CEUX QUI FINANCENT ET MANIPULENT LES SONDAGES VOTENT… MACRON ! (L’Imprécateur)

Share Button

Janvier 2016. Le Monde titrait : « Sondage : Emmanuel Macron préféré à Manuel Valls ou François Hollande pour 2017 » et en sous titre « Un sondage Odoxa pour « Le Parisien/Aujourd’hui en France » estime que le ministre de l’économie pourrait devancer le premier ministre et même le président ».

Il est placé d’entrée de jeu à 22%. Macron est lancé.

Odoxa ?

Les deux fondateurs d’Odoxa sont des anciens de l’institut de sondage BVA dont Vincent Bolloré et le fonds d’investissement Rothschild sont actionnaires. Le principal actionnaire actuel d’Odoxa est Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire de Le Parisien-Aujourd’hui en France. Nicolas Bazire, est l’un des administrateurs de LVMH en même temps que l’un de ceux de l’institut de sondage IPSOS. Mais le plus intéressant ici c’est qu’il est gérant associés de la Banque Rothschild… comme Macron avec qui il a travaillé.

80% des instituts de sondage appartiennent à la sphère d’influence qui soutient Macron. Son conseiller en la matière n’est autre que Denis Delmas, ancien président de TNS Sofres.

Premier résumé : Odoxa + BVA + IPSOS + TNS Sofres = Fonds d’investissements Rothschild + Bolloré + Arnault de LVMH dont l’une des directrices est Gabrielle Guallar, « Madame » Benoit Hamon (ils sont pacsés).

Cette collusion entre la gauche dure et les milliardaires n’a rien de surprenant, ces derniers ne sont “ni de gauche, ni de droite”, comme Macron, leur poulain qu’ils dopent à coups de millions d’euros pour qu’il puisse gagner la présidence qu’il mènera selon leurs instructions.

On comprend mieux pourquoi Macron refuse de donner le nom des donateurs à son mouvement En Marche. Ces milliardaires sont sociaux-libéraux mondialistes, le mot “sociaux” n’étant là que pour rassurer la gauche (pas la majorité, mais beaucoup d’électeurs quand même), comme Hitler avait accolé “socialisme” à national dans national-socialisme.

La cote moyenne de Macron était de 17% dans les sondages tout au long de l’année 2016. Elle a bondi de 7 points en janvier 2017, à 24% pour arriver à 26% des intentions de vote en mars, le plaçant en tête de tous les sondages. Et comme on sait que les élections se jouent dans les trois mois qui précédent les élections, on comprend mieux ces scores.

Pour que Macron gagne, il faut qu’il affronte Marine Le Pen, un Macron contre Fillon donne Fillon gagnant. Les sponsors et propriétaires de Macron doivent la maintenir à un haut niveau dans les sondages, tout en préparant les conditions de son échec entre le premier et le second tour.

Marine Le Pen, challenger indispensable à la réussite du coup d’État est créditée de 25% des intentions de vote. Normal !

Dans le même temps, Elabe, un “petit” sondeur, donne Fillon à 17% et insiste sur l’affirmation que « en dessous de 20 % un candidat n’a que peu de chance d’arriver au second tour« . Qui est Elabe ?

Elabe a été créé en avril 2015 par CSA dont il est une filiale.

CSA, dont Vincent Bolloré est l’unique actionnaire depuis 2008 !

Elabe et CSA, comme BVA, c’est donc Vincent Bolloré, président de Vivendi et Canal +, soit 8 milliards d’euros.

CSA s’est fait connaître par Roland Cayrol, pendant longtemps omniprésent, comme Christophe Barbier de L’Express, à C dans l’Air. Roland Cayrol, vieillissant, s’est un peu discrédité avec sa hollandophilie maladive. Aujourd’hui c’est Bernard Sananès, ancien de CSA, qui vient à C dans l’Air commenter l’actualité au nom d’Elabe, donc de CSA et Bolloré soutiens de Macron.

Second résumé : CSA est filiale à 100 % du groupe du milliardaire Vincent Bolloré.

Entre 2010 et 2015, CSA, alors sous la direction de Bernard Sananès, perd 14 millions d’euros. Bolloré décide de se séparer de l’activité sondages politiques et crée Elabe avec Sananès à sa tête. Il intègre CSA à Havas pour l’activité économique. Mais il continue à soutenir Elabe, c’est son investissement pour continuer à contrôler la politique française avec Macron à la présidence.

La mission donnée par Bolloré en mars-avril 2017 : nuire à Fillon.

Cependant, nos milliardaires et banquiers savent que l’efficacité des sondages à exprimer “l’opinion publique” est indissociable de l’importance croissante qu’on pris les journalistes et les spécialistes en communication. Ainsi, s’est mise en place chez eux la croyance selon laquelle “faire de la politique” c’est, notamment grâce à “une bonne communication”, se situer le plus haut possible dans les cotes de popularités données par les sondages.

Il faut un bon mouvement d’opinion autour de Macron ?

La presse financée par le gouvernement et les milliardaires de gauche va s’en charger !

Dès janvier 2016, après le coup de démarreur donné par le sondage commandé par Bernard Arnault à Odoxa et le coup de starter de Le Monde encensant Macron, 90 % de la presse est mise en action pour le soutenir.

90%, c’est le pourcentage de médias détenus par le gang des milliardaires sociaux-libéraux mondialistes français. Le service public, notamment la télévision, est lui aux mains de l’État socialiste qui a mis Delphine Ernotte, une socialiste fidèle de Hollande, à sa tête
avec la même mission : détruire Fillon pour permettre le duel Le Pen contre Macron qui permettra à Macron, chevalier du Bien socialo-mondialiste et immigrationniste de battre le Mal incarné par Le Pen, patriote nationaliste anti-immigrationniste.

« S’agissant de Macron… Xavier Niel et Pierre Bergé, copropriétaires du groupe le Monde, lui ont plus ou moins publiquement déclaré leur flamme. Rien, dans ce que l’on sait de lui, et du peu que l’on sait de son programme, n’est de nature à effaroucher MM. Dassault, Arnault, Pinault, Lagardère, Bolloré ou Drahi. Ce qui ne signifie pas que les oligarques français soient pendus au téléphone chaque matin pour commanditer des unes, des éditos, ou des sondages favorables. Simplement, par capillarité intellectuelle, ils ont nommé à la tête des rédactions de «leurs» médias des journalistes macrono-compatibles, éventuellement macrono-indifférents, en tout cas jamais macrono-opposés, encore moins macrono-hostiles » (Daniel Schneidermann dans Arrêt sur image).

Ce qui explique les plus de 50 “Unes” de la presse vantant le produit Macron depuis un an et les multiples sondages truqués qui le valorisent.

Qui porte le produit Macron ?

Les “Gracques” : « c’est un petit groupe d’hommes d’affaires, de hauts fonctionnaires et d’intellectuels qui s’active depuis 2007 dans les coulisses du pouvoir pour convertir la gauche française au libéralisme. Pour la plupart, ils occupent des postes hauts placés, souvent dans des banques, des compagnies d’assurances, des fonds d’investissement. Tous ont fait au moins l’ENA ou HEC. Anciens du PS, pour beaucoup d’entre eux, ils ont peuplé les cabinets ministériels des années 1980 et 1990, servant les socialistes “modernes”, Rocard surtout mais aussi Jospin, Fabius, Bérégovoy ou Strauss-Kahn » (Piga, analyste en géostratégie).

La plupart, mêlant intelligemment politique et affaires, sont très riches. Après l’éclipse Sarkozy dont ils ont profité pour se concentrer sur les affaires, ils ont été revivifiés par Hollande mais, surtout, par Jean-Pierre Jouyet son secrétaire de l’Elysée. Aujourd’hui, ils soutiennent le télévangéliste Macron à qui ils ont fourni clés en mains le volet économique de son programme.

Exactement comme le club élitiste allemand « La Société de Thulé » avait fourni au jeune télévangéliste Hitler inculte et incompétent son programme socio-économique (cf. La jeunesse d’Adolf, genèse du nazisme, Maurice D. 2002)

Les télévangélsites européens offrant un nouveau monde. Celui de gauche vous offre  l’Europe mondialisée, celui de droite offrait l’Europe nazie. 

Hollande et Jouyet : ils ont fait de Macron le cheval de Troie qui leur permet de tromper le centre et la gauche de la droite dont les leaders sont devenus soit pas très futés comme Bayrou et Juppé vieillissants, soit intéressés par de bonnes places bien juteuses comme beaucoup des quadras et quinquas dont les plus ambitieux rêvent d’un poste ministériel à négocier avec Macron.

« Media et journalistes sont les instruments de leurs stratégies politiques et ils ont fait l’objet de manipulations constantes qu’ils ont parfois du mal a déjouer, tant leur connivence est forte et parfois incestueuse avec le pouvoir. C’est un jeu que maitrise parfaitement les deux amis (Hollande-Jouyet). (Piga) »

Beaucoup d’hommes politiques, surtout parmi les socialistes entre 40 et 50 ans, draguent et, parfois, épousent ou se mettent en couple avec des journalistes (Montebourg, le métis algérien, avec Audrey Pulvar, la métisse antillaise). « Par la force des choses, nous passons beaucoup de temps avec les hommes politiques, explique Vanessa Schneider de Le Monde. En déplacement, nous logeons dans les mêmes hôtels, nous les voyons tard le soir et tôt le matin. Ils sont loin de chez eux et se permettent sans doute plus de choses (sic !). Les universités d’été, qui mélangent des moments de travail  et des temps festifs, peuvent aussi favoriser une forme de promiscuité. On se retrouve souvent le soir autour d’un verre. »

Et plus si affinités !

Chez les Français, le dégoût de la classe politique et des médias est à son comble. Cela fait plus de 40 ans que le socialisme est au pouvoir, plus de 40 ans qu’on leur demande de se serrer la ceinture, les socialistes promettant des jours enchanteurs qui ne viennent jamais. 1000 milliards de déficit public en 10 ans, 6 millions de chômeurs et quelques millions de précaires, des classes moyennes et ouvrières de plus en plus pauvres, des riches de plus en plus riches. Ils sont au bord de l’explosion et ne trouvent leur salut que dans des discours qui consistent à tirer un grand trait sur le passé des Français.

Comme ceux que leur débite le télévangéliste Macron : il fait un trait sur le passé socialiste et sur les programmes pour « penser Printemps« (sic ! du pur Macron). Ils (les BHL, Minc, CIA, etc.) ont déjà fait le coup aux peuples arabes avec les « printemps arabes » qui les ont poussés pour la plupart dans les bras des islamistes, comme le printemps macronien doit remettre les Français dans les bras des socialistes hollandais.

Hollande et son vizir Jouyet veulent à tout prix poursuivre la politique économique engagée depuis plus de 5 ans et continuer l’intégration du pays dans l’Europe et dans l’économie mondiale. Mais ni François Hollande, ni Manuel Valls ne sont capables de le faire. Ils sont, l’un et l’autre, rejetés par l’opinion publique. Ils pensaient agir dans l’intérêt du pays et c’est dans l’intérêt du pays qu’ils doivent maintenant s’effacer derrière Macron. Pour pérenniser ce qu’ils ont entrepris, ils ont trouvé Macron, jeune, neuf, incompétent mais pour le moment docile, « l’ouvrier parlant bien… le singe plaisant aux femmes« , comme disait le directeur du Munchener Beobaster en parlant de Hitler.

Il n’y a aucun rapport idéologique entre Hitler et Macron, mais la méthode pour les instrumentaliser est la même. Il ne faudrait pas que le résultat final soit le même : l’ouvrier-singe une fois installé au pouvoir, éliminant ses mentors de jeunesse… on connaît la suite.

Hitler plaisait aux militaires, aux banquiers, aux industriels et au peuple allemand de gauche. Macron plait aux patrons des multinationales et de la finance mondiale, aux penseurs de la mondialisation « heureuse » comme Attali et Minc. Il plait aussi à la gauche parce qu’il vient du parti socialiste, et au centre parce qu’il sait tenir un discours de droite. C’est le pion parfait que Hollande et Jouyet savent pour le moment tenir par les roubignoles. Comme sa femme (et ex-maitresse au sens littéral du terme) Brigitte Trogneux, de 24 ans son ainée.

Ils étaient quasiment certains du résultat de la primaire et de l’éviction de Valls. Mais dans le doute, ils ont misé sur Hamon. Pourquoi ? L’élection de Valls serait contre-productive. Hamon est celui qui cristallise l’aile gauche du PS et qui peut empêcher le populisme de gauche de progresser en le divisant. En langage clair : il s’agit de contenir Mélenchon par Hamon.

Le PS est réduit à sa plus simple expression et ne servira, à l’avenir, qu’à entretenir la division parmi les tenants de la gauche de transformation sociale, laissant ainsi le champ libre aux centristes pour mener à bien leurs desseins.

La primaire de droite a élu Fillon en éliminant Sarko, le plus dangereux, et Juppé. Il suffit maintenant de discréditer Fillon, le cabinet noir s’en occupe, et d’affaiblir Marine Le Pen pour que Macron la batte à coup sûr, c’est en cours, en dosant astucieusement sa diabolisation et ses affaires. Là, c’est Hollande, disciple de Mitterrand et qui se pense expert en anti-FNrie, qui prend la main sur Jouyet, car il espère bien jouer un rôle politique important dans le gouvernement Macron.

Après, il y a tous les autres soutiens de Macron : les théoriciens, Aquilino Morelle, Alain Minc, Jacques Attali (mais tous trois son en train de changer de camp, « Macron… c’est le vide » aurait déclaré Attali récemment) ; les médiatiques, Denis Olivennes directeur général d’Europe 1 et Lagardère Active (Paris-Match, JDD, Newsweb), Matthieu Pigasse, responsable monde des fusions acquisitions (fusac) et du conseil aux gouvernements de la Banque Lazard dont il est directeur général délégué en France. Il est propriétaire et président des Nouvelles Editions Indépendantes qui contrôle le magazine Les Inrockuptibles et Radio Nova et actionnaire du Groupe Le Monde et du Huffington Post (la presse bobo). Pierre Bergé (nommément évoqué en 2015 dans une enquête judiciaire sur l’existence possible de réseaux pédophiles au Maroc), groupe Yves Saint Laurent, soutien de LGBT, Le Monde, Courrier international, Têtu (magazine homo), Télérama, La Vie, Act Up, SOS Racisme ; Xavier Niel (6ème fortune de France), L’Obs, Libération, Mediapart, Atlantico et Causeur (où il est minoritaire), Rue 89 ; Patrick Drahi, Mediaréseaux, SFR (grâce à Macron) , Numericable, L’Express, L’Expansion

Cela suffira-t-il à faire élire Macron ? Oui, si la droite ne comprend pas qu’elle a intérêt à être solidaire pour que la finale se passe entre Fillon et Le Pen.

Certes, l’un des deux perdra la présidence, mais c’est un moindre mal par rapport à une victoire assurée de Macron.

Si l’un et l’autre préfèrent continuer à se démolir mutuellement avant le premier tour, les deux perdent la présidence…

Et s’ils se rapprochaient et trouvaient un accord pour les législatives ?

L’imprécateur

 

Share Button
 

20 réflexions au sujet de « CEUX QUI FINANCENT ET MANIPULENT LES SONDAGES VOTENT… MACRON ! (L’Imprécateur) »

  1. Au terme de ce catastrophique quinquennat, nombres de naïfs ont goûté au cocufiage socialiste. La leçon ne semble pas avoir été bien comprise car nous allons assister à la plus belle arnaque qu’un esprit de looser ait pu imaginer. A chaque consultation électorale l’effondrement du PS attestait qu’à l’élection Présidentielle ce parti en ruine subirait une humiliante déroute au terme d’une longue agonie. C’est alors qu’un esprit fécond en coups tordus invita un pur produit de la finance aux dents longues, vierge à ce moment de tous soupçons de corruption, pour l’adouber Ministre. Après deux ans sous les projecteurs et le nez dans les finances de tout à chacun, celles-ci furent soigneusement épluchées. Quand ce petit prodige eut la maturité et la stature requise, il fût prié de nous simuler un vrai faux départ et s’improviser chef d’un parti EM avec la vraie fausse indignation si ce n’est la complaisance de tous les loosers à recycler. Tous ces ralliements attestent de cette pitoyable mais oh combien superbe arnaque en cours de réalisation au nez et à la barbe de français lobotomisés par des médias asservis. Leurs fidèles conseillers placés, les Ministres affichent une adhésion qui ne manque pas de piment dans leurs justifications. Mais bon…, plus c’est gros plus ça passe..!!!
    SUITE CI-DESSOUS

     
  2. SUITE
    Ah oui, le FN il faut un front républicain, à toutes les sauces, à toutes interventions, il faut taper, casser et tenter d’endiguer ces mécréants populistes qui osent défier le bipartisme et ses dérives malfaisantes. Oui chers amis patriotes le PS est mort mais pas sa capacité de nuisance et son imagination diabolique pour se ressusciter. Si cette supercherie, qui ne me semble pas être invraisemblable, conduit Macron à l’Elysée, il ne manquera plus qu’Hollande au poste de Vice-Président et le recyclage aura été quasi complet. Pauvre Hamon et quelques fidèles qui dans cette abracadabrantesque comédie n’auront été qu’un leurre, un dérivatif pour masquer l’essentiel du plan prévu. Le timing évènementiel et les diverses révélations qui fuitent attestent de ce scénario, tout autant que l’opportunité calendaire des affaires attribuées aux gêneurs via la presse spécialisée et une justice étrangement prompte à mettre en examen les concernés.

     
  3. Il est vrai que le « ni droite, ni gauche » allume chez moi une lampe rouge.
    La promotion de Juppé ayant fait flop, le groupement constitué, d’un côté par l’internationale marxiste à la rechercher d’un lumpen électorat pour échapper aux conséquences dévastatrices de son idéologie contre nature, et de l’autre par la finance cosmopolite à la recherche d’un lumpen consommation, conduit à ouvrir les portes au peuple du Coran en faisant la promotion de l’ectoplasme Macron, fils caché du maire de Tulle

     
  4. Excellent article, et instructif. Notre Europe court des dangers similaires à ceux du XXe siècle. Excès de nationalisme avant 1914 vs nihilisme identitaire de l’Union européenne, surtout à l’Ouest. Idéologie suprémaciste nazie vs Charia, loi coranique de la suprématie musulmane. Agressivité militariste du Reich vs délinquance, agression, insurrection et terrorisme musulmans. Politique d’apaisement franco-britannique vs laxisme pénal et assistanat. Prétendues « injustice » du traité de Versailles vs prétendu « crime » de la colonisation, prétendu « racisme » des français (ou des européens). Pacifisme français vs multi-culturalisme. Guerre, occupation militaire de 4 ans, pillage, mais libération vs invasion, tribut « djizaya », conquête démographique, politique, économique, et islamique définitives. Le danger est moins imminent mais plus durable.

    Seule la Société civile patriote peut y faire face. Les appareils parisiens LR et FN ne feront jamais d’accords officiels (les dirigeants LR ont trop peur de la réaction de la Gauche (mediatique ou extremiste). Rien n’empêche par contre la Société civile patriote de s’organiser sur le terrain, en circonscription, pour assurer l’indépendance politique de chaque terroir vis à vis de la capitale. Alors des désistements réciproques au bénéfice du mieux placé sont possibles. (ou mieux encore et plus fin des reports systématiques de voix). L’autonomie financière des partis politiques est nécessaire au niveau de chaque terroir.

     
  5. Aucun des programmes proposés par les candidats ne correspond à ma vision de la France. Ma grande priorité, ainsi que celle de mes amis, c’est le nettoyage de la France, principalement des envahisseurs africains, surtout musulmans, dont la religion est la honte de l’humanité par le traitement qu’ils appliquent aux animaux et aux femmes. Cette religion n’a aucune place dans une démocratie. Pour être bref, ils doivent être expulsés. A défaut de quoi, ils deviendront, grâce à leur démographie, les maîtres du pays.
    Il est evidemment hors de question de voter pour les « socialistes » Hamon ou Macron ; j’en suis gavé à vie du « socialisme » des milliardaires. Quand à Fillon, il ne s’est pas déclaré vigoureusement contre les « refugiés » et l’islam, donc c’est un faux ami, un traître comme tous ceux qui ne combattent pas l’invasion. Ses autres orientations me sont aussi hostiles, tel son combat contre les 35h, car je suis ouvrier et je n’ai pas l’intention d’y renoncer.
    L’abstention ne m’a tenté qu’un court instant car il est uniquement négatif. Je serais donc contraint de voter pour celui des candidats qui m’apparaît le moins mauvais : Marine Le Pen.

     
  6. Bien dit monsieur Mr le responsable du site MINURNE , mais si ce Macaron, gagne les élections nous , nous les résistants on fera quoi au juste ?
    On continuera à se lamenter en écrivant sur votre site ?
    Il manque 22 jours au 23 avril 2017 !
    Si le Fn ne passe le 23.4.2017 la France est morte .
    Bon dimanche .

     
    • À chaque jour suffit sa peine cher ami, et tout ne peut pas s’écrire ! Quoi qu’il arrive, notre combat continuera, d’une manière ou d’une autre.
      La France ne mourra pas, elle en a vu d’autres, et elle se relèvera car elle a de la ressource, elle l’a montré au cours de son histoire.
      Permettez-moi de soumettre à votre réflexion cette pensée de Montesquieu qui a fondé les bases du déterminisme historique.
      « Il est des causes générales, soit morales, soit physiques, qui agissent dans chaque monarchie, l’élèvent, la maintiennent, ou la précipitent. Tous les accidents sont soumis à ces causes, et si le hasard d’une bataille c’est-à-dire une cause particulière, a ruiné un état, c’est qu’il y avait une cause générale qui faisait que cet état devait périr par le hasard d’une seule bataille ».
      Cette élection présidentielle est donc évidemment cruciale, mais non décisive.

       
      • La France est déjà moribonde, ce qui fait que dans quelques années, si personne ne stoppe l’immigration et n’assimile VRAIMENT les français musulmans à la France, l’Islam assimilera la France.
        Comme il s’agit d’une guerre de religion, la France pour laquelle nos aïeux ont donné leurs vie sera bel et bien morte.

         
    • « Si le Fn ne passe le 23.4.2017 la France est morte »

      Oui IPAZIA, pour la raison suivante:
      Aucun des bonimenteurs de cirque qui lorgnent la présidence _ y compris Fillon _ ne se battra contre l’Europe qui enfonce la France financièrement et prône l’immigration grâce à sa patronne Merkel.
      Aucun, SAUF MLP…

       
    • Tout ne sera pas négatif. Si Marine ne passait pas au second tour, nous aurons les élections législatives qui seront sans doute révélatrices de la réalité du corps électoral avec un début de représentativité renforcé. Courage nous sommes bien isolés et pourtant si forts, c’est un peu comme au rugby, le travail des avants finira par payer et offrir un essai. Les gens commencent à comprendre et se détacher des appels anti FN.

       
  7. En page 3 du journal Le Télégramme de Brest daté d’aujourd’hui 1er avril, parait une interview de Macron.
    Ce qui a attiré mon attention est la dernière phrase de la réponse de Macron à la question du journaliste au sujet de la suppression de la taxe d’habitation.
    Je cite: « …elles (les communes) garderont une autonomie fiscale. Si elles veulent augmenter leur taux, leurs contribuables repaieront un peu de taxe d’habitation en complément du versement de l’Etat  » fin de citation.
    De qui se moque Macron ?
    Qui va croire une seconde que les maires ne vont pas être tentés d’en remettre une petite, au début ! puis comme la CSG de Rocard qui a débutée à environ 1,5% se retrouve désormais avec la CRDS et les taxes annexes, à environ 15%.
    Nous nous retrouverons à payer une double taxe d’habitation, l’une indirecte par une compensation de l’Etat et la seconde par la volonté des municipalités de récupérer un maximum d’argent, les économies étant un mot inexistant dans leur vocabulaire.
    Nous sommes le premier avril, mais ce n’est hélas pas une farce, Macron ayant l’habitude de promettre tout et son contraire.

     
  8. Ce que je prône depuis belle lurette (avec des cri d’orfraie à la clef ) , un rapprochement et un accord pour les législatives ) me parait être la seule solution si l’on veut éliminer MACRON. Millon avait raison en son temps et Fillon ne veut pas en entendre parler.La droite la plus bête du monde dîtes-vous ? Assurément.La gauche va t’elle se gêner pour se ressouder le moment venu, NON alors qu’attends t’on ? !!!. Je ne survivrai pas à une gauche de plus. Moralement impossible, surtout après ce que je vois depuis 5 Mois et ce que je subis depuis plus de 40 ans

     
  9. Est- il encore utile de nous parler de Macron et consorts encore une fois !
    On nous bourre la tete de sa tronche partout et a toute les sauces !
    Une bannière « Macron est le mal « suffirait, nous avons compris on ne votera pas pour eux .
    N’y a t’il pas d’autre sujet de texte pour remplir les pages plus en adéquation avec notre condition de « Patriote ».
    Quand au contenu du pamphlet, une partie des sources du texte ne viennent t’elle pas d’un autre site, me semble t’il ?

     
    • Vous,vous êtes convaincu de ne pas voter Macron, mais il reste encore une bonne partie des électeurs qui se laissent influencer par les médias et les sondages et qui sont prêts à envoyer à l’Élysée ce substitut de Hollande… Le risque est réel
      Nous avons déjà donné notre avis : au premier tour tout faire pour éliminer Macron, c’est-à-dire voter Marine ou Fillon.
      Au deuxième tour, si le choix reste comme nous l’espérons entre Marine et Fillon, nous aurons déjà gagné cette première bataille.
      Les patriotes auront alors un vrai choix et il sera temps pour nous de dire ce qu’on en pense…
      Quant aux sources en général elles sont citées…

       
  10. Sondages-bidons, mystique et macronite aiguë…
    Tout en croisant les doigts pour Marine – la seule à se soucier d’autre chose que de son nombril -, je mise sur Fillon (à l’anglaise). On parie ? Nota bene : « miser » ne veut pas dire « voter pour ». Plouf !
    Sur le banc d’accusation : un couac qui réduit à néant les qualités présumées. Tout le monde l’a oublié apparemment, sans doute parce qu’il est gros comme un immeuble. « Il faut faire revoter le Brexit », grognait-il dans un réflexe de récitation figée qui en dit assez sur le personnage.
    Malgré le safari dont il est la proie (suite à son impudence d’afficher, ohu le vilain, son appartenance chrétienne), il l’emportera, non par mérite, mais par la grâce d’une étrange loi des séries.
    Traduction : suivons le fil d’Ariane (avec lequel Pénélope fit son tissage). En quoi Sarkozy, Hollande et Fillon sont-ils pareils ? Eh bien, l’astro-zoologie de Chine révèle que l’infernal trio est du signe « cheval » (sans rapport avec la noble conquête de l’homme) : jusqu’au-boutiste, égoïste, sans scrupules.
    Bon, pour rester cartésien, les astro-trucs sont à prendre avec des baguettes. Accusée, lovez-vous ! Ségogo n’est-elle pas « serpent » ? Or il est dit que les natifs de ce signe sont « intelligents et cultivés ». Pfff… Vachement !
    Suite : Suspense au galop.

     
    • Galop en suspens.
      Hercule est vivement sollicité pour nettoyer l’écurie bourrée à ras-bord(el) : Merkel, Juncker, Erdogan, Michael Moore, David de Rotschild, Soros, Bergé sont tous devinez quoi, « chevaux », et sur quoi sont-ils à cheval, sur les fléaux à engendrer (les grands enfants adorent s’amuser) avec le pouvoir entre leurs sabots euh, entre leurs crocs (politoche, cinoche, torchons, finances et feuilles de chou).
      En selle pour 2017, l’année du Coq ! La fatalité c’est pas mon dada, n’empêche que le coq gaulois ne chante plus, il hennit.
      – 2007, le hongre en furie.
      – 2012, le canasson sur son teuf-teuf.
      – 2017, le froid et pâle palefroi.
      Le changement c’est la monture, pas la mouture.
      L’autre, censé s’imposer successeur, s’imagine souverain s’asseyant sur son seigneurial siège. S’il savait que sa destinée est de se mordre la queue…
      « Moi président » a un crâne d’oeuf, lui a reçu un oeuf sur le crâne.
      Vouée à abêtir les foules, imbue de misère mentale, la presse lui dresse une avenue de lauriers, les artistes à la noah et les pintades botoxées lui déroulent le tapis rouge, les chances pour la France un tapis de prière. Pégase est « en marche » pour survoler l’Olympe.
      Ah non, non ! Patatras il rampe, Macron est « serpent » comme Dame Bravitude.

       

Laisser un commentaire