NOTRE AGRICULTURE MISE EN PÂTURE (Patrick Becquerelle)

Diverses réflexions de notre ami et contributeur Patrick Becquerelle qui habite dans le département de la Somme. Avec 4 720 km² de surface agricole utile, soit 76 % de la superficie départementale, la Somme est un territoire de longue tradition agricole. 

 

Manifestation agricole à Paris : prix de l'énergie, pesticides, sécheresse... pourquoi les agriculteurs sont-ils en colère ? - ladepeche.fr

 

 

Endormis par les pleins pouvoirs d’une commission européenne de non élus les syndicats et le gouvernement, étrangement silencieux, prennent « le tracteur en marche »

Des satellites et drones tellement scrupuleux à surveiller nos terres agricoles si dangereuses pour notre survie qu’ils ne voient plus le flot migratoire qui part des côtes africaines.

La concentration de notre  population dans les grandes métropoles urbaines et la désertification de nos campagnes nourricières font oublier les fondamentaux de l’alimentation à nos compatriotes influencés par un fanatisme écologique et technocratique déconnecté de la réalité.

Si nous nous référons à la logique d’exigences imposées à notre agriculture pour des raisons sanitaires et écologiques par nos dirigeants européens qui ont voulu le marché mondial, faire entrer dans notre pays des viandes et légumes impropres à la consommation est illicite voire criminel.

Les climato-écologistes sont bien silencieux face à ces transports traversant toute la planète pour nous déverser ces produits douteux.

Et comme si ça n’était pas suffisant  pour  mettre à mal notre économie nous interdisons à une corporation en grande détresse la pêche, pendant un mois dans le golfe de Gascogne pour la protection des dauphins.

Sommes-nous les seuls au monde à mettre en péril cette population de delphinidés ?

La grande distribution qui peine à imposer ses prix aux industriels se rattrape sur l’agriculture.

Le gouvernement qui peine lui aussi à boucler son budget taxe à outrance,  ce même gouvernement, qui hypocritement, nous demande de consommer français, oublie que pour de nombreux foyers les prix sont inabordables, que beaucoup de produits transformés et de restaurations collectives utilisent des produits étrangers indétectables.

Nos élevages disparaissent avec les laiteries et abattoirs qui se raréfient. Le beurre que nous trouvons sur nos étals est de plus en plus d’origine UE

Nos betteraviers sont aussi dans le collimateur des écolos de la commission européenne au profit des Allemands  et autres pays européens qui eux sont autorisés à utiliser les néonicotinoïdes.

La France est comme le « serpent qui se mord la queue »  en votant des lois supérieures aux exigences européennes que l’Europe bien entendu l’oblige à respecter.

Nos sucreries se raréfient également et le prix du sucre augmente.

Bizarrement nous n’entendons plus parler de la filière porcine, est-elle dérangeante dans cette civilisation qui évolue en sa défaveur?

Nos maraîchers aussi sont en concurrence déloyale y compris avec leurs voisins européens.

La liste est longue de  tous ces dysfonctionnements technocratiques.

En défendant l’agriculture, l’élevage, la pêche  de notre pays ce n’est pas seulement leurs  professions que nous défendons mais notre souveraineté alimentaire. N’oublions pas que le monde ne va pas bien.

Nous avons dilapidé à travers le monde toutes nos technologies, nos industries.

Nos médicaments sont produits dans des pays insalubres.

 L’approvisionnement en est de plus en plus aléatoire avec parfois l’obligation de changer de molécules sur des pathologies graves.

Nous avons perdu notre souveraineté énergétique avec pour conséquence une catastrophe économique qui se répercute chez chaque acteur économique, chaque particulier.

Dans de nombreux domaines notre souveraineté est mise en péril alors que des foyers de guerre se profilent partout dans le monde.

Ecolo-culture, Euro-culture, deux mamelles pernicieuses pour notre pays.

Nous ne pouvons pas nous laisser mettre en concurrence avec d’autres pays qui n’ont pas le même confort de vie, on ne peut prétendre avoir «  le beurre et l’argent du beurre »

Les problèmes de l’agriculture ne sont pas que des problèmes d’agriculteurs, mais comme tous les autres pans de notre économie en décrépitude, ils sont le problème de nous tous !

Patrick Becquerelle

29 janvier 2024

blank

 

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires

  1. blank Marjan MONTI dit :

    Il faut que la France sorte de cette Europe de merde ! Mais avec les tapettes (puisqu’ils s’en glorifient) que nous avons au gouvernement, ce n’est pas prêt d’arriver … à moins d’une Révolution !!!! Les agriculteurs ont montré la voie ! il faut que les Français se réveillent un bon coup s’ils ne veulent pas être manés !

  2. La révolte est simple à comprendre. Pour garantir un “panier de la ménagère” à bas prix, on a dit aux paysans: on va fixer le prix de ce que vous vendez et l’Europe vous donnera de l’argent pour vivre !?
    Quel argent pour quelle vie ?
    çà se traduit par une aumône pour de la survie qui est maintenant un péril
    Tant que cette Europe de technocrates extraterrestres survivra le péril provoquera la mort d’où notre “fin sera votre faim”

  3. blank jeanmi de corse dit :

    Pour une fois qu’on a les moyens de s’imposer : c’est le monde agricole certes qui manifeste,mais à travers eux ce sont toutes mais vraiment toutes les corporations qui sont mécontentes de tant de dedain ou tant d’incompétence ou tant ce corruption ou tant de tout de laid : L’objectif le plus élévé aurait été d’aller en des lieux symboliques tel que strasbourg ou salir l’ENA cette grande école technocratique qui parait il devait disparaitre :Ecole nationale d’arnaque ou d’imbeciles heureux car paris ou l’élysée c’est devenu une mafia de corrompus européiste ou d’esclaves europeistes et de députés et senateurs qui se servent d’abord avec notre pognon.Paris symbole d’un pays qui n’existe plus.?
    Paris un mot qui me dégoute.. ,Si j’avais à voter aujourd’hui ,j’avoiue que n’aurais confiance en personne;.

  4. Produits de France, élaborés en France .. BLA BLA BLA.
    Le miel, le vrai bien de chez nous collecté et conditionné par une vraie entreprise française BLA BLA BLA.
    Alors regardez attentivement ce qui suit, les bidons dans le camion et les étiquettes sur les bidons.
    https://reseau-libre.org/site/2024/01/28/de-vrais-apiculteurs/

  5. Pour ce qui est de la filière porcine (qui pourrait nous aider à faire des barrages anti-mahométans) … il serait difficile de faire admettre à des Bretons que je connais bien que ces agriculteurs éleveurs sont des écologistes.
    Je laisserais les concernés vous dire ici ce qu’ils pensent de l’épandage de lisier et de l’état des rivières.

  6. Il est fort probable qu’en juin TOUS voterons Renaissance pour refaire le front républicain face au Rassemblement National et les très rares qui en ont vraiment plein les bretelles de tous ces pourris voteront PS voire même LFI. On ne peut pas faire le bonheur du peuple malgré lui…

  7. Hé bien, il n’y a pas à disserter plus longtemps, c’est perdre son temps avec des paroles qui s’envolent et n’atteignent pas les ouïes colmatées de nos “édiles nationales” (ou désignées comme telles!). Les seules solutions au nombre de 2 sont: 1/- Aller voter en masse en juin, avec une union patriote étendue et 2/- renverser la table aussi bien au gouvernement français qu’au Parlement Européen, ce galeux, ce pelé d’où nous vient tout le mal. Tout le reste n’est que paroles à tout vent!!!!