COMMENT EN EST-ON ARRIVÉ LÀ ? (Jean Goychman)

JEFFREY SACHS PENSE QUE LE POUVOIR DE L’OMBRE EST HORS DE LA RÉALITE

Dans une vidéo récemment mise en ligne, Jeffrey David Sachs se faisait, sans en avoir le moins du monde l’intention, l’écho du discours prononcé par Vladimir Poutine le 30 septembre dernier à Moscou.

Jeffrey Sachs possède une compétence reconnue en tant qu’économiste et il a, à ce titre, conseillé Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies. Il a également été consultant économique auprès d’un certain nombre de gouvernements. Il a, à ce titre, proposé des « plans de sauvetage » à des pays comme la Bolivie, mais également la Pologne et la Russie.

Dans cet interview, il répond à la question de Gorges Biden : « Comment est-on arrivé là ? ».

 

UN CONTEXTE INTERNATIONAL TENDU

La vidéo commence par un rappel des votes du Congrès américain concernant l’envoi d’armes américaines à Taïwan et en Ukraine. Le 22 août 2022, Jeffrey Sachs a publié un article dans la revue « Other News », un article intitulé (traduit en français) : « Le faux récit de l’Occident sur la Russie ».

Il commence par rappeler que le manque de clairvoyance des dirigeants occidentaux peut conduire à une escalade fatale. Le récit suivant lequel l’Occident est le « Camp du Bien » tandis que celui de la Russie et de la Chine est celui du « Mal absolu » est extrêmement dangereux.

C’est une manipulation de l’opinion et non une approche diplomatique en vue de rechercher une solution pacifique.

Interrogé par une journaliste de « Democracy Now » afin de savoir, selon lui, quelle compréhension devrait avoir le monde occidental des conflits actuels avec la Russie et la Chine, il répond que le fait majeur est que l’Occident utilise les armes et non la diplomatie. Les ventes d’armes décidées par les américains pour Taïwan ne rendent ni le monde, ni les États-Unis plus sûrs. Il faut remonter au moins 30 ans en arrière, à la disparition de l’URSS, lorsque certains dirigeants américains se sont mis dans la tête qu’il y avait désormais un monde unipolaire, que les Etats-Unis étaient la seule superpuissance et qu’ils allaient pouvoir « diriger le spectacle ».

Les effets ont été désastreux et depuis 30 ans nous avons eu une militarisation de la politique étrangère américaine.
Une étude de la Tuft University montre qu’il y a eu plus de 100 interventions militaires des Etats-Unis depuis 1991.
Du côté de l’Est de l’Europe, la politique américaine a été exclusivement militaire. Nous armons qui nous voulons et nous décidons seuls qui pourra entrer dans l’OTAN, et peu importe que la sécurité des autres pays soit menacée.

Ces nombreuses interventions ont fini par inquiéter le peuple américain et ceux qui n’en voient pas la justification deviennent nombreux et posent des questions. Nous leur répondons que nous aimons la paix mais que la Russie et la Chine sont si belliqueux qu’ils veulent saper le monde et nous nous retrouvons dans de terribles confrontations. L’affaire ukrainienne pouvait (et aurait dû) être traitée par la diplomatie mais les États-Unis ont refusé. J’ai personnellement contacté la Maison Blanche en disant qu’il y allait avoir la guerre à défaut d’un règlement diplomatique, mais on m’a répondu que c’était hors de propos. Nous avons exactement la même attitude face à la Chine.

blank

Nancy Pelosi

Nancy Pelosi est allée à Taïwan, les Chinois nous ont demandé de nous calmer et, au lieu de cela, nous envoyons des armes à Taïwan. Nous allons ici aussi vers la guerre.

UN MÉCANISME EXTRÊMEMENT DANGEREUX

Il y a 60 ans, éclatait l’affaire des missiles de Cuba. Je l’ai longuement étudiée et j’y ai consacré un livre. Nous jouons un jeu absurde excessivement dangereux. Toute l’approche de la politique étrangère américaine est erronée, mais elle fait consensus entre les 2 parties. De plus, les États-Unis veulent entraîner l’Europe avec eux afin de maintenir leur propre hégémonie sur la planète. Et ceci alors même que l’économie occidentale est déclinante. Par exemple les pays dits « émergents », les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentent plus de 40% de la population mondiale et ont un PIB supérieur à celui du G7.

La chose la plus inquiétante est cette disproportion de pouvoir entre l’Ouest du monde, et spécialement le monde anglo-saxon, qui a commencé avec l’empire Britannique et se poursuit avec les Etats-Unis. Ceci depuis 250 ans, ce qui, à l’échelle du monde, est une très courte période.

La révolution industrielle anglaise, venant du charbon et de la machine à vapeur, a permis la domination militaire de l’Angleterre sur le monde à la fin du XIXème siècle avant que les États-Unis ne prennent la suite après la Seconde Guerre Mondiale. L’empire Britannique s’étendait aux quatre coins du monde et on disait que « le Soleil ne s’y couchait jamais »

Pourtant l’Occident, c’est à dire les États-Unis, le Canada, l’Europe et le Japon – en gros le G7 – ne représentent qu’une petite partie du monde (environ 10% de la population) mais leur mentalité est restée la même : « C’est nous qui dirigeons le monde » et c’est comme ça depuis 200 ans, depuis le début de l’ère industrielle.

Mais les temps ont changé et depuis 1950, après la disparition des empires coloniaux, le reste du monde, ayant retrouvé son indépendance, s’est éveillé à la science et à la technologie, mettant un terme au monopole occidental en la matière.

Cela provoque beaucoup de ressentiment aux États-Unis, où les dirigeants politiques sont totalement ignorants de l’Histoire. Ils voient dans la montée de la Chine un affront aux États-Unis et ils n’admettent pas que ce pays, sortant pourtant d’un siècle et demi de grandes difficultés, puisse venir leur disputer ce qu’ils considèrent comme étant « leur siècle ».

LE DROIT DE DÉCIDER POUR LES AUTRES PAYS

Les États-Unis ont décidé qu’ils devaient à tout prix « contenir » la Chine pour empêcher son expansion. Au nom de quoi ?

Bien qu’ayant dominé la planète durant 250 ans, le monde occidental considère toujours qu’il est le seul à pouvoir le faire et qu’il lui appartient le droit de déterminer à lui seul quelles sont les règles du jeu. C’est une vision incroyablement naïve de croire que les États-Unis, qui représentent 4% de la population mondiale, vont pouvoir édicter les règles commerciales en vigueur en Asie en écartant la Chine. Les prétendues « instances internationales » ou même mondiales qui sont censées traiter chaque pays sur le même pied sont entièrement aux mains de l’oligarchie américaine et des banquiers internationaux.

Après la disparition de l’URSS, Jeffrey Sachs a dû traiter le cas de l’aide financière à deux pays qui étaient dans une situation financière dramatique : la Pologne et la Russie. Il a recommandé d’appliquer la même méthode à l’un comme à l’autre, à savoir les doter d’une aide financière en créant un fonds de stabilisation et d’effacer une partie de leur dette de façon à leur éviter une crise sociale à laquelle pourrait succéder une crise géopolitique.

Ces propositions ont été immédiatement acceptées par la Maison Blanche et refusées d’une façon nette et définitive pour la Russie. Cela correspondait parfaitement à la politique mise en œuvre par le trio Cheney, Rumsfeld et Wolfowitz et qui était devenu le « nouveau projet américain pour le siècle », c’est à dire le maintien de l’hégémonie américaine.

La Russie s’est trouvée dans une situation financière quasi-désespérée et les répercussions se firent sentir longtemps après, C’était aussi le début de l’expansion de l’OTAN et Bill Clinton l’a mise en œuvre. Georges W Bush a poursuivi en se rapprochant chaque fois un peu plus de la Russie et en 2008, il décida, malgré l’avis des dirigeants européens, de l’étendre à l’Ukraine et à la Géorgie, pays ayant une frontière commune avec la Russie.

Cela revenait, de fait, à reprendre le projet d’encerclement de la Russie par la mer Noire, élaboré par Palmerston de 1853 à 1856 au moment de la guerre de Crimée. Il s’agissait bien de construire le monde « unipolaire américain » tout autour de la Russie en lui interdisant tout accès vers le Sud et l’Ouest. C’est de là que viennent toutes les guerres américaines du Proche et Moyen Orient, destinées essentiellement à combattre les pays qui auraient pu aider ou renforcer la Russie.
Ces guerres ont été désastreuses pour ces pays et se sont terminées par une débâcle américaine.

Actuellement, ce plan néoconservateur est à l’apogée sur deux fronts : l’Ukraine et le détroit de Taïwan.

blank

C’est une situation extraordinairement dangereuse et cette politique n’est pas celle d’un pays démocratique, mais celle d’un petit groupe (deep state) qui veut imposer un monde unipolaire sous hégémonie américaine.

L’ERREUR DES ÉTATS-UNIS

Les américains ont commis une erreur fatale en ne voulant pas aider la Russie et en favorisant l’implantation des oligarques. A son arrivée au pouvoir, Poutine n’était ni anti-européen, ni anti-américain. Ce qu’il a constaté, c’est l’incroyable arrogance des Américains, les guerres de l’OTAN, la guerre en Irak, la guerre secrète en Syrie, la guerre en Libye, malgré les votes du Conseil de sécurité de l’ONU.

Tout ceci a contribué à la situation actuelle, due à l’arrogance injustifiée et à une absence de vision de la réalité du monde.

Il est remarquable de constater la convergence du discours de Jeffrey Sachs avec celui de Vladimir Poutine du 30 septembre 2022.

Jean Goychman

11 octobre 2022

blank

 

 

 

blank

 569 total views,  4 views today

5 7 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
ITER78
ITER78
15 octobre 2022 15 h 20 min

Excellent cet article, l’essentiel y est dit. Ce qui me sidère, c’est que nos dirigeants corrompus suivent les ricains comme des toutous en y entrainant tous les Français. De Gaulle avait 100 % raison de rejeter ces faux amis. Pour mon compte, je n’ai pas digéré le projet américain AMGOT; lequel voulait faire de la France un vassal serviable et corvéable. Oui, c’est bien l’Europe de l’Atlantique à l’Oural qu’il aurait fallut réaliser; contre la volonté de nos faux amis. Je termine en ajoutant que nombre de Français auront été bien lâches depuis 60 ans en revotant toujours pour les… Lire la suite »

Joséphine
Joséphine
15 octobre 2022 10 h 01 min

Les ricains avec la CIA, tout comme l’occident, ne veulent surtout pas d’une solution pacifique. Je n’ai jamais cru à la version des médias Français sur les agissements du méchant Poutine en Ukraine. Il ne frappe pas des maternités, des écoles, des civils, il fait exploser des sites militaires des bataillons nazis AZOV.
SOUTIEN à Vladimir POUTINE qui ne se laisse pas intimider par ses ennemis minables. Il ne fallait pas faire exploser une partie du Pont de Crimée. Sa vengeance va être sanglante contre les ordures qui ont commis cet attentat.

.Jacques Boutté
.Jacques Boutté
15 octobre 2022 7 h 12 min

Encore faites-vous abstraction de la guerre contre la Serbie à laquelle nous avons été contraints par les US et qui a conduit à installer en Europe un état islamique et mafieux.

.Jacques Boutté
.Jacques Boutté
15 octobre 2022 6 h 59 min

« le reste du monde s’est éveillé à la science « ? Parlez de l’orient extrême, mais que dire de l’Afrique ? Elle sait utiliser les outils qu’on lui fournit mais ne participe plus à leur invention ni développement depuis que le Kénia et l’Afrique-du-Sud sont retournés à la négritude

Jean Goychman
Jean Goychman
17 octobre 2022 12 h 56 min
Répondre à  .Jacques Boutté

Vous avez raison pour l’Afrique, bien que l’Afrique du Sud ait conservé certains atouts. Les Zoulous forment un peuple assez évolué, avec un art développé et surtout une grammaire, et ont un positionnement différent. J’ai eu l’occasion d’aller dans un « homeland » administré par eux et qui ne comrenaient pas pourquoi les Blancs minoritaires voulaient imposer la démocratie aux Noirs majoritaires et redoutaient que ces derniers arrivent au pouvoir.

Bercheny
Bercheny
15 octobre 2022 6 h 42 min

Pour la première fois de ma vie ( j’ai presque 70 balais ) , je n’aurais pas l’ectectricite qu’il me faut , le gaz qu’il me faut , le carburant qu’il me faut Et j’aurais connus les ausweis que me décrivait mon père lorsqu’il était jeune adulte , sans compter les ruptures de produits alimentaires essentiels comme les oléagineux , que ceux qui sont censés nous protéger , nous défendre n’en ont cure et accélèrent leur enrichissement personnel car ils savent que cela ne va pas durer ….on m’aurait dit ça il y a 50 ans j’aurais bien rigolé à… Lire la suite »

ITER78
ITER78
15 octobre 2022 15 h 24 min
Répondre à  Bercheny

Bien d’accord avec vous, le pays est en pleine déliquescence mais la majorité des gens s’en moquent. Parfois, j’ai honte d’être Français

Claude Roland
Claude Roland
13 octobre 2022 7 h 56 min

« C’est une situation extraordinairement dangereuse et cette politique n’est pas celle d’un pays démocratique, mais celle d’un petit groupe (deep state) qui veut imposer un monde unipolaire sous hégémonie américaine. » Sous l’hégémonie de rien du tout, si ce n’est celle des personnes privées de ce petit groupe ! Ces salopards veulent s’approprier le monde à eux seuls ! Les USA sont « l’homme de main » musclé mais décérébré du petit groupe qui n’en a rien à faire des nations et des peuples quels qu’ils soient, y compris des Américains ! Et celui qui penserait au sionisme ne serait pas dans le… Lire la suite »

.Jacques Boutté
.Jacques Boutté
15 octobre 2022 7 h 02 min
Répondre à  Claude Roland

Puisse Dieu vous entendre .

9
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank