QUAND LA PRESSE FRANÇAISE EST ACHETÉE PAR LA CHINE…
(L’Imprécateur)

Nous savons maintenant comment procède la Chine pour acheter les journalistes, les hommes politiques, les institutions nationales et internationales dont le Parti communiste chinois, le PCC,  a besoin pour sa propagande et sa conquête à peine voilée du monde occidental.
L’achat de l’OMS par Mr Xi est symbolique : la Chine fait partie des plus petits contributeurs aux finances de l’OMS, mais la dirige par l’intermédiaire du Directeur Général Tedros Adanom Ghebreyesus, ex-membre du Parti communiste révolutionnaire maoïste éthiopien et grand ami de M. Xi qui l’a acheté en dépensant 25 millions de dollars pour le faire élire.
La même méthode est utilisée en France par le PCC pour acheter journalistes et hommes politiques.

 


LES UNS FONT LA PROMOTION DE LA CHINE, LES AUTRES LA PROTÈGENT…

Les uns font la promotion du modèle communiste chinois, Raffarin, Mélenchon, Fabius, Bayrou… Les autres sont payés pour démolir les ennemis du PCC, et plus généralement tout ce qui n’est pas politiquement correct, comme ce journaliste de Libération Jérôme Lefiliâtre, un dynamiteur qui vise ses collègues journalistes, comme Jean-Marc Morandini, les capitalistes, comme le tchèque qui rachète des journaux français en faillite, Daniel Kretinsky, les journaux chinois d’opposition au PCC, comme Epoch Times, et aussi l’opposition pacifique au parti communiste, le mouvement philosophique Falun gong (150 millions de sympathisants pour 90 millions de membres du PCC).
On comprend que le PCC – qui n’est pas majoritaire au sein du peuple chinois – en ait peur et, comme dit Raffarin, « soit ferme« .

Comme aucun de ces hommes politiques et journalistes ne parle et ne lit le chinois, même Raffarin qui s’est vanté un jour d’aller six fois par an en Chine, ils font confiance à l’AFP. Elle a plusieurs sources d’information dans les grands pays, mais une seule en Chine, celle de l’Agence de presse du PCC, la source la moins  fiable que l’on puisse trouver. L’agence Tencent (1), South China Morning Post, Epoch Times, Caixin et quelques autres sont des journaux qui ne sont peut-être pas parfaits, mais ils permettent de se faire une idée vraisemblable de ce qui se passe réellement en Chine.

Le 23 octobre 2018, Le Figaro et l’Opinion révèlent que « L’une des plus grandes opérations d’espionnage vient d’être découverte par les services de renseignement français. D’après Le Figaro, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) auraient découvert l’existence d’un réseau de surveillance et de recrutement dirigé par le gouvernement chinois et visant des milliers de cadres et employés du service public français« . La presse de gauche regarde pudiquement ailleurs.
La DGSI enquête aussi sur les relations troubles de Raffarin (surnommé en Chine Lafalan, l’orchidée) avec la Chine. Cela non plus n’est pas intéressant, bien que Raffarin ait négocié la participation française dans le laboratoire P4 de Wuhan et accompagné tous les présidents français en Chine, de Chirac  à Macron… et les influence, visiblement. 

lien pour l’article  => https://fl24.net/2020/04/16/pandemie-mondiale-et-si-le-vrai-coupable-francais-etait-raffarin/

LES AGENTS FRANÇAIS AU SERVICE DE LA CHINE SONT NOMBREUX

Cela ne signifie pas que tous les journalistes soient corrompus par la Chine. Ils ne sont pas la majorité, mais certains se distinguent par leur acharnement, comme ce Lefiliâtre qui, dans Libération, incendie Epoch Times parce qu’il a été cité par Donald Trump.

Si Trump l’a cité, Epoch Times a forcément tort. Trump est la bête noire de la presse et du gouvernement français,  bien qu’il ait redressé l’économie dévastée par l’ère Obama, divisé le chômage par presque trois (9 à 3,5 % avant Covid) et se rapproche du plein emploi pour les Noirs (chômage réduit de 12 à 5 %), en développant aussi, en mieux, leurs droits juridiques. En 2016, 8 % des Noirs ont voté Trump. Les sondages lui donnaient 26 % de sympathisants en 2019, 41 % en 2020, d’où la nécessité absolue pour les Démocrates d’organiser un événement médiatique mondial à quelques mois des élections pour casser cette dynamique. Ce fut l’affaire Floyd avec, entre autres, l’achat de palettes de briques à l’usage des casseurs, dont on a trouvé les traces dans 300 grandes villes américaines.

Elles ont été déposées le matin des premières manifestations, comme par hasard sur les lieux de rendez-vous prévus par les émeutiers. Un tweet de la Maison Blanche et la police ayant dénoncé leur usage contre la police par des Antifas munis de lance-pierres, la presse de gauche a aussitôt bondi pour  prendre leur défense. Rien ne prouve qu’il s’agissait d’Antifas, plutôt des militants d’extrême droite déguisés en Antifas. Rien ne prouve qu’il ne s’agissait pas de stocks déposés en attente de travaux à venir. Comme les pavés sur le Boulevard Saint-Michel en 1968 sans doute ? Et ce, dans trois cent grandes villes.

 

blank

Banlieue de Minneapolis                                                                                                      Lance-pierres à pince, moderne

LE DICTATEUR XI JINPING A DROIT À TOUS LES ÉGARDS DE LA PRESSE FRANÇAISE

Par contre, Xi Jinping, pourtant secrétaire général à vie du PCC, donc profil typique de dictateur, est encensé par la presse. Il gère 1009 camps de concentration officiels et environ 3000 « camps de rééducation par le travail », travail forcé et non payé, avec chaque soir une heure de lavage de cerveau et une heure de propagande pour le PCC. Les camps louent ces prisonniers à de grandes entreprises occidentales, comme Microsoft, qui versent les salaires à la direction du camp qui paie les gardiens avec. C’est une forme d’esclavage.

Mr Xi a perpétué le trafic international, commencé par son prédécesseur, d’organes prélevés à vif sur les prisonniers « de conscience », politiques et religieux.
Il a créé le bureau 610 [méthodes de la Gestapo] avec pour mission la répression et la persécution des pratiquants de l’école bouddhique Falun Gong. Il fait régulièrement des purges « staliniennes »  de fonctionnaires du parti. Ce monstre de malhonnêteté, de mensonges et de cruauté, mais toujours souriant, est  le protégé de nos journalistes et de nombreux autres français, « agents d’influence » de la Chine.

LA PRESSE FRANÇAISE A DES TABOUS SUR LA CHINE

 La presse de gauche a des tabous : ne pas parler en mal de Tian An men, du Tibet? du Kazakhstan oriental et de la Mongolie colonisés, de tout ce qui touche aux camps de concentration, du curieux passé de Xi Jinping. Le service d’espionnage « Instituts Confucius » installé dans les universités françaises fait l’objet de louanges, et sa critique est  « un délire complotiste« , a dit François Bayrou. Il ignore que la Suède et l’Australie les ont expulsés, et l’université de Toulouse aussi quand elle a découvert que ses travaux de recherches étaient envoyés en Chine où ils étaient aussitôt brevetés comme inventions chinoises.

Pas de critiques non plus de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire  par la Chine, ou alors assorties aussitôt d’excuses comme « ce virus était imprévisible », ce qui est faux. Les premiers signes sont apparus dès le début d’octobre 2019, mais il fallait lire la presse d’opposition, écouter les réfugiés chinois et voir leurs vidéos. On ne parle pas  des échecs récents de la Chine dans le Pacifique où l’Australie l’a accusée à l’ONU d »agression militaire contre des pays du Pacifique » en raison de la discrète construction en cours de bases militaires en Papouasie, au Vanuatu et bientôt en Polynésie française.

L’Australie ayant été rejointe par les États-Unis dans sa plainte à l’ONU réclamant des explications sur le virus et des milliards d’indemnités, la Chine a aussitôt augmenté de 80 % les taxes sur des produits agricoles australiens exportés en Chine et bloqué les importations de bœuf et de vins australiens (Australian Financial Review). L’Australie n’a pas cédé et a nationalisé pour 1 $ tous les avoirs financiers et immobiliers de la Chine en Australie. Et la Chine furieuses couvre l’Australie d’insultes, comme « vendue à Trump comme un chewing-gum collé à sa chaussure » ! Le Figaro en a parlé, mais pas la presse de gauche.

LA CHINE EST PRÉSENTE EN NOUVELLE CALÉDONIE QU’ELLE CONVOITE

Le 1er novembre 2010, Alain Jeannin pouvait encore écrire dans Le portail des Outre-Mer (France-info) « À la différence de bien des pays, la Nouvelle-Calédonie est considérée ici, à Londres, comme un important producteur (nickel, chrome et cobalt)  fiable et transparent. Le Territoire produit et livre son nickel. Pas de spéculation, pas de manipulation ». La Chine est dans la Province nord, dirigée par les indépendantistes kanaks, et son agent est un franco-vietnamien, André Dang. Le gouvernement français a contraint la SLN et la SMSP à vendre aux indépendantistes pour une somme ridicule le plus important gisement mondial de nickel, le massif du Koniambo. Falconbridge et Xstrata (2) financent la construction de la fonderie. Un architecte kanak est retenu et la Chine a  construit « gratuitement » les modules de l’usine de Vavouto sur la côte ouest. Mais la Chine ne fait rien gratuitement, comme les pays africains commencent à le comprendre. Dans le contrat elle avait stipulé qu’elle serait payée en minerai de nickel pour la construction et ensuite l’entretien des fours.  La construction avec 2000 ouvriers chinois a été terminée en 2013 et aussitôt les problèmes ont commencé en raison de malfaçons dans la construction : soudures de mauvaise qualité, un four défectueux, etc. La Chine continue à se servir en minerai pour alimenter ses propres usines et l’usine du Nord n’a jamais atteint la capacité de production prévue.

Le Canada a été retenu pour arbitrer le conflit. Mais le Canada a découvert que la Chine a construit trois usines similaires en Indonésie qui produisent sans problèmes et qui, avec une main d’œuvre cinq fois moins chère que la main d’œuvre calédonienne, concurrencent sévèrement la Calédonie. Il vient de geler les négociations avec la Chine, en demandant au gouvernement français de faire pression sur la Chine pour qu’elle arrête ses magouilles frauduleuses. La Chine hurle à la médisance qui salit sa réputation et la France ne fait rien. Pas question de contrarier les bonnes relations diplomatiques de Macron avec Xi Jinping.

C’est ça la Chine ! Et c’est ça la France, toujours à plat ventre et prête à céder. Elle ne fera pas comme l’Australie, ne nationalisera pas tous les avoirs et biens chinois pour 1 €, la Chine la tient par les c… Elle menace de contingenter ou arrêter les livraisons de médicaments, de métaux rares, ce qui ralentirait la transition écologique avec les batteries pour les voitures électriques, les éoliennes et les panneaux solaires. Pauvre France !

JOURNALISTES, AGENTS D’INFLUENCE ,TRAVAILLENT-ILS GRATUITEMENT POUR LA CHINE ?

Tous ces collaborateurs et agents d’influence français font-ils cela gratuitement ? C’est peu probable et impossible à prouver comme me l’a montré une expérience personnelle vécue en 1991. Je me suis retrouvé un soir à Paris invité à une réception où se trouvait l’ambassadeur de Chine. Le hasard a voulu que je me trouve en face de lui à table. Il a très peu parlé, mais m’a écouté attentivement quand j’ai commencé à parler à mes voisins des géostratégies des pays du Pacifique (ma spécialité), des mœurs  de ses populations, etc. À la fin du repas, quand tout le monde s’est levé, il a fait le tour de la table pour m’entraîner à l’écart et m’a dit « Vous savez beaucoup de choses qui nous intéressent, vous pourriez travailler avec nous, voulez-vous que je vous ouvre un compte à la Jiaotong Yinian Bank de Shanghai ? »
Ces banques chinoises ont un gros avantage, elles ne communiquent rien au fisc français ! Mais j’ai refusé poliment. Pour moi, travailler pour renseigner un parti communiste criminel est hors de question.

L’Imprécateur
20 juin 2020

1 : Tencent a été fermé trois semaines en janvier et sa direction entièrement changée pour avoir dit que le nombre de Chinois contaminés était dix fois plus important que le chiffre donné par le parti communiste, et qu’à Wuhan on était plus proche des 50 000 morts que de quelques dizaines. Des médecins  l’on dit, des témoins l’ont dit et filmé, des dizaines l’ont payé de leur vie, ont été enfermés dans des camps ou ont disparu, mais pour les journaux comme Libération, ce sont des fake-news.

2 : Falconbridge, entreprise minière canadienne est le troisième producteur mondial de nickel, Xstrata est une société financière suisse spécialisée dans les mines et l’industrie minière.

blank

5 3 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Francois Krüger
Francois Krüger
2 juillet 2020 7 h 18 min

Interessante cette histoire de nationalisations en Australie: avez vous des sources?
Sur place personne n’en a entendu parler…
Merci

Claude Roland
Claude Roland
23 juin 2020 9 h 03 min

La Chine a corrompu tous les petits gouvernements des îles du pacifique autrefois occupées par l’armée Japonaise et libérées par les GIs américains. Une émission connue aux USA, Sixty minutes, en parle en détail : https://www.youtube.com/watch?v=BzCqQKnF9Oo La Chine est le monstre dictatorial moderne supérieur au 3ème Reich de Hitler qui, dans la maltraitance humaine, n’est pas allé aussi loin. La 3ème guerre mondiale sera avec la Chine face à l’occident. La Chine vient d’augmenter soudainement de façon énorme son budget militaire. Le Japon a modifié sa constitution en 2019 pour avoir une armée non limitée à la défensive comme jusqu’alors.… Lire la suite »

Dissident
Dissident
22 juin 2020 17 h 54 min

J’ai compilé la totalité de l’article avec les liens, çà fait un sacré réquisitoire !
Je ne comprends pas que Rafarin puisse venir caqueter impunément dans les médias sans que çà provoque aucune réaction de nulle part.

lepatriote1111
lepatriote1111
20 juin 2020 22 h 30 min

Rie ne m’étonne venant de nos lâches et traîtres de politichiens , des sans couilles qui s’aplatissent plus bas que terre devant le bouffeur de chauve souris xi ping , cette pourriture de chef d’état est un assassin n’hésitant pas à faire disparaître les opposants à son régime criminel .de toute façon les journasalopes ne dénoncerons jamais les instituts Confucius véritable cheval de Troie du PCC dans les universités françaises et comme par hasard ces instituts sont dans les universités proches des bases militaires , ou des jeunes étudiantes chinoises se laissent facilement draguées par des militaires français , espionnages… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
23 juin 2020 9 h 07 min
Répondre à  lepatriote1111

Et oui, voilà par quoi on est gouverné, choisi par la majorité des Français, manifestement. Une gouvernance à l’image du peuple ? Il faut croire que oui. Les Chinois ont compris le point faible des occidentaux : l’appât du fric. Même au moment final du naufrage, certains continueront de chercher à s’enrichir une minute avant de mourir. Et ça joue les vertueux…

blank