LES STANCES DU MARQUIS
(Cédric de Valfrancisque)

(A la manière de Pierre Corneille. C’est ma façon de dire que les longs discours filandreux du Marquis de Morveux d’Enarque me font bayer… et même bailler… aux corneilles.)

(Le décor : Le jeune Marquis Emmanuel de Morveux d’Enarque, de fort méchante humeur, arpente les couloirs du palais de l’Elysée, suivi par le chien Némo qui lui renifle l’arrière-train…)

 




Ô rage ! Ô désespoir ! Ô fichue pandémie!

Que faut-il inventer pour calmer le pays ?
On se moque de moi quand je joue les guerriers,
Plus personne ne croit mes discours enflammés.

Ces poses théâtrales que mes ministres admirent,
Cet art du compromis, ce talent à mentir,
Qui  me valent partout l’estime des médias,
N’ont  aucune portée sur un peuple aux  abois.

Dire que dans ce palais me voilà confiné,
Avec mon chien Némo et ma vieille mousmée.
Je ne supporte plus cette antique blondasse,
Que le poids des années a rendu bien fadasse.

Certes je lui suis gré de m’avoir déniaisé,
Et appris, au théâtre, les belles envolées,
Mais est-ce une raison pour partager mon lit
Avec ce vieux tableau qui ressemble à « E.T. » ?

Le haut rang que j’occupe et que beaucoup m’envient,
Devait me préserver de bien des avanies.
Je me rêvais heureux, épanoui, adulé :
Une vie de nabab – grand bourgeois ou banquier – 

Or, depuis trois ans, tout va de mal en pis,
Le pays me déteste, Je suis un incompris. 
Et  j’en ai plus qu’assez d’être entouré de vieux.
Il ne fait aucun doute que je mérite mieux,

Que la mère Pénicaud, ou pire, Belloubet,
Sinistre  ramassis de vieilles boucanées.
Or donc, je n’en puis plus, ça ne peut plus durer,
Il me faut derechef un autre os à ronger.

Je m’en vais sur le champ écrire un baratin,
Avec des trémolos, comme il plaît aux crétins.
Les gueux n’en peuvent plus de se voir confinés,
Je vais donc leur faire croire qu’ils seront libres en mai.

Et dès le lendemain Philippe et Castaner,
Se feront un devoir d’affirmer le contraire.
En « maître des horloges »,  j’ai ici  tous les droits,
Et y compris celui de dire… n’importe quoi.

Sans  trop de convictions, changeant au gré du vent,
Je reste le champion du « Et en même temps ».
Je  serais bien stupide de gouverner en sage :

Je vais encore gagner cinq points dans les sondages.

Pour un peu ce virus deviendra le garant
De ma réélection dans à peine deux ans ?  

( Il sort en ondulant des hanches,  tel un mariolet de cour,  pour aller sur le champ téléphoner à Angela Merkel  et lui proposer Dieu sait quel accord, qu’elle refusera comme d’habitude.

Le chien Némo en profite pour pisser sur la moquette…Ce qui prouve qu’il y en a au moins un des deux qui sait ce qu’il fait dans ce palais. )  

Cédric de Valfrancisque.
16 avril 2020

0 0 votes
Évaluation de l'article
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Roland
Claude Roland
16 avril 2020 12 h 37 min

Excellent !

blank