POURQUOI L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE A BESOIN DE CORPS DE BÉBÉS
(Suricate)

Après avoir lu l’article de l’Imprécateur sur les horreurs de l’avortement « par démembrement » (Bioéthique ou crime contre l’Humanité ?), on peut se demander pourquoi cet acharnement à pousser les femmes à sacrifier leur bébé à leur confort personnel (hors les cas cliniques prévus par la loi Léonetti), d’autant que la période parfois la plus pénible, la grossesse, est passée.

Que fait la clinique ou l’hôpital des morceaux de membres arrachés au fœtus ou du corps du bébé tué avant d’être né ? Et peut-être bientôt, en France, si la loi dite de bioéthique est votée, juste avant sa naissance, voire après être né, comme certains socialistes le demandent en justifiant du droit qu’aurait la mère à refuser que vive un bébé né dont l’aspect ne lui plairait pas et pourrait provoquer chez elle une douleur psychologique !

En fait, « rien n’est perdu ! Tout est vendu à des laboratoires qui ont un besoin pressant de cellules souches, pour leurs expériences frankensteinesques que la loi appelle « chimères », et d’autres raisons scientifiques, et surtout la conception de vaccins.

L’UNIVERSITÉ DE SYDNEY L’EXPLIQUE PAR LE BESOIN DE CELLULES SOUCHES POUR LES FUTURS VACCINS

C’est la révélation d’un spécialiste en vaccins de l’Université australienne de Sydney, le Pr Robert Booy.

Depuis une cinquantaine d’années, dit-il, les laboratoires développent des lignées cellulaires de fœtus avortés pour la fabrication des vaccins de la rubéole, de l’hépatite A et de la varicelle.

Il y a actuellement, selon l’OMS, 167 laboratoires qui travaillent à la conception d’un vaccin pour SRAS-Covid-2. Quelques-uns seulement sont arrivés à la phase des essais cliniques et pour le moment  il semble que ça ne marche pas fort !

Il faut sans cesse rappeler que le vaccin n’est pas un médicament qui guérit, mais un produit prophylactique qui immunise durablement s’il vise précisément le virus bien identifié d’une maladie. 

Or, le coronavirus qui s’attaque à l’Homme n’est pas encore identifié avec certitude. Il y a eu MERS-Cov, SRAS-Cov, Covid-1, maintenant Covid-2, et l’Université du Texas dit que coronavirus a de nouveau muté, l’Université de Hong Kong préfère « évolué », ce qui explique l’apparition récente de ce virus faible avec un taux de létalité très faible, mais qui par contre s’en prend aussi aux jeunes. L’OMS ne l’a pas encore baptisé, mais on sait qu’il est plus contagieux que Cov-2 et provoquerait la montée actuelle du nombre de cas testés alors que les taux d’hospitalisations et de décès continuent à descendre.

Ce graphique de Santé Publique France va du 19 mai au 26 août.  On voit le pic de mai, la chute justifiant l’arrêt du confinement en juin et une très faible reprise des cas de contamination (en bleu) à partir de la fin juillet. Mais cela correspond au fait que les tests se sont multipliés à partir de juillet, la France ayant enfin de quoi faire des tests, et même s’ils sont de qualité très médiocre et peu fiables, ils entraînent automatiquement plus de cas décelés.

Il s’agit de cas asymptomatiques qui n’entraînent ni hospitalisations, ni décès. Hospitalisations et décès sont si peu nombreux, les derniers datent de la vague de mai, que l’on a du mal à distinguer le petit point rouge qui les signale à l’extrême droite du graphique. Le gouvernement sonne le tocsin pour une catastrophe annoncée qui n’a pas lieu et a une très forte probabilité de ne jamais arriver.
Ce qui n’empêchera pas le président et le premier ministre de triompher en affirmant que ce sera grâce à eux s’il ne s’est rien passé.

Pour le moment, ça n’empêche pas le gouvernement de faire du chantage à une deuxième vague qui n’aura jamais lieu, pour faire peur et obtenir plus d’obéissance des populations en les dressant à obéir sans réfléchir à des injonctions contradictoires et souvent stupides. La TV montre des cartes bidons de départements marqués au rouge où les cas asymptomatiques sont nombreux, et pas celles des hospitalisations et décès qui seraient entièrement en vert. David Pujadas l’a remarqué et dit, ce qui a déplu au journal de propagande gouvernementale Libération – sa subvention sera augmentée pour l’en remercier (1).

Or les anciennes statistiques  données quotidiennement par Mr Salomon étaient celles des morts et des hospitalisations, celles données aujourd’hui sont celles des cas détectés, naturellement beaucoup plus nombreux mais sans conséquences graves.

À moins que le gouvernement Castex ne soit complètement paranoïaque, l’objectif de cette panique organisée et fortement médiatisée obéit à un objectif politique : freiner ou empêcher les manifestations de mécontentement à prévoir quand il va y avoir un million de chômeurs de plus annoncés, une augmentation des impôts déjà entamée et des fermetures d’entreprises en série.

LES LABORATOIRES ESPÈRENT SE REFAIRE UNE SANTÉ FINANCIÈRE AVEC LE VACCIN

Mais pourquoi 167 laboratoires s’obstinent-ils à vouloir fabriquer un vaccin qui semble devenu inutile si la prévision de l’Université du Texas se confirme – ce qui actuellement est le cas – mais évidemment avec une incertitude sur l’avenir en raison de l’instabilité de ce virus chinois.

Bill Gates a donné la réponse : le premier laboratoire qui sortira un vaccin efficace touchera le jackpot et il espère que ce sera le sien (financé par la fondation Bill&Melinda-Gates). Dans une confidence sur Twitter, il envisageait un chiffre d’affaires de l’ordre de 25 à 30 milliards de $ si 14 milliards de doses, une double vaccination pour 7 milliards d’humains, sont imposés par les gouvernements. D’où cette campagne de propagande pour une vaccination obligatoire.

Elle porte de plus un fort soupçon de vaccination mixte, anti-virus et nanoparticules de traçage personnel. Mais pour le moment ce n’est qu’une rumeur que rien ne le prouve.

Ce vaccin anti Covid-19-2, le virus chinois, est aussi, disent les Australiens, conçu à partir de cellules souches de foetus ou de bébés mort-nés. La demande de 167 laboratoires crée un besoin important qu’il faut satisfaire.

En France la loi de bioéthique y pourvoira. Elle vient d’être votée par l’Assemblée Nationale le 1er septembre (60 voix pour, 37 contre et quelques abstentions : notez l’intérêt des 577 députés pour une mesure législative de cette ampleur). Elle devra repasser devant le Sénat, mais conformément à la constitution, c’est l’Assemblée Nationale qui aura le dernier mot.

1 : Un décret récent annonce 420 millions supplémentaires de subventions sur les deux  prochaines années 2021 et 2022, soit jusqu’à l’élection présidentielle pour les journaux « mainstream ». Si Emmanuel Macron n’est pas réélu avec ça !

Suricate

2 septembre 2020

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gloriamaris
Gloriamaris
12 septembre 2020 17 h 35 min

« … une vaccination obligatoire… » Il suffit d’un simple décret stipulant :

  • Une copie du certificat de vaccination à jour du covid devra obligatoirement être jointe à toute demande de :
  • Permis de conduire, carte grise, passeport, billet de train ou d’avion, accès à un parc d’activités (Dysneyland, Puy du Fou, Futuroscope, Océanopolis…) billet de concerts, matche de foot, abonnement transports publics, carte de pêche, adhésion à un club local, etc.

Il vous restera à choisir entre mourir empoisonné par les saloperies que les labos préparent ou vivre en reclus n’ayant plus accès à rien.

Richard LEGRIN
Richard LEGRIN
12 septembre 2020 19 h 04 min
Répondre à  Gloriamaris

GloriaMaris, comme vous êtes bien informée. Bill GATES est avec la CIA les auteurs de cette vaccination obligatoire avec en prime des nanoparticules qui avec la 5G permettra de cibler les personnages qui dérangent, et la;…. bonjour tristesse. Que les détracteurs se mettent en marche pour connaitre cette VÉRITÉ… sinon, demain, l sera trop tard.

Tonnerre
Tonnerre
12 septembre 2020 20 h 14 min
Répondre à  Gloriamaris

Sans oublier le compte en banque.
L’apocalypse nous dit que « nul ne pourra acheter ni vendre » sans la marque pendant les 3 ans et demi de règne de l’Antéchrist, et comme ils veulent supprimer l’argent liquide…

Dissident
Dissident
8 septembre 2020 18 h 23 min

Entre le premier article et celui-là, j’ai vraiment l’impression d’être confronté aux pires délires de savants fous …
Et tout cela à bas bruit, en douce, dans le silence de mort des major médias.
Comment est-ce possible ?

Claude Roland
Claude Roland
7 septembre 2020 8 h 58 min

« Elle porte de plus un fort soupçon de vaccination mixte, anti-virus et nanoparticules de traçage personnel. Mais pour le moment ce n’est qu’une rumeur que rien ne le prouve. »

Rien ne le prouve mais rien ne prédit l’inverse non plus. Or le traçage est la base de la gestion des populations dont rêvent de nombreux gouvernements.

Richard LEGRIN
Richard LEGRIN
12 septembre 2020 19 h 08 min
Répondre à  Claude Roland

Bill GATES a fait un « stage » en Ouganda pour recueillir des cellules d’enfants en bas âge.. qui feront parti de ce vaccin mortifère et agrémenté de nanoparticules, pour disséminer la population. Aux volontaires CHICHE de prouver le contraire….

6
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank