BREXIT : LA PANIQUE DE L’ESTABLISHMENT (par l’Imprécateur)

Share Button

  Brexit MLP

Sacrés pokens (1), ils ont osé !

Osé dire NON, ÇA SUFFIT ! à la technocratie ploutocrate qui dirige l’Europe et veut la vassaliser à l’oligarchie internationaliste dans l’esprit du pacte du Quincy (2) : une Europe islamisée au service des Etats-Unis d’Amérique.

Non, rien ne change dans la position que je soutiens depuis longtemps : les Américains sont de bons amis qui nous ont sauvé deux fois de l’Allemagne et l’Europe est l’une des meilleures choses qui nous soit arrivées. Mais cela n’empêche pas d’être conscient que les présidents américains, de Roosevelt à Obama en passant par Bush, ont toujours eu en tête la volonté d’intégrer l’Europe à leur vaste marché. Quoi de mieux que l’islam dont, comme son nom l’indique, l’idéologie est la soumission, pour la soumettre avec la complicité des émirs du golfe arabique ?

Non plus que d’avoir mis un espoir immense aujourd’hui déçu dans la construction européenne telle que l’avaient conçue ses inventeurs. Il eût fallu commencer par le sauvetage de l’industrie et la défense, poursuivre par l’harmonisation fiscale et sociale de manière à ce que les échanges économiques qui suivraient soient équilibrés en n’amènent pas une Europe à deux vitesses, celle des pays pauvres comme la Grèce et le Portugal vivant en permanence aux crochets des pays riches comme l’Allemagne.

Il y eut donc au départ deux grands projets : la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) et la Communauté Européenne de Défense (CED). À peine étaient-ils lancés que la technocratie européenne surfa sur l’incapacité des dirigeants politiques européens à s’entendre sur la direction de l’Europe. Elle prit le pouvoir par la Commission Européenne, conglomérat de hauts fonctionnaires couverts de diplômes et trop souvent  techniquement incompétents dont un bon exemple actuel est Pierre Moscovici, mauvais ministre des finances du gouvernement Ayrault, pistonné par Hollande qui voulait s’en débarrasser pour être Commissaire européen aux affaires économiques.

La CECA fut, avec toute sorte de bonnes raisons apparentes, transformée en une entreprise de démolition de l’industrie européenne qui permit aux aciers asiatiques et américains d’envahir le marché européen pendant que les mines de charbon étaient fermées. Quant à la CED, elle fut tout simplement bazardée sous prétexte que l’OTAN sous autorité américaine et armée par l’Amérique était là pour faire le travail.
Un seul pays résista, la Suisse qui fut aussitôt couverte d’opprobre : paradis fiscal où un peuple égoïste s’oppose à l’ouverture et à l’accueil de l’Autre (toujours avec un A majuscule).

FirefoxSchermSnapz001

Ceux qui connaissent la Suisse savent que c’est exactement le contraire : ce n’est pas un paradis fiscal, les Suisses et les réfugiés fiscaux européens y paient beaucoup d’impôts, mais elle est bien gérée ce qui rend l’impôt supportable et lui permet de ne pas être un enfer fiscal comme l’est devenue la France. Elle est accueillante aux migrants, mais elle en contrôle la qualité et les flux. De plus, elle a une armée bien équipée et solide, parfaitement intégrée au peuple suisse, redoutable pour ceux qui voudraient l’attaquer, mais on ne la voit pas, comme d’autres armées occidentales, occupée à intervenir en permanence dans les pays musulmans en guerre.

Après le Brexit, on voit toute l’élite technocratique européenne hurler à la mort, c’est l’Apocalypse ! Il faudrait rejouer le référendum, mettre en place des barrières pour éviter la contamination à d’autres pays, ruiner l’Angleterre pour faire un exemple, et surtout exécuter David Cameron en place publique comme le souhaitent Hollande et Moscovici qui lui ont officiellement demandé de se suicider politiquement pour éviter l’exécution.

Brexit BHL

L’inénarrable BHL s’est encore fait doublement remarquer par sa perspicacité et sa tolérance.

Cameron a respecté sa parole de consulter les Anglais, ce dont le peuple lui saura gré en ces temps de confiscation oligarchique de la vox populi et il s’apprête à démissionner, un geste gaullien qui montre son courage, son honnêteté et sa lucidité.

Il faut du courage, en effet, pour contrevenir aux directives occultes de l’oligarchie sous autorité américaine incarnée par Bilderberg (3).

Il n’y a malheureusement pas de traduction en français de cette interview

Il est, d’ailleurs, frappant de constater que la première réaction des dirigeants européens à l’annonce de la victoire du Brexit est de se réunir afin d’empêcher « l’effet domino ». Car les Anglais ne sont pas les seuls à vouloir quitter l’Europe, mais il ne faut pas que cela se sache. Nos dirigeants vont donc accélérer leur dérive anti-démocratique en bridant encore plus la liberté d’information (4).

Ce vote anglais est une claque pour l’establishment de la Commission Européenne et le trio Merkel-Hollande-Obama. C’est un succès pour les droites souverainistes. Le leader populiste Nigel Farage a dit que c’était « la victoire des vraies gens et de la décence politique, la défaite de la désinformation et des mensonges« . Confrontés à des crises économiques récurrentes qui touchent toujours l’Europe plus que les Américains ou les Asiatiques et à la vague migratoire qui menace leurs identités, les peuples européens perdent confiance en l’Europe.

Les Anglais subiront sans doute des conséquences économiques négatives, mais pourquoi seraient-ils en moins bonne position que tous les pays qui survivent parfaitement et prospèrent hors de l’Europe, comme la Suisse ?

Les Anglais ont fait un choix plus culturel qu’économique et cela montre qu’ils font passer la sauvegarde de leur identité avant le profit d’ailleurs très relatif, qu’apporte l’appartenance à l’Europe. Ils ont su résister à Napoléon, puis à Hitler, ils viennent de montrer que l’on peut aussi résister à Bruxelles et sa technocratie prétentieuse et incompétente, incapable d’apporter la prospérité et la stabilité promises il y a soixante-dix ans, incapable, après une longue période de paix, de contrôler l’invasion migratoire qui va faire exploser l’Europe.

L’Angleterre, après la décroissance travailliste, a montré un exemple de réussite libérale créant de l’emploi, attirant les jeunes les plus dynamiques et les plus créatifs de nombreux pays. Sa sortie de l’Europe est en cela une perte, car il est à craindre que les dirigeants européens pour resserrer les boulons n’accélèrent la socialisation de l’économie européenne.

Consternation chez Hollande et Obama, car Donald Trump avait prédit le succès du Brexit et était en Écosse depuis le jeudi précédent pour y assister tout en jouant au golf. La mère Clinton, guère plus douée que Laurent Fabius en politique internationale, avait au contraire annoncé un échec. « Est-ce que le Brexit signale l’élection de Donald Trump ? » demande CNN. A voir la tête consternée d’Obama on peut penser que oui.

images

Mais en France, le régime néo-totalitaire-politico-médiatique commence la contre-offensive en jouant sur deux tableaux, la peur et le mensonge. Reportages sur les Français qui vont devoir fuir le Royaume-Uni, l’Ecosse qui va faire sécession pour rejoindre la si merveilleuse Europe, annonce de catastrophes économiques à venir pour l’Angleterre. Objectif, que les Français se regroupent derrière leur roi de Tulle qui a convoqué tout le gotha politique européen pour colmater la brèche.
Cette peur, Hollande n’est pas le seul à la véhiculer, son comparse Juppé en fait autant.

On nous dit que ce sont les vieux et les paysans qui ont voté en masse pour le Brexit. Nos vieux à nous aussi votent en masse alors que les jeunes sont les gros bataillons de l’abstention, comme c’était clairement visible dans les bureaux de vote, ce 26 juin en Loire-Atlantique, où un référendum local avait lieu sur le transfert de l’aérodrome de Nantes à Notre-Dame-des-Landes. Juppé n’est pas vieux, c’est un « senior », mot qu’il aime bien pour sa proximité phonétique avec « seigneur ». Mais les vieux sont, croient-ils, facilement impressionnables. On va donc les inonder de discours anxiogènes et néanmoins flatteurs sur leur expérience qui leur fera choisir la solution de bon sens : votez Hollande votre meilleur défenseur pour rester dans l’Europe.

Rassurons-nous, les vieux ont surtout du bon sens à revendre, qualité dont sont dépourvus les énarques, et les vieux tiennent aussi beaucoup à leur identité et à la France.

Sarkozy l’a compris, qui est devenu un grand souverainiste : « Il y a une civilisation européenne, une identité européenne, une culture européenne, un mode de vie européen, qui repose sur les Nations. Ce sont d’abord elles qui font notre force. Que les dirigeants européens sachent se montrer à la hauteur de l’Histoire, qui ne leur pardonnera aucune lâcheté. L’heure est à la lucidité, à l’énergie et au leadership« .
Du pur de Gaulle mâtiné Churchill !

L’imprécateur

Bannière 2016

1 : « Poken » Dérivé de « english spoken », surnom donné par les habitants du Pas-de-Calais aux Anglais

2 : Pacte du Quincy : Le pacte du Quincy a été scellé le 14 février 1945 sur le croiseur USS Quincy ( CA-71) entre le roi Ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie saoudite, et le président américain Franklin Roosevelt, de retour de la conférence de Yalta.

3 : Selon le détective vétéran du Bilderberg et ancien journaliste de la BBC Tony Gosling, les mondialistes de la conférence de cette année à Dresde, Allemagne, ont comploté de re-positionner leurs actifs en vue d’exploiter les turbulences du marché à venir qu’ils prévoyaient après le Brexit. Étant donné que le Groupe Bilderberg a déjà discuté d’un effondrement économique presque immédiatement avant qu’il ne démarre il y a dix ans (la crise de 2008), la révélation que la cabale clandestine complote à nouveau en faveur d’une catastrophe financière devrait être pris au sérieux par tous ceux qui seront touchés par les retombées d’un autre effondrement du marché. D’ailleurs Georges Soros investit massivement dans l’or et liquide ses actifs industriels depuis quelles semaines.

4 : Il y a deux types de décodeurs TV-satellites : ceux qui donnent la TNT et ceux qui donnent TNT+international. Avec ces derniers et, par exemple, le satellite Astra, vous avez accès à la TV chinoise en français CCTV, la TV russe en français, TVCuba etc. souvent très critiques sur la France et l’Europe. Depuis deux ans le ministère des Finances exerce une forte pression sur les distributeurs et notamment les grandes surfaces, Auchan, Leclerc, Darty, etc. pour qu’ils retirent les TNT+international de la vente. Ils sont devenus presqu’introuvables.

Share Button

ASSASSINATS de MAGNANVILLE : HOMMAGE à J.B. SALVAING et J. SCHNEIDER LES VIDEOS DES INTERVENTIONS

Share Button

pezenasLe 13 juin 2016, pour la première fois sur le territoire de la République Française, un couple de fonctionnaires de police a été sauvagement assassiné par un terroriste islamiste.

A domicile, et avec une cruauté froide et calculée, sous le regard effaré d’un petit garçon.
Leur petit garçon de 3 ans…

Le Commandant de Police Jean-Baptiste Salvaing et sa compagne Jessica Schneider reposent désormais au petit cimetière de Montagnac, dans l’Hérault.
Qu’ils y soient en paix, pour l’éternité.

Mais, comme l’a exprimé ce jour le maire de Pézenas, il n’y pas de mot pour traduire « l’émotion, la rage et la colère » qui ont saisi la France devant cet acte odieux, chargé d’une indicible haine contre des représentants de l’Etat et, à travers eux, contre la France et peut-être bien contre l’humanité toute entière.

Notre longue histoire millénaire s’écrit aujourd’hui en lettres de sang, dans une guerre totale qui ne dit pas son nom, contre un ennemi barbare, sauvage et sans merci, se référant à une religion moyennageuse selon laquelle la mort « en martyr » serait une victoire chargée de promesses délirantes.

Nous en avons assez, de ces accusations d’islamophobie, répétées à l’envi dans une litanie incantatoire. Nous constatons objectivement que tous ces actes barbares sont commis – sans exception – au nom d’une religion qui n’a rien à voir avec notre culture, et que nous ne voulons plus voir sévir dans notre pays.
Le grand Voltaire nous a appris la tolérance, mais il n’aurait jamais prôné la soumission face à une telle horreur, une telle violence bestiale et une telle haine.

Trop d’attentats ont frappé la France depuis plus d’un an, sans que le gouvernement ne prenne les mesures appropriées à cette guerre sans merci. Le chef du gouvernement lui-même nous promet même des décennies de carnage, sur notre sol, dans cette Patrie délivrée des Nazis il y a 70 ans par le sacrifice de ses enfants et ceux de ses alliés.

Des solutions existent, même si elles font parfois mauvais ménage avec ce fameux « état de droit » dont la bien-pensance nous rebat les oreilles à la moindre occasion.

Le général de Gaulle, auquel nous devons largement aujourd’hui notre liberté recouvrée, ne s’est pas embarassé de l' »état de droit » en juin 1940, emportant avec lui la légitimité de la France, alors abandonnée et trahie par des dirigeants soumis à l’ennemi.

Or, le crime de Larossi Abdalla n’était pas une fatalité. L’assassin était connu des services de police et de justice. Fiché pour des actes de délinquance (vols, recel), il avait même été arrêté en 2011 et condamné en 2013 à 3 ans de prison dont 6 mois avec sursis pour « association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes » (excusez du peu) dans le cadre d’un procès d’une filière d’acheminement de djihadistes vers le Pakistan.

Lors d’une perquisition au domicile de ses parents, un agenda avait été saisi avec une liste de commissariats et de lieux touristiques des Yvelines. « Des cibles potentielles », soulignait à l’époque une source proche de l’enquête.

Il faisait depuis l’objet d’une surveillance, notamment de la part de la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT) et de la DGSI.

MAIS CE FOU FURIEUX ETAIT EN LIBERTE ! POURQUOI ? 

Rappelons tout de même que la protection des personnes est l’une des principales fonctions régaliennes de l’Etat. Cette protection n’existe pas, n’existe plus, et le gouvernement annonce même, par la voix de ses chefs, que cette insécurité va durer qu’il y aura encore de nombreux morts. Que cette impuissance de l’Etat va perdurer ! De la sueur, du sang et des larmes, mais Churchill, lui, proposait le combat. Non la soumission.

Le 17 juin, au Trocadéro, à l’appel du SIEL de Riposte Laïque et de Résistance Républicaine, s’est déroulée une manifestation en hommage aux policiers victimes du terrorisme islamiste.
Des hommes et des femmes de courage, ni racistes, ni islamophobes, ni fascistes, mais tout simplement des patriotes outragés par le laxisme gouvernemental, qui se sont dressés pour dire « NON ». Il y en aura de plus en plus. C’est une « vague patriote » qui s’est formée et qui va enfler dans les semaines qui viennent.

Voici, grâce à TV- Patriote, les vidéos des allocutions prononcées à cette occasion. Ecoutez les bien. Certaines de ces phrases seront peut-être un jour gravées dans les livres d’histoire, quand ces années de plomb que nous traversons ne seront plus qu’un mauvais souvenir.

Marc Le Stahler

Bannière 2016

barre

Discours de Karim Ouchikh

Discours de Serge Federbusch

Discours de Christine Tasin

Discours de Loïc Perdriel

Discours de Jean-Yves Le Gallou

Discours de Bernard Foucré

Discours de Brice Savin

Discours de Sébastien Jallamion

Discours de Pierre Cassen

Discours de Richard Haddad

Message de Robert Ménard

Discours de Frédéric Pichon

 

Share Button

“OCCITANIE” : LA VICTOIRE DU DROIT DU SANG SUR LE DROIT DU SOL (par Richard Roudier)

Share Button

La formidable victoire identitaire du nom de la région, c’est celle du droit du Sang sur le droit du Sol

Le résultat de la consultation sur le nom de la Grande Région ne laissait planer aucun doute, tant l’enracinement de la population, dans nos 13 départements est fort ; la surprise ne pouvait venir que de l’ampleur du résultat. Et nous n’avons pas été déçus puisque la presse nationale qualifie le choix “Occitanie” de « plébiscite »… Quant à l’équipe Delga, elle est encore sous le choc, ne sachant plus comment se débarrasser de la patate chaude, avouant même “on ne pourra faire autrement que de retenir Occitanie… (sic) impossible de trapper (passer à la trappe) un nom qui s’est imposé face aux autres noms en compétition, la question n’est plus de savoir si Occitanie va être validé, mais comment…”

Croix occitane

Alors que les Identitaires n’ont eu aucun accès aux médias régionaux, à la botte des jacobins et en position de monopole, via le groupe La Dépêche, le vote “Occitanie” frôle la majorité absolue avec 45%, auquel, il convient de rajouter le vote “Occitanie Pays-Catalan” à 12%, plus le vote “Languedoc” (dit historique – acception très proche d’Occitanie) à 10%, ce qui place le vote identitaire à deux tiers des suffrages exprimés, aux alentours de 67%… Rien d’étonnant à cela puisque tous les sondages le démontrent, les positions identitaires représentent, dans la population française, les 2/3 des électeurs. En faisant ce calcul, nous ne faisons que reprendre l’analyse de Carole Delga qui indique qu’il y a deux choix qui émergent, celui d’Occitanie et celui de Pyrénées mais la présidente de la Région oublie de préciser qu’Occitanie sort vainqueur dans le rapport de deux tiers/un tiers, et comme on dit chez Madame la Baronne : “Y a pas photo”.

Comme nous l’avions dit au début de la consultation, deux thèses s’affrontent : celle des jacobins-mondialistes avec une appellation à caractère géographique comprenant en l’occurrence Pyrénées ou Méditerranée ou même ces 2 noms accolés, c’est le choix, entre autres, des multinationales, qui considèrent la région comme une marque ; l’autre c’est celui des tenants de l’identité et de la cause des peuples. Le résultat est clair et sans appel : les Occitans-Catalans ont rejeté massivement et avec beaucoup de finesse toute connotation géographique assurant la victoire du droit du sang sur le droit du sol.

D’ailleurs cette analyse est confirmée en miroir par le clan des affairistes, et des politiciens “hors-sol” qui vient d’exprimer publiquement son désaccord au travers d’un communiqué de presse du président du Conseil Économique Social et Environnemental (CESER). Jean-Louis Chauzy est clair : “Ce serait une erreur de suivre le résultat de cette consultation. Si le 24 juin, la Région choisit le nom « Occitanie », nous demanderons au préfet de suivre l’avis du CESER (Languedoc-Pyrénées), car ce nom répondait à tous les critères importants : géographique, historique, culturel, sentiment d’appartenance, lisibilité“. On voit en quelle estime ce syndicaliste de la CFDT tient la population, mais ça ne nous surprend pas puisqu’on sait que depuis des mois la CFDT a rejoint le camp de Macron et du MEDEF. On pourrait d’ailleurs conseiller à Monsieur Chauzy de proposer que dorénavant le préfet remplace Carole Delga à l’Hôtel de région.

On notera également le mépris de l’exécutif régional vis-à-vis des Catalans, exécutif qui se triture les méninges pour proposer une ou plusieurs mesures pouvant désamorcer une fronde : localisation à Perpignan d’une Euro-Région ; soutien de la Région pour changer le nom du département des Pyrénées-Orientales ; présence dans le nouveau logo de la Région (à côté de la Croix occitane) des couleurs catalanes. Les catalans ont leur dignité et refusent par avance ces distributions de breloques. Ils connaissent l’Histoire et savent que les socialistes ont toujours fait des promesses aux autonomistes ou régionalistes pendant les campagnes électorales avant de les laisser tomber une fois élus et Mme Carole Delga ne fait ni mieux ni pire que François Mitterrand en 1981. Les échanges risquent d’être vifs au sein de la gauche lors de la séance de détermination du nom le 24 juin. Tout ça n’est que magouille et arrangements entre amis et Llorenç Perrié Albanell dans un souci de clarté démocratique vient de demander la publication des résultats département par département et en particulier celui des Pyrénées-Orientales.

Si Carole Delga –qui ne connaît pas l’histoire de l’arroseur arrosé – veut sortir par le haut de cette épreuve à haut risque qu’elle a elle-même déclenchée, nous lui conseillons de revenir aux fondamentaux et d’écouter la voix de l’histoire, la voix de l’identité et la voix du peuple.

En avant vers la Grande Région Occitanie-Pays Catalan !

Richard Roudier
Président de la Ligue du Midi



Cet article a été publié par la Ligue du Midi.


Share Button

LE VRAI-FAUX ÉTAT-D’URGENCE (par Daniel Pollett)

Share Button

LA FRANCE EN GUERRE

Dimanche 12 juin, 01h00 du matin, à Ganges (Hérault).

Nous rentrons d’un spectacle à Montpellier. Devant la gendarmerie, arrêt pour contrôle d’alcoolémie. Mais juste ça ! Je souffle dans le machin et la gendarmette est toute contente de me faire voir qu’il indique 0.00. Je lui réponds que je le lui avais dit en répondant à sa question « est-ce que vous avez bu ? » Et on nous laisse repartir. Nous pourrions avoir une dizaine de Kakachs dans le coffre avec un lot de munitions ; nous pourrions rouler dans une voiture volée destinée à perpétrer des attentats ; nous pourrions être fichés « S ». Rien de tout cela ne correspond aux ordres de contrôle que ces gendarmes appliquent. C’est sûr qu’à cette heure-là, ils vont trouver quelques fêtards ayant bu plus qu’autorisé…

Mais ne sommes-nous pas en état d’urgence ? La priorité n’est-elle pas à la lutte contre le terrorisme propagé par l’islam ? Laisseront-ils repartir de la même façon quelques barbus patibulaires ? Où est donc la protection des Français ? Dans quelques heures, deux policiers seront assassinés par un djihadiste déjà condamné pour préparation d’actes terroristes, leur enfant laissé orphelin après avoir assisté à la tuerie. Mais les contrôles-radar continuent de plus belle pour alimenter les caisses d’un État en faillite afin qu’il subventionne l’islamisation de la France, la désinformation des journaleux et l’agression contre les patriotes.

Mardi 14 Juin, 13h00, journal (!) télévisé de « La 2 » : Grande nouvelle ! Les gendarmes ont intercepté un autocar tout plein de Russes venus pour l’Euro de Foot. On ne sait pas s’ils sont tous coupables de participation à des scènes de sauvagerie dans les rues de Marseille, mais il est sûr que pour eux, l’Euro se termine là où est leur autocar. Belle prise ! Belle performance cazevidesque ! Avec de tels exploits, les djihadistes et autres perturbateurs de la paix civile et de l’ordre public vont trembler dans leurs repaires ! On va expulser ces troubles-fêtes sans ménagement et sans délai ! Soit, les coupables de ces agressions footballesques doivent être reconduits à la frontière – tiens ! existe-t-elle bien encore ? – mais est-ce le plus important aussi bien en tant que fait de société qu’en tant qu’élément d’information détaillée ?

On peut rêver de voir les forces de l’ordre aller dans les quartiers de droit musulman – et non pas de non-droit comme disent les journaleux – afin de fouiller les appartements, les caves, les garages et tous lieux susceptibles de servir de dépôts d’armes destinées aux prochains attentats. On peut rêver de les voir aussi investir les mosquées où sont prononcés des prêches contraires à notre République, aux droits de l’homme si chers aux bobos, aux droits de la femme surtout, au droit du peuple français à vivre comme il l’entend, au droit de l’humanité à vivre humainement et sans asservissement. On peut rêver…

Depuis plusieurs semaines ont lieu des grèves, des manifestations, des sabotages même exprimant le rejet du peuple français conte la loi el-connerie. L’association de malfaiteurs qui nous gouverne persiste à ne rien entendre. Les hooligans investissent les rues des villes participant à l’Euro de Foot, des mesures dérisoires sont prises quant à la consommation d’alcool, laissant l’appréciation de la clientèle visée aux commerçants. Des syndicats minoritaires sont conviés à une négociation indigne avec des instances gouvernementales par-dessus la direction de la SNCF et compromettant durablement l’avenir de cette entreprise publique.

Nous sommes bien dans une dictature, dans le ridicule aux yeux du monde entier, dans la faillite financière et économique, dans la guerre civile avançant à grands pas, si grands qu’ils surprennent encore ceux qui ne veulent pas dire son nom, comme ils ne voulaient pas dire celui de la guerre d’Algérie. Ce qui nous sert de gouvernement va encore nous faire le coup du « maintien de l’ordre ».

Du maintien de l’ordre dictatorial contre nous, patriotes, qu’on se le dise !

Daniel Polliett
Ligue du Midi


Cet article a été publié par la Ligue du Midi.


Share Button

LORSQUE L’ETAT TRAHIT LA NATION (éditorial du Général Antoine Martinez)

Share Button

(les passages en caractères gras ont été mis en évidence par la rédaction)

Pendant qu’en plein état d’urgence la chienlit règne dans notre pays à la dérive, en particulier dans notre capitale saccagée en raison de l’incapacité de nos gouvernants à faire respecter l’ordre ainsi que la sécurité et la protection des biens et des personnes, l’ennemi, lui, poursuit sans entrave son action sur notre sol en franchissant une nouvelle étape dans sa stratégie de terreur, assassinant à présent un couple de policiers à son propre domicile.
Au-delà de la douleur, de la compassion et du soutien qui doivent être manifestés aux familles endeuillées ainsi qu’à tous les policiers qui assurent dans des conditions difficiles la sécurité des citoyens, la Nation meurtrie doit à présent réagir et exprimer sa colère puisque depuis les attentats de janvier et novembre 2015, entre le sursaut ou le suicide, nos responsables politiques ne semblent pas vouloir choisir la première solution.
Le Chef de l’État s’entête à commenter les événements et refuse toujours de nommer précisément l’ennemi en déclarant à la suite de cet assassinat ignoble :  » c’est un acte incontestablement terroriste « .

Non, la vérité n’est pas celle-là. Il s’agit d’un acte incontestablement de guerre menée par l’islam.

Pourquoi donc refuser l’évidence et occulter la réalité ? C’est, en fait, une question essentielle à laquelle nos gouvernants ont aujourd’hui le devoir de répondre. Car on a pu penser pendant de nombreuses années qu’ils avaient, par manque de clairvoyance, par laxisme, et comme tous leurs prédécesseurs, laissé faire en matière d’immigration. Ce manque coupable de lucidité a conduit à la situation désastreuse que nous connaissons avec l’entrée sur notre territoire de populations dont la culture et la religion, incompatibles avec les nôtres, invalident par leur nombre tout espoir d’intégration.

Mais l’analyse de certains événements ainsi que de déclarations, actions ou tentatives menées depuis 2012 tend à démontrer que, loin d’être passifs, nos gouvernants favorisent finalement de façon active et concrète l’instauration du communautarisme et l’islamisation criminelle de la société. Par cette démarche cynique et contraire au bien commun et à l’intérêt de la Nation qu’ils trahissent, ils visent, en fait, un double but.

Sur le long terme, ils veulent réaliser l’utopie maçonnique : faire disparaître nos racines et nos traditions chrétiennes en imposant, par le biais d’une immigration de peuplement de culture très différente, une mutation à marche forcée de notre identité. Ils souhaitent que cela débouche à terme sur la République universelle, avec une société athée débarrassée de toute morale chrétienne qui constitue un obstacle à leur projet insensé, utopie ultime des loges et de la finance apatride.

Sur le court terme, il veulent reconstituer leur socle électoral en naturalisant à tour de bras à défaut de réussir, faute d’une majorité suffisante, à accorder le droit de vote aux étrangers non européens, en appliquant des mesures préconisées par les études de Terra Nova et en encensant cette immigration extra-européenne contre et au détriment du peuple français.

Ils oublient simplement deux choses : d’une part, ils ne réussiront jamais à convertir en athées des adeptes convaincus de l’islam – qui n’est pas une religion et qui vise la conquête du monde. Ils commettent donc une erreur magistrale dans la conduite de leur projet ; d’autre part, ils parviendront peut-être, dans un premier temps, à reconstituer leur socle électoral en obtenant les voix des derniers arrivés ce qui leur permettra d’exercer encore le pouvoir. Mais pour combien de temps ? Ce résultat sera, en effet, temporaire car ils seront ensuite balayés par ceux-là mêmes qu’ils encensent aujourd’hui et qui seront suffisamment nombreux pour accéder seuls au pouvoir de façon démocratique pour le plus grand malheur de la France et de l’Europe.

C’est donc bien la voie du suicide, même s’ils ne l’ont pas choisie, sur laquelle ils se sont engagés. Comment peuvent-ils devant l’évidence – l’ennemi c’est l’islam – continuer sur cette voie mortelle ?

Parmi les décisions qui confirment cette volonté d’imposer la mutation de l’identité du peuple français, les plus récentes sont concrétisées par les projets de deux ministres – et ce n’est pas un hasard – de culture musulmane.

ELKLa première, la ministre du travail, défend un projet de loi dont on ne sait pas vraiment s’il ne finira pas finalement dans un tiroir en raison des oppositions qui se manifestent violemment dans la rue depuis plusieurs semaines. Mais si les opposants à ce texte se focalisent sur son article 2, il est cependant un autre article que presque personne n’évoque – l’article 6 – qui, s’il n’est pas modifié bouleversera profondément les relations au sein des entreprises entre, non seulement le patron et ses salariés, mais également entre les salariés entre eux.

Car personne ne pourra alors s’opposer au fait que des salariés – de confession musulmane, car c’est bien pour eux que cet article a été élaboré – veuillent manifester leurs convictions religieuses sur leur lieu de travail. Il s’agit bien de la marque d’une volonté affichée d’islamiser les relations sociales. C’est intolérable et inacceptable.

NVBLa seconde, la ministre de l’Éducation nationale, a annoncé son intention de faciliter l’apprentissage de la langue arabe dès le CP à partir de la rentrée prochaine. Il semble que les conséquences de quarante années de mesures insensées qui défient le bon sens, comme l’instauration des ELCO (Enseignement de la Langue et de la Culture d’Origine), ne soient toujours pas comprises malgré les rapports alarmants du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) que nos gouvernants se sont empressés de supprimer à leur arrivée au pouvoir. Il est pourtant clair que ces mesures ont constitué jusqu’ici un frein puissant à l’intégration des jeunes issus de l’immigration. Les résultats scolaires le démontrent, une grande partie des ces jeunes ne maîtrisant pas le français ce qui représente un obstacle majeur au moment de leur entrée dans la vie active.

La conséquence est que l’école de la République est devenue le creuset de la libanisation du pays. En prenant cette nouvelle décision irresponsable, la ministre accentuera le repli identitaire de cette partie de la société et accélérera le développement d’un communautarisme encore plus agressif. N’oublions pas que c’est cette même école qui a construit ces milliers de djihadistes nés sur notre sol. Ce projet est donc insupportable et criminel pour l’unité de la Nation déjà bien mal en point et il doit être combattu vigoureusement.

D’autres actions ou tentatives dans le même sens ont également été engagées au cours des trois dernières années, et au plus haut niveau de l’État d’ailleurs, même si plus personne n’en parle aujourd’hui car elles n’ont pas abouti.
Mais il faut les rappeler, car leur caractère répétitif et insistant visant le même but dévoile et met bien en évidence cette volonté d’imposer la mutation identitaire du peuple français. Elles pourraient donc être qualifiées de trahison à l’égard de la Nation.

Le Président de la République envisageait, en effet, en 2015, de convoquer le Parlement en Congrès pour modifier la Constitution afin de pouvoir ratifier la Charte européenne des langues régionales et minoritaires qui avait été jugée non conforme par le Conseil constitutionnel il y a déjà plusieurs années.
Mais quelle était la motivation cachée de ce projet qui n’a pas abouti car le Président a compris qu’il ne disposerait pas d’une majorité suffisante ? La récente décision de la ministre de l’Éducation nationale sur l’apprentissage de la langue arabe dès le CP pourrait apporter un éclairage intéressant et suggérer la réponse à cette question.
Car, finalement, les termes importants de l’intitulé de cette Charte n’étaient-ils pas  » langues minoritaires  » avec le but inavoué de favoriser précisément, par clientélisme, l’admission de la langue arabe pratiquée par de nombreux compatriotes musulmans dont le vote compte aujourd’hui ? Il est difficile de ne pas le penser d’autant plus que cette tentative succédait à une précédente, concrétisée par le rapport sur la refondation de la politique d’intégration remis au Premier ministre à la fin de l’année 2013 et qui représentait une véritable provocation et une déclaration de guerre pour la Nation. Après le tollé provoqué par sa publication, nos gouvernants s’étaient indignés (comme la ministre de l’Éducation nationale aujourd’hui face aux critiques sur son projet) des interprétations formulées sur ce texte clamant qu’il ne représentait pas la position du gouvernement.
Le Président de la République, lui-même, n’hésitait pas à affirmer que ce rapport  » n’est pas du tout la position du gouvernement « . Quelle hypocrisie et quelle mauvaise foi quand on sait que ce rapport avait été commandé par le chef du gouvernement avec une lettre de cadrage claire sur ce que devait être ses conclusions. Dix ministères avaient d’ailleurs été sollicités pendant plusieurs mois et les listes des présidents et des membres des groupes de travail avaient été validés par Matignon et l’Élysée.
Parmi les propositions insensées présentées qui relèvent, en fait, de la trahison à l’égard de la nation française, ce rapport insistait notamment sur  » la dimension arabe orientale de la France  » (sic) et préconisait déjà l’introduction de la langue arabe qui aurait eu, en outre, un statut égal avec le français !

Ces préconisations, ces propositions ne sont pas dignes de responsables politiques à qui la nation a confié sa destinée. Ils n’ont pas le droit de trahir l’âme de la France et de son peuple qu’ils plongent dans la désespérance et dans l’exaspération qui provoqueront inévitablement sa révolte légitime.

On le constate, le fossé se creuse entre le peuple et ses dirigeants qui apparaissent, à juste titre en raison de leur démarche incompréhensible évoquée plus haut, comme œuvrant contre l’intérêt de la France et de son peuple . Comment peuvent-ils favoriser et courtiser à ce point cette immigration de peuplement qui nous est hostile et qui conduit à une fracture identitaire source d’une guerre civile ethnique annoncée – car c’est à cela que mène leur multiculturalisme forcé qui n’est d’ailleurs pas multi mais bi – alors qu’ils ne peuvent pas ignorer qu’elle produit, sur notre sol, de plus en plus de combattants prêts à nous tuer car animés d’une haine viscérale commandée par le Coran à l’égard des non-musulmans ?

Quarante ans ont suffi pour rendre la France méconnaissable. Il est temps, aujourd’hui, de réagir – c’est une question de vie ou de mort – et d’engager un processus raisonné de désislamisation progressive de notre société sur les quarante prochaines années par une série de mesures qui doivent répondre à un principe de précaution : arrêt de cette immigration, fin du regroupement familial, renvoi des clandestins, fermeture des mosquées salafistes, arrêt de la construction de nouvelles mosquées, arrêt de l’abattage rituel des animaux, application stricte de la loi républicaine sur l’interdiction de la burqa… et bien d’autres.

Ces mesures doivent, avant qu’il ne soit trop tard, provoquer et favoriser l’émigration de la partie importante de cette immigration ou issue de cette immigration qui refuse nos principes d’intégration et d’assimilation, nos valeurs et nos traditions vers des terres plus accueillantes pour pratiquer leur foi mortifère.
Parce que la guerre civile annoncée est probablement déjà engagée. Et si nous sommes en guerre comme l’a affirmé le Président de la République, il faut nommer l’ennemi, et le peuple a le droit et même le devoir de se défendre en toute légalité. Quant à l’État, il n’a pas le droit de trahir la Nation.  

18 juin 2016

Général (2s) Antoine MARTINEZ

000 Général Martinez 000 general-antoine-martinez

Editions Amalthée – 238 pages – n° ISBN 978 2 310 01314 7  –  19,80 €
site internet : www.editions-amalthee.com

Share Button

HOLLANDE ou la MORT PROGRAMMEE de nos LIBERTÉS (par l’Imprécateur)

Share Button

Le pire des crimes qu’aura commis François Hollande n’est pas d’avoir tenté d’imposer à la France un modèle économique socialiste condamné à l’échec par nature (1). La France s’en sortira malgré le conservatisme forcené des syndicats, d’une grande partie de l’administration et de la gauche politico-médiatique qui s’obstine à vouloir se parer de la couleur rouge sang du marxisme.

Le pire des crimes de François Hollande est celui de supprimer avec constance et obstination les libertés garanties par la Constitution au moyen de lois et de pressions policières, juridiques, médiatiques et financières sur tous ceux qui osent contester, critiquer, démontrer la fausseté des thèses idéologiques, sociales et économiques du président et de son gouvernement.

Il y a une incontestable radicalisation du comportement de l’Etat envers ceux qui ont des opinions « hors idéologie » marxiste. Longtemps celles-ci n’ont provoqué à gauche que des articles de journaux ou des interventions verbales parfois assorties d’insultes. Les procès étaient rarissimes, comme ceux que les communistes intentaient à ceux qui dénonçaient le goulag ou le racisme staliniens (déportation des Juifs, des Tatars, des Tchétchènes et quelques autres ethnies, génocide des Ukrainiens, etc…)

Avec les socialistes et les lois mémorielles, les opinions « déviantes » ont ensuite valu à leurs auteurs des amendes souvent symboliques, parfois lourdes et accompagnées de peines avec sursis comme, par exemple, dans le cas bien connu d’Eric Zemmour. Maintenant, c’est carrément la taule, par exemple Boris Le Lay condamné à deux ans de prison ferme pour avoir contesté l’impartialité de la magistrate d’origine africaine Fatou Mano qui l’avait précédemment condamné à six mois fermes pour avoir déclaré « qu’il n’y avait pas de Celtes noirs, qu’on n’en avait jamais vu, et qu’on n’en verrait jamais« . Pendant ce temps, les imams sunnites-salafistes ne sont toujours pas inquiétés quand ils légitiment le viol des femmes non voilées et recrutent des jeunes pour le djihad, lesquels, quand ils reviennent de Syrie, se voient offrir des stages de « déradicalisation » aux frais des contribuables.

Si Christiane Taubira a incontestablement contribué à cette dérive de la justice vers le totalitarisme avec des lois et décrets qui par petites touches ont progressivement rogné les libertés, son successeur, Urvoas, ne vaut guère mieux qui n’a aucune réaction quand il apparait de manière aveuglante que la justice française est à deux vitesses. Si Le Lay mérite six mois fermes pour avoir déclaré sur son blog qu’il n’y a pas de Celtes noirs, combien devrait mériter, à votre avis, un notable français qui a déclaré le 31 octobre 2015 (2), dans un entretien où était évoquée l’afro-américaine Nafissatou Dialo à qui DSK aurait imposé en 2011 une fellation, que c’était une « femme de chambre noire, laide, horrible » ?

frydman110316-665x1024

François Hollande décore Jean Frydman

En six mots, ce notable (3) a commis un triple délit qui aurait du lui valoir les foudres de la Justice : il affiche un mépris ostensible de classe sociale, c’est une « femme de chambre », une « sans-dents » en quelques sorte, raciste, elle est de couleur de peau « noire », doublé d’une justification esthétique mensongère pour démentir l’éventualité d’une tentation sexuelle chez DSK, elle était « laide, horrible ». Imaginez qu’il ait déclaré la même chose à propos d’une ministre ou d’une magistrate !

Or, le 11 mars 2016, ce notable a été fait chevalier de la Légion d’honneur à l’Élysée par le président de la République française lui-même ! Donc, un homme de communication qui affiche son socialisme peut dire n’importe quelles horreurs racistes, on le décore. Si le même était de droite il serait probablement condamné à de la prison ferme.

Diallo-contre-attaque-en-France

Ce n’est pas miss monde, c’est certain, mais de là à la trouver « laide et horrible pace qu’elle est noire et femme de chambre… »

L’information officielle, celle des chaines de télévision et journaux contrôlés par l’Etat est idéologiquement très orientée. Le carnage d’Orlando en Floride, commis par un afghan de nationalité américaine contre un club homosexuel, a donné lieu à un déferlement d’information biaisée pour démontrer que l’islam n’était pas responsable de cette horreur. Omar Marteen est « un loup solitaire » (C dans l’air), « un fou« , la législation sur la détention d’armes aux Etats-Unis est insuffisante, donc c’est la faute des Républicains (France 24), etc. Autrement dit, le vrai responsable, c’est la société américaine. Le témoignage de l’épouse d’Omar affirmant qu’il était violent, instable et musulman pratiquant radicalisé ? À peine évoqué une fois (France 24), qu’il avait fait allégeance à l’Etat Islamique ? Idem. Que l’EI a revendiqué et confirmé la paternité de l’attentat et que l’EI laisse les exécutants libres du choix de la cible et des moyens à utiliser pour réaliser l’attentat ? À peine évoqué lui aussi (C dans l’air). Que se procurer des armes de guerre est partout facile, y compris en France et en Europe quand on a les relations nécessaires dans le milieu islamique ? Dit par un criminologue, mais sans insister.

Au même moment, en France, à Magnanville (Yvelines), un commandant de police était poignardé vers 21 heures au moment où il franchissait le portail de son domicile. Il a appelé les voisins entre le premier et le second coup de poignard. Au total, il en a reçu neuf dans l’abdomen, aux cris de Allahou Akbar (voisins cités par BFMTV). La police est arrivée rapidement et a trouvé le musulman djihadiste enfermé dans la maison où il venait d’égorger la compagne du commandant, elle-même secrétaire de police. La vie de leur petit garçon de trois ans étant gravement menacée, le RAID a abattu le musulman djihadiste vers minuit. Au cours des négociations qui ont précédé, le musulman a révélé appartenir à l’Organisation Etat Islamique (Le Monde). Larossi Abballah était déjà connu de la police et de la justice comme militant islamiste dangereux, ce qu’ont confirmé l’agence islamiste Amaq et le centre américain de surveillance des réseaux djihadistes SITE.

Pourquoi était-il en liberté ou n’avait-il pas été expulsé vers son pays d’origine ?

SafariSchermSnapz001

Mercredi soir 15 juin au 20 heures, Bernard Cazeneuve soutenait devant David Pujadas que juridiquement parlant rien ne pouvait être reproché à l’Etat, Abdallah s’étant bien comporté pendant son séjour précédent en prison et ayant respecté les conditions mises à sa libération anticipée. Policiers, gendarmes et juges savent bien que les criminels intelligents se comportent toujours en parfaits citoyens le temps d’obtenir leur libération, ce qui leur permet de récidiver plus rapidement s’ils le désirent. Mais comme dit Cazeneuve, « puisque la lettre de la loi est respectée »… Il n’y peut donc rien si des vies sont perdues parce que les politiciens comme lui n’ont toujours rien compris à l’esprit des lois qui régissent les remises en liberté et veut que les criminels aient réellement renoncé au crime, fut-il religieux.

Dans le cas des musulmans en djihad, cela signifierait au strict minimum qu’ils aient abjuré publiquement l’islam et se soient officiellement convertis à l’athéisme ou à une religion interdisant le meurtre : christianisme, bouddhisme, judaïsme… « Tu ne tueras point » : Sixième commandement du Décalogue, Exode 20:13 (Bible), cinquième commandement du catéchisme de l’Eglise catholique (Vatican).

Le sixième commandement du Coran interdit lui aussi le meurtre, mais avec une restriction qu’ignorent nos hommes et femmes politiques, à peu près tous totalement incultes en matière de religion comme l’a confessé un jour Alain Juppé : le Coran n’interdit que le meurtre des autres musulmans et recommande dans plusieurs sourates l’assassinat des « mécréants », les « kouffars », par tous les moyens.
En outre la secte sunnite, majoritairement représentée en France, n’interdit que le meurtre des sunnites.

En février dernier, à Brest, un imam du nom de Rachid El Jay, dit « Abou Houdeyfa « , ci-devant prédicateur salafiste à la mosquée de Brest, prêchait : « Le hijab, c’est la pudeur de la femme, et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme-là, la négligent, et l’utilisent comme un objet. » Magnifique justification du viol, lequel est en principe puni par les lois de la République, ainsi que tous ceux qui en font l’apologie.

Les gendarmes ont autre chose à faire. L’imam enseigne aussi le Coran à des enfants. Il les menace d’être transformés en singes ou en porcs s’ils écoutent de la musique.
Le maire socialiste de la ville le soutient et va ouvrir une école coranique en juin.
Le poursuivre en justice ? Vous rigolez !

Car pendant ce temps-là, le 17 février, des élèves de troisième de l’école Sainte Anne, à Auray (près de Vannes), ont été convoqués par la gendarmerie. Qu’avaient-ils donc fait ? Vendu de la coke à leurs camarades ? Brûlé une voiture ? Ils avaient simplement assisté au cours d’histoire de leur prof ! Dans le cadre d’une introduction à la géopolitique contemporaine , Pascal G., le prof, avait parlé de la Russie d’aujourd’hui et de son président, Vladimir Poutine. Et les gendarmes, sur ordre d’un procureur, voulaient tout savoir de ce que le prof avait dit. C’est pour cela que six gamins se sont retrouvés à la gendarmerie, le prof parti en vacances de neige a été convoqué à son retour.

Il ne fait pas bon être professeur d’histoire en Hollandie où les profs sont fichés par l’Éducation nationale. Ah ! les « valeurs de la République » …

L’Imprécateur

Bannière 2016

1 : L’échec du modèle économique socialiste est attesté par 70 années d’expérimentation en Union soviétique, 40 ans dans les pays d’Europe de l’Est, 30 ans en Chine première puissance économique du monde jusqu’au 18ème siècle, ruinée par le socialisme sous Mao, sauvée par l’économie de marché après 1978, 20 ans au Venezuela de Chavez-Maduro, 50 ans de castrisme à Cuba en cours de sauvetage depuis le 15 juillet 2010 avec la déclaration de Fidel Castro au journaliste Jeffrey Goldberg « Le socialisme, ça ne marche pas« , etc. etc.

2 : Sur la chaine télévisée de Patrick Drahi, BFMTV, avec le journaliste Thomas Misrachi.

3 : Mr Jean Frydman, co-fondateur d’Europe1 avec Charles Michelson, ex-conseiller de deux ministres israéliens, Yithzak Rabin et d’Ehoud Barak.

Share Button

BILDERBERG MEETING (9 au 12 juin à DRESDE) – LA LISTE DES PARTICIPANTS

Share Button

Chers amis lecteurs, vous trouverez ci-dessous, pour votre information, la liste des heureux participants à la prochaine réunion du Club de Bilderberg.

Pendant que le bon peuple se polarise sur le lancement de l’Euro (panem et circenses, rien n’a changé en 20 siècles), ces honorables dignitaires, bien que ne disposant d’aucun mandat électif pour ce faire, en liaison avec d’autres joyeusetés telles la Trilatérale, la FAF (French American Foundation), le Siècle, Skull and Bones, etc… décident des affaires du monde.

Michael Meacher, ancien ministre de Tony Blair, décrit Bilderberg comme « une cabale anti-démocratique de dirigeants occidentaux, réunis en privé pour maintenir leur pouvoir et leur influence en dehors d’un contrôle public.« 

Voici un extrait de ce qu’écrivait de Bilderberg Maurice D. il y a quelques années, avant la fermeture arbitraire de Minurne 1 par la police politique de Manuel Valls.

 

barre
Bilderberg est un peu la filiale européenne de la Trilatérale et dispose de relais nationaux comme, en France, le Club Le Siècle auquel appartiennent tous les importants et les ambitieux nuls ou moins nuls de la politique, tous partis confondus, de la presse, du syndicalisme et bien sûr des affaires.

Pendant des décennies, ces crapules de haut vol ont réussi à garder le secret sur leurs réunions où l’on prévoit et organise dans tous les domaines ce qui pourra conforter les plus grosses fortunes de la planète par la politique, le syndicalisme, la guerre si nécessaire, la médecine, l’éducation. Aucun domaine n’est à l’abri de leurs attentions.

L’organisation comporte trois niveaux : les instigateurs qui sont eux-mêmes des membres et les relais de la Trilatérale ; ceux qui ont intérêt à ce que ça fonctionne, comme les banquiers, les assureurs, les laboratoires, l’armement, l’automobile, etc. ; et les exécutants, copieusement méprisés par les deux premiers mais chouchoutés puisqu’ils seront la cheville ouvrière de la continuation de leur colossal enrichissement.

C’est à cause de ce secret si bien préservé pendant des décennies (Bilderberg a été créé en 1954 par la Federal Reserve Bank, plus Rockfeller, Rothschild, Morgan et Barbo, quatre des plus importantes banques mondiales – Barbo, c’est ING Direct entre autres -), que son existence est méconnue du grand public, car ces gens-là tiennent bien dans leurs muselières la presse et la communication.

C’est dommage, parce que les instructions qui seront données aux participants à Bilderberg concernent notre avenir avec quelque temps d’avance.

barre


BILDERBERG JUIN 2016 (DRESDE) LISTE DES PARTICIPANTS


CHAIRMAN (PRESIDENT)

Castries, Henri de (FRA), Chairman and CEO, AXA Group

 

Aboutaleb, Ahmed (NLD), Mayor, City of Rotterdam

Achleitner, Paul M. (DEU), Chairman of the Supervisory Board, Deutsche Bank AG

Agius, Marcus (GBR), Chairman, PA Consulting Group

Ahrenkiel, Thomas (DNK), Permanent Secretary, Ministry of Defence

Albuquerque, Maria Luís (PRT), Former Minister of Finance; MP, Social Democratic Party

Alierta, César (ESP), Executive Chairman and CEO, Telefónica

Altman, Roger C. (USA), Executive Chairman, Evercore

Altman, Sam (USA), President, Y Combinator

Andersson, Magdalena (SWE), Minister of Finance

Applebaum, Anne (USA), Columnist Washington Post; Director of the Transitions Forum, Legatum Institute

Apunen, Matti (FIN), Director, Finnish Business and Policy Forum EVA

Aydin-Düzgit, Senem (TUR), Associate Professor and Jean Monnet Chair, Istanbul Bilgi University

Barbizet, Patricia (FRA), CEO, Artemis

Barroso, José M. Durão (PRT), Former President of the European Commission

Baverez, Nicolas (FRA), Partner, Gibson, Dunn & Crutcher

Bengio, Yoshua (CAN), Professor in Computer Science and Operations Research, University of Montreal

Benko, René (AUT), Founder and Chairman of the Advisory Board, SIGNA Holding GmbH

Bernabè, Franco (ITA), Chairman, CartaSi S.p.A.

Beurden, Ben van (NLD), CEO, Royal Dutch Shell plc

Blanchard, Olivier (FRA), Fred Bergsten Senior Fellow, Peterson Institute

Botín, Ana P. (ESP), Executive Chairman, Banco Santander

Brandtzæg, Svein Richard (NOR), President and CEO, Norsk Hydro ASA

Breedlove, Philip M. (INT), Former Supreme Allied Commander Europe

Brende, Børge (NOR), Minister of Foreign Affairs

Burns, William J. (USA), President, Carnegie Endowment for International Peace

Cebrián, Juan Luis (ESP), Executive Chairman, PRISA and El País

Charpentier, Emmanuelle (FRA), Director, Max Planck Institute for Infection Biology

Coeuré, Benoît (INT), Member of the Executive Board, European Central Bank

Costamagna, Claudio (ITA), Chairman, Cassa Depositi e Prestiti S.p.A.

Cote, David M. (USA), Chairman and CEO, Honeywell

Cryan, John (DEU), CEO, Deutsche Bank AG

Dassù, Marta (ITA), Senior Director, European Affairs, Aspen Institute

Dijksma, Sharon A.M. (NLD), Minister for the Environment

Döpfner, Mathias (DEU), CEO, Axel Springer SE

Dyvig, Christian (DNK), Chairman, Kompan

Ebeling, Thomas (DEU), CEO, ProSiebenSat.1

Elkann, John (ITA), Chairman and CEO, EXOR; Chairman, Fiat Chrysler Automobiles

Enders, Thomas (DEU), CEO, Airbus Group

Engel, Richard (USA), Chief Foreign Correspondent, NBC News

Fabius, Laurent (FRA), President, Constitutional Council

Federspiel, Ulrik (DNK), Group Executive, Haldor Topsøe A/S

Ferguson, Jr., Roger W. (USA), President and CEO, TIAA

Ferguson, Niall (USA), Professor of History, Harvard University

Flint, Douglas J. (GBR), Group Chairman, HSBC Holdings plc

Garicano, Luis (ESP), Professor of Economics, LSE; Senior Advisor to Ciudadanos

Georgieva, Kristalina (INT), Vice President, European Commission

Gernelle, Etienne (FRA), Editorial Director, Le Point

Gomes da Silva, Carlos (PRT), Vice Chairman and CEO, Galp Energia

Goodman, Helen (GBR), MP, Labour Party

Goulard, Sylvie (INT), Member of the European Parliament

Graham, Lindsey (USA), Senator

Grillo, Ulrich (DEU), Chairman, Grillo-Werke AG; President, Bundesverband der Deutschen Industrie

Gruber, Lilli (ITA), Editor-in-Chief and Anchor “Otto e mezzo”, La7 TV

Hadfield, Chris (CAN), Colonel, Astronaut

Halberstadt, Victor (NLD), Professor of Economics, Leiden University

Harding, Dido (GBR), CEO, TalkTalk Telecom Group plc

Hassabis, Demis (GBR), Co-Founder and CEO, DeepMind

Hobson, Mellody (USA), President, Ariel Investment, LLC

Hoffman, Reid (USA), Co-Founder and Executive Chairman, LinkedIn

Höttges, Timotheus (DEU), CEO, Deutsche Telekom AG

Jacobs, Kenneth M. (USA), Chairman and CEO, Lazard

Jäkel, Julia (DEU), CEO, Gruner + Jahr

Johnson, James A. (USA), Chairman, Johnson Capital Partners

Jonsson, Conni (SWE), Founder and Chairman, EQT

Jordan, Jr., Vernon E. (USA), Senior Managing Director, Lazard Frères & Co. LLC

Kaeser, Joe (DEU), President and CEO, Siemens AG

Karp, Alex (USA), CEO, Palantir Technologies

Kengeter, Carsten (DEU), CEO, Deutsche Börse AG

Kerr, John (GBR), Deputy Chairman, Scottish Power

Kherbache, Yasmine (BEL), MP, Flemish Parliament

Kissinger, Henry A. (USA), Chairman, Kissinger Associates, Inc.

Kleinfeld, Klaus (USA), Chairman and CEO, Alcoa

Kravis, Henry R. (USA), Co-Chairman and Co-CEO, Kohlberg Kravis Roberts & Co.

Kravis, Marie-Josée (USA), Senior Fellow, Hudson Institute

Kudelski, André (CHE), Chairman and CEO, Kudelski Group

Lagarde, Christine (INT), Managing Director, International Monetary Fund

Levin, Richard (USA), CEO, Coursera

Leyen, Ursula von der (DEU), Minister of Defence

Leysen, Thomas (BEL), Chairman, KBC Group

Logothetis, George (GRC), Chairman and CEO, Libra Group

Maizière, Thomas de (DEU), Minister of the Interior, Federal Ministry of the Interior

Makan, Divesh (USA), CEO, ICONIQ Capital

Malcomson, Scott (USA), Author; President, Monere Ltd.

Markwalder, Christa (CHE), President of the National Council and the Federal Assembly

McArdle, Megan (USA), Columnist, Bloomberg View

Michel, Charles (BEL), Prime Minister

Micklethwait, John (USA), Editor-in-Chief, Bloomberg LP

Minton Beddoes, Zanny (GBR), Editor-in-Chief, The Economist

Mitsotakis, Kyriakos (GRC), President, New Democracy Party

Morneau, Bill (CAN), Minister of Finance

Mundie, Craig J. (USA), Principal, Mundie & Associates

Murray, Charles A. (USA), W.H. Brady Scholar, American Enterprise Institute

Netherlands, H.M. the King of the (NLD)

Noonan, Michael (IRL), Minister for Finance

Noonan, Peggy (USA), Author, Columnist, The Wall Street Journal

O’Leary, Michael (IRL), CEO, Ryanair Plc

Ollongren, Kajsa (NLD), Deputy Mayor of Amsterdam

Özel, Soli (TUR), Professor, Kadir Has University

Papalexopoulos, Dimitri (GRC), CEO, Titan Cement Co.

Petraeus, David H. (USA), Chairman, KKR Global Institute

Philippe, Edouard (FRA), Mayor of Le Havre

Pind, Søren (DNK), Minister of Justice

Ratti, Carlo (ITA), Director, MIT Senseable City Lab

Reisman, Heather M. (CAN), Chair and CEO, Indigo Books & Music Inc.

Rutte, Mark (NLD), Prime Minister

Sawers, John (GBR), Chairman and Partner, Macro Advisory Partners

Schäuble, Wolfgang (DEU), Minister of Finance

Schieder, Andreas (AUT), Chairman, Social Democratic Group

Schmidt, Eric E. (USA), Executive Chairman, Alphabet Inc.

Scholten, Rudolf (AUT), CEO, Oesterreichische Kontrollbank AG

Schwab, Klaus (INT), Executive Chairman, World Economic Forum

Sikorski, Radoslaw (POL), Senior Fellow, Harvard University; Former Minister of Foreign Affairs

Simsek, Mehmet (TUR), Deputy Prime Minister

Sinn, Hans-Werner (DEU), Professor for Economics and Public Finance, Ludwig Maximilian University of Munich

Skogen Lund, Kristin (NOR), Director General, The Confederation of Norwegian Enterprise Standing, Guy (GBR), Co-President, BIEN; Research Professor, University of London

Svanberg, Carl-Henric (SWE), Chairman, BP plc and AB Volvo

Thiel, Peter A. (USA), President, Thiel Capital

Tillich, Stanislaw (DEU), Minister-President of Saxony

Vetterli, Martin (CHE), President, NSF

Wahlroos, Björn (FIN), Chairman, Sampo Group, Nordea Bank, UPM-Kymmene Corporation

Wallenberg, Jacob (SWE), Chairman, Investor AB

Weder di Mauro, Beatrice (CHE), Professor of Economics, University of Mainz

Wolf, Martin H. (GBR), Chief Economics Commentator, Financial Times

Bannière 2016

Share Button

LE RAMADAN VU PAR LA PRESSE ARABO-TURQUE : PRIERE, PARESSE, GOINFRERIE ET FORNICATION… (par l’Imprécateur)

Share Button

Le ramadan 2016 a débuté lundi 6 juin et la lecture de la presse arabe n’en donne pas l’image de recueillement et de sérieux que l’on en attendrait, c’est le moins que l’on puisse dire ! On peut la résumer ainsi : gaspillage, baisse de productivité et absentéisme, goinfrerie et fornication dans une totale impunité accompagnent la bigoterie affichée par la majorité des jeûneurs (sources : presse algérienne et turque).

De plus, en cette année 2016, la date fixée pour le début du ramadan donne lieu à une polémique sévère. La date de début du ramadan est en principe fixée par les oulémas en accord avec les astronomes arabes au jour où le croissant lunaire redevient visible, condition également exigée par les hadiths pour dater de rupture du ramadan, l’Aïd el fitr. « Ne jeûnez que lorsque vous verrez le croissant lunaire et rompez le jeûne lorsque vous le verrez aussi « . Or cette année, pour l’astrophysicien algérien Nidhal Guessoum de l’Université Sharjah des EAU (1) et l‘association algérienne Sirius, le croissant du nouveau mois était invisible à l’œil nu ou au télescope, dimanche 5 juin au soir, dans toute l’Europe et les pays du Golfe. Mais l’Arabie saoudite ayant décidé que le ramadan débuterait quand même lundi 6, la plupart des pays musulmans du monde l’ont suivie. Excepté, par exemple et parmi d’autres, le Maroc et le Burkina qui l’ont fait débuter le mardi 7, et plusieurs médias arabes dénoncent « le monopole saoudien » sur la fixation des dates des évènements sociaux et religieux musulmans.

Plus grave : En principe, le ramadan est le mois durant lequel le musulman doit redoubler d’efforts dans la prière, l’accomplissement des bonnes actions, la solidarité et le partage. Le jeûne est là pour l’aider dans cette tâche en libérant son esprit de soucis de digestion et en rappel du jeûne de Mahomet dans la grotte de Hira. C’est aussi le mois du travail sur soi que doit accomplir le jeûneur pour lutter contre ses mauvais instincts, les multiples tentations matérielles, l’égoïsme et l’attirance pour les richesses matérielles.

Or, les nuits qui suivent les journées de jeûne sont devenues des nuits de goinfrerie consacrées, le plus souvent, aux palabres, aux jeux de cartes et de dominos et arrosées de thé, de café et de sodas, accompagnés d’une avalanche de sucreries à la suite d’un repas très copieux. Sans oublier la « fornication » que dénoncent plusieurs médias pakistanais, turcs et algériens. De fait, le ramadan est devenu (fornication exceptée) le pendant musulman de la fête de Noël pour les chrétiens, sauf qu’elle ne dure qu’une nuit pour les chrétiens et un mois pour les musulmans.

ramadan

Le résultat est que « l’activité économique baisse, le laisser-aller s’installe et le mois de dépouillement, d’abstinence et de paix intérieure s’avère le mois de tous les excès dès le coucher du soleil. On s’endette pour se goinfrer littéralement, parfois jusqu’à l’indigestion. Tout y passe, la viande quel qu’en soit son prix, les sucreries, les sodas, le café. Les poubelles débordent de restes de victuailles et notamment de pain. Les fumeurs rattrapent le temps perdu de la journée… Cette dérive collective de plus en plus contagieuse, malgré les efforts louables de quelques responsables du culte et de quelques associations, n’est rien d’autre que de la bigoterie et de l’hypocrisie à un niveau paroxystique. » (Aziz Benyahia, Algérie focus, www.algerie-focus.com/).

La consommation d’alcool est très faible dans les pays arabes, mais pas inexistante car il existe des « vins artisanaux » que dénonce l’Arabie saoudite. D’ailleurs, les résidents européens aussi les connaissent bien, comme ce patron d’un groupe pétrolier, Karl Andree, Britannique de 74 ans, qui se trouve actuellement à la prison de Braiman à Jeddah, en Arabie Saoudite, et « a été condamné à 350 coups de fouet » (The Gardian).

Saudi Arabia, punishments, beheadings, lashes, political cartoon

Saudi Arabia, punishments, beheadings, lashes, political cartoon

J’aurais aimé rester, mais je suis en retard pour une décapitation

En Turquie, un site internet s’interroge sur l’utilisation pendant le ramadan de certains produits qui permettent la fornication (1) : »Que penser des poupées gonflables et du godemiché ? Le Viagra est-il licite ? La masturbation est-elle préférable à la fornication ? »
Il donne la réponse : « En cas de nécessité et si un médecin spécialiste tout en étant religieux l’approuve, l’utilisation de Viagra devient licite. Le Coran pousse au mariage et ordonne aux croyantes d’être chastes (2), le désir sexuel ne devant être satisfait que dans le cadre du mariage. C’est pour cela que le Très Haut a interdit les pratiques sexuelles illégitimes telles que la fornication et la sodomie.
Aussi, le prophète a dit : “Ô vous les jeunes, celui d’entre vous qui le peut, qu’il se
marie. Celui qui ne peut pas, qu’il jeûne. Le jeûne l’empêchera… (de commettre un péché). » Mais, en autre choses, « se rincer l’œil« , comprenez regarder les revues ou des films pornos pendant les nuits de ramadan, « n’est pas toléré« .

Le quotidien national turc Zaman avertit lui aussi les jeûneurs du ramadan : « Aujourd’hui, nos jeunes ne peuvent se réfréner dans des sociétés dans lesquelles le désir sexuel est constamment mercantilisé (3). Se satisfaire soi-même avec les mains, par des regards ou par des frottements est considéré comme un moindre mal par rapport à la fornication (qui est interdite)… Il en va de même des poupées gonflables, des pénis artificiels, des vibrateurs, des images et des films érotiques. Toutefois, le recours à des poupées, des godemichés, des vibrateurs, des images pornographiques est encore plus grave que le fait d’avoir des fantasmes ou simplement de se rincer l’œil« .

1606-ramadan

De même en Tunisie où un site internet affirme que bien des jeûneurs ne sont que « des imbéciles qui se réclament d’Allah » et explique lui aussi que « les oulémas sont d’accord pour dire que la fornication et la sodomie sont péché, en toutes circonstances. La masturbation, le fait de se rincer l’œil, les fantasmes et toute autre façon non-naturelle d’assouvir le désir sexuel ne sont pas non plus tolérés. Toutefois, certains oulémas considèrent que ces façons de se procurer du plaisir soi-même sont un moindre mal par rapport à la fornication. »

Algérie-focus dénonce les conséquences économiques dramatiques du ramadan : « Nous sommes bien sûr très loin de l’ascèse recommandée par le Coran… Le ramadan (est devenu) une opportunité commerciale l’activité économique baisse, le laisser-aller s’installe et le mois de dépouillement, d’abstinence et de paix intérieure s’avère le mois de tous les excès dès le coucher du soleil… Certains n’hésitent pas à faire la fête jusqu’au petit matin. Les gamins jouent au football la nuit devant les mosquées, au moment du taraweeh (récitations du Coran), au grand dam des imams qui ne cessent d’exhorter les parents à les envoyer plutôt apprendre le Coran… Cette dérive collective… L’Etat accepte, sans piper mot, l’absence encore plus flagrante de productivité, l’absentéisme et le gaspillage. L’impunité est totale. Mieux encore, ce mois de léthargie sera suivi (en Algérie) d’une semaine de fermeture totale des commerces et du mois de congé d’été. Pour fixer les idées, on prend une semaine pour préparer le ramadan, une semaine pour récupérer de la fatigue d’un mois de jeûne et enfin le mois de congé annuel. Au total deux mois et demi de vacances qui viennent dynamiser un peu plus l’ardeur au travail que l’on connaît (c’est de l’humour arabe !). Cela donne une vague idée des lendemains qui nous attendent et du dynamisme qu’on apprend à nos enfants » (Aziz Benyahia).

L’Imprécateur

Sources : Courrier international, www.algerie-focus.com/, Zaman (Turquie), Dawn (Pakistan), The Guardian (Angleterre), Al Watan (Arabie saoudite)

1 : EAU Emirats Arabes Unis, un État fédéral, créé en 1971, situé au Moyen-Orient entre le golfe Persique et le golfe d’Oman et composé de sept émirats : Abou Dhabi, Ajman, Charjah, Dubaï, Fujaïrah, Ras el Khaïmah et Oumm al Qaïwaïn

2 : La fornication désigne un rapport sexuel consenti entre un homme et une femme libres de tout lien ou empêchement, c’est-à-dire non mariés (ni entre eux ni chacun de leur côté) ni liés par des vœux de religion, ni parents. La fornication se distingue ainsi :

– de l’adultère, qui implique qu’au moins l’un des deux acteurs soit marié « de son côté » et que la charia punit par la lapidation de la femme, rarement de celle du mari, qui peut être fouetté. Sourate 24, Verset 2-5 « Vous infligerez à l’homme et à la femme adultères cent coups de fouet à chacun« . (En arabe, fornication et adultère sont désignés par le même mot)

– du viol, qui implique l’absence de consentement, mais est licite sur les esclaves « et le butin« , les femmes conquises pendant une action de guerre islamique (chrétiennes, yézidies, chiites, juives…)

– de l’homosexualité, punie de pendaison ou précipitation du haut d’une falaise ou d’un immeuble.

– de l’inceste, qui implique certains liens de parenté, puni de lapidation ou sanction financière.

– de l’union sacrilège, commise avec ou par une personne liée par des vœux religieux.

2 : On note que seules les « croyantes » se doivent de rester chastes, les hommes, eux…

3 : le désir sexuel est effectivement mercantilisé dans les pays occidentaux et asiatiques, mis il y est relativement bien maitrisé, ce n’est pas le cas dans les pays musulmans où les hommes se croient autorisés au viol à la vue d’une cheville ou d’un cheveu féminin.

barre


Pour ceux qui veulent aller plus loin, la page Facebook de l’excellent site « Islam et Vérité » donne quelques aperçus de la face cachée du ramadan. Ne manquez pas la vidéo du cinglé qui saccage le rayon « vins » d’une supérette en demandant qu’on lui présente un « responsable ».

Pauvre France…

https://www.facebook.com/Islam-et-Vérité-1380476742223151/

A noter que c’est pour avoir publié ou relayé des posts de ce genre que Minurne vient d’être interdit de publication pendant une semaine sur Facebook.

Facebook censure les patriotes !
Faites le savoir autour de vous !

censure

Share Button

CHRONIQUE DE JUIN 2016 (par Marc Le Stahler)

Share Button

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Ca patauge sec (si j’ose dire) à Paris ! Ce n’est pas encore 1910, mais pas loin. Heureusement, le capitaine de pédalo veille. Valls en profite pour tenter de calmer le jeu avec la CGT, en appelant aux sacro-saintes qualités de responsabilité et de dévouement des fonctionnaires du « service public », lequelles ne sont plus, depuis longtemps, qu’un vieux rêve.
Bien évidemment, Martinez (pas le général patriote mais le triste preneur d’otages de Montreuil), droit dans ses bottes, prend son pied en bloquant du mieux qu’il  peut le pays à quelques jours de ce fameux « Euro » (pas la monnaie, le foot – suivez un peu !) afin de bien montrer ses petits biceps de brute épaisse stalinienne bon teint. La CGT va-t’elle rester le premier syndicat de France ou sera-t’elle rétrogradée en 2ème division ? Suspense… La France retient son souffle…

Entre les menaces d’attentats (il parait que la France est première de la liste des pays dans le viseur des musulmans), les grèves à tout-va qui paralysent le pays, les manifs quasi quotidiennes d’une violence inouïe de fous furieux anarcho-gauchistes (on ne peut même plus parler de « casseurs », il faut maintenant parler de « tueurs »), sans compter le début du ramadan, je souhaite sincèrement bon courage à ce qui reste du gouvernement pour gérer ce qui risque d’être une fin de printemps plutôt chaude.

Oui j’ai dit « musulmans ». Et alors ? Oui, la France est dans le viseur des « musulmans ».  Persiste et signe. Ca commence à bien faire, le politiquement correct et la censure bobo. Ils sont bien musulmans ces fameux « islamistes », oui ou non ?
On peut leur donner le nom qu’on veut : « DASH » comme le dit avec sa bouche en cul de poule le zouave boutonneux de l’Elysée, « EI » comme disent les merdias aux ordres, « ISIS » comme l’écrit la presse anglo-saxonne, ce sont bien des musulmans oui ou non ?

ISISISIS c’est le meilleur ! Ca a un petit côté culturel, ça rappelle le lycée, la mythologie, l’Egypte antique.
Isis et Osiris. C’est doux, ça fait rêver, ça coule bien, c’est joli. Evidemment, quand on voit la gueule sauvage et braillarde des barbus djihadistes incultes, le charme est rompu, je vous l’accorde. Si seulement ils pouvaient marcher de profil, comme sur les bas-reliefs, ça serait plus sympa mais je ne me risquerai pas à oser leur demander…

D’ailleurs, c’est quoi un « islamiste » ? Un musulman « qui n’est plus modéré » ?
Ah bon… Vous voyez, quand on prend le problème à la racine, on comprend mieux !
Et quand on farfouille sur internet, on trouve un tas de trucs sympas et marrants, avec des gens très créatifs…
Tenez, par exemple. Comment mieux illustrer ces nuances délicates que les suppôts d’ « On N’est Pas Couché » tentent désespérément de nous faire rentrer dans le crâne chaque samedi ?

pasdamalgam

C’est clair, non ?
Bon, à la rigueur, je veux bien remplacer « islamiste » par « musulman en voie de radicalisation » mais c’est un peu long pour la lecture.
Bon, je m’égare, je m’enflamme…
Revenons à nos cochons moutons.

ECONOMIE

D’avance pardon. Je vais encore vous bassiner avec l’économie mais que voulez-vous, c’est mon dada, ma formation, je baigne dedans depuis des décennies. Et (soit dit en passant) je trouve franchement qu’on a en France un sacré déficit éducatif de ce côté là. Il y a même des « spécialistes » (souvent à gôche, il faut le reconnaître) qui nous pondent des théories fumeuses crypto-communistes tendant à prouver que « le capitalisme c’est fini » et qu’il faut revenir à un système « équitable », c’est à dire la croissance zéro pour la France, le « partage du travail » (la semaine de 3 jours sans doute), le tout si possible avec un salaire minimum garanti pour tous – même ceux qui n’ont pas vocation à travailler, « comme les artistes et les intellectuels » ! Je n’invente rien, il y a même un stand consacré à ce sujet passionnant chez les « Nuit Debout » de la Place de la République. Ils devraient dormir un peu, ça ne les arrange pas de veiller comme ça, ils vont attraper une crampe du cerveau.
Bon, ils dorment le jour, vous me direz… Pendant que les riverains de la place somnolent à leur bureau.

Il existe même un magazine spécialisé dans le révisionnisme économique et qui est la bible de nos profs d’économie du secondaire (c’est dire si nos chères petites têtes blondes sont, dès l’origine, formatées « comme il faut »), Alternatives Economiques ça s’appelle. Flute, je ne voulais pas en faire la publicité. Si vous passez chez un marchand de journaux, retournez le, cachez le, flanquez dessus une bonne pile de « Valeurs Actuelles », vous aurez fait un acte patriote ! Faut le faire crever ce machin là (et Dieu sait pourtant que je suis pour la liberté de la presse).

Bah non… Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, l’économie, c’est un équilibre subtil entre l’offre et la demande, entre l’investissement et la consommation, entre les importations et les exportations, un déficit budgétaire maîtrisé, la recherche du « plein emploi », une fiscalité intelligente – incitative et non confiscatoire – et, bien entendu, une gestion stricte des fonds publics (on en est loin !).
Tout celà orchestré par une monnaie qui n’est d’ailleurs qu’un moyen d’échange et non une fin en soi.
C’est là que le bât blesse. L’euro (la monnaie, pas le foot) étant devenu un machin ingérable qui nous échappe, le FN a plutôt raison de s’emparer du dossier. Philippot, malmené hier soir à ONPC par une Léa Salamé vitupérante et exaltée, pratiquant l’interrogatoire stalinien (on pose une question vicieuse, on n’écoute pas la réponse et on pose une autre question qui n’a rien à voir en coupant l’interlocuteur au milieu de sa réflexion) s’en est plutôt bien sorti. Sauf que la position qu’il a exprimée au sujet de la sortie de l’euro n’était pas des plus claires (sans doute la faute à Salamé) et mériterait d’être clarifiée car ce point risque bien d’être dans la campagne qui s’annonce le talon d’Achille de Marine Le Pen.
Si j’ai bien compris M. Philippot, en cas de victoire du FN aux présidentielles, il y aura dans les 6 mois une négociation avec Bruxelles pour remettre à plat les mécanismes monétaires intra-européens. Si cette négociation aboutit, la France (et les autres pays) reprendront leur souveraineté monétaire. Si elle n’aboutit pas, il y aura un referendum sur la sortie de la France de l’euro. Bon, 6 mois, faut pas rêver, pour un projet pareil, l’option « négociation » semble vouée à l’échec.
Donc il y aura referendum dans les 6 mois : « voulez vous que la France sorte de l’euro ? » (Toujours poser la question dans le sens positif, il y a systématiquement une préférence mécanique pour le « oui »)
Le problème, c’est « quid, après ? ».
Si le « non » l’emporte (la France conserve l’euro en l’état), c’est le statu quo.
Mais si le « oui » l’emporte ? Que se passe-t’il au juste ?
Le « hic », c’est qu’un projet pareil, qui touche à la monnaie, c’est comme une dévaluation : il ne faut rien dévoiler, rien expliquer, sinon c’est la panique, la fuite devant la monnaie, la perte de confiance générale, la fermeture des banques, etc…
Mais si le FN n’est pas plus clair, il ne pourra pas gagner les présidentielles…
C’est cornélien, ça…
Va falloir bosser la communication sur le sujet, les amis !
On retiendra quand même une remarque pertinente de Philippot sur ce dossier : « si la France sort de l’euro, l’euro est mort ». C’est pas faux. Mais on peut aussi mal comprendre la formule, dans le sens « on aura bien foutu le bazar, c’est toute l’Union qui prendra l’eau ».

VERDUN

Pour la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, la mobilisation générale des réseaux sociaux et des patriotes a été un franc succès. Black M va devoir trouver d’autres champs de bataille pour éructer ses délicats crachouillis racistes promettant de « baiser la France et ses Kouffar ». On a eu droit à un court feuilleton d’un grand père imaginaire mais surtout on a hérité d’une incroyable course de jeunes entre les croix, c’est à dire sur les sépultures, au son des tambours du Bronx !

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/video/video-centenaire-de-verdun-une-sc%c3%a9nographie-avec-3-400-jeunes-allemands-et-fran%c3%a7ais/vi-BBtCjGG

En d’autres temps, on aurait parlé de profanation de la mémoire de ces martyrs.
Faut-il vraiment que ces dirigeants maudits haïssent la France et son histoire pour s’acharner ainsi à tant la maltraiter et la mépriser. Un silence recueilli, ou une musique symphonique classique, la lecture éventuelle d’un poême dans chaque langue, ça aurait eu une toute autre allure et aurait au moins montré un peu de respect face à tant de souffrance (300 000 morts et le double ou le triple de « gueules cassées »…).

On notera avec plaisir la réaction de nos amis de Résistance Républicaine, et la plainte déposé par Caroline Alamachère que nous saluons au passage.

Plainte-Verdun-FH

Bon, dans quelques jours l’euro, les « fan-zones », le ras-le-bol des forces de l’ordre qui auraient bien d’autres choses à faire que de surveiller ces lieux de rassemblements festifs, les grèves qui vont peut-être continuer (sauf si Hollande continue de lâcher les crédits qui feront défaut en 2017 à son successeur), et enfin le « Brexit ».
Ouf…

On ne va pas s’ennuyer en juin, hélas…

Bon ramadan les amis (comme dirait Hidalgo) !

Marc Le Stahler

Bannière 2016

Share Button

QUE CE MONDE EST LAID ! (billet d’humeur de Christian Leblanc)

Share Button

Ce billet d’humeur d’un lecteur avait été posté sur la page Facebook de Minurne…
https://www.facebook.com/Minurne/posts/1190895710921852
Vous êtes nombreux à nous avoir demandé de le publier sur le site.
Voilà qui est fait.
Nous en profitons pour rappeler à tous les lecteurs patriotes que Minurne est prêt à publier leurs écrits, sous leur propre responsabilité, et pourvu qu’ils restent dans le cadre de la loi et qu’il respecte la charte de Minurne.  

MLS

Bannière 2016

barre


N
ous avons des ministres des armées qui n’ont jamais fait de service militaire.
Nous avons des ministres de la justice qui sont sous le coup de la loi et qui sont racistes anti-blancs et anti-français.
Nous avons des ministres de l’agriculture qui ne savent même pas que l’on crible le blé avant de le semer et qui ne savent même pas comment on le sème et comment on le récolte.
Nous avons des ministres du travail qui n’ont jamais travaillé.
Nous avons des présidents de la république totalement incapables de résoudre leurs problèmes domestiques ou de planter un clou sans se taper sur les doigts… présidents de la république tout droit sortis des hautes écoles nationales d’administration où on leur appris à penser mais jamais à avoir du bon sens.
Nous avons des gouvernements qui, l’un après l’autre, sans arrêt, au lieu d’inciter une population d’élite à se reproduire font venir en masse des populations de merde.
Nous avons des gens, qui par dizaines de millions, des centaines même de millions, se prosternent et obéissent à un bout de papier appelé billet de banque… bout de papier qui donne tous les droits aux pires voyous qui soient et aux pires cons qui soient, du moment qu’ils le brandissent.
Nous avons des banquiers, qui, sans produire aucune richesse, mais simplement riches du fruit de NOTRE travail, sont maîtres de toute la planète et ont droit de vie ou de mort sur des populations entières.
Nous avons des gens, dans la péninsule arabique, qui, non seulement sont les plus riches du monde, qui non seulement sont totalement inutiles à l’humanité, mais même nuisibles, et qui, sans jamais avoir produit la moindre richesse, mais en nous la faisant produire, nous achètent, avec le fruit de NOTRE travail, comme des maquignons achètent un troupeau de bétail lors d’une foire aux bestiaux.
Nous avons des conflits armés qui traînent partout, et qui traînent, qui traînent et qui traînent encore parce que, pour les faire durer et pour faire de l’argent, de l’argent, de l’argent et encore de l’argent on continue à utiliser des armes traditionnelles… armes d’une monstrueuse et indicible cruauté… au lieu d’utiliser des gaz de combat modernes très au point, inoffensifs, anesthésiants et imparables.
Nous avons, à tous les niveaux, des gens d’un parfait incivisme, qui ne pensent qu’à surpeupler la planète parce que la surpopulation amène la misère et que la misère amène des bas-salaires pour les voyous de droite, des électeurs pour les voyous de gauche, de la pollution pour les voyous écologistes, et des fidèles pour les voyous des religions.
Nous sommes dans un monde de voyous où la population n’est même pas considérée comme un bétail mais comme une boullie humaine, un magma pâteux et nauséabond dont le seul but est de faire la promotion des plus cons, des plus insensés, des plus menteurs, des plus tordus, des plus cruels, et des plus égoïstes…
Alors que le bonheur, l’homogénéité, la solidité, l’intégrité et la dignité du groupe devrait être la seule et unique préoccupation de l’homme, c’est-à-dire que le civisme devrait être LA LOI basique et intransgressible. C’est au contraire le plus parfait égoïsme et le plus parfait incivisme qui règne.
Nous sommes dans un monde où l’homme bon est considéré comme un con et l’homme tordu, menteur, voleur, escroc, racketteur, comme intelligent, voire même génial.
Nous sommes dans un monde où le plus grand chirurgien est obligé d’obéir à un petit crétin diplômé, sans aucun bon sens incompétent en tout, inutile en tout et nuisible en tout, par le simple fait qu’il est ministre ou président de la république.
Nous sommes dans un monde où l’on ne respecte plus rien ni personne, ni les races, ni les peuples, ni les cultures, ni les individus, un monde où le civisme, ciment de tous les groupes est totalement banni et où le fait d’utiliser l’autre à des fins parfaitement égoïstes et personnelles est magnifié, promu et glorifié.
Nous sommes dans un monde où la QUANTITÉ, le pullulement, le fouillis, le grouillis, la saleté et le désordre, visqueux, glauque, triste, misérable et pestilentiel est préféré à la claire, nette, propre, lumineuse et rayonnante QUALITÉ.

Ce monde, épouvantablement laid, est en voie de désagrégation et de putréfaction avancée.

L’Humanité est perdue

Christian Leblanc

Share Button