QUI SONT DONC CES « PROFITEURS » ? (Pierre Duriot)

Pierre Duriot est porte parole du Rassemblement du Peuple Français. Il nous montre les incohérences permanentes d’Emmanuel Macron qui contribuent à nous plonger dans une catastrophe financière sans précédent .

 

 

 

QUI SONT CES « PROFITEURS » ?

Emmanuel Macron, en Bavière, devant la représentation internationale, à l’occasion du G7, a montré son mécontentement face à la hausse des prix de l’énergie qui, selon lui, ne s’explique pas uniquement par le contexte guerrier en Ukraine. Ce n’est jamais que ce qu’explique Michel-Edouard Leclerc depuis quelques semaines. Et de fustiger les « producteurs qui font des surprofits en pétrole et en gaz », alors qu’il est de ceux qui ont initié les sanctions contre la Russie et la spéculation sur les énergies, via un passage par l’Inde et un triplement des tarifs. Il s’interroge sur la « justification réelle » de ces prix qui s’envolent autant, et dénonce :

« Certains producteurs et beaucoup de spéculateurs, qui font beaucoup d’argent sur le contexte géopolitique »,

avant d’enchaîner :

« Est-ce que ça peut durer ? Non ».

MAIS ALORS POURQUOI AGGRAVER ENCORE LA SITUATION ?

Non, ça ne peut pas durer, mais il envisage tout de même un prochain train de mesures coercitives contre Moscou, qui ne va faire qu’aggraver le processus. Et pour une fois, il a le souci de « l’argent du contribuable, qui n’a pas vocation à compenser la spéculation ». On l’a connu moins regardant, avec le même argent public, quand il s’est agi du « quoi qu’il en coûte », pour éponger une situation sanitaire qu’il a créé de toutes pièces. Et encore moins regardant, quand il a payé des vaccins, selon des contrats opaques et dont les effets sont peu perceptibles au niveau du taux de contaminations. Il s’émeut enfin des gens qui ont spéculé et font beaucoup d’argent sur la guerre :

« On appelle ça des profiteurs de guerre », dit-il sans rire.

Le président nous a habitués à dire tout et son contraire, au point que nous n’y prenions même plus garde, mais lors de cette intervention de portée internationale, il atteint le sommet de son art, se contredit d’un discours à l’autre, quitte à passer pour inepte. Des noms, des noms ! A croire que le président a pris sa carte à la France-Insoumise, ou adhéré à un groupe de ce qu’il appelle habituellement les « complotistes ». L’homme des Rothschild, de la dérégulation, qui fait semblant de s’apitoyer sur les malheurs de la mondialisation et qui signe, dans le même temps, un accord de libre-échange avec la Nouvelle-Zélande, nous fait le numéro de l’indignation, devant tant d’injustice. Il demande un changement « des règles de fonctionnement du marché de l’électricité », alors qu’il n’a eu de cesse de faire mourir EDF, en l’obligeant à vendre à perte à des opérateurs privés. Il a également laissé se dégrader les centrales nucléaires qui faisaient notre indépendance, pris de retard dans la transition énergétique, méprisé des solutions techniques intéressantes, tablé sur une voiture électrique qui se rapproche de l’impasse technologique et pour finir, envisage de redémarrer des centrales à charbon. Il ne « comprend pas comment on peut accepter très longtemps, que l’argent du contribuable, dans nos pays, soit utilisé à aider les ménages à pouvoir vivre en temps de guerre et qu’à côté de ça, il y a des gens qui s’enrichissent beaucoup en temps de guerre ». Alors qu’il largement contribué à cette situation et mis sur la paille nombre de nos compatriotes en bloquant l’activité commerciale et industrielle, lors de confinements parfaitement inutiles, en obligeant à un télétravail irrationnel, en licenciant des soignants pour un motif illégal, en privant d’activité de nombreux secteurs d’activité qui se sont retrouvés quasiment à l’arrêt, comme le tourisme ou le spectacle. On ne sait s’il joue la comédie et se paye au passage la tête du peuple, avec un cynisme sans nom, ou s’il ne se souvient pas qu’il est en grande partie à l’origine de la destruction de ce pays. Il aurait été intéressant qu’il donne les noms de ces « profiteurs de guerre », qui doivent être ses bons amis, à tout le moins, de ses bonnes connaissances. La première version est sans doute la bonne : il est cynique à l’extrême, sait parfaitement qui est qui et qui fait quoi. Il favorise même leurs actions, leurs affaires, contribue à démanteler les services publics, qui bloquent à minima la concurrence sauvage, en permettant aux catégories sociales les moins favorisées de continuer à se faire soigner ou à envoyer leurs enfants à l’école.

DES SOLUTIONS POSSIBLES

Si dans la foulée, il entendait dénoncer les profiteurs de guerre, au Rassemblement du Peuple Français, nous avons quelques suggestions pour lui. Diviser par deux le coût du travail et celui des taxes sur les produits pétroliers. Mettre fin au principe de revente par EDF, de l’électricité qu’elle produit, à des opérateurs privés. Investir dans la rénovation du parc nucléaire français, qui est pour 50 %, à l’arrêt. Recentrer l’école sur l’acquisition de compétences et non sur la propagation de l’idéologie « progressiste », la promotion de l’islam et de l’homosexualité. Mettre fin au déferlement de pique-assiettes étrangers sur nos côtes, par la saisie des bateaux négriers modernes et la liquidation des mafias déguisées en ONG. Laisser les ingénieurs travailler et faire émerger les progrès techniques les plus probants, plutôt que de les décréter politiquement. Rétablir l’État de droit sans faillir dans les zones de perte d’influence républicaine et ce « quoi qu’il en coûte », la survie de la nation est à ce prix. Réintégrer les soignants et pompiers licenciés, faute de vaccination. Instaurer un moratoire sur ces vaccins, aux effets inconnus et rendre aux médecins la possibilité de libre prescription, avec des médicaments récemment interdits et qu’il va devenir indispensable de rétablir. Ceci pour les mesures de première urgence, sans oublier un audit des finances publiques, car actuellement, plus personne ne semble savoir où passe l’argent dans ce pays, l’un des plus imposé fiscalement du monde industrialisé. Il ne faut pas caler, profiter de son manque de majorité absolue à l’assemblée. Ce vote inattendu, non prévu par les instituts de sondages, qui donnaient une majorité à Macron après la présidentielle, laisse planer un gros doute sur la régularité du scrutin présidentiel. Comme peut-on terminer à 58 % et prendre une volée de bois vert deux mois après ? Une opposition unie est en mesure de l’arrêter et, en cas de dissolution, de lui infliger un camouflet encore plus sévère de manière à, sinon l’entraver définitivement, l’obliger à rendre son tablier. L’élection de Coquerel, à la commission des finances de l’assemblée, n’est peut-être pas la panacée, mais on peut peut-être espérer que quelqu’un mette enfin le nez dans les dérives impensables de la dépense publique. 

Pierre Duriot

30 Juin 2022

 

blank

 

 

 

blank

 1,302 total views,  3 views today

5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dorylée
Dorylée
6 juillet 2022 14 h 06 min

Si vous attendez du communiste Coquerel le sauvetage de nos finances….

Marjan MONTI
Marjan MONTI
5 juillet 2022 8 h 25 min

Quel pamphlet, Monsieur Duriot. Merci de l’avoir écrit. Vous laissez planer un doute sur les réultats des élections ; je crois qu’il n’y en pas. Ces élections ont été truquées comme est ruqué tout ce que fait Macron. En 2017, un gynco italien doutait déjà des capacités du jeune homme à diriger un pays comme la France. Ce monsieur avait raison. Quand onvoit de quelle façon il a été élu à ce moment , il y a de quoi s’arracher les cheveux. Et quand on voit de quelle façon il défend, non il enfonce la France chaque fois qu’il prononcxe… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
1 juillet 2022 9 h 49 min

Micron est en train de virer dans la pathologie mentale. Poudre blanche aidant ? Toujours est-il que son discours est d’une hypocrisie titanesque teintée de cynisme. Mais dans l’UE, ils parient tous sur « qui ira le plus loin sans que les peuples ne bougent« .
Ils parient sur le niveau d’inertie et de soumission des peuples pour voir jusqu’à quel point ils peuvent se foutre de leur gueule sans qu’ils réagissent.
Pour l’instant, ça marche. Le curseur monte et les gens ne bougent pas… Alors le jeu continue. La population est en anesthésie cérébrale.

Phil2
Phil2
1 juillet 2022 9 h 13 min

Tout est très bien dit, merci.
J’ai la ène envers ce sal….ard et également envers les idiots qui l’ont voté !

Roger Galinié
Roger Galinié
30 juin 2022 20 h 39 min

M. Duriot c’est un plaisir de lire ici vos analyses lucides et vos propositions de solutions ! C’est bien rare d’entendre dire la vérité sur la situation sanitaire, créée de toutes pièces.

5
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank