MICHEL ONFRAY REMET A SA PLACE GRETA THUNBERG

Michel Onfray remet à sa place dans l’échelle des valeurs la petite Greta Thunberg victime d’une intelligentzia immature et décérébrée.

Michel Onfray vient de répondre au journal berlinois Die Welt au sujet de son récent texte polémique sur Greta Thunberg.
Nous reproduisons la version française de l’interview éditée originalement en langue allemande.
(sources Die Welt et Le Scrutateur)

Die Welt : Pourquoi Greta Thunberg vous agace-t-elle tant ?

Michel Onfray : Elle ne m’agace pas du tout : les bêtises des enfants sont toujours la faute des parents ou des adultes qui les entourent. A seize ans, personne ne dispose d’une pensée propre. A cet âge, on régurgite de la nourriture avec laquelle les adultes nous ont gavés. Personne n’échappe à cette loi. Dès lors, se pâmer devant la ventriloquie d’une jeune fille qui débite les discours que des adultes lui écrivent est un signe de nihilisme ! J’en veux moins à cette jeune fille qu’à ceux qui l’instrumentalisent. Les adultes aiment l’entendre dire ce qu’ils lui ont appris depuis que le capitalisme a compris l’opportunité de l’écologie comme argument publicitaire pour faire ses bénéfices considérables. Qui ne souhaite aujourd’hui consommer et acheter propre, écoresponsable, bio, traçable, free carbone, etc ?

DW : Elle pourrait bien être candidate au prix Nobel de la Paix. Serait-elle une bonne candidate ?

MO : Elle est au lycée, n’a pas encore le bac, fait la grève de l’école, et va bientôt être nommée docteur honoris causa d’une université belge… Je propose qu’on la nomme tout de suite présidente d’un gouvernement mondial selon le souhait de Jacques Attali et que, dans la foulée, on lui décerne le prix Nobel de médecine, avant la médaille Fields, le premier prix du Concours Chopin et la Palme d’or à Cannes. Soyons sérieux…

DW : Fait-elle des dégâts? Si oui, lesquels selon vous ?

MO : Oui, elle fait des dégâts à la Raison en incarnant cette mauvaise idée du philosophe Hans Jonas selon laquelle il faudrait renoncer à la raison, à la réflexion, à l’argumentation, à la démonstration, autrement dit au débat philosophique, pour lui préférer une « heuristique de la peur », autrement dit : qu’il faudrait urgemment faire peur pour convertir. Elle tue une seconde fois Socrate et remet en selle les sophistes.

DW : D’autres de vos collègues français, comme Pascal Bruckner et Raphaël Enthoven, l’ont également attaquée. Puis-je me permettre la question : Et si elle était un jeune homme ? Provoquerait-elle les mêmes réactions chez vous (et chez vos confrères) ?

MO : Vous n’êtes pas bien loin de l’insulte… Je vois sous votre question pointer l’accusation de misogynie ou de phallocratie. Mais le féministe que je suis ne sépare pas les hommes des femmes. Si une femme dit des sottises, je dit qu’elle dit des sottises, non pas parce quelle est une femme – précisions : une jeune fille…-, ce qui serait être vraiment misogyne, mais tout bêtement parce qu’elle dit des sottises. L’égalité oblige à un traitement égal : une bêtise est une bêtise, peu importe qu’elle soit proférée par un homme ou par une femme. Si une femme dit que la terre est plate et que je dis qu’elle se trompe , serais-je misogyne? Ou faudrait-il, au nom d’un féminisme dévoyé, dire qu’elle a raison, tant pis pour la vérité ?

DW : Vous la décrivez comme un cyborg, un être neutre, qui ne sourit jamais, qui ne montre pas d’émotion, ni peine, ni joie, « une poupée en silicone » écrivez-vous. Vous l’attaquez donc tout d’abord pour son physique, en deuxième lieu pour son message (la peur). Pourquoi prêtez-vous attention à son apparence extérieure, pourquoi ce « non-physique » est-il si crucial dans le rôle que vous l’attribuez ?

MO : Est-ce que décrire un physique c’est attaquer le physique? Y a t-il dans ma description un jugement de valeur négatif, dépréciatif, insultant ? Dire d’un visage inexpressif qu’il est inexpressif, dire qu’on ne remarque aucune émotion sur son visage, dire que son visage est lisse comme celui d’un cyborg : est-ce une vérité constatable ou une méchanceté ? Pourquoi m’interrogez vous sur son physique et pas sur ce problème que je signale bien plutôt en affirmant qu’elle est le navire amiral du capitalisme vert ? Ces questions sont autant de diversions politiques…

DW: Avez-vous pensé que son autisme puisse être un atout ?

MO : Quelle question ! Si j’ouvre mon dictionnaire, qui est pour moi un juge de paix bien plus fiable que la veulerie des réseaux dits sociaux, je constate que l’autisme est un terme qui relève de la psychologie et qui définit « un détachement de la réalité ». Lisez Le Robert. Pour le philosophe que je suis, le détachement de la réalité n’est pas la meilleure carte de visite pour parler de la réalité.

DW : Vous la décrivez comme faisant une lutte anti-Lumières et vous contestez les analyses scientifiques sur lesquelles elle fonde son analyse. N’a-t-il aucune raison, à vos yeux, d’être alarmiste et de changer nos comportements ?

MO : Je souhaite qu’on parle d’astrophysique, d’orages magnétiques, de cycles solaires, qu’on inscrive la nature dans le cosmos et les multivers. Je souhaite qu’on parle de géologie et qu’on se souvienne qu’il y eu des périodes de réchauffement et de refroidissement de notre planète alors que les hommes n’y étaient pas encore apparus. Je souhaite qu’on parle d’histoire et que, en lisant Histoire du climat depuis l’an mil de Leroy-Ladurie, on constate qu’avant l’invention du moteur et des voitures, de l’avion et du diesel, les variations climatiques étaient considérables. Par ailleurs, la cause anthropique est évidemment à prendre en considération, mais avec d’autres.

DW : Quelles sont les principales causes du réchauffement climatique à vos yeux ?

MO : Principales ? Les cycles cosmiques… Ce qui, je le répète, n’exclut pas la cause humaine.

DW : Vous citez le philosophe Hans Jonas qui a théorisé « une heuristique de la peur ». Si le sentiment de la peur n’est pas légitime ni productif, quel sentiment devrait donc être la base d’une pensée d’avenir?

MO : Le philosophe que je suis estime que la philosophie des Lumières est toujours préférable à l’obscurantisme qui utilise la peur, l’épouvante, la foi, la croyance, l’agenouillement, la menace, l’intimidation, le tribunal, pour parvenir à ses fins. Le monde gouverné par l’argent dans lequel nous vivons a détruit la raison, la conscience, la réflexion, la méditation, l’analyse, la logique afin de pouvoir mieux gouverner les humains par les sentiments, les émotions, les affects. Nous y sommes. Greta Thunberg et son staff ajoutent un chapitre au 1984 d’Orwell.

DW : « Rien à reprocher à un enfant qui veut voir jusqu’où va son pouvoir d’agenouiller les adultes » écrivez-vous. Que reprochez-vous aux adultes qui l’écoutent?

MO : De ne pas être des adultes, d’être fascinés par le monde de l’enfance qu’ils sont incapables de quitter parce qu’ils procèdent d’une génération d’enfants-rois accrochés à leur trottinette électrique comme à un cordon ombilical qui les relie à leur enfance. Permettez à l’athée que je suis de citer pour une fois la Bible : « malheur au pays dont le roi est un enfant » peut-on lire dans l’Ecclésiaste.

DW : Le mouvement de 68 était-il aussi fait par « un troupeau de moutons « ?

MO : Il était fait par ceux-là même qui sont devenus les parents des enfants-roi et qui, après avoir célébré Mao et Trotski, communient aujourd’hui dans le credo de Jean Monnet et d’Emmanuel Macron… Ils sont ceux qui se mettent à genoux devant les enfants pour n’avoir jamais su eux-mêmes comment être adultes. Rappelons que cette génération de soixante-huitards a massivement milité dans les années 70 pour la dépénalisation de la pédophilie. L’enfant est fait pour être dépassé vers plus que lui et non pas pour être célébré comme un fétiche, une icone. Il est fait pour devenir un adulte et non pour rester cet être en devenir qu’il est.

DW : Si vous aviez seize ans aujourd’hui, quels seront vos combats ?

MO : C’est une question saugrenue à laquelle personne de bonne foi ne saurait répondre. A seize ans, je découvrais Proudhon. J’y suis resté fidèle. J’aimerais être ce même adolescent qui n’avait qu’un seule envie : sortir de l’adolescence et entrer dans le monde adulte.

DW : Sa grève pour le climat serait un « magnifique prétexte » pour faire l’école buissonnière. A-t-on le droit de faire avancer les sociétés qu’une fois ayant terminé le bac et ayant lu Rimbaud et Verlaine ?

MO : Pas bien certain que ne pas aller à l’école débouche immédiatement sur « faire avancer les sociétés »… Par ailleurs, vous ne me ferez jamais dire que la grève de l’école soit un signe d’intelligence qui augmente la culture et rapproche de la vérité… Enfin, moi qui aime la poésie, je vous dirai qu’on en apprend plus en lisant les poètes qu’en récitant les notes rédigées par des adultes qui synthétisent les rapports du GIEC. A quoi j’ajoute que des cours d’astrophysique, d’astronomie, de géologie, d’histoire ne seraient pas en trop pour qui, à seize ans, à l’impudence de parler au nom de « la Science ».

DW : Vous-vous trouvez où en répondant à ses questions et quelle température fait-il chez vous?

MO : Je suis chez moi, en Normandie, à Caen, sous un ciel gris pommelé.
Il fait 19°!

Sources : Die Welt – Le Scrutateur

12 mai 2020

blank

1 1 vote
Évaluation de l'article
25 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pierre Malak
Pierre Malak
26 octobre 2020 19 h 35 min

Onfray un jour, Onfray toujours …et encore !

Quentric
Quentric
15 juin 2020 7 h 54 min

Pauvre gosse de parents irresponsables !

Seknadje
Seknadje
9 avril 2021 7 h 06 min
Répondre à  Quentric

Pas irresponsables , intéressés très intéressés et exploitant un filon générant certainement beaucoup d argent .

Daniel
30 mai 2020 14 h 37 min

Bravo, enfin quelqu’un qui ose dire ce qu’îl pense de cette jeune fille, je suis de son opinion !

Mcl
Mcl
29 mai 2020 3 h 59 min

Les adolescents doivent apprendre, ils veulent être très tôt des adultes.. mais ils resteront toujours des ados… Eh là le bas blesse.

Hubé Edmond
Hubé Edmond
26 mai 2020 18 h 47 min

Excellent

Ariadefou
Ariadefou
26 mai 2020 7 h 16 min

Merci de remettre l’intelligence au centre du debat

Ariadefou
Ariadefou
26 mai 2020 7 h 15 min

Merci Michel Onfray !

Daredhjane
Daredhjane
26 mai 2020 0 h 10 min

Ce que je regrette le plus, est que MO se soit laissé embarquer par ces questions saugrenues et incongrues d’un journaliste qui les pose mais après tt pourquoi??…Pour faire vendre!!! Doit on incriminer celui qui s’adapte à ses lecteurs pour gagner sa croûte tt simplement, ou ceux qui se ruent à lire cette médiocrité et cette bassesse!!??? Bref…. Avec humilité j’ajouterai aux cours que proposent MO, des cours de Sciences….Humaines, des cours de responsabilité civile et certainement bien d’autres à y réfléchir!!!! Oui, les poètes ns ouvrent à notre capacité de raisonnement pdt que l’on pousse nos enfts à  »… Lire la suite »

Veyres
Veyres
25 mai 2020 16 h 18 min

Cette interview est à mon sens un lynchage facile et gratuit. Sans évoquer la personne j’aime les messages que G.Thurnberg cherche à faire passer.
En évoquant la personne, cette petitesse de la part de M.Onfray confirme le fait que depuis 2 ans et sa récupération par les mouvements réactionnaires, il s’effondre en qualité.
C’est mon avis.

Leclerc jean claude
Leclerc jean claude
25 mai 2020 12 h 15 min

Je vous rejoind totalement,pourquoi aujourd’hui nous sortons d’un confinement, après un arrêt de toutes productions ,un mois d’avril et mai aussi chaud ? Je pense que l’écologie doit être repensée par des personnes sincères .A ce jour l’écologie est une affaire d’argent
Jc leclerc .bac moins cinq

rodolphe suber
rodolphe suber
24 mai 2020 19 h 54 min

bravo pour ces réponses qui mettent les choses à leur bonne place

Boutté
Boutté
22 mai 2020 6 h 57 min

L’immaturité n’est pas un but en soi . Majeure, cette personne restera marquée par son aventure d’enfant marionnette . Ses parents devraient répondre de cette maltraitance de leur enfant .

ARNAUD BERNARD
ARNAUD BERNARD
21 mai 2020 17 h 55 min

Heureusement qu ‘il reste des personnes de bon sens , le sens critique dans la réflexion et l’intelligence c’est ce dont nous avons tous besoin.Merci Michel ONFRAY.

François Krüger
François Krüger
17 mai 2020 1 h 44 min

Un grand bol de bon sens! Quelle fraîcheur… on croit aux ‘habits neufs de l’empereur’ mais ici l’enfant innocent est un intellectuel de gauche. Oú sont les autres?

Claude Roland
Claude Roland
13 mai 2020 13 h 09 min

Cette pauvre gamine est exploitée comme un petit singe de cirque. Les réponses de Onfray sont géniales car de bons sens.

françoise VALENTE
françoise VALENTE
12 mai 2020 19 h 32 min

Merci Michel ONFRAY pour ce texte , pour ma part je considère cette pauvre gamine inexpressive et agressive comme une marionnette perroquet de ses parents bobo écolos ( enfin écolos , pas vraiment , juste en paroles !!! )
Je plains cette jeune fille de refuser la culture qui pourrait lui permettre de parler par elle même ! et c’est triste de voir une ado aussi instrumentalisée par des adultes , dont son père , qui ne pense qu’à engranger de l’argent !

Tillit
Tillit
24 juillet 2020 11 h 16 min
Répondre à  françoise VALENTE

Tout à fait d’accord

Claire Favre
Claire Favre
12 mai 2020 16 h 51 min

Et Michel Onfray se dit « philosophe »! Quelle calamité !

Dissident
Dissident
14 mai 2020 11 h 16 min
Répondre à  Claire Favre

Un trait de 8 mots pour répondre à M. Onfray, vous faites dans le condensé.
Et si vous développiez, à moins que vous ne soyez qu’un perroquet de Panurge comme Greta.

Renee
Renee
14 mai 2020 15 h 51 min
Répondre à  Claire Favre

AH AH AH !!!!! Michel Onfray est surement bien plus intelligent et cultivé que vous ma pauvre fille

Olivier
Olivier
24 mai 2020 4 h 51 min
Répondre à  Claire Favre

Madame, il a en effet si je ne m’abuse étudié la philo et obtenu le diplôme qui en atteste.

Quadman
Quadman
25 mai 2020 1 h 21 min
Répondre à  Claire Favre

La seule calamité dans cette série d’appréciations est votre intervention complètement hors propos et inadaptée. Vous devriez éviter de critiquer ce qui échappe à votre compréhension.

IVALDO
IVALDO
12 mai 2020 16 h 19 min

Bravo Mr Onfray et merci

blank