EDITO 725 – LA FRANCE ! LA FRANCE ! LA FRANCE AVANT L’EUROPE ! (Marc Le Stahler)

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en criant  « l’Europe, l’Europe, l’Europe », mais ça n’aboutit à rien, et ça ne signifie rien ! »

(Charles de Gaulle).

Dans un précédent éditorial, j’avais énuméré les 4 axes principaux sur lesquels nous devions nous engager pour assurer le redressement de la France.
Le premier d’entre eux était la réforme nécessaire de l’Union Européenne.

La citation du général de Gaulle en dit long sur ce qu’il pensait de l’Europe, qui se nommait alors le « Marché Commun ». Il n’y avait alors que 6 pays dans l’Union, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, d’autant que les décisions se prennent maintenant à la majorité qualifiée, ce qui peut être un sérieux handicap pour un pays comme la France. On vient d’en voir les conséquences ces derniers jours avec le soulèvement des paysans (*).

Le référendum de mai 2005 portant sur le « traité établissant une constitution pour l’Europe » avait été clairement rejeté par le peuple français qui avait voté « non » par 55 % des suffrages exprimés, ceci en dépit de la propagande assourdissante des médias. Ce rejet, combiné à celui des Pays-Bas, aurait dû suffire à éclairer nos dirigeants sur la signification de la volonté populaire. Mais on doit enseigner à l’ENA que la démocratie n’est plus de mise aujourd’hui et que, quand le peuple se trompe, à défaut d’en changer, il faut l’éduquer, le berner, l’entourlouper, le corriger…

Les technocrates au pouvoir s’empressèrent donc en 2007 de faire ratifier par la voie parlementaire ce projet rejeté par le peuple, qui prendra le joli nom de « Traité de Lisbonne », tout en conservant l’essentiel des dispositions du traité constitutionnel rejeté 2 ans plus tôt !

Cette « manipulation institutionnelle », véritable maltraitance des principes de base de la démocratie (**) aura profondément marqué la mémoire et l’inconscient collectif des électeurs français, bernés et trahis par ce véritable « coup d’état constitutionnel ».

Les historiens du futur considèreront sans doute que cette forfaiture aura lourdement pesé sur la suite, non seulement pour la France, mais sans doute aussi pour l’Europe.

Car toutes les décisions d’importance, prises depuis l’application du prétendu « Traité de Lisbonne », peuvent être considérées, surtout concernant la France et les Pays Bas, comme inconstitutionnelles !

C’était la première pierre du verrouillage technocratique, qui a été ensuite subtilement et soigneusement peaufiné après l’élection d’Ursula van der Leyen (***), « présidente de la Commission Européenne », et la complicité active des technocrates au pouvoir à Bruxelles et en France.

La révolte des paysans a clairement montré, en 2 semaines, la nécessité de réformer radicalement l’Union Européenne, devenue une machine infernale administrative entre les mains de la technocratie, bien loin des intérêts de la France, de son peuple et notamment de ses paysans.

Les « petits hommes gris » de Bruxelles, comme se plait à les nommer Pascal Praud, n’ont que faire des intérêts de la France et de ses paysans ; ils n’ont que faire de la dépopulation rurale (plus que 400 000 exploitations aujourd’hui contre 1 million en 1988) ; ils n’ont que faire de la pénibilité et des heures de travail délirantes des exploitants, ni du montant misérable de leurs salaires et pire encore de leurs retraites ; ils sont les complices de l’écologie dogmatique, punitive et tyrannique qui les espionne, à coup de contrôles, de drones, et même de satellites !

Petits fonctionnaires étriqués, ils nous conduisent tranquillement vers le drame, persuadés de la justesse idéologique de leurs objectifs : une Europe fédérale, en attendant (pourquoi pas ?) le gouvernement mondial… Tant pis pour la France, dont ils n’ont que faire !

Certes, nous avons trop attendu et nous nous sommes fourvoyés avec des dirigeants de rencontre peu soucieux des intérêts majeurs de notre pays.
Certes, il faut complètement inverser la vapeur.
Certes, les intérêts de la France sont parfois contradictoires avec ceux d’autres états membres (on commence enfin à évoquer joliment « l’exception agriculturelle ! »).
Certes, la tâche sera difficile, face au 26 autres états membres, aux intérêts divergents, et aux technocrates qui n’ont rien à faire de notre pays. 
Certes… certes…

Mais si la France montre avec fermeté, autorité et ténacité qu’elle existe encore, qu’elle veut vivre, qu’elle est décidée à reprendre en mains ses intérêts et son destin (****), tout en restant intégrée dans une Europe de type confédéral, où ne seraient mis en commun que ce qui peut l’être, ou ce qui doit l’être, elle peut, elle doit parvenir à se relever.    

Marc Le Stahler
5/2/2024

(*) Je préfère le terme « paysans » à « agriculteurs / éleveurs ». D’abord c’est plus court, ensuite c’est plus clair, et ça intègre parfaitement l’ensemble de tous ceux qui nous font vivre. Et il y a dans ce substantif un attachement charnel au pays, à la terre, à la patrie…

(**) Il est pourtant évident – juridiquement et moralement – qu’on ne peut pas faire voter par la représentation nationale un texte qui a été rejeté par le peuple !

(***) Contrairement à ce qu’on prétend parfois, l’ex Ministre allemande de la Défense a bien été « élue » à la présidence de la Commission Européenne par l’Assemblée de Strasbourg. D’où l’importance de voter sans faillir aux prochaines élections européennes pour des députés de la mouvance « patriote » !

Ne pas la confondre avec Charles Michel, président du Conseil Européen, élu par les membres du Conseil Européen (chefs d’états ou de gouvernement des états membres), bien que considéré depuis longtemps en Belgique comme un débile léger…

(****) La folie délirante de l’écologie punitive est aussi à mettre dans le même sac que la désastreuse politique énergétique qui, sous l’influence de l’Allemagne (qui a même, dans sa folie écologique, rouvert des centrales à charbon !), nous a conduit à décider la fermeture des centrales.
A noter que le président en exercice fit partie des coupables responsables de cette fermeture, tout en prônant aujourd’hui la relance du nucléaire.
Il arrive aussi que les imbéciles changent d’avis !

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Commentaires

  1. …………”et avant l’Algérie”: il a signé les Accords d’Evian et il y a maintenant au moins 7 millions d’Algériens (ou Franco) en France. De plus ces personnes ne sont pas soumises aux mêmes entrées en France que les autres étrangers. Bon j’arrête.

  2. blank jeanmi de corse dit :

    Franchement ,moi qui aime chanter du vitriol bien enrobé ,votre état des lieux sur l’administration française éduquée par l’ecole d’arnaque est d’une justesse d’orfevre : Vous pensez que ces imbéciles
    peuvent changer d’avis et bien je dirai comme la fontaine “un tien vaut mieux que tu l’auras” l’un est sur ,l’autre ne l’est pas donc je ne suis pas si sur .Mais il me semble que de gaulle qui a crée l’ENA avait dit qu’ils ne pourraient pas accéder aux plus hautes fonctions de l’état: Est de vrai?
    Auquel cas cela doit être écrit quelque part., et par consequent avec un jugement d’état ” à dégager”
    et même sans le moindre vote.le champ serait libre pour tous .Je dois réver!!

  3. blank Robert Jordan dit :

    On ne fait pas exploser une organisation mafieuse de l’intérieur, et l’Union européenne est une organisation mafieuse.

  4. blank Robert Jordan dit :

    Voter est un droit et un devoir démocratique. Mais y a t-il aujourd’hui une démocratie ? Les élections sont elles truquées ? Les élections ne sont ouvertes qu’à ceux qui ont le privilège de passer sur les médias et des gens formidables restent plantés à 1% car ils n’ont aucune place à l’antenne. Alors voter est ce encore de la démocratie ?

  5. Invitez Monsieur Fiorile.. lui est un vrai, 100% patriote, il a même fait de la prison car il a dénoncé cette haute trahison à l’ONU.
    Mais comme il n’est pas de votre entrevous, la couverture mon ami, pensez couverture…… c’est le fond du problème, tirer la couverture à soi.
    https://www.demosophie.com/

  6. Comme je l’ai déjà exprimé dans d’autres discussions, il faut vraiment que tous les vrais patriotes de ce pays se lèvent ensemble le 9 juin et d’un même élan mettent dans l’urne un bulletin d’où seront exclus tous les candidats qui actuellement pourrissent le climat de la Nation et en particulier toute la gauche, la Macronie et les traîtres qui se disent encore de droite alors qu’ils pactisent constamment avec le pouvoir!!!

    • C’est bien ça. Il n’y a plus que 2 sortes de candidats : ceux qui aiment la France et ceux qui la détestent. Peu importent les partis !

      • blank Robert Jordan dit :

        OUi, mais si vous interrogez Macron, il vous dira en même temps qu’il aime la France sachant qu’il la déteste ! Et beaucoup ont intérêt à faire la même chose.