LES GILETS JAUNES PARTOUT REPRIMES
(L’Imprécateur)

Le mouvement gilets jaunes fait des émules partout dans le monde et les réactions présidentielles sont les mêmes : la violence et le mensonge motivés par la peur. Pourquoi la violence gouvernementale ? Les Gilets Jaunes en France avaient connu une petite baisse de soutiens en fin d’année. Ils montent à nouveau, ayant rallié deux tiers des Français (68 % de soutien), ils représentent pour le gouvernement un danger bien plus grand que les syndicats et l’extrême gauche depuis longtemps domestiqués.

« Les forces de l’ordre soudanaises n’ont pas tué de manifestants lors des rassemblements antigouvernementaux« , a affirmé le président soudanais Omar el-Béchir, en réponse à des accusations des ONG de défense des Droits de l’Homme.

Depuis le 19 décembre, la vague de contestation au Soudan a fait 26 morts, dont deux membres des forces de sécurité, selon un bilan officiel. Des ONG internationales comme Human Rights Watch et Amnesty International ont, elles, évoqué 40 morts dont des enfants et du personnel médical, accusant les forces de l’ordre d’en être responsables.

«Par exemple, le médecin qui tué à Buri (quartier de l’est de Khartoum) a été touché par une arme qui n’appartenait ni à l’armée, ni au Service national du renseignement et de la sécurité (NISS), ni à la police», a assuré M. Béchir.

Mais alors, qui a tiré ? Selon l’Association des professionnels de médecine soudanais, ce médecin a été tué «par balles». Ce à quoi Omar el-Béchir riposte «Il y a certaines personnes parmi les manifestants qui tuent les protestataires», sans donner plus de précisions.

Quelles personnes ? Des criminels voulant régler des comptes et infiltrés dans les manifestations, comme on a vu des Black Blocs et des Antifas infiltrés dans les manifestations des Gilets Jaunes, ou des policiers soudanais en civil, comme on a vu aussi des policiers en civil parmi les Gilets Jaunes ?

Comparer les manifestations soudanaises aux françaises peut paraître dur pour le gouvernement français, mais les ressemblances sont fortes et frappantes.

 

France et Soudan même combat du peuple, même répression

Le Soudan, en plein marasme économique, est secoué depuis le 19 décembre par un mouvement de contestation populaire déclenché par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, après une hausse déjà forte des produits alimentaires.

La France, en plein marasme économique et financier, est secouée depuis le 17 novembre par un fort mouvement de contestation déclenché par la décision du gouvernement d’arriver à terme à doubler le prix des carburants.

Quand le peuple à faim, ou qu’il ne peut plus payer le gazole pour aller travailler avec sa vieille Twingo, il est idiot de lui dire d’acheter des brioches ou des voitures électriques hors de prix.

 

Partout, la contestation du pouvoir incompétent

Au Soudan, démarrées dans le calme, les manifestations se sont vite transformées en contestation du pouvoir d’Omar el-Béchir, qui tient le pays d’une main de fer depuis le coup d’Etat de 1989, mais l’a appauvri. Puis elles sont devenues de plus en plus violentes en réponse à la violence de la répression policière.

En France, les manifestations des Gilets Jaunes commencées dans le calme se sont vite transformées en contestation du pouvoir d’Emmanuel Macron qui, depuis bientôt deux ans, étouffe le pays par une avalanche de normes, de réglementations, d’interdictions et surtout d’impôts, appauvrissant les classes moyennes et laborieuses. Elles sont ensuite devenues de plus en plus violentes à Paris en réponse à la stratégie de la préfecture : repousser les manifestants depuis la place de la Concorde et les rues avoisinantes vers les Champs Élysées, pour les y concentrer, puis les repousser vers la place de l’Étoile à coups de grenades lacrymogènes et de canons à eau. Les cerner après avoir obstrué les issues possibles avec les véhicules de la police, puis les charger sous  prétexte de les disperser et d’empêcher les destructions ou une marche vers l’Élysée, temple sacré de Jupiter.

 

Partout, on arrête les leaders des manifestants et les manifestants

Au Soudan, Le NISS a arrêté en près d’un mois des dizaines de leaders de l’opposition, de militants et de journalistes.

En France, les forces de l’ordre ont arrêté en près de deux mois des centaines de Gilets Jaunes. Beaucoup ont été condamnés, alors que les Black blocs et les Antifas – beaucoup plus violents – sont généralement relâchés avec une petite admonestation.blank

Il faut dire « les forces de l’ordre », parce que gendarmes (force à l’origine militaire), agents des services de renseignement, policiers et CRS ont été astucieusement mélangés dans les opérations de répression. Un terme que l’on peut utiliser sans abus puisque le ministre de l’Intérieur lui-même a déclaré au début des événements que l’objectif inédit de cette « fermeté » policière et gouvernementale était de décourager les manifestants de revenir manifester, ce que la Justice a confirmé en distribuant des « interdiction de manifester » à ceux qui étaient relâchés.

De plus, ils sont souvent habillés en « robocops », en noir, veste-armure avec des plaques articulées de plastique comme les armures d’autrefois, le même équipement lourd en armes dites « non léthales », et les témoins inexpérimentés sont souvent incapables de dire s’ils ont vu des policiers, des gendarmes ou des CRS à l’œuvre.

 

L’élite politique et financière internationale soutien les présidents, fussent-ils dictateurs

Au Soudan, il y a eu des milliers de blessés, mais très peu dans les forces de l’ordre et, disons, entre 25 et 50 morts. La « communauté internationale », c’est-à-dire l’élite politique et financière internationale, affolée par la montée mondiale des révoltes populaires, puisque l’on a vu des Gilets Jaunes jusqu’en Israël et en Chine, soutien Omar el-Béchir contre le peuple qu’il opprime, bien qu’il soit depuis 2009 recherché par la Cour Pénale Internationale pour les crimes commis au Darfour et au Soudan Sud.

En France, la même élite politique et financière internationale, à l’exception de ceux que le président et ses faquins, les Griveaux, Darmanin, Schiappa et autres, traitent de « populistes » et de « peste brune », soutient Emmanuel Macron par peur de voir le mouvement jaune gagner leurs pays, s’ils en sont encore épargnés.

Partout, les présidents ont peur.

blank

En France, 9 morts, essentiellement des accidents de la circulation, plus une, Zineb Redouane, 80 ans, morte à Marseille d’une grenade reçue en plein visage, alors qu’elle fermait ses volets. « Le choc facial n’était pas la cause du décès », a indiqué après autopsie le procureur, Xavier Tarabeux, en concédant que deux plots de grenade avaient bien été retrouvés dans son appartement ! Soit ! Elle est morte à l’hôpital, peut-être n’a-t-elle pas supporté l’intervention ? L’IGPN enquête. Mais la cause initiale est bien la grenade en pleine g….

Beaucoup trop de blessés graves, juste pour terroriser

Le ministère de l’Intérieur a chiffré à 1000 le nombre de blessés chez les forces de l’ordre depuis le 17 novembre, contre 1700 chez les manifestants, mais n’opère pas de distinguo entre les blessés «graves» ou «légers». Il explique ne pas avoir de données précises sur le sujet. C’est incroyable au sens littéral du terme, il est plus vraisemblable qu’il ment, sinon à quoi servent les dizaines de milliers de fonctionnaires qui passent leurs journées et pour certains leurs nuits au ministère ou dans les préfectures ?
Il a donc fallu que des sites privés fassent le travail, comme le Checknews.fr de Libération :

« À ce jour, nous avons recensé 94 blessés graves, dont 69 par des tirs de lanceurs de balle de défense (LBD 40). Nous avons considéré comme blessures «graves», les membres arrachés, les organes ayant perdu leur fonction principale (ex. œil crevé ou foie éclaté), les fractures, les pieds et jambes incrustés de bouts de grenades, les brûlures graves, mais aussi toutes plaies ouvertes au niveau de la tête. Nous n’avons pas comptabilisé les hématomes, parfois exceptionnellement vastes, causés par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD) ou des coups de matraque« .
Pour le détail, voir la note (*).

Beaucoup trop de blessés à la tête, ce qui est illégal

Le plus grave est que, sur 94 blessés graves, 78 l’ont été à la tête, dont une quinzaine d’yeux crevés, près de 40 fractures diverses de la mâchoire, du crâne  et du visage, 17 blessures graves. Parfois multiples, comme dans le cas de Vanessa, une jeune fille, tirée à bout portant dans la tête par un CRS : fracture du crâne, hémorragie cérébrale due à un enfoncement du cerveau, œil droit sévèrement touché. Vous pariez combien sur l’avenir de cette jeune fille qui à part griffer son bouclier ne pouvait pas faire de mal au CRS tireur ?

M. Castaner, le rigolo incompétent qui fait office de ministre de l’Intérieur parce que c’est le seul que Macron ait trouvé pour faire le job après le départ de Collomb, avait dit que ses hommes étaient parfaitement entraînés, que seuls ceux qui étaient habilités pouvaient utiliser les lanceurs LBD 40. Soit il ment, soit, c’est plus probable, il ignore le plus gros de ce qu’il devrait savoir pour exercer comme ministre des polices.

https://www.huffingtonpost.fr/2019/01/20/dans-les-terriens-du-dimanche-un-gilet-jaune-qui-a-perdu-son-oeil-dit-sa-haine_a_23647684/?ncid=other_trending_qeesnbnu0l8&utm_campaign=trending

Ses gens manquent d’entrainement faute de moyens, ils ignorent visiblement l’interdiction de viser ailleurs qu’aux membres inférieurs et au torse. Et si l’on a interdit l’usage des vieux flash-balls, parce qu’ils étaient trop dangereux, ce n’était pas pour les remplacer  par des flash balls deux fois plus puissants avec des balles plus petites (40 mm) qui  entrent directement dans l’orbite ou la bouche, explosent l’œil, défoncent les tempes, pulvérisent les dents et les petits os de la face. Quant aux grenades GLI-F4, elles devraient être aussi interdites parce qu’elles contiennent du TNT, ce qui en fait des grenades offensives plus que défensives.

Beaucoup trop d’excès de violence policière sur ordre

On peut exonérer les forces de l’ordre des mains arrachées, il faut être idiot ou inexpérimenté pour ramasser une grenade. Mais quand la main d’un gamin de 17 ans est fracturée par un coup de matraque, puis le pied parce que le gamin à terre n’avait plus de mains pour se protéger de la violence des coups et a levé ses jambes, il y a clairement faute professionnelle.

De même quand une fracture du crâne est due à un coup de matraque. Quand trois manifestants finissent dans le coma, dont l’un de 20 jours, c’est qu’il y a des gens qui ont perdu leur sang froid. Et quand une vieille dame qui fermait ses volets reçoit dans la figure une GLI-F4 qui lui brise la mâchoire et l’envoie à l’hôpital où elle mourra, l’IGPN a raison d’enquêter.

Le seul point sur lequel je suis d’accord avec M. Castaner, c’est quand il dit que les forces de l’ordre ont le droit de se protéger. C’est vrai et incontestable.
Et nous sommes d’accord pour parler aussi des blessés qu’elles ont eus. Encore faudrait-il que les services de la police, de la gendarmerie et des CRS acceptent de communiquer sur leurs blessés, ce qu’ils ne font pas.

Par contre, nous savons que 5 journalistes ont été blessés par les forces de l’ordre alors qu’ils faisaient leur travail, dont un de Libération, un de Sud-Ouest (fracture du ménisque due à un tir de LGB40), deux de Konbini, dont l’un, visé à la tête a eu le poignet fracturé parce qu’il portait son téléphone à son oreille et ce malgré son brassard « presse » orange fluo.

Il y a eu beaucoup trop d’actions violentes des forces de l’ordre, non justifiées parce qu’elles n’étaient pas défensives mais délibérément destinées à terroriser et obéissaient à des ordres, comme l’ont dit des chefs de brigades de CRS à des journalistes.
Ordres de qui ? Préfets ou ministre de l’Intérieur ? Les préfets pourront, comme les CRS, dirent qu’ils obéissaient à des ordres. Reste le ministre de l’Intérieur, ce que les enquêtes en cours éclairciront.
Enfin, on peut toujours rêver.

L’Imprécateur
22 janvier 2019

(*) Sources :

https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/14/gilets-jaunes-le-decompte-des-blesses-graves_1702863

Ouest-France
La Provence
La Lettre Patriote
Huffingtonpost


blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
20 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Roland
Claude Roland
28 janvier 2019 15 h 31 min

Que peut-on attendre d’une république génocidaire (1793) qui est capable de laisser assassiner ses auxiliaires militaires (les Harkis) ? Que peut-on attendre d’une république où l’on a vu des suicidés bizarres parmi les gens à la tête de l’Etat ? La répression est d’abord discrètes. Et actuellement, on voit la provocation éclore de la part des dirigeants qui mouillent les Forces de l’ordre (FO) qui leur doivent obéissance. Or les FO sont sensés protéger la population, non ? Et avoir un ex-mafieux sinistre de l’intérieur, c’est vraiment se moquer des citoyens et fouler la démocratie au pied. République bananière, voilà… Lire la suite »

necas
27 janvier 2019 12 h 15 min

Maintenant, la méthode intimidation ? On vous tire dans le visage , comme pour Rodriguez? Le type risque de perdre un oeil = GJ s apeurés, et ça défile moins ? De même , dans un Epad, deux cas de grippe mortelle ? Tiens ? ……
Après , un incident nucléaire ? Le pouvoir , le pouvoir , le pouvoir , le fric , le fric , le fric , ……
Ne jamais prendre les gens pour des cons ,
Sans oublier qu’ils le sont ! ( cf : Chevalier & Laspalès . Très bon sketch , au demeurant. ….)

necas
26 janvier 2019 21 h 43 min

Encore une fois , les sondages seront bidouillés par Elab et consorts ( cf : groupe Bolloré ……..ce qui en dit long sur les manips sondagiaires ……) . Deuxio: maintenant, même , le Phillipe qui rentre dans l’arène pour faire des grands débats ??? Le même Phillipe qui a laissé une belle ardoise pour les contribuables du Havre !? Pas le souffle qui lui manque , à celuilà , soit disant , Mr Parfait !? Sans compter les affaires avec Areva …… casserolites aiguës pour le sieur . Pour le reste : quelle tristesse de voir tant de Crs se… Lire la suite »

Pellerm
Pellerm
25 janvier 2019 20 h 59 min

Les enquêtes en cours ? contre le ministre de l’intérieur ? On peut toujours rêver comme vous dites ! La peur les a rendus fous Et ils ne font que des monstruosités contre le peuple . Ils pensaient effrayer les Gilets jaunes afin qu’ils retournent sagement dans leurs niches… manque de bol pour nos sympathiques et équilibrés dirigeants , ils ont obtenus l’effet contraire : LA RAGE ! Et Dieu sait jusqu’où elle peut nous mener .. Il est vrai qu’une bonne semaine de grève générale mettrait le gouvernement dans un sale pétrin et permettrait à nos Gilets jaunes de… Lire la suite »

necas
25 janvier 2019 14 h 01 min

Quand va s’arrêter cette mascarade bidon organisée , par Macron et consorts ? Les journaleux : le président s’est invité par surprise à Bourg en Péage !!!??? Alors , qu’il y avait déjà des équipes de Télé sur place !? Par contre : en effet , le Micron ne peut arrivé qu’en catimini , de nos jours , tellement il est détesté par le bas peuple ! Avec 30 camionnettes de Crs , pour cerner les lieux, tellement , il a le trouillomètre à zéro ! Et les gens qu’il daigne rencontrer de près, sont bien trillés , pour ne… Lire la suite »

spinoza
31 janvier 2019 10 h 42 min
Répondre à  necas

Rejoindre la discussion…Je ne vous comprends pas. Depuis le début du mouvement, autour de moi, je n’ai pas encore trouvé une seule personne soutenant le mouvement des Gilets Jaunes qui sont pour la plupart des faquins. Je me demande comment sont faits les sondages

necas
24 janvier 2019 23 h 02 min

Oxa , et Elhab nous affirment que Macron , vient de regagner 4 points dans les sondages !!!???? Question : par qui sont dirigés ces instituts de sondages ? Qui ? Macron était tombé à 15% , et d’un seul coup , il remonte avec 4 points ? « Ti fout ma gueule ? » , comme disent les africains francophones . Vous recommencez la farce du 1 er tour des présidentielles ? Sondages bidouillés, médias , relayant les mensonges, et , pourquoi pas , des juges qui se , ré réveillent pour dénicher des affaires contre les opposants, RN , Dupont… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
28 janvier 2019 15 h 34 min
Répondre à  necas

Le fils de Brigitte Macron est à la tête du plus gros institut de sondage français… T’y a compris ?

Pierre Lesincère
Pierre Lesincère
24 janvier 2019 14 h 30 min

RE-CON-QUI-STA, maintenant !

Jamais nous ne nous soumettrons à l’islam, à ses valets et à ses collabos.

JAMAIS, macron (sans majuscule), tu entends macron, JAMAIS !

rpima qui ose gagne
rpima qui ose gagne
25 janvier 2019 21 h 40 min
Répondre à  Pierre Lesincère

jamais jamais ;;aucune soumission à l’islam plus tôt la guerre

Claude Roland
Claude Roland
28 janvier 2019 15 h 35 min
Répondre à  rpima qui ose gagne

Oui, mais alors là, il faut vous préparer car le choc sera très rude… Genre tsunami !

Boutté
Boutté
23 janvier 2019 20 h 44 min

Erreur grossière qui fait douter de la compétence du rédacteur : une grenade offensive est sans doute dangereuse mais beaucoup moins que les défensives .

L'Imprécateur
Administrateur
26 janvier 2019 18 h 00 min
Répondre à  Boutté

Cher Monsieur Boutté, vous avez raison en apparence, sans doute par ce que vous raisonnez en militaire ou ancien militaire. Vous n’ignorez pas que la grenade défensive est plus dangereuse parce quelle est à fragmentation et peut envoyer jusqu’à 250 m des éclats de métal (shrapnel, fils torsadés en acier cranté, clous). Par contre l’offensive est plus puissante parce qu’elle contient 90 g de poudre, alors que la défensive n’en a que 60 g. Si bien que l’offensive fait plus de dégâts à très courte distance que la défensive à cause de l’effet de souffle. Or l’une des deux victimes… Lire la suite »

necas
23 janvier 2019 13 h 06 min

Besançenot a appelé à la Grève Générale : le 05 février prochain , alors sa loi anti casseurs , à Castagnettes, il pourra y réfléchir longtemps , car si les gens arrêtent d’aller au taf , sa loi , il pourra se la carrer où nous pensons , tous !
Quand des millions de gens mettent pied a terre , les gouvernements tombent !

Philvar
23 janvier 2019 17 h 47 min
Répondre à  necas

Qui c’est Besançenot ?

necas
24 janvier 2019 22 h 46 min
Répondre à  Philvar

Philvar : je dis Besançenot, pask je l’ai entendu à la radio ; ce qui ne veut pas dire que je suis d’accord avec sa vision de la vie !
Tout de suite , vous vous posez en procureur, sans connaître l’avis des gens ? Permettez moi : vous êtes lourdingue ……..

lepatriote1111
lepatriote1111
25 janvier 2019 3 h 37 min
Répondre à  Philvar

Un enfoiré d’ultra gauche ,un salopard d’anarchiste qui ne faut surtout pas suivre .

Claude Roland
Claude Roland
28 janvier 2019 15 h 39 min
Répondre à  Philvar

Un apprenti Pol-Pot français.

Claude Roland
Claude Roland
28 janvier 2019 15 h 38 min
Répondre à  necas

Ben ‘faut voir ! Et je demande à voir…

Philvar
23 janvier 2019 11 h 19 min

«  » » ils représentent pour le gouvernement un danger bien plus grand que les syndicats et l’extrême gauche depuis longtemps domestiqués. «  » » Et aussi les terroristes islamiques qu’ils n’aperçoivent pas même de très loin !

blank