DIVISER POUR REGNER : UN MAUVAIS CALCUL… (général Antoine Martinez)

LA DÉRIVE AUTOCRATIQUE DE M. MACRON

L’intervention du président de la République le 12 juillet, par les annonces présentées et le ton utilisé révèle une dérive autocratique dans la conduite des affaires du pays. Elle permet, en outre, de mettre en lumière ses véritables intentions pour les mois à venir. En réalité, M. Emmanuel Macron, grisé par le pouvoir après son élection en 2017, mais ayant perdu toute capacité d’action et de réforme du pays dès le début de l’année 2019 avec la situation insurrectionnelle des Gilets jaunes qu’il avait lui-même créée, n’a de cesse de vouloir montrer que c’est lui le chef, d’autant plus qu’il a l’intention de se représenter en 2022.

Pour cela, il n’a pas l’intention de traiter les vrais problèmes et en particulier les menaces évoquées dans la tribune dite « des généraux ». Cela veut dire que le président de la République, non seulement n’entreprendra pas la grande réforme promise des retraites, suicidaire aujourd’hui pour lui, mais qu’il n’a pas l’intention de lutter, ni contre l’immigration de peuplement, ni contre l’islamisme et l’islamisation du pays, ni contre le séparatisme, ni contre le communautarisme qui mènent la France vers le chaos. Ce renoncement devrait être un motif sérieux de rejet d’un président qui ne veut pas protéger le peuple français. Mais l’aubaine pour lui, c’est la crise sanitaire qui dure et qu’il veut faire durer car elle constitue un outil entre ses mains qui doit occulter tous les autres sujets pour préparer sa réélection en se présentant dans quelques mois comme le sauveur de la France.

GOUVERNER PAR LA PEUR ET LA DIVISION

On a pu constater comment il a verrouillé le débat politique avec une gestion de cette crise sanitaire axée sur l’instillation de la peur, voire de la panique dans les esprits qui peu à peu se soumettent. Il n’hésite pas, d’ailleurs, à ne pas respecter notre Constitution dont il est en principe le garant mais qu’il utilise en fonction de son propre intérêt. En effet, l’instauration de ce « conseil de défense » à répétition n’est-il pas l’application complètement dévoyée de l’article 16 de la Constitution, lui donnant les pleins pouvoirs, dans le cas présent sans aucun contrôle ? Il l’a bien compris et, pour occuper l’espace médiatique avec l’épidémie du Covid 19, il est prêt à tout notamment avec l’annonce de mesures tyranniques en contradiction totale avec ses propres déclarations précédentes. De surcroît, il sait que les mesures annoncées ne peuvent que diviser les Français. C’est pour cela qu’il les prend, appliquant ainsi de façon machiavélique la formule « diviser pour régner », son objectif étant de gagner du temps. Il est prêt à manquer à son premier des devoirs, celui d’assurer la cohésion de la nation. Mais en procédant ainsi, en provoquant, il faut bien l’admettre, une déchirure perverse au sein du peuple français, avec une telle arrogance et un tel mépris, ne prend-il pas un risque inconsidéré qui l’empêcherait finalement d’être réélu, voire l’empêcherait de se représenter, comme son prédécesseur ?

Eh bien, nous allons l’aider à quitter le pouvoir en 2022 pour le bien de la France et des Français ! En début d’année, un an après le début de la pandémie, je concluais mon intervention en disant : « nos dirigeants auraient tort de penser que le peuple continuera de tout accepter sans réagir ». Je crois que le signal vient d’être donné par un président de la République clivant, provocateur et complètement déconnecté de toute humanité. Alors, ne le décevons pas. Il faut lui montrer que nous ne sommes pas dupes de sa manœuvre, qu’il a juridiquement tort et qu’il devra donc reculer face au droit qu’il se doit de respecter. Sauf à sortir de la légalité ce qui justifierait la mise en œuvre d’une procédure de destitution (article 68 de la Constitution).
Pourquoi sera-t-il obligé de faire marche arrière ?

LES FREINS LÉGAUX ET ÉTHIQUES À LA VACCINATION OBLIGATOIRE      

Tout d’abord, prenant acte du travail accompli dans la mise au point des vaccins contre le Covid 19 par les scientifiques, l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, dans son texte adopté le 27 janvier 2021 (cf. pace.coe.int/fr/files/29004/html), demande aux Etats membres et à l’Union européenne de respecter et de garantir un certains nombre de mesures.

Parmi celles-ci, il faut noter l’obligation d’informer les citoyens que la vaccination n’est pas obligatoire et que personne ne doit subir des pressions pour se faire vacciner s’il ne le souhaite pas.

Par ailleurs, personne ne doit être victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner (articles 7.3.1 et 7.3.2).

En voulant imposer le pass sanitaire, le président de la République exerce bien un chantage et donc des pressions inacceptables rendant, de fait, la vaccination obligatoire. Il établit ainsi une discrimination entre les vaccinés et les non-vaccinés.
Il ne respecte donc pas le droit qu’il doit lui-même appliquer.

Ensuite, il faut rappeler que le code civil dans son chapitre II (Du respect du corps humain) précise en son article 16 (16.1 à 16.9) que notre corps est inviolable. Personne ne peut donc nous imposer une vaccination sans notre accord. Mais le président de la République, dans son délire totalitaire, ne semble pas vouloir tenir compte du code civil.

DES VACCINS EXPERIMENTAUX !

Enfin, en analysant les autorisations de mise sur le marché délivrées pour les vaccins et le droit positif appliqué, il n’est pas possible juridiquement de rendre la vaccination anti-covid obligatoire car, malgré le caractère exceptionnel de la situation sanitaire créée par le Covid 19, on ne peut pas occulter le caractère inédit des procédés vaccinaux utilisés.

En conséquence, l’autorisation de mise sur le marché donnée en procédure accélérée par l’Agence européenne des médicaments (EMA) est conditionnelle en raison de l’absence de données cliniques suffisantes qui doivent être complétées. Il n’y a donc aucun doute sur la nature expérimentale de la vaccination en cours. D’ailleurs, la formule « essai clinique » utilisée par l’EMA confirme bien le caractère expérimental de la vaccination qui oblige à recontextualiser son usage. Et dans ce domaine, le droit interne comme le droit international ont depuis longtemps construit le principe de consentement du sujet comme garde-fou pour empêcher toute dérive (consentement libre et éclairé recueilli par écrit après délivrance de l’information prévue – code de la santé, article 112-1-1).
Ainsi, ce principe du consentement du sujet établi constitue un obstacle à l’obligation vaccinale aussi longtemps que les phases de tests cliniques ne seront pas terminées (le rapport final de l’étude clinique de Pfizer sera remis en 2023, celui de Moderna fin 2022, celui d’AstraZeneca mi-2022, celui de Johnson & Johnson fin 2023).

Pour résumer, une obligation vaccinale dans un contexte d’expérimentation se heurtera assurément à la sanction du juge d’autant plus que le droit français est fondé sur le principe de l’inviolabilité du corps humain.

LE PASS SANITAIRE, UN OUTIL LIBERTICIDE

Le président de la République est bien conscient de l’impossibilité d’imposer l’obligation vaccinale. C’est la raison pour laquelle il veut – pour mener son dessein à terme – mettre en place le pass sanitaire, un instrument liberticide, un moyen de pression contraire au droit et aux obligations pour l’Etat de respecter les règles édictées par l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, un moyen de chantage infâme pour forcer les non-vaccinés à se soumettre pour pouvoir vivre et circuler, comme les vaccinés, à présent en semi-liberté, tous contrôlés par un système de  surveillance des masses qui se met en place.

C’est la liberté et les droits de l’homme et du citoyen qui sont niés par un président de la République déconnecté de la vie quotidienne et des souffrances des Français et dorénavant engagé dans une dérive tyrannique contraire au bien commun et à l’intérêt de l’Etat et de la nation. Il serait bien avisé d’évaluer les conséquences de sa démarche anti-démocratique. Il n’a probablement pas pris la mesure de la colère d’une grande partie des Français qu’il néglige avec arrogance et mépris.

Attention à l’effet boomerang ! Comme me l’écrivait, en 2017, Jean Raspail dans un échange de courrier dans lequel nous évoquions la situation de la France : « Tout cela finira très mal, c’est à dire bien ».

Général (2s) Antoine MARTINEZ

 

 

 

 


Candidat à la présidence de la République

15 juillet 2021

5 13 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

17 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Montebello
Montebello
27 juillet 2021 13 h 06 min

Excellent tribune. Parfaite argumentation. Avec le général Martinez, j’espère qu’en 2022 (l’idéal serait même avant cette date) notre pays sera débarrassé de ce qu’il faut bien nommer avec Florian Philippot un « odieux dictateur, qui, dans un SMS à Véran a traité les Français récalcitrants à son soi-disant vaccin de « connards ».
Il suffit de taper ce mot dans Google pour retrouver la trace de cette marque de considération toute particulière.
Merci au général Martinez.

Pellerm
Pellerm
27 juillet 2021 10 h 41 min

C’est faire trop d’honneur à Macron en parlant de « dérive autocratique » ..
Mr Macron n’est rien d’autre qu’un tout petit pion au service de ses Maîtres Mondialistes…et force est de reconnaître qu’il est, pour notre malheur , un Serviteur zélé , parfaitement soumis et obéissant ….Un esclave avant nous …!! C’est le 1er de la classe ..!!!

Claude Roland
Claude Roland
27 juillet 2021 10 h 33 min

L’assemblée parlementaire du conseil de l’Europe, dans sa résolution 2361/2021 dont vous parlez n’a qu’un pouvoir consultatif. En dehors des articles 16.1 à 16.9 du chapitre II du Code Civil, et de l’article 112-1-1 du Code de la santé publique, il y a la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002, art. L1111-4 qui va dans le même sens, mais il apparaît évident que Macron & Cie foulent la loi française sans vergogne ! On dit que « nul n’est sensé ignorer la loi« , mais ils comptent bien que tout le monde l’ignore ; cela les arrange ! L’ignorance générale aussi. Notez… Lire la suite »

Dorylée
Dorylée
27 juillet 2021 9 h 55 min

Si à l’issue de l’élection présidentielle on décompte 64 999 997 bulletins blancs ou nuls , 2 bulletins pour et 1 contre, il est élu avec 66.66% des suffrages exprimés. Le système électoral français est ainsi fait. Messieurs-dames les abstentionnistes et autres blanchisseurs, faites vous une raison ou réveillez vous.

Claude Roland
Claude Roland
27 juillet 2021 10 h 35 min
Répondre à  Dorylée

L’interdiction des non-vaccinés à aller dans les bureaux de vote est validée finalement. Les non-vaccinés voteront par courrier physique ou électronique, ce qui garantira la fraude comme aux USA. Et Macron sera réélu… On peut parier…

Berthelage
Berthelage
25 juillet 2021 15 h 04 min

Salut ! J’ai vu à la télé que le président Macron a voyagé au Japon, en Polynésie… Est-ce que c’est ça son travail ? Moi j’appelle ça des vacances… Il traite d’égoïstes les français non-vaccinés avec les vaccins américains ou anglais, alors qu’il dépense des sommes folles pour lui et sa femme et ses amis en voyages, en banquets etc… Il vit comme un roi dans les châteaux de la famille royale de France et il fait sa loi inique qui opprime les français pauvres. C’est le président Macron qui est un égoïste insensé, il gaspille les euros du peuple… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
27 juillet 2021 10 h 37 min
Répondre à  Berthelage

Mais c’est ça un dictateur, chère Madame. Il n’y a pas qu’à l’étranger dans le tiers-monde que ça existe ! Vous croyez que le peuple français en était protégé ?!
Nous ne sommes pas dans le monde de Walt Disney ! Il faut se réveiller à la réalité !

Joséphine
Joséphine
17 juillet 2021 7 h 06 min

Oser faire de la grippe saisonnière une arme baptisée Covid19, le machiavélique Macron l’a fait. Lors d’un discours télévisé, il n’a eu de cesse de marteler, une dizaine de fois, avec la gueule de circonstance : « Chers Français, Nous sommes en guerre ». C’était contre le covid alors que la vraie guerre à mener était celle contre les islamistes qui nous envahissent tous les jours. Le psychopathe ultra dangereux se sert aujourd’hui de son arme pour nous interdire de VIVRE. Je refuse la vaccination et mon étoile jaune est prête. « Nicht Geimpft (pas vaccinée) Quand je vois passer des retraités qui… Lire la suite »

claude guyard
claude guyard
16 juillet 2021 13 h 59 min

Macron est malheureusement un psychopathe qui a été élu dans des conditions douteuses et qui se maintient dans l’opinion des Français en raison de l’extravagante manipulation des médias et le totalitarisme du politiquement correct. Je pense pour ma part en effet qu’il utilise la crise sanitaire actuelle pour imposer ses idées délirantes et surtout pour ne régler aucun des problèmes qui menacent dans l’immédiat la France, l’immigration invasive africaine et rabot musulmane et sa démographie génère un génocide socioculturel de la population de souche. Je pense qu’il faut par tous les moyens possibles que Macron ne soit pas présent au… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
23 juillet 2021 8 h 54 min
Répondre à  claude guyard

Que Macron soit un psychopathe, les faits semblent l’avérer. Cela dit, qui l’a élu ? Est-il venu à la présidence par l’opération du St Esprit ?! La responsabilité des Français est énorme, colossale. Quand le vin est tiré, il faut le boire. Cela fait plus de 50 ans qu’ils croient au père Noël et se croit aussi dans le monde de Walt Disney ! Faut-il qu’ils descendent en enfer pour ENFIN comprendre et retrouver raison ? Il va falloir aussi que les Français retrouvent le mot courage au lieu de s’abstenir de voter car l’abstentionnisme ne signifie pas dire « non »… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
23 juillet 2021 9 h 20 min
Répondre à  Claude Roland

Rectification : l’interdiction de vote, c’était un amendement qui a été rejeté pour l’instant.

Gilbert et paule BOUVARD
Gilbert et paule BOUVARD
26 juillet 2021 15 h 40 min
Répondre à  Claude Roland

Qui l’a élu ? seulement les suppots de la banque rotchild and C° allons-nous supporter encore longtemps ces faits avérés ?
ou réagir en combattants FRANCAIS ? pour l’honneur le devoir, le respect de notre PATRIE !

Zglb
Zglb
26 juillet 2021 16 h 30 min
Répondre à  Claude Roland

Je ne crois pas à l’élection légale de Macron, pas plus qu’à celle de Biden d’ailleurs.

Pellerm
Pellerm
27 juillet 2021 10 h 28 min
Répondre à  Claude Roland

Il suffirait pour cela , de reconnaitre et comptabiliser les votes blancs …le peuple en a marre de se déplacer pour rien et de ne pas être entendu .
Voter blanc signifie que nous n’avons le choix qu’entre la peste et le choléra et que ni l’une ni l’autre ne nous tente ..

Zglb
Zglb
26 juillet 2021 16 h 27 min
Répondre à  claude guyard

Eliminé et sanctionné sévèrement.

Claude Roland
Claude Roland
27 juillet 2021 10 h 38 min
Répondre à  Zglb

Je demande vraiment à voir !!!!

Zglb
Zglb
28 juillet 2021 0 h 28 min
Répondre à  Claude Roland

Moi aussi.

17
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank