Qui est vraiment Sibeth N’Diayé ?
(Suricate)

Cette femme est surprenante. Est-elle naturellement vulgaire ? Ou très intelligente et, ayant compris que le président aime la vulgarité, en joue-t-elle pour conforter sa position au sein du gouvernement et viser encore plus haut ?

Au vu de son parcours politique, la seconde hypothèse est la plus probable.

Sibeth N’Diayé a été à l’extrême gauche avec la très fasciste-rouge UNEF, puis au PS, et, constatant très tôt l’émergence de Macron, a décidé de jouer celui qui lui paraissait le bon cheval. Elle s’est arrangée pour se trouver dans son entourage et se faire embaucher à LREM sur son bagout.

La polémique actuelle créée par un tweet de Nadine Morano porte sur la vulgarité vestimentaire de Sibeth N’Diayé.

La secrétaire d’État qui va à l’Élysée en pyjama

Voilà une femme qui a le titre de Secrétaire d’État et se présente au Conseil des ministres dans une sorte de pantalon de pyjama rouge mal taillé et hideux, et un haut bleu avec un énorme cœur rouge. Avec elle, c’est « the bon goût is dead ».

Sa coiffure de caniche de compétition ne l’arrange pas, mais elle a une bonne tête, fine et presque toujours souriante, bien qu’elle ait pris du poids depuis deux ans.

Elle n’est pas la première femme à accéder à un poste gouvernemental, que ce soit en France ou au Sénégal.

En France, on peut ne pas avoir aimé Christiane Taubira, George Pau-Langevin ou Najat Vallaud-Belkacem, mais il faut admettre qu’elles étaient toujours bien habillées, élégantes avec parfois des bijoux superbes comme ceux de Taubira toujours en or de la Guyane (elle savait où le trouver !). De même que la sénégalaise Ramatoulaye Yade sous Sarkozy. Et ce n’est pas toujours facile quand on a un physique de « petit tonneau de soyu » comme Christiane Taubira (nos lecteurs des tropiques comprendront !).

Contraste avec l’élégance des ministres sénégalaises

Le Sénégal dont est issue Sibeth N’Diayé a aussi des ministres femmes et une, en particulier fut remarquable, c’est Aminata Touré, Premier ministre du Sénégal en 2013.

Elle est très belle, mais pas seulement. Coiffure moderne, son vêtement traditionnel blanc à rayures bleues est élégant comme ses bijoux, pas très coûteux mais simples et élégants eux aussi. Par contre, voyez le désespoir poignant dans son regard. Pourquoi, alors qu’elle semble avoir tout réussi ?

Fille d’un médecin de village, elle y a été à l’école, puis est allée à Dakar passer le bac. Elle a milité à gauche, au parti communiste sénégalais, croyant que le communisme était la solution à la misère villageoise qu’elle avait vécue, sans comprendre que le communisme n’est nulle part la solution à la misère puisqu’il en est partout la cause. Études supérieures en France, réussies brillamment, recrutée par l’ONU où elle devient haut fonctionnaire, mutée au Burkina Faso, puis elle revient au Sénégal où elle se lance en politique et devient premier ministre.

À l’occasion d’une coupure d’eau qui prive Dakar d’eau pendant plusieurs jours, elle se rend à l’usine du service public et découvre que l’administration, encore relativement efficace du temps de la France, est devenue amorphe et inefficace. Elle pique une colère terrible, menace de virer tous les cadres fonctionnaires du service de l’eau « à coups de pied dans le cul » si l’eau ne revient pas rapidement.
Et le lendemain l’eau coule dans toute la ville.

Puis toutes les mesures qu’elle veut prendre pour relancer l’économie, restaurer l’emploi, améliorer le niveau de vie des classes les plus pauvres, sont torpillées systématiquement par l’administration et les politiciens. Alors elle comprend que les pauvres resteront très pauvres et les riches très riches et sombre dans le désespoir (la photo). Elle se suicida politiquement quelques mois plus tard, à la première élection. Elle cumulait caractère, intelligence, cœur et beauté. Elle déclara deux ou trois ans après qu’elle avait été horrifiée par le degré de corruption et de pourriture de l’élite politique au Sénégal.

Est-ce tellement différent aujourd’hui dans la France d’En Marche ? Sibeth N’Diayé est-elle assez intelligente pour le comprendre et changer de comportement à temps ?

Représenter dignement l’État fait partie du job

La ministre ci-dessous appartient (ou a appartenu) à l’actuel gouvernement sénégalais. Elle a l’air très contente d’elle même, mais peu importe, elle aussi s’habille élégamment dans la tradition, avec de beaux bijoux, elle sait qu’elle doit faire honneur à sa fonction et à son pays, que ça fait partie du job.

blank

Serait-ce trop demander à Sibeth N’Diayé de faire aussi  un effort pour représenter le gouvernement dont elle est membre et ne pas le ridiculiser par ses tenues de gamine de huit ans ou ses robes à fleurs qui siéraient à une campagnarde berrichonne qui va au marché, mais pas à une secrétaire d’État, peut-être future ministre si Macron survit à la prochaine présidentielle ?

blankCependant la question reste posée, le fait-elle naturellement parce qu’elle serait un peu simple d’esprit, ou sciemment parce que, super intelligente elle a un plan diabolique qui, espère-t-elle, finira par la propulser un jour à la place d’Emmanuel Macron ?

Il semble, comme l’a noté la presse sénégalaise lors du déplacement à Dakar de Macron en février 2018, qu’elle prenait un malin plaisir à lui voler la vedette. Et il est apparu que lorsqu’elle le veut, elle sait s’habiller et se maquiller avec une relative élégance, comme dans cette robe de mariée essayée à la demande de Dakarbuzz. C’est d’ailleurs normal quand on est la fille d’un haut responsable politique, avec une mère, Mireille Brenner, métis togolaise-allemand et catholique, présidente du Conseil constitutionnel sénégalais.

De même que les musulmanes qui veulent faire de la provocation ethno-religieuse s’habillent en burka ou burkini, Sibeth N’Diayé, fille de feu le député libéral Fara N’Diayé, ne ferait-elle pas tout simplement de la provocation ethno-politique à coup de robes à fleurs énormes, pluie de cœurs roses, flamands…

blankPour se créer une image de fille politiquement compétente et moderne, capable de séduire la jeunesse ? Pas comme sa bande de copains-concurrents en uniforme-cravate bleu sombre de moines laïcs dont elle pense que  leur aptitude à la communication politique est restée « à ground zéro » ?

Elle a, au Sénégal, la réputation de la fille qui pourrait doubler Macron, car son culot monumental semble porter ses fruits quand Macron avec ses jeunes éphèbes tropicaux demi-nus qu’il enlace avec un sourire extasié ne s’est attiré que des sarcasmes.

Reste à bien observer la trajectoire qu’elle va tenter de prendre pour poursuivre sa carrière politique : France ou Sénégal ?

Suricate
26/7/2019

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
9 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gloriamaris
Gloriamaris
31 juillet 2019 18 h 45 min

« …Elle a, au Sénégal, la réputation de la fille qui pourrait doubler Macron… » Qui ne pourrait pas doubler Macron ? Cadichon ?

Claude Roland
Claude Roland
29 juillet 2019 7 h 47 min

Par contre, quand on voit certains blacks dans les aéroports aux USA, probablement des gens avec des professions de haut niveau, et bien c’est la classe ! J’ai vu des femmes et des hommes minces superbement habillées, costards italiens, qui avaient beaucoup d’allure. Quand les blacks bourgeois s’habillent, ils ont plus d’allure et d’élégance que les blancs de même niveau social en France.

Filsde1789
Filsde1789
30 juillet 2019 18 h 57 min
Répondre à  Claude Roland

il y a plus de 40 ans , j’ai fait une mission aux USA et j’avais déjà été frappé de la beauté et de l’élégance des blacks américaines, rien à voir avec les blanches obèses en jean, il faut dire que j’étais dans l’Amérique profonde et pas dans une grande ville…

Filsde1789
Filsde1789
28 juillet 2019 15 h 10 min

oui bien d’accord avec Dissident, Sibeth N’Diayé est un petit chaperon rouge très voyant pour faire sortir le loup de droite du bois et pouvoir mieux le tirer , une forme macronienne du cycle provocation-répression.

Dissident
Dissident
27 juillet 2019 12 h 38 min

Sur DREUZ, Jean-Patrick GRUMBERG a suggéré qu’elle faisait délibérément assauts de provocations dans un but bien précis assigné par le président :
Agiter le chiffon rouge devant les français pour participer à une montée du rassemblement national en vue du premier tour des présidentielles. Ce serait l’occasion de rejouer le même tour qu’avait si bien réussi chirac.
Au second tour, on agite le retour de la bête immonde et l’électeur se précipite, pince à linge sur le nez, voter micro-jupi !
Ce qui a fonctionné refonctionnera-t-il ?
N’diaye fait ce qu’il faut pour.

Claude Roland
Claude Roland
29 juillet 2019 7 h 50 min
Répondre à  Dissident

Il y a de fortes chances que ce qui a fonctionné refonctionne tellement les Français « poulets d’élevage » microcéphales sont lâches et stupides.
Et vu aussi le niveau au RN, et l’impulsivité de MLP, on peut être quasi sûr que M.1er sera reconduit.

claude Roland
claude Roland
27 juillet 2019 11 h 42 min

Un tonneau à deux pattes. On mange bien « en haut »… Mais cela fait contraste avec tous les freluquets et fiottes composant une bonne partie du gouvernement, des députés et sénateurs d’une France exsangue.

xavier de Boismartin
xavier de Boismartin
27 juillet 2019 19 h 28 min
Répondre à  claude Roland

Je me marre, ça sent l’effondrement républicain.

Claude Roland
Claude Roland
29 juillet 2019 7 h 52 min
Répondre à  xavier de Boismartin

Mais non, les Français en redemandent. Les poulets d’élevage adorent la médiocrité et la supporte très bien.

blank