CHOMAGE ET TRUCAGE SONT LES 2 MAMELLES DE LA FRANCE SOCIALISTE (par Marc Le Stahler)

0000 - Guignol

Ca devient un peu lassant… La « courbe du chômage », qui devait s’inverser voici 2 ans, ainsi que le claironnait sottement « Moi Président », continue désespérément de prendre de l’altitude. « Mais de moins en moins vite », affirment les tripatouilleurs du PS, le ministre du Travail obtenant incontestablement un César en la matière, par sa déclaration fracassante sur France Info ce matin : « prétendre que les chiffres sont mauvais serait faire le lit de l’extrême droite ».
Fermez le ban, y’a plus rien à dire ! Rebsamen a parlé !

Comme le gouvernement ne fait, depuis 3 ans, strictement rien pour relancer l’économie, donc la croissance, donc l’emploi, et n’attend en fait, comme nous l’avions annoncé depuis le début de ce funeste quinquennat, qu’une reprise extérieure qui sortirait (un peu) la France de l’ornière, le pays s’enfonce mécaniquement dans le sous-emploi.
Hélas, tout le monde ne peut profiter de la chance qui fut celle de Jospin en 1997 (*).

Donc, on nous annonce 3,5 millions de chômeurs, mais c’est pure intox. Car il ne s’agit que de la catégorie « A ». En fait, le chômage touche au total 5,6 millions de personnes sur une population active en âge de travailler de l’ordre de 28 millions, le vrai taux de chômage est donc de 20 %, on est loin des 12,5 % officiels.

Rappelons que sont comptabilisés en catégories « B » et « C » les demandeurs d’emploi ayant exercé une activité partielle pendant la période et en catégorie « C » et « D » les personnes dispensées de recherche active (pour raisons de formation, de maladie, de proximité de la retraite, etc…).

De plus, l’économiste un peu pervers que je suis aurait tendance à extraire de la population active ceux qui travaillent dans le secteur protégé et ne risquent donc pas le chômage : 6 millions de fonctionnaires ôtés des 28 millions d’actifs nous donnent une population active « exposée » de 22 millions de personnes. D’un seul coup d’un seul, le taux de chômage réel exploserait donc à… 25,5 % !

Et ce n’est pas un raisonnement vicieux, loin de là. Il est clair que le secteur public n’absorbera plus – et pour longtemps – le chômage endémique et qu’il ne faudra compter que sur le secteur privé pour relancer l’emploi et la croissance.

Plus grave, la France ayant un taux d’emploi public particulièrement élevé, la comparaison avec les autres pays n’est pas équitable, favorisant la France et pénalisant les pays ayant proportionnellement moins de fonctionnaires…
Voilà pour les effets pervers.

Pour les effets vertueux, les économistes sérieux s’accordent à admettre que la suppression d’un emploi public, par l’allègement des charges qu’il induit, revient à créer deux emplois privés.
Mais pour celà, il faut du courage et des réformes, qu’on attend désespérément…

Pour se donner du coeur au sein de ces mauvaises nouvelles, France Stratégie, cabinet d’études auprès du Premier ministre, a remis ce jour le résultat d’une étude intitulée « Les emplois en 2022 ».

Principales conclusions…

– 735 000 à 832 000 emplois à pourvoir chaque année… dont 620 000 liés aux départs en retraite des salariés du baby boom.
On notera quand même que les personnes nées en 1950, coeur du baby boom, ont 65 ans aujourd’hui. Elles en auront 72 en 2022… Ca laisse perplexe sur les compétences des experts…
Les créations nettes d’emploi sont estimées entre 100 et 200 000 par an.
On veut bien y croire, mais le deuxième semestre 2014 a vu la destruction de près de 100 000 emplois marchands. Encore une inversion de courbe sans doute ? Ce gouvernement est décidément de type inverti…

– Croissance de la population active, qui passerait à 29,5 millions de personnes en 2022. On nous dit que cette croissance serait due à notre croissance démographique élevée et à l’augmentation du taux d’activité des seniors.
Fort bien, mais dans ce cas, pourquoi nous bassine t’on avec cette « ardente nécessité d’une immigration débridée, chance pour la France » ??? Hé hé, ça ne colle plus, Messieurs !!!

– Et voilà le dessert : ce sont les métiers de services et de l’aide aux particuliers et aux entreprises qui produiront le « boom » des recrutements.
Tiens donc, les « petits jobs » à l’anglo-saxonne tant décriés il n’y a pas si longtemps deviennent l’espoir des experts de Matignon ?

Foutaises, que tout celà ! Les experts de la DARES sont aussi compétents que leurs maîtres. Et la France que laissera Hollande ne sera hélas qu’un vaste champ de ruines économiques.

Et peut-être même pire encore…

(*) On se souvient que Chirac avait intelligemment dissout l’Assemblée Nationale, sur les conseils éclairés de Galuzeau de Villepin, dans la crainte d’une récession économique internationale qui ne vînt pas et se transforma au contraire… en 5 années de croissance pour la France et l’ensemble de l’économie mondiale.

Marc Le Stahler

cropped-bandeau_minurne.jpg

0 0 votes
Évaluation de l'article
16 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank