ET SI LES « COMPLOTISTES » AVAIENT RAISON ?
(Jean Goychman)

La sortie du film documentaire « Hold up » n’est pas passée inaperçue. Tous les médias « mainstream » en ont parlé. Avec une belle unanimité, ou presque, il s’en dégageait une sorte de parfum de complotisme avéré, qui cadenassait de fait tout débat. C’est devenu une sorte de rituel,  un réflexe « pavlovien » : tout propos s’écartant de la « doxa » bien-pensante, seule organe habilité à distinguer le vrai du faux, ne pourrait que provenir de personnes adeptes de la théorie du complot.

Mais… les complotistes ont-ils toujours tort ?

 




UN PHÉNOMÈNE ASSEZ RÉCENT

C’est probablement avec la publication du rapport « officiel » du 11 septembre, et des nombreuses questions soulevées qui n’y trouvaient pas de réponses, que le terme « complotiste » a été employé pour la première fois.

C’est un curieux abus de langage car, jusque là, on désignait les complotistes comme ceux qui fomentaient un complot, ou qui du moins étaient adeptes d’un complot. Aujourd’hui, les complotistes sont plutôt ceux qui le dénoncent, ce qui est pour le moins paradoxal. C’est ainsi qu’on fabrique des « éléments de langage », apanage des communicants. Dire de quelqu’un qu’il est complotiste signifie qu’il ne peut en aucun cas être crédible puisqu’il est parfaitement évident que, s’il y avait un complot, cela se saurait…

On veut donc « dépanurgiser » (pardonnez-moi le terme) le complotiste en le singularisant et en lui disant que l’humanité toute entière ne pense pas comme lui et qu’il a donc tort, puisqu’un seul individu ne saurait avoir raison contre la multitude. C’est un peu l’acte de naissance de la « pensée unique ».

UNE CONDAMNATION UN PEU HATIVE

La précipitation avec laquelle les médias « bien-pensants » ont réagi témoigne néanmoins d’une certaine fébrilité, peu incitative à l’ouverture d’esprit. De mon temps (si j’ose dire, bien que mon âge ne soit pas encore canonique) on nous conformait la pensée avec le triptyque « thèse, antithèse, synthèse » et cela développait la pensée critique. Aujourd’hui, les communicants nous assènent, au travers des fameux éléments de langage, prononcés sur un ton souvent péremptoire, des messages qui ne souffrent pas la moindre mise en doute. Ce corolaire moderne, destiné à canaliser sournoisement la liberté d’expression afin de la confiner (terme d’actualité) dans le périmètre du politiquement correct, ne saurait cependant satisfaire ceux qui, loin de douter de tout, cherchent néanmoins à comprendre.

Pour avoir visionné plusieurs fois ce documentaire, certes long mais captivant, j’ai essayé d’en récapituler mentalement les faits saillants. Nous subissons actuellement une vaste épidémie due à un virus qui se propage entre les humains. C’est un fait. Puisqu’apparemment il n’existait pas avant, c’est qu’il est apparu quelque part à un moment donné. La version officielle est que cela s’est produit en novembre 2019 à Wuhan, située en Chine. Pourquoi pas ? Ce point n’est pas contesté. Plus surprenant, par contre, est la façon dont cela a été traité. Les épidémies sont, hélas, des choses qui arrivent et leurs conséquences sont plus ou moins meurtrières. Sur cette échelle là, celle que nous subissons est parmi les plus légères.
Voici ce qu’écrit Klaus Schwab dans la conclusion de son livre « Covid 19 : la grande réinitialisation » à la page 281 :

« si l’on considère le pourcentage de la population mondiale touchée, la crise du Coronavirus est (jusqu’à présent) l’une des pandémies les moins meurtrières que le monde ait connu au cours des 2000 dernières années »

Dans ce cas, pourquoi avoir affolé tout le monde en provoquant un tel état d’angoisse ? Etait-il nécessaire de recourir à de telles mesures, après avoir annoncé qu’il existait un « Etat de guerre », qui allaient plonger notre pays  dans une récession sans précédent et au prix d’une dette publique colossale, venant s’ajouter à celle qui représentait déjà l’équivalent d’une année de PIB ?

Ces simples questions sont-elles légitimes ? Apparemment non. En tous cas, aucune réponse n’est venue. Pire, le mode de rapport entre le gouvernement et les gouvernés s’est transformé en relation parent-enfant, tel que défini en analyse transactionnelle. Nous ne sommes plus pris comme des adultes et nous ne devons plus poser de questions. Nous devons faire confiance, comme nous le faisions à nos parents.

DEUX CONCLUSIONS POSSIBLES. QUELLE EST LA BONNE ?

Soit nos gouvernants sont des incompétents, qui ont été effrayés à tort par cette pandémie, et qui ont agi inconsidérément, mais en pensant qu’ils ne pouvaient faire autrement, quitte à se tromper. C’est un peu la version Edouard Philippe, arguant du risque pénal.

Soit ils ont, et c’est la version la plus « conspirationniste », agi en toute connaissance de cause et conformément au « great reset ».
La réunion de Jackson Hole de 2019 ayant conclu à la destruction programmée du dollar en tant que monnaie internationale, une augmentation effrénée de création monétaire par les banques centrales n’étant possible que si les dettes publiques augmentaient de la même valeur, le coronavirus offrait pour ce faire une opportunité idéale. Pour cela, il fallait stopper l’économie et verser les salaires, ce qui s’est fait durant le confinement.

Le problème qui se pose est celui de la confiance perdue envers ceux qui nous dirigent. Et ce phénomène apparaît irrémédiable. Nous pouvons accepter beaucoup de choses, l’histoire du peuple français le démontre clairement, mais à condition d’avoir confiance en nos chefs.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
Alors à vous de choisir ce qui vous paraît le plus probable…

Jean Goychman
17 novembre 2020

4.4 11 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

15 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
LE ROUX
LE ROUX
23 novembre 2020 13 h 55 min

Je choisis cette option : c’est la version la plus « conspirationniste », agi en toute connaissance de cause et conformément au « great reset ».
Hold-up est un documentaire et non un reportage, donc le réalisateur est libre de ses choix, et à chacun d’en tirer ses conclusions.
Cela dit, tous les médias sont montés aux créneaux pour tenter d’éteindre l’incendie. Toutes les lances à incendie ont été déployées, pour noyer le passage des brevets et de l’Institut Pasteur, qu’ils ont soigneusement évité d’aborder. Motus total. Personnellement, je pense que c’est la principale raison de ce déferlement.

S.Delatourette
S.Delatourette
23 novembre 2020 13 h 08 min

Les Fr dans leur immense majorité ne sont que les répétiteurs des médias aux ordres, d’un Nouvel Ordre Mondial qui fera passer le III Reich d’Adolf-Benito pour une blague de potache attardé. Ils aboient en meute, tels que les yorkshires de madame la baronne Rothschild. Si Biden est élu, alors ils comprendront, bien trop tard, que Trump était une planche de salut et le dernier rempart contre les fascistes, qui désormais ont pris en otage la quasi totalité des peuples de ce monde. Ici même en FR nous avons Macron & pourtant il ne voient rien venir, ou si peu.… Lire la suite »

Heyy
Heyy
24 avril 2021 18 h 16 min
Répondre à  S.Delatourette

Les gens sont tellement dupes, les oligarques arrivent à faire croire à une partie de la population que c’est « normal d’être ni homme ni femme » partie qui ne cesse de s’agrandir avec les vagues de pubs progressistes, ils modifient les dessins animés, c’est triste mais vrai. C’est juste une preuve que si les oligarques veulent faire penser quelque chose aux gens, il suffit d’attendre quelques décénnies (voire non avec le covid)

Claude Roland
Claude Roland
19 novembre 2020 11 h 05 min

Les gens qui se moquaient de toute personne qu’ils traitaient de « complotiste » à cause de ses explications, la ramène de moins en moins. La moquerie a tendance à s’éteindre devant le constat des faits. Et lorsque les faits sont mis côte à côte, bout à bout, le puzzle donne une image inquiétante. Et ça calme les incrédules. Or les faits sont de plus en plus nombreux et gros. Après, il y a toujours les crétins congénitaux, les bourins, les idiots utiles, les benêts, les naïfs et tout ce petit monde à petit cerveau limité de se réfugier dans le déni… Lire la suite »

Grosjean Olivier
Grosjean Olivier
18 novembre 2020 17 h 57 min

Analyse très intéressante.

SITTING BULL
SITTING BULL
17 novembre 2020 23 h 34 min

Moi j’ai une autre hypothèse : « Nourrir la peur de la mort » ! Pourquoi ? Pendant que la population est en léthargie…… des lois liberticides se mettent en place et instaurent petit à petit un État policier. Pendant que la population est en léthargie……… on installe en urgence la 5 G. Pendant que la population est en léthargie……. Il y a des « Christophe Barbier » pour prôner la LA VACCINATION Miracle obligatoire sous peine d’être considéré comme paria et se voir être pointé comme apostat ! Actuellement des ordures parlementaires (y compris de droite) militent pour cette obligation. Pendant que la… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
24 novembre 2020 8 h 57 min
Répondre à  SITTING BULL

Tout ça parce que les gens n’ont pas intégré philosophiquement le principe de la mort et en ont une trouille bleue. C’est plus facile de laisser les autres penser pour soi et se contenter de futilités. Nous ne sommes que de passage sur terre. La seule chose qu’on ne peut éviter, c’est la mort et les impôts.

LEBLET
LEBLET
17 novembre 2020 22 h 04 min

Allez ! Raisonnement par l’absurde pour aider ceux qui ont encore des difficultés à répondre à votre question finale : si j’étais VRAIMENT incompétent et effrayé par la gestion de la Covid 19, que ferais-je naturellement en tant qu’homme politique ? J’en parlerais le moins possible ! Ou je truquerais les chiffres pour qu’ils semblent faibles… Comme ils le font d’ailleurs depuis 40 ans avec l’immigration, la délinquance et le chômage.Et qu’ont fait Macron et sa clique pour la Covid 19 : tout le contraire ! Ils ont rameuté tous les médias pour faire un point chaque soir où ils… Lire la suite »

vincenti
vincenti
18 novembre 2020 10 h 36 min
Répondre à  LEBLET

nous sommes dirigés par des incompétents ; reste le bulletin de vote, mais il sera sans doute tropn tard !

James Watt
James Watt
21 novembre 2020 7 h 58 min
Répondre à  vincenti

Si le droit de vote servait à quelque chose ça ferait longtemps qu’on nous l’aurais retiré (Coluche)

Claude Roland
Claude Roland
24 novembre 2020 9 h 00 min
Répondre à  vincenti

Le bulletin de vote ?!!! Mais lors du référendum pour Maastrich, ils ont montré qu’ils pouvaient s’en foutre totalement et faire selon leurs idées, malgré un vote massif inverse. Nous ne sommes plus en démocratie depuis un bail !

Zglb
Zglb
25 novembre 2020 2 h 49 min
Répondre à  vincenti

Pas par des incompétents, par des vermines.

Heyy
Heyy
24 avril 2021 18 h 09 min
Répondre à  LEBLET

Déjà le gouvernement et les médias nous l’ont submergé petit à petit, d’abord des gros titres « PANDÉMIE DE COVID-19 EN CHINE : 1000 MORTS ATTEINTS » puis petit à petit « COVID : 5 CAS DÉTECTÉS EN INDE » puis « 1er CAS EN FRANCE » puis la presse locale s’y est mise « 1 ER CAS À TULLE » « 9 CAS DÉTECTÉS DANS LE 59 » etc…. Une fois cela fait. Tous les médias télévisés nous ont parlé que de ça… ils n’ont plus parlé de voile pendant au moins 6 mois sur BFMTV. Et puis enfin tous les moyens possibles pour annoncer la population ont été… Lire la suite »

Blaise de Montluc
Blaise de Montluc
17 novembre 2020 16 h 27 min

Gouverner c’est prévoir :
Arrêté du 13 janvier 2020
publié au Journal Officiel de la République Française en date du 15 janvier 2020.
Classement de l’hydroxychloroquine parmi les substances vénéneuses.
…..
Qui se souciait du Covid en janvier ?

Heyy
Heyy
24 avril 2021 18 h 11 min
Répondre à  Blaise de Montluc

Tout était prévu à l’avance de toute manière

15
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank