des ouvriers.

Autre hystérie de la gauche, plus morale celle là, sur les questions de race, de genre, de PMA et de GPA qui rend impossible tout débat intelligent, la gauche ne sachant et ne pouvant qu’opposer l’insulte aux arguments sensés qui lui sont présentés et opposés. « Identitaire », « fasciste », « extrême-droite »… Tant que la gauche en reste aux insultes, comme le « salaud » du Monde envers le père de l’une des victimes du Bataclan, passe encore. Mais outre les tombereaux de haine qu’elle déverse à longueur de colonnes et d’émissions sur la droite et les « populistes » qui ont déjà gagné la bataille de l’intelligence et sont en train de gagner celle de la communication, elle devient physiquement violente par des groupuscules de nervis armés comme les Black Blocks ou pas encore, mais ça vient, comme les Véganes.

 

La gauche doit retrouver les valeurs de la République

Il est grand temps que la gauche retrouve les valeurs républicaines et les vertus de la solidarité nationale face à une agression étrangère. Mais il est vrai que la gauche française a un lourd passé en matière de collaboration avec les envahisseurs entre les communistes alliés aux nazis de 1939 à juin 41 et les élus socialistes rejoignant massivement le gouvernement de Vichy.

Dans les quartiers ayant quitté la République que dénonce Collomb, se développe une contre-culture violemment anti-blancs, francophobe, sexiste, antisémite, christianophobe et anti-républicaine qui fait le lit du djihadisme. Cette haine des Gaulois, des mécréants, des Juifs et des Croisés est justifiée par des sociologues, des politiciens, des féministes, des curés parfois, au nom d’un colonialisme que les deux dernières générations des cités n’ont pas connu et que la gauche dans sa haine viscérale présente toujours de façon négative. Et cette haine est soutenue par des groupes d’extrême-gauche « racisés » qui créent des évènements publics « interdits aux blancs » sans que le pouvoir politique n’y trouve rien à redire.

 

Comment la Justice devient injuste et partiale

La Justice elle-même est parfois d’une indulgence coupable envers des actes clairement racistes s’ils sont commis par des gens « issus de la diversité ». Quand un rappeur, Nick Con-rad, hurle « pendez les blancs », recommande d’aller dans les crèches pour « y tuer les bébés blancs », il se trouve un juge pour refuser l’inculpation « pour haine raciale » au prétexte, dit son avocat, que le juge a voulu « prendre une distanciation grâce à l’art ». Pourtant, la loi punit ceux qui provoquent « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une race ». En quoi un appel au meurtre barbare d’innocents dans un cri de haine raciale totalement décomplexé est-il une œuvre d’art ? Pourquoi la qualification retenue par le juge est-elle « provocation publique à la commission d’un crime ou d’un délit », ce qui est peu sanctionné ?

Les chansons des rappeurs français expriment très souvent une haine absolue de l’Occident, de la France qui les a tirés en 1835 de l’esclavage ottoman et leur a donné un pays, des Juifs encore plus que des Chrétiens, et un mépris absolu des « meufs » qui sont juste là « pour être tirées et baisées ». Cette indulgence coupable envers des criminels montre un « deux-poids-deux-mesures » parfaitement anticonstitutionnel, mais le Conseil Constitutionnel ne réagit pas. Son président, Laurent Fabius, estime que ce n’est pas un sujet d’étude et d’intervention puisque le Blanc doit toujours avoir tort, c’est normal.

 

Le racisme et la violence ne peuvent être que le fait des Blancs

D’ailleurs, le « racisme anti-Blanc » ne peut pas exister et seuls les Blancs peuvent être racistes. Ils sont accablés en raison de leur race et inversement les gens de couleur sont exonérés totalement ou partiellement de leur responsabilité dans leurs délits et leurs crimes en raison de la leur. Tout cela est profondément injuste, anticonstitutionnel et antirépublicain. L’État en est le complice. Comme ce président qui requalifie en « bêtise » un braquage commis par l’un de ses petits-copains noirs qui l’en remercie en lui faisant un doigt d’honneur.

 

La gauche tolère la violence faite en France aux esclaves noires

La gauche est aussi d’une indulgence coupable pour la violence des réseaux d’ONG, de passeurs et de mères maquerelles noires qui mettent sur le trottoir des jeunes noires amenées d’Afrique via la Méditerranée. 150 jeunes esclaves nigérianes ont ainsi été identifiées par la police dans Paris, rien qu’au bois de Vincennes où elles sont amenées par roulement dans des camionnettes sans hygiène qui restent sur place pour servir de chambres à baiser. Le chef de la brigade le constate mais affirme que la marge de manœuvre de la police est trop limitée par la loi qui condamne le client et pas le vendeur de sexe, l’achat et non la vente.

Surtout avec l’afflux des migrants à la recherche de filles qui s’ajoutent aux clients habituels de la prostitution, « Pour répondre à cette forte demande, jour et nuit, de services sexuels extrêmement bon marché, ces femmes sont réduites en esclavage. Autrefois, les services sexuels étaient vendus 20 à 40 euros, mais les tarifs sont aujourd’hui tombés à moins de 10 euros. Ces jeunes femmes sont donc forcées de multiplier les passes pour payer les réseaux de proxénètes ». (Chef Jean-Paul Mégret, de la Brigade de lutte contre le proxénétisme).

Comme elles ne peuvent être arrêtées, il faut ruser pour les approcher et les faire parler, mais dès qu’ils s’en aperçoivent, les surveillants alertent les proxénètes et les maquerelles qui déplacent aussitôt les filles en les revendant à d’autres réseaux en Europe. Ainsi, la police ne peut pas constituer de dossiers. « Comme tout esclave, elles passent de main en main, sont revendues d’une mère maquerelle et d’un réseau à l’autre. Elles sont constamment déplacées.” Et que disent les féministes de gauche ? – Rien. Pas de « #dénoncetamaquerelleblack ». Rien !

C’est ainsi que la gauche et le macronisme développent en France deux sociétés dont l’une est porteuse de haine et de violence qui, comme dit Collomb, « se retrouveront un jour face à face ».

 

L’Imprécateur
15/10/2018


blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
10 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Boutté
Boutté
20 octobre 2018 16 h 38 min

Il a quand même fallu 16 mois d’exercice à notre ancien Ministre de l’Intérieur pour prendre conscience d’un état de lieux parfaitement compris par ses concitoyens !

necas
26 octobre 2018 1 h 36 min
Répondre à  Boutté

La violence se répand partout dans le pays : que font les politicards ? Ils votent une loi sanctionnant les automobilistes qui ne ralentiraient pas vers les passages-piétons, et pimba ! 6 points en moins plus amende salée ! OK qu’il faille respecter les piétons. Mais que dire des racailles qui sortent des banlieues avec des crans d’arrêts dans les poches pour planter un lambda à leur convenance ? À quand les fouilles à la sortie des quartiers afin de vérifier ce que les gens ont sur eux, dans les poches ? Armes, drogues , etc. ? En Amérique du… Lire la suite »

necas
20 octobre 2018 10 h 24 min

La gauche adore foutre le bordel , même en feignant de s’indigner! Parfois , d’ailleurs , en voulant faire croire qu’elle déteste Macron ! Preuve que non ? Bien sûr , puisque au 2eme tour , les LFI ont tous rabattu les oreilles, pour voter qui ? Macron ! Comme le Mélenchon et son énorme cinéma quant aux perquises chez lui et dans les locaux du parti : tout ceçi n’est que du flan , aussi bien de la part de Méluche , que de Macron ! But de la manoeuvre ? En vu des Européennes : faire monter le… Lire la suite »

Theo
Theo
18 octobre 2018 11 h 08 min

Faire du mortier avec du sable et des grenades, voila le Mouvement en Marche qui ne sait que descendre des marches trop hautes pour ce mouvement Islamo-incapable. Culpabiliser , c’est condamner , le redire c’est inculper. C’est la méthode sournoise et vomis sante des politiques qui Marchent sur la tête. Nos banlieues sont de repères de voyous lorsqu’ils sont armés d’AK 47, et mieux si possible. Allons, nous Coulon, comme le TITANIC et MACRON Roucoule avec ses sbires aux doigts d’honneur….

J-J Tatie
J-J Tatie
16 octobre 2018 15 h 04 min

Bonjour, comme dit Collomb, « se retrouveront un jour face à face ». Fesses à fesses dans cette affaire là !

Zglb
Zglb
16 octobre 2018 10 h 26 min

Quelles valeurs de la république ? C’est justement parce que la république ne vaut rien qu’elle ne produit rien de bon.
C’est justement parce qu’elle est intrinsèquement perverse, que la république perverti tout ce qu’elle a le malheur de toucher et, à ce sujet, votre terrifiant constat est sans appel.

Luc Sommeyre
16 octobre 2018 13 h 55 min
Répondre à  Zglb

@ Zglb —

BRAVO !
Approbation 100%.

TYPHOON
TYPHOON
16 octobre 2018 3 h 09 min

La gauche a toujours été « pour tout ce qui est contre » et « contre tout ce qui est pour ». Les VALEURS la gênent pour exister ; alors, il faut qu’elle fasse le « buzz » dans la collaboration avec tout ce qui est bon pour détruire la Nation.

necas
20 octobre 2018 10 h 23 min
Répondre à  TYPHOON

La gauche adore foutre le bordel , même en feignant de s’indigner! Parfois , d’ailleurs , en voulant faire croire qu’elle déteste Macron ! Preuve que non ? Bien sûr , puisque au 2eme tour , les LFI ont tous rabattu les oreilles, pour voter qui ? Macron ! Comme le Mélenchon et son énorme cinéma quant aux perquises chez lui et dans les locaux du parti : tout ceçi n’est que du flan , aussi bien de la part de Méluche , que de Macron ! But de la manoeuvre ? En vu des Européennes : faire monter le… Lire la suite »

obstinate944
obstinate944
15 octobre 2018 22 h 19 min

Excellent constat.

blank