LE ROUBLE, ARME DE DESTRUCTION MASSIVE DE L’ÉCONOMIE EUROPÉENNE ? (Jean Goychman)

D’une manière assez sibylline, Vladimir Poutine a déclaré que, désormais, le paiement du pétrole et du gaz russe se ferait avec des roubles. Sergueï Lavrov, ministre russe des affaires étrangères, a justifié cette décision par le gel des avoirs russes en occident. Jusqu’à présent, le dollar, monnaie dite « de réserve internationale » depuis les accords de Bretton Woods de 1944, était utilisé pour ces paiements, comme pour l’immense majorité des échanges internationaux.
Cette règle s’appliquerait essentiellement aux pays jugés « inamicaux », essentiellement les USA et l’Union Européenne.

 

 

UN CHOIX « CORNÉLIEN »

Ces pays clients de la Russie vont se trouver face à un dilemme. Pour les États-Unis, qui ont décrété l’embargo des produits en provenance de la Russie, à l’exception notable de l’uranium dont la ressource nationale est insuffisante, le problème ne se pose pas en raison de la faible part du marché russe dans le total de leur approvisionnement.

Pour les pays de l’Union Européenne, les choses sont beaucoup plus préoccupantes. L’Allemagne, leader économique européen, est très largement dépendante du pétrole et du gaz russes. Mais elle n’est pas la seule.

Le site Futura Sciences a publié une étude qui récapitule les niveaux de dépendance des pays de l’Union Européenne aux importations russes. On comprend qu’un certain nombre d’entre eux aient préféré  conserver une certaine neutralité dans le conflit russo-ukrainien.

La France est dans une position moyenne. Moins dépendante du gaz, elle a cependant un besoin crucial du pétrole russe, au moins pour le futur immédiat.

Ces pays devront opter, naturellement à titre individuel, pour renoncer purement et simplement à leurs achats ou accepter le paiement en roubles. Ceci ne va pas dans le sens d’une union renforcée.

LES DEUX OPTIONS SONT DANGEREUSES POUR L’ÉCONOMIE EUROPÉENNE

Se priver des importations russes implique dans la plupart des cas de diminuer la consommation énergétique, qu’elle soit domestique ou industrielle. Hormis le coté nécessairement impopulaire qu’entraînerait de telles mesures pour le quotidien des gens, ce n’est peut-être pas le plus grave.

Sur le plan industriel, ce serait probablement beaucoup plus dramatique. Les conséquences sur la production se traduiraient par une importante chute d’activité avec toutes les mesures sociales qui en découlent. On peut penser qu’une partie de l’opinion publique de ces pays rendrait la Russie responsable de ses malheurs mais il y a gros à parier qu’une autre partie non négligeable verrait dans les décisions de ses gouvernants la source de ces épreuves qu’ils doivent, malgré eux, subir.

D’un autre coté, accepter ce mode de paiement n’est pas sans risque non plus. Premier problème : comment se procurer des roubles en quantité suffisante ? Cette monnaie circule essentiellement en Russie, et probablement dans les pays limitrophes pour l’usage des transfrontaliers, mais on ne peut dire qu’elle soit très utilisée – du moins jusqu’à présent – pour les échanges internationaux.

Le rouble est contrôlée uniquement et intégralement par la banque de Russie, et il lui appartient d’émettre ou non de la monnaie en quantité suffisante. Sur quels critères le fera t’elle ?

LE CRÉPUSCULE D’UN GÉANT ?

Depuis les accords de Bretton Woods en 1944, et plus particulièrement après le discours du 15 août 1971 de Richard Nixon mettant un terme à la convertibilité-or du dollar, la monnaie de loin la plus utilisée est le dollar américain.

Depuis plusieurs décennies, cette monnaie de double nature (domestique et internationale) a largement contribué à maintenir le leadership économique et financier mondial des États-Unis.

En tant que monnaie domestique, elle est émise et contrôlée par la Réserve fédérale (FED), qui crée de la monnaie fiduciaire en contrepartie de bons du Trésor américain. Et cette monnaie doit être en quantité suffisante, puisque c’est également une monnaie internationale, pour permettre les transactions que le libre-échange et la mondialisation ont fait croître exponentiellement.

On voit tout de suite l’intérêt qu’ont les États-Unis à utiliser ce double aspect du dollar, grâce auquel ils font régler leurs déficits budgétaires par la communauté internationale.

Mais cela leur permet également, et c’est probablement un abus de droit, d’extra-territorialiser le droit américain à peu près partout dans le monde. Malheur aux entreprises internationales qui ne se soumettent pas aux diktats de la justice américaine, et qui peuvent se voir interdites d’utilisation du dollar. En France, BNP, Airbus et Alstom, entre autres, en ont fait les frais.

UNE ATTAQUE DIRECTE CONTRE LE DOLLAR

blank

En imposant l’utilisation du rouble, la Russie attaque directement une des pièces-maîtresses de la finance anglo-saxonne, comme l’appelait le Général de Gaulle. Depuis plusieurs années, la position internationale du dollar est remise en question, notamment par les pays « émergents » mais pas uniquement.

Le problème que pose le dollar à l’économie internationale, est qu’il a été émis en quantités invraisemblables depuis 2008 et la crise des « subprimes ». Tant que cette masse de monnaie émise quittait le territoire américain pour ne jamais y revenir, ces émissions ne généraient pas beaucoup d’inflation.

Afin d’éviter une faillite généralisée des banques américaines dites « systémiques », le Trésor américain a demandé à la FED de créer de la monnaie à tout va, en appelant pudiquement cela de faire du QE (quantitative easing) pour venir au secours des banquiers imprudents et trop cupides qui avaient laissé leur en-cours de prêts grimper exagérément, au détriment de leurs fonds propres, qu’ils devaient reconstituer d’urgence.
Il était alors plus que jamais indispensable de conserver le rôle international du dollar pour que tout ne s’écroule pas. D’aucuns se souviennent de la phrase resté célèbre de O’Connaly en 1971 : « Le dollar est notre monnaie et c’est votre problème »

Tout ceci ne pouvait se faire qu’avec un taux d’intérêt très faible, voire nul.
Mais le contexte international évolue et les « ateliers du monde », et notamment la Chine, l’Inde et la Russie » pèsent plus à présent que les USA.

DOUBLEMENT GAGNANT

Vladimir Poutine sait naturellement tout cela et les sanctions prises par le monde occidental lui ont fourni une occasion en or pour appuyer là où cela peut faire mal. Il joue un coup qui le fait gagner sur deux tableaux à la fois. Premier effet, la remontée du rouble qui s’est beaucoup dévalué depuis l’entrée en guerre. Il suffit de voir les cours actuels des monnaies. Cela va lui permettre de davantage financer les opérations militaires.

Ensuite, et c’est probablement le plus important, il va affaiblir le dollar et surtout menacer toute les économies occidentales, dont les échanges se font surtout en dollars et en euros, mais qui sont très interdépendantes. Le danger pour la zone euro vient d’une remontée des taux de la FED, afin de revaloriser le dollar, qui ferait baisser l’euro si la BCE ne suivait pas cette remontée. Et si la BCE augmente ses taux, nombre de pays de l’UE risquent le défaut et certaines banques systémiques risquent la faillite

Quoiqu’en dise le Ministre des Finances Bruno Lemaire, vouloir « tuer l’économie russe » n’est peut-être pas une très bonne idée, surtout si notre propre économie se trouve largement dépendante de ce pays, et il ne faut pas trop compter avec la solidarité américaine, ou plutôt de celle de « l’Etat profond américain qui, probablement, va avoir « d’autres chats à fouetter ».

Jean Goychman
25 mars 2022

blank

 

 

 

blank

 240 total views,  4 views today

5 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

10 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
.Jacques Boutté
.Jacques Boutté
9 avril 2022 14 h 26 min

Deux constats : 1°) Celui qui a la main sur le robinet est maître du jeu .
2°) Le Rouble qui avait chuté le mois dernier est en train de remonter !
Parallèlement les Européens qui ne voulaient pas d’Armée réinvestissent en armes U.S.

jean
jean
5 avril 2022 8 h 01 min

Nous avons bien vu comment Mr Poutine traite le valet de^pied des us à 30mètres tellement il pue

Alain BERNARD
Alain BERNARD
4 avril 2022 14 h 47 min

Bonjour . Merci de toutes vos informations permettant de se faire une opinion non orientée .
Amitiés

Gloriamaris
Gloriamaris
30 mars 2022 10 h 17 min

Vladimir POUTINE est un pragmatique et, quoiqu’on en dise, un modéré : la Russie a mis 30 ans à réagir aux provocations occidentales ! S’il avait pris un coup de sang et coupé le gaz, l’Europe serait aujourd’hui au fond du trou, les Allemands en tête avec leur 100 milliards de budget des armées et aucune énergie pour son industrie. Mais il n’est pas trop tard…

Phil2
Phil2
27 mars 2022 4 h 42 min

C’est nous qui allons en ch….er !

Martel
Martel
25 mars 2022 17 h 28 min

Qui soulève le vent récolte la tempête elle arrive avec les contre sanctions

Roger Galinié
Roger Galinié
25 mars 2022 16 h 57 min

Je crains pour nous que Poutine soit beaucoup plus intelligent que nos propres dirigeants…

Thierry
Thierry
28 mars 2022 9 h 56 min
Répondre à  Roger Galinié

Il n’ y a pas de mal. Nos élites s’y croient, mais sont loin du compte.

armagedon
armagedon
28 mars 2022 16 h 22 min
Répondre à  Roger Galinié

C’est pas difficile, vu l’état cérébral de nos dirigeants

chris83
chris83
30 mars 2022 11 h 40 min
Répondre à  Roger Galinié

Hélas pour nous Vladimir Poutine est un homme très intelligent et qui s’est senti méprisé ainsi que son pays par des occidentaux plein de suffisance. Suite au problème du Dombass que l’Allemagne et la France ont abandonné à son triste sort. Après 8 ans de patience non honorée et ayant de ce fait eu le temps de se préparer avec tout son état major il a affirmé son autorité. On peut donc affirmer que nous avons une grande responsabilité dans l’origine de ce conflit. Maintenant la Grande Russie peut s’auto-gérer alors que nous sommes dépendant de tous les pays possédant… Lire la suite »

10
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank