JUNGLE DE CALAIS : TROIS GÉNÉRAUX INTERPELLENT LE CHEF DE L’ÉTAT !

Le 6 février, le général Christian Piquemal, 76 ans, était interpellé à Calais dans les conditions honteuses et détestables que toute la France Patriote a pu constater.

 Il doit comparaître le 12 mai.

Trois Généraux, dont le Général Antoine Martinez que les lecteurs de Minurne connaissent bien, viennent d’adresser une lettre ouverte au Président de la République. Nous la publions ci-dessous intégralement.

Elle interpelle le Chef de l’État sur ses responsabilités, face à cette zone de non-droit qu’est devenue la ville de Calais (ne manquez pas de lire à ce sujet le dernier article de Luc Sommeyre).

Cette lettre ouverte est parue dans Le Figaro du 4 mars. Quelque chose semble en train de changer dans notre beau Pays de France…

Le bon Abbé Guy Pagès rappelait hier fort opportunément cette jolie pensée de Saint Augustin :
« L’Espérance a deux filles superbes : la colère et le courage.
« La colère pour que ce qui ne doit pas être ne soit pas, et le courage pour que ce qui doit être soit »
.

Marc Le Stahler

Bannière 2016

barre

Général Pierre Coursier

Général Pierre Coursier

général Antoine Martinez

Général Antoine Martinez

Général Jean du Verdier

Général Jean du Verdier

 

LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Le Président de la République française, en vertu de l’article V de la Constitution de 1958, est « le garant de l’intégrité du territoire ». Sa responsabilité est donc engagée dès lors que des migrants illégaux entrent massivement en France, avec des points de fixation comme Calais et le Calaisis.

Sur cette portion de notre territoire, abandonnée de facto par les autorités de la République, des milliers d’immigrants en situation irrégulière se sont concentrés, dans l’espoir de rejoindre le Royaume-Uni. La population locale n’a jamais été consultée sur cette implantation et vit dans la terreur des bandes mafieuses. Ce gigantesque bidonville, malheureusement comparable à ceux du Tiers-Monde, appelé à bon droit « La Jungle » par le bon-sens populaire, est une zone de non-droit de fait où dominent la violence et l’extorsion en bande organisée. Les lois de la République ne sont donc plus respectées.

Le Général Christian Piquemal s’est rendu pacifiquement sur place pour constater cette capitulation de l’État. Par une ironie blessante, il a été arrêté au nom de l’ordre public alors que les migrants illégaux demeurent libres de leurs faits et gestes pendant ce temps.
Vous devez, Monsieur le Président, prendre la mesure de l’indignation que ce paradoxe provoque dans le cœur de beaucoup de Français.

Certes, on peut alléguer l’impuissance de l’Europe de Schengen à assurer le respect de nos frontières. On peut également évoquer le manque de solidarité de nos voisins britanniques qui refusent d’adhérer à Schengen et d’aligner les conditions de travail et la répression du travail clandestin sur nos normes provoquant un appel d’air qui a créé la situation calaisienne. Il est vrai par ailleurs que ce n’est pas vous qui avez signé l’incompréhensible Traité du Touquet qui oblige la France, à ses frais, d’empêcher les migrants de partir pour le Royaume-Uni.

Il vous appartient néanmoins de négocier avec Londres et Bruxelles des modifications aux Traités actuels de Schengen et du Touquet qui ont contribué largement à créer le désordre calaisien. Il est urgent que vous puissiez vous rendre sur place pour évaluer et juger de la situation sur le terrain si tant est que les rapports administratifs ne permettent pas à eux seuls d’appréhender la situation existentielle désastreuse qui est faite aux habitants de cette région du nord de la France.

Il convient, au lieu de s’acharner sur un soldat, fut-il Général et Patriote, de rétablir l’ordre public à Calais, ce qui suppose l’éradication de « La Jungle » (une “jungle” peut-elle exister en République ?) et le renvoi de tous les clandestins dans leurs pays d’origine. Vous êtes, en effet, le garant de l’ordre public et aussi du respect de nos frontières et vous ne pouvez pas vous dérober à vos devoirs sur ces deux points essentiels.

En espérant que vous prendrez en compte ce message qui va au-delà des querelles politiques partisanes, en espérant que vous ne laisserez pas triompher l’injustice faite, certes à un Général, mais aussi à toute la population du Calaisis, et faire rétablir l’ordre public pour tous.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre très haute considération.

Général de Corps d’Armée Pierre Coursier (ancien Gouverneur militaire de Lille), 
Général Jean du Verdier,
Général Antoine Martinez,
Yvan Blot, ancien député du Nord-Pas-de-Calais,
Nicolas Stoquer, Secrétaire de la Conférence France-Armée.


Amis lecteurs, les commentaires sont ouverts.
N’hésitez pas à rejoindre et soutenir les signataires de cette lettre ouverte ! 


5 1 vote
Évaluation de l'article
18 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank