LE VIOL DU BOURDON (Xavier Jésu)

Ma question adressée aux écolo-féministe-anxieuses est simple : comment pouvez-vous admettre cette forme de domination patriarcale qui règne dans une ruche où la reine se fait sauter en plein vol par de faux-bourdons ?

 

 

Bon, au moins, s’ils étaient vrais, ces bourdons, on pourrait dire que la reine est juste une salope ; mais là, ce sont de faux bourdons qui pécho en plein vol !  Du coup la Reine est une vraie conne, en plus d’être une salope. Quant aux faux-bourdons, ce sont d’affreux machos obsédés qu’on devrait dénoncer sur un site genre #BeeToo (Bee voulant dire Abeille pour les anglophobes). D’abord, ils ne font rien dans la ruche : pas de ménage, de garde de nymphes, de courses dans les champs voisins ! Non, ils se la coulent douce et se font nourrir tranquillement, pendant que les femelles ouvrières triment toute la journée pour nourrir la progéniture de la Reine et entretenir les lieux.

Nétwayé, baléyé, astiké
Kaz la toujou penpan !

chantait le groupe Zouk Machine ! C’est exactement ça !!!

blankRendez-vous compte, ces affreux mâles, à peine plus gros que les femelles, ne sont même pas capables de défendre la ruche. En plus, ils sont le produit de l’éclosion d’un œuf non fécondé ! Ben voyons !  De vrais bons à rien. J’enverrai bien tout ce petit monde, vite fait, en rééducation dans cette école réputée de Rucheville et sise à Abeille Road où le programme est établi par la grande prêtresse de l’écoféminisme, la très mielleuse Sandrine Rucheau. Economiste de formation elle connait bien le problème des relations Bee to Bee…
Mais tout ceci ne date pas d’hier ! Il suffit de lire ce que l’écrivain catholique Gilbert Cesbron avait l’outrecuidance d’évoquer :

 “L’apiculteur était communiste par amour des abeilles dont il admirait l’organisation. La reine lui posait un problème.”  

De quoi faire rugir, non pas de plaisir, mais plutôt de colère, le club des cheveux courts dont Caroline de Haas, Alice Coffin ou Clémentine Autain font partie, en insinuant qu’une reine puisse être gênante. Reste à savoir si c’est une question de statut (Reine) ou une question de sexe (femelle) qui filerait le bourdon à ces homm.e.s ? Oui, je m’essaye à l’écriture inclusive pour mieux percevoir la pensée profonde de ces « drôles de dam.e.s ». Bon, il est clair que je ne comprends rien à ce genre d’écriture pour bobos parisiens de gauche, et je vais donc laisser tomber l’exercice.

Quoiqu’il en soit, je ne suis pas sûr qu’une communauté dominante 2SLGBTQ+ au sein même… d’un essaim d’abeilles soit plus profitable à la planète que cela n’est aujourd’hui.

blank

Imaginez qu’une reine fasse son coming-out après que des milliers d’abeilles travailleuses lui aient préparé une nurserie haut de gamme, et tout ça pour rien ?

Imaginez que ce roi (anciennement reine, cisgenre refoulée, finalement devenue trans après un court passage comme genderfluid et éco-anxieux (comble du bonheur pour les coiffeurs reconvertis en psychanalystes)) décide de ne pas assumer la fonction primaire qui est de perpétrer sa race… Oups ! pas sa race, mais son « groupe d’êtres vivants qui appartiennent à la même espèce, mais qui présentent des différences assez significatives pour qu’on tente de les grouper sous un même nom ».

Attention à ne pas passer pour raciste abeillophobe et risquer la 17ème chambre correctionnelle Que deviendrait notre pauvre terre, déjà bien mal en point, si plus personne ne voulait polliniser nos plantes sous prétexte que la reine des abeilles défile aux côtés des féministes pour clamer haut et fort :

« Bzzzz Bzz BBzzz Bbzzzz »,

ce qui veut dire en « langage des abeilles » :

 « C’est mon corps et j’en fais ce que je veux » (Merci pour cette traduction de Google, qui est mon ami).

Et, pire, si notre reine, devenue roi, décidait d’un simple coup d’antennes, après avoir lu Montesquieu, qui pensait que :

“Ce qui n’est point utile à l’essaim, n’est point utile à l’abeille”,

décidait donc, disais-je, de considérer que les bourdons sont des bestioles inutiles et qu’elles n’ont rien à faire dans la ruche ! Remarquez, ça leur éviterait une condamnation pour « Délit de non-partage des tâches domestiques », suite à l’adoption par l’assemblée nationale de la loi proposée par Sandrine Rucheau.

Le drame absolu, serait que nos ouvrières, entrainées dans le délire revanchard de notre néo-féministe z’ailée viennent à considérer que le « viol du bourdon » serait une bonne chose avant son expulsion du ruchissime domaine, pour lui faire payer sa cuistrerie et son ignoble oisiveté. Chaque faux-bourdon subirait le même châtiment : se faire sodomiser par un dard d’abeille (je précise que le tarif est identique pour les bourdons citadins et les bourdons campagnards car il n’y a aucune différence entre un dard des champs et un dard de ville). 

Moralité : si vous voulez que l’espèce humaine perdure et que la planète continue de la nourrir, ne posez surtout aucune question aux éco-féministes-anxieuses, ça pourrait leur donner des idées, et pas les meilleures…

Et dans tous les cas : « Don’t worry, Bee happy » qui se traduit par  » Ne t’inquiète pas, Abeille gay » 

Xavier Jésu

21 décembre 2022     

blank

blank

 606 total views,  7 views today

4.9 22 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

22 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Marc Le Stahler
Administrateur
2 janvier 2023 0 h 11 min

Merci pour vos commentaires élogieux ! En 2023, nous allons continuer et développer notre mission de réinformation. Et nous comptons sur vous, chers lecteurs, pour élargir notre audience. C’est très simple : vous connaissez quelqu’un susceptible d’être intéressé par Minurne ? Il vous suffit d’enregistrer son adresse mail sur l’emplacement prévu en haut et à droite, et il recevra une demande de confirmation d’abonnement. Aucune obligation, aucun abonnement forcé, gratuité totale, possibilité de résilier à tout moment et surtout, vous l’avez noté, pas de publicité commerciale. Minurne est totalement indépendant de tout parti ou groupe de pression. Il se veut… Lire la suite »

Jeza
Jeza
25 décembre 2022 21 h 48 min

Si le bourdon n’en fiche pas une (à part la bagatelle) c’est parce qu’il n’est pas déconstruit. Le mari de la Sardine pourrait faire un geste et lui passer le mode d’emploi.

Quel bonheur ce site ! MERCI.

Mimi
Mimi
25 décembre 2022 18 h 23 min

Comme cela fait du bien de rire de vos écrits!! C’est très bien tourné et ceci donne de bonnes baffes à ces dingos de féministes à la gomme!!

trackback

[…] Source : Minurne […]

Pr Calguès
Pr Calguès
22 décembre 2022 17 h 33 min

Drolissime !
Mais, hélas, corrigez dare-dare, un « dare » d’abeille, si je ne m’abuse, s’écrit « dard ».
Vous le saviez, naturellement.
Dommage quand même.

Le Meur
Le Meur
22 décembre 2022 16 h 56 min

chapeau l’article bien écrit et j’ai rit de bon coeur mais aussi tellement d’actualité. Bravo

MICELLI
MICELLI
22 décembre 2022 15 h 43 min

Prose joliment troussée comme tous vos écrits. Il vous faudra, lors du prochain billet, nous expliquer l’infâme comportement du citoyen coucou pouvant concerner l’une de nos élites et qui a enrichi la langue française, au fil du Moyen-Age, du substantif/adjectif « cocu ». Je me régale d’avance. Joyeux Noël, monsieur Jésu

Pellerm
Pellerm
22 décembre 2022 12 h 59 min

Oh que ça fait du bien de rigoler de bon coeur …! Tellement délicieux et si rare par les temps qui courent … Un grand MERCI à vous Mr Xavier Jésu ..
Joyeuses fêtes de Noël et de fin d’ année à vous ainsi qu’ à tous vos complices de Minurne !

Le Réfractaire
Le Réfractaire
22 décembre 2022 9 h 50 min

Article frappé du coin d’une grande agilité intellectuelle et linguistique tout à fait plaisante à lire..et qui plus est. m’a appris que nos « couillons » de l’assemblée nationale avaient voté une loi permettant de façon très intrusive de se mêler de notre vie privée, laquelle se veut gendarmette régulatrice de nos tâches ménagères lorsque l’on vit en couple officiel, mariage, et concubinage déclaré en mairie, très probablement !? Ceci, m’amenant à proposer ici mon projet de loi, soumis à votre sagacité et volonté de citoyens; A savoir : la création juridique des délits de défaut et faiblesse de fréquence d’accomplissement de… Lire la suite »

Le Réfractaire
Le Réfractaire
22 décembre 2022 10 h 09 min
Répondre à  Le Réfractaire

J’ajouterai même à mon commentaire de 9h50 min que certains de nos politiques sont tellement ignares ou victimes de perte de mémoire, a savoir :
QUE LE MIEUX EST L’ENNEMI DU BIEN !
Formule d’une grande sagesse que j’avais déjà assimilée à l’âge de 7/8 ans..

Le Réfractaire
Le Réfractaire
22 décembre 2022 11 h 15 min
Répondre à  Xavier Jesu

Merci pour votre précision qui est importante; pardon pour ma précipitation rédactionnelle , en souhaitant qu’elle ne s’avère pas prophétique…

Bercheny
Bercheny
22 décembre 2022 8 h 13 min

joliment bien écrite cette fable ..par contre ça ne me fait pas progresser sur la compréhension de ce qu’ils nomment «  écriture inclusive «  déjà que «  woke «  pour moi reste une casserole en fonte et non une forme de philosophie ( sic ! ) alors pensez bien qu’un « être en souffrance » qui par exemple , fait son coming out, et tout compte fait , à l’usage , en a plein le c..de ces conneries et voudrait se repositionner comme avant , ben il ne peut plus car la place est prise , cet être donc m’inspire non pas… Lire la suite »

Robert Jordan
Robert Jordan
22 décembre 2022 9 h 50 min
Répondre à  Bercheny

Pour moi le woke et l’écriture inclusive s’apparentent à de la pitrerie de gens qui n’ont rien à foutre de la journée qu’à emmerder le monde…Et pour certains se goinfrer le nez de farine colombienne.

MUFRAGGI JEAN MICHEL
MUFRAGGI JEAN MICHEL
22 décembre 2022 12 h 11 min
Répondre à  Bercheny

Casserole en fonte ,c’était avant : Maintenant nous sommes dans le virtuel et dans la casserole imaginée en fonte :c’est nous :on mijote aux petits oignons dans la sauce
politique mais les cuisiniers sont Tres mauvais:Ca pue la nouvelle conscience politique.

Marjan MONTI
Marjan MONTI
22 décembre 2022 8 h 10 min

Bonjour Xavier. Et nous qui finançons 2 ruches (une dans le Maine & Loire et lautre dans le Périgord) pour sauver les abeilles. Car il est dit que le jour où il n’y aura plus d’abeilles pour butiner les fleurs la fin de l’humanité ne sera pas loin. J’ai adoré votre message plein d’humour et j’ignorais qu’il y avait des abeilles gay ! Il faudra que je goûte mon miel avant de consommer les petits pots que nous recevons en remerciement de notre financement chez ces apiculteurs. Il faudra aussi que je regarde à tavers eux comme dans une boule… Lire la suite »

MUFRAGGI JEAN MICHEL
MUFRAGGI JEAN MICHEL
21 décembre 2022 20 h 32 min

Je vois tout en étant pas IRMA que vous n’êtes pas favorable au transgenre :c’est normal attention ,c’est vous l’êtes  » normal »car des fois qu’on voudrait faire croire que le normal n’est pas normal car l’anormal releverait du normal c’est du moins la tendance,il faut tenir bon.De toute façon la vie est un éternel recommencement : Aujourd’hui avec l’esprit trop ouvert , les cercles se referment et les incestes vont refleurir : on reverra des maladies genétiques que l’on espère soigner avec de nouvelles thérapeutiques appliquées dans un futur proche par des medecins au rabais et si l’on étend un… Lire la suite »

22
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank