VIOLENCES DU 16 MARS :
LES GENDARMES ACCUSENT !
(L’Imprécateur)

Ci-dessous le point de vue des gendarmes, donné par L’Essor, le magazine de la gendarmerie, sur la manifestation violente du 16 mars dernier. 

Un point très intéressant est qu’ils soient opposés au dispositif que les Gilets jaunes ont appelé  « la nasse » et que les gendarmes nomment dispositif de l’encagement. Pris au piège de la nasse, les manifestants s’affolent, exactement comme un animal, pris au piège dans une cage, tourne en rond en cherchant une issue et devient agressif. Surtout s’ils sont gazés, chargés et tabassés. 90 % des blessés graves l’ont été dans ces nasses.

C’est l’une des raisons du limogeage des trois chefs de la Préfecture de police de Paris. Cela dit, ils ont servi de fusibles pour sauver le soldat Castaner. Et c’est bien parce que la Direction de la Gendarmerie nationale, qui, d’habitude, est plutôt discrète dans ses déclarations, ne veut pas payer les pots cassés par d’autres, qu’elle publie son point de vue dans l’Essor.

Il ne faut pas oublier le fait suivant : le samedi où l’Arc de Triomphe a été tagué et sa salle de souvenirs pillée, Castaner, son adjoint Nuñez et le préfet de Paris Delpuech étaient présents à proximité de la tombe du Soldat inconnu, ainsi qu’une équipe de BFMacron-TV. Autour de la tombe, des Gilets jaunes à genoux chantaient la Marseillaise. Arrive un groupe d’une trentaine « d’antifascistes » à l’uniforme noir revêtu d’un gilet jaune qui commencent à taguer et à forcer la porte d’entrée de l’Arc de Triomphe. Aussitôt les Gilets jaunes se relèvent et se mettent en carré autour de la Tombe pour la protéger. Nuñez intervient et dit au chef de l’équipe de BFM «Ne filmez pas ceux-là, filmez les autres», en montrant les Antifas déguisés en gilets jaunes en action.

Le plan politique était déjà d’utiliser les Antifas et autres Black Blocs pour salir la réputation des Gilets jaunes. Là sont les vrais responsables.

Ce qui suit est un résumé, vous trouverez le texte complet sur le lien ci-dessous et en annexe :
https://lessor.org/operationnel/apres-les-champs-elysees-les-gendarmes-accusent/

Le résumé

La Gendarmerie a été surprise par les ordres qui ont été donnés à Paris lors de la manifestation des gilets jaunes, le samedi 16 mars. Tout le monde est d’accord, aujourd’hui, que ce soient les politiques ou les forces de l’ordre, pour dire que la manifestation du 16 mars a tourné au fiasco pour les forces de l’ordre et le gouvernement.
Quelles en sont les raisons ? 

La première est la présence de plus de 1.500 Black Blocs, Antifas et Réfractaires de gauche. Ceux-ci, en début d’après-midi, ont infiltré en force la manifestation et surtout la zone Élysées. 

La deuxième est le dispositif employé et la tactique adoptée par la Préfecture de Police de Paris. 

En début de semaine, au vu des renseignements collectés, les états-majors spécialisés élaborent un dispositif musclé.
Ils proposent de placer dans la capitale 34 escadrons de gendarmes mobiles (EGM), 12 compagnies républicaines de sécurité (CRS) et de constituer une force en réserve.
Dans le courant de la semaine, l’unité de coordination des forces mobiles (UCFM), qui dépend du préfet de police, donne l’ordre aux gendarmes de mettre au repos leurs neuf escadrons de réserve.

Tout faux ! Une centaine de commerces pillés, le Fouquet’s incendié…

Résultat : samedi 16, une centaine de commerces sont dégradés, incendiés ou pillés sur les Champs-Élysées, nécessitant l’envoi en urgence, vers la capitale, de 4 escadrons en mission dans le nord de la France qui furent utilisés tardivement. 

Sur le plan tactique, il est décidé de sanctuariser le triangle Concorde-Élysée, comme chaque samedi. Pour cela, deux lignes de défense statique sont formées : l’une en protection de l’Arc de Triomphe, l’autre barrant la plus belle avenue du monde à hauteur du rond-point des Champs (milieu de l’avenue). Un groupe important de gilets jaunes auxquels se sont joint des participants à la Marche pour le climat et déjà les Black Blocs, se retrouve coincés sur l’avenue entre les deux barrages. Aucune issue de sortie n’étant possible, la tension monte, la foule s’agite ; immédiatement, elle essuie des tirs de grenades lacrymogènes lancés de part et d’autre.

Or, la doctrine du maintien de l’ordre en gendarmerie est très claire : elle prévoit toujours une porte de sortie pour les manifestants, ceux-ci n’étant pas des ennemis mais des citoyens exprimant leur mécontentement. À la place, on les piège, ce qui ne fait que créer des tensions supplémentaires aboutissant aux saccages de boutiques sur les transversales où les forces de sécurité étaient quasi inexistantes.

Comme le disait un colonel : « Cela fait des semaines que la préfecture de police nous impose son dispositif de l’encagement. On doit reculer pour éviter les drames car la violence des ultras est énorme. Un jour, on aura un mort d’un côté ou de l’autre. »

Ne pouvant convenir de ses erreurs, le gouvernement en rajoute !

Suite à cet échec, le gouvernement, au lieu d’appliquer tout simplement la doctrine du maintien de l’ordre, introduit de nouvelles mesures comme le marquage, notamment par le canon à eau, qui n’est que de la poudre aux yeux. 

Autre proposition plus grave : faire intervenir l’armée en statique pour dégager des effectifs de policiers ou de gendarmes et renforcer ainsi CRS et GM. Cette décision est extrêmement inquiétante car, en matière de maintien de l’ordre, les forces armées sont des forces de troisième catégorie qui ne peuvent agir qu’en cas d’émeutes armées ou de guerre civile. Imaginez ce qui se passerait si un ou deux militaires de Sentinelle se trouvaient isolés face à un groupe violent de Black Blocs voulant « cramer du flic » ? Soit ils tirent, et c’est le bain de sang assuré, soit ils sont agressés et se font tabasser et voler leurs armes, échouant à remplir leur mission. D’ailleurs, l’état-major, qui n’a pas été consulté, se dit très réticent.

L’Imprécateur
25 mars 2019

Annexe :  

Après les Champs-Elysées, des gendarmes accusent

Décisions préparatoires surprenantes, choix tactiques erronés : aux ordres de la Préfecture de police de Paris, les spécialistes du maintien de l’ordre refusent d’être les boucs émissaires du fiasco face aux Gilets jaunes.

Lire aussi sur L’EssorGraves incidents samedi à Paris : les gendarmes réagissent et proposent !

Au lendemain du bilan calamiteux (une centaine de commerces dégradés, incendiés ou pillés) sur les Champs-Elysées, lors de la manifestation des Gilets jaunes à Paris, le samedi 16 mars, les professionnels du maintien de l’ordre sont remontés. « On va encore incriminer la doctrine du maintien de l’ordre, on va à nouveau nous demander en urgence des mesures pour alimenter un nouveau plan. Or on sait tous quelles sont les raisons fondamentales de l’échec de samedi », lâche un haut responsable.

Un constat assumé dès lundi matin par Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur. Reconnaissant un “échec” et évoquant des “dysfonctionnements” dans la “chaîne de commandement” et le “positionnement des forces”, il a pointé du doigt la Préfecture de police (PP) de Paris. Quelques heures plus tard, son patron, le préfet Michel Delpuech était limogé. Un départ suivi de celui de deux autres responsables de la PP. Trois fusibles ont donc sauté. Cela suffira-t-il à modifier la donne ?

La manifestation des Gilets jaunes du 16 mars a tourné au fiasco pour le maintien de l’ordre. En raison, certes, de la présence des 1.500 black blocs et autres ultras de gauche anti-systèmes, mais pas seulement. « Dispositif inadapté »,  « pilotage inapproprié », accusent les gendarmes spécialistes du maintien de l’ordre.

Les problèmes surgissent dès la phase préparatoire. En début de semaine, au vu des renseignements collectés et du ton des Gilets jaunes, les états-majors spécialisés élaborent un dispositif musclé. Ils proposent de placer dans la capitale 34 escadrons de gendarmes mobiles (EGM), 12 compagnies républicaines de sécurité (CRS) et de constituer une force en réserve.

Lire aussi sur L’EssorViolences sur les Champs Elysées : deux nouvelles têtes tombent à la préfecture de police

Dans le courant de la semaine, l’Unité de coordination des forces mobiles (UCFM) donne l’ordre aux gendarmes de mettre au repos leurs 9 escadrons mis en réserve. Résultat, samedi, ils doivent rapatrier en urgence vers la capitale 4 escadrons en mission dans le nord de la France pour faire face au regain de violence.

Dans la « zone rouge », il est décidé de sanctuariser le triangle Concorde-Elysée comme chaque samedi. De plus, deux lignes de défense statique sont formées : l’une en protection de l’Arc de Triomphe, en haut des Champs-Elysées, l’autre barrant la plus belle avenue du monde à hauteur du rond-point, au milieu de l’avenue.

Le jour J, un groupe de Gilets jaunes, auxquels se mêlent des participants à la Marche pour le climat égarés, se retrouvent coincés entre les deux. Sans issue de sortie possible, la tension monte vite. Ils essuient les tirs de grenades lacrymogènes lancées de part et d’autre. “A l’inverse de la doctrine de maintien de l’ordre en Gendarmerie qui prévoit toujours une porte de sortie pour les manifestants, on les a encagés », déplore un officier présent dans le dispositif. « Au bout d’un moment, ils s’en sont pris aux boutiques sur les côtés, où les forces de sécurité étaient quasi inexistantes, ce qui n’est pas étonnant au regard du volume global mobilisé et de l’importance donnée aux points statiques”.

Un officier supérieur ajoute : “Cela fait des semaines que la Direction de l’ordre public et de la sécurité de la préfecture de Police nous impose son dispositif de l’encagement. On doit reculer pour éviter les drames car la violence des ultras est énorme. Un jour, ça se terminera mal, on aura un mort d’un côté ou de l’autre”.

Les gendarmes s’interrogent, enfin, sur la présence massive des casseurs et activistes avec leurs équipements dans la manifestation. Cette fois, le renseignement aurait bien détecté l’ampleur de la menace, et alerté les autorités sans détour. Pourtant, contrairement aux manifestations de la fin de l’année, aucun dispositif ne semble avoir été prévu, ni consigne donnée, pour intercepter et fouiller les individus suspects en amont de la zone rouge. Cela pourrait être l’une des conséquences du tempo anormalement lent, ce samedi matin, avec lequel se serait effectuée la mise en place des unités de police parisienne réquisitionnées en complément des spécialistes du maintien de l’ordre déployés sur les points de défense majeurs, « comme si leurs autorités n’avaient pas vraiment perçu le menace à son juste niveau », suggère un observateur bien placé…

 Mériadec Raffray

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Chris83
Chris83
10 avril 2019 16 h 53 min

Juste une remarque sur le nombre de suicides de policiers entendu ce jour soit « Un » (je mets une majuscule car il s’agit d’un Homme qui a pour vocation de défendre nos compatriotes) tous les cinq jours!!! Est ce que ce sont vraiment des suicides? Est ce qu’une enquête est faite pour en connaître les causes car cela me semble vraiment ENORME!

charles m
charles m
30 mars 2019 21 h 39 min

Perso je défends de tout coeur les forces de polices et de gendarmeries et pourtant dieu sait combien je les maudits lorsqu’ils me verbalisent! mais ceci étant il me faut raison garder,car sans ces gens la nous serions dans l’anarchie la plus totale…et lorsque je vois actuellement de la façon dont ils réagissent face aux gilets jaunes et aux extrémistes de gauche je me dis que si la situation ne dérape pas c’est grace à eux! car moi je peux vous dire que je n’aurais pas leur patience!et je suis très étonné que sur ce site on dénonce les violences… Lire la suite »

Pellerm
Pellerm
29 mars 2019 18 h 11 min

La gendarmerie analyse bien la situation , mais ne fait rien pour y remédier ! Combien de temps encore vont-ils laisser faire les casseurs et détourner d’eux leurs regards ..et leurs armes , exclusivement réservées aux Gilets jaunes ? Pendant combien de temps vont-ils encore les piéger dans des nasses ? Nous n’attendons pas d’eux de bonnes analyses , mais surtout des réactions d’honnêtes citoyens … A ce régime là ,ils se feront haïr par le peuple , avec autant de force que le peuple en est arrivé à haïr Macron ! Il serait temps qu’ils ouvrent les yeux eux… Lire la suite »

Chris83
Chris83
10 avril 2019 17 h 03 min
Répondre à  Pellerm

Pellerm Mais vous devez savoir que nos forces de l’ordre obéissent aux ordres de la hiérarchie!!! Ce ne sont pas des « électrons libres » Imaginez que des gendarmes ou des policiers se mettent du côté des manifestants en désobéissant aux ordres du gouvernement…. Que se passe t il? Vous avez réfléchit à ça? C’est immédiatement la révolution anarchique! (et des morts des 2 côtés) C’est impossible! Si les forces de l’ordre décident de se mettre du côté des manifestants c’est à leur hiérarchie de leur en donner l’ordre! L’Armée est aux mains du POUVOIR POLITIQUE! Moi aussi j’aimerais que tout le… Lire la suite »

Gloriamaris
Gloriamaris
29 mars 2019 15 h 31 min

Les militaires de la gendarmerie, comme tous les autres militaires, sont tenus à l’obligation de réserve. Quand il y a des choses déplaisantes à dire, elles le sont via  » l’ESSOR de la Gendarmerie  » journal mensuel de l’association éponyme des retraités de l’Arme. Les retraités n’ont pas à craindre de sanctions disciplinaires consécutives à leurs écrits, ce qui leur permet d’avoir des états d’âme et d’émettre des critiques. Il s’agit donc bien d’une publication privée et non d’un magazine officiel. Les publications OFFICIELLES de la Gendarmerie Nationale paraissent dans  » Gend Info  » et sont soumises à l’obligation de… Lire la suite »

lepatriote1111
lepatriote1111
27 mars 2019 2 h 37 min

Que voulez-vous ,en ayant un sinistre de l’intérieur ayant fricoter avec le milieu marseillais , il ne faut s’attendre qu’il donne des ordres pour arrêter tous les groupuscules anarchistes et autres casseurs (si vous voyez de qui je parle ) .le sieur castagnette fait sauter son fusible , le préfet delpuech avec ses deux différentiels , c’est plus facile d’imputer la faute aux autres .Bien que je ne sois pas mécontent qu’il est saqué ce préfet anti-patriote notoire ,ne nous faisons pas de soucis pour celui-ci , sa retraite est bien assurée et ses fin de mois ne seront pas… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
29 mars 2019 10 h 54 min
Répondre à  lepatriote1111

Pensez-vous que les GJ, qui pour la plupart sont des citoyens lambda non agressifs et beaucoup de retraités (mamies & papys), prennent le risque de virer les Black-blocs de leurs cortège et risquer ainsi de se faire tabasser également par ces sauvages apprentis Pol Pot ?! J’en doute. Les vrais GJ viennent les mains dans les poches avec quelques banderoles. Les autres sont armés de barres de fer, boules de pétanques, hachettes, couteaux, cocktails molotov, etc. A votre avis, qui aura le dessus ? C’est aux Forces de l’ordre de maitriser tous ces pue-la-pisse et autres fils de bourgeois qui… Lire la suite »

blank