Diên-Biên-Phu, notre dernier baroud d’Honneur
(Eric de Verdelhan)

« Nous pouvons désormais agir sur un terrain propre, sans la moindre tache de colonialisme. Diên-Biên-Phu a été un bienfait caché … » (Foster Dulles, porte-parole du gouvernement des USA en novembre 1954).

« Diên-Biên-Phu …les parachutistes y ont eu la part du lion …On a même vu 800 volontaires effectuer leur premier saut, non pour redresser une situation désormais sans espoir mais pour maintenir jusqu’au bout, le plus haut possible, quelque chose qui ressemblait à l’honneur …
De la grande claque de leur parachute, ouvert pour la première et souvent la dernière fois, ils ont giflé un système qui, pendant neuf ans, avait montré son impuissance … »
(Extrait de l’allocution prononcée au mémorial des guerres en Indochine, le 1er novembre 1995, par le général Chazarain, président de l’Union Nationale des Parachutistes.)



Tous les 30 avril, la Légion Etrangère fête le combat de Camerone (30 avril 1863).

Tous les 1er septembre, les « Coloniaux » – Marsouins et Bigors – honorent leurs morts de la bataille de Bazeilles (31 août-1er septembre 1870). Il s’agit pourtant de deux défaites de nos armes, mais elles résonnent dans nos cœurs comme des victoires tant elles magnifient le patriotisme, le don de soi, le courage, le sens du devoir et celui de l’Honneur, avec un grand « H ».

Et chaque 7 mai, j’ai une pensée pour un village thaï situé dans une « sinistre cuvette » du haut-Tonkin qui, du 13 mars au 7 mai 1954, a vu une garnison française se battre héroïquement – à un contre dix – contre les troupes communistes du Vietminh.

Diên-Biên-Phu, cette bataille que je considère comme le Camerone des Parachutistes (même si je n’oublie pas tous les autres : cavaliers, artilleurs, tirailleurs algériens, légionnaires, aviateurs, pilotes de l’Aéronavale, supplétifs indigènes…), je lui ai consacré un livre (1) en hommage à mon père qui servait comme capitaine au GAP 2 (2) du colonel Langlais, patron des paras durant la bataille (voir photo ci-contre)

Au début de ce livre, j’écris ceci : « De 1946 à 1954, notre corps expéditionnaire d’Indochine a mené des combats héroïques avec des moyens limités: une guerre de pauvres. Nos paras, en treillis dépareillés, avec un armement souvent disparate et vétuste, « félins et manœuvriers » comme l’exigeait Bigeard, se sont remarquablement battus… Ce conflit, achevé avec la défaite de Diên-Biên-Phu, nous a coûté entre 60 000 et 70 000 tués, trois fois plus que la guerre d’Algérie. Or, en dehors de trop rares auteurs, personne en France n’ose évoquer cette belle page de notre histoire. Nous ne devrions pourtant en ressentir aucune « repentance » mais une fierté ô combien légitime !

Le « Roy Jean » de Lattre de Tassigny n’a-t-il pas dit, au sujet de cette guerre, qu’elle était:

« Notre combat le plus juste depuis les croisades » ?… »

Un à un, les anciens d’Indochine, les survivants de l’enfer, quittent la scène, discrètement, sans bruit et sans laisser de trace dans les manuels d’histoire. De leur vivant ils étaient peu loquaces sur Diên-Biên-Phu. Trop de morts, trop de sang, trop de souffrance. Leur mémoire, volontairement sélective, n’a voulu conserver que les bons moments de leur carrière. Les mauvais resurgissent aussi, parfois, les soirs de déprime ou de cafard, quand un ami disparaît …

La guerre d’Indochine a tué sept promotions de Saint-Cyriens. La génération de mon père a commencé la guerre – que l’on disait « drôle » à l’époque – en 1939. Elle a déposé les armes en 1962, après les funestes accords d’Evian et l’indépendance de l’Algérie. Ces hommes ont été marqués par la mort, ils ont « flirté » avec elle. La camarde en a pris beaucoup, elle en a épargné d’autres qu’elle a laissé « K.O. debout », sans doute pour qu’ils témoignent, mais finalement, très peu ont accepté de témoigner. Par modestie, par pudeur, par respect pour leurs morts, ils ont préféré se taire.

Les soldats de Diên-Biên-Phu – officiers, sous-officiers et  hommes du rang – ont choisi, délibérément pour la plupart, d’être des oubliés de l’histoire.

La sortie du film « Diên-Biên-Phu » de Pierre Schoendoerffer a suscité chez eux des réactions étranges: indifférence, mécontentement, irritation, indignation parfois.

Schoendoerffer, qui a vécu la bataille comme cinéaste aux armées, a cru utile de témoigner.
Et, malgré les critiques, je crois qu’il a eu raison. Les Américains ont produit « Apocalypse Now », « Platoon » et quelques autres films à la gloire de la puissante Amérique (3), pour raconter, magnifier, enjoliver, une guerre perdue malgré des moyens matériels et logistiques énormes.

En « Indo » – notre Vietnam à nous – la France a mené une guerre de gueux pour une cause juste. C’est une bonne chose qu’on en parle … qu’on en parle enfin !

Le bilan de la bataille de Diên-Biên-Phu est édifiant : du côté français (hors supplétifs), nous avons perdu 7184 hommes (4436 blessés). Parmi ces pertes : 214 officiers et 840 sous-officiers.

Le général Giap, qui a tendance à minorer les pertes de son « armée populaire » déclarait à Jules Roy que nos troupes lui avaient infligé 30 000 morts. La réalité doit être du double !

A Diên-Biên-Phu, durant les 56 jours de combat, la densité d’obus au mètre carré a été deux fois supérieure à celle des pires heures de la bataille de Verdun, et il n’y avait pas de « voie sacrée »  pour envoyer des renforts ou évacuer les blessés.

Le 7 mai 1954, faute de munitions, la garnison de Diên-Biên-Phu déposait les armes, sans se rendre, sans drapeau blanc. Le lieutenant Jacques Allaire, du 6ème BPC (4), exigea même une note écrite de Bigeard avant d’accepter de déposer les armes.

Ensuite, les prisonniers de Diên-Biên-Phu allaient connaître l’enfer : une longue marche de plus de 700 kilomètres vers les camps-mouroirs viets.

blank

11 721 hommes ont été capturés à Diên-Biên-Phu. Quelques mois plus tard, le Vietminh en rendait… 3290 dont beaucoup à l’état de cadavre. Mon père est rentré de captivité pesant… 39 kilos.

8431 soldats français sont morts en captivité (durant la longue marche ou dans les camps).

C’est, toutes proportions gardées, un taux de mortalité très supérieur à celui des camps de concentration nazis.
A leur retour en France, nos soldats n’ont eu droit qu’aux insultes du quotidien communiste « l’Humanité » et à l’indifférence voire le mépris des civils.

Pas de « cellules de soutien psychologique », pas d’articles dans la presse pour vanter leur courage, pas (ou peu) de reconnaissance d’une nation qui voulait oublier l’Indochine.   

Pourquoi n’en parle-t-on jamais aux enfants des écoles ?
Pourquoi n’apprend-t-on pas aux petits Français, qu’en 1954, dans un coin perdu d’Extrême-Orient, à 10 000 kilomètres de la Mère-Patrie, quelques braves livrèrent un dernier combat héroïque, un baroud d’Honneur, pour la défense de nos valeurs : celles de l’Occident chrétien.

Contraints d’abandonner leurs supplétifs et leurs familles en quittant l’Indochine, beaucoup d’entre eux franchiront le Rubicon, le 21 avril 1961, pour ne pas livrer les populations musulmanes amies aux égorgeurs du FLN et tenter de sauver l’Algérie française.

Mais ceci est une autre histoire : une belle histoire qu’il faudrait enseigner à nos enfants, honnêtement, loyalement, sans passions partisanes, pour qu’ils arrêtent cette culpabilisation idiote et injuste qu’on appelle « repentance » et qu’ils soient fiers du passé de leur pays.

Eric de Verdelhan
7 mai 2019
 

1 / « Au capitaine de Diên-Biên-Phu » publié en 2011 ; chez SRE-éditions ou sur Amazon.
2 / Groupement Aéro-Porté N°2.
3 / Et ne parlons pas des pseudos exploits ridicules de « Rambo 1, 2 , 3 … »
4 / 6ème Bataillon de Parachutistes Coloniaux, le fameux  « Bataillon-Bigeard ».

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
lagrot
lagrot
12 mai 2019 14 h 22 min

Magnifique texte , merci !

Claude Roland
Claude Roland
7 mai 2019 12 h 17 min

« La sortie du film « Diên-Biên-Phu » de Pierre Schoendoerffer a suscité chez eux des réactions étranges: indifférence, mécontentement, irritation, indignation parfois. » On peut comprendre que ce film, d’une grande puissance émotionnelle transmise au spectateur patriote, soit un couteau remué dans la plaie. On l’apprécie et on le déteste en même temps. Mon père a combattu comme sous-lieutenant en Algérie et le film « L’ennemi intime » a été difficile à supporter pour moi. J’y voyais son récit personnel. Le courage de ces hommes à Dien Bien Phu est immense et montre la qualité de nos soldats encore en action au Mali… Lire la suite »

Adjudant01
Adjudant01
6 mai 2019 8 h 57 min

Tres bon arti cle les différentes formations qui ont participé à cette bataille ont eté citées avec justesse, mais il semble que la Gendarmerie soit oubliée, une douzaine de gendarmes et gradés étaient à DBP seuls 3 sont rentrés.

Claude Roland
Claude Roland
7 mai 2019 12 h 19 min
Répondre à  Adjudant01

Et oui la Prévôté est toujours parmi les armées au combat.

Mohican
Mohican
5 mai 2019 12 h 48 min

Il y a une quinzaine d’année nous célébrions encore la fin de la bataille de Dien Bien Phu le 07 mai au soir dans une communion républicaine. Depuis la date a été déplacée le 8 juin pour ne pas mélanger avec le 08 mai mais dans l’indifférence totale. Mais je voulais rappeler que la bataille de Dien Bien Phu a commencé le 20 novembre 1953 au matin par les premiers parachutages de l’opération Castor sur la cuvette et les premiers morts. de cette terrible bataille. Elle rassemble les misères de toutes les guerres ou les politiques ont refusés de décider.… Lire la suite »

Eric DE VERDELHAN
Eric DE VERDELHAN
7 mai 2019 7 h 33 min
Répondre à  Mohican

C est vrai, Je n ai pas parlé de Castor (J en parle dans mon livre) car c’est un combat gagné. Les dates officielles de la bataille sont 13 mars au 7 mai.

Mohican
Mohican
10 mai 2019 20 h 15 min
Répondre à  Eric DE VERDELHAN

Castor a été une victoire bien éphémère, dès que les troupes se sont implantées les premières reconnaissances ont fait apparaitre que le Vietminh était autour de nous Le raids vers le nord pour venir en aide aux troupes venant de Laïchau a vite tourné au cauchemar, les assaut vers le piton 781 à l’est avant le 13 mars ont été une vaste boucherie pour un résultat nul mais les hommes ont continués a se battre avec honneur et fidélité malgrè un commandement absent. Dien Bien Phu devait être une base aéroterrestre avec des chars qui montaient à la charge dans… Lire la suite »

jos
jos
4 mai 2019 19 h 31 min

c’est une constance de nos dirigeants. les militaires ne sont que de la chair à canons. ils se battent au profit des dirigeants.

Claude Roland
Claude Roland
7 mai 2019 12 h 21 min
Répondre à  jos

Pas tous les militaires ! Il y en a de bien planqués qui ne vont jamais en OP…mais qui sont décideurs.

Zglb
Zglb
4 mai 2019 13 h 36 min

Il est toujours très dangereux de s’attaquer à des français, Giap l’a appris, lui qui fut saigné comme un porc à DBP. Guderian lui aussi l’a appris à ses dépens près de Lille, et à Dunkerque, nos troupes ont infligé aux allemands des pertes colossales : résistance féroce à 1 contre 20, sans moyens aériens, sans blindés mais avec le vieux 75 comme anti-char tirant à inclinaison zéro, elles permirent de sauver le corps expéditionnaire britannique. Ce qui a permis à l’Angleterre de se ressaisir, ce qui a permis la victoire finale sur l’Allemagne, autrement, sans cette résistance française acharnée,… Lire la suite »

Eric DE VERDELHAN
Eric DE VERDELHAN
7 mai 2019 7 h 37 min
Répondre à  Zglb

Lisez mon livre « Mythes et Légendes du Maquis »(éditions Muller 2019) J y parle des combats d Haubourdin.

blank