IL Y A 75 ANS… LE 8 MAI 1945
(Éric de Verdelhan)

« La guerre est gagnée. C’est la victoire des Nations-Unies et c’est la victoire de la France ».
(Charles de Gaulle)

« Des Français, c’est un comble ! »
(Wilhelm Keitel, le 8 mai 1945 (1))

Le général Keitel, représentant l’Allemagne lors de la capitulation.
Condamné à mort à Nüremberg, il sera exécuté le 16 octobre 1946.

Le président d’une association d’anciens militaires vient d’écrire à ses ouailles que le 8 mai 1945 marque « la victoire du monde libre sur la barbarie nazie ». Un autre déclare que « le 8 mai 1945 est la victoire du peuple de France sur le joug nazi ».
C’est amusant, comme notre époque sans culture historique aime se payer d’envolées lyriques et de formules  pompeuses !

Il me parait normal que l’on fête la libération de notre sol (2), mais j’aimerais qu’on fasse preuve, à cette occasion, d’un minimum d’honnêteté intellectuelle et qu’on arrête d’entretenir le mythe, aussi stupide que mensonger, de « la France libérée par elle-même » et du « premier résistant de France » boutant le teuton hors de France, aidé par les FTP communistes.

Rappelons le contexte :

Le 1er septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne.
Le 3 septembre à 11 heures, l’Angleterre lui déclare la guerre.
La France en fait autant, le même jour, à 17 heures.

En France, 5 millions d’hommes sont appelés sous les drapeaux.

L’Angleterre déclarait la guerre à l’Allemagne, selon l’accord passé avec Édouard Daladier, mais les deux gouvernements n’avaient rien entrepris pour prêter main forte à leurs alliés polonais.
Malgré l’offensive qui avait terrassé la Pologne, les alliés étaient restés inactifs ; ces batailles leur paraissaient bien lointaines et ne menaçaient pas leur propre existence.
Cette passivité avait perduré tout l’hiver et jusqu’au printemps 1940.

Hitler avait déplacé ses troupes vers l’ouest, mais il ne se passait rien de plus. L’Angleterre et la France espéraient que le calme se prolongerait ; les Français renforçaient mollement leurs lignes de défense. Les Anglais avait envoyé des troupes pour les soutenir en cas de menace sérieuse mais personne n’y croyait vraiment.

Au contraire, les railleries fusaient sur ce simulacre de guerre.
Les Anglais l’appelaient « Phoney War » (semblant de guerre), pendant que les Français parlaient d’une « drôle de guerre ». Et c’est vrai que c’était une drôle de guerre !
Les journaux insistaient sur « le confort de la ligne Maginot ». Elle remplissait son office en immobilisant notre armée. Nos soldats tapaient le carton tandis que la Wehrmacht achevait la Pologne en laissant, face à l’armée française, quelques divisions de réserves.

A peine les Français tentent-ils une incursion dans la Sarre qu’ils rebroussent chemin de peur de la riposte allemande. Une opération qui nous coûte 300 morts pour rien.
Nos soldats ont même reçu l’ordre d’éviter de tirer de l’autre côté du Rhin afin « d’éviter les représailles »; ça laisse rêveur !

Après trois mois de guerre, le 30 novembre 1939, le Président du Conseil annonce que nos pertes sont de 1434 tués et tout le monde s’en satisfait. Amouroux parle d’ « anesthésie collective » et de « stupidité presque générale ».

Le 9 avril 1940, la guerre tourne au drame sanglant. Les troupes allemandes débarquent au Danemark et en Norvège sans avoir déclaré la guerre à ces deux pays.

Le 10 mai commence le « Fall Gelb », l’offensive de l’Ouest. Adolf Hitler prévoit cette attaque depuis l’automne 1939 mais il n’a cessé de la repousser (29 fois en tout !), freiné par les scrupules et les atermoiements de ses généraux.
La conquête de la France ne peut se faire par voie directe car les français ont construit la ligne Maginot pour protéger leurs frontières.
Les troupes allemandes font donc un détour via les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg.
Les Pays-Bas capitulent dès le 15 mai. Peu de temps après, la Belgique et le Luxembourg déposent les armes et se rendent à leur tour. Personne ne peut plus arrêter les Allemands.

Nos pertes sont impressionnantes : 85 310 morts en six semaines. C’est pire que la moyenne hebdomadaire de la première guerre mondiale (qui, rappelons-le, a fait 1,5 million de tués français).

Le 17 mai, les premiers soldats allemands se trouvent sur la rive française de la Meuse. Dès la fin du mois, ils contrôlent le nord du pays.

blankLe corps expéditionnaire britannique est aussi rapidement dépassé que l’armée française par l’avancée des troupes allemandes.
Des centaines de milliers de soldats français et britanniques se retrouvent soudain encerclés par les Allemands le long de la côte.
A Dunkerque, ils se précipitent vers les plages dans l’espoir de trouver une embarcation pour fuir en Angleterre. Voulant ménager l’Angleterre, le général Von Rundstedt interrompt son avancée pendant quelques jours. Plus de 800 embarcations de toutes sortes sont rassemblées à la hâte. En l’espace de 10 jours, 338 000 soldats, majoritairement des Anglais et quelques Français, sont ainsi évacués. Après ce que les Anglais appelleront « le miracle de Dunkerque », la campagne de France ne va durer que deux semaines.

Du côté français, elle fera environ 100 000 tués et 1,8 million de prisonniers. Et le peuple français, dans son immense majorité, sonné par la plus mémorable raclée de son histoire, applaudit quand le vieux Maréchal Pétain, 84 ans, le « vainqueur de Verdun », déclare, le 17 juin 1940 :

«… Je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur… C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat. Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec moi, entre soldats, après la lutte et dans l’honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités… ».

Personne ou presque n’entendra le message diffusé le lendemain par un général à titre temporaire, totalement inconnu, à la radio de Londres.

Le sort des armes va s’inverser, plus tard, en raison de trois événements majeurs :

a)- L’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, qui fera entrer les USA dans la guerre.
b)- Le débarquement américain en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942.
c)- La défaite allemande à Stalingrad, le 2 février 1943.

La libération du sol de France se fera grâce aux deux débarquements alliés, celui du 6 juin 1944 en Normandie et celui du 15 août 1944, en Provence. 

La « barbarie nazie » a été mise à bas par… 360 divisions soviétiques, et sur notre sol, par 90 divisions américaines, 20 divisions britanniques et… l’armée d’Afrique.

Je veux bien, après tout, que l’on considère les 360 divisions soviétiques comme appartenant au « monde libre » : Staline ne me semble pourtant pas être un modèle de démocrate. Les Goulags soviétiques étaient dix fois plus nombreux que les camps de concentration nazis. Le Nazisme, qui était effectivement une barbarie, a fait 20 millions de morts, le Communisme en a fait entre 120 et 150 millions. J’ajoute que le Nazisme est mort à Nuremberg en 1946 alors que le Communisme – bien que moribond – continue encore ses ravages dans plusieurs pays.

Donc, de grâce, ne galvaudons pas l’expression « Monde Libre ».

Feu mon père a eu le privilège de goûter aux camps-mouroirs du Vietminh communiste. Il en est revenu pesant…39 kilos. Deux prisonniers sur trois sont morts là-bas. Le taux de mortalité étant très supérieur aux camps de concentration nazis. Pourquoi n’en parle-t-on jamais ?  

Mais revenons à NOTRE libération. Celle de la France métropolitaine.

J’ai souvent écrit – on me l’a reproché – que l’armée d’Afrique a libéré la France.

Rappelons, pour mémoire, que lors du débarquement en Provence d’août 1944, le général Giraud mobilisa 27 classes de Français d’Algérie.
Du jamais vu, même au moment de la Grande Guerre !
176 500 furent réellement incorporés. Ils se sont remarquablement battus et leur taux de pertes au feu fut deux fois supérieur à celui des autres unités alliées ayant participé, de près ou de loin, à notre libération.
Et tant pis s’il faut contredire les auteurs du film « Indigènes » (3) mais l’effort demandé aux Musulmans d’Afrique du Nord fut moindre : sur 14 730 000 habitants de l’Algérie, 233 000 furent mobilisés soit 1,58% de la population. La majorité était constituée d’engagés volontaires.

L’effort consenti librement par les Musulmans d’Afrique du Nord  (Algérie ET Maroc) fut 10 fois moins important que celui demandé aux  « Pieds noirs ».

A  partir du 15 août 1944, ce sont environ 260 000 combattants de « l’Armée B » du général de Lattre de Tassigny, qui sont arrivés dans le sud de la France. 10 % à peine étaient originaires de la métropole, 90 % venaient d’Afrique du Nord dont une écrasante majorité pour les départements d’Algérie . (48 % étaient des « Pieds noirs » d’Algérie).

Dès qu’on cite une unité de « L’Armée B » c’est toujours, invariablement, la 1ère DFL (Division des Français Libres) du général Diégo Brosset, et pour cause, elle était gaulliste.  

Pour relativiser les choses, il faut se souvenir que le 6 juin 1944, les « Français libres » qui débarquèrent ce jour-là étaient… 170 ! Les « bérets verts » du commando Kieffer.

La 2ème DB du général Leclerc – celle qui est entrée dans l’histoire – n’a débarqué qu’en août 1944, presque deux mois plus tard, sur le sol de France.

Et, aussi glorieuse soit-elle, ce n’était jamais qu’UNE division.

On va me dire que j’oublie « le poids considérable de la Résistance ». Non, je n’oublie rien et j’ai un profond respect pour les vrais résistants.  Ceux qui n’ont pas attendu les deux débarquements pour voler au secours de la victoire ; pas les salopards-revanchards  qui punissaient la « collaboration horizontale »  de prostituées ou de femmes amoureuses à coup de tondeuse ! 

Mais la Résistance, d’après l’historien Basil H. Liddell Hart, a représenté l’équivalent de deux divisions ; deux… sur les 500 venues à bout du joug nazi.

Après la guerre, dans un pays de 42 millions d’habitants, il y avait 235 000 titulaires de la carte de combattants volontaires de la Résistance (y compris celles décernées à titre posthume) et à peine 51 500 personnes ont été décorées pour fait(s) de Résistance (4).

Il faut se souvenir aussi que lors de la Libération, l’armée a réussi à incorporer – péniblement –  moins de 100 000 résistants alors que sur les trois départements d’Algérie, le général Giraud avait mobilisé 300 000 hommes.

Alors, pourquoi nos manuels d’histoire nous parlent-ils si peu de l’Armée d’Afrique ?
Sans doute pour faire oublier qu’après une guerre gagnée militairement, le 19 mars 1962, la France a lâchement, tragiquement, honteusement, abandonné les « Pieds noirs » et les Musulmans venus la libérer en 1944.

Le 8 mai me donne l’occasion de leur rendre hommage.

Eric de Verdelhan
8 mai 2020


1)- Le Maréchal Wilhelm Keitel, signataire de la capitulation du III° Reich, était surpris de la présence du général de Lattre de Tassigny, estimant que le France n’avait pas à se trouver là.

N.B. : La délégation allemande était composée du Maréchal Keitel, de l’amiral Hans Georg Von Friedebourg et du général Hans Juergen Stumpf. Elle signe en présence des généraux alliés : le Maréchal Konstantinovitch Joukov pour l’URSS, le Maréchal Tedder pour le Royaume-Uni, le général Andrew Spaatz pour les USA et le général de Lattre de Tassigny pour la France.

2)- C’est François Mitterrand  – par la loi n° 81-893 du 2 octobre 1981 – qui a ajouté le 8 mai à la liste, déjà longue, de nos jours fériés.

3)- Film de propagande destiné à nous imposer la « repentance » en nous expliquant que la France a utilisé massivement des troupes maghrébines comme « chair à canon » pour sa libération.

4)- Lire, « Mythes et Légendes du Maquis » ; éditions Muller ; 2019.

 

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
15 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
williamson
williamson
22 mai 2020 17 h 39 min

a faire lire à nos petits enfants.
Bravo, nous avons les mêmes livres d’histoire.

Claude Roland
Claude Roland
10 mai 2020 16 h 48 min

Excellent rappel. Merci. « Voulant ménager l’Angleterre, le général Von Rundstedt interrompt son avancée pendant quelques jours. «  Ce n’est pas tout à fait ça. Von Rundstedt et Guderian, stupéfaits, ont dû obéir aux ordres formels de Hitler (Cf. Les généraux allemands parlent, de Basil H. Liddle Hart). Les généraux n’ont jamais compris pourquoi ! En fait, Hitler ne voulait pas vraiment de conflit avec le Royaume Uni dont il souhaitait s’en faire un allié en fin de compte fondé sur des raisons quasi « familiales »… S’il n’avait pas donné cet ordre, le gros de l’armée anglaise aurait été prisonnier. Il ne… Lire la suite »

François Krüger
François Krüger
10 mai 2020 8 h 48 min

Oui merci pour ces précisions. C’est bien la France qui déclare la guerre à l’Allemagne sous la pression de l’Angleterre. La Pologne n’était qu’un prétexte. Il s’agissait de conserver une certaine hégémonie sur l’Europe par L’empire britannique. La preuve? Personne n’est allé aider la Pologne qui avait été incitée à rejeter toutes les propositions de Hitler sur le couloir de Dantzig, provocant une intervention inévitable. Personne n’a par ailleurs déclaré la guerre à la Russie qui avait également envahi la Pologne par l’Est. Et enfin qui s’est soucié du sort de la Pologne à la fin de la guerre alors… Lire la suite »

williamson
williamson
8 mai 2020 19 h 36 min

comme ça fait du bien de lire de vrais historiens.
Enfin la vérité éclate.
Bravo, je sui fiers de vous lire

Camille GALIC
Camille GALIC
8 mai 2020 19 h 25 min

Camille

Remarquable analyse. Non, nous n’avons pas à fêter le 8 mai puisque ce fut avant tout la victoire de l’Union soviétique qui en profita pour anschlusser la moitié de l’Europe, et contaminer par le maxisme-léninisme — toujours bien vivant et aussi pernicieux — la moitié du monde.

Paulo de casa
Paulo de casa
8 mai 2020 12 h 28 min

Merci pour cet hommage Mr DE VERDELHAN,
Mon père, pied noir du Maroc, était de ceux là, engagé volontaire à 18 ans, pour libérer sa patrie.
Et, comme vous dites, ils n’ont pas été très bien reçus, quelques années plus tard, lors du rapatriement.
C’est le moins que l’on puisse dire.

Blaise de Montluc
Blaise de Montluc
7 mai 2020 19 h 13 min

La bataille de KOURSK est très souvent oubliée.
Bataille très importante par le nombre de combattants et les moyens matériels.
Echec minoré par la propagande nazi et victoire glorifiée par la propagande soviétique.

Castiglione
Castiglione
7 mai 2020 17 h 14 min

Mon oncle, aujourd’hui décédé, a été de ces Pieds Noirs qui ont débarqué en Provence.

Zglb
Zglb
7 mai 2020 16 h 09 min

M’est avis qu’ils se sont arrêtés devant Dunkerque parce qu’ils avaient perdu 50 % de leurs chars et que certains de leurs bataillons étaient saignés à blanc.

Zglb
Zglb
7 mai 2020 16 h 55 min
Répondre à  Zglb

…à grands coups de 75 dans la gueule.

Zglb
Zglb
7 mai 2020 15 h 47 min

Oui, mais la 1ere Armée, vers 1945, comptait quand même plus d’une division blindée, et elle s’est quand même couverte de gloire, non ?

Eric de Verdelhan
Eric de Verdelhan
7 mai 2020 16 h 00 min
Répondre à  Zglb

Oui elle s’est couverte de gloire, c’est ce que j’explique dans cet article (et dans mes livres) . Me suis-je mal fait comprendre?

Zglb
Zglb
8 mai 2020 17 h 34 min
Répondre à  Eric de Verdelhan

Peut-être, je relis.

Zglb
Zglb
9 mai 2020 14 h 15 min
Répondre à  Zglb

En effet, en Provence il y avait surtout des troupes coloniales, i.e., venant de l’Empire, ça c’est bien sur. Mais sur le Rhin, il y avait bien des troupes métropolitaines intégrées dans la 1ere Armée ? il me semble qu’elle comptait au moins 2 divisions blindées, dont la 2ème de Leclerc.

Babez
Babez
10 mai 2020 17 h 19 min
Répondre à  Eric de Verdelhan

Celà laisse entendre , entre autre, que les Américains avaient tout prévu et tout vu.. Il arrivent, ils tirent en l’air, une fois la gueguerre déclaré par les arbitres officiellement terminée, on se place convenablement là ou il fallait et surtout, là ou personne ne songera plus tard leur réclamer quoi que ce soit… Et la France dans tout ca… c’est visiblement la faute à Rousseau … Drôle de politiciens …. imbéciles mais heureux; heuheuheuheuheu

blank