TROMPETTES DE JÉRICHO (rien ne peut arrêter un peuple en marche) – Jean Goychman

 

 

Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée.

Quand Josué rêveur, la tête aux cieux dressée,
Suivi des siens, marchait, et, prophète irrité,
Sonnait de la trompette autour de la cité,
Au premier tour qu’il fit le roi se mit à rire ;
Au second tour, riant toujours, il lui fit dire :
– Crois-tu donc renverser ma ville avec du vent ?
À la troisième fois, l’arche allait en avant,
Puis les trompettes, puis toute l’armée en marche,
Et les petits enfants venaient cracher sur l’arche,
Et, soufflant dans leur trompe, imitaient le clairon ;
Au quatrième tour, bravant les fils d’Aaron,
Entre les vieux créneaux tout brunis par la rouille,
Les femmes s’asseyaient en filant leur quenouille,
Et se moquaient, jetant des pierres aux Hébreux ;
À la cinquième fois, sur ces murs ténébreux,
Aveugles et boiteux vinrent, et leurs huées
Raillaient le noir clairon sonnant sous les nuées ;
À la sixième fois, sur sa tour de granit
Si haute qu’au sommet l’aigle faisait son nid,
Si dure que l’éclair l’eût en vain foudroyée,
Le roi revint, riant à gorge déployée,
Et cria : – Ces Hébreux sont bons musiciens ! –
Autour du roi joyeux, riaient tous les anciens
Qui le soir sont assis au temple et délibèrent.

À la septième fois, les murailles tombèrent.

Jersey, septembre 1853.

Victor Hugo, Les Châtiments, 1852.

 

 

Rien ne peut arrêter un peuple en marche. C’est tout le sens de l’œuvre de Victor Hugo « Les Châtiments »

Le septième livre annonce la chute de l’Empire. Il s’ouvre symboliquement sur ce poème consacré à la chute de Jéricho. Josué avait reçu de Dieu l’ordre d’en faire sept fois le tour, en sept jours, au son de sept trompettes.

Cette métaphore montre combien les empires humains sont fragiles et combien ceux qui règnent ont tort de se croire à l’abri. Intellectuellement verrouillés dans le tunnel de leur propre succès, isolés dans leurs palais dans lesquels les clameurs des peuples ne parviennent pas, ils sont toujours les derniers à réaliser l’immense menace qui va les emporter.

C’est souvent à l’instant même où ils pensent avoir gagné que le petit ruisseau, nourri par tous ses affluents, devient le fleuve impétueux qui va tout entraîner sur son passage. 

Jean Goychman
14 février 2022

blank

 

blank

 

 1,256 total views,  4 views today

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dorylée
Dorylée
24 février 2022 9 h 57 min

On adhère pleinement à cette métaphore, on la souhaite, on l’envie mais les peuples eux-mêmes ont bouché les trompettes et épaissi les murs. Les yeux du Peuple Français vont-ils enfin se dessiller qu’ils se mettent eux aussi à la trompette ?

Martel
Martel
14 février 2022 19 h 27 min

Tout laisse à penser un aspect prédictif à ce rappel de Victor Hugo Merci à l’auteur. Ce vent qui s’est levé si insignifiant aux yeux de ceux qui se croient inatteignables semble bien annonciateur de la tempête à suivre.

Quantin
Quantin
14 février 2022 12 h 54 min

Merci Jean pour ce rappel, toujours un plaisir de te lire.
Francis

3
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank