MACRON : UN FIDEL CASTRO AU PETIT PIED
(L’Imprécateur)

Il n’est pas barbu, n’aime pas l’uniforme surtout parce que personne ne lui a encore soufflé de s’auto proclamer maréchal ou général-suprême, mais pour tout le reste… Son amour des discours, parler des heures avec les techniques orales déjà dénoncées par Georges Orwell et conceptualisées par Victor Kemplerer qui les a étudiées dans les discours de Hitler d’abord, Staline ensuite (1).  Le principe de base, utiliser une terminologie spécifique, par la répétition, « la tympanisation mécanique« , la déformation et la transformation du sens de certains mots-clés, qui finit par immiscer dans les esprits les plus rétifs une idéologie mêlant sentiments, technicité et mythes. D’où la nécessité de discours longs et verbeux.


LE TOTALITARISME SOFT PAR LA PAROLE

C’est l’un des éléments permettant la mise sous tutelle du peuple par la création d’une forme de foi dans le dictateur, comme celle que manifestent les LREMistes. Il annonce toujours un monde meilleur à venir grâce à lui, à son intelligence tellement supérieure que vous ne pouvez pas comprendre pourquoi il est nécessaire, qu’il commence par vous priver progressivement de vos libertés (loi Avia et autres), de votre droit de circuler (projet Darmanin de fiscalisation par l’identité qui permettra de taxer lourdement les Français résidant hors de France).
Appauvrissement qui par une lourde fiscalité mène à la soumission…

Voyez comment il vient de convaincre les médias et une majorité de Français de son génie et de sa clairvoyance en dénonçant avec ses mots à lui le danger des migrations non encadrées. Marine Le Pen les dénonçait avec des mots simples dès 2012, ce qui lui valut un tombereau d’insultes.
Macron va réglementer les migrations, dit-il. « Paroles, paroles… » chantait Dalida, car la première chose que fait Macron est de se mettre d’accord avec l’italien gauchiste Guiseppe Conte pour accueillir plus de migrants en les répartissant de manière autoritaire et sous menace de sanctions européennes dans tous les pays d’Europe.

 

L’OBJECTIF N’EST PAS DE LIMITER LE NOMBRE DE MIGRANTS

Envisage-il de réglementer pour réduire le nombre de migrants ? Pas du tout. Quelques uns de ses adjoints, les moins incompétents peut-être, l’ont averti d’un double danger imminent, pas certain, mais avec un taux de probabilité assez élevé.

1 / La Côte d’Ivoire est au bord de l’effondrement, conséquence des magouilles de la France, et notamment de Hollande, pour pousser au pouvoir des présidents si possible soi-disant démocrates et camarades socialistes, Gbagbo, Ouattara. Mais aussi sous la pression islamiste qui y multiplie les attentats.

2 / L’Algérie approche d’élections très difficiles. Si l’un de ces pays entre en crise (voire les deux), ce sont des millions d’Africains qui pourraient arriver rapidement en France.

Macron ne fera rien pour les empêcher de venir, d’ailleurs des accords internationaux ou bilatéraux le tiennent et il n’en dénoncera aucun, c’est une certitude puisque cela coïncide avec l’objectif que lui a fixé l’oligarchie financière internationale en échange de son élection. Donc, il faut gérer cet invasion à venir, d’où ce premier accord avec l’italien Conte pour tenter de disperser le flot des Africains un peu partout en Europe.

LES CIVILISATIONS AFRICAINES ET EUROPEENNES SONT INCOMPATIBLES 

Comptez sur Macron, ses médias et sa Justice (« Mes procureurs » avoue naïvement Belloubet !) pour faire taire ceux qui feront observer que l’assimilation d’Africains dans les civilisations de type européen n’a jamais pu se faire, comme le constatait déjà en 1960 l’historien Fernand Braudel (2).

Regardez, dit-il, les Etats-Unis. Ils ont construit une civilisation dérivée de l’Européenne avec un peuple Américain, somme des premiers colons anglo-protestants, les « WASP », d’Irlandais catholiques, d’Italiens, d’Allemands, de Chinois, quelque dizaines de milliers de Français trouvés sur place dans toute la vallée du Mississipi, des Grands Lacs à la Nouvelle-Orléans, d’Espagnols venus pour l’essentiel du Mexique, de Polonais… que l’on retrouve dans les noms de famille à tous le niveaux de la société. Ils sont le peuple des Américains, sûr de lui, à la fois dominateur et parfois replié sur lui-même. Et puis, à côté, il y a quelques dizaines de milliers d’Indiens dans leurs réserves, et quelques dizaines de millions d’Afro-américains qui ont intégré la partie matérielle de la civilisation américaine mais qui majoritairement ne font rien pour intégrer la vie sociale américaine, préférant vivre entre eux. Dans des quartiers comme Harlem et Bronx à New-York, South Side à Chicago, des villes entières dans le Sud…

L’ECHEC DU VIVRE-ENSEMBLE EN AFRIQUE DU SUD

Même constat d’échec avec l’Afrique du Sud. Elle était peuplée de Negritos khoïsan (Bushmen et Khoïkhoïs), plus quelques milliers de colons bantous venus parce que chassés du Cameroun, installés dans l’actuel Natal.

Des Hollandais s’installent au Cap de bonne Espérance en 1488, pour créer une base maritime afin de faciliter leur commerce maritime. Elle ne deviendra réellement efficace qu’en 1652, quand la Compagnie hollandaise des indes orientales la prendra en mains.

Des salariés de la compagnie sont autorisés à s’installer dans ce pays désert, pour y produire un peu de produits agricoles frais et de bétail. Au total 800 salariés, rejoints par 200 Français protestants, le Franschoek. La fusion se fait vite par des mariages, la culture de la vigne, la religion commune et les affaires. Un siècle plus tard, des Bantous, encore venus du Cameroun, arrivent du nord pour coloniser le pays et se heurtent aux fermiers franco-hollandais. Premiers accrochages qui dégénèrent en « guerres caffres ». Puis arrivent les Anglais à la fin du 18ème siècle. Les Boers franco-hollandais sont coincés entre les Anglais au Sud qui leur ont volé Le Cap et les Bantous au Nord qui établissent leur empire par le massacre des populations Negritos indigènes qui, pour les uns (les Bushmen), se réfugient dans le désert de Kalahari, pour les autres (les Khoïkhoïs), se laissent assimiler par les femmes, les hommes ayant été exterminés.

Franchissons rapidement un siècle et demi, pour arriver au début du XXème siècle. On y trouve un mélange de Blancs, d’Asiatiques (majoritairement Indiens), et une majorité de Bantous (environ 80 %). Les Blancs qui ont vite compris que l’assimilation Blancs-Noirs sera impossible, ont instauré l’apartheid, le « développement séparé ».

L’Europe socialiste trouve cela immonde, mais dans les années de l’après guerre, l’Afrique du Sud et l’Algérie française sont incontestablement les deux seuls pays développés et industrialisés d’Afrique. Et puis, Oh Joie !, c’est l’indépendance, le pouvoir passe aux mains des Africains. C’est le pays « Arc en Ciel » de l’archevêque Desmond Tutu. Et rapidement la situation s’inverse : les Pieds Noirs et les Algériens francophiles qui n’ont pas fui sont massacrés en Algérie ; en Afrique du Sud l’apartheid est toujours là mais ce sont les Blancs qui en sont les victimes.

blank

Pas trop dans les grandes villes industrielles, mais incontestablement dans les zones rurales. Les anciens propriétaires blancs expulsés et ruinés, des petits fonctionnaires blancs aussi, parqués dans des camps où ils crèvent sans que la moindre association humanitaire ne s’en occupe. Et les deux pays si riches autrefois au bénéfice de tous, s’effondrent dans la misère économique.

LES AFRICAINS FUIENT LEURS PAYS POUR SE REFUGIER CHEZ L’ANCIEN COLONISATEUR

Comme ils ont un grand esprit logique, les Sud-africains émigrent vers l’Angleterre, les Algériens et les Ivoiriens qui ne sont pas déjà en France vont y venir en plus grand nombre.

Et certains sont Français, ils en ont la carte d’identité, dont le président, et sont de chauds partisans de faire venir l’Afrique en France pour la métisser, la multiculturaliser, la mondialiser, sans savoir que leur démarche est vouée à l’échec comme l’histoire le démontre. Il y aura pendant des décennies deux communautés hostiles qui se côtoieront mal, les Européens, les Africains.

LE CAS SPECIFIQUE DU BRESIL

Mais, connaissant nos lecteurs, je sais qu’il y en aura au moins un pour objecter le cas du Brésil. Ancien élève de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, ayant fait des exposés devant des publics variés sur le colonialisme très particulier et très complexe du Portugal, qu’il soit africain, asiatique ou américain, j’aurai certainement un jour l’occasion de vous l’expliquer, mais pas aujourd’hui, faute de place.

Sachez seulement que dès le XVIIème siècle, les gouvernements portugais et l’Église ont tout fait pour favoriser les unions  mixtes, car ils avaient compris qu’une poignée de Portugais ne pourrait jamais contrôler d’aussi vastes pays. Le Brésil est très métissé, tout le monde a plus ou moins du sang de tout le monde et aucun dirigeant n’est accusé en raison de ses origines. Comme Luiz Inácio Ferreira da Silva, dit Lula, ou Jair Messias Bolsonaro, tous les dirigeants brésiliens sont avant tout portugais d’origine ! Une belle réussite, fruit de trois siècles d’une politique habile. Aucun dirigeant européen ne saura faire la même chose en trois ans.

Et notez qu’à Cuba, où les cubains d’origine africaine ne manquent pas, c’est aussi une famille espagnole de colons originaires de Galicie, les Castro, qui tient le pouvoir.

Le Franco-Picard Macron ambitionne-t-il de tenir un jour un rôle similaire dans une France africanisée ?

L’Imprécateur
22 septembre 2019

1: Victor Kemplerer,  Je veux témoigner jusqu’au bout,  Journal 1942-45 Ed. Seuil ; LTI, la langue du 3ème Reich ; Frédéric Joly, La langue confisquée, Ed. Premier Parallèle  

2: Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Ed. Arthaud-Flammarion

La video ci-dessous, récemment retweetée par Renaud Camus, est destinée à ceux qui auraient des doutes sur la sauvagerie ambiante en Afrique du Sud.

                           blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
12 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Omar Krüger
Omar Krüger
30 septembre 2019 6 h 00 min

Et oui: embourbée jusqu’aux sourcils dans cette religion des droits de l’homme, la France est incapable de réagir.
Les barbares ont ils été accueillis à bras ouverts? Ils ne feront pas de quartier pour autant.
Trompés par le syndrome de Nuremberg dénoncé par Bardèche, les Européens se refusent catégoriquement à prendre les mesures nécessaires pour sauver leur propre peau.
Ils craignent bien davantage la Reductio Ad Hitlerum et les points Godwin que que ceux qui viennent égorger leurs filles et leurs compagnes…
Bon courage…

Gloriamaris
Gloriamaris
26 septembre 2019 14 h 51 min

Les Français nourrissent le crocodile en espérant chacun être le dernier mangé. Ils n’imaginent pas encore le nombre des crocodiles qui les menacent ni leur voracité. Ils ne vont pas tarder à comprendre.

pauledesbaux
pauledesbaux
26 septembre 2019 8 h 29 min

pourquoi fidel castro ? c’est fidèle CASTRE tout court

Claude Roland
Claude Roland
24 septembre 2019 10 h 26 min

Les Français n’ont pas voulu croire et ne veulent toujours pas entendre les horreurs que les pieds noirs ont vécu en Algérie : massacres du FLN ; et armée française qui a tiré sur ordre sur des Français et laissé faire les massacres sur ordre par les foules algériennes hystériques. Ils ont même mal accueillis ces compatriotes comme des chiens dans un jeu de quille. Hé bien les bobos gauchos vont payer leur inconscience très cher car ce sont les beaux quartiers qui seront bien entendu visés en premier. Je ne suis pas issu d’une famille pied noir mais je… Lire la suite »

Zglb
Zglb
22 septembre 2019 16 h 35 min
Zglb
Zglb
22 septembre 2019 16 h 59 min
Répondre à  Zglb

La vidéo plus haut est en anglais et assez longue, mais elle ouvre les yeux sur la situation.

Claude Roland
Claude Roland
23 septembre 2019 9 h 43 min
Répondre à  Zglb

Très intéressant. L’administration sud-africaine étouffe tout et minimise, a-t-elle fait comprendre… En fait, c’est le retour des guerres tribales ataviques en Afrique, avec les blancs au milieu qui sont massacrés au passage comme des cafards. Et les journalistes présentent ces massacres de blancs comme anecdotiques… parce qu’ils ne sont pas concernés personnellement. traduisez « rien à foutre ». L’égoïsme des blancs va leur coûter très cher…

Zglb
Zglb
23 septembre 2019 11 h 56 min
Répondre à  Claude Roland

A ce jour, la situation économique en AS serait catastrophique et au bord de l’effondrement selon l’organisation d’auto-défense afrikaner Suidlander : 2 milliards de Rands exportés chaque jour, 80 % des richesses encore produites expédiées hors du pays, mises à l’abri de la convoitise forcenée de ce gouvernement corrompu et raciste. Si c’est vrai, les carottes sont cuites.

Zglb
Zglb
23 septembre 2019 21 h 52 min
Répondre à  Zglb

Tenez, en voilà encore une belle, beaucoup plus courte, 30 secondes, mais très explicite : Le bantou satanique Julius Malema chante « shoot to kill » « kill the Boers » etc.

https://www.youtube.com/watch?v=AOaLIIxxQlQ

claude Roland
claude Roland
22 septembre 2019 14 h 18 min

La plupart des Français n’osent même pas imaginer la violence primitive des Africains et des arabes (qui se battent depuis 14 siècles entre chiites et sunnites). Ils espère qu’elle se cantonnera à l’étranger, hors Europe… C’est le syndrome de déni si confortable aux esprits faibles, le fameux « c’est pas possible ! ». Car la plupart des Français sont faibles, ramollis, ventripotents, en surpoids qui ne pensent qu’à bouffer et picoler (et accessoirement fumer de la beue). C’est tellement mieux pour éviter de regarder la réalité en face… Leur réveil face à la violence africaine et arabe va leur faire très mal.… Lire la suite »

Filsde1789
Filsde1789
22 septembre 2019 22 h 36 min
Répondre à  claude Roland

les barbaresques ont la razzia dans leurs gènes, un jour proche viendra où les jeunes des quartiers dits défavorisés et qui sont devenus des zones de non-droit iront piller et violer dans les beaux quartiers , nos bobos découvriront avec effroi les bienfaits du multiculturalisme…. je n’aurai alors aucune compassion

Claude Roland
Claude Roland
23 septembre 2019 9 h 08 min
Répondre à  claude Roland

Un ami de la police parisienne vient de m’informer de la teneur des rixes entre bandes rivales de jeunes (18-25 ans) à la Buiserine. Elles sont d’une hyper violence effrayante et augurent parfaitement ce qui arrivera aux blancs « ex-colonisateurs » qui vont payer très cher le passé (et la méchanceté de certains colons blancs). C’est une violence africaine très sauvage. Ceux qui le paye actuellement, dans le silence des médias conformistes, ce sont les blancs d’Afrique du Sud où sévi l’apartheid inversé comme cet article l’explique. Nos gouvernants nous vendent littéralement aux bouchers mais les « poulets d’élevage » hypnotisés et ensuqués par… Lire la suite »

blank