RÉFÉRENDUM CALÉDONIE : LE « BLUFF » KANAK POUR GAGNER ! (L’Imprécateur)

Dans trois semaines les habitants de la Nouvelle-Calédonie vont voter pour ou contre l’indépendance de ce territoire du Pacifique encore français et qui tient une place vitale dans la géostratégie du Pacifique Sud.

Déjà en 1942 c’est de là qu’est partie la contre-attaque contre le Japon qui se préparait à conquérir l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, les puissances du Pacifique, en tête les Etats-Unis qui en sont riverains et les Anglais, l’Australie et la Nouvelle-Zélande bien évidemment, mais aussi le Japon, les Philippines, etc comptent à nouveau sur la Nouvelle-Calédonie pour être le verrou qui bloquera l’avancée militaire et coloniale de la Chine déjà arrivée jusqu’au Vanuatu à quelques centaines de kilomètres de Nouméa à vol d’oiseau.

 

 


QUI A VOULU CE RÉFÉRENDUM ?

Ce troisième référendum doit avoir lieu dans un mois, le 12 décembre (*). Il avait été demandé par les indépendantistes kanaks et les quelques socialo-communistes calédoniens, en avance sur le programme de l’Accord de Nouméa qui le prévoyait en 2022. Ils pensaient que la victoire de indépendantistes était assurée d’avance puisqu’ils avaient conquis la majorité à l’Assemblée  territoriale et au gouvernement. 

Puis la gestion calamiteuse du gouvernement par le président kanak Mapou a créé des dissensions chez les kanaks, mais aussi avec ceux des Iles Loyauté qui font partie de l’archipel calédonien. Le doute s’est insinué sur la victoire indépendantiste au référendum, annoncée comme inéluctable.

Par peur de perdre, le FLNKS (Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste) a demandé le report du référendum en 2022, prétextant d’abord le Covid, puis qu’il n’avait pas eu le temps de s’y préparer.

Hors de question a répondu le gouvernement français, la date est connue depuis 2018, signature de l’Accord de Nouméa, vous prêchez pour l’indépendance depuis 43 ans sans avoir jamais fait d’effort pour convaincre le camp adverse qui, lui, a fait beaucoup de concessions, il faut savoir à un moment donné s’arrêter et passer aux l’actes.

Fureur du FLNKS, qui annonce le boycott du référendum par les indépendantistes, la guerre civile s’il est maintenu, et une plainte à l’ONU.

Le gouvernement ne cède pas au chantage et maintient la date du 12 décembre.

Euphorie chez les loyalistes, aussi bien européens, « caldoches » (les créoles calédoniens), asiatiques, polynésiens ou canaques partisans du maintien du statut colonial car le niveau de vie en Calédonie, l’un des plus élevés dans le Pacifique, dépend largement des aides financières de la Métropole. D’autant plus que la Calédonie est déjà presqu’indépendante. Elle a un gouvernement, des assemblées provinciales, fait ses lois, pratique des relations libres avec les pays de la région ; reste le lien avec la métropole qui garantit la prospérité et la sécurité.

Le référendum est gagné d’avance pensent les loyalistes.

Et puis un ami polynésien m’envoie sans commentaire la copie d’un mail signé de mes initiales qu’il a reçu en provenance de Calédonie (où je n’habite pas actuellement).
L’auteur inconnu souhaite apparemment que j’exploite son mail pour alerter les loyalistes afin qu’ils sachent qu’il y a un piège énorme tendu par les kanaks et que les loyalistes vont tomber dedans.

LE MAIL DU LANCEUR D’ALERTE (INCONNU MAIS CRÉDIBLE)

Publié par (l’Imprécateur), dit-il ! 

Le NON n’a pas encore gagné ! (*)

Il ne faut pas négliger la ruse chez nos adversaires (les indépendantistes) au Référendum du 12/12.
Le mouvement indépendantiste est hélas pétri d’idéologie marxiste, laquelle a bien vérifié en un siècle que la fin justifiait les moyens, tous les moyens. Localement l’UC
(Union Calédonienne, un vieux parti dont le slogan était Deux  couleurs, un seul peuple, qui a basculé dans l’indépendance raciale kanak) et le Palika (Parti de Libération Kanak, extrême gauche) très bien conseillés n’ont jamais manqué d’utiliser tous les leviers possibles pour parvenir à leur fin.
Tant et si bien qu’ils ont obtenu le gel du corps électoral
!

(Pour info, ce gel est un acte anti-démocratique imaginé en 1998 par un préfet socialiste conseiller de Jospin pour la Calédonie. Il a consisté à geler le corps électoral des pro-France après l’avoir amputé de 39 500 électeurs, alors que les électeurs canaques continuaient à croitre par l’effet naturel démographique.

Je ne serais pour ma part pas étonné qu’il soit dans quelques années démontré que l’abstention du parti travailliste (socialiste) au Référendum n°1 (2018) était organisée au sein du Front pour garantir une progression des voix au Référendum n°2 (2020). L’instrumentalisation des tragédies de quelques-uns (décès Covid et vaccins) pour rendre crédible un prétendu boycott qui tombe trop bien pour les partisans du NON(*) n’est peut être que le meilleur moyen de communication possible pour gruger le camp loyaliste et démobiliser ses électeurs en leur faisant croire que la victoire du NON est assurée car peu de partisans de l’indépendance iront voter.

Vu l’enjeu, qui veut qu’on ressemble à ces sportifs qui lèvent les bras et tombent avant la ligne d’arrivée ??? Comme l’a dit LOULOU (Surnom de Louis Kotra Uregeï, patron multi millionnaire de plusieurs entreprises, président à vie de l’USTKE, Union  des Syndicats des Travailleurs Kanak Exploités), « ce sont les poubelles de l’histoire » qui nous attendent si on perd. En face ils (les indépendantistes) ne risquent que le statu quo au sein d’un Etat démocratique.

Il faut donc rester mobilisés et aller voter le 12.

C’est difficilement compréhensible pour qui ne connait pas à fond l’histoire, les institutions et le passé récent de la Nouvelle Calédonie ! Mais le piège est simple.

Les indépendantistes ayant annoncé qu’ils ne voteront pas, certains des loyalistes confiants dans leur victoire assurée se démobiliseront et choisiront d’aller se baigner, pique-niquer sur les ilots du lagon,… mais les indépendantistes iront voter en masse, (le Palika fait actuellement le tour des tribus pour leur expliquer le plan), et gagneront le référendum.  

L’ÉTAT FRANÇAIS EST-IL INNOCENT DANS CETTE TROMPERIE ? 

L’État socialiste métropolitain est-il innocent dans cette tromperie ? C’est peu probable.

Le corps électoral loyaliste, réduit artificiellement en 1998 par l’amputation de près de 40 000 électeurs supposés loyalistes en raison de la couleur de leur peau ou de leur nom de famille non-canaque et le gel de ce corps électoral, c’est lui.

Organiser 3 référendums espacés de deux ans pour donner une chance supplémentaire aux indépendantistes de gagner là où l’ONU demandait un seul référendum, c’est encore lui.

Et maintenant imposer que le référendum ait quand même lieu alors qu’il pouvait être annulé, les indépendantistes ayant admis leur défaite en refusant de voter, c’est toujours lui qui leur a probablement, par la bouche du préfet socialiste toujours à Nouméa, soufflé l’idée de faire croire aux loyalistes qu’ils allaient gagner puisque les indépendantistes s’abstiendraient, c’est toujours l’État.

Et cela explique peut-être la phrase récente et ambigüe du ministre des Outremers Sébastien Lecornu pour rassurer la gauche qui l’interrogeait à son retour de Calédonie. Ne vous inquiétez pas, la Calédonie reste à décoloniser« , ce qui est le désir le plus cher d’Emmanuel Macron : pouvoir se vanter avant la présidentielle d’avoir décolonisé la Calédonie contre la volonté de la majorité (65 %) de sa population qui a le tort de ne pas être noire de peau comme la minorité.

De plus, si l’indépendance est annoncée le 12 décembre au soir, tous ces français qui avaient le droit de voter pour la présidentielle ne le pourront plus, obligés d’attendre que le nouveau gouvernement de Kanaky ait fixé les règes de vote des communautés. Soit environ cent mille voix de moins qui auraient voté contre Macron.

LE SÉNAT CONFIRME, L’ÉTAT SOCIALISTE A SOUTENU LE TERRORISME

Il faut rappeler qu’en 1984-85, quand les terroristes du mouvement indépendantiste kanak avaient attaqué partout, en « brousse » comme en ville, les civils, les commissariats et les gendarmeries, les mairies, ils ont bénéficié au sein de l’État français de complicités criminelles, justifiées par l’idéologie socialiste., ce que rappelle le rapport n° 105 du Sénat : les incendies, les barrages à la circulation, l’occupation des mairies et des gendarmeries se sont accomplis ans aucune réaction des pouvoirs publics, le Haut commissaire s’inclinant devant les faits dont la délégation (sénatoriale) n’a pu avoir l’assurance qu’ils faisaient ou feraient tous l’objet d’une procédure et de poursuites.
(Conséquence)les émeutiers ont eu le sentiment que, le pouvoir les laissant faire, ils pouvaient engager des actions de plus en plus violentes…
Le gouvernement socialiste ne saurait éluder sa responsabilité dans les désordres et la déstabilisation recherchée par les indépendantistes ».

Le Sénat rappelle aussi que s’il incombe à tous les services de l’État, police, gendarmerie, armée, sécurité civile de lutter contre le terrorisme, c’est aussi « le devoir de chaque citoyen qui devient dans ces circonstances un soldat de la loi pour protéger la collectivité menacée« .

L’Imprécateur
18 novembre 2021

* Il est important de se souvenir que la question posée est la même que pour les référendums de 2018 et 2020, est :
« Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ».
Autrement dit, si le « OUI » l’emporte, la Calédonie deviendra indépendante.
Elle restera française si le « NON » l’emporte.

blank

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Richard
Richard
23 novembre 2021 11 h 57 min

le Japon, tout comme l’Australie et les USA regardent d’un œil intéressé les ressources pétrolières qui entourent les lagons, sachant qu’il ne reste plus que cette production à récolter, les pauvres Français ne comprendront jamais l’intérêt de garder ces iles que nous avons tant financé. Perdre ces Iles , c’est perdre un PIB important.

lepatriote1111
lepatriote1111
24 novembre 2021 12 h 22 min
Répondre à  Richard

Bonjour , et la Chine qui se tient en embuscade lorgnant aussi sur l’immense mine de nickel et surtout les richesses des fond marins de la zee , qui d’après les recherches il y aurait d’importants gisements de nodules polymétalliques , quel magnifique cadeau va faire l’état français si le oui l’emporte aux autres puissances de la région pacifique .

Yvan La Méche
Yvan La Méche (@piedspoings)
22 novembre 2021 22 h 55 min

1-Pour moi cette stratégie Allah mord moi le noeud relève du pur phamtasme !
2-LKU est en France à se faire soigner d’un cancer.
3-TOUS les calédoniens auront le droit de voter pour les présidentielles en cas de OUI, car il y aura une période de transition de 3 ans (pour le moment……..)
4-Un 4° référendum est prévu aprés le 12/12, quelquesoit le résultat !……….
5-L’épicerie continue……

Dorylée
Dorylée (@gloriamaris)
22 novembre 2021 20 h 51 min

Sila Nouvelle Calédonie devient indépendante, elle deviendra….une île chinoise.

René Varenge
20 novembre 2021 18 h 12 min

Si le oui l’emporte que va devenir la Nouvelle Calédonie ? Combien de nation vont vouloir « l’aider » pour s’emparer de ses richesses ?

lepatriote1111
lepatriote1111
19 novembre 2021 11 h 26 min

Concernant le référendum pour ou contre l’indépendance de la Nouvelle Calédonie , si le non l’emporte , ces corrompus de politichiens referont voter les Calédoniens jusqu’à ce que le oui l’emporte , je n’ai jamais vu au cours de ma vie que l’on refasse voter des insulaires jusqu’à l’obtention du choix politichien , tout ceci est contre la Constitution , c’est de la Haute trahison , et même de la Félonie , tout cela se paiera dans un avenir proche , tous ces assassins corrupteurs n’y échapperont pas , ils paieront au centuple leurs crimes contre le peuple souverain !

Phil2
Phil2
18 novembre 2021 3 h 48 min

Bon article, merci !
Je crains fort que ça bougera dans pas longtemps !
Un des 40000

D’Estretefonds
D’Estretefonds
24 novembre 2021 8 h 37 min
Répondre à  Phil2

Vivant ici depuis quelque temps ( mes ancêtres sont enterrés ici) je me permets de vous apporter les précisions suivantes. Certes les socialistes ont mis ici une belle pagaille mais c’est Mitterrand qui a donné l’ordre de donner «  un coup d’arrêt » au leader des «  agitateurs » ( Machoro) et le Gign l’a tué net! C’est Fillon qui a eu l’idée de dresser les couleurs du parti indépendantiste à côté des couleurs de la France! Enfin c’est Chirac qui a supprimé le droit de vote à 40000 bons français qui en général payent leurs impôts sur place! Depuis cette lointaine… Lire la suite »

L'Imprécateur
Administrateur
L'Imprécateur (@imprecateur)
24 novembre 2021 18 h 06 min
Répondre à  D’Estretefonds

Tout cela est exact. En 1984, j’étais Délégué pour le Pacifique de Sipca-Promotion à Nouméa et j’ai été vice-président du 1er C.E.S. Je connaissais bien Michel Rocard, un administrateur de Sipca. J’avais embauché le jeune Tjibaou sur lequel Jacques Lafleur avait des visées politiques, mais finalement Lafleur lui préféra Dick Ukeiwé et Tjibaou bascula par dépit côté indépendantiste. Puis en 1985 j’ai proposé à Rocard une pause de dix ans pour négocier une accord de paix durable, clos par UN référendum entériné par l’ONU. « Il faut convaincre Lafleur et Tjibaou » me dit Rocard, ce que je fis, si bien que… Lire la suite »

9
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank