Volontaires pour la France
Réunion du 25/1/2020
(Allocution du général Martinez)

Le samedi 25 janvier s’est tenue à Paris une réunion organisée par les Volontaires pour la France dont le thème principal était le lancement du projet de gouvernement de relève nationale.

Nous publions ci-dessous l’allocution d’ouverture de cette journée, prononcée par le président des VPF le général Antoine Martinez.

En fin d’article, vous pouvez visionner la vidéo du discours intégral du général Martinez consacré à la guerre civile qui menace.

Pour en savoir plus sur le contenu de cette réunion, merci de vous connecter directement sur le lien ci-dessous : https://volontaires-france.fr/lancement-du-gouvernement-de-releve-nationale/


Chers Volontaires, chers compagnons,

Je tiens à remercier tous ceux qui ont décidé d’être présents à ce rassemblement organisé par les Volontaires de l’Ile de France, certains venant de différentes régions de France. Je remercie et je salue également les personnalités présentes qui ont répondu favorablement à notre invitation et qui nous font l’honneur d’être parmi nous. Leur présence aujourd’hui nous conforte dans notre engagement pour la France.

Avant de présenter mes vœux, à vous chers Volontaires mais surtout à la France, et le faire en toute cohérence il me faut revenir au préalable sur l’année écoulée pour en présenter les points marquants qui conditionnent naturellement l’expression de nos souhaits. Et il faut bien reconnaître que nous assistons à un début d’année marqué par un climat de contestation générale et d’une radicalisation des esprits dans tous les domaines, conséquence d’une détérioration sérieuse des rapports entre les dirigeants politiques et les citoyens au cours de cette année écoulée et qui se poursuit aujourd’hui.

Le décalage entre les élites et le peuple n’a jamais été aussi flagrant ni aussi grave pour les conséquences dramatiques qu’il alimente et qui ne manqueront malheureusement pas de se produire.

Le pouvoir en place non seulement s’accroche à ses privilèges mais refuse obstinément de voir la gravité de la situation générale et notamment du conflictuel remplacement de population ainsi que la fin d’un système politique de plus en plus autoritaire dans lequel les Français ne se reconnaissent plus. Cette obstination, cet aveuglement face aux nombreux signaux d’alarme ne peuvent que mener au désastre pour la France et au naufrage pour le pouvoir en place.

Après avoir posé le constat sur les plans économique, sociétal, anthropologique ou ethnologique, éthique ou de la morale, sécuritaire et institutionnel, il faut bien reconnaître que tous les ingrédients d’une crise majeure sont réunis et entraînent implacablement le pays vers le drame. L’obstination et l’aveuglement de nos dirigeants plus préoccupés par la satisfaction des revendications de minorités que par leur devoir d’œuvrer pour le bien commun et dans l’intérêt de l’Etat et de la nation – en refusant notamment de traiter le problème de l’immigration et de la submersion migratoire extra-européenne de culture islamique qui est LE sujet – ne peuvent que mener au désastre.

Malgré les drames qui ont frappé notre pays, ils refusent de se rendre à l’évidence. L’exemple de cette attaque meurtrière au sein même de la préfecture de police de Paris en dit long sur l’attitude de nos dirigeants politiques au plus haut niveau de l’Etat et révèle leur incompétence dans la gestion des moments difficiles que traverse notre pays. Le manque de responsabilité et de fidélité à l’égard de la nation de ceux qui ont dirigé le pays depuis une bonne quarantaine d’années mènent le pays vers le chaos. Paralysé par le politiquement correct et par cette arme que constitue ce vocable d’islamophobie créé pour neutraliser toute velléité de se défendre, le pouvoir est condamné à cacher des faits, à mentir aux Français et à tenter de faire taire ceux qui sonnent le tocsin. Cela aboutit à des drames et celui que nous venons de vivre récemment à la préfecture de police de Paris révèle le niveau de noyautage de grands services régaliens de l’Etat par l’ennemi. C’est terrible. Il va bien falloir qu’un jour certains rendent des comptes. La maison brûle et lorsque par « une forme de brutalité de l’Histoire » les flammes provoqueront l’explosion, personne n’en sortira indemne.

C’est dans ce contexte que s’inscrit cette présentation des vœux à laquelle nous avons voulu donner cette fois-ci une forme particulière.

Alors, après ce bilan de l’année écoulée plutôt sombre et inquiétant, je vous souhaite, chers Volontaires, chers compagnons, à vous tous, à vos familles, à vos proches une bonne année 2020, et une bonne année 2020 sous la protection de Sainte Jeanne d’Arc, Jeanne d’Arc patronne secondaire de la France dont nous célébrons le centenaire de sa canonisation cette année, Jeanne d’Arc qui incarne cette vertu de l’espérance et du courage dont nous avons tant besoin et qui par l’alliance de l’épée et de la croix a donné l’exemple et nous rappelle notre devoir.

Mais au-delà de ces vœux adressés aux Volontaires Pour la France ainsi qu’à tous les Français attachés à leur patrie mais vivant aujourd’hui dans la souffrance provoquée par la soumission de leurs dirigeants politiques au multiculturalisme qui est une imposture sanglante, je forme des vœux ardents pour que la France retrouve le chemin de sa grandeur, de son indépendance et de sa fierté. Pour cela il nous revient, à nous membres des Volontaires Pour la France, mais à d’autres aussi animés par la même volonté de défendre notre héritage historique, spirituel et culturel contre les tenants d’une idéologie politico-religieuse aux mœurs barbares et les collabos qui œuvrent contre la nation, de refuser de rester spectateurs et de nous mobiliser pour être acteurs de cette Histoire qui s’écrit en nous engageant résolument dans ce combat vital pour notre culture et notre civilisation. Car renoncer à défendre notre héritage historique, spirituel et culturel, serait nous condamner à disparaître.

Nos dirigeants politiques, lâches devant l’évidence du fracas qui s’annonce, ont depuis des années choisi le suicide au lieu du sursaut. Et dans ce rapport de force engagé par l’islam et auquel ils n’échapperont pas, leur silence et leur couardise résonnent comme un renoncement à affronter l’esprit totalitaire. Il nous faut donc engager ce combat noble, juste et légitime qui doit s’inscrire dans une démarche dont la finalité est la reconquête du territoire bien sûr, mais la reconquête des esprits indispensable dans un premier temps.

Nul ne peut nous dénier ce droit légitime qui est un droit pour tout peuple de vouloir défendre son identité et sa culture. La défense de l’identité n’est pas condamnable, bien au contraire. C’est un droit de l’Homme. La défense de notre identité fait partie des droits de l’Homme. La situation depuis le début de ce quinquennat, avec le climat explosif qui règne depuis plusieurs mois, doit nous conduire à ne rien négliger si nous ne voulons pas, le moment venu, être spectateurs et subir à nouveau mais être acteurs du changement dont a besoin notre pays. Anticiper pour pouvoir, le moment venu, peser sur le cours des événements par notre aptitude à influencer. N’est-ce pas là précisément notre vocation et notre raison d’être avec ces deux principes qui guident notre action : influence et résistance ? C’est précisément ce qui nous a conduit à réfléchir, entre autres, sur la constitution d’un gouvernement de relève nationale sur lequel nous reviendrons.

Alors, chers amis, n’ayons pas peur car notre combat est juste et conforme aux droits de l’Homme. C’est donc debout et non à genou ou couchés que nous devons être acteurs de l’Histoire qui s’écrit. C’est notre devoir. Et puis, il faut le dire et le crier fort, c’est nous qui sommes dans la légalité et donc légitimes en défendant la patrie face à l’envahisseur et l’occupant et ce sont nos dirigeants qui sont hors-la-loi car ils ne respectent ni la Constitution ni les lois de la République et agissent contre la nation. Et ils le savent pertinemment mais personne ne le leur a encore dit ou n’a osé le leur dire. Eh bien, nous le leur disons !

Chers amis, bonne année 2020 et vive la France !

Général (2s) Antoine MARTINEZ

Président des Volontaires Pour la France

Addendum sur la Guerre Civile

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Patrick VERRO
11 février 2020 15 h 17 min

Excellente intervention du général Marinez, sauf que ce combat « juste » reste pour le moment intellectuel (et déclaré seulement conforme aux seuls droits de l’Homme, maçonniques)…

Albatros
Albatros
7 février 2020 7 h 42 min

Notre combat est juste et conforme aux droits de l.homme!!!!! Comme si un responsable de la SPA vous envoyait en Afrique affronter les fauves en rut avec la charte des droits inaliénables des animaux pour toute arme !!!!! Chiche! Alors ma constitution commencerait: Art1: La double nationalité n’existe pas, pas plus qu’avoir 2 religions ou 2 papas et 2 mamans !!!! Art2: Devenir FRANÇAIS après minimum 5ans de vie continue en France, en activité déclarée, et sans une seule entorse aux lois françaises puis prêter serment de respecter nos lois nos us et coutumes avant toute culture exogène . Puis… Lire la suite »

Diop Mamadou
Diop Mamadou
6 février 2020 15 h 30 min

Aucun commentaire (censure oblige), mais une assurance : celle de vous soutenir le cas échéant…

Pellerm
Pellerm
10 février 2020 21 h 35 min
Répondre à  Diop Mamadou

La plus lâche des censures est l’AUTO-CENSURE …qui prouve que l’on s’est déjà installé dans la SOUMISSION …

mike
mike
6 février 2020 12 h 17 min

ce que nous en pensons tous …..

Artisan
Artisan
13 février 2020 13 h 52 min
Répondre à  mike

Les généraux présents ici nous disent de belles et justes paroles. Mais pour arriver général, il a bien fallu servir pendant des années et avec zèle les gouvernements précédents et qui nous ont amené là. C’est un peu tard pour s’apercevoir de la fausse route… Par ailleurs, le bon sens voudrait qu’ils rejoignent un parti politique déjà structuré et plus efficace.
Parce que dans l’armée en guerre, ce qui fait marcher les choses ce sont les adjudants et les sergents – pas les généraux.

blank