LES VRAIS ENJEUX DE L’ÉLECTION AMERICAINE
(Jean Goychman)

La bataille qui se déroule aux Etats-Unis est cruciale, au sens littéral du terme.
Au delà du simple affrontement des deux candidats choisis pour défendre les couleurs de leur parti respectif, un véritable combat de titans de déroule sous nos yeux.

 




LES MONDIALISTES SONT PARTIS LES PREMIERS

Deux visions antagonistes de la géopolitique de notre planète animent deux blocs dont les contours se révèlent progressivement, tels deux icebergs émergeant progressivement des profondeurs.
Le projet mondialiste est apparu en premier, mais avait su rester suffisamment discret pour ne pas apparaître en pleine lumière.
Quel est ce projet ? Établir un gouvernement mondial, avec une monnaie unique qu’il contrôlerait entièrement, régnant sur un monde sans frontières avec un peuple sans mémoire culturelle ni identité.

Jusqu’à présent, seuls certains livres d’anticipation avaient abordé un tel sujet. Il semblerait qu’aujourd’hui, les progrès techniques résultant notamment des technologies numériques permettent de passer du rêve (si l’on peut dire) à la réalité. Le processus s’est engagé dès la fin de la seconde guerre mondiale. Les USA étaient devenus hégémoniques en matière industrielle et militaire.
Les accords de Bretton Woods avaient fait du dollar la monnaie mondiale et la culture américaine se répandait partout dans le monde.

Côté européen, la guerre avait affaibli toutes les nations de l’ouest du rideau de fer qui devenaient des proies faciles. Certes, de Gaulle avait partiellement fait échouer la tentative de l’AMGOT d’imposer une monnaie unique, mais ce n’était que partie remise en attendant la création de l’euro.

Il fallait maintenant prendre le contrôle des États-Unis et de ses dépendances, c’est-à-dire ce qu’on appelle « l’Occident ». 

Cette prise de contrôle se fit d’une manière insidieuse au fil du temps. L’apparence du pouvoir politique était conservée (Maison-Blanche, Sénat, Chambre des Représentants) pour ne pas heurter un peuple américain très attaché à la Constitution. Côté finances, c’était fait depuis 1913 avec la création de la Réserve Fédérale, contrôlée par des banques privées. Le projet Manhattan avait consacré la suprématie des grandes « multinationales » américaines, étroitement associées à ces banques internationales et l’ensemble des médias était progressivement passés sous leur contrôle.

Une infiltration méthodique de tous les rouages de l’Etat fédéral ainsi que de certains Etats américains se déroula ensuite. C’est le CFR « Council on Foreign Relations) qui fournit un nombre important de ces agents « infiltrés »

C’est le 11 septembre 2001 que ce « pouvoir de l’ombre » (souvent appelé état profond) s’empara de la Maison Blanche en la personne de Dick Cheney alors que GW Bush s’envolait vers la côte Ouest après avoir déclaré : « Nous sommes en guerre », ce qui déclenchait le programme secret appelé « Continuity of Government » Le résultat immédiat fut l’adoption du « Patriot Act », justifié par les attentats, mais qui allait bien au delà de la lutte contre le terrorisme.

Ces étapes essentielles franchies, l’internationalisation se fit par les traités dits « de libre échange » d’un modèle inspiré par le « Traité de Rome » qui, progressivement, allait faire disparaître les frontières.

Ensuite, ce furent le « réchauffement climatique » puis le terrorisme international et les grandes peurs qu’ils suscitaient qui servirent d’arguments pour démontrer l’intérêt d’établir un gouvernement mondial, seule entité capable de résoudre ces problèmes qui touchaient l’ensemble de la planète.

Enfin les GAFA, directement issues du numérique, vinrent compléter cet arsenal en permettant de contrôler et de localiser les individus.

LA RIPOSTE DES SOUVERAINISTES

Cependant, un événement inattendu vint troubler ce plan bien orchestré : Donald Trump entra à la Maison Blanche en janvier 2017.  C’était le résultat d’une action vraisemblablement commencée au début des années 2000, par des gens qui pensaient que le peuple américain était trahi par cet « Etat profond » qui lui confisquait la démocratie à laquelle il était fortement attaché. Il est plus que probable que, parmi ces gens, figurent de très hauts gradés du Pentagone. Donald Trump correspondait tout à fait à ce qu’ils cherchaient. Patriote, Américain dans l’âme, il possédait une fortune personnelle qui assurait son indépendance. N’ayant jamais été élu, le risque qu’il soit corrompu par l’Etat profond était minime. En plus, c’était un « winner » qui savait se battre pour arriver à ses fins.

C’est donc sans surprise que Donald Trump a déroulé son programme tout au long de son mandat, au grand dam de l’Etat profond qui voyait ainsi des pans entiers de ce qu’il croyait avoir conquis définitivement lui échapper.

Ce fut le retrait des « Accords de Paris », l’abandon des traités de libre-échange, le renforcement des frontières et la réapparition des barrières douanières. A cela s’ajouta un effort sans précédent de « relocalisation » de l’industrie américaine et la création de millions d’emplois.

Sur le plan international, ce fut le retour des soldats américains chez eux et aucune nouvelle intervention militaire.

Antimondialiste par essence et patriote, Donald Trump s’inscrit dans l’isolationnisme pacifique de la doctrine de Monroe, il ne peut qu’être partisan de la souveraineté des peuples et des nations.

L’éventualité de sa réélection risquait de signer l’arrêt de mort de l’Etat profond qui, dès l’élection de Trump, s’efforça par tous les moyens à l’éliminer en multipliant les procédures et les campagnes de presse.

L’HEURE DU « STRUGGLE FOR LIFE »

Le déroulement de l’élection présidentielle avait été soigneusement prévu des deux côtés. Néanmoins, et compte-tenu des enjeux exceptionnels, dépassant de très loin le cadre d’une simple alternance politique, celui-ci est en train de prendre un tour dramatique. Obligé de « sortir du bois » plus tôt que prévu, l’Etat profond a accéléré les choses afin d’empêcher le maintien de Trump à la Maison Blanche.

Sans qu’il soit possible d’ apporter la preuve d’une origine criminelle de l’épidémie de Covid 19, celle-ci est venue à point nommé pour ralentir les bons chiffres de l’économie américaine. Mais cela n’aurait probablement pas suffi et d’autres moyens semblent avoir été utilisés.

Visiblement, les différentes phases du dépouillement des votes du 3 novembre ont déjoué toutes les probabilités, et notamment celles des répartitions homogènes des bulletins des candidats.

Jusqu’à présent, c’est cette répartition quasi homogène (à quelques pour cent près) qui permettait aux instituts de sondage de donner des estimations très rapidement et qui se trouvaient de plus en plus précises au fil du temps. Rien de semblable dans notre cas. Sur les votes effectués directement par les électeurs, état par état, on obtenait une répartition qui semblait indiquer une nette victoire de Donald Trump.

Par contre, cette tendance s’est inversée après le dépouillement des votes par correspondance. C’est, d’évidence, une première, qui s’est reproduite essentiellement dans les « swing states ».

LES CHOSES S’ENVENIMENT

Alors même que l’hypothèse d’une fraude avait été évoquée, rendue possible par le vote par la poste, c’est également un tout autre type de falsification qui est dénoncé aujourd’hui par les juristes de l’équipe de Trump. En plus du « classique » bourrage des urnes (électeurs non-identifiés, voire décédés) c’est un procédé beaucoup plus élaboré qui permettrait d’entrer directement dans le logiciel de décompte des votes et qui pourrait, soit créer de nouveaux bulletins sortis de nulle part, soit changer les affectations des bulletins dépouillés.

On serait là dans une véritable opération de détournement planifié du résultat de l’élection.
Apparemment, l’équipe de campagne de Donald Trump disposerait des éléments de preuves nécessaire pour pouvoir changer le cours des choses et ils semblent confiants dans le résultat.

QUE PEUT-IL SE PASSER ?

Très difficile à dire car le rapport de forces entre les deux adversaires est difficile à évaluer. Ce qui paraît certain est qu’aucun des deux camps ne concédera la victoire à l’autre et que le risque d’affrontement physique est envisageable.

Si la situation l’exigeait, le Président Trump, toujours en poste, pourrait se prévaloir de l’Executive Order du 12 septembre 2018 et aller jusqu’à déclarer un état d’urgence et la proclamation d’une loi martiale pour une durée déterminée afin de procéder, après accord de la Cour Suprême, à de nouvelles élections au cas où rien d’autre ne serait possible.

Quel que soit le résultat, c’est la géopolitique de notre planète pour les décennies à venir qui est en jeu.

Jean Goychman
Conseiller Régional
Consultant économie et géopolitique

 

 

 

 

2 décembre 2020

blank

4.4 8 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dissident
Dissident
4 décembre 2020 19 h 48 min

Sur Dreuz où je suis quasiment heure par heure les opérations de l’équipe Trump, il semble qu’ils commencent à abattre leurs atouts.
On peut lire des témoignages accablants et voir quelques vidéos édifiantes.
La partie n’est pas jouée, serait-ce comme à Austerlitz ?

Filsde1789
Filsde1789
4 décembre 2020 19 h 37 min

J’avoue que je considere que le projet mondialiste releve de l’utopie comme d’ailleurs a pu l’etre le communisme. Pourquoi le mondialisme ne pourra pas s’imposer , ce n’est pas grace a l’Occident mais a cause d’autres forces centrifuges tres fortes : l’islam, la Russie, la Chine… La seule gouvernance mondiale que la Chine pourrait accepter, c’est celle ou elle dominerait la planete.

Dissident
Dissident
5 décembre 2020 11 h 37 min
Répondre à  Filsde1789

D’accord avec vous, de nombreuses forces s’opposent et s’opposeront à ce projet funeste. Le problème qui va nous préoccuper s’appelle « dommages collatéraux ». Par exemple, en France, le territoire sera occupé par les musulmans venus de partout et infiltrés partout avec l’aide des collabos de tout type. Les barbares vont dominer notre sol et nous ne réagissons pas, nous ne répondons pas, nous ne luttons pas. Vous avez entendu µcron hier ? Ils sont les chances pour la France (tient, il nous la ressort celle-là), ils sont humiliés par les contrôles au faciès qui sont injustifiés et les flics sont d’immondes… Lire la suite »

L'Imprécateur
Administrateur
7 décembre 2020 19 h 25 min
Répondre à  Dissident

Exact, et les armes n’ont pas besoin d’être des armes sophistiquées. La quasi totalité des révolutions ont été gagnées avec des armes « de basse intensité », fourches, piques, couteaux, cordes pour pendre.

Claude Roland
Claude Roland
8 décembre 2020 8 h 57 min
Répondre à  L'Imprécateur

Oui, mais les temps ont changé et les FO n’ont pas des mousquets imprécis qui se rechargent en 2 minutes. Ils sont aussi bien carapacés.

SITTING BULL
SITTING BULL
9 décembre 2020 2 h 07 min
Répondre à  L'Imprécateur

ça va être super ce que vous nous proposez (fourches piques, couteaux et cordes……) Ça me fait penser à la courageuse cavalerie polonaise chargeant la cavalerie (de panzer) allemande ! En parlant de ça, il faudra commencer par bloquer les blindés qui sont en réserve en région parisienne pour protéger le pisseux de l’Élysée. Çà va être le moment de sortir le matériel et autre chose que des pistolets à bouchons !. Par la même occasion, j’en profite pour rappeler ma proposition que j’avais faite il y a quelques temps et qui n’avait pas eu l’écho escompté. En tous les… Lire la suite »

SITTING BULL
SITTING BULL
9 décembre 2020 2 h 11 min
Répondre à  L'Imprécateur

…/… suite au problème de lien

voici le bon

https://lbry.tv/@TRANSITION:d/Allocution-du-Pr%C3%A9sident-de-la-France:4

Claude Roland
Claude Roland
8 décembre 2020 8 h 54 min
Répondre à  Dissident

Attendez qu’ils obligent tout le monde à se faire vacciner sous contrôle des forces de l’ordre. Là, on pourra défendre nos vies, carrément.
Mais ce qui m’étonne est que les forces de l’ordre continuent à obéir docilement, se soumettre et défendre un pouvoir dirigé par des clowns et pieds nickelés qui les piétinent, les désavouent et en même temps leur caresse l’échine.
Il ne reste que les FO et l’armée entre Macron et les Français !

8
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank