ODE A ROBERT MÉNARD (Cédric de Valfrancisque)

« … Dans une tribune publiée dans le Figaro du mardi 10 mai, le cofondateur de Reporters sans frontières (RSF) alerte « d’un danger palpable et inédit derrière la dynamique de la France Insoumise et de ses alliés »…Face à cette menace qu’il décrit comme « urgente », l’élu biterrois appelle « à faire bloc » derrière Emmanuel Macron, et il demande « aux sociaux-démocrates, les centristes, les droites, toutes les droites responsables, les élus indépendants attachés à nos libertés » de s’unir en vue du scrutin des 12 et 19 juin prochains…. Durant la campagne, le maire de Béziers n’avait par ailleurs de cesse d’étonner par ses prises de position évolutives. L’ancien journaliste avait par exemple concédé un mea culpa pour ses propos sur les migrants syriens. Le 10 mars dernier, il s’était prononcé en faveur de l’accueil des réfugiés ukrainiens et avait avoué « avoir honte » de ses déclarations passées sur l’arrivée des migrants échappant à la guerre en Syrie et en Irak….»

(« Marianne » du 11 mai 2022).

 

blank


Celui qui n’est qu’un obscur ménestrel cévenol se devait de faire une ode à un Occitan qui fait beaucoup parler de lui par ses volte-face idéologiques : l’ombrageux  Robert Ménard.

(Ce poème est très vaguement inspiré par la chanson « Les copains d’abord  » de Georges Brassens, un autre enfant d’Occitanie mais qui, lui, avait du talent, contrairement à l’autre).

blank

 

Il débuta chez les gauchos,
Avant de virer socialo.
Il adula Chevènement,
Et puis Mitterrand,

A ses débuts de pisse-copie,
Il se prenait pour un génie,
Mais il était dans l’air du temps :
Juste… gauchisant.

C’est à « Reporters sans Frontières »
Que démarra sa vraie carrière,
En patron de cette ONG,
Il était comblé.

Et de ses débuts chaotiques,
Lui qui n’était pas médiatique,
Enfin, la télé l’invitait,
Pour  y  jacasser.  

Ce narcisse un brin mégalo
Ecrivait dans quelques journaux,
Où à défaut de vrai talent,
Il  brassait du vent.

Juste soucieux de son égo,
En courtisan, courbant le dos,
Il n’avait pas de convictions,
Juste une ambition.

Et puis, il brigua un mandat,
De maire auprès des Biterrois.
Et on le vit virer de bord :
De bâbord à  tribord.

De journaleux ancien gauchiste,
Ce paltoquet opportuniste,
Se mua en fervent « droitier »
Quitte à se renier.  

Car on sait que dans le Midi
Les nostalgiques de l’Algérie,
Ces gens qui n’ont rien oublié,
Savent pour qui voter.

Surfant sur la « Nostalgérie »
Il a  donc viré sa cuti
Et s’est rapproché, l’animal,
Du Front National.  

Il tint des propos radicaux,
Eut maille avec les tribunaux,
Et devint, sur l’immigration,
Donneur de leçons.   

De Zemmour, il était l’ami,
De la blonde Marine aussi.
Puis victime de ses ambitions,
Il rallia Macron.

Je pense qu’avec un tel ami
On n’a pas besoin d’ennemis
Toujours prêt à renier les siens,
Ce gars ne vaut rien !

Ce type est sans moralité,
Et toujours prompt à se renier,
Avec aplomb, coquin de sort,
A virer de bord.

Des salauds j’en ai vu pas mal,
Des arrivistes sans morale,
Toujours prêts à  changer de camp
En fonction du vent.

Mais avec ce triste Ménard,
Ce fort en gueule trop bavard,
On a vraiment touché le fond
De la trahison. 

Cédric de Valfrancisque

15 mai 2022

blank

blank 

                

 1,354 total views,  3 views today

5 9 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pierre ESCANDE
Pierre ESCANDE
28 mai 2022 6 h 02 min

Il m’a aussi trompè comme il a trompè ZEMMOUR qui je crois ne peut plus le blairer, et pourtant j’avais foi en lui, mais comme le Z, ce n’est pas un vrai Pied-Noir comme nous, ceux qui sont nès là-bas et y ont vècu toute cette guerre (moi de 1942 à 62) ils n’ont pas connu les angoisses et les peurs des exactions FLN, des attentats, des bombes etc….et le plaisir de voyager dans un pays en paix……..rappelez-vous il ètait impossible de se dèplacer . nous qui etions adolescents sans une jeunesse normale. Je vous fait part de qqs strofs… Lire la suite »

Bercheny
Bercheny
27 mai 2022 12 h 27 min

« Le temps ne fait rien à l’affaire, quand on est c…on est c… »
G Brassens

Yves Tarantik
Yves Tarantik
23 mai 2022 16 h 31 min

Je ne suis pas sûr qu’avec lui on touche le fond de la trahison mais il ne lui reste plus grand chose a faire pour y parvenir, peut-être adhérer au parti de Macron ?

Carbou
Carbou
23 mai 2022 10 h 45 min

Je me suis amuse a relire le poeme sur l’air des Copains d’abord de Georges Brasses et cela fonctionne.

Joséphine
Joséphine
23 mai 2022 9 h 09 min

20/20 le Poème !

France Laurent
France Laurent
16 mai 2022 21 h 41 min

Excellent excellent excellent ! Bravo.

Éric de Verdelhan
Éric de Verdelhan
17 mai 2022 8 h 08 min
Répondre à  France Laurent

Merci, Merci, Merci.

7
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank