LES PREVISIONS METEO DES PLANTIGRADES SONT MEILLEURES QUE CELLES DU GIEC (ET COUTENT MOINS CHER !) par l’Imprécateur

François Hollande peut ajouter un désastre à la longue liste de ses échecs personnels et des catastrophes que sa seule présence à la tête de l’État semble produire. Ce gringalet grotesque et discourtois porte « la scoumoune » à la France, même dans le sport comme on vient de le voir avec le naufrage du rugby français qui suit celui du football. Aucune de ses promesses d’amélioration de l’économie n’est parvenue à terme, le moral des Français est au fond de leurs chaussettes, une guerre civile de religion est à nos portes, le chômage global et les impôts continuent à grimper. Même notre administration fiscale devient source de ridicule avec cet incroyable vaudeville de l’augmentation délirante de la charge fiscale des veuves et des retraités qui conduit le ministre du budget à recommander à ses victimes de ne pas payer et pousse le premier ministre à annoncer par tweet son annulation « pour 2015 et 2016« . Ce qui veut dire qu’elle sera rétablie en 2017, juste avant la présidentielle. Soit ce premier ministre fait preuve d’une bêtise crasse, soit il veut nuire au candidat de son propre parti, ce qui ne serait guère surprenant.

François Hollande compte sur COP21, la conférence de l’ONU sur le climat qui sent le réchauffé, pour se donner une dimension planétaire : 195 États et 40 000 invités au bal ! Son premier conseiller, Gaspard Gangzter, plus connu comme Gégé dans le milieu, l’y prépare depuis plus d’un an. Depuis qu’il a été nommé chef du pôle communication de l’Élysée en avril 2014 pour faire le ménage des gros nuls qui y sévissaient. C’est donc Gégé qui lui a trouvé un costume gris de qualité, une cravate plombée pour qu’elle tienne droite et des chemises propres aux longueurs de bras adaptées à la morphologie bizarre de celui qui les porte. C’est Gégé qui prépare et supervise ses discours quotidiens plats et somnifères et ses conférences de presse showbiz. C’est encore Gégé qui organise ses rendez-vous truqués avec des petites vieilles à qui l’on a dicté le moindre mot de leurs réponses aux question prémâchées que François leur posera, leur interdit de poser une question personnelle, fournit café, tasses, petites cuillères, fleurs, nettoyage à fond de leur pauvre appartement et même les chaises !
Car le popotin grassouillet du chef ne supporte que la chaise solide,  traitée anti-bactéries et acariens du mobilier national.

Pour COP21, ce n’est pas, comme il eût été logique et politiquement correct, la ministre de l’Écologie qui a été choisie comme organisateur en chef, mais le somnolent ministre des Affaires étranges.

images

Le GIEC (IPCC en anglais) est l’organisme de l’ONU qui est chargé de la propagande réchauffante productrice de taxes climatiques

Son premier soin a été de verrouiller tout opposition dite « climatosceptique ». Il y a un peu plus d’un an, tous les présentateurs météo de France et de Navarre ont été invités par lui à un petit déjeuner-briefing pour se voir enjoindre de parler du « chaos climatique » et ne parler que de cela dans leurs journaux météo. La moindre petit écart de pluie ou de température doit être imputé au « réchauffement d’origine humaine » (anthropique), si bien que l’on a entendu des inepties proférées sentencieusement par des présentateurs expliquant du haut de leur ignorance qu’un tremblement de terre, ou une inondation récurrente comme celles dues chaque année depuis des siècles à un « épisode cévenol« , étaient « un effet du réchauffement climatique« .

De tous les invités sommés de suivre les ordres de Fabius, un seul, le chef du département météo de France 2, Philippe Verdier, a eu le courage de lui écrire pour le prier en substance de le laisser faire son travail comme il l’entend. Il a été aussitôt viré comme un malpropre par madame Delphine Ernotte, grande militante socialiste devant l’Être suprême, récemment nommée directrice de France Télévision par le piston du président Hollande qui avait pourtant juré pendant sa campagne présidentielle que jamais il ne commettrait ce genre d’ignominie. « Et c’est d’autant plus scandaleux qu’en l’occurrence Delphine Ernotte vient au secours d’une cause qui relève de la croyance, à propos de laquelle aucune discussion n’est possible : la sainte parole du GIEC. Parole au nom de laquelle notre gouvernement va engager notre pays dans des dépenses inconsidérées« , écrit Yann Sergent sur Boulevard Voltaire.

Le GIEC, c’est ce machin, comme aurait dit de Gaulle, truffé de fonctionnaires et de rares scientifiques, qui est seul autorisé à parler de climat. Quand il éructe un avis, la communauté de l’information titre aussitôt sur « la communauté scientifique unanime… », ce qui est faux puisque les organismes d’études du climat indépendants sont généralement d’un avis contraire.

images

Rien ne permet d’affirmer que le GIEC a un comportement scientifique, mais pseudo-scientifique sans aucun doute. Comme l’ont observé de nombreux observateurs indépendants : toute étude météorologique aboutissant à une conclusion qui infirme l’un des diktats « gieckiens » est éliminée sans discussion. La pression morale, intellectuelle et « patronale » pesant sur les chercheurs salariés du GIEC y est excessivement contraignante, entraînant un comportement  bien connu des psychologues d’entreprises : le conformisme.

Si un groupe d’étude arrive à des conclusions dont l’une est validée par la majorité, les « dissidents », même s’ils sont convaincus d’avoir raison, rejoignent à 75 % la majorité, 20 à 25 % s’abstiennent sans même oser dire « je ne sais pas » ou « vous faites erreur », rares sont ceux qui maintiennent leur opposition par peur d’être marginalisés dans le groupe, peur de répercussions négatives sur leur déroulement de carrière.

Le GIEC arnaque gouvernements et croyants de l’écologie. Les arnaques des organismes publics sont des actions, des documents et des artefacts destinés à tromper décideurs politiques et populations. Elles peuvent être sans conséquence, mais elles sont le plus souvent malintentionnées avec l’intention de soutirer quelque chose à la victime. Dans le cas du GIEC des subventions, des recrutements de fonctionnaires, l’oreille et le soutien des médias. « Vous devez reconnaître que l’État, les corporations, les médias vous considèrent comme un ennemi : vous devez donc apprendre à vous défendre » (Noam Chomsky).

imgscan-contrepoints-2013620-GIEC-1024x833

Il y aurait un moyen de lutter : utiliser la maxime de David Hume. Les religions, avait constaté Hume, avancent toutes la prévision de catastrophes comme autant de preuves de leur vérité : le déluge, Sodome et Gomorrhe, les sept plaies d’Egypte, la peste au Moyen-Âge… Autant de sanctions divines du mauvais comportement des hommes. L’écologie politique reprend cet argument religieux : le réchauffement de la planète a pour cause le mauvais comportement des peuples, ils seront punis par des catastrophes naturelles assimilées à la violence divine.

La maxime de Hume consisterait à poser aux scientifiques du GIEC, tout autant qu’aux diseuses de bonne aventure ou aux astrologues, la question suivante : quelles raisons me donnez vous de croire que la véracité de ce que vous avancez est plus probable que le fait que vous vous trompiez ou que vous me trompiez ?

Si nos politiciens avaient un minimum de culture scientifique, ils demanderaient au GIEC de prouver que les évènements climatiques réels confirment les prévisions qu’ils ont faites à partir de leurs modèles informatiques. Or, les prévisions du GIEC ont toutes été soit totalement, soit partiellement récusées par l’observation directe des faits climatiques.

ipcc_fig1-4_models_obs

Les courbes colorées sont les estimations successives du GIEC (FAR 1992, SAR 1995, TAR 2001, AR4 2007) avec leur marge d’incertitude (les barres verticales à droite), les barres noires sont les mesures de réchauffement réellement constatées, on voit qu’à partir du pic de refroidissement  de 1992 il y a effectivement une remontée des températures, mais qu’elle s’arrête et devient stable à partir de 1998

Certes la banquise fond au pôle Nord, mais le pôle Sud s’est refroidi et la banquise périphérique y a gagné 18 000 km2 pour la seule année 2014 (source : observations satellites NASA).
Certes les forêts ont migré vers le Nord, mais leur superficie globale a augmenté, excepté dans les pays qui les rasent pour cultiver à outrance des céréales ou d’autres plantes pour faire du biocarburant (Brésil notamment). Et la santé des arbres s’est améliorée comme le démontre une pousse plus rapide à de plus grandes hauteurs.
Certes, il y a toujours des évènements climatiques violents, mais leur nombre et leur intensité ont diminué depuis 2005, contrairement à la prévision catastrophique du GIEC.
Certes le niveau des mers s’est élevé, mais beaucoup moins qu’annoncé en 1988 quand on prétendait que le niveau des mers aurait monté de 50 cm en 2000.

On pourrait multiplier les exemples de prévisions ratées du GIEC à cause de leurs modèles informatiques délibérément mauvais (ou faussés) parce que le catastrophisme rapporte plus en taxes climatiques que la vérité.

Les climato-sceptiques ne nient pas qu’il y ait eu une période de réchauffement de 1850 à 2000, comme il y en a régulièrement depuis des millénaires qui alternent avec des périodes de refroidissement. Ils disent que son origine anthropique n’est pas démontrée, que la hausse est stoppée depuis 1998 et que le soleil joue un rôle beaucoup plus important que l’Homme dans les variations climatiques, réchauffement ou refroidissement. Ils pourraient prouver leur certitude par les évènements climatiques récents, mais la parole leur est interdite, il y a tellement de milliards de taxes à prélever sous prétexte de réchauffement !

dessin-humour-rechauffement-climatique

Ce qui n’empêche pas qu’il est bon de mieux isoler les bâtiments et de développer des énergies renouvelables, comme le solaire maintenant que les Espagnols ont trouvé le moyen de stocker l’électricité produite une quinzaine d’heures avec des réservoirs d’une solution concentrée de sel qui est chauffée à près de 200°C par les panneaux.
Le Kwh produit est à peine plus cher que le Kwh nucléaire, ce qui est loin d’être le cas du très coûteux Kwh éolien.

L’observation du comportement des animaux, bien plus sensibles que nous aux phénomènes climatiques, permet souvent de faire de bien meilleures prévisions que les services météo, comme l’ont montré les éléphants thaïs et indonésiens qui avaient commencé à fuir vers les collines la veille du tsunami de 2004 alors que les services météo locaux ne l’avaient pas encore décelé.

Unknown

En 2010, les ours noirs avaient creusé des terriers quinze jours avant la vague de froid de novembre. Les ours sont paresseux et ne creusent pas pour rien. Quand ils prévoient un hiver doux, ils aménagent juste un nid tapissé de feuilles et d’herbes.

Cette année 2015, ils ont déjà creusé des terriers profonds, plus profonds qu’en 2010, et un tiers de ceux du zoo à ciel ouvert de Thoiry sont déjà endormis en hibernation. Ils ne sont même pas sortis pour cette période d’été indien que nous vivons depuis quelques jours. Plutôt que de croire les prévisions des météorologistes qui annoncent un hiver tiède « en raison du réchauffement climatique », il vaut mieux faire confiance aux ours. Le vicomte de la Panouse qui créa le zoo en 1968, affirme qu’ils ne se sont jamais trompés. Presqu’un demi-siècle de prévisions exactes, la météo fait-elle mieux ?

Cette année, météo-ours est confirmée par météo-migrateurs : les insectes ont disparu avec le froid des deux premières semaines d’octobre qui ont connu des températures inférieures de 5 à 6° aux températures « de saison », les migrateurs sont partis eux aussi, ce qui confirme la probabilité d’un hiver très froid.

Cela me convient, j’apprécierais hautement voir COP21 se dérouler sous des températures négatives avec neige et verglas, et surtout les aéroports bloqués  !

L’Imprécateur

Logo signature

0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank