LE CERCLE NATIONAL DES COMMISSAIRES DE POLICE communique…

Police_Nationale_Francaise_153ca_450x450

Ce jour, 18 novembre, alors que les forces de la Police Nationale réalisent une opération difficile contre le terrorisme islamique, à quelques pas symboliquement de la Basilique Saint Denis, alors que cette opération est toujours en coursblankà 9 heures 15, des autorités de Justice, par communiqué, se sont empressées de faire connaitre les “résultats” de ces actions de guerre menées par des fonctionnaires de police au péril de leur vie…

On ne peut s’empêcher de voir dans cette intervention médiatique la volonté de certains magistrats de s’approprier des mérites qui ne sont pas les leurs. 
 
Dans la lutte que la France doit mener contre l’islamisme radical, l’exécution des missions, et leur bonne réussite opérationnelle appartiennent aux seules forces de l’ordre. Ce n’est pas à quelques magistrats, depuis les bureaux et les lambris dorés de la Place Vendôme, de tenter de faire croire que la qualité des enquêtesblank de police judiciaire et le professionnalisme des groupes d’intervention est de leur fait…

Nous aurions souhaité de la part de l’administration judiciaire un peu plus de pudeur. D’autant que ces mêmes magistrats n’ont jamais soutenu la lutte que la Police Nationale tente, depuis plusieurs décennies, de mener pour s’opposer à l’émergence du chaos actuel. 
 
Par une culture idéologique de la non-sanction ils se sont toujours opposés à neutraliser des délinquants de droit commun qui fournissent actuellement les bataillons djihadistes… Ils n’ont jamais soutenu les forces de l’ordre dans les incidents qui opposaient la police de proximité à des membres de certaines communautés dans les quartiers difficiles. Pas plus qu’ils n’ont engagé de poursuites contre des rappeurs qui invitaient à tuer des policiers dans le cadre d’un rejet de la civilisation occidentale. 
 
Après les émeutes ethniques de 1995, pas de mises en cause des casseurs de mobiliers urbains, mais de longues “instructions” pour tenter de rejeter la responsabilité de ces émeutes sur des policiers…
 
Trop c’est trop… Et nous pourrions encore donner bienblank d’autres exemples de dysfonctionnements de la justice : le refus d’appliquer les lois de la récidive, l’interprétation catastrophique donnée aux règles sur la légitime défense, les permissions pour les détenus, les mauvais procès pour les contrôles dits “au faciès”, etc., etc. C’est pourquoi, il n’y a pas si longtemps des milliers de policiers, tous grades confondus ont manifesté leur colère sous les fenêtresblank de Mme Taubira… Et aujourd’hui ce sont les mêmes magistrats derrière ces mêmes fenêtres, qui constatant combien la Police Nationale est bien considérée par les Français, tentent par un communiqué inapproprié de s’arroger cette considération qui ne peut être la leur…

Les policiers, pas plus que l’ensemble de nos concitoyens ne peuvent cautionner ces instrumentalisations judiciaires provoquées par quelques magistrats, “résistants de la dernière heure”. 
 
Pour l’histoire de la France, pour notre Histoire, il faudra bien qu’un jour soient établies le mérite des uns et les fautes des autres…

Claude Guérin − Secrétaire Général − 18 novembre (10:30)

Police_Nationale_Francaise_153ca_450x450

0 0 votes
Évaluation de l'article
11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank