LAMPEDUSA : « L’ÉLITE » EUROPÉENNE PUNIT MÉLONI (Pierre Duriot)

 

La ficelle est grosse à Lampedusa et il est rigoureusement impossible que cette ruée de 11 000 migrants en moins d’une semaine soit le fruit du hasard. Il se dit que ces traversées, habituellement très chères, orchestrées, c’est un secret de polichinelle, par des passeurs, sous couvert d’Organisations non gouvernementales aux financements opaques et aux organigrammes tentaculaires, sont en ce moment gratuites pour les candidats à l’exil. Il s’agit sans doute de punir Meloni, pour ses mauvaises fréquentations, elle qui est allée voir le très méchant Viktor Orban, la semaine dernière, lequel bloque l’accord européen de répartition des migrants. Puisque la question n’est pas de savoir s’il il faut ou non, accueillir des migrants, mais comment on les répartit. La question de l’accueil des migrants n’est donc pas une œuvre humanitaire, mais un dogme supranational, qui s’impose au peuple.  ” Giorgia Meloni est victime de son nationalisme et de sa propagande “, estime l’eurodéputé italien Sandro Gozi qui ne cache même pas la « punition ».

Tout cela est corroboré par le profil des migrants, uniquement des hommes, âgés de 16 à 35 ans, vigoureux et en pleine forme, pour lesquels les restrictions sanitaires qui nous sont imposées ne s’appliquent pas. Pas de contrôle, pas d’exigence d’identité, ils font ce qu’ils veulent et racontent ce qu’ils veulent. Les Allemands ne sont pas dupes et ne veulent pas de ces migrants punitifs. Les Français ont le cul entre deux chaises et Macron fait son grand seigneur, avec notre argent, en parlant d’humanité et de rigueur. Quelle humanité ? Alors que ces gens n’étaient nullement en danger dans leur pays, sinon, ils auraient fui avec femmes, enfants et aïeux. En réalité, la plupart d’entre eux sont francophones, musulmans et ne se cachent même pas de venir en France, pour les prestations sociales. Contredisant le président, Darmanin annonce un renfort de douaniers aux frontières, histoire de calmer l’extrême droite sans doute, qui vocifère, mais ne fera rien de concret, comme d’habitude, pourrait-on dire. Et cette punition contre l’Italie en sera également une pour la France.

La population est exaspérée, car au-delà du dogme de l’accueil obligatoire, l’autre dogme est celui de l’immigration richesse pour la France, qui permet opportunément de noyer l’immigration arabo-afro-musulmane dans les autres immigrations, qui elles sont effectivement des richesses. Cette immigration arabo-afro-musulmane, depuis le temps que nous l’accueillons en masse, si elle devait être une richesse, le PIB par habitant de la France n’aurait pas plongé, la dette ne serait pas abyssale et les emplois seraient pourvus. Sans compter les actes de délinquance, quotidiens et de plus en plus sordides. Ce qui est étonnant est que malgré les évidences contraires, des hommes politiques tentent de faire perdurer ce dogme de l’immigration richesse, alors qu’elle nous ruine.

Tout cela, la subite ruée à Lampedusa, le profil des migrants laisse peu de doute quant à la manœuvre d’une instance supranationale en action pour punir les pays qui pensent mal. Et en même temps, une manœuvre de plus en plus grossière de la part d’une élite mondialisée qui sent monter le mécontentement global des peuples européens et ne prend même plus la peine de faire en sorte que ses agissements délétères soient discrets. Et les pays comme l’Italie ou la France, qui auraient largement les moyens de repousser cette invasion par la force, ne le font pas. Pendant ce temps, des pays du Golfe défendent leurs frontières à balles réelles et personne n’y trouve à redire, l’obligation d’accueil ne s’imposant curieusement qu’aux Européens. Rien n’est donc fait au hasard, quelqu’un programme la chute de Rome et la nôtre, accessoirement.

Pierre Duriot

16/09/2023 

 

12 Commentaires

  1. Je n’ai rien à rajouter de plus que les 2 précédents commentaires plein de bon sens, effectivement, regardons la réalité en face, il n’y a pas cinquante solutions pour sortir de ce cauchemar, se faire d’abord élire puis fuir ensuite toute cette aristocratie Européenne qui nous « bouffe «  la vie au quotidien et depuis trop longtemps, reprenons notre liberté de penser et d’agir, il est grand temps, c’est déjà plus que limite, d’autant et cela ne fait aucun doute que la majorité des Français n’en peux et n’en veux plus de cette Europe la.

  2. Méloni ne veut peut être pas de l’immigration, en théorie, mais elle a besoin des subventions européennes. Et la mafia italienne a aussi besoin d’esclaves. Donc elle fait semblant de sauver son pays mais tout en plaisant à La Hyène et Cie. Et puis elle est comme les autres, addict de la poudre. Ses stigmates se voient dans une vidéo qui la filme devant un pupitre en pleine redescente.

  3. Je suis entièrement d’accord avec “Le Réfractaire” ci-dessus. Quandun chirurgien fait face à un cancer il tente tout ce qu’il peut pour l’éradiquer. Qu’attendent nos politiques pour éradiquer le cancer de l’immigration ? Mais là en core je rêve ! Sans compter tous ceux qui sont pour cette immigration (qui nous ruine) les autres trouvent la soupe trop bonne pour equisser le moindre geste ou dire le moindre mot. AUX ARMES CITOYENS ! C’est le seul moyen que nous avons pour nous débarrasser de ces racailles qui n’ont rien à faire sur notre sol ! Sinon quelle France allons-nous laisser à nos petits enfants ?

  4. Si les Français avaient eu le courage de faire des petits au lieu de glander l’économie n’aurait pas besoin de “travailleurs dénigrés” et ses EHPED seraient décents et fonctionnels .

  5. Ce que nous vivons est un cauchemar et seul Florian Philippot mérite le vote des français, puisqu’il est le seul à vouloir réellement appliquer une politique courageuse de Sortie de cette Dictature Européenne où le sacro-saint État de Droit est dévoyé de son Esprit par la secte des juges qui profite de l’inculture du naïf Français de Souche pour lui faire avaler des arguties au parfum d’humanisme béat pour bien ” l’entuber” de ses droits et prérogatives héritées de deux mille ans d’Histoire et de Civilisation Chrétienne, de millions de morts sacrifiés au Champ d’Honneur….
    Et ce n’est ni E.Zemmour, ni Marion Marechal, ni Marine Lepen qui pourront y faire quoique que ce soit, puisqu’ils s’empressent de vouloir rejoindre les bancs de l’Assemblée Européenne, en faisant semblant de croire qu’ils sauront ronger comme un cancer l’estomac du monstre, une fois qu’ils y siègeront , bien payés qu’ils seront, alors que finalement l’acide digestif de leurs émoluments les dissoudra littéralement et qu’ils se retrouveront dans le même cas de devoir obtempérer
    “façon l’italienne Méloni to day! ”
    La Survie de la France dépend du dynamitage de l’ Union Européenne; point barre !
    Van der Layen n’est qu’un pitre au féminin, élue sans aucune légitimité électorale venant d’aucun des 27 peuples concernés !

    • Si vous vous présentez en disant que vous voulez quitter l’UE, vous ne serez pas élu, les Français sont frileux et ont peur du grand large (je reprend volontairement des expressions des partisans de l’UE, mais en la retournant car le grand large, c’est reprendre sa liberté et la frilosité consiste à vouloir rester dans le giron de cette organisation). Il est beaucoup plus efficace de se faire élire et de dynamiter ensuite l’UE en se retirant ou en menaçant de le faire car il ne faut pas oublier que la France en est un des deux plus gros contributeurs avec l’Allemagne. Les autres pays ne peuvent pas prendre le risque de voir partir la France et le budget européen s’effondrer. L’Allemagne seule ne pourra pas, et surtout ne voudra pas, rester le contributeur principal: elle a bien un plan B, rassembler sous son égide les pays “économiquement vertueux” d’Europe du nord, mais elle redeviendrait un nain politique. La simple menace de quitter l’UE, quand on la brandit une fois au pouvoir, est une arme extrêmement puissante

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.