LES OURAGANS ET LA…
“TAXE CARBONE” !
(Jean Goychman)

Share Button

Un cyclone a dévasté les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Cette dernière est plutôt connue sous le nom de Saint-Barth dans le petit monde de la jet set. La population de cette petite île de 9.000 habitants environ est essentiellement constituée d’européens et d’américains fortunés. Wikipédia nous apprend que « en 1957, David Rockefeller y achète une propriété. Le milliardaire est imité, et depuis les années 1960 l’île s’est transformée en une destination touristique de luxe, renforcée par l’interdiction de construire des immeubles de grande hauteur et l’absence d’un tourisme de masse. »

Nul ne conteste que cette île a été durement touchée mais il est néanmoins surprenant que durant plus de 48 heures, l’ensemble des médias “main street” (comme dirait Le Huffington Post) aient passé en boucle sans discontinuer des images de cette catastrophe somme toute… naturelle. Que l’on doive éprouver de la compassion pour les malheureuses victimes de Saint-Barthélémy ou de Saint-Martin est parfaitement respectable, mais le nombre d’heures télévisées consacrées à l’évènement paraît disproportionné. D’autant plus qu’une fois le cyclone passé, il ne se passe plus grand-chose et que les présentatrices des chaînes d’information ont visiblement du mal à meubler.

Ah ! Ce réchauffement climatique…

Or les cyclones sur ces deux petites îles n’ont (hélas pour elles et leurs habitants) rien d’exceptionnel. Parlant des super-ouragans, Météo-France estime même qu’il y en a en moyenne un tous les quatre ans. Alors se pose la question de savoir pourquoi celui-ci en particulier semble prendre une telle importance au point de mobiliser tant de médias et si longtemps. J’avais bien une petite idée, mais je pouvais me tromper. La réponse m’est venue au bout d’une journée. Le réchauffement climatique était quasiment le seul responsable de ces évènements. Et lorsqu’on parle de « réchauffement climatique », il faut comprendre l’effet du dioxyde de carbone que notre civilisation répand sans limite dans l’atmosphère. Ce gaz-à-effet-de-serre est en train de mettre littéralement la planète « en ébullition ». Or, il n’échappe à personne (du moins à quiconque s’intéresse un tant soit peu au problème) que la principale source de chaleur qui réchauffe la Terre est de toute évidence la seule étoile de notre système : le Soleil.

On sait que la quantité d’énergie rayonnée par le Soleil depuis des millénaires est loin d’être constante et que l’orbite décrite par la Terre autour de lui n’a rien d’un cercle parfait. Depuis les travaux de Kepler (1571–1630) nous savons qu’elle s’apparente plutôt à une ellipse et que, plus la Terre est éloignée du Soleil, moins celui-ci la réchauffe. Tout ceci pour vous dire que notre monde est en perpétuel changement climatique. On nous parle d’élévation de la température moyenne, mais personne ne se hasarde à en donner la valeur. On nous dit simplement qu’elle a augmenté d’un degré Celsius depuis 1850, sans qu’on sache quel était le point de départ. Bref, tout ceci manque un peu de précision. Certains « climatologues » (je ne sais pas comment cette appellation est contrôlée) nous prédisent le pire pour les années à venir et ils ont même réussi, au travers de la COP21, à donner à ces prévisions la patine de l’authentique.

Il faut sauver le soldat COP21

De plus, mettre ces observations et ces conclusions en doute expose ces mécréants à se faire traiter d’hérétiques, et , bien sûr, à les vouer au bûcher médiatique. Vous êtes « climatosceptique » ? – Vous n’êtes plus fréquentable ! Vous devenez un véritable paria, tricard des micros et des caméras. Beaucoup d’entre eux ne désirant pas marcher dans l’Histoire aux côtés de Galilée, préfèrent se taire plutôt que d’affronter la multitude. Et puis, un beau jour, arrive un Donald Trump qui, lui, renverse la table en dénonçant les accords de la COP21 (qui sont pourtant d’une indigence totale eu égard aux contraintes qu’ils induisent). Le Président des États-Unis est climatosceptique ! Ça n’était pas prévu au programme. Aussitôt, le monde « civilisé » s’est dressé comme un seul homme. Il faut sauver le soldat COP21 : voilà le mot d’ordre !

Et pour cela, tout est bon, y compris l’exploitation plus ou moins fallacieuse de l’actualité. Souvenez vous : les incendies de cet été ? – Réchauffement climatique ! Orages? – Réchauffement climatique ! Et maintenant, les ouragans ? – Réchauffement climatique !

Bien sûr, pour donner une sorte de vernis scientifique, on convient que ces « catastrophes naturelles » ont toujours existé, mais c’est leur ampleur qui atteste de la contribution du réchauffement climatique… Pourtant, à y regarder de plus près (dans le cas des ouragans récents) les vitesses enregistrées avaient déjà été atteintes dans le passé. Alors, on nous parle de vitesses calculées car les anémomètres ne peuvent résister à de telles vitesse. Et on nous annonce des vents de 350 km/h, sans préciser qu’il s’agit uniquement de rafales. On omet simplement de nous dire que l’ouragan Irma de 2017 (295 km/h) est derrière Allen (305 km/h en 1980), à égalité avec Wilma (2005), Gilbert (1988) et celui dit des « Florida Keys » en 1935.

L’amplification du phénomène due au réchauffement n’apparait pas évidente. Alors, pourquoi une telle insistance ? Pourquoi doit-on absolument persuader l’opinion publique que tous les grands problèmes posés à notre civilisation, y compris le terrorisme islamique (!), trouvent leur cause commune dans le réchauffement climatique entièrement dû à l’activité de l’homme à la surface de la planète ?

Je n’ai qu’une seule explication. C’est que certains y ont intérêt. Essayant d’en savoir un peu plus sur cette fameuse « taxe carbone » autour de laquelle tout cela tourne visiblement, j’ai trouvé immédiatement sur Internet des dizaines de sites faisant référence à des fraudes sur ce sujet.

Le lecteur intéressé pourra sans difficulté se rendre sur ceux-ci. Voici 3 liens parmi une multitude d’autres…

Jean Goychman
08/09/2017


 


 

Share Button
 

6 réflexions au sujet de « LES OURAGANS ET LA…
“TAXE CARBONE” !
(Jean Goychman)
 »

  1. Ping : LES “SAUTS DE CABRI” DE MACRON (Jean Goychmann) | minurne.org

  2. Notre décomposition politique prend des allures de « pompiers-de la COP21 ». En effet, les feux sont aux ROUGE partout. IRMA est partie de l’Afrique, s’est renforcée et ensuite, les politiques ont constaté les dégâts, sans avoir prévu, alors que toutes les météos disaient 72 heures avant qu’IRMA passerait sur Saint Martin. Que ceux qui connaissent Saint Martin savent qu’il a donné la moitié de son manteau à un pauvre. Notre Pays ne s’est même pas préoccupé de faire des réserves d’eau potable, alors que les Hollandais OUI ! Et l’armée était sur place le lendemain, menaçant de MORT les pillards. Nous avons vu côté France les pillards sous le nez du Ministre des territoires d’OM… sans moyens, sans ressources, sans volonté de protéger les populations… Et les dégâts sont bien moins important côté Hollandais… Cherchez l’erreur de gouvernance inconsciente et mensongère. Plus d’essence pour les tronçonneuses, les groupes électrogènes, enfin pour désaliniser l’eau de mer… Mais OÙ ALLONS-NOUS ?

     
  3. « […] la première régulation qu’il conviendrait de décider concernerait la progression démographique ! »
    Attention, avec ce genre de propos, vous vous rapprochez dangereusement, à mon avis, des idées de notre « cher ami » Attali.

     
    • Les faits sont les faits.
      Il est pertinent de songer à une régulation, voire même à une diminution du nombre des habitants de la planète.
      Mais tout dépend de l’optique dans laquelle on se place.
      +++ Une régulation des naissances dans les pays pauvres, dits en voie de développement, aurait tôt fait de concourir à la solution du problème ; exemple : la Chine jusqu’il y a fort peu. Si les Dirigeants du Monde avaient la sagesse de favoriser l’essor des pays pauvres et d’aider à la montée en niveau de leurs infrastructures sociétales et économiques au lieu de laisser perdurer les régimes corrompus qu’ils ont mis en place (!) et qui contribuent directement à l’accroissement de la paupérisation de ces populations, l’humanité toute entière parviendrait à l’âge adulte.
      +++ Au lieu de cela, les Mondialistes (qui ne s’embarrassent nullement de considérations humanitaires mais s’appuient paradoxalement sur la bienpensance en aiguillant les consciences vers des voies de garage) ont décidé de « tailler dans le vif » de la manière la plus brutale et inhumaine qui soit, sans respect aucun pour la Nature, donc pour la vie.
      Aux mêmes problèmes, deux types de solutions…

       
  4. Qui se souvient de l’ouragan David (force 5) qui a sévi il y a quarante ans et tué plus de 2.000 personnes, rasant pratiquement au passage La Dominique située entre Martinique et Guadeloupe où il fit 37 victimes et ceci l’année même de son accession à l’ indépendance ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouragan_David
    http://mrmeteo.info/site/2013/08/le-31-aout-1979-david-changea-brusquement-de-cap-pour-frapper-lile-dhaiti-de-plein-fouet-causant-la-mort-de-plus-de-2000-personnes/
    Il n’avait rien à envier à Irma sur le plan de la puissance et des dégâts, surtout humains, occasionnés.
    Les forces armées françaises de La Martinique, déjà fortement engagées pour réparer les dégâts causés sur la moitié nord de notre île, se sont projetées en urgence sur La Dominique voisine, totalement démunie devant l’ampleur de la catastrophe. Sa capitale, Roseau, détruite à 80%.
    Marine, Air et 33ème RIMa se sont fortement engagés pour sauver des blessés, mettre en place des moyens médicaux d’urgence, hôpitaux de campagne, fournir vivres et eau potable, personnel et engins du génie pour ré-ouvrir les voies de communication, sécuriser les ruines, etc.
    Rappelez vous 1979 : https://www.youtube.com/watch?v=C3qfVt5Fvis
    Personne à cette époque n’aurait eu l’idée saugrenue d’accuser le CO² et donc l’homme d’être responsable de cette catastrophe naturelle.

     
    • Je ne crois pas non plus que le réchauffement climatique soit majoritairement imputable à l’activité humaine.
      Il y a bien d’autres facteurs, connus ou pressentis, qui entrent en ligne de compte, les taches et l’activité solaire notamment…
      Par ailleurs il y eut, dans l’histoire de notre planète, des épisodes d’alternance de réchauffement puis de refroidissement climatiques (glaciations), bien avant le développement des industries humaines…
      Mais si on doit rejoindre le camp de ceux qui pensent que le réchauffement climatique est essentiellement dû aux activités humaines, la première régulation qu’il conviendrait de décider concernerait la progression démographique !
      Mais ça, ce serait très politiquement incorrect !

       

Laisser un commentaire