AZF Toulouse, 21/9/2001
(Eric de Verdelhan)

« Le bilan est terrible : 31 morts, dont 21 employés sur le site, 12 000 blessés ou traumatisés, 80 000 sinistrés, 27 000 logements endommagés, 3 500 entreprises touchées ainsi que de nombreux bâtiments publics, dont 120 établissements scolaires… »
« Sud-Ouest », 24 janvier 2017

 


L’incendie de Notre-Dame de Paris a donné lieu à de nombreux articles et commentaires dans les médias et sur les réseaux sociaux. Dans la semaine qui a suivi ce drame, je vadrouillais dans la Bretagne profonde, sans journaux, sans radio, sans télé. Je n’ai pas d’avis tranché sur les causes de cette catastrophe, même si ma carrière d’inspecteur d’assurances m’a donné l’occasion de voir de près un certain nombre d’incendies, parfois criminels.

Je me demande toujours « à qui profite le crime ?» et je suis étonné, choqué, estomaqué qu’en démocratie, ceux qui osent évoquer un possible attentat soient traités de « complotistes », de « négationnistes » ou de « révisionnistes », surtout lorsqu’on sait qu’en France, chaque semaine, une église est vandalisée.
Ainsi donc, on n’a plus le droit de mettre en doute la doxa officielle ?

Pourtant, dans notre histoire récente, les exemples ne manquent pas d’affaires louches qui autorisent le citoyen lambda à douter (ou à se dire qu’on le prend pour une bille !).
Je pense, entre autres à l’explosion d’AZF à Toulouse en 2001.

Rappelons brièvement les faits :

Une histoire bien étrange  

Le 21 septembre 2001 — soit 10 jours après les attentats du 11 septembre — à 10 h 17, un stock de 300 à 400 tonnes de nitrate d’ammonium (déclassé) destiné à la production d’engrais explosait, creusant un cratère de 70 m de long, 40 m de large et 5 m de profondeur. La détonation a été entendue à plus de 80 km de Toulouse et un séisme de magnitude 3,4 a été enregistré.

Le bilan officiel fait état de 31 morts, dont 21 employés sur le site et environ 12 500 blessés (ou traumatisés).

L’explosion a causé des dégâts énormes dans la partie sud-ouest de Toulouse. Le site AZF lui-même a été totalement soufflé. À proximité, 2 zones commerciales ont été détruites.

150 bus de la SEMVAT, la société de transport public toulousain de l’époque, ont été également détruits dans leur entrepôt situé en face de l’usine.

Des logements, des entreprises et des équipements (piscines, gymnases, salles de concert, lycée Déodat-de-Séverac) ont été touchés. Les dégâts (murs lézardés, portes et fenêtres enfoncées, toitures et panneaux soufflés ou envolés, vitres brisées, etc.) ont été visibles jusqu’au centre-ville.

On a estimé les dégâts matériels à 2 milliards d’euros (dont 33 millions pour les seuls bâtiments publics).

Une enquête rondement menée

Juste après la catastrophe, le procureur de la République, M. Bréard, déclarait que la piste de l’accident était privilégiée « à plus de 90 % ».
Le 28 septembre 2001, il ouvrait une « information judiciaire contre X pour homicides, blessures et destructions de biens involontaires ».

Pour lui, la catastrophe aurait été provoquée par un employé d’une entreprise sous-traitante d’AZF. Il aurait déversé 500 kg de produit chloré pour piscines (DCCNa ou dichloroisocyanurate de sodium), sur un tas d’ammonitrate stocké en vrac.

Or, la reconstitution réalisée sur place en octobre 2002 a mis en évidence l’impossibilité de confondre les deux produits, du fait de la très puissante odeur de chlore dégagée par le DCCNa.

Pour sortir de l’impasse, les experts ont imaginé un autre scénario : les quantités de DCCNa seraient seulement « d’un ou plusieurs kilos » négligemment balayés par l’employé incriminé.

Mais des analyses d’échantillons prélevés par le SRPJ de Toulouse en novembre 2001 montrent qu’il n’y avait pas la moindre trace de DCCNa dans ce local.

Une justice hésitante

En novembre 2004, le juge d’instruction Perriquet a signé un non-lieu en faveur des 9 salariés d’AZF qui avaient été mis en examen pour non-observation des règles de sécurité et autres manquements.
Pourquoi une telle clémence ?

En décembre 2005, le chef d’atelier qui avait été impliqué dans le scénario jusque-là pris en compte, était également définitivement mis hors de cause.
Etrange non ?

Le 31 mai 2006, la société « Grande Paroisse » gestionnaire du site, a été mise en examen en tant que personne morale. Le 13 juillet 2006, un non-lieu était prononcé en faveur du salarié soupçonné d’avoir réalisé le mélange malencontreux d’un produit chloré avec le nitrate d’ammonium.
Il ne restait donc que la société « Grande Paroisse » et le directeur de l’usine mis en examen pour « homicides et blessures involontaires » dans cette affaire.

Le 20 septembre 2006, après remise d’un rapport concluant qu’un mélange accidentel est à l’origine de l’explosion, le Juge Perriquet clôturait l’enquête.

Le 3 mai 2007, la Cour d’appel de Toulouse rejetait toutes les nouvelles demandes d’investigations. Elle mettait aussi un point final aux expertises du Civil, alors que des experts n’avaient pas terminé leurs travaux.
« Bizarre, bizarre, vous avez dit bizarre… »

Plusieurs fois reporté, le procès s’ouvre le 23 février 2009 et doit durer quatre mois. Les audiences se tiennent dans une salle spécialement aménagée pour accueillir la soixantaine d’avocats, plus de deux cents journalistes et des milliers de parties civiles.

En janvier 2017, le tribunal pénal de Paris étudie une troisième fois le cas AZF, car la question sur les causes de l’explosion n’a toujours pas été tranchée. Les deux hypothèses possibles sont toujours celles de l’attentat ou de l’incident technique.

Le 31 octobre 2017, soit plus de seize ans après les faits, la cour d’appel de Paris condamne l’ancien directeur d’AZF, Serge Biechlin, à quinze mois de prison avec sursis et la société « Grande Paroisse » à une amende de 225 000 euros.
La messe est dite : on ne commente pas une décision de justice donc l’explosion d’AZF est accidentelle, point barre !!!!

Et pourtant, le doute subsiste…

Dans divers livres et articles, Anne-Marie Casteret, Marc Mennessier, Franck Hériot et Jean-Christian Tirat, ont examiné les pistes d’un possible attentat ; possible ou probable ?

La catastrophe s’est produite dix jours seulement après les attentats du 11 septembre 2001.

En dépit d’indices troublants, les recherches menées par la police judiciaire de Toulouse et par les Renseignements Généraux ont été interrompues sur ordre de leur hiérarchie dix jours après les faits. D’après Alain Cohen, ex fonctionnaire de police, l’ancien chef de la PJ, Marcel Dumas, aurait déclaré le 21 septembre 2001, au retour d’une réunion avec la préfecture et le parquet :

« Si Paris veut que ce soit un accident, ce sera un accident. »

La perquisition effectuée au domicile du principal suspect, Hassan Jandoubi — un ouvrier intérimaire retrouvé mort dans une tenue qui évoque certains kamikazes islamistes — ne sera menée qu’après que son appartement soit vidé de tous ses effets personnels.

Ses communications téléphoniques n’ont pas été étudiées en détail. Les policiers n’ont pas obtenu l’autorisation d’auditionner le médecin légiste, Anne-Marie Duguet qui, lors de l’autopsie, avait attiré leur attention sur la tenue extravagante de cet homme (cinq slips et caleçons superposés) et sur l’étrange propreté de son corps.
« Cet homme s’était préparé à avoir une relation avec Dieu » avait-elle confié à un enquêteur de la PJ.

Par ailleurs, dans une « note blanche » du 3 octobre 2001, les RG précisaient qu’il avait été recruté quelques mois auparavant par un groupe islamiste toulousain.

Enfin, les photos prises lorsqu’il est extrait de sa housse mortuaire, juste avant l’examen du corps, le montrent vêtu d’un tee-shirt et d’un pantalon avec des traces de brûlures ponctuelles, alors qu’au-dessous, son thorax et son abdomen étaient profondément brûlés sur une large surface. Ceci laisse à penser que ses vêtements ont été changés après son décès.

Des revendications, au nom du « Djihad islamique » et d’« Alpha Bravo » (groupe inconnu), ont été envoyées à la gendarmerie, à la police ainsi qu’aux médias. Elles ont été jugées « peu sérieuses » par les autorités. On se demande bien pourquoi ?

A-t-on le droit de douter que la catastrophe d’AZF soit un accident ?

« Je dis ça, je dis rien » comme on dit bêtement aujourd’hui.

Eric de Verdelhan
27 avril 2019
 

 

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gloriamaris
Gloriamaris
29 avril 2019 16 h 29 min

Si un chimiste chevronné, lecteur de Minurne Résistance, pouvait nous préciser les effets du mélange dichloroisocyanurate de sodium / nitrate d’ammonium : explosion spontanée ? Nécessité d’une source de chaleur pour amorcer la réaction ? Proportions du mélange ? etc. D’autre part, comme pour l’incendie de Notre Dame, on remarque que les  » autorités  » choisissent la piste accidentelle avant même que le bruit de la déflagration ne se soit tu. Ou je suis complètement idiot ou ils me tiennent pour tel…

Dissident
Dissident
30 avril 2019 10 h 10 min
Répondre à  Gloriamaris

Une chimiste chevronnée nommée Stephania Cagnina a fait une thèse de doctorat extrêmement bien documentée en 2014. Google vous y conduira sans peine. Bonne lecture. A compter de la page 102 vous avez une étude très approfondie du mélange de dicholoisocyanurate de sodium avec le nitrate d’ammonium. Ces 2 corps qui sont des oxydants assez violents sont incompatibles et leur mélange conduit à une série de dégradations. De là à être explosif, c’est une toute autre histoire ! Sans entrer dans le détail, il faut la qualité du mélange (1×1), la présence d’eau et d’impuretés combustibles (graisse, huile, gasole) et… Lire la suite »

Castiglione
Castiglione
27 avril 2019 10 h 30 min

Un grand merci à vous de remonter l’affaire du cadavre d’Hassan Jandoubi et sa demi-douzaine de slips protégeant ses parties génitales en vue de sa rencontre avec les fameuses 72 « vierges ». (de mauvaises langues disent qu’une erreur gravissime s’est produite lors de la première traduction : il serait question de verges et non pas de vierges…) L’histoire de ce drôle de cadavre a été enterrée à la vitesse de l’éclair par les médias nous abreuvant à l’époque de reportages, témoignages, enquêtes -bidon- diverses… Ou comment noyer l’info par de la sur-info. J’étais outré. Quant à NDDP : pourquoi ai-je reçu… Lire la suite »

Dissident
Dissident
27 avril 2019 9 h 09 min

Sur le net on trouve trace d’une hypothèse que je trouve crédible (pardon pour le copier/coller massif) : Nous avons en exclusivité le témoignage d’une personne qui a vécu les évènements d’AZF de près. Q : Bonjour, sans trahir votre identité dites-en un peu sur vous, et les raisons de votre intervention, merci. R : Je suis un membre des « services » comme l’on dit, un officier, je suis d’une famille qui a donné de grands serviteurs militaires à la nation, mes initiales D H. Pourquoi parler aujourd’hui ? Il y a d’abord le procès en cours et qui s’achève, et… Lire la suite »

blank