JUPITER RÉFRACTAIRE AUX GAULOIS
(Alexis Céron)

S’il est vrai que les voyages forment la jeunesse, il est vrai aussi que les voyages se sont tellement démocratisés que la plupart des touristes ne savent plus se tenir aussitôt qu’ils sont à l’étranger. Mais là n’est pas notre propos. Il paraît que le Président Macron aurait fait l’éloge du « Danois » en l’opposant au « Gaulois réfractaire au changement ». Mais quel Danois a donc mordu Macron pour qu’il s’en prenne aussi sottement à ses compatriotes, qui ne lui ont rien fait d’autre que de l’asseoir sur le trône républicain ?

Il est cependant possible que Macron n’ait pas voulu s’en prendre aux Français – au  sens où on l’entend aujourd’hui, c’est-à-dire au tout-venant – mais bel et bien à tout ce que la France compte de « vieille souche ». À Copenhague, il aurait donc utilisé le vocabulaire des « djeunes » et des « déséquilibrés » pour désigner à la vindicte publique une catégorie de Français que l’on pourrait qualifier « d’authentiques Français de tradition ». En tous cas, tels que les imaginait le Général de Gaulle.

Se cherchant sans doute de bonnes raisons de se prendre pour Oscar Wilde, le Président de la République cherche donc à multiplier ce qu’il croit être de bons mots – désobligeants de préférence – à l’encontre d’une catégorie de « Français de tradition » envers laquelle il multiplie les pieds-de-nez, que ce soit à l’occasion de la Fête de la musique à l’Élysée en se donnant en spectacle dans un spectacle déjà douteux, ou lorsqu’il déclare urbi et orbi – à Lyon, en février 2017 – qu’il « n’y a pas de culture française » (sic).

Pied-de-nez ou pet-de-bouche, le Président récidive à Copenhague – avec cette décence qui lui est propre et dont les Français découvrent peu à peu l’étendue, en particulier lorsqu’il est à l’étranger – en s’en prenant visiblement aux « Gaulois », c’est-à-dire à peu de choses près à ce que le Général de Gaulle appelait « les Français », qu’il qualifiait avant tout, en résumé, de peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

Il va de soi que, si Emmanuel Macron avait existé en 1940 – et s’il jouait en ce temps-là un rôle d’une importance équivalente au sien aujourd’hui, et qu’il se conformait à sa bonne habitude de cracher sur la France et son histoire aussitôt qu’il est à l’étranger – il ne fait pas de doute qu’il aurait acquis l’estime de Hitler et de son entourage, en juin 1940 à Berlin, en prenant de haut « le Gaulois réfractaire au changement ».

Les Danois sont des gens bien élevés et n’ont pas relevé la colossale blague qui se voulait flatteuse pour eux malgré ce qu’il faut bien appeler la grossièreté du propos (mais Macron se croit souvent en compétition avec Oscar Wilde ou George Bernard Shaw et on ne peut pas lui en vouloir : il paraît que les énarques ont le sens de l’humour). L’environnement luthérien auquel rend hommage le Président français implique pudeur, réserve et respect, mais n’interdit pas de reconnaître les mauvaises manières et de leurs préférer les bonnes. Tous les Danois ne sachant pas le contexte à la fois byzantin et riquiqui qui a valu à Macron de devenir… le Primat des Gaulois, ses hôtes ont dû penser qu’il avait une bien étrange manière de remercier ceux qui l’avaient coiffé de la tiare. Ainsi le prestige de la France s’éloigne-t-il dans le temps et le mépris s’accroît. Ignorant la qualité d’Inspecteur des Finances du sieur Président et riant sous cape, les « Luthériens » en question ont peut-être pensé qu’il ignorait sans doute que le Danemark s’était tenu – et se tient encore soigneusement – à l’écart de la zone euro, les Danois étant réfractaires, eux, à certains changements, notamment quand ceux-ci représentent une menace pour la pérennité de leur qualité de vie.

Outre la récidive, le caractère « folklorique » d’un propos immature visant à désigner bon nombre de Français honorables à la vindicte comique – autrement dit au mépris universel – et la connotation ouvertement raciste – gallophobe, en tous cas – du propos présidentiel, ce qu’il faut retenir, ce n’est pas que le Gaulois soit réfractaire au changement (ou aux changements), c’est le Président Macron qui est réfractaire à la France « gauloise », c’est-à-dire celle dans laquelle se reconnaissaient encore les Français dans toute leur diversité – la vraie, celle-là – il y a encore quarante ans. Les changements sociologiques et culturels, jusque dans les mœurs, que veut imposer l’actuel Président de la République (qui dit tout et son contraire, promet tout et son contraire, fait tout et son contraire) semblent tellement porteurs de fractures que Monsieur Macron, s’il voulait faire rire aux dépens des « Gaulois » ferait mieux de dire de ceux-ci qu’ils sont entrés dans un état d’intense suspicion à son égard en soulignant pour mieux se moquer d’eux qu’ils ont mis du temps à se réveiller.

Évidemment, on peut toujours émettre l’hypothèse que Jupiter s’est laissé porter par un vent de légèreté ; que c’est Borée qui lui soufflait dans les bronches et qu’il a voulu faire de l’esprit sans penser à mal pour reprendre une expression populaire. Tout comme il a imposé aux Français, en pleine cour d’honneur de l’Élysée, lors de la Fête de la musique, un spectacle qui leur a littéralement donné la nausée. Mais ce serait croire que le Président Macron ne comprend ni ce qu’il dit, ni ce qu’il fait… Une perspective on ne peut plus terrifiante.

Il n’est du reste pas certain que le Gaulois soit si réfractaire que ça à l’idée d’un changement de Président de la République : la coupe est pleine, semble-t-il !

Alexis Céron
31/08/2018


blank

J − 49

blank


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hélène
Hélène
5 septembre 2018 10 h 19 min

C’est un rapace dégénéré, ce type. Il en a toutes les caractéristiques. Les Français souhaitent qu’ils dégage et qu’il leur lâche les basques. Ils en ont plus que marre d’être menés en bateau par un type de ce mauvais genre. Il leur a volé leur élection et a mis à des postes non mérités des incompétents qui ne feront RIEN pour la France. Plus dure sera leur chute …

necas
11 septembre 2018 9 h 59 min
Répondre à  Hélène

Et lui , Macron, est surtout réfractaire à avouer la Vérité , quand des terroristes poignardent des innocents dans les rues , en voulant nous prendre pour des perdreaux , en allégant que , ces criminels sont tous (?) , des Désiquilibrés ???? Arrête ton char Benhur , Macron !!!Tous les frenchs ne sont pas des ânes bâtés ! Le coup de la voiture entrant sur les tarmacs de l’aéroport de St Exp Lyon , s’est produit , Bizarrement (?) , la veille du 11 Septembre ? Bizarrement? Donc , le lascar voulait sûrement taper un avion sur la piste… Lire la suite »

hathoriti
hathoriti
2 septembre 2018 23 h 02 min

oui, absolument, les français sont réfractaires à ce type ! Ils le détestent, mais pire,ils le méprisent ! Le spectacle qu’il donne au monde, d’un gigolo tenant la main de sa vieille cougar décatie est on ne peut plus dégradant ! Le monde entier se fout de sa gueule et les français les tout premiers !

J-J Tatie
J-J Tatie
4 septembre 2018 12 h 05 min
Répondre à  hathoriti

Bonjour, mais comment est il arrivé là ? Qui, donc, a bien pu voter pour ça ? Maudits Gaulois…

blank