POURQUOI NOUS PROTÉGEONS NOS SOURCES…
(Suricate)

Il arrive assez fréquemment que des lecteurs nous reprochent de ne pas citer nos sources. Nous les comprenons, mais il faut qu’eux aussi comprennent certaines choses : la protection des sources du journaliste est la règle en France.

« Les journalistes ont le devoir de prendre toutes les précautions pour que leurs sources ne puissent être identifiées contre leur gré, afin de protéger la liberté de parole de ces sources d’information. Ils doivent respecter strictement l’anonymat demandé, quitte à subir des tracasseries de la part de ceux qui souhaiteraient y mettre fin« .
(Résumé de l’art. 10 de la Convention européenne des Droits de l’Homme).
C’est au journaliste de vérifier autant que faire se peut l’authenticité et la sincérité de la source.

Plusieurs de nos rédacteurs et correspondants ont des sources qui ont réellement besoin d’être protégées, L’Imprécateur entre autres, qui depuis janvier s’est créé un réseau de correspondants chinois qui sont réellement sous la menace du PCC.

Malgré son sourire figé en permanence, Xi Jiping est un dictateur féroce assisté d’un parti aux ordres d’autant plus cruels que ses membres ont peur d’être accusés de faiblesse par leur chef, comme ces 340 cadres du Parti Communiste Chinois, virés pour ne pas avoir su faire taire les médecins qui signalaient l’épidémie naissante.

Les disparitions ou la mort de personnes comme les premiers médecins qui donnèrent l’alerte, des journalistes, des lanceurs d’alerte, de simples citoyens qui ont filmé des vidéos avec leur portable sont courantes. Certaines sont retrouvées dans les prisons ou les camps de concentration, d’autres ont tout simplement disparu, quelques unes reviennent au bout de quelques jours ou semaines après avoir donné les noms de leurs correspondants et avoué sous la persuasion ou la torture qu’elles avaient fauté en donnant des informations à l’étranger sans visa de la censure du PCC.

La deuxième source, ce sont les journaux chinois dont L’Imprécateur reçoit et lit tous les jours les articles intéressants, surtout ceux qui ont des éditions en anglais pour les centaines de milliers de résidents étrangers en Chine.

Il y a deux versions.

La version intérieure pour la Chine continentale est plus proche de la réalité car il est difficile de mentir aux gens quand ils sont sur place et voient ce qui se passe, comme l’état dramatique du système de santé chinois dans les deux premiers mois, malades étouffant à même le sol dans les couloirs des hôpitaux, sacs mortuaires avec les corps empilés sur les trottoirs, cadavres restant des heures dans les rues avant d’être ramassés, brutalités policières bastonnant à tout de bras, panique du personnel hospitalier débordé…

L’autre version est pour l’extérieur : tout va bien, les autorités chinoises et le parti ont parfaitement maîtrisé la situation, les journalistes et les lanceurs d’alerte sont des menteurs alors que le parti et le gouvernement sont parfaitement transparents… un peu comme en France avec LREM !

La presse occidentale a droit à la version extérieure et à la propagande des ambassades. L’Imprécateur avait la version intérieure. Il peut vous montrer une source : https://www.ntdtv.com/b5/2020/04/25/a102831775.html mais le traducteur est-il fidèle au texte original ? Vous n’avez pas d’autre choix que de lui faire  confiance.

Autre exemple, un lecteur a refusé de croire au plan PCC de conquête du monde occidental dont Xi Jinping annonce le succès pour 2049. Il traite aimablement L’Imprécateur de « journaleux qui dit n’importe quoi et ne peut pas citer de source« , mais L’Imprécateur ne lui en veut pas, il comprend et excuse un mouvement d’humeur, d’autant qu’ils s’en sont expliqués sereinement avec Marc Le Stahler.

Voilà la source, mais ça ne deviendra pas la règle : « Puisqu’il porte la seule parole vraiment autorisée, tournons-nous d’abord vers ce que nous dit l’actuel souverain, Xi Jinping, du futur de la Chine. Demain, en 2049, pour les cent ans du Parti communiste, le grand projet de restauration de la nation chinoise sera réalisé, et de nouveau le monde-Tianxia sera sous l’emprise du pouvoir chinois. » (Institut Thomas More, http://institut-thomas-more.org/2019/09/17/2049-la-chine-de-demain-et-son-ombre/).
Tianxia est un concept chinois qui signifie « tout ce qui existe sous le ciel », nous dirions « le monde entier ».

La Chine a un redoutable service de propagande coiffé par le Parti Communiste. Après l’effondrement de l’URSS, les dirigeants chinois ont tiré les leçons de l’échec soviétique et ont procédé autrement. Ils ont dit qu’ils voulaient s’ouvrir au marché mondial et ont proposé aux pays occidentaux de fabriquer leurs produits à bas prix, grâce à une main d’œuvre très soumise et mal payée qui ne ferait jamais grève. Les Occidentaux ont accepté et sont tombés dans le piège chinois.

La Chine a ouvert son économie, mais presqu’à sens unique, et a très peu ouvert le reste, et en particulier son information qui reste très confinée et sous contrôle strict. Ils ont pensé que, si la Chine devenait riche en s’industrialisant, elle deviendrait libérale et capitaliste et oublierait le communisme. Ils n’ont pas vu qu’en délocalisant leurs industries en Chine, ils les perdaient et créaient du chômage chez eux. Bill Clinton a voulu l’entrée de la Chine dans l’Organisation Mondiale du Commerce, et les dirigeants d’Europe occidentale ont suivi. 

Obama, très peu formé, comme Macron, en géostratégie, n’a pas voulu voir que la Chine, toujours communiste, avait gardé des objectifs à long terme communistes, comme de convertir le monde entier au marxisme, et la Chine a commencé à se livrer à des vol de brevets et à des pratiques prédatrices destinées à asservir peu à peu le monde occidental, selon le plan du ministre des Armées le général Chi Haotian (ou Shi Hintiang) dont le jeune Xi Jinping fut l’adjoint. 

Ce problème est la cause de la ruine actuelle de pays comme la France. La Chine ment, la presse occidentale commence à le comprendre, la Chine vole  et triche, mais comme ce problème-là n’est pas encore perçu, L’Imprécateur va vous l’expliquer.

Il faut s’imprégner du constat que résume l’ex-président de la République de Chine Chiang-Ching-Kuo fils du héros républicain Chiang-Kai-Shek, « Au cours de mes 50 ans de carrière politique, je comprends profondément que le Parti communiste est un démon diabolique, un meurtrier et un séparatiste qui utilise de façon extrême toutes les tactiques – menaces, séductions et tromperie pour attirer des gens. Les jeunes et les pauvres sont particulièrement vulnérables à de telles tactiques et une fois trompés et piégés (par les communistes), ils ne pourront pas se libérer.»

Suricate
1er mai 2020

0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Roland
Claude Roland
2 mai 2020 14 h 41 min

Le déni de réalité est une pathologie psychiatrique qui se manifeste par divers symptômes comme une flemme intellectuelle qui gène toute recherche d’information, une incapacité de synthèse de diverses informations multilingues afin de faire des recoupements, une naïveté fondée sur une inculture générale mais qui augmente l’absorption des informations prédigérées des médias officiels qui, eux ne sont jamais mis en doute et pour finir un handicap du clavier qui les empêche de savoir chercher sur le net et bien se servir d’un ordinateur. Les soins consistent en l’injection trois fois par jour de 20mg d’hydroxytétrocon, de 50 mg de chloromémorex… Lire la suite »

CRI
CRI
3 mai 2020 6 h 00 min
Répondre à  Claude Roland

excellent

CRI
CRI
3 mai 2020 6 h 02 min
Répondre à  Claude Roland

ouvrez moi les yeux moi aussi j en ai besoin

lepatriote1111
lepatriote1111
3 mai 2020 9 h 43 min
Répondre à  Claude Roland

bonjour en complément de votre commentaire :
https://www.usinenouvelle.com/editorial/avec-les-nouvelles-routes-de-la-soie-la-mondialisation-version-chinoise.N774024

Quand la Chine débarque dans les ports européens
Les désormais célèbres « nouvelles routes de la soie » de Pékin visent le contrôle de nombreux ports européens. Avec des pratiques parfois douteuses et des retombées locales souvent décevantes. Plongée en eaux chinoises, de Trieste au Pirée.
https://www.lesechos.fr/monde/europe/quand-la-chine-debarque-dans-les-ports-europeens-1140738

Serge GRASS
Serge GRASS
2 mai 2020 6 h 45 min

Le PCC … utilise de façon extrême toutes les tactiques – menaces, séductions et tromperie pour attirer des gens. Les jeunes et les pauvres sont particulièrement vulnérables à de telles tactiques et une fois trompés et piégés (par les communistes), ils ne pourront pas se libérer.» Cette définition peut aussi être affectée à nos régimes dit démocratiques. Que les Chinois aient un projet planétaire n’est pas surprenant, mais ils ne sont pas les seuls hélas. Actuellement en Europe se met en place un système copié sur la Chine avec les mêmes objectifs de contrôle et d’asservissement des peuples. Quant à… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
2 mai 2020 14 h 43 min
Répondre à  Serge GRASS

En Europe, nous avons une pépinière de collabos à tous les niveaux.

le gaulois
le gaulois
1 mai 2020 16 h 51 min

encore une érreur de frappe ont écris pas LaREM mais l’HAREM

blank