LES RÉFORMETTES DE MACRON
(L’Imprécateur)

Quand Macron apprendra-t-il donc à faire une réforme, une « vraie » ? Pas des réformettes faites à la va-vite, sans réflexion sérieuse et consultations réelles, en trompe l’œil, qui se terminent toujours par « de toute façon, c’est moi et moi seul qui décide ».

Beaucoup d’agitation et de bla-bla, des annonces fracassantes sur « tout va changer dans ce monde nouveau », pour finalement aboutir à ce que rien ne change, sinon que tous les intéressés sont mécontents et que l’anti-macronisme progresse tous les jours, avec le sentiment que son incompétence est bien à la hauteur de ce qu’en on dit ceux qui, lucides, l’ont constaté dès son entrée en campagne. Sur ce blog même, j’ai écrit, dès le départ, que son intelligence n’est pas « complexe » comme il le prétend pour justifier ses erreurs de jugement, son manque de vision à long terme, ses hésitations et ses contradictions, mais tout simplement brouillonne.

C’est avant tout une question de méthode. Le tir en rafale de « réformes » qui n’en sont pas, semble n’être fait que pour occuper l’espace médiatique et a pour résultat de fâcher successivement tous les corps de métiers touchés, chacun se demandant « pourquoi nous et pas les autres ? » et la réforme est aussitôt considérée comme injuste. Voyez les cheminots, maintenant les juges, les étudiants, les élus… Non que toutes les réformes soient mauvaises, loin de là, mais toutes sont annoncées sans préparation de l’opinion à les comprendre avant d’avoir à les accueillir, et personne ne voit ce qu’elles changent sur le fond hormis quelques aménagements techniques et quelques profits pour le gouvernement.

Et quand ce n’est pas un corps de métier qui est concerné, c’est pire, puisque c’est la grande majorité des Français.

Prenez la loi « Asile et Immigration ». La presse et les Français n’en ont retenu que deux choses : la durée du temps d’étude des dossiers des migrants va être réduite et leur nombre va augmenter du fait de l’extension du regroupement familial aux frères et sœurs des mineurs isolés (donc plus de gamins à prendre en charge pendant des années) que les grands-frères déjà sur place ne demandent pas, n’ayant aucune envie d’avoir leurs petits-frères-et-sœurs dans les jambes et à charge.

La prolongation de la durée de la rétention administrative de 45 à 90 jours ne changera rien tant que le préfet n’aura que 48 heures pour décider de la dangerosité du migrant et de la nécessité de son rapatriement. Le juge des libertés qui prend la décision finale le fera toujours selon son sentiment intime, autrement dit, s’il est de gauche, le migrant restera, même s’il doit être à vie une charge coûteuse pour la société française.

blankRien sur le contrôle aux frontières, rien sur les mariages blancs, rien sur le droit du sol qui est entrain de tuer Mayotte, rien sur les pratiques religieuses inhumaines comme l’excision, rien sur le contrôle des droits aux prestations sociales que les nationaux ont du mal à obtenir… Rien, en somme, pour rassurer les Français et les Européens sur le sentiment qu’ils ont d’être envahis par des parasites et que les migrants sont avant tout des colons venus pour piller les richesses du pays.

Le gros défaut des réformes de Macron est qu’elles ne touchent pas au cœur des problèmes. Quand les Français souhaitaient une réforme de la fiscalité, ce n’était pas pour avoir le prélèvement à la source qui n’avantage que la trésorerie du gouvernement, mais pour avoir une réforme « de type Trump » qui a provoqué une simplification des procédures fiscales, une baisse des impôts, une reprise forte et rapide de l’économie et la chute du chômage qui frôle en moins d’un an le plein emploi. Et quand la réforme se traduit pas une augmentation des impôts, excepté pour les fortunes mobilières (actions et obligations), ils voient d’un mauvais œil que les élus votent une augmentation de taxe, comme la CSG et votent « en même temps » vite et discrètement l’article de la loi qui les en exonèrera et eux seuls.

blank

Le train de vie de l’État… va trop vite !

Les Français sont aussi d’accord pour réduire le train de vie de l’État, et de ce côté-là rien n’est fait, à part la réduction envisagée du nombre des élus et une petite part de proportionnelle qui arrange Macron pour les prochaines élections. Au contraire, l’État dépense toujours plus en spéculant sur le fait que la forte reprise économique européenne entraine une faible reprise en France et en conséquence une amélioration des recettes fiscales qui fera que cette hausse des dépenses passera inaperçue.

Les réformes Macron paraissent fortes, mais ce n’est qu’une apparence, elles sont en réalité modestes et cafouilleuses, n’apportant pas les améliorations espérées et par-contre un fort mécontentement.

Dans Contrepoints, Claude Robert établit un parallèle avec Hollande devenu impopulaire parce qu’il parlait beaucoup et tenait souvent un double-discours pour finalement ne rien faire. Macron, de s’agiter et parler encore plus pour arriver au même résultat parce que ses réformes n’ont pas été suffisamment réfléchies, arrivent trop vie et en trop grand nombre, et « possèdent les côtés désagréables sans en avoir les avantages », donnant l’impression d’un matraquage publicitaire pour des produits insatisfaisants à tous points de vue, dont certaines ne sont que pénalisantes pour aucun bénéfice. Comme la limitation à 80 km/h dont le seul bénéfice est pour l’État qui se dispense ainsi des frais de la rénovation, ou tout simplement de l’entretien d’un réseau routier dont tout un chacun peut constater qu’il est dans un état déplorable.

La réforme du droit du travail ne porte que sur des détails qui n’intéressent personne excepté la minorité qui en souffre. Ce qui aurait été accepté par la grande majorité des Français, c’est une réforme qui aurait remédié aux inégalités inacceptables entre le public et le privé. Tout le reste, c’est beaucoup de bruit pour presque rien.

C’est une erreur de s’en prendre aux seuls cheminots avant d’avoir réformé le statut syndical qui est totalement obsolète en France et le statut de la fonction publique qui apparaît de plus en plus ouvertement pour ce qu’il est : un statut profondément inégalitaire que les intéressés se sont votés eux-mêmes, comme ces hauts fonctionnaires des Finances et du Budget le font depuis des dizaines d’années. Ces deux réformes sont le fondement de toutes les autres et ne sont pas entreprises alors qu’elles recevraient l’assentiment de la majorité des Français. Elles mériteraient six mois de travail assidu du gouvernement. Toutes les autres réformes en couleraient de source ensuite.

Annoncer une réforme fiscale qui n’avantage que les plus riches et se traduit par 8 taxes supplémentaires est d’une absurdité toute énarchienne.

Ne pas baisser fortement le train de vie de l’État pour le ramener dans la moyenne européenne et permettre une réduction de la dette colossale de la France et le retour à des budgets équilibrés, est considéré par les Français comme une faute économique grave.

Ne pas réformer la gouvernance des grandes entreprises d’État presque toutes déficitaires et s’en prendre aux employés qui n’ont parfois commis de faute qu’en abusant, comme à la SNCF, de la faiblesse et de l’incompétence de dirigeants comme Peppy ou, comme chez Areva, Anne Lauvergeon, a pour effet que les Français se plaignent des désagréments que leur cause la grève, mais comprennent aussi que l’État ne fait pas son travail en ne réformant pas la tête de l’entreprise. Seulement, c’est évidemment difficile. Où recaser les incompétents quand ils sont peut-être de la même promotion que vous et, de toute façon, hauts fonctionnaires qu’il est illégal de jeter comme ils devraient l’être ?

 

L’Imprécateur
06/03/2018


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank